Le livre d'Enanchet
ed. WERNER FIEBIG
(Jena/Leipzig 1938) Berliner Beiträge zur Romanischen Philologie 8.3/4
[Main Menu] -- [Table of Contents]
Vienna, ÖNB cod. 2585 -- Zagreb, UB cod. MR 92

[Prologue]
Part I: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 -
Part II: 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39
Part III: 40 - 41 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50 - 51 - 52 - 53 - 54 - 55 - 56 - 57 - 58 - 59 - 60 - 61 - 62 - 63 - 64 - 65 - 66 - 67 - 68 - 69 - 70 - 71 - 72 - 73 - 74 - 75 - 76 - 77 - 78 - 79 - 80 - 81 - 82 - 83 - 84 - 85 - 86 - 87 - 88 - 89
[Colophon]

[Prologus]

    Enanchet por soi dit, que trois choses portienent as autor. C'est matire, ententions et utilité. Matire est mere de la chouse, si com lo fer est dou cortel.  Ententions est l'aovremant de l'oevre. Utilité est l'onor e-l preu de matire et d'ententions. Mes en cest livre est matire, ententions et utilité.  Matire est la dotrine.  Ententions son aovremant. Utilité est conclusions de matire et d'ententions. Don il a feit segond tropologie, c'est segond tractemant de costums, de dotrine son fil, et dou suen aovremant ententions de l'onour, que il aura por sa oevre pres Deu et la jent de cest monde; utilité de matire son fil. Et par quoi? Pur lui aprendre en ce que soit voie a cil qui ne sevent aler la o il vient honor et bien et henortemant a caus qui sevent que il doient aovrer en science, a ce por quoi cele li est donee.
 
 

[1] Don il parole a son fil et dit:

    Ge voil qe tu saches car totes graces sont devisees en cest(e) monde es homes.  Et poi sunt engraciez li und de ce qu'est l'autre. Et si te dirai coment. Que tex est engraciez de san. Tex d'avoir. Tex de biauté. Tex de virtu. Tex d'omes. Tex de fammes. Tex de maladie. Tex en povrece. Tex en mal et tex en bien. Et tot ce est, por ce que li uns s'abeisogne de l'autre, a ce que l'amor pormaigne en unité. Et si te di por voir que poi homes se tienent a paé de ce que il ont. Mes ge rend lous au douz seignor de ce qu'il m'a creez et formez en cest monde a sa semblance, et de que il m'a apris por quoi sil m'a donee la laingue. C'est a parler .trois. chouses et plus non. La primeraine si est glorifihier lui et sa vertu en toz les comencement dou parler. La segonde meistrer altrui a son lox. La tierce blasmer touz les maus et no laissier por paor dou cors. Et por ce | [fol. 1rb] que tu rendes a lui lox en toz les comencement des tes stat, et que tu aprendes toz caus qui no verunt ta dotrine a son lox, et qu tu blasmes toz les forfeit a ta posance, te voil-ge stablir suen hoir, ausi com boens pere feit son leial fil, e don tu auras mout grand honor mantenant mon heritage. Mes il te covient estre mout sages, preuz, cortois et hardiz, se tu la veuz mantenir. Et si te dirai por quoi. Por qu'il te covient defendre da une beste qe me guerie mult fort, la quale est mout mauveisse, si cum tu entendras. Qu'ele s'enfle ausi por mi son cors quant veut feire ver moi aucun destorbemant, com s'ele vousist crever. Et lors giet-ele un té aleine hor por mi sa boche qi ard plus de nul feu ardent. Don il est mout preuz celui qui se puet desfandre de li. Mes ancore te di-ge tant, a ce car tu te poisses mieuz desfandre de li; que pois chastiaus sont qi nen soient porseu por li mout fort. Por qu'ele est de tel nature, qu'ele guerrie plus volunter les fort que les foibles. Apres sunt poi armeures que poissent durer encontre ses cous. Don il te covient no tant reposer, com tu as fet jusque ci, por ce que-u repos est donez a la perece. Et la perece fet oblier maint biens; don son hostel est parduz et mal mis.
 
 

[2] Si com il recut li heritage.

    Mesires pere, fet-il, ge voil mantenir vostre heritage si com boen fil doit feire de son pere. Mes ge vos proi por Deu, qe vos m'aprenez li nom de la beste qui vos a  tant guerroié, et ou elle habite, et de quele scemblance elle est, et quales armeures me covienent contre li, a ce qe ge la poisse combatre en tel guise qe vos n'aiez leece au cuer, et qe tuit dient bien qe ge soie euz a droit vostre filz.
 
 

[3] Ci li aprent-il li nome de la beste.

    Ge rent lox au douz Sangnor par toi, filz, pois qe tu m'ais en enqis si sagement comme tu as feit. Don ge voi bien hui mes car tu es celui qui mantendra bien mon heritage, des que tu sas demander ce que tu ne sas, a ce que tu poisses fere et dire ce | [fol. 1va] qui te soit honor profitable. Mes ge te di tant voirement, car ge non fui onques meistrez .huit. jors puis qe ge oi leu Caton. Et cel poi qe ge sai, ai-ge por la merci dou douz Sangnor, et por altrui demander. Et por ce qe tu m'as enquis de qe tu ne savoies, t'ai-ge aprendre lo voir de la beste; por ce que ge voi bien, des que tu m'as enquis de li, qe tu as en cuer de mantenir mon heritage. Mes il covient entandre ous oreilles dou cuer, se tu la veuz savoir. Ell'est nomee baselisque, la quele a sa conversation ades en desert. Mes elle fu engendree par un dragon mout cremerex por veoir; por qu'il est feit por mi son cors des toz esvariez colours. Il a chevoilz mult lons, trestez endoreiz, et barbe autresi. Heuz resplandez plus de jemes. Denz ausi come de fer mult lons et gros, don les morz sunt venimex de divers venins. Ses narres gitent feu et funs soufereox mout puant. Son col est touz echargiez des serpanz venimex. En ses pié tient-il glaives agu et mout trenchanz. Mes ge paroil de un grant merveille; que il fu engandrez por soimeismes en ciel. Voirement por [sa] envie et por sa soperbe remest lo ciel desert por lui, et par touz caus qui burent en sa fontaine, don il cheí el desert d'aquilon. Et a lui est-il fet roi des sarpanz et des leon, et des toutes chouses venimeuses. Don li baselisqe qui habite ades en desert, c'est es cuer des pechieres, les quex sunt desert jusqu'il sunt es mortex pechié, ausi com dit Sainte Escriture, les a envenimez, c'est d'envie et de soperbe, don ge sui guerroiez formant, itant com ge ai vesqu en cest monde. Mes ge sui defendu por la Deu merci ausi jusque ci, car ge sui sains et sanz venins; et autresi voil-je qe tu faces. Mes il te covient avoir doex choses, se tu vois vantre la beste. C'est rason et humilité. Raisons contre l'envie. Humilitez contre soperbe. Et ausi ventras et auras honor et bien apres le doux Sangnor, et de touz | [fol. 1vb] les boen qui te coneistront.
 
 

[4] Que est san, cortoisie et mesure.

    Voir est, puis que-u peres a engendrez lo fil, que il desire mout sa nasion, por avoir de lui joie et confort. Mes s'il est sages, il lo fet mout joir. Et s'il est foux, avoir grant doil. Don ge te voil aprendre ce qui te covient par joir apres li douz Sangnor, et la jent de cest monde. Mes il te covient avoir .trois. chouses, por tesmongnier ma dotrine si come ele est, et por mantenir mon heritage a droit contre tes enemies, et por aprendre l'ome en ce qe il doit fere et dire, les queles sunt ausi une chouse, qe nus les puet partir ni deviser. C'est san, cortoisie et mesure. San est: veimant, oimant, gostemant, odoremant et tochemant. Veimant est car tu doiz veoir la droite voie, por eschiver la bruitouse. Oimant est car tu doiz oir les boenes raison, por toi savoir desfandre des mauveises. Gostemant est car tu doiz goster les ameres chouses, por conquere les douces. Odoremant est car tu doiz odorer la doucece de t'ame. Tochemant est, car tu doiz tochier ce qui te soit honor profitable, c'est aovrer tes main en touz le comandemanz dou douz Sangnor, sanz aucune perece. Et ausi auras-tu san, et seras mult sages. Don tu te doiz membrer quant nus te parole et dit: -- Tu doiz avoir san -- de cist cinc sanz que ge t'ai dit ca desus, a ce qe tu conoises por que il te parole, et qe tu ni soies deceuz por folie, ni por perece apres, entrepris par nului de raison. Et por ce se derive san en Latin da sentio sentis; car l'ome doit santir por lui toz quant fu et est et sera. Cortoisie si est aovremant de san. C'est taisir et fuir toz les mals, et dire et fere toz biens a sa posance. Et por ce se derive-elle en Latin de cure, car l'om doit ovrer por li toz bien et eschiver toz mauz. Mesure est precious tesmoing de san et de cortoisie. C'est quant tu seras entrepris por tal qi n'albergent en aus bonté, et qui se laissent vantre [por] la folie, | [fol. 2ra] car tu doiz en cele hore aovrer tels armes. C'est raison et humilité. Raison est parler et aovrer droit. Humilitez es doucece d'ame, la quele mantient en unité san et cortoisie. Don ge te voil comencier la dotrine plus avant qu'ele puet, c'est de la nasion de l'enfant, et aler signant sa voie, ausi com il puet errer por cestui chemin jusq'a sa fin.
 
 

[5] La dotrine de l'enfant petit.

    Grant senefience aporte l'enfanz petit en cest monde en sa nasion. Quant il plure tantost com il est nez, c'est por la peor que il a do roi de la morte, et de ses tormenz. Don lo peres li doit aprendre, tantost com il puet parler, lo lox son Creator, et criembre a despecoier ses comandement, por q'il est lo primerans scigne de science, ausi com dit lo Salmiste. Apres lo doit-il aprendre tant com il est jounes, en ce q'il poise veoir apertemant la voie don il doit errer; por ce que l'enfanz jusqu'il est jounes, et que il a les ners tandretes, se puet mieuz flecir a la science, que il ne puet quant il est enduriz. Mes lors le doit-il metre as letres, por qu'elles sunt la sovraine arz dou monde en dotrine. Et si-l doit metre ainz au boen meistre q'au mauvais, por ce que-u boens meistre est mout utel chose au deciple. Et il doit sorestier a la dotrine son maistre; por ce q'ausi com la grotere chaant d'en haut cheive la piere dure, vance l'usage a savoir ce qu-u cuers de l'ome ni voldroit maintes froiees. Mes il doit mult honorer son meistre, por qu'il est lo segond signe de science, et doit mult enquirer sa dotrine, et noter ses paroles et son chastiemant. Car celui qi tient son mestre a fol, et non a amor en lui, sa dotrine non i puet entrer dendenz lo cuer. Don il no la puet avoir en nulle guise; por qu'ele ne se puet achater por avoir. Et nus la puet avoir sanz estude, estier la merci dou douz Sangnor. Et tuit la puent avoir, se il voloient sorester, jusqu'il son tendres. Mes li uns meuz de l'autre, si cum la grace est devisee; ausi com ge ai escriz ca desus. Mes les enfanz, tant | [fol. 2rb] com il sunt joune et petit, ne volent aprendre per la joune eté qui les tient en sa bailie, menanz aus a sa guise, c'est a chouses qui ne sunt gaires profitables, offranz li san et avoir, quant il seront cresu, et toz ce qi meuz i plasent en lor cuer. Et quant il son gros [et] q'il devroient savoir, (et) il ne sevent, et q'il devroient avoir, il ni ont, et neis q'il conoissent auques de sa folie, ni volent-il sorestier a enprendre, por la vergoigne qi lor retient, et por autre qui tout li nuit. Et d'or avant comencent-il a demener sa vie mauveisemant, esguabant toz caus qui sevent, et tout ore alant de mal en pis contre sa mort. Et por cel vient dit de chascun aovrant chose inusable: -- Celui est jounes a sa scemblance; c'est non ovreres de bien. -- Mes li boens deciples ni doit fere pas ensi. Ainz doit-il aprendre, si que il soit ou tens de sa eté plus sages de son meistre. Et si te di comant. Car il doit avoir la dotrine de son meistre, et sor li sa sotillance; por ce qe l'aigue meine et aporte peison pro le comant son Sangnor, et l'ome sotillance. Et por ce se doit-il atemprer as viandes et as vins, a ce qu'il ait sotil engin por aprendre et por tenir son cuer a la dotrine. Mange-la et boive-la! a ce qu'il soit toz ores ivres de li en toz ses feit, ausi com lo beveires est dou plus fort vin quant il est plus enivrez. Apres se doit veoir et conoistre, quel honor nus a por follage an cest monde, a ce qu'il torne son cuer a la science que dez a tramise, por lui conoistre ausi come roi et Sangnor de tote pitié.
 
 

[6] La dotrine dou clers.

    Mes celui qui veut estre clers, doit sorestier a lire et a chanter, a ce q'il poise merir son benfice, et qu'il ni soit esguabez por la jent de raison; por ce qu'l est grant deshonor a no savoir, se il a en soi point d'onor. Don il doit sorestier a la dotrine tant com il [est] jounes. Et no se doit pas deliter en chanter chanchon d'amor, ne en autres paroles, qu'il poise estre antrepris de raison; por ce qe, s'il est maparlé | [fol. 2va] au comencemant, il ira tout ore devant. Mes a ce q'il poise croistre en onor et venir de bien en meuz, doit-il aler la, o il soit les sages de sainte eglise, por aprendre aucune chose de bien, ainz q'il ni doit aler en maison de comun; por qu'il est mieuz seoir en un angle de sa maison qe n'est en chiés de comune. Ne com famme laengueice! Et sas por quoi; car tant com il est [en] sa maison, pensara-il a acun boen feit, don il aura joie et leece, et sera sorz de mal oir. Mes se il est en chiés de comune, ou en place, ou com fame langueice, il i orra maintes paroles qe ne seront totes plaisant; et por maus oir s'aprent tex chouses et tel feit qi ne covient pas a son ordre. Et por tesmognier soi sages, doit-il porter ses chevoil tondu a la reonde, si com covient a caus de sainte eglise corone segon ses ordres et lo costum dou pais, lons dras jusq'au solers, aler honestement por la terre, esquardant devant lui, por doner as autres boen esample et chastes.
 
 

[7] La dotrine dou prevoire.

    Lo prevoires doit charjer san en toutes chouses, et doit estre apris en sainte Escriture, a ce qe il sache conseillier les pecheors segond lor forfeit, en tel guise q'il ne soit entrepris da Deu, ne por la gent dou monde. Mes il ne doit deleter es mondanes chouses, por oblier les espiritables, ne por doner as autres esample de perdicion. Ainz doit-il oblier totes chouses de cest monde, por tesmognier ausi precious ordre com il a, puis que Dex li a doné tel grace, que por ses paroles devient lo pain sa char, e-l vin son sanc. Apres qe il doit estre guieres des tanz ames devant lo douz Sangnor ou jor dou Juise, dont il (ne) doit estre chaseliens, ne doit aler por la terre, se il ne veit por conseiller aucun malade, ou por aprendre aucune chose de caus de sainte eglise qe li a besoing por conseiller ses parrochiein. Et lors doit-il aler ou son chief enclin, atornez de cheitif dras jusq'a terre, ou dox compaignon ou un solemant, des amis de sainte eglise, mult ublement. Et doit retorner | [fol. 2vb] plus tost qu'il peut; por qu'il ne i covient lons sejor hor de sa meison. Mes quant nus pechierres vient a lui, por avoir conseil de son forfeit, il ne-l doit oster de lui por pechiez q'il ait feit. Ainz lo doit-il trere ver l'amor dou douz Sangnor mult hublement, et a granc doucece, jusq'il sera repentiz de toz ses pechié, et que il aura son cuer mis en la sovraine doucece, et qu'il fera penitence plus q'il ne li aura comandé. Por ce car penitence n'est autre se no plorer li pechié trepasié, et d'or avant no voloir pechier plus. C'est penseemant ondes le douz Sangnor dist a la fame pecherouse: -- Fame, ou sunt tax qui t'accusoient? -- -- Nus i est, -- fet-el[e], -- douz Sangnors. -- Ne ge no te juigerai, -- fet-il. -- Mes va et no voloir pechier. [Ioh. 8.10-11] --- Il no dist: -- no pechier, plus, -- ainz: -- no pechier penseemant. --- Et ausi hublement doit trere lo prevoires lo pechiere a l'amour Deu, jusq'il l'aura receu en son hostel.
 
 

[8] La dotrine des preleites.

    Apris deivent estre li preleites en sainte Escriture, ausi qu'il sachent preichier droitement sor li Vangiles, et sor les Epistres, et deivent preveoir sor sa rente, ausi qe tout ce que i soperclent a boire et a mangier, a vestir et a chaucier tempreement, deivent-il partir en trois parç. Et ces deivent-il ausi deviser. Car de l'une deivent-il mantenir ce qe covient au temple ou il demorent. C'est livres, paremenz, dras d'autels, cloches, cordes et tout autre que li a mestier. Et l'autre deivent-il despendre en ostes et es povres qe vont querant. Et la tierce deivent-il despendre es pouvres vergoingnables. Ce sunt caus q'il conoissent en la foi, et qi ni sunt fax ni traitrex, li quex ne se poient desfendre de tut meseisses, ausi com la grace de[u] douz Sangnor est en aus.
 
 

[9] La dotrine des evesques.

    Li vesques deivent estre saje, chas[t]e, aorné, enseingneor, non vi(n)olent, non fereor, mes ainz amesuré, porseveranz en boenes oevres, et estre tres biens apris en boenes teches por bien guarder son pouple, ausi com est li boen | [fol. 3ra] pastors de ses oveilles; que il sta tot ore en pié, por sorveoir que-u los ne il entrast, et qu'il ne i feist aucun domage.  Ausi deivent-il estre tout ore sor son pouple, et sor sa clericie, a ce qe-u maveis dragron ne li entre. Et se nus prevoires ou clers geise ou aucune fame trop en apert, il i deivent tolir ofice et benefice, apres oster aus hor dou temple de la glise; por ce q'il ne doivent pas avoir autre fame de raison. Apres deivent-il feire atendre ce qe vos avez oi ca desus. Por q'il est establiz jusqe dau tens anchienor, quant tuit ardoient les dismes de ce qe il laboroient a l'onor son Creator, et por feire lo saint mestier, deivent feire et attendre ce que vos avez oi. Et ausi ont-il tesmoignier ce qe il preichent maintes foiees; por ce q'il [est] grant honte a un meistre quant il se reprant por sa oevre meisme. Apres est la tierce mesventure en cest monde: chastier altrui, et soi folier.
 
 

[10] La dotrine de cax de relion.

    Cil de religion no doivent pas estre gras de cors, ainz d'ames. Don il deivent avoir lors cors morz aus pechié, ausi com est li cors morz a vie. C'est q'il ne deivent sentir le pechié, plus come li corz morz feit la vie, c'est ou leece dou pechié. Et ausi arbergera li douz Sangnor en aus cotidianement, et [il] dunront esample de bien feire a toz, por le tesmoing de sa oevre. Apres deivent-il preichier sainte foi, et no lassier pas por paor des mauves prince dou monde, li quex on poesté de cors et d'ames non, a parler ce qui soit a pleisir au douz Sangnor, lo quex a poesté d'ames et de cors et de tot quant fu, et est et en sera. Et si te di voiremant, que il deivent estre plus lié a porgier lor de lor forfeit en cest monde, que en l'autre. Por ce q'il n'est  nus cuers que poist pensier, ne boche dire les peines de purgetoire, ausi com ele sunt sor ces de cest monde. Don chascun en doit avoir paor, a ce que il face que il n'en soit digne par son aovremant. | [fol. 3rb]
 
 

[11] La dotrine de(s) l'apostoile.

        Mout doit estre saint home l'apostile, por mantenir tel honor com Deu leissa a Saint Piere. Et por ce qui tot est nienz, que nus poise mantenir pas grant honor, se il n'est por la merci dou douz Sangnor, don il doit estre estex d'umilité et de doucece, fontaine de merci et de misericorde selonc son ordre et sa dinité, autor des paiz, et destruerres de guerre, pastors des pastors, consoil d'ames, et g[u]ierres des toz a sainte foi. Il doit estre chief en cest monde de sante eglise, por alumer les avogles, por feire oir les sorz, por feire parler les muz, et les contraiz aler, et por trere toz au lox Jesu Crist, a ce q'il  soient ses serf, com il devroient de raison estre.  Apres por mantenir sa cle[r]cie a droit, en ce qe vos avez oi ca en arrier.  Et se il ne-l feit: ausi com il est graindes de toz, sera-il greignormant juigiés por celui qu'est veras juiges, lo quex est vis et reigne el parpetoal reigne de glorie sanz nulle fin.
 
 

[12] La dotrine dou laboreor.

    Ge t'ai apris la dotrine de cax de sainte eglise au comencement, por q'ele [est] primeraine des autres. Et or te voil-ge aprendre la segonde. C'est a caus qui volent estre laboreor de terre, ou mercheant, ou ovreres d'autres arz. L'enfens qui viaut estre laboreors de terre doit aprendre a bien garder ses bestes, ausi q'eles ne facent domage as autrui des blés, ni d'autre do lor bien. Il doit por tens lever por lui aprendre a son ux. Sa demorance doit estre plus as chauns qu'en la vile. Apres doit-il aprendre a arer et a semer, et a feire chars et charrues, et autre qe portiegne a son aovrement. Apres, en chascun diumanche au mein doit-il aler au temple Deu por feire sa oreison. Et iqui doit-il offrir son don au douz Sangnor, et tot cel jor doit-il celebrer a grant devocion et reverence, feissant aumosnes et chantant Patre Nostre a lox son Creator.
 
 

[13] La dotrine dou mercheant.

    Hai jounes! Entand, tu qui voiz avoir honor en cest monde! Tu ne doiz humilier a Deu, a ce qe il soit a toi en aide; por ce que nulle chouse puet florir en bien, se il n'est por soe doucece. Apres tu doiz amer tes paranz qui | [fol. 3va] t'ont engandrez et norriz en cest monde ou toz caus de ton parenté. Il te covient avoir le coll lons, por retenir les mauveses paroles; car por mal dire gahaingne l'ome grant desenor sanz aucun preu. Mes a cele despense ou mein se puet parler a pleisir a celui, qu'il parole le contreire; don il pormanra ses amis. Mes il est grant mesaventure ne pooir teisir les maus, dont maintes foiz se changent d'amis enemis. Se tu veuz estre cortois, il te covient estre veritable et no eser plains de mauveis paroles. Ton delit ni doit pas estre a reconter les maus trepassiez. Car il ne li est se perde non. Tu doiz aler la ou sunt li sage et doiz noter ses paroles, a ce qe tu poisses conostre lo voir de ce qe tu veuz. Apres doiz-tu aprendre randu, por qu'ele est lumere des mercheant. Apres les monces, a ce que tu n'i soies deceu en autre terre, quant tu il seras. Quant tu veuz merchier, tu doiz enquerir d'autres terres, por savoir quel merchié li est meillor. Et quant tu i es, te covient aovrer ton san en ce qe tu i gahagne. Car il est grant desenor et domage a perdre son avoir por folie. Et por ce t'estuit fuir les pecheuroses, et les gieu des dez, et no converser pas avo les mauveis home, a ce qe tu n'i soies deceu por aucun forfeit. Car celui qui a avoir et il lo perd por sa folie, il i seroit mieuz morir confes, qe plus vivre d'or en avant. Tu doiz merchier loialment et sanz mentir, et gahagnier petit ou raison, qe mout plus a tort. Et se tu auras por lui tot ce qe tu voudrais en cest monde et en l'autre pardurable gloire. Don tu lo doiz loer et glorifier dou gahaing, et partir as povres por la soe amor, et de la perde regracier lui et sa vertu ausi come fontaine de tote misericorde.
 
 

[14] La dotrine des autres arç.

    Mes celui qui veut aprendre autres arz, doit comencier cele qe il plus aime. Mes s'il no la set ades, il no la doit fuir, disant: -- Ge no la enprendrai onques mes. -- Ainz i doit-il sorestier puis que il l'a comencíe; car ausi come l'ux aide les mains a ce que l'omme | [fol. 3vb] les viaut user, aide la cure l'enginz por sorestier. La science est donee en cest monde por l'omme savoir ce qe il viaut. Mes il ne devroit savoir et conoistre tot quant est ou munde. Et se il no-u set, il n'est por autre se no qu'il no viaut sorestier a la science. Et por ce est une guerre mout grant, dentre science et folie, et dentre mauvestie et bonté. Et cele fu comencíe en tel point, qu'ele n'ot onques treve ne pas, et n'aura jusqe la fin dou monde; por qu'elle fu comencíe sus en cel por li mauveis dragon. Mes celui qi comence aucune arz, la doit aovrer sanz nulle perece. Ainc ne soit-il a plesir a toz, il sera a pleisors. L'art aforme l'ome en ceste vie. Et celui qui no set, est semblable d'une ymage d'ome de pierre ou de fust; por qu'ele a oreilles, et non oit, et heuz et ni voit, et boche et no set parler, et a pié et ni poit aler. Et ausi est de l'omme qui ne seit aucune arz, se il n'est ausi riches qe avoir ne li ait mestier en tot li tens de sa vie. Et anpois est dotrine sa lumere.
 
 

[15] La dotrine dou mire.

    Lo sages voit-ge membrer de science et aprendre celui qi viaut mires estre en ce que il tesmoigne sa preciouse art ensi com elle est. Il doit estre veritable et sanz vilanie. Au comencement doit-il conseiller l'ome a penetance, por qu'ele est sovraine mecine qu'il poisse avoir. Car penitance est meistre et roine de toz vertuz. Apres lo doit-il conforter, por ce qe-u confort aide mult l'omme a guarir. Puis qu'il est entermis de lui guarir, i doit-il sorestier ausi que il ne soit entrepris por lui meismes. C'est que il i face tot ce que il conoist por sa arz, por lui guarir sanz aucune perece. Mes il ne doit trop rire, por qu'il tesmoing folie. Il ni doit parler se no paroles d'otilié, por qu'eles vienent plus notees [que] d'autres homme. Et s'il parole aucune folie, ele sera plus membree ca cent science. Il doit aovrer sa art aus povres sanz perece por amor Deu plus joiousemetn car a nului riche por avoir; por q'il est sovrains guahang ce | [fol. 4ra] que se feit a son nom. Il doit aler bien vestu, ausi com il ferre puet, et de lons dras; por ce car les riche vestimente portent avo eles grant honor et confort, et les lons [dras] est senefiance de sen et d'umilité.
 
 

[16] La dotrine des juige.

    Grant droit covient charjer les juige, a ce qu'il ni soient juigié par son juigement ou jor dou juise, ni blasmé en cest monde por les jenz. Don il deivent conseiller(s) droitement caus qi li proient consoil por Deu: les riche por avoir selonc raison et mesure, et les povre por amor celui don il ont tel grace. Il deivent aider les veves et les petit orfanins por amor Deu a mantenir lor raison. Il ni deivent desfendre lo tort, disant: -- Nos vençrens bien, -- par lor tolir aucun avoir. Ainz les deivent-il feire acorder ensemble. Il se deivent tot or esgarder el mireor de vergoigne por afiner son san et sa droiture. Il deivent avoir paor en lor cuer de lor forfeiz, ausi com il auroient, se tuit li sausent et veissent, a ce qe il poissent desfandre lor ames de la bailie dou Diable, et lors cors dou desenor de cest monde.
 
 

[17] La dotrine des home de cort.

    Li homes de cort deivent conoistre lor noms. Car tant vaut dire home de cort com meistre de cortoisie, ausi com entendrez en la dotrine des chivalers. Don il deivent estre apris en ce qe viaut san, cortoisie et meure, por aprendre les chivalers en ce qe viaut son ordre. C'est caus qui s'abeisoignent de lor dotrines. Apres por membrier les biens de l'un a l'autre, a ce qe-u boens prez d'aus deie aler tot or avant de bien en mieuz, por doner esample de bien a tote jant. Et por ce deivent-il estre receu por aus en chascun leu joiousement, et avoir a boivre et a mangier, et autre qe lor coviegnent segond raison. Ausi orroiz en | [fol. 4rb] avenement. Et ausi soloient estre li homes de cort anchienement quant chivalerie regnoit. Mes ore sunt mult changié les afeire. Car tex s'apelle home de cort qui ne sauroit pas bient chacier un asne, la quel chouse fu meister son pere. Et vos savez bien que de pors ne poit cortois fil nastre. Et c'est por caus chivalers, qi aiment les mauveis qui sunt apris en ce qui viaut honor et bien; et c'est por chivalerie c'a perdu son roi et son sangnor, don somes toz en tel tormenz, car se-l douz Sangnors no [nos] garde a sa merci, lo rois de vilanie no sera pas enprisonez en [le] chasteu [deu] dragon. Ainz chevalchera-il a banere despleiee par tot le monde sanz grant defension.
 
 

[18] La dotrine dou poevre cortois.

    He jounes! Entend, tu qu'es borgois, et qu'es riches de cuer et povres d'avoir. Tu doiz mantenir cortoisie a ta posance, ausi qe tu ni soies entrepris de raison por li mauveis. Por ce que l'ome fait de poevres, no vient tenu repost; ainz i vient dit plus qe non est. Don tu doiz aler vestu de caus dras qi te covienent, et que usent caus dou tuen degré, ausi com est costums dou pais ou tu demores. Tu no doiz pas aler en chauces, por qu'il no se covient a nului, se il n'est chivaler. Et cil viaut estre ausi riches homes, que il tiegne un compaignon a lui. Ainz doiz-tu aler chauciez selonc l'ux de la terre ou tu est, de ce qu'i te coviant. Tu ni doiz porter patins de lege, por que(x) no se covient s'a pirnce non. Estier mires, ou juiges, ou meistres de dotrine, qui les puet porter par jurdicion de science. Tes garnimenz deivent covrir tes genoilz tant com tu es jounes et plus non. Tu doiz user ou les boen, et fuir les mauveis riche; por ce q'il ne te volent veoir se non a lor besoignes. Et lors recevent-il ton servise riand et juant, et mostrant dou tot grant joie tant come il t'aovreront, offranz a toi grant honor et bien. Mes quant il t'auront | [fol. 4va] aovré, il ne te voudront pas veoir, por paor dou guerredon; ainz diront-il que tu seras fol, et qe tu ni viauz laborier. Et ausi guaberont-il plus de toi car toz li autres homme, pensanz tot ore, cum il poissent avoir en toi aucun servise. Apres, se tu as aucune chose qe li pleise, com il la poisse tolir et avoir. Don tu le[s] doiz fuir, et user a caus qui sont auques mieuz do toi, feissant li servise et honor, ausi com tu veras qu'il s'esdigneront vers toi.  Et n les doiz pas tant servir en un jor, que tu ne i poisses servir en un autre. Por qu'il s'afreideront ver toi, quant il auront toz tes servises, ausi come lo chiens feit contre celui qe manjua; que il li sta tot or devant monstrant li biau scemblant, por qu'il i doint a mangier, et por autre non. Et quant il i done un poi do son pain, il mostre plus biau scemblant, a ce qe il i doint l'autre qe reimain. Mes quant il li a tot doné, ausi q'il no veit rien da mengier plus devant lui, il se part d'alues. Et se il ne puet mangier tot ce qe il li a doné, ill en foege, et no retorne plus devant lui, puis q'il seit qe il ne i puet doner plus. Et ausi aime lo chiens l'omme et non autrement. Et autresi font les riches eschars et aveirs lo poevre.
 
 

[19] Coment vindrent les serveces et sa dotrine.

    Au comencemant Dex, ausi com dous Sangnor qu'il est, fist Adam, et de lui est ensue tote l'umeine generacions. Dont toz devrons estre frere et serors en lui, puis q'il nos a creé en cest monde a sa scemblance et mis ici por conquere (com est) Paradis. Mes por les mauvesties qe-u maveis dragron conseilla es cuers de caus qui pleirent sa mauvestie, sont li homes devenu ses membres, ausi com dit saint Escriture; et quoi?  Car cil qui font les oevres de lui, sont ses filz et ses membres; por creation non, ainz por oevres. Don somes tuiz ceu en serveces por l'aoevremant de son consoil.  Et sas comant. Tu doiz savoir que l'omes fu creeç saint et boens et sanz nulle servece, et mis en Paradis de deletance por creistre et mouteplier caus qu'i fossent a lox Deu sanz servece. -- Hai douz peres! Et qe dites-vos! N'est servir | [fol. 4vb] Deu grant servece? -- -- Nenil. Ainz glorie et pardurable leece.  -- -- Mes que est servece? -- -- Tristece d'ames et tribulations de cors; qui ausi tost com l'ome pecha en Paradis, s'aime fu contristee, et son cors mis en grant tormenz, quant il fu mis a laborier, et qe il li fu comandez q'il se deust retenir d'or avant dou suen suor. Don ge te di, qe quatre serveces sont en cest monde. La primeraine fu cele qe ge t'ai dite, quant l'omes pecha en Paradis, qe il se mist a servir: lo laborier, por soi tenir en cest monde. La segonde fu cele de Chal lo fil Noe, quant il esgaba son pere qi manoit descovert por le vin qu'il avoit beu: qe sa semence fu mise en servece de serf de Deu. La tierce fu por les Romains qui anchienement sangnoresevent tot le monde.  Que cil qui no les voloient obeir, il chavachoient sor aus a grant esforz, et les destruissoient toz quant il les avoient conquis, jusqu'il establirent ausi, car tuit cil qu'il conquissteissent fossent lor serf. Et d'or en ca est la servece mult cresue, por li amperiers Romains, qui ont mantenu cest estatut, et mantienent encor ades. La quarte est, qui as poevres son conceu por li amperiers qe il poissent vendre lor filz, por doner as autres a mangier, ou por delivrer aus de mort, ou de prison perilouse ou il ne soient par son forfeit, et por autre non. Mes cil qui sont sozponu as autrui por aucune de ces serveces, i deivent servir(s) ou boen cuer et leiaus, puis qu'il sont conceu a lor servises por li amperier temporablement, por qu'il sont pleit au douz Sangnor, jusq'il se leissa escrivre au treu de Cesar. Apres q'il est mieuz estre martiriez en cest monde por la semence Cham, qe n'est en l'autre por le Deiable. Mes lor sangnor les deivent amer et cherir sor toz caus dou monde, puis que il ont non de sangnors por aus, et por autres non. Por ce car nus puet estre sangnor sanz serf, ni sers sanz sangnor. Apres qu'il est hors de toz honor dou monde por lui. C'est franchise de cors. Que a poine puet-il estre ausi boens, qe il viegne presiez por la servece. Don li serf son naturablement | [fol. 5ra] mauveis, por q'il vienent tenu en servece outre lor gré. Et cil qui sont boen, si voudroient cherir ausi sor li autres, com li esparvers blanz vienent sor li ros.
 
 

[20] La dotrine des chivaler.

    Precious ordre est chivalirie, puis q'ele fu esleue a mantenir tot le monde en paz. Don lo chivaler doit mantenir droit et raison a tote sa posance, et cherir largesce et fuir avarice, amer leiauté, et hair felonie, user cortoisie et oblier vilanie
    Droit est que nus mal i doit plasir, et qu'il ni doit amer nul home aovrand lo tort. Raison est qu'il se doit esforcier tant com il poit plus, a destruire lo tort, a ce qe-u droit pormaigne en son valor. Largece est que il doit mantenir sa meison sanz nulle avarice. C'est en tel guise qu'il doit sorestier a ce qe il a, ausi qe il poisse mantenir ce qe il doit. C'est beles armes, et chevax et riches guarnemanz a lui et a sa famae. Boivre et mangier en sa maison, ausi qu'il ni vande por ce sa terre. Vestir ses filz dox foiees en l'an de cotes, et plus non, tant com ilsont vasleit. Et si se doit feire a lor servir sanz aucune perece, por qu'il en vaudront mieuz tant com il vivront. Il doit estre sangnors, tant com il est vis, de sa meison, et sa fame dame. Il ni doit fuir por legierre ocheison de bataille, ni de nuil leu ou il soit, por qu'il ne covient a son ordre. Il ne doit feire ce qe i soit desenor, por conquere avoir a sez filz, ne de ce que il a mal trere por il despendre et doner; por q'il ne i traroient s'ame des peines por la disme part de ce que il leissera, bien qu'il le poissent feire. Il doit vestir ses filles au mieuz q'il puet. Et quant eles son en sa eié, il ne les doit pas tenir en sa meison, s'il les puet marier si com i coveignent ou auques pis, ainz que les ratenir longement a lui. Se aucun chivaler vient en sa meison por lui veoir, ou per herbergier, il lo doit recevre ausi volenter, com il voudroit estre [receu] en la meison de lui por aucun besoing, que il i alast. Et lors se doit-il esforcier en boivre et en mangier et en tote joie, por lui honorer tant com il i sera. Apres, s'acuns homes | [fol. 5rb] de cort i vient, il lo doit recevre, si com a lui covient.
 
 

[21] Coment vindrent li home de cort.

    Mes li chivalers doit savoir que il sont de qatre generation homes de cort, et si les covient-il savoir tot qatre, s'il viaut mantenir largece. La primeraine fu au comencement de chivalirie, quant Ninus lo rois de Niniven l'ot establie. Et si te dirai coment. Car en celui tens que chivalirie fu comencié, si com vos orroiz en l'avenemant des chivalers, fu uns home mult enseigniez de tote cortoisie, et por ce fu-il apelez meistre de cortoisie; et celui aloit par totes parz, ou il savoit les chivalers qui s'abesoingnevent de lui, por aus aprendre en ce qu'il avoient pris. Et de ce ot-il tele jurdicion por la corone, qu'il en chavauchoit destriers et palefrois, por acompaignier les chivaler en les tornois. Apres lo vestoient a lor ensenble. Et ni estoit pas en aucune condition ou lo pouple. Ainz i estoit desbandiz toz les biens des chivalers a boivre et a mangier a lui et a ses chevaux, ou il aloit. La segonde fu apres celui tens, quant lo roi Ninus ot vencu Cham, lo fill Noe: qe uns home [fu] qui estoit mout sotilz d'engin, et son delit fu ausi, qe il mist en istoire tot le bien qe-u roi avoit feit. Et de ce i dona lo rois une ville o tote sa cort, et qe il poist chevauchier palefroi por sa science. Apres q'il ne fust en aucune condicion ou le pouple. La tierce fu ausi, que uns home, veant lo bien et l'onor qui avoit celui por sa ystoire, prist a changer ce q'il avoit dit devant les chivalers. Et ce fu le primerains chant qui fu chantez par [a]ux. Don il i donerent lor vestimente. Apres lo retindrent a lor, feissant li honor et bien por son chanter. La quarte puis darrer longement fu ensi, car un poevres hom qui estoit mout biaux de cors et de faicon qui ne voloit pas laborer, ala chiés d'un chivaler, et si lo salua si com il soit. Et il li dist qu'il estoit d'une ville d'iqi apres, la quele estoit d'un chivaler mout boens et cortois. Et il li demanda de lui et de sa famae. Et il li dist si come foll, qu'il l'avovoit veu joster | [fol. 5va] l'autre jor a sa fame qatre foiees en demi d'un suen jardin, ausi com li cerf font lor pareilles. Et il s'en esjoi mout por chivalerie qui estoit ja auques enperie por lui et por maint autres. Et puis lo fist-il amener en sa cosine, et iqui i fist-il doner a boivre et a mengier a grant foison et autre non. Mes celui chivaler qui viaut mantenir largece, covient conoistre l'ome de cort, quant il vient en sa meison ou apres lui la ou il est, dou quel de cist quatre il sint, et ses ovres, a ce qu'il receve chascun ausi q'il ne soit entrepris por les boen. Apres se doit-il membrier de caus qui sunt poevre et mesasiez d'avoir, qui ni soient faus ni treités, ausi qe il aient raison de lui servir et honorer, et doit savoir et conoistre que largece n'est autre se no doner, et tenir la ou se covient.
    Leiaulté est, que il doit mantenir ce qe il a juré. C'est la chouse paleise, ausi com vos orroiz en lor avenement. Cortoisie est feire et dire bien et autre non. Mes se il la viaut mantenir, il doit savoir que doex maison sont en cest monde: une do reison, et l'autre de cortoisie. Cele dou reison deivent mantenir et celebrer la clercie. Cele dou cortoisie li chivalers. Donques li chivalers qu'est maison de cortoisie ne la doit gaster, quant autres sont asis apres lui; c'est por mal parler ni por seoir, vilainement geissir ce no covient iqui. Il ni doit tolir son mestes a l'asne, por soner de soz; hainz lo doit-il mout hair. Il doit honorer chascuns qui trepasse devant lui, en dit ou en feit, si com se covient, por lui trere a son amor. Il doit honter chascun qui vilenist devant lui, plu que la vileinie n'est, a ce qu'il ait paor de plus vilainer devant lui. Il ni doit paer les poevres de son servises dou promession, ainz ou boins fet, por qu'il lo servira plus joiousemant un autre foiee. Il ni doit hair ses serf por enscusemant, ainz conoistre lo voir, et ne les doit pas ferir a tort, por fere as austres a pleisir; por q'ele n'est maistrie a feire domeche savage, ainz folie. Il se doit esforcier | [fol. 5vb] ves lor de parsone et d'avoir, a ce qe il l'aiment de boen cuers et leials; apres qu'il est grant honte puis qe-u sers ne tient neient por lui. Il ni doit pas feire ausi aus suen com lo Deiables feit a caus que plus l'aiment, q'il li monstre maintes chouses por aus trere a son servise, et cil qi plus i sert, et il pis i feit. Don il se doit membrer dou douz roi Jesucrist, de que il fist a ses deciple sor touz caus dou monde, a ce q'il aient en lui tel amor, que chascuns receust peril de mort por lui mantenir. Il ne les doit pas honter por servage, ainz membrer qe il sont homes. Il ni doit geisir a nulle de ses fammes, por q'il tesmoingne lui no dignier-se d'autre. Ainz i doit-il doner barun, s'eles no se poient marier por elles meismes, a ce qu'eles et sa semence l'aiment leiaument. Il se doit membrier dou pomer, com il est biaus et pleisant por ses ranz, et il por lui; que la doucor dou fust les feit botoner et florir et fruiter, et feire semance. Et lor biauté lo feit mult cherir ou sa bonté dau suen sangnor. Et ausi doit estre boens sangnor ou ses sers, que il doist estre fut, et il rams, a ce q'il pleise au douz Sangnor qui l'a planté en cest jardin por fruitier en ce que i seit honor.
 
 

[22] La dotrine des dames.

    Les dames mult cheris deivent ce que aiment lor baron, a ce que il soient tot ore de boen voloir ver eles, et no se dievent pas clamer a aus de chascune mesprison de ses serjanz, ainç teisir toz les petiz forfeit. Elles se deivent atorner de chief et des cors chastement, si com covient a son tens, rire et juer a lor baron por aus tenir hors de pechié d'autres fames. Elles deivent aprendre lor filles cosir et atailler et autres oevres d'aguille. Et no les deivent pas laiser nule d'eles sole en lor chambre. Car uns proverbes dit: Chambre voe feit pulcele fole. Nule dame doit ferir home, pro qu'il est son chief. Ni home fame, por qu'ele est normanz et sa doucece. Elles deivent estre chaslines. Et quant elles vont en aucun leu, il doit estre ou le congié | [fol. 6ra] de lor baron. Lors deivent-ele aler au pas petit, por qu'il no se covient a nulle dame plus errer por voie, por ce qu'il senefie san, humilité et doucece, et ce covient mult a lors cors, por tesmoignier aus osteus de ce que vos avez oi. Elles deivent mener lor filles devant elles por elles garder d'acun faliment, et por elles aprendre l'ux et le theches que i covient. Elles les deivent comander a saluer por caus qui ne conoissent pas cortoisie. Apres no deivent esgarder l'omes riand ne juand, por qu'il n'est tesmoing de chasté; ainz deivent-elles esgarder sor lor filles, a ce qu'eles ni aprendisent aucun ort ni leid scemblant, et puis devant lor piez por mieuz errer. Elles deive[n]t saluer les chivalers ou lor laingues enclinanz lor chief, et l'autre jent ou lor chief simplement; por ce que maint homes dou pouple no s'esdignent d'oir lor voiz. Elles deivent reparier plus tost qu'eles poient; que longe demorance no i covient hors de lor meison. Elles doivent guerrerdoner les poevres fames de lor servises, sanz lons targier, et doner li secors et aide ou li congié de lor baron. Elles no deivent pas nus eschernir, ainz honorer, si com i covient.
 
 

[23] La dotrine des damoyseles.

    Les damoyseles deivent sorestier au scilence, et no deivent parler, s'eles ni sont enquises; ete ce doit estre ou grant paor de faillir; por ce car lons parler ni covient a nule fame, apres qe la dampnacions fu trovee por la primeraine parole qu'ele dist. Dont elles deivent parler droitemant cel poi qu'eles parolent. Elles no deivent aler trop espresmant as fenestres, por qu'il n'est caste tesmoing. Apres no deivent guaires rire, et cel poi qu'eles rient doit estre ou grant doucece d'ame, por tesmoignier eles ostex de doucor, ausi com eles devoient estre de raison. Son delit ni doit pas estre en rien da mengier, ainz d'onor et de bien. Quant aucuns parole aucun boen mot, elles deivent oir(s) et | [fol. 6rb] entendre. Et au maus estre sordes et oblieres. Au bien respondre, s'eles sont enquises, et au mal teisir. Oblier lo mauvais coraje e-l boens remembrer. Covrir sa folie, et son san descovrir. Eles no deivent pas seoir a nule dame, s'eles ni soit comandees por ele, et ce doit estre brevment et poi; ainz deivent seoir a ses piez. S'eles vont a eles en aucun leu, eles no deivent pas saluer ni ancliner a aucun, s'eles ni sont comandees por elles a droite corteisie; por ce que les graindres deivent saluer. Mes faicent selonc dou pais, por qu'il trepasse tote cortoisie temporablement. Mes se aucuns les salue, elles i deivent ancliner un poi soulement et plus non, et ce por qu'il no conoist cortoisie, a ce qu'il no les mal parlast. Elles deivent aovrer cortoisie contre toz. C'est taisir et oblier toz max, et feire et dire toz biens, -- c;est cortoisie et autre non --, a ce qu'eles viegnent ramentoees por avoir son honor. Elles deivent celebrer les boens prez, et avoir grant paor dou mauvais. Que uns phylos[ophes] dit aisi: Beés les virge que criement putanaje en lor virginité. -- Por ce qe-u boens prez i dorra secors et aide a toz lor feit, et lo mauvais domage et confusion. Apres i ira tot or devant en cest monde et en l'autre.
 
 

[24] La dotrine des vaslet.

    Les vasleit deivent sorestier a enprendre de chaus qui sont apris en ce que covient a l'ordre de chivalerie. Au comencement doit lo valez aprendre letres, por ce qe sa vie en sera tote alumee tant com il vivra, por qu'il en saura meuz amer et conoistre Deu, et mieuz lo droit dau tort. Apres i sera mout grant aide a son aprendement en ce q'il voudra. Il doit metre son estude a conoistre, et a mer Deu, aovrer cortoisie, a ce qu'il viegne coneu au comencement sages et cortois; por que le boens comencement est boens tesmoing de bien feire. Dont il doit avoir grant paor de vilener, et ferms voloir ver le douz | [fol. 6va] Sangnors que i doint secors por sa douce merci, de ce qu'il plus abesoingne. Et por ce doit-il honorer toz les amis de lui, ausi com dit lo psaumiste: -- Hai Dex! -- feit-il, -- Tex amis sont trop d'estre honorez a moi. -- Lo valet no se doit deliter en trop mangier, por feire pance; q'ele ni covient se no as pors. Ainz doit-il metre son delit au chevauchier. Mes no chevax ambleors, ainz boen destrier, ou l'escu et la lance aprendant da caus qui sevent chevauchier ou jambes, et qui sevent bient tenir et porter lor armes. Por qu'il i sera mout grant confort a savoir, et grant desenor a no savoir, quant il en sera au besoing. Il ni chevacier palefroi; ainz roncins trotiz, por q'il aprendra mieuz a(u) chevauchier. Il doit aprendre des chien et des osiaux, lancer et escrimer, saillir avant et en arrier. Il doit user ou les boens, ainz qu'il ne doit ou le mauveis. Mes quant il est apres des chivaler, il ni doit onques parler, estier en respondant; et ce doit estre plus brevment q'il puet. Il net doit pas seoir a lui en nulle guise. Et se il i seit, por ses comanz, por feire ou dire a lui aucun apleisir, il ni se doit pas lever, s'il no se lieve a lui, ou por ses comant; estier l'ux dou pais et sa costume. Mes s'il est a lui en sa meison, il doit bien lever contre sa fame ou de ses filles, s'eles sont ausi granz, q'eles soient en sa eté, sanz lui comandement, s'il ne li est por lui deffendu; por qu'il no se covient a chivaler lever por sa fame ne pro ses filles en sa meison, si ne i fossent autres chivaler. Et lors se doit-il lever por acompaignier aus en cortoisie, et por mieuz honorer lor en sa maison. Nus valet doit porter chaces de sage, ne solers entailliez, patins, mantel, ni sorcors, scarlate, ne moreene, nuil dras de soie, ne gua[n]z, se il n'est por grant messeisse de lui, ou s'il n'est valez, qui demore ou aucun baron, ou aucune dame por aus servir, que puet porter guanz solemenz, de ce qe vos avez oi et plus non. Et caus por tenir ses mains blanches et belles por destaillier ou por feire autre servises a la table. Mes s'il | [fol. 6vb] vient tramis por son sangnor a nului por aucun feit, il ne doit pas saluer celui ou il veit, ainz dire son mesage; por ce qu'il lo salue de part son sangnor, quant il li apresente ce por quoi il li a tramis. Et s'il dit: -- Bien sis-tu venuz! -- il doit dire: -- Mesire, vostre merci. -- Mes au congié doit-il dire: -- Ge voil aler ou vostre grace, -- et autre non; por q'il n'est digne d'autre congié, tant com il est iqui por ce qui i soit a pleisir jusqu'il est apres lui, a ce qu'il s'esdigne de boen guerrerdon. Mes s'il vait ou dames et ou damoyseles et ou pulceles, il doit aler au pas petit, da un lei un poi devant elles, et ni doit pas saluer aucun, tant com il est ou elles par son guieors. Il i doit atorner la voie devant, por bestes ou por autre que no i feist anui. Il ni doit avoir lo piz ploin des mauveises  paroles, ne ses membres de mauveis feit. Cel poi qu'il parole doit estre a pleisir a toz ou il est. Il ni doit pas estre mençognier, par tolir son mester au mauveis. Aucune chose des poevre ni i doit plesir, par tolir. Et se il la recoit, il la doit guerrerdoner plus tost qu'il puet. Son delit doit estre plus en done[r] as autres, que a lui recevre; por ce que l'omes recevant vend soi meismes. Et ausi vivoient les valez ou tens anchienor, por ce qu'il venoient chivaler en chiés de quinze anz. Mes ore sunt entachié tot le boen costums et teches. Don les valeit deivent vivre segond les teches dou pais en vestimentes et d'autres chouses que i soient honor profitables, esguardant tot ore ou mireor de cortoisie por lor desfendre dau roi de vileinie.
 
 


[25] Des trois generacion de jant.

    En cest partie dit li contes, ausi com la scriture nos manifeste: voirement, trois generations de janz sunt en cest monde et plus non. C'est jantilz, serf et cremeros. Les jantilz sont eissu de Sem lo fil Noe. Les sers de Cham son meindre frere. | [fol. 7ra Les cremerous de Japhet, lo tierce frere. Por engendremenz non, ainz por oevres. Et si te dirai comant. Au comencement, quant Noe issi hors de l'arche, et qe Dex i dona la vif, la planta-il, et en celui jor fist-il vin de ses rams. Mes puis q'il en but, fu-il endormiz et ivre, si com celui qui estoit en la pel des rasin. Don il se descovri ou son ausi qu'il i parut sa vergoigne. Et lors trova Cham la servece, esguabant de lui joiousemant. Et Japhet ses maindres frere la paor; por q'il ni osa blasmer Cham de son forfeit por la paor de lui. Et Sem trova la gentilece. Car quant il vit son pere ausi ester, com vos avez oi, il en ot grant vergoigne. Apres honta mult Cham de ce qu'il fesoit et disoit de son pere. Et Japhet de ce qu'il no i fist desenor. Et les osta hors de la maison, a ce qu'il no veissent la vergoigne de son pere. Et lors prist-il un paille, don il estoit afiblé(r), et lo porta sor son pere, alant en arrer lui; por qu'il no vousist, se il fust esveillez, qu'il saust qe il l'aust veuz ausi descovert ester. Et cele fu mout grant cortoisie, que sa gentilece i fist fere. Ce fu la franchise de son cuer, disant ausi: -- Se il s'esveille, et il me voit por le vis alant ver lui, il se vergoignera de moi, crezant que ge l'aie veuz descovert. -- Don il ala ausi com vos avez oi. Mes quant il fu esveilliez, et qu'il soit et conuit lo voir, malehit-il Cham et sa semence, et dona ese filz en servage a Sem et a ses fiuz, por q'il esgaba de lui, si com ge vos ai dit. Et Japhet comanda-il a estre cremerous, il et ses fiuz, por Sem et por ses fiuz, apres por Cham et por ses fiuz, por q'il fu fontaine et nassimant de tote paor, quant il ni osa blasemer lo pechié son frere. Don toz somes eissu de cist trois. Les gentiuz sont toz cauz qi sont apreis en ci qi viaut honor et bien, et qui lo metent en oevre a tote sa posanc. Les sers sont toz li mauveis. Les cremerous sunt toz les laboreors, por qu'il ont sempres paor des boen et des mauveis. 
 
 

[26] Les generacion des filz Noe.

    De Sem issirent vint et set generation de jant tant com il vesqui. De Cham trente. Et de Japhet qinze. Et ces trois se departirent en trois part dou munde. | [fol. 7rb Sem ala en Asie. Cham en Africe. Japhet en Europe. Et autresi tindrent les filz Japhet la region scenptentrional da Tors et d'Amarie, et des monz de Secilie et de Syrie jusqu'au flum Thanain, et de Europe jusqu'a (au flum) Guadira. Les filz Cham tindrent Syrie et Amain, et toz les terres de Libano, les queles sunt apres dou mer pendanz jusque a un ocean. et nomanz chauscune si com il voloient. Les filz Sem abiterent Asye da Eufraute jusque a un ocean, faissant iqui comencement des terres. Et d'ax vos voil-ge laissier ici por reconter de Cham et de sa semmence, a ce qe vos sachez les comencement des sangnories temporablement, ausi com elles furent.
 
 

[27] Coment vindrent lo primer sagnor et le dux.

    Cham lo filz Noe engendra Chus et main autres. Et Chus engendra Nenroth et main autres. Et Nemroth ediffha Babiloine, Arath, Archath et Thalane, en une contree qui estoit apelee Senaar. Et cestui Nemroth fu mult fort et de grant estature, car il estoit lons bien dis codes, et fu mout gros segont sa longece. Et cestui comenca primerement estre poissant en terre sor les homes devant le douz Sangnor. C'est contre lui; por ce qu'il constreçoit li home aorer les idles. Ondes vien dit en sainte Escriture de chascun fort et maveis home Nemroth a soe scenblance. Coment il reigna primerain, ge le vos dirai voirement. Lo centisme anz puis lo deluive nasqui a Noe un fill en scemblance, lo quex il noma Yonitun. Et lo troiscentisme anz i dona sangnories, et si lo leissa en une contree qi estoit apelle Ethan. Et il i entra por li comant son pere, et vint jusque au mer que vien dit Ellyostora. C'est regions dou soleil. Et alues recut-il da Deu don de sa sapience, et trova l'astronomie. Mes Nemroth lo geanz vint a lui et si li pria, qe il li aprendist, es quex [leus] l'omme reignorioit primerain. Et il vit por astronomie, monstranz li des le voir lo naissiment de quatre reingne, et lo chaimant d'aus par successions. C'est ausi com la corone devoit aler de l'un en l'autre. Don il dist au Nemroth: -- Les ques qi reingneront primerain, seront de caus de Cham. Tu seras dux en | [fol. 7va] Senaar. De toi descendra Belus, qui sera rois en Babiloine. De sem istront Medieins, Pers, et Grec. De Japhet les Romains. Mes lors se departi Nemroth de lui, mult eschaufez de sangnoregier, et proia mout la generation de Sem(oth), que il lo tolissent par lor sangnor. Mes il no-l creanterent pas mie. Don il ala aus filz de Cham, qi avoient pouplee Babiloine et ces cité q'il avoient edifiehes. Et iqui fu-il primerains sangnor et dux que fust ou monde por le lor loemant. Sangnor, que il sangnoregoit si com il voloit, a droit et a tort. Et por ce dominus, c'est sangnors, est lo greignors noms dou monde; car dominor, dominaris se derivent de lui. Dux, qu'il les menoit a lor honor profitable. Et por ce dux, c'est meneors, se derive en Latin a duco ducis. Et por cest esample comenca Ietrain reingnier sor les filz Sem, et Suffune sor caus de Japhet. mes Phylo parole ou Livre de Question sor lo Genesis, car de trois filz Noe a son vivant nasquirent viint quatre milz home estier les fames et petiz enfanz, aient trois dux: Ce fu Nemroth, Jetrain, et Suffune, li qex menerent chascun son pouple en ce qe li no feist tort a l'autre.
 
 

[28] Coment vindrent les laingues.

    Mes puis qu'il furu[n]t cresu et mouteplié, s'ascemblerent li duc ou lor jenz en Babiloine, et hedifiherent une tor, par le consoil Nemroth, ou il poissent manoir a seur, se-l deluive retornast. Mes Dex, veant lor orgoil, i mist division en lor laingues, si que chascuns parloit une laingue por soi meismes. Et lors furent trovees les laingues qui or sunt ou monde. Car cele que parloit l'un, parloit l'autre jusque li. Ce estoit laingue Ebree; por ce qu'il n'en estoit plus eue. Mes puis qe cele division fu entr'aus, se departirent-il par tot le monde, hedifihanz cité, et villes, et la tors remest greignor mant desertee por les ange deserteor. Et lors se departi Assur de Senaar et ala en une contree mout boene et bele, ou il estuit mult longuement. Mes puis que il l'ot pouplee, morut-il iqui, et elle remest | [fol. 7vb] a un suen fil qui ot nom Sarug. Et cil l'apella d'or en avant Asyrie por amor son pere. Et de lui vos lairai ci, por retorner a Nemroth, qui remist en Babloine tant com il vesqui. Et puis sa mort fu Bellus son fill encoronez en Babiloinne por le loemant de toz caus qui abitoient cele contree. Et celui mist jenz a chevaux por sangnoregier tot de viron lui, don il fu mult cremuz, jusqu'il (i)vint en Asyrie, por deserter Sarug de cele contree. Mes puis que il l'ot chachié hors d'Asyrie, fonda-il une cité en demi la contree, ou il morut; et leissa la terre a son fil, qui estoit nomez Ninus. Et il remest a sa mere, que fu mout sage famme, la quele fu apelee Semiramis.
 
 

[29] Coment vindrent les chivalers.

    Puis que Ninus fu encoroné de Syrie, fist-il amplir la cité qui avoit fondee son peres, trois jornees; et si la noma Niniven. Don maintes ystoires dient, lo reingne d'Asyrie est venuz da Belus ses peres. Il a voir tant com au comencement. Et autres dient qu'il est venuz da Ninus. Et ce a voir, com por amplecion, et por q'il reingna primerains en li. Don Niniven se derive en Latin da Ninus, Nini.  -- Mes por ce que caus de Babiloine ou toz cauz de Cham, estier lui et sa jent, lo guerroient mauveisement, robanz et feissant ce de maus qe il pooient en son destreit, fist-il ascembler tote sa jent devant lui. Et fist feire de toz millers por consoil de plus viauz. Et chascun millers fist-il eslire un. Ce fu cil qi estoit plus biaux de cors et greingnors. Et a caus fist-il jurer, a chascun por soi, a mantenir .cinc. (e)capitre. Lo primerains fu sainte Foi, si cum caus de Sem faissoient. Lo segond fere droit en tote l'uimeine generation. Lo tierz combatre lo tort en chascun leu, ou il lo saussent, et no leissier por paor des cors. Lo quart non usurer(es) en tote sa vie. Lo quintoismes no mentir onques meis. Unde lo chivalers vient dit miles en Latin, por qu'il fu esleuz de mille lo plus plaissant e-l melors, apres que il furu[n]t | [fol. 8ra] milz caus que furent esleu, ausi com ge vos ai dit. Et autresi se derive-il en Latin da durece, por qu'il jura de maintenir la chouse paleise. C'est raison et droit, ausi com vos avez oi. Et cil furent tramis por garder sa terre das robeor. Et il lo firent mout bien et biau. Mes a ce que chascuns poist mantenir son cors a ce que ge vos ai dit, i dona li rois por leomanz de toz tant q'il poist mantenir un deistrier et vestimente a lui et a sa fame ou un escuier en sa maison, et und chamberriere a sa fame, et plus non. Et ce fu la segnorie de tantes terres, ou abitoient cent laboreors. Et cele fu apelle d'or en avant une chivalerie de terre, por ce car tuit caus qui abitoient iqui, servoient au chivaler. Et il les mantenoit en raison, et estoit son escuz contre caus que i voloient feire aucun tort. Et il en servoit au roi, por mantenir lui et sa poissance. Et ausi furent devisees les terres de Niniven en chevauleries, por lor deffendre das robeor, et por maintenir sa terre en paiz. Don elle crut ausi por ceste que vos avez oi, qu'ele fu la graindes cité que onques fust d'or en ca. Et por ce qu'il comenca a mantenir droit, s'ascembla Cham a tote sa jenz, qui estoit encor vis, et qui reignoit en Tracie, et vint sor lui. Et il combaté a lui hors de sa cité ou tote sa jent, ausi q'il lo chaca de camp por desconfit. Et escampa droit en Tracie, ou il fu dit Zoadestres. C'est troverres de l'art de nigromancie. Et iqui trova-il les set ars liberax, li queles il escriz en quatorze colongnes. Les set furent de rams, et les autres set de pierres. Et ausi fu encoronez Ninus. Don lo rois se derive en Latin da rego, -gis.
 
 

[30] Coment vindrent les ydles.

    Mes Ninus, quant il se vit ausi engraciez, et que ill ot vencuz Cham lo filz Noe, fist feire une ymage mout bele et riche et dou tot bien aovree a l'onor Belus son pere. Et cele fasoit-il aorer a tote sa jent en leu dou pere, por lui honorer. Ondes maint homes qi avoient lor morz en reverence, firent feire ymages a celui scemblance, et lor tenoient | [fol. 8rb] en lor chambres, portanz li dou tout honor si com a Deu. Don les deiables, veant lor mescreances, entrerent en ce ymages, parlanz a aus, por lor trere a lor tormanz. Ondes la primeraine idles vient dit Bellus de caus de Syrie, et autres l'apellent en lor laingues Bel, et autres Beel, autres Baal, autres Balin, autres Beelfegor, et autres Beelzebut.
 
 

[31] Coment vindrent li vavasor.

    éNinus li rois fu mult engraciez, ausi com vos avez oi, por le boens comencement qu'il fist. Mes puis qu'il ot feit l'idles, entra la mauvestie en ses chivaler, ausi qu'il comencerent gueroier lui et sa jent. Don sa terre vint en tele destrucion, qe les laboreors ni poíent pas laborer au seur. et lors s'ascembla bien trois cent chivaler ensamble, et vindrent devant lo roi, et li distrent devant le pouple: -- Si vos volez otrier a nos la setoisme part de cel des laboreor, et qe nos ni seions en aucune condicion ou le pouple, nos les garderons, ausi que il laborrerent au seur. -- Et il li otroia por le lox de tote sa jenz, a ce qu'il lo servissent ausi com sangnor. Et lors firent feire aremeures sores trestoz enscemble, por aus conoistre das autres chivaler. Et por ce furu[n]t-il apelé vavesor. C'est cauz des armes sores. Et autresi se derivent-il en Latin de vado, vadis; por qu'il aloient dis et doze enscenble, auseuranz tote la champaigne et les chemin. Et ensi retornerent-il Niniven au seur, ausi com ele fu mes. Don il vindrent si tresriches homes de [la] setoisme pars qu'il orent des bien des laboreor, qu'il no la pooient despandre en ce q'il faissoient. Don il firent feire toz eissamant maison sor les chemin coranz, ou il abitoient. Et iqui tenoient-il  les tables covertes, et les chauderes a feu, por doner a boivre et a mangier a toz qi trepasoient par ci. Apres li albergoient a grant honor, ausi que neis li laborreor i avoient son pleisir. Et ausi despendoient-il tot ce qu'il avoient. Don il vindrent en tel honor, que tuit i portoient reverence por sa gentilece. Don li rois, qant il conuit sa boene oevre, li ampli sa | [fol. 8va] jurdicion en qatre generacion. Lo peres fu apelez vavesors, ausi com vos avez oi. Et autresi furu[n]t apelé toz ses fiuz, mantenant ce que vos avez oi. Et se il ne-l font, lo rois apella lo fil de lui escuevas por la franchise son pere, por q'il concut un cheval da armes et qu'il ne fust en aucune condicion ou le pouple por amor son pere. Et lo fill de lui apela-il escuavasins, et a celui cuncut-il un roncins trotiz, ou un esparver, et qu'il ne fust en aucune condicion ou le pouple por amor son aiol. Lo fiuz de celui apella-il gnif; a celui concut-il une cote de stanfort ou un pel d'agnel, et qu'il ne fust en aucune condicion ou le pouple por amor son bessaiol. Et lo fiuz de lui apella-il gnif megnif. Et a celui concut aler bien chaucié, s'il a de quoi; apres un coite ou doex broites, et por la franchise dou bessaiol de son pere i est desbandez por lo rois toz viegnes et les serees, ou il viaut oiselier. Et a celui est consumee la gentilece ses anchessors. Ondes vient dit en Latin: Gentilece est une lox venanz dau pere et da la mere.
 
 

[32] Coment vindrent li contes.

    Nus hom puet avoir greignor gentilece en cest monde com vavesorie, mes graindes degnité bien; por ce car nus puet doner vavesorie a nului, c'est gentilece de cuer, mes dignité bien, ausi com vos orroiz ca en avant. Car puis qe Niniven fu rauseuree por les vavesor, ausi com vos avez oi, chevaucha lo rois a tote sa jent sor caus qi l'avoient guerroié mauveissement, et fist tant que il les conquist par force. Don il devisa lor terres, et mist en chascune part un des chivalers, por justisier caus qui s'en abesoingneront, et por tenir touz au servise tant com il vesquist, et puis sa mort a ses fiuz. Atex i furu[n]t, et atex non. Et cil furu[n]t apellé d'or en avant contes; c'est justisier en ces contrees ou qi esteront en aucuns tens.
 
 

[33] Coment vindrent li marchis.

    Apres celui tens chevaucha lo rois en Senaar. Et aloes prist-il une cité mut boene si com en celui tens, la quele estoit nomee Thalane. Et iqui mist-il un chivalers qui | [fol. 8vb] deust mener cele jent a son servise, apres mantenir droit et raison entr'aus ausi com lui meismes. Et cil fu apellez d'or en avant marchis; por qu'il fu ausi riches hom de ce qe i dona lo roi q'il ni despendoit a nuil mangier mein d'un marc de fin or. Et por cel lo marchis se derive en Latin da la marche, apres que cele contree, don il fu envesti por lo roi, estoit sor mere.
 
 

[34] Coment la corone es alee d'un reingne en l'autre.

    Mes puis qe-u rois fu repariez Niniven, demena-il mout bele vie tant com il vesqui. Et puis sa mort fu esleuz un autre rois qe mantint la corone a grant honor. Et ensi fu la primeraine corone dou monde en Babiloine et en Niniven por les filz Cham, jusque les jenz d'aviron lor firent rois et cevaler a soe scemblance, et qe il pristrent et occistrent lo roi et maint autres. Don la cité fu desertee et destruite en tel point qu'ele ne fu puis abitee por l'umaine generation. Et lors fu la corone de tot le monde en Medie en les fiuz Sem. C'est lo primerains reingne de caus que dist Yonitun a Nemroth. Iqui estut-elle tant que fu conquise das Persois. Perse fu vencue par Grecois, don la corone fu aportee en Grece. Ce fu en Troie. Et iqui astut-elle mult grant repous, tant que de li vint ausi com vos avez oi en sa ystoire. Don les baron se departirent, qant il ne i poient plus ester, et alerent par tot le monde, edifihant cité, chaustiaus, bors, villes, et fortereces. Et lor fu hedifiee Rome par Romulus, et pouplee por sa jent; et crut et mouteplia ausi qu'ele mist tot le monde a son declin.
 
 

[35] Coment vint l'inpereres.

    Mes en Rome estoit uns chivalers qui ni avoit autre gentilece se no dou cuer, et cele avoit-il bien temporablement; por ce qu'il estoit sages, cortois, preuz, hardi, et larges si com home dou monde. Et por ce vint-il en tel honor, qe il prist la dame dau segle par force. Ce fu Rome. Et iqui se fist-il encoroner sor toz li rois. Apres se fist-il apeler empereres, pro qu'il aloit enperiant, c'est segnorezant par totes parz dou monde. Et cil fu apellez Julius Cesar jusqu'il ne fu enperes, et d'or en avant | [fol. 9ra] sempre Auguste. C'est amplefiheez en tot honor terien. Et d'or en ca est Rome eue chiés et mere de tot le monde, et sera jusqu'a la fin dou siegle.
 
 

[36] Coment vint l'apostoile.

    Rome est chief et mere de tot li monde, ausi com nos reconte li scrit. Chiés por li enpereres que fu primerains en li, et est euz d'or en ca por mantenir tot le monde en raison. Mere, que puis la mort dou douz Sangnor sont eu li sovrain evesqe en li, repostemant jusq'au tens Constantin, qe dona les possessions a sainte eglise, quant il dona tot son honor a saint Silvestre. Et lors fu alumee sainte Foi, ausi que li Cristiens preichoient tot en apert les douces paroles Jesucrist. Et en celui tens fu hedifiee la maison saint Pierre a l'onor dou douz Sangnor, por celebrier les Cristien iqui lor oreison. Et lors fu saint Silvestre clamez apostoiler d'or avant. Et il fist hedifiheer eglises par Rome et par tot l'empire.
 
 

[37] Coment vindrent li chataines.

    Mes il avint chouse puis ce qui vos avez oi. Que Atile flagellum Dei prist Rome, et mist la meison seint Pierre a charbon, por destruir ausi precious ordre come celui de Jesucrist. Don l'apostoile qu'i estoit en celui tens, s'enfui ou toz les Cristien jusqe a Avene, qui or est apelee Ravene. Et iqui ascembla-il tot son concile des preleites et des baron de sainte Foi, por conseillier lo meuz de sainte eglise. Li pastors conseillerent tot, que il tolist les trois parz des dismes as glises. et les donast en fiez as preudomes et as leiax, li quex mantenissent soudoier, por mantenir sainte eglise contre celui mauveis roi. Et il lo fist sanz autre respit, ausi q'il dona en fihé les trois parz des disme a chapotaine que il fist por le loemanz do toz. Et cist furu[n]t apellé d'or avant chatainnes. C'est por voir la dereianne gantilice que fust donee en cest monde.
 
 

[38] La jantilece dou cuer.

    Ge vos ai dit totes gantileces, ausi com elles furunt trovees; et ore vos voil-ge dire la mieudre de totes: c'est cele dou cuer, la quele est racine de toz les boen feit que-u cors | [fol. 9rb] puet aovrer, et que sanz li nus puet mantenir pas grand honor. Don chascuns doit metre son estude a savoir ce de bien que il a por li avoir. Il ni doit pas dire: -- Ge sui poevres d'avoir et bas de paranz et messaissiez d'amis -- por lui conforter en aucun cheitif feit. Ainz doit-il dire espiritablement: -- Saint Pierres fu un bas home segont la naission de cest monde, car il fu un povres (es)peceors d'avoir et des paranz. Si li dona Dex tex grace por la gentilece de son cuer, q'il lo fist celerers dou reingne des (e)cieus. -- Et temporablement se doit-il membrier de Julius Cesar, com il vint en grant honor por sa gantilece, qu'ele fist acliner toz ces qui vos avez oi, a son cors ou tant honor qu'il en sera tot tens mes ramenteuz, et touz ses socessor por lui. Don ge voil aprendre a chascun qui aimme honor et bien, car, qant lor pieres moert, il puet bien laissier a son filz cité, chastiau, bors, villes, et autres richeces, se il les a; mes gantilece non, s'il no l'a en suen cuer. Donques la sovrainne gantilece n'est autre, se no franchise dou cuer. C'est leiauté et droit aovremant, san, cortoisie et mesure, ausi com vos avez oi des fiuz Noe, le quex furu[n]t engendré da un pere ou cors d'une mere, et noriz ausi li uns com l'autre. Et li uns fu gentiuz, et l'autres sers, et l'autres cremerous, ensi comme chascuns traist son naissimant por son franc arbitre. Mes puis que gantilece dou cuer est la mieudres de toz autres, la deivent tui amer et cherir, a ce que il puissent joir en ces monde sanz proier ni servir lor enemis; por qu'il est une des graindres poevrece a proier et a servir caus que pis i volent.
 
 

[39] Coment vienent les filz des jantilz vilain.

    Fiuz, ge t'ai apris li anchien costums et usage, si com il furent, a ce qe tu soies apris ausi que tu aies honor por ma dotrine. Mes li afeires sunt trestuit changié. Por ce: qant il moert un gantilz home, il lait qatre filz ou cinc, que tuit volent estre jantilz, por bien mangier et por bien boivre et por bien chaucier et por | [fol. 9va] bien vestir, et por tot ce que boen li set, ausi come fist son pere, lo quex conquist tot quant il ont apres gantilece et dignité, tant com il vesqui, don il ont ore ce d'avoir que il ont. Apres vienent honoré por la franchise son pere. Don il devroient aovrer lor cors por maintenir l'eritage dou pere. C'est gantilece, ce qu'il ot et conquista. Mes il ne-l font pas mie; ainz font-il ce qi no li est honor ni preu, li uns por l'autre plus qu'il no feroit. Et se il font maus, lor fiuz font pis, por qu'il sont plus eslongié dou sanc lor anchesor, disant: -- Nos somes jantilz homes, et nos anchesor se fesoient tres bien servir en ce q'il voloient, et nos devons autresi feire. -- Ha las que il sont! Et que dient-il, et que font-il por lor conduir a povrece et a vergoigne! Contre cist delit se deivent-il membrer de gnif megnif; car tote gantilece ses anchesor est consumee et finee en lui ou tote raison. Don il deivent porchacier honor, a ce qu'il renoevent la gentilece qui conquistrent lor ancessor, et deivent plus aimer lo degreç des jantilz car cil des vilain. Et por ce t'ai-ge apris la lor dotrine, qui tu soies mireor a chascun qui aimme honor et bien, en ce que il poisse joir apres lo douz Sangnor, et en cest monde sanz mauvestie. Mes ge n'ai pas mis en aucune dotrine ce que ge ai en l'autre por l'atornement de la oevre. Mes celui qi s'abesoingne d'acune chose qu'en toi soit, prenda-la en chascun leu, ou ele est, a ce q'il en ait honor et bien. Et se tu plus viauz, demande seuramant; car tu troveras por moi ce que tu mieuz voudras, ausi com la grace dou douz Sangnor est en moi por sa douce merci.
 
 


[40] Ci se demande la dotrine d'amor.

    M'ame est exaucié de sor les nues por les rechoises que vos m'avez donees. Don ge vos proi la dotrine d'amor, a ce que chascuns aui viaut enseignamant, poise trover en moi ce que il plus aime en dotrine.
    Puis que tu m'as proié sovraine chouse dou monde, t'aprendrai-je lo voir, ausi que tu en seras celebrez et queriz par toz et par totes qui auront pa[r]s de boen valor. Mes se tu viauz sa dotrine, il te covient savoir, q'est amor, et dont il vient et por quoi, et quex lo poient avoir et en quele guise; et de ce t'aprendrai-ge lo voir brevment.
 

[41] Qu'est amors.

    Amors est generablement pleement a la chouse delitable com destendemant a li. Mes les boens amor est fontaine et naissimant de tot bien; por ce qe-u douz Sangnors est amors, dilecion et charitez. Et il est fontainne et naissimant de toz bien. Autresi est amor lecce d'ame et tribulacions des cors. Que puis que-[u] douz Sangnor ot plasmez Adam saint et boen et mis en Paradis ou tote leece, fist Eve por lui acompaignier, don il se joi en tote joie qant il la vit primerain; por qu'il n'avoit onques veuz nul[le] parsone. Don il mist tote sa entente en li por la doucece qu'il santi. Et por ce manga-il de la pome qu'ele i dona. Don il orent leece d'ames et tribulations des cors. Leece d'ames por la doucor q'il orent, otriant li uns lo voloir de l'autre. Tribulations des cors, que il furent deschacié hors de Paradis et comandé a laborier et a martirier lor cors d'or en avant, por lor retenir en cest monde. Mes autresi est amors en les amanz leece d'ame et tribulacions des cors; por ce que chascuns qui aime, a joie en son cuer, veant la leece e-l deport e-l plaissent solaz | [fol. 10ra] ue il i monstre, et promet de celi, que il plus aime; don il est mult joious en s'ame. Et apres a grant tribulation au cors, por achevoir ce qu'il desire. C'est: veglant, pensant, alant, estant, feissant, et dissant tot ore, [a] ce que celi qe tient son cuer en doucece, aus de li merci. Et ausi est amor leece d'ame et tribulacions de cors.
 
 

[42] Ondes vient amor.

    Amors vient dau compliment cuer e de la fontainne de tote doucece et humilité. C'est dau douz Sangnor. Et si te dirai, comant. Qar puis q'Adam et Eve pecherent en Paradis, et qe il furu[n]t deschacié hors, alerent-il en Enbron, ou Adam fu plasmez, et iqui gurent-il enscemble, don Eve fu grosse de dui filz. Et iqui estarent tant, que il si eschauferent ausi de l'amor dou douz Sangnor par lor pentison, q'il se departirent por feire penitence, en tel guise que Adam convoia Eve jusqe en occident. Et alues entra-ele en une fontaine dou tot nue, ou ele estut en seant jusqa a la gole, apoiee a une piere, por qu'ele no cheíst, qant ele fust endormi. Et ele isoit en chascun jor une foiee hors por mangier des herbes sauvages et autre non. Et il retorna en orient, ou il fist tel penitence, q'il no mangoit en chascun jor se no une foiee. Et ce estoit une pome sauvage et plus non. Et puis aloit tot le jor querant ce qu'il avoit perdu. Ce estoit Paradis. Et ausi esturent-il espurganz lor cors de ce q'il avoient mespris a son Creator, bien huit moys, ploranz lor feit et proianz q'il aust d'aus merci.
    Lors vint un ange a Adam qe i dist: -- Va a ta fame qui sostient lo greingnor dolor qu'ele santist onques mes. -- Il i ala en un jor mout corant, por q'il ot grant paor que aucune beste sauvage ne i feist domage. En un jor? Oil. Comant puet ce cestre? Por ce qui Dex lo fist ou ses mains, ot-il tote science, tote force, tote biauté et tote isnelece. Science, q'il conut et noma tot quant fu ou munde. Force, qu'il vancoit toz les animax. Biautez, car totes creatures faissoient de lui mireors. Isnelece, qu'il montoit en chascun arbre ou ses pié soulemant, et pasoit chascune aigue sanz baignier ses talon, et corroit enguals des venz. Don il i ala mult tost, por li eidier, jusq'a la fontaine, ou il l'avoit laisse. Mes il la trova meinnant un tel dolor qu'il en prist a plorer mout tandremant, dissant: -- Amie, que avez-vos? -- -- Tormanz, -- radissoit-ele, et autre non. -- Por quoi, -- feit-il, -- et ou? -- -- Ge no-l sai, -- feit-ele, -- estier que-u ventre mes se viaut espochoier. -- Et crioit mult fort, dissant: -- Hai! Douz amis! Proiez lo nostre Sangnor, qu'il me secorra por sa merci! -- Et lors li aparut un ange qui i dist ausi: -- C'est por le comandemenz qe tu especoias en Paradis, don tu as ore tel dolor. Et ausi sera a tote ta generacion. -- Apres comanda a Adam trer la hors de l'aigue, por qu'ele viaut enfanter, et si li aprist li secorre et servir si com a fame en tel feit. Il fist bien dou tot, ausi com il fu apris por li ange.
    Apres ot Eve dos fiuz. Ce fu Caims et Abel. Et puis demenerent-il mult aspre vie, tant com il vesquirent. Et ce fu por amor dou douz Sangnor qui i tramist sa doucece, a ce qu'il tornassent a la sovraine joie. Dont amor naist et vient aus home dau douz pere, a ce q'il conoissent les fames por trois generacions a son lox, a ce que-u nom 'obres des esleu' se doie complir, ausi com il meismes dist ou Genesis: Creseiz et moutipliez et replenez la terre. Mes ce doit estre sanz desir de char ni de sanc. La segond est: Guarder(s) li uns a l'autre son cors. La tierce est: Mantenir lo sairemant de sainte eglise, ausi com tesmoinge saint Pox. C'est que ausi come Crist est une chose ou saint iglise, ou pere doit l'omme et la fame estre une chouse a servir son creator.
 
 

[43] A cui covient amor.

    Mes cil qi aimeront le douz Sangnor, auront plus joiaux dou fin amor qu'il meisme ni sauront demander. C'est caus qui ont paor a despecoier ses comandemenz, et qui non aiment aucune fame por aucun desenor ni por desir q'il aient de li segont char; ainz por droit matrimoine, et por desir de fruitier | [fol. 10va] ce qui doie servir son Criator, a ce que-u regnes dou ciel soit pouplee por aus, et qu'il aient leece de sa semence.
 
 

[44] Li comandemenz d'amor.

    Donques chascuns qui viaut amer, covient savoir huit principax comandemenz d'amor, se il viaut joir de lui. Lo primerains est: Cortoisie sans aucune vilenie. Lo segond: Largece sanz avarice. Lo tierz: Non amer fame d'autrui. Lo qart: Non amer fame de religion. Lo quintoismes: Non eschafer soi de celi que no covient a fame. Lo sissoismes: Estre creenter d'amor. Lo setoismes: Honorer les fames an totes guises. L'otoismes: Ardimanz sanz coardise.
 
 

[45] Les trois temps d'amor.

    Apres doit savoir car trois tems sont, es li quex l'omes se prant d'amor. Lo primerains est, por estre privez de la fame, parland et juand avoc li. Lo segond, por li veoir soulemant. Lo tierz, por oir de li bone renomee.
 
 

[46] Des generacion des amanz.

    Mes tu doiz savoir doex generacion des amanz. C'est lais et clers. Des clers ne voil-ge pas dire en cist livre, por q'il deivent sorestier a lor oreison, et no deivent pas metre son estude temporablement contre fame, por qu'il en perdront les gloires de Paradis ou l'onor de cest monde, et ele en sera ausi honie, que a grant peine recovrera-ele mes honor.
 
 

[47] Coment eté encombre amor.

    Donques est droit veoir as quex se covienent amor, a ce que ma dotrine i poise valoir. Chascuns home en puet joir segond ce que il est, estier qe sa etez, ou le suen avoglemenz, ou le trop desir no l'encombre. Sa etez l'lencombre puis setante anz, ou il voile ou non. Et la fame puis cinquante anz. Com il poissent geisir ensenble chaitivement, anpuis ni poient-il demener lor desirs ausi come covient a amor, por ce que-u suen naturable chalt comence a perdre ses vertuz de celui tems en avant, et qe sa foiblece li norris d'or avant en grant tormanz, et les meine ene maintes dolor, ausi qe il sont martiriez en les arguaiz de perece, dun nus solaz est a aus, estier mangier et boivre. Autresi la fame ainz doze anz et l'enfant ainz | [fol. 10vb] qatorze anz ni poient chevauchier a droit en l'ost d'amor. Don ge di voirement que l'enfanz ainz dis et huit anz ni puet estre verais amant por la vergoigne qui lo retient, ausi q'il n'est covenable a tel fait. No-l di-ge pas por tant q'il ne joste bien, s'il en a leisir, mes ainz qe ceste raison est afermee por maint autor, qar nulle pormainableté vient trovee en l'ome ainz lo tens de la droite eté, ainz pormanir en toz divers et esvariez feit et penseison, por ce qe sa etez ni a fermece, don il poise penser li secreiz comandement d'amor.
 
 

[48] Coment l'avoglement encombre amor.

    L'avoglement ancombre l'ome ausi que qi n'est sajes ni'n peut joir nesi veoir de ses gloires plus com l'avogle feit la voie par ont il vait. Et ausi come l'avogle feit la voie par ont il vait. Et ausi come l'avogle est plains d'oscurité et des tenebre, est le fox contre amor en cest monde. Don ge parol que l'amor demandez ainz l'avoglemenz puet durer en l'ome ques, puis non.
 
 

[49] Coment le trop desir encombre amor.

    Le trop desir enbombre l'ome en amor, ausi qi maint sont desirables de lui et de ses ovres si qu'il ne poient avoir en lui joie ni boen deport, por qu'il ni estont ferms a pensees ou a cel fruit q'il ont d'aucune fame; ainz desirent toz celes que il voient, oblianz ces par cui il sont eu joious, don il pormaint no plaissant contre lor. Et cist sunt tex en amor com les chien et li asne sunt en luxure, por ce qu'il sunt desnaturés des boen costums des home et apris de caus qui vos avez oi. Don les fames li deivent fuir, por ce car nule en puet joir en ce que i soit honor.
 
 

[50] Por que amor vient requerru.

    Mes ge voil aprendre por que amor vient requerru. C'est en .V. guises. La primeraine est par biauté. La segonde por san. La tierce par cortoisie. La qarte por richoise d'avoir. La quinte por le otriemant. Biautez done a la fame mout grant orgoil, por qu'ele en vient plus amee que d'autre chose q'ele puist avoir.
    San feit mult cherir toz le boenceli que l'a, et avoir grant paor les mauveis pres li, por sa science. Cortoisie se feit amer a toz, mes plus aus boen qui aus maveis. Richoise li done grant orgoil, por qu'ele cuide mener | [fol. 11ra] toz a sa guise par son avoir; don ele les feit fuir da soi, disant ce q'il ont veu en li.
    Le otriemant feit otrier le voloir de l'un a l'autre sanz lons termine, et ce la feit plus despire d'autre chouse. Mes les trois de ces sont sovraines des autres por achevoir ce que viaut amor. C'est: biauté, san et cortoisie.
 
 

[51] Qe feit biauté en amor.

    Beauté si feit amer ou tempre laborrer, por ce qe-u fox amant ni croit q'autre soit da querir en amor se non biauté de cors ou de face. Don ge ni voil plus parler d'aus, por ce q'amor ne i covient, qar neis en les sage amant ne puet durer amor longement repost; don il les comence oblier de solaz et de joie. Por qe l'amor mauparlez no sert les pensees des amanz; ainz se soelt-il eschaufer de la renomee des mauveis romour, don il torne les amanz a pentison dou sol scenblant. Et s'il remaint en chaus qui ni ont mepris contre lui, portant ni poient-il prendre les frecables solaz puis qu'il sont mauparlé, por ce que la suspecions rande ses paranz rancurables dou suen amant. Et d'or avant se comencent lor peines, qui ausi tost com l'amor ni puet prendre son deport, recoit-il les non tempre tormant, et demeine les amanz es granz peines et dolors, por ce qui nos esforcons plus a conquerre ce q'est veez longemant, qar ce qui vient otrié brevmant. Don la saje doit amer tel qui viegne conuez sajes et cortois, et no caus qui s'oignent lor vis por li guiler, ou qui s'atornent lor cors por resplendir contre li; por que l'atornement des fames ni covient pas a la forme de l'ome. Et de ce parole lo merveillables Ovide, disant ausi: -- Cil qui s'oingnent lor vis soient luitein da nos, por ce q'a la forme de l'ome ni covient pas tel color. -- Mes se tu veras celi que tu aimes blanche et colorie und foiee, tu la doiz veoir une autre foiz ainz que toi escaufer de li. Et ce doit estre por matin, non sachant ta venue, por qe son cors te monstrera lors sa naturable biauté. Et ausi com je t'ai dit des fames, di-ge des homes. Mes cil et ces qui volent joir dou fin amor, se covienent garder | [fol. 11rb] des laz luxuros; qar puis que il i sont atrapeiz, en eschampent-il a grant peine por les deduit que i pleissent aus cors. Por que de li est ausi: qui plus en a, plus en voudroit.
 
 

[52] Qe feit san en amor.

    San demande amor reluisant en boenes teches. Acertes lo sajes amis ou amie ni refuse li uns l'autre por forme dehors, pur que-x boens costums abondent dendenz lor cors. Por ce que celui qui vient trovez sages et apris ne puet onques desvier les senters d'amor, faissant ou dissant contre s'amie aucun destorbemant. Donques, se la saje a doné son amor au bien costumez, ele porra longuemant joir de lui, por ce qe-u sajes set demener sa dotrine sajemant, et user sa joie tempreemant por la paor des enveios. Et por ce doit querrir lo sajes la miez costumee, et ele doit amer lo plus apris, a ce qu'il demeinent lor amor sanz folie. Mes autresi la fame ni doit pas qerrir forme ni atornemant des cors, ni naissiment de generacion, por ce que gantilece n'est autre se no franchise de cuer, ausi com vos avez oi ca en arrer. Et cele feit l'ome jantil et resplendir sa forme sor toz chouses, ou choses. Soit que nos soions toz ensu d'Adam, chascun a trait un naissimant par soi segond nature, no par forme, non por atornement de cors, non por richoises d'avoir, ainz par sole proece des costums, la quele devisa l'ome primerainement por jantilece et porta la difference de l'umane generacion. Mes auquanz tra[ient] semenci[er] naissimant de caus primerain gentile, et maint declinont en autre part desgeneranz. Mes se tu cherches bien la dotrine, tu i troveras san sol digne(r) de corone.
 
 

[53] Qe feit cortoisie en amor.

    Cortoisie destreing les cuer de caus qui ne vendroient amer, maintes foiees vers amor, por ce que l'atornemant de cortoisie de l'amant ajoing les aguillons de l'amor, et feit noter et veoir lo voloir de son cuer, ausi comencent amer por le conoissiment de cortoisie.
 
 

[54] Coment se doit parler as fames.

    Sor(z) cest est a savoir que chascune fame ni otrie primerains ce q'ele plus aime d'amor. Ondes le sorestier vault mult ausi com lo tens porte. Apres doit conoistre celui qui viaut amer, comant il poise trametre | [fol. 11va] ses secreiz a s'amie, et de ce t'aprendrai-ge bien, ausi com ge l'ai veuz ou mireor d'amor. Les veives por eles meisme. Les mariees por meiudres fames q'il puet avoir. Les dames par lor ancilles. Les pulceles par toz ces que ge t'ai dit. Et doit savoir, s'ele i remande des q'il l'a requise ou responde, si li parole qu'ele lo retient par son amant.
 
 

[55] Por qe les fames ni otrient les voloir des amant.

    Et a note qar .cinc. ocheison son, por les queles la fame ni otrie ades lo voloir de son amant. La primeraine est: qu'ele soit veue par toz refuser ce qe li est querru. La segond: car s'ele otriast brevment, qu'il no creist qu'ele fust aprise de tel feit. La tierce: qu'il soit plus douz au demandant ce que li est veez longemant. La qarte: atendant, que il i soit auques donez. La quintoisme(s): por paor d'engrosser.
 
 

[56] Les joiaux que se covient as fames.

    Apres te voil-ge aprendre les joiax que se covient as fames de lor amanz. As dames se covient bien anel, por ce qu'eles le poient porter sanz aucun blasme. mes eles lo deivent porter el doi petit de sa senestre, ou la pierre dedenz, por q'il sera plus celebrez, et qu'en lui est greingnorment la vie et la mort. Comant? Qar la senestre vient mein usee es ordes chouses que la destre no vient, et que-u petiz doi de li est plus perilox de touz caus d'ambes mains. La pierre dedenz, por ce qui chascuns amanz doit celer son amor. Apres i covienent bien romanz, cobles, chancon, por qu'eles parleront a lor amanz, et il a eles lisanz aus. Apres i covienent muchoirs et nosches et tot qant i soient a plesir de petit vaillimant. As damoyseles covienent treceors, fris, corones, centures, aumosneres, espices, guanz, cobles, chancon, et ce qe i pleisent de petit cost, a ce qu'eles no veignent coneues coveiteuses. As mercheisses tot qant vient tramis de petit vaillamant.
 
 

[57] Les joiaux des chivaler.

    As dames se covienent trametre a lor amanz confanons, s'il est sangnor de terre, por qu'il senefie victoire, a ce qu'il ait ferme esperance dou suen amor; penons ou guimples au chivaler qui n'a sangnorie de terre, por lui aider en ce que il s'esdigne dou suen amor, por ce qu'il senefiont proece et | [fol. 11vb] ardimant; aneil, cil est precieus tesmoing dou suen amor. As damoyseles manches, centures, aumosneres et espices. Et ce deivent-il et eles trametre plus repostemant qu'il poient, a ce qu'il no viegnent mauparlé.
 
 

[58] Les signe d'amor.

    Toz le amanz doient savoir autresi que est demonstremant, endice, signe, et sospirs, a ce qu'il doient conoistre les signe d'amor. Demonstremanz est uns signes d'amor lo quex parole dendenz lo cuer ausi d'amor que nus lo puet tot hor ovrir. Et autresi est-il un juges dou verais amor et de desamor, por ce qe maint vienent treit por lui es laz d'amor. Et por ce: qant la fame ovre un de ses oilz rianz vers le suen amant, i naist une tele leece qu'ele no se porroit conter brevment, por la quela il se trametent cuer et corage et sont repleni de joie et de boen valoir. Et cest vient dit greignormant demonstremant, quant les fames demonstrent lor goles blanches et beles a lor doiz, li quex vienent dit en Latin index, c'est demonstreor, a ce que l'amant arde el feu d'amor. Autresi qant celes qui ont biaux chevoilz, demoinent lor mains beles de sor aus, suslevanz lor guimples celes qui ont por les amanz qui les esgardent, com il sont biaux et reluisanz, ondes il vient clamé en amor no tempreemant. Et autresi qant ces qi vont ou lor braz por l'atornemant de lor mantiaus por monstrer lor genz cors soulemant, a ce qe-u vigor d'amor croise aus amanz. Et en maint autres mou font-eles demonstremant, qui je ne pois conter brevment. Mes les sages font demonstremant en lor cuer repostemant por celer son voloir, a ce q'eles ni soient mauparlees. Eles font demonstremant: levanz et aclinanz lor chief; autresi ou lor ris, ou lor mains, ou lor pas tortiz. Et tot ce por metre les amanz el feu d'amor.
 
 

[59] Qu'est endice.

    Endice est demonstrance, por la quela l'amanz conoise auques de ce qu'il doit fere ou dire; ausi come fist une nonains mult bele et joune, veant un suen josteors alant pres dou monster; qu'ele entra en un jardin, ou il i soloit parler de ce que mieuz i savoit. Et tantost com ele i fu, prist-ele a chanter en un etiphonor: Sol, fa, mi, re, sola sum, sola sum, sola sum. Cest | [fol. 12ra] fu grant endice qui demonstremant i fist feire, tant qu'ele fu oie par celui qui no la leissa pas sole. Et maintes foiees est endice espreissemant si com ele fist ore. Mes endice est largemant, qant por lui vient demonstree aucune chose qui no se feit. Endices est, qant aucuns veit plus espeissemant par unde contree qu'il no seut, et qu'il se polist ses guarnemenz, qant il i aproiche; por qu'il demonstre q'il i ait amie ou desire a avoir. Endices sont sanz nombre en voiz et en feit, li quex nus poroit ovrir apertemant. Mes il sont da noter conjongemant d'amor.
 
 

[60] Qu'est signes.

    Signes est, qant aucuns palist ou devient ros, por qu'il tesmoingne avoir vergoigne ou ire. Mes ge ni toil pas cist signe, se no tant com portient a amor; por ce que-x signes naturables sont feniz ca desus. Mes la figure dou signe puet estre dite demonstremant, por qu'ele demonstre lo voir de sa pensee.
 
 

[61] Qu'est sospirs.

    Sospirs est pasions d'ame; lo quex est nez de l'apendemanz des espiriz, reportant grief apendemant. Sospirs est son venanz de l'ovre de l'ame; ondes il se derive en Latin de l'apendement de espiriz. Por ce quant l'ame retorne a sa behee memoire, ou a la dolantise de sa joie, ou a sa grant leece, li espiriz si apendent, por ce qe-u cuer se constreing de cele vertu qe l'ame a aovree. Ondes quant il comence veoir sa pensee, li espiriz retornent au suen principable leu; et de celui retornement naist un son que vient dit sospirs. Autresi a voir qui maint sospirent por parver ux d'enfermeté. Mes les fames sospirent maintes foiees por guiler lor amanz. Ondes sospirs puet bien estre dit de raison demonstremant, endice et signe; por q'il demonstree maintes chouses en les amanz, por les queles il s'alument en ce qu'il plus desirent a avoir.
 
 

[62] Coment l'ome doit amer.

    Cil qui viaut amer leiaument, doit penser en son cuer, ou il lo mete, ainz qu'il comence l'art d'amor; et ni-l doit metre ausi haut qu'il ne i puisse monter de raison. Car celui qi trop viaut monter, soet cheir plus aval. Don il se doit metre enguals de lui ou auques mieuz, a ce qu'ele no se teigne hontee de ses servises. | [fol. 12rb] Apres q'il est mieuz avoir un petit apleisir, car cent grief dolor.
 
 

[63] Des sentences d'amor.

    Mes s'aucune sentence d'amor i vient tramise por autres amanz, il no la doit pas juiger dou tot, bien qu'il i conoisse auques tort; ainz sentence no definie! A ce que l'amant qi a aucune tort, torne a droit, et q'il no perde ses servises.
 
 

[64] Coment les amant se deivent trametre lor secreiz.

    Et se les amant se trametent aucune epistre, il noi deivent pas metre lor noms ne lor seiaus, se il ne sont noms ou seiaus que nus sache, estier aus, a ce q'il poissent mieuz celer lor ovres, por les maus dissanz. Et lor i doit-il ausi trametre:
 
 

[65] La pistre de trametre a s'amie.

    Quant ge vos gardai es compaignes des pulceles, il me prist un tel chalor, que me fist estre tot autre que ge n'istoie onques euz et ni sui et ni porai pas estre par moi ni por nului, estier por vos. Et si ne fu pas mervoille; por qu'il me fu avis que vos resplandissiez si es autres pulceles, com la stoile matinable feit sor les autres ou prometemant dou jor. Mes com ge vos regardoie ausi comme nature vos avoit feite si tres riche de biauté, mon esperiz desomentoit en le merveillemant de vos; por ce que-x chevoilz qui pendoient jus d'apres les colories oreilles reluissoient, si com il fossent de fin or tortiz. Lo chiés vi-ge roont a belle guise. Haut le front et un poi levez. Les sorcius petit, bruns et voutiz, ausi qu'il ni paroient s no dos fine jeme. Hoilz resplendanz ausi com dos estoiles reluisanz, don toz les membres resplendoient contre sa clarté. Nes mult biau et droit. Vermoiles levres et un poi espeisetes por mieuz prendre. Denz mout menu et blanz ausi com ivoire. Le col reont ne gros ne petiz, ne cort ne lons. Gole blanche. Ausi com ge regardoie plus, sa grant biauté plus s'endoploit. Lo piz levez sor li cors si com un jardins de Paradis, ou quex estoient does pomes petiz et odoreus plus de liz ni de roses. Les ombres pormanoient sor li cors ausi com doex chapitex endorez, en les quex estoient entee naturablement dox braz ausi com doex rams de cedre sont en son fust. | [fol. 12va] Lons mains et dois sotix ou les nous engals. Ongles resplendanz si come cristal, don eles donent biauté a tot li cors. Qe vos diró-ge plus? Pulcele ni meschine ne fu onques si bele com vos estes. Ne vostre biauté n'est tante, qe la bontez ne soit plus. Et de ce me pois-ge merveillier mult fort, por ce que maintes sont alumees de biauté, qui ne sont aprises en science si com vos estes. Don ge croi fermemant qui Dex vos ait formee por resplendir en tote biauté, et en tote bone valor et en tote science. Don ge ai tramis a la vostre gantilece qui vos deigniez moi comander ausi come serviors, por ce qe [ge] sui atornez a tot mon pooir a obedir lo vostre voloir en tot ce q'il s'esdigne a comander.
 
 

[66] La dotrine de la pistre.

    Mes se tu viaus trametre ceste epistre as dames ou as autres fames: la u fust dit pulcele, di dame! Et ces biautez que tu sez que sont en li unes ou auques plus, [demonstre]! a ce qu'ele te conoise veritable.
 
 

[67] La responsions.

    Tu as aovrez por neienz lo graife en l'ovreor de ta epistre, cuidant trover bien voloir por tes douces paroles por le loemant de ma biauté. Mes il est tot neienz ce que tu crois. Et por ce as-tu tramis tes semences au sablon, por tant que ge no m'abesoing pas de tes servises et ne voil qi tu aimes plus tex feit contre moi.
 
 

[68] Lo conoissiment.

    Acertes l'amant puet bien conoistre qu'ele l'aime, des qu'ele i a remandez aucune chouse. Don il i tramete encore, ausi dissant:
 
 

[69] La segonde epistre.

    La senefiance de vos letres a exaucié mon cuer et m'ame en tote leece. Quant Dex voile qi vos aiez dit, qui je ai por neienz aovré mon graife, anpuis croi-ge bien qu'il vos doie pleisir qui ge ni moere portant. Et se vos volez qi ge no vive plus, comandez qui ge moere! Et puis userai-ge les gloires de Paradis por vostre comandement.
 
 

[70] La responsions.

    Ge ai grant mervoilles de ta oportunité, qant tu paroles plus contre moi de ce qui no te vaut neienz. Mes ge voi bien car tu fas ausi come la cloche feit; qu'ele se fiert tant qu'ele se fant et depiece.
 
 

[71] La tierce epistre.

    Se ge fos ausi dignes qui ge fose ancoronez hui | [fol. 12vb] de tot le monde, no seroie-ge pas si liez com ge sui de vos letres, por ce qui vos avez dit, que ge faz ausi com la cloche qui se fant. Il a bien voir. Mes il est por celui qui tire sa corde. Et se ge sui bleciez par vos, vos me poez bien guarir ou sol un parlemant, ou ge vos poisse desclarir la verité de ce qui ge ai clos en celui cors qui plus vos aime de rien dou monde.
 
 

[72] La responsions.

    Il puet estre que tu crois que l'aovrer vanque tot et face ovrir au demandant en chascuns tens. Mes il n'est pas ausi por les voies des homes qui ne sont pas certaines, ne lor pensees fermes, com la chouse veingne greingnormant regue por nature a chascun, ou la grace dou douz Sangnor plus que por ses pensees. Ne ge ni voil Deu tot refuser tes pregieres, a ce que tu ne fus[ses] treit es laz de desperacion. Don ge te di: qant mes peres et ma mere seront diuma[n]che a sainte iglise, que tu gietes ton osiau en mon jardin, et demande-le frecablement a mes serjant! Et ge le te ferai veer et dire as chamberieres: -- Il n'est tuen cil que tu demandes -- et a cel desrainement te farai-je apeler, a ce que tu poisses ovrir les secreiz de ton cuer.
 
 

[73] La dotrine dou donegier.

    Adonques cel termine no si viaut oblier. Mes s'il est gentilz home sor la fame, il la doit primerain saluer dou suen amor, qant il porvient pres li, et pois seoir apres son lé par son congié, s'il viaut, por lui monstrer plus obediant a li. Et s'il no viaut, il se puet bien aseoir apres son lé ou raison par jurdicion de gantilece; por ce qui chascuns home qui est graindres de la fame por gantilece se puet aseoir pres son lé sanz congié. Mes il a graindres cortoisie demander li parole que non. Mes a ces dou suen degré no se doit-il pas aseoir pres li sanz congié, et puis se puet-il bien aseoir pres son lé. Mes graindres cortoisie es seoir pres ses piez, por qu'il i porte greingnor honor por cele reverence. Apres: celui qu'est bas de lignag(n)e soz la fame ne i doit pas proier por aseoir pres on lé; ainz pres ses piez. Et puis qu'il est assis de li dau lé destre, se il puet, doit-il un poi teisir esguardant li amorousement, atendant qu'ele parole avant, s'ele parole avant, s'ele viaut, por ce qu'il i sera mult grant henortemant puis a parler. Mes s'ele no parole, il ni doit trop atendre; ainz i doit-il bien dire, por quoi | [fol. 13ra] il li est alez. Et lors doit-il parler mout hublement et dire:
 
 

[74] Ci parole l'om cola fame.

    Quant Dex vos forma ausi qu'en vos n'est rien d'amender, il lo fist por creistre tote bonté et por autre non. Don ge ai mult grant mervoille de quant ausi preciouse oevre pormaint hors de sa doucece; c'est d'amor. Et se vos entrastes en la sovraine chouse dou monde, celui seroit behez qui fust coronez dou vostre amor. Mes di Dex me donast tele grace qui ge fos digne de tel honor, nus amant seroit a moi enguals en tot le monde.
    La fame respont: Ge voudroie voluntier estre ausi sage et bele com tu as dit. Mes por ce qu'il n'est ausi, conois-ge auques de ta pensee, don ge me saurai mout mieuz garder d'or avant.
    L'ome parole: Se vos conoissiez ma pensee, ge m'en teroie bien a paez, pro qu'i vos conoistroiz li plus obediant home dou monde, a ce qu'i soit pleisir a la vostre sangnorie.
    La fame parole: Se il fust ausi obediant com tu as dit, la boche ne diroit pas mencogne contre moi par nule losenge. Mes ge voi bien, que tu fas ausi com l'auselleres feit, quant il sone lo qailleroil por trahir les osiauz, ausi que tu poises joir de moi si com de fole.
    L'ome parole: Il a bien costums de sages fames a no voloir dire lor biauté ne lor san; et c'est manifeist a tote jent, que les sajes ont usé jusqe ci lor paroles mout repostement, por tesmoingnier son lox si com il est. Don vos membrant de ce, volez fuir lor sentences, abandonant vos a estre loee por autrui; por ce que tuit sorestoit ore a reporter de vos lox, lo quex no se poroit mes dire brevment por nuil home. Car cil que ne vos conoissent, estier por vostre renomee, reportent de vos lox attentement. Mes se vos ni creez estre ausi belle et ausi sajes com ge ai dit, vos m'en devez conoistre por leial amant, des que vostre biauté m'est avis qui trepasse tote ces d'autres fames; por ce c'amor represente maintes foiees desformee fame mult bele et plaissant a celui qui l'aime dou cuer leiaul.
    La fame parole: Se ge sui ausi gentilz de biauté ete de san com tu as dit, tu doiz metre ton estude la ou te soit convenable, et ge requerrai amor de greingnor gantilece que n'est la toe, de qe ge sui la mieudres | [fol. 13rb] dou monde, si com tu as dit.
    L'ome parole: La graindres gantilece est cele dou cuer. Por qu'il est ja venuz un chivaler da un escuz roi mult possant por sa gantilece, maintenant mieuz son regne et ce qu'il a conquis par proece, que tel qui a dui reiaumes por ses anchesor. Don ge vos proi que, si vos conoissiez moi joir por jantilece des costums, que vos enclinez merci contre celui qui vos aime plus d'autrui, et donez-moi esperance dou vostre amor, lo quel ai desirez plus que la vie puis que ge vos vi, et desir et desirerai si com cele chouse, par cui ge vis, et sanz la quele ge ni poroie avoir nul boen confort. Don ge vos proi mereci que vos no me laissiez vivre desesperez dou vostre amor, non haianz droite ocheison de ma mort; ainz vos proi-ge que vos me retenez por leial servior au vostre pleisir.
 
 

[75] La pulcele respont a un viel.

    Ge sai bien, si com je ai entenduz por autrui, qe vos estes euz mout franc et cortois. Et si ge fosse eue ou tens de vostre eté, g'en seroie eue mout liee, si vos m'aussiez amee si com vos dites ore qui vos feites. Mes vos estes enveilli, et ge sui tant jounete; et ce me feit avoir grant paor de vos, por qe la joune eté crient mout les solaz de viellece.
    [L]o vieuz parole: Vielece est une rien de no estre [re]provee estier par son arb[it]re; ainz de loer et de guerrerdoner de cel bien qu'ele tesmoingne. Por ce que nature meine toz a li, ou il voilent ou non, ausi que nus est qui poise contrestier a la divine sangnorie. Mes ge ai vesqu tant longement en boenes oevres sanz aucune mauvestie, qe ge en doi ore joir. Tu as bien oi por la jent ce que je ai feit maintenant amor; don tu me doiz amer por moi mantenir en joie, no por ma viellece; ainz por cel bien que ge ai feit jusque cim, apres que ge t'am plus d'autres que fust onques, apres qu'en moi n'est chouse qui ne soit seue par toz.
 
 

[76] Ci respont la pulcele esposee a l'amant.

    Lo liens dou vostre amor est bien d'estre desliez da moi; por ce qui ge sui esposee au baron lo quex m'a environee mon col des pierres preciouses tot de viron, et vestue de vestimente aovrees a or mult richement, et dou tot met sa entente por moi honorer. Don ge ni pois de raison amer vos ni autrui plus d'or en evant.
    L'ome parole: Ge ai plorez et plor et plorerai, et mon delit | [fol. 13va] est tornez en dolor; por qu'il m'est oscuree la spendor qui ge veoie respandir es compaignes des fames, la quele me tenoit hors des tenebres, attendanz la douce merci, que me tenoit repleniz de tote joie. Don ge vos di tant voirement, que, se vos passez monz et mer a lui, ge vos suidrai soulemant por veoir la joie et lo desir de m'ame.
 
 

[77] Ci parole un borgois a une contoise.

    Lo vostre verais prez qe vent or parlez par toz li boen, a confortez mon cuer venir ci a vos, et offrir tot mes servises hublemant, proianz Deu qu'il me doint tel grace qui ge face en tot, ce qui soit pleissir au vostre voloir. Don ge ai establiz en mon cuer a suidre toz vos comandement, et obeir vos ou doucece d'ame sanz aucune mauvestie. Por ce qui ge sai bien veraiement, que nus laborier puet manoir pres vos sanz douz fruit.
    La fame parole: Mon anem no viaut refuser tes servises ni d'autrui, et no viaut teisir aus receu dons; por ce que celui qui refuse les aporté dons, conturbe lo reportant ou grant vergoigne et demostre soi meisme retenir aucune avarice. Apres qi celui qui done volenter as autres, puet bien recevre ce qui i soit honor. Mes tu veis veuz chacer ce, que tu ni pois de rason prendre; c'est, qar tes paroles me requierent a amer. Et ce ni puet estre a droit, por ce qui tu es ausi bas, et ge sui ausi haute de nassion et d'avoir.
    L'ome parole: Ge manifest bien qui ge vos demant amer; por ce que la plus douce chouse dou monde est vivre en amor. Mes vos paroles demonstrent apertement que vos me refusez, por ce qui ge sui auques bas et povres d'avoir. Don ge vos [di] de ce lo voir: Que, s'aucuns bas home de naisson vient veuz aovrer son cors mieuz d'un haut baron, por quoi n'est-il dignes d'aut amer, des qe gantilece n'est autre se no le cuers de l'ome et son aoevremant? Apres n'est autre se no amor, et por lui se mantient et en lui doit retorner sanz aucun fallimant.
    La fame parole: Com il soit frans de cuer et de feit, anpuis ne puet-il muer son ordre, aus que il ne fust vavesors, estier la possance dou roi que puet amplir | [fol. 13vb] gantilece as boen costums et donter dignité a chascun franc home; mes gantilece non, s'il no l'a en son cuer. Ondes lo vavesor vien contredit as amor des contoises, por ce que lo cuens est graindres pres lo roi por dignité. Donques ta fole esperance t'a trop desviez, des que-u vavesor c'a tote gantilece no se covient as amor des contoises, quant tu m'as enquise, des que tu es ausi bas.
    L'ome parole: Ge sui constreiz a vos rendre toz graces et lox, des que vos m'avez ausi devisee la notice. Mes ge no ces pas a deproier vostre gantilece, car ele se degnast ver moi d'une petite esperance. Don ge soresterai en tot ce que vos m'avez apris, por qu'ele sera sempres proposemant a moi de bien feire; et no me porra pas contrester ce qu'est dit dou bas legnage. Por ce que l'amors done comencement a toz biens, por qu'il est rahiz de toz boen bomencement et feit, don il est principax ocheison d'estre demandez de toz caus qui volent joir en cest monde.
    La fame parole: Il n'est covenable chouse ni cortoisie a nule fame doner esperance dou suen amor a nului; ainz [doit] otrier purement ou reneier, por qu'ele puet bien retrer sa main a la foi donee, ete autresi reporter avant. Mes ge voil qui tu metes ton estude a feire et a dire bien et cortoisie, a ce que ma dotrine te soit auques vaillue.
    L'ome parole: Lo douz Sangnor vos a mise an l'ordre de granz fames por la merite de vostre science, don von savez respondre si sajement a tot bien. Apres ai-ge coneuz vos doner plus honor et bien, qui ne vos vient requerruz. Don ge proi lo douz Sangnor, lo quex est rahiz et nassiment de toz bien, qu'il creisse lo mien proposement au vostre servise, ausi que vos la meritez, si com il s'esdignerra.
 
 

[78] Ci parole uns vavesor a une borgese.

    Ge ai desirez longement a estre pres vos, ausi que ge poisse ovrir ma entencion et lo voloir de mon cuer. C'est qu'il n'est nus tesor en cestui monde, qui ge desir tant a avoir com lo vostre amor. Por q'il est celui qui me puet corone[r] de la sovraine joie. Il me puet alonger la vie. Il me puet ocire. Don je vos proi, puis qu'il me destreing ausi ver vos, que vos me donez behee vie ou vostre respons.
    La fame parole: Cele borgese est mult behee qui s'esdigne d'estre amee d'aucun | [fol. 14ra] haut home. Et cil cuenz qui s'esdigne d'aucune borgoise est mult chaitis, des qu'il feit ausi com l'ostor, qui laisse les grues por la perdriz. Hai! Com il est maleurous, jusqu'il laist les gros osiauz por les petiz! Ge m'en esjois mout, se ge sui digne de tel amant. Mes ge ai grant paor, puis qe je sui si base, de doner amor ausi haut. Don il est mieuz retenir au comencement son voloir, c'apres la pentison dou feit.
    L'ome parole: Chascuns doit querrir amor la, ou il lo constreing. Por ce qu'il est amor esleuz celui qui recoit nassimant en l'ordre por san ou por biauté ou por cortoisie; et il a nassimant en moi por vostre bonté. Don ge ni quier pas autre gantilece; por qu'ele n'est autre se non san, cortoisie et mesure. Mes puis que vos estes aprise en tant ensegnement, estes-vos tres bien digne de grant honor. Et por ce me treit amor ve vos, non por petit osiau; ainz por grant et por plaisent. Apres que uns bons ostors prent plus volunter un osiau bien volant, que cil qui ne poet voler.
    La fame parole: Ge voi bien que, se vos me poissiez trere au vostre amor por biaux diz, qe vos l'ausiez feire sanz aucune respit. Mes il ne puet estre; por ce que-u pouple en feroit grant noise, des qu'il lo sauroit. Apres qu'il n'est raison borgoise monter en tel degré; et s'ele i monte, ele i seut poi durer.
    L'ome parole: Vos poez esire por vostre arbitre celui qui plus vos pleit. Don ge ni cesserai de proier Dex as mains jonz que il vos constreingne amer celui qi mieuz vos coviegne.
 
 

[79] Ci parole li cuens a une borgoise.

    Ge sui un messages qui vos sui tramis da l'ostel d'amor, a ce qui vos desliez un nous de tele dubitance: C'est la proece d'une pulcele qe soit eue fille d'un haut home et d'une haute fame; s'ele doit plus estre loee engualmetn de gantilece que [la] d'une pulcele de bas lignage qui soit ausi pros?
    La fame parole: Lo droit se doit doner a la plus convenable de raison; et ge no dirai pas tort, por ce que ge soie borgeise. Por que vos savez bien que ce qe vient segond nature, est plus da estre loez c'autre chouse. Et ausi com lo color naturable est precious sor toz autres, ausi est la proece de celi qu'est venue(e) des bas paranz | [fol. 14rb] sor cele q'est issue de granz lignage.
    L'ome parole: Ge ai grant mervoille, si vos creez ce qe vos avez dit. Qar s'une borgeisses est sajes et cortoise et aprise de tot bien, ele est plus d'estre loee que n'est une fille d'un baron, por ce que san gantilece vient dau cuer, et cele de la greingnor est enforcee por force des costums. Mes la scemblance dou color est bien veritable, ausi com vos avez dit; por ce qe-u cuers de la borgeisse est lo naturable color et la proece de l'autre est l'enforciee. Donques si doit loer la borgeisse plus que la gentil fame [a] engual aovremant de bien; qe, ausi com ele est graindres de nassion et d'avoir, se doit-il aovrer graindrement en ce que viaut san et cortoisie.
    La fame parole: Ge m'en pois mult esmerveiller, qant vos parleç ausi contre gantilece, puis que vos estes ausi gentil. Don ge aclin ma sentence a ce qui vos avez dit; por ce que la gentil fame avale sa nassions, s'ele n'est sovraine sor la borgeisse, si com vos avez dit. Apres que la borgeisse se trove clers foiees tele com vos dites, don ge la lou mieuz de li; por ce qui chascuns biens que vient clers veuz, vient plus cheri de celui qui vient veuz en chascun jor.
    L'ome parole: Ge aferm vostre sentence, por qu'il est droit ce qui vos avez dit. Et por ce est greingnorment da estre queruz l'amor de maintes borgoises, que n'est celui des maintes filles de baron. Don ge veanz vos monter en tote gantilece por vostre aovremant, ai-ge obliees toz fames dou monde por vos soulemant, et ai tornez mon cuer a penser ce qe-u cors face tele oevre que vos soit pleisir, a ce qu vos recevez mes servises si com celi que ge aim plus d'autre nee, por moi venir a cele joie ou ge ai desirez et desir plus d'autre rien dou monde.
    La fame parole: Il no m'est avis que il soit droit a vostre gantilece cliner la contre moi, ni demander amor a nule borgeisse; por que vos verroiz veuz no estre dignes d'amer ces qui sunt enguals de vos, apres que cil qui no set chevaucier en son ordre, chevauchera pis en un autre. Donques devez-vos de raison amer tex que vos coviegnent, a ce qui vos aiez d'amor joie et deduit segont raison.
    L'ome parole: Vos venez veue mult foible | [fol. 14va] de dotrine d'amore; puis que ce qu'est coneuz par toz, volez-vos apestut no savoir. Por ce que l'amors est sovraine chouse dou monde, et que nus puet joir voirement sanz lui, il est celui qui feit reverdir l'ome en tote cortoisie, et que constreing li uns cures a l'autre, ausi que nus est qui se poisse desfandre d'aler la ou il lo treit. Il feit amer lo bas l'aut, et avoir de lui joie et leece, et autresi l'aut lo bas; et ausi feit-il ore de moi; que il m'a espris ausi fort de vos amer que ge ai obliees toz ces dou monde, por qu'il vos monstre plus belle et plus ensangniee d'autre fame. Don vos no me devez pas refuser dau vostre amor, puis que vos estes en lui mon mireors.
    La fame parole: Come ce que vos avez dit soit tot voir, ne qedent vos do-je pas amer de raison; por que vos avez dit que la borgeisse est plus d'estre loee et servie por sa franchise, que n'est une gantilz fame, no mieuz aovrant de li. Mes ge vos demant de ce lo voir: Se uns borgois est frans [et] cortois plus d'une haut baron, por que n'est-il a moi d'estre esleuz por amant?
    L'ome parole: Par tot ce c'amors m'a inpris por vos, et que il me soit avis vos estre la mieudres dou monde, ne quedent sont les autres fames da refuser toz, les basses, ainz greingnorment cheries sor les autres [a] engual aovremant. Que ausi come l'or est sor toz metaus, est lo deduit d'une haute fame sor cel d'une basse, la ou ele viaut doner amor. No-l di-ge por tant, qe s'une borgeisse est sovraine de san et de biauté et de ce qui viaut honor et bien sor und contoise, qu'ele ni soit bien d'estre loee et honoree greingnormant sor li. Apres, se vos ausieiz aucun borgois par amant que fust mieuz de moi, ge ni vos querroie pas a amer. Mes por ce que vos n'estes digne d'aucun d'aus por vostre gantilece, me treit amor ver vos. Don ge vos proi qe, se vos conoissiez en moi ce qu vois soit honor, que vos m'otriez vostre amor; et autrement non soit.
    La fame parole: Ge vos voi aler enrer vos ausi com la crevise feit; por ce qui vos condenez ce que vos avoiees afermez ausi fortement. | [fol. 14vb] Dont il a voir ce que dit un proverbes: Qe l'omme no establis[t] ses paroles contre la fame, et que cil qu'est deviez puet mal dreicier autrui. Mes ge vos proi tant, a ce que ge poise entrer ou palais d'amor, que vos me diez qi desfant sa entree ausi que les baroit dou tierz monde no i poent entrer, a ce qui ge sache eslire celui qui me soit mieuz amer.
    L'ome parole: Se l'anchien dragons qes n'aime pas nul boen amor, ne vos conseillast en vostre cuer, cest esp[os]ecions me seroit mult douce et pleisant. Mes be criem que cist naissimant no viegne de lui, por ce que vos n'i venez en tel honor; por q'il est armes et devehemant de la porte dou palais d'amor, a ce que nus poise joir de ce qu'il non a; c'est joie et desduit sanz aucune tristece. Mes puis que vos estes ausi aprise q'en vos n'est nuil amendement, vos proi-ge de ma vie. Et se vos ne-l feites, vos m'ocirez ou le darz d'amor. Don vos serez d'or avant homicide de celui qui plus vos aime d'ome dou monde.
    La fame respont: Ge no desir pas a feire homicide, et de ce vos proi-ge consoil; por ce q'apres dou saje est le bons parler e-l droit consoil, apres qe chascun [chose] que vient feite ou temprement de consoil, no se soelt repentir legierement, ainz durer ou grant leece.
    L'ome parole: Ge ne vos doi pas veer consoil, des que vos me l'avez querruz. Mes il est tex, qe ge proierai lo douz Sangnor, qu'il vos face amer celui qui vos mieuz devez.
    La fame parole: Se ge vousisse ceser d'amor, sachiez fermemant qe ge predoie a autre a autre solaz qui ge no ai. Mes ge voudroie avoir lo mieudres que ge poisse avoir, se ge deusse amer.
    L'ome parole: Vos avez franc abitre por prendre celui que vos volez. Don ge ni cesserai mes vos servir, et metrai tote ma entente a feire ce que ge soie digne d'avoir secors par vos et aide.
    La fame parole: Si vos metrez vostre entente en ce que vos avez dit, vos desireroiz acomplir vostre desir enterament. Et ni sera pas que vos n'en aiez bon guerrerdon; da moi non, por ce que ge ni poroie guerrerdoner vos servises, ainz d'autrui que s'esdignera de vos.
    L'ome parole: Dex voille que vos paroles reportent veraie sentence, por ce que je en auroie boene partie. Mes ge vos di tant por voir, qi, ausi com ge voie departir moi de ci alues, i | [fol. 15ra] remaint li cuers a vos, por li cors retorner a joie.
 
 

[80] Ansi se parole a la fame desamoree.

    Vos estes garnie de tante gantilece et atornee de tant ensegnemant, car ce qui mes cuers vos desire manifester, porroie-ge dire seuremant sanz vostre reprension, si com ge croi. Ne qedent vos proi-ge congié d'ovrir ce que tient mes cuers joiox.
    La fame parole: Se vos avez euz por ma remembrance aucun boen confort, il no me despleit pas mie. Mes de cel servise que vos m'avez offert, ge no m'en abesoing pas; por ce que je ai proposé en mon cuers de non voloir les [peines] d'amor ne ses servises en tote ma vie.
    L'ome respont: Se vos volez refuser amor et ses servises, vos n'i poez joir en nule guise, por ce q'amors est fontaine et naissimant de tot bien, et ge vos voi esjoissier en tot ce que viaut amor. Dont ge criem que vos no me dites ausi com il est.
    La fame parole: Il a voir et si vos dirai, por quoi je non aim amor: por qu'il est plus ordre chouse dou monde, jusq'il se met en ausi orz cors com il feit. Apres, qu'il est fontaine et naissiment des peines et des dolors; por qu'il meine les amanz, ainz qu'il soit aovrer en tel guise qu'il ont sempres paor qu'il non aient ce qu'il monstre en lor cuer, et qu'il no perdent lor laborier. Apres criement les rumor dou pouple et tot autre que i poisse nuir; se il sont poevre, par lor poevreces, se il sont orz, par lor ordures, et en maintes guises qui no se porroient conter brevment. Mes tot pis est la discorde qu'il met es paranz et es amis, don maint homes sont ja morz et maumis. Et por ce qu'il est fontaine et fondement de tant maus, l'ai-ge refusez ou tot ses ovres.
    L'ome parole: Amors est fontaine de la quele vient cortoisie, proece, et largece. Il est leiaus, ferms, plans de tote merci et de misericorde. Il est conforteres de tot bien et destuimant de tot mal. Il est mireor de doucece. Chascuns home en puet avoir; mes li uns mieuz de l'autre, tant com il est par son aoevremant. Il n'est nus si leid cors qu'il ne-l face auques adorner. Il mantient li paranz li uns au servise de l'autre. Il trove les amis et les feit durer ensemble par boen servises. Il est joie en cest monde et salvacions par l'autre; por ce qu'il est Dex, et Dex est amor, ausi com est escriz | [fol. 15rb] ca en arrer. Mes vos avez laissez amor por desamor. C'est Deu por le Deiable. Que ausi com amor feit tot ce que ge vos ai dit, ausi feit la desamor toz les maus qui vos avez dit ca desus. Don ge vos proi que vos laissez desamor et ses oevres et prendez amor et ses servises, a ce qui vos aiez ore joie et deduit et apres Paradis en l'autre monde.
    La fame parole: Ge ai ore apris ce que feit joir mon cuer ou tote joie por sotillance de vostre dotrine. Don ge voil amer d'or avant et mantenir les oevres d'amor. Mes ge vos proi tant, por ce que ge sui pormanue hors de ses oevres, que vos me les aprendez, a ce que ge poisse joir de lui sanz aucune mauvestie.
    L'ome parole: Ge rend lox a amor, des qu'il vos a tramis de sa rosee por vos reverdir en tote joie. Don ge vos dirai ce qui covient a celui qi viaut joir de lui, a ce que mes cuers boive la ou il plus aime: Primerains amere uns qui vos soit honor et recevre ses servises. Apres non avoir s'un amant non, et celui retenir ou beles paroles, tant que vos saurez de lui cuer et coraje, et que ses ovres le tesomoingnera en ce que vos sera honor. Mes por ce qe vos avez franc arbitre de prendre celui que vos volez, vos pri-ge tant soulement: Qe, s'amors me fera feire ses comandemenz por vos servir d'or avant, qui vos ne m'en aiez pas haine.
 
 

[81] Coment se doit donegier en autrui pais.

    Se aucuns est en autrui pas dauqué il ne sache lor costums, et il veit por donegier aucune fame, i doit-il ausi dire, des qu'il est assis segont la dotrine de ca en arrer: Ce de bien que ge ai entenduz longement de vos, m'a tenuz desirous a veoir lo cors qui se feit ausi ramentoer en ce qui viaut honor et bien, don ge sui repleniz de joie et de leece. Mes ge vos proi, por ce qe ge sui forestiers, et que ge ne sai les costums de cest pais, que vos les me diez, a ce que je aie por vos confort apres les fames de ceste contree.
    La fame parole: Se ge fos ausi aprise que ge vos poisse conforter en aucun boen feit, ge le vos feroie mult volentiers; mes tant com de ce qe vos m'avez proiee, vos dirai-ge tot li voir. Il a costume en cest pais, quant aucuns est pres une pulcele, qu'il la proie primerain de li amer. Apres i dit ce que plus i pleit, aient de joie de lor | [fol. 15va] paroles enscemble.
    L'ome parole: Puis que ge sai les costums, est exauciez mon cuer de joie por voster henortement, por qu'il aovrira ce que il a desirez longement. Il a voir, puis que je oi le vostre boen renom, qu'il est euz tot ore pres vos por veoir l'osteau de tant bien; et or qe il li est, voudroit-il que la leingue vos diist ce que-u cuer it dit. mes la boche est ausi crenereuse qu'ele n'i laisse issir hors ce qu'est dedenz, estier tant soulemant, car, s'il vos tornast a pleisir, ge voudroie por vos le nom d'amant.
    La fame parole: Ge voil savoir par vos, si vos avez amie ou non, et puis respondrai a ce que vos m'avez dit.
    L'ome parole: Ge ai servie une pulcele par son congié mout longuement, et autrement n'ai-ge pas amie.
    La fame parole: Servie? Et en quel guise?
    L'ome parole: Amant li de tot cuer plus d'autre dou monde. Apres ou biauz diz et feit sanz aucune enfinziment.
    La fame parole: De ce que vos m'avez requerrue, respondrai-ge brevment. Qar se vos n'ausiez amie, si com vos avez, ge m'en terroie a bien paee de vos. Mes il n'est droit que pulcele doie amer autrui amant.
    L'ome parole: Por ce no me poez-vos pas refuser, qui tantost com ge vos vi, me fist vostre jent cors oblier li et toz ces dou monde et torner ver vos por servir si com celi qui est celerere de ma vie.
    La fame parole: Hai mauvestie! Por que es-je assisse es cuer de home por guiler les fames, des queles [il] s'esforcent a toz lor pleisir? -- Vos m'avez dit, feit-il, qui vos amoies und pulcele plus d'autre dou monde; et or dites que vos l'avez obliee soulemant por ma veue, por moi guiler et por autre non. Mes des que je sai lo voir de vostre cuer, si com vos avez dit, vos respondrai-ge voirement: Qar ge ni voil pas tel amant qui oblie tantost s'amie por autre; ainz en voil-ge un tel qui se leissast destruir toz ses biens, ainz qu'il me refusast par nule autre; car si com vos avez feit de li, eussiez vos feire de mou ou pis.
    L'ome parole: Il a voire, que ge l'ai servie de boen cuer et leiau sor toz ces dou monde, cuidant qu'ele me deusse guerrerdoner ou grair auques de mes servises. Mes ele est ausi sauvage contre moi qu'en li ne'st point de | [fol. 15vb] merci; ainz m'a la feit dou tot mal treire nuit et jor sanz aucun droit, ausi com lo mauveis sangnors feit son leiaul sers, attendanz ses comandemenz. Don ge l'ai obliee, puis qe boens servises no me vaut pres li, et ai tornez mon cuer au vostre sovrain prez, ausi que cil qu'est fontaine dou fin amor vos face conoistre por soe merci celui qui plus vos aime leialmentre de nuil autre.
 
 

[82] Le donegier des filles des laboreors.

    Les filles des laborreor no se covient donegier ou trop soutiez paroles; por q'eles ne sont ausi aprises, qu'eles saussent respondre neis entendre, et cel poi qu'eles sevent, ne volent-eles pas dire, por la paor que les retient. Don celui qu'en viaust joir d'aucune, i doit ausi parler: Vos estes ausi bele que ge vos aim plus d'autre. Don ge voil que vos sachiez d'or avant moi por vostre serviors et amant, en ce qu'i vos soit honor et autre non.
    La fame parole: Mon amant? Ge n'ai pas cure de tel feit. Alez a celes qui vos covient! Car ge ne sui pas de celes que vos creez!-- 
    Mes s'ele pormaint iqui, qant il parole ausi, il la doit aprochiers, loant li de san et de biauté, et tochier(s) li sa main, se il puet, ou en chascun leu, ou li avegne, disant ausi: Lo vostre amors me destreing ausi, que ge n'i puis muer de vos tochier(s). Don ge vos clam merci dou pardon de tel ardimant, com li vostre amor m'a feit feire.
    La fame parole: Vos avez feit tel chouse, que ge ni trovai onques nului qui la me feist. Don ge me garderai plus venir d'or avant la, ou ge saurai que vos serez.
    L'ome parole: Se ge ausse guahaingné .cent. livres de fin arzant, n'i seroie-ge ausi liez, com de ce que ge vos ai tochié vostre main; ne quedent vos n'i estuet plus garder de moi d'or avant, por ce car ge me tieng bien a paez de ce qui vos savez ore qui ge sui vostre amant.
 
 

[83] Ci parole a son hoir et dit:

    Filz, ge t'ai apris en amor, por que tu lo me querris, a ce que tu poisses satisfer a chascun en dotrine; et se plus viauz, demandes seurement! Car tu l'auras.
 
 

[84] Li filz parole et demande:

    Benoiz soit li sermons de la vostre boche qui m'a dotrinez ausi sotilment! Mes ge sauroie volonter, s'amor se puet achater por arzant, et auquant de ses sentences, a ce qi ge monstrasse | [fol. 16ra] lo voir aus besoingnables qui voudront ma dotrine.
 
 

[85] S'amor se puet achater por avoir.

    Lo verais amor vient dau compliment dou cuer et vient conceu de sa fonteine, soulement por grace et por franc arbitre, non por guerrerdon. Don nus porroit mes penser ausi precious don a avoir com amors est, lo quex no se puet achater por or, ni por arjent por aucun home. Mes, s'acune fame est ausi sorprise d'avarice, qu'ele otrie son amor a l'amant por avoir, ele n'est pas d'estre apelee amie ni dame; ainz fauseris d'amor, por qu'ele vende sa doucece soz ocheison d'amor, et il ne li est pas mie. Don ele est d'estre assisse d'or avant sor la chaerre pecheurose, et non sor celes des amanz, por qu'ele ni a point d'amor en li, neis de ses oevres. Des qu'ele s'est vendue por avoir, no met-ele pas s'antente por doner a lui amor, ainz a ce qu'ele doit avoir ou a por sa luxure. Et por ce ni doit nulle tele fame pas estre amee d'aucun boen home, des qu'ele s'est vendue por avoir a lui.
 
 

[86] Des fames luxurioses.

    Apres: maintes fames sunt de teu semblant en amor, q'eles ni aiment aucun si qu'il s'en poisse apercevoir, et quant eles vienent plus proiees et eles denient plus, jusqu'eles sont si sorprises de luxure, car cil qui ne les auront sanz onques servies ni amees, les troveront la, ou il les auront sanz longe proiere, et d'alues avant n'auront-il nulle cure d'eles, por ce c'amor no li est euz, ainz luxure. Et ces jostent en li mauveissement, por qu'eles ni conoissent amor. Don eles ni sont d'estre ramentoes en lui, ainz en desamor por soe mauvestie, et chascuns les doit fuir por sa luxure. Por ce qant ele les prent, eles ni se poient retenir de li aovrer, et lors ne les poroient resacier dui homes plus, com il poroient secher lo mer d'aigue. Mes cil qui les aiment ni sont amanz; ainz sont-il ausi come les chien et li asnes sont qui ne si poient rescier en un soul cors de sa luxure.
 
 

[87] Des vileins luxorios.

    Il se puet trover a grant poine vileins chevauchier en l'ost d'amor. Don ge n'i t'ai pas dit de sa dotrine, por qu'il vont ausi en luxure com les chevaux et les muls font. Don tu ni me | [fol. 16rb] doiz pas querrir sa dotrine; ainz fuir a no savoir, por qu'il ni conoissent amor. Don il ne sevent joir de la sovraine doucece. Et ce t'ai-ge dit, por ce qui nus aime vilaine fame, des qu'ele no set doner aucun boen deport ni solaz et ni doit entrer en Paradis.
 
 

[88] Lo chastiement de son hoir.

    Hai, douz fiuz! Ge t'ai apris ma dotrine, a ce que tu aies por li honor et bien. Don ge te proi que tu aimes amor; c'est lo douz Sangnor. Et fui luxure! A ce que tu poises joir en cest monde et puis apres lui. Ne voloir, filz, despandre tes jorz mauveissement en les mauvesties por honter ton cors et por perdre t'ame. Aime ou coer li sovrain roi que te mantient vis por lui conoistre, ausi come sangnor de tote pitié! Fui les mauveis sangnor qui n'aiment lor serf, a ce que tes cuers n'ait tristece de lor mauvesties! Laisse lor possession a aus ausi com il s'esdignent! No laborriers pas por aus servir! Que pis en a qui plus i sert. et se tu les fuiras, tu serviras a teu sangnor qui no t'a refuser paar ton messeisse d'avoir, ainz enrechir, quant plus poevre seras.
 
 

[89] La conclusion de ceste dotrine.

    Il a voir, si com ge ai escriz es signe d'amor, que sospirs est demonstremenz. Don il avint chose, qe uns chivalers seoit pres une pulcele mult bele et plaissant, la quele l'amoit mout voirement, don ele creoit soi froidir dou chaut qu'el[e] avoit tenue por lui longuement. Lors prist-il a sospirer mout doucement por remenbrance dou verais amor. Et ele demanda, por que il sospiroit ausi fort. -- Por ce, -- dist-il, -- que ge ni vos ox ovrir lo desir de mon cuer. -- -- Non! -- redist-ele, -- Nus se doit apeler home, s'il a paor ou une pulcele sol a sol de manifester son voloir, et ni devroit pas parler en aucun boen leu celui qui teise son cuer a aucune pulcele en eun chambre. -- Mes il no fist ou li nuil pechié por aucune endice qu'ele i diist ou feist, por ce que ses cuers estoit espris dou sovrain amor. Don ge ai cerchee maintes ystoires por soe membrance, est les queles ai trovez que Salemons que ot la science de Deu, escrist en un suen livre qu'est apelez chanz des chanz, maintes paroles que se porroient entendre | [fol. 16va] en La(n)tin temporablement; mes eles ni sont pas ausi; ainz sont-eles a nos voie et senters de salvacion. Et ausi se poroit entendre ce que ge ai escriz en cest dotrine d'amor temporablement. Don ge proi chascun qu'il ratornent la, ou ge ai escriz, qe Dex est amor, et notent ce qu'il i troveront escriz. Apres sachent qui je [ai] mise la pulcele et la dame en leu de la preciouse virge sainte Marie, por qu'ele fu sovraine pulcele et dame qui onques fust, ni que soit, ni qui sera. Pulcele, ainz qui nasquist de li [li] douz Sangnor, pulcele et dame puis sa naission, a ce qu'ele soit deproiee doucement por ses amanz. Don ge la proi ausi com douce dame et roine de Paradis qu'ele est, et port de tote pitié, qu'ele deproie son Creator, pere et fil, car si ge ai mis aucune chouse por l'adornement de l'oevre, qu'il m'en face estre verrais penetant ou tot ce que ge li ai forfeit, si com mauvais serjanz que ge sui contre teu Sangnor, com il est. Et d'or avant moi conferme au suen servise, ausi qe-u cors dou suen precious fil pormaingne en moi, ausi com il devroit de raison. Soit ausi!
 
 

[Colophon] Ceste epistre tramist Annanchet a la celerere de joie.

    La grace de Deu pere omnipotent et la gloirie dou suen fil Jesucrist et l'enspiramenz dou Saint Esperiz sempres soit a vos, doucisme celerere de ma vie, en tele guise qui vos aiez merci de moi. Au pere omnipotanz et au douz roi Jesucrist, lo quex fu mort en cest monde por la nostre raencon et ore vit et reigne el parpetoable reigne de gloire, faz-ge graces dou splendor qui ge vi descendant de la vostre face qui m'oit alumees mes cuers en tute leece, pensant a feire et a dire ce que vos fust honor et autre non; por la quel chouse ge sui euz prisonez de vos, pormaingnanz en la plus douce prison que cuers poist penser ne boche dire. Presoners, por ce qui vos prendist[es] moi si doucement, car nus ot puis part en moi, se no vos, por la quele ge vis. Douce prisons, por ce qui ge voi ades de demi mon cueer le vostre chiés respandir d'apres li us, si com ge fis au comencement, quant vos vi, en lo qel sont dox hoilz resplendanz et amorous et ploins d'un si grant confort, qu'il n'est nus, s'il aust conoissiment et boen valor | [fol. 16vb] en soi, et il se trestornassent sor lui por garder lo por le vis, qu'il no s'enardist de vos amer plus d'autre dou monde. Mes la boche est tant belle qui ge ni pois dire plus, por qu'ele est petite a mout bele guise, trestoite ploine des douz baisser. Les levres vermoilles ausi come greine et un poi espeisetes avenentement. L'aleine qui rend la douce boche et amorouse, rend odor a toz qui sont pres vos, si que chascun qui vos aproiche, est avis q'il soit en un leu celestial. Ha! Douce vie a toz les boen qui se membrent de vos, ge ni pois conter tez les voz granz biautés, car trop i seroit a scrivre. Mes au mien parer vos estes la plus bele des toz les beles, et la saje de toz les sajes. Et se vos ni creez ausi estre, soulement por cest vos deussiez vos pleer a misericorde enver moi, puis que-u fins amors qui ge ai ver vos, me vos apresente de tele forme. Don ge vos clam merci as main[s] jonz, si com a fontaine de tot enseignement, que vos ne gardez a autre contre moi, se non a gantilece, por ce que gantilece est franchise de cuer, et franchise de cuer est leiauté et droit aovremant, et leiautez et droit aovremant est san, cortoisie et mesure; a ce que la vostre grant bonté me doie valoir, en cele chouse dou monde que ge plus desir.

    Cist livres fu escriz sus la tor que vient dite Mizane, en l'an milloismes, ducentoismes, otantoismes, setoismes en la endicion quindoisma, puis l'Encarnation dou douz Sangnor Jesucrist. Et fu escriz por Rofin qui a celui tens estoit garde de cele tor, a cui Dex doint joie et granz bonaventure en cest monde et en l'autre Paradis. Amen. Et fu espleuz an un di de Sabaho, qatorze di de Guing.