Le Roman d'Alexandre

BRANCH I -- BRANCH II -- BRANCH III -- BRANCH IV


[1.1]  Qui vers de riche istoire veut entendre et oïr,
Pour prendre bon example de prouece acueillir,
De connoistre reison d'amer et de haïr,
De ses amis garder et chierement tenir,
Des anemis grever, c'on n'en puisse eslargir,
Des ledures vengier et des biens fes merir,
De haster quant leus est et a terme soffrir,
Oëz dont le premier bonnement a loisir.
Ne l'orra guieres hom qui ne doie pleisir;
Ce est du meilleur roi que Dieus laissast morir. [10]
D'Alixandre vous voeil l'istoire rafreschir,
Qui Dieus donna fierté et u cors tel aïr
Que par mer et par terre osa gent envaïr
Et fist a son commant tout le pueple obeïr
Et tant roy orgueilleus a l'esperon venir.
Qui service li fist ne s'en dut repentir,
Car touz ert ses corages en leur bons acomplir,
Et il i parut bien aus durs estors soufrir,
Car au destroit besoing ne li volt nus faillir.
Qui servir nel deigna, nel pot tor garantir [20]
Ne deserz ne mal pas, tant seüst loing foïr.
A l'eure que li enfes dut de sa mere issir
Dieus demoustra par signe qu'il se feroit cremir,
Car l'en vit l'air müer, le firmament croissir
Et la terre croller, la mer par leus rougir
Et les bestes trambler et les homes fremir;
Ce fu senefiance que Dieus fist esclarcir
Pour moustrer de l'enfant qu'en devoit avenir
Et com grant seignorie il avroit a baillir.
[1.2]   L'estoire d'Alixandre vous voeil par vers tretier [30]
En romans qu'a gent laie doie auques profitier;
Mes tieus ne set finer qui bien set commencier,
Ne moustrer belle fin pour s'ouvraigne essaucier,
Ainz resamble l'asnon en son versefïer,
Qui biaus est quant il nest et mainte gent l'ont chier;
Com plus croist, plus ledist, et resamble aversier.
Cil trouveour bastart font contes abessier
Si s'en veulent en court seur les meilleurs prisier,
Ne conoissent bons mos et les veulent jugier,
Et quant il ont tout dit, si ne vaut un denier, [40]
Ainz couvient la leur oevre par paniaus atachier.
Mes encontre ces vers doit la teste drecier
Qui veut de bonnes meurs son cuer asouploier
Et savoir qu'il doit fere et et quel chose leissier,
Comme il doit ses amis et blandir et proier,
Ceus qu'il a fes tenir et autres pourchacier
Et ceus qu'il ne connoist par oevres essaier,
Ses anemis grever et si estoutoier
Que uns seuls envers lui n'ost mostrer samblant fier,
Plus le tiegne cremeus qu'aloëte en gibier [50]
Quant el voit de la main departir l'espervier.
Mes ne soit mie avers, s'aneur veut essaucier,
Car ainc par averté ne puet riens gaagnier;
Qui trop croit en tresor trop a le cuer lanier,
Ne puet conquerre aneur ne terre justicier.
Je ne vous commens mie de Landri ne d'Auchier,
Ainz vous commens les vers d'Alixandre d'Alier,
De qui sens et proëce furent gonfanonnier;
A lui prengne regart qui se veut affetier
Et de bonnes coustumes estruire et enseignier [60]
Si m'oie bonnement et sanz contralïer.
 
 

[1.3]   La vie d'Alixandre, si comme elle est trouvee
En pluseurs leus escrite et par bouche contee,
El fu a sa naissance par signe demostree,
Qu'apercevoir s'en pot toute chose senee
Que large seignorie ert en celle heure nee.
Pour ce mua li airs, c'est veritez provee,
Et parurent esclistre souz la noire nüee,
Li firmamenz croissi, dont gent fu estonnee,
Qu'il esmouvroit tel noise et de cors tel sonnee [70]
Quant il chevaucheroit en parfonde valee
Que li tertre souvrain orroient la menee;
Et la voie du ciel refu par lui tentee,
Quant la chaiere d'or en fu lassus portee
Par les quatre grifons, a qui fu acouplee;
Et fu d'astronomie sa pense enluminee,
Que de toutes estoiles connut la compassee.
Pour ce crolla la terre en icelle jornee
Qu'en celle eure nessoit la persone doutee
A la qui poësté el fu puis aclinee.  [80]
Et la mer enrougi par celle destinee
Que en lui prist l'enging de la guerre aduree
Et d'enbuschier aguez dedens selve ramee,
Dont sans fu espandus en lointiegne contree.
Et li mont en tramblerent sanz nule recelee,
Pour ce que mainte force fu par le roy matee
Et de maint orgueilleus abati la posnee. 
Les bestes en fremirent, quant sorent la menee,
Que maniere de char n'ert el monde formee
Dont aucune ne fust par le roi sormontee,  [90]
L'une por lui servir du tot abandonnee
Et l'autre por nuisir encontre revelee,
Si comme li serpens en la terre eschaudee
Dont grant masse de l'ost fu puis envenimee.
A l'eure qu'il nasqui fu joie recouvree
Et barnages creüz et bontez ravivee,
Qui par mauvés seigneurs ert si anïentee
Que nuz hom ne donnoit vaillant une denree
Ne seul tant qui montast une pomme paree,
S'ainz ne seüst de quoi li fust guerredonnee.  [100]
Mes puis donna li enfes et ot chiere levee,
Car la seue maniere li fu si esmeree
Et la seue bontez des autres desevree
Qui chose li rouva, ainz ne li fu veee;
Chiens donnoit et oisiaus et mainte chose amee,
Mainte pelice grise et d'ermine engoulee
Et maint hanap d'argent, mainte coupe doree,
Maint cheval bel et cras, mainte mule afeutree,
Ducheez et royanmes, puis qu'il ot çaint espee;
Et pour ce fu sa gent si bien entalentee  [110]
De conquerre s'onnour en bataille joustee.
Des puis qu'il ert armez et sa gent conraee,
Nus regnes envers lui n'ot nulle contrestee.
Ainsi vet de seigneur o maisnie honoree;
Quant tant a esploitié que il l'a assamblee,
Adont li fait honour et ce que li agree,
Ne chose ne li dit dont el cuer soit grevee,
Ainz vet touz premerains sa targe enchantelee;
Ses anemis requiert o la lance aceree,
Dont est la seue enseigne hautement escrïee  [120]
Et celle gent hetiee qui si est commandee.
Honour de seignorie fu en cestui plantee,
Mes cil qui sont remés chantent la descordee,
La cueillent mauvestié ou honte fu semee.
Li avoirs qu'il dona li fist tel presentee
Et li riches corages o la fiere pensee
Que par tout Oriant fu sa force moustree;
Jusqu'aus bonnes Artu fu s'enseigne portee
Et il les trespassa plus d'une aubalestee
Et lança son espiel tout outre une rüee.  [130]
Trestoute eüst la terre qui pot estre habitee,
Se ne li fust si tost la poison destrempee,
Par quoi sa belle char fu morte et enterree,
Quant prise ot Babyloine, que tant ot desirree.
Mains de trente anz vesqui, ce fu corte duree,
Mes nuz hom entretant ne fist tel conquestee, 
Ne Julïus Cesar ne Crassus ne Ponpee.
Aprés refu la terre a martire livree
Par l'orgueil des barons et gaste et desertee,
Car l'estache ert froissie ou elle fu fermee;  [140]
Perte de bon seigneur n'est pas tost recovree.
De toutes bonnes gens devroit estre ploree,
Ainz puis terre ne fu a si bon commandee.
Or commencent li ver ou ou sa vie ert mostree.
[1.4]   Li rois qui Macidoine tenoit et Alenie
Et Gresse en son demaine et toute Esclavonie,
Cil fu pere a l'enfant dont vous orrez la vie;
Phelippes ot a non, mout ot grant seignorie.
Une dame prist belle et gente et eschevie,
Olimpias ot non, fille au roy d'Ermenie,  [150]
Qui riches ert d'avoir, d'or et de manantie,
De terres et d'onors et de gent mout hardie;
Et la dame fu preus et de grant cortoisie
Si ama biaus deduiz de bois, de chacerie,
Rote, harpe et vïele et gigue et siphonie
Et autres instrumens o douce melodie.
Cil ert privez de li, si ne s'en covroit mie,
Qui par armes queroit pris de chevalerie;
Et li donnoit biaus dons, car de biens ert guarnie,
Et biaus chevaus d'Arrabe et mules de Surie  [160]
Et riches garnemens, palefroiz de Hongrie,
Les siglatons d'Espaigne et pailes d'Aumarie,
Et cendaus et tirés et le vair de Rossie,
Dyapres d'Antioche, samis de Romenie,
Les chainsils d'Alemaigne, qu'ele avoit en baillie.
Puis li fu sa bonne oevre a grant mal revertie,
Car la mauvese gent, qu'ele avoit enhaïe
Et de qui el n'avoit soulaz ne compaignie,
L'orent en traïson de maldire aqueillie,
Distrent qu'ele fesoit de son cors lecherie,  [170]
Ne gardoit pas sa foy qu'ele ot le roy plevie,
Car a pïeur de lui se connoissoit amie
Et de cors et d'avoir li otrioit partie.
Autresi sont encor li garçon plain d'envie;
N'est dame, se tant fet qu'ele se jeut ne rie
Ne moustre biau samblant, qu'el ne soit envaïe.
Qui mal leur quiert a tort, Damedieus les maudie.
De bouches mesdisans est la meison emplie
Ou li deables regne o sa grant ost banie,
Car li siecles est plains de grant losengerie,  [180]
Si ne commence or pas, ainz muet d'ancesserie.
La roÿne le sot, qui mout en fu leidie,
Car neïs de l'enfant distrent il vilanie,
Que il estoit bastars, nez par enchanterie. 
El tans que il fu nez, si com l'istoire crie,
Ert uns hom en la terre plains de mout grant boisdie,
Naptanabus ot non en la terre arrabie;
A nestre aida l'enfant, que que nuz vous en die,
Qu'il fu nez pres du point qui done seignorie.
Et s'il eüst un poi ceste nuit devancie,  [190]
Qu'il fust nez en l'espace que il avoit choisie,
Ne fust mie si tost sa proëce fenie
Ne par venin mortel la seue euvre acomplie,
Plus regnast longuement et plus eüst baillie.
[1.5]   Molt fu li varlés larges et preus de toutes riens;
Qui du sien li rouva, du veer ne fu riens,
Car de lui commença li donners et li biens.
Il conquist les Hermins, Persans et Surïens
Et la gent d'Oriant et les fiers Indïens,
Ceuls d'Aufrique, les noirs et les Egypcïens  [200]
Et ceus de Babiloine aprés les Tyrïens;
Ce conte l'escripture touz li mondes fu siens.
Aprés sa mort le dist Cesaires Julïens
Que ce fu touz li mieudres des princes terrïens.
[1.6]   Grant joie vint en Grece le jour que il fu nez.
Ja estoit touz li siecles ainsi anïentez
Et donners refroidiez et creüe avertez,
Avarices estoit en si haut bruit montez,
Qui avoit le tresor, ja mes ne fust mostrez,
Ainz ert sempres en terre et repoz et boutez;  [210]
Encore en a en terre cinc cens somiers troussez
Que ja mes ne sera ne veüz ne trouvez.
Mes puis fu par le roi mains tresors effondrez
Et aus frans chevaliers departis et donnez
Par qui prist les chastiaus et brisa les citez,
Dont fu par tout le mont rois et sires clamez.
Et puis en fu Porus griement aresonnez
Seur l'eve de Caulus ou il fu encontrez;
A plus de vint mile homes i ot les chiez copez
Et li siens cors meïsmes retenuz et matez.  [220]
Mout fu fiers Alixandres et hardis ses penssez,
Que se nuz li moustra ne orguel ne fiertez,
Onques nel pot guerir chastiaus ne fermetez
Que il nel suivist tant qu'il fust desiretez;
Mes ançois qu'il eüst quarante jorz passez,
Fu ses cuers de noblece ainsi enluminez
Onques sers de put ere ne devint ses privez,
Mes a la franche gent volt fere touz lor sez;
Vilaine ne ancelle nel pot servir a grez. 
[1.7]   L'enfance d'Alixandre fu mout gentil et belle,  [230]
Biau samblant fet et rit a chascun qui l'apele,
Onques nel pot servir vilaine ne ancelle,
Ainz le couvint touz jorz nourir une pucele,
Et d'une franche dame aletoit la la mamelle.
Desci en Ocident en ala la nouvelle,
Mes nus hom ne l'ot dire, qui la merveille espelle,
Qu'il ne cuit, s'il vit tant qu'il puist monter en selle,
Que ce ert Alixandres, qui tout le mont chadelle,
Tout avra desouz lui, com faus la tourterelle.
[1.8]   Quant li roys Alixandres fu nez en icel jour,  [240]
Avoec lui furent né trente fuiz de contour
Qui furent gentil homme et bon conquereour;
De la terre de Gresce estoient li plusour
Et tuit li autre estoient gentil Macedonour.
Cil soffrirent o lui mainte ruiste dolour
En la terre eschaudee ou onques n'ot froidor,
Touz jorz vesquirent d'armes, itel fu lor labor.
Par ceus et par les autres conquist il mainte honor,
Car de par toute terre le tint on a seignor.
[1.9]   En l'aé de cinc ans, ce conte l'escripture,  [250]
Se dormoit Alixandres en un lit a painture;
D'un chier paile a orfroiz estoit la couverture,
De martrines dedens estoit la forreüre.
La nuit sonja un songe, une avison oscure,
Qu'il manioit un oef dont autres n'avoit cure,
A ses mains le roloit par mi la terre dure,
Si que li oés brisoit par mi la paveüre;
Uns serpens en issoit d'orgueilleuse nature,
Onques hom ne vit autre de la seue figure;
Son lit avironnoit trois foiz tot a droiture,  [260]
Puis reperoit arriere droit a sa sepouture,
A l'entrer cheoit mors, ce fu grant aventure.
[1.10]   Quant li chambellens vit qu'Alixandres s'esveille,
Effreez de son songe, qu'il ne dort ne someille,
Ses garnemens li donne, gentement l'apareille,
Et quant il fu vestuz, a Phelippe conseille.
Quant li rois l'entendi, durement se merveille;
La ou il sot sage homme jusqu'a la mer Vermeille
Pour espondre le songe ses mesages traveille. 
[1.11]   Phelippes a mandé la sage gent lointiegne,  [270]
Les bons devineours fet querre par le regne,
Devins et sages clers communalment amene;
Premiers i est venus Aritotes d'Ateine.
Quant furent assamblé, une chambre i ot plene.
Tout le songe leur conte et chascuns d'els se peine
De respondre par sens bonne reison certaine.
[1.12]   Uns Grieus parla premiers qui cuidoit estre flors
De maintes sapïences et de sortisseors
Et de l'art d'ingremance et de devineours;
Pour ce ot non Astarus que il sot touz les cors  [280]
Des estoiles du ciel et du sens des auctours.
"Ore entendez, fet il aus granz et aus menors,
De vostre songe espondre serai maistre doctors.
Li oés est vaine chose, petite est sa vigours;
Li serpens qu'en issoit, fiers et de fieres mours,
C'est uns hom orgueilleus qui movra mains estors
Et voudra seurmonter rois et empereours
Et metre desouz lui et princes et contours
Et conquerre par force les chastiaus et les tours
Et prendre et retenir et terres et honours,  [290]
Mes nel porra pas fere, petite ert sa labors,
Lors tornera arriere si charra sa valors."
Quant Phelippes l'entent, d'ire mua colors,
Et cuide d'Alixandre que soit mauvés oirs sours.
[1.13]   Aprés celui parla Salios de Minier,
Sages hom de la loy, assez sot du mestier.
"Oëz, seignor, fet il, dont vous voeil acointier:
De chose qui en songe peçoie de legier
Ne m'est vis que nuz hom puisse bien esploitier.
Li oeus est veine chose si brise de legier;  [300]
Li serpens qu'en issoit, qu'il vit felon et fier,
C'est uns hom de fol cuer, qui vodra guerroier
Et le païs conquerre et par force regnier
Et les sauvages terres desouz lui abessier;
Mes ja de riens qu'il voeille ne porra esploitier,
Car tuit cil li faudront qui li devront aidier,
Et mout mauvesement l'estevra reperier,
Si com fist li serpens qui retorna arrier."
Cil respons fist Phelippe durement esmaier.
[1.14]   Aprés ces deus parla Aritotes d'Ateine,  [310]
En piez s'en est levez, de bien dire se peine. 
"Oëz, seigneur, fet il, une reison certaine.
Li oés dont cil parole n'est mie chose veine,
Le monde senefie et la mer et l'areine,
Et li moieus dedens est terre de gent plaine;
Du serpent qu'en issoit vous di chose certaine,
Que ce est Alixandres qui sofferra grant poine
Et ert sires du mont, ma parole en ert seine,
Et si homme aprés lui le tendront en demeine,
Puis retournera mors en terre macidoine,  [320]
Si com fist li serpens qui vint a sa cavaine."
Quant Phelippes l'entent, mout grant joie en demaine.
[1.15]   Phelippes ot grant joie du songe qui bien prent,
Mout ama Aritote et le tint richement,
Tout li abandona son or et son argent.
Alixandres fu preus et de grant escïent;
Ce conte l'escripture, se la letre ne ment,
Que plus sot en set jourz que uns autres en cent.
La nouvelle est alee deci en Ocident;
De ne sai quantes terres i sont venu la gent,  [330]
Li mestre des escolles, li bon clerc sapïent,
Qui vouloient connoistre son cuer et son talent.
Aritotes d'Athenes l'aprist honestement;
Celui manda Phelippes trestout premierement.
Il li moustre escripture, et li vaslés l'entent,
Grieu, ebrieu et caldieu et latin ensement
Et toute la nature de la mer et du vent
Et le cours des estoiles et le compassement
Et si com li planete hurtent au firmament
Et la vie du siecle et quanqu'a lui apent  [340]
Et connoistre reison et savoir jugement,
Si comme rethorique en fet devisement;
Et en aprés li moustre un bon chastïement,
Que ja serf de put ere n'et entour lui souvent,
Car maint home en sont mort et livré a torment,
Par losenge, par murtre, par enpoisonnement.
Li mestres li enseigne et li varlés aprent;
Il en jure le ciel et quanqu'a lui apent
Que ja nus sers par lui n'avra essaucement.
[1.16]   Une grant piece aprés qu'Alixandres fu nez,  [350]
Vint uns hom en la terre, de grant sens esprouvez,
Naptanabus ot non, d'engin estoit parez.
Cil fu puis Alixandre et mestres et privez,
Cil li moustra de l'air toutes les oscurtez
Et par con fete guise li soleus est posez
Et si comme la lune remue ses clartez 
Et le cours des estoiles quant li airs est troblez;
Mes tant lut ingremance et tant en fu usez
Que si bons enchanterres ne fu onques trouvez.
S'il eüst devant vous cinc cens homes armez,  [360]
Vous semblast qu'il feïst de touz abres ramez
Et d'une eve courant quatorze arpens de prez
Et meïst en sa bourse les tours de vint citez.
De lui fu Alixandres mescreüs et blasmez,
Pour ce que de sa mere et de lui ert privez;
Dïent qu'il ert ses fuiz et de lui engendrez.
Un jour le prist aus mains, d'un tertre ou ert montez
Sel bouta contre val que sempres fu tüez.
[1.17]   Mout fu preus Alixandres, quant ot passez dis ans;
De par toutes les terres a mandez les enfans,  [370]
Les fuiz aus gentils homes et touz les mieus vaillans;
Assez en poi de terme en ot avoec lui tans
Com s'il eüst la terre a quatorze amirans.
Largement leur donoit et fezoit lor talens:
Chevaus et muls d'Espaigne et palefroiz amblans,
Tirés et dras de soie et pailes aufriquans.
Ses ostieus resambloit foire de marcheans,
Tant avoit entour lui de petis et de grans.
Ne prenoit pas conseil aus honnis recreans,
Mes a ses gentils hommes, a touz les mieus vaillans,  [380]
A ceus qui mieus resamblent hardis et conbatans.
La parole est bien voire et si est connoissans
Que li bons fet le bien et si est conseillans;
Ja de male racine n'ert abres bien portans.
[1.18]   Alixandres s'aloit par un jour deporter
Entre les murs d'areine et la greve de mer;
La contree fu belle et li soleus luist cler.
Tout entour lui commence l'enfes a regarder;
Environ lui aloient tel troi cens bacheler,
N'i a cel ne soit fuiz a demeine ou a per  [390]
Ou a prince de terre que li roys doit amer.
Alixandres les fist par ses letres mander,
Pour ce que, quant il ert au terme d'adouber,
Avoec lui les fera richement atorner;
Puis leur couvint o lui mainte paine endurer
Et mainte nuit veillier et maint jor jeüner
Par les terres sauvages que il vot conquester.
Alixandres s'estut si prist a escouter,
Desus toute la ville oïun cri crïer,
A touz ceus de la ville estut le sanc müer,  [400]
Ainz n'i ot si hardi qui n'esteüst trambler. 
Alixandres les lui vit un sien mestre ester,
Du cri qu'il ot oïli prist a demander,
Car n'a soing qu'il li doie grant merveille celer.
Li mestres li commence autre chose a mostrer,
Pour ce que ceste chose li veut fere oublïer,
Car il set son corage si felon a danter
Que ja de riens qu'il voeille nel porroit destorner.
De Nicholas le roy li commence a conter,
Qui guerroie son pere pour lui desheriter  [410]
Et veut toute sa terre escillier et gaster,
Car treü li demande qu'il ne li doit donner.
Alixandres ot ire si commence a pensser,
Aprés li respondi: "Nel puis or amender;
Tant com je sui en mue, me couvient endurer,
Et quant je avrai elles, si m'estevra voler;
Tieus me veut or mal fere qui le puet comparer."
[1.19]   Alixandres apelle un sien dru Festion,
De Dieu le conjura selonc s'entencion
Que del cri qu'il oïli die la reison,  [420]
Et li quens respondi: "N'en dirai se voir non,
Pour quant c'est grant folie que nous le vous dison.
Une beste est mout fiere, ainz telle ne vit on,
Felonnesse et diverse, cheval l'apellë on;
En un jour fustes né, que de fi le set on.
La roÿne d'Egypte le tramist Phelipon,
Assez de jeune aage et petitet faon;
Or n'a en tout le siecle cheval issi felon.
Onques hom ne vit beste de la seue façon:
Les costez a bauçans et fauve le crepon,  [430]
La queue paonnace, fete par devison,
Et la teste de buef et les ieus de lion
Et le cors de cheval, pour ce a Bucifal non.
Clos est en une volte et murez environ,
Ja ne veut vooir homme en la seue meson,
Ainz en toute sa vie n'ot soing de compaignon.
Quant en prent en ce regne traïtor ne laron,
Ja nus hom n'en fera justice se il non;
A la beste le livrent, s'en fet destruicion;
Il en ocirroit bien quatre vins d'un randon.  [440]
N'a cent hommes en Grece, ainsi com noz cuidon,
Qui osassent geter Bucifal de prison."
Lors respont Alixandres a guise de baron
Et jure cel seigneur qui fist Oceanon
Qu'il savra a court terme se ce est voir ou non;
A ce mot le seisirent et pristrent environ.
Il en jura son chief et met sa main en son
Que, se nus le tient mes, ja n'avra guerison 
Du poing ou du pié perdre sanz nule raençon;
Ainz puis n'i ot un seul ne li feïst bandon.  [450]
[1.20]   Pour le dit du cheval fu Alixandres liez;
Ja mes n'avra grant joie si s'i ert acointiez;
Assez plus le desirre que fameilleus daintiez.
N'a homme en sa compaigne qui mout n'en soit iriez,
Car il ne gardent l'eure que il soit depeciez
Et les menbres du cors desrompus et sachiez,
Et chascuns en cuide estre destruis et escilliez.
Droitement a la volte est venus eslaissiez,
A l'uis s'est arrestez si a feru des piez
Et d'un mail qu'il trova que touz est debrisiez.  [460]
Li chevaus vit son mestre si s'est humelïez;
Son corage li moustre si s'est agenoilliez,
Plus se tint cois et mus qu'esmerillon en giez.
Alixandres l'esgarde, mout en devint hetiez;
Sempres li fu li cors par tout aplanoiez,
Hui istra de prison, tant a esté lïez.
[1.21]   Mout fu liez Alixandres, quant il vit le cheval
Qui vers lui s'umelie, onques ne li fist mal;
La croupe li aplaigne et les crins contre val,
Qui plus estoient cler que pierre de cristal,  [470]
Et le front li essue du pan de son cendal,
Ou chief li met le frain a or et a esmal;
Au plus tost que il pot monta sus Bucifal
Et issi de la volte dont fort sont li mural;
Ou mi leu de la sale s'areste et prent estal.
De toutes pars li fuient, ainz n'i ot si vassal
Qui osast arrester, tant le tienent a mal,
Car ne sai a quans homes a fet felon hostal.
Alixandres descent devant le dois royal,
Tholomer le commande, cil le rent Helyal,  [480]
A un homme le roy, son prince mareschal.
Li grant et li petit crïent tout communal:
"Icist fet bien enseigne de roy emperial!"
[1.22]   Tuit ont ceste merveille oïe et entendue,
Qu'Alixandres a tret Bucifal de la mue;
Onques n'ot en ce mont tant fiere beste mue.
Quant le virent venir, s'ont tel paor eüe
Que la gent d'environ en est toute esperdue;
Cil se tient a gueri qui premiers se remue.
Tost fu par tout le mont la nouvelle espandue;  [490]
Grieu et Macedonois en ont grant joie eüe
Et dïent que leur terre ert par lui secourue
Et la gent Nicholas gastee et confondue.
[1.23]   Mout fu de ceste chose joians li rois Felis
Que tant est Alixandres preus et volenteïs,
Onques en icest siecle ne nasqui si bons Gris.
La roÿne en fu liee, qui le sien i ot mis,
Son or et son argent et son ver et son gris,
Qu'Alixandres donnoit aus damoisiaus de pris,
Aus fuiz aus nobles hommes de par tout le païs,  [500]
Tant que par tout le mont est si montez ses pris
Qu'en ne cuidoit qu'el siecle fust autretieus hom vis.
A treze ans et cinc mois fu ses termes assis
Que chevaliers doit estre, li congiez en est pris.
Li baron vont au roy, a reison l'en ont mis:
"Une rien pouëz croire et si en soiez fis
Que il a son corage de grant fierté espris
Et tant cuide conquerre desus ses anemis
Qu'au partir en sera li plus riches mendis;
Et vous soiez a eise, en repos soiez mis  [510]
Avoec vostre moillier, qui tant a cler le vis,
Et alez en riviere o vos faucons volis,
Et il soit chevaliers si deviegne penis
Et conquiere les terres sus touz ses anemis.
Dieus a fet petit terre, si com nous est avis,
Car se il en estoit sires poësteïs,
Toute l'avroit donnee desci a quinze dis.
Cestui plet conperront li cuvert riche assis
Qui les frans chevaliers ont fez povres mendis
Et ont les granz tresors et les chiers pailles bis  [520]
Dont li regnes de Grece est vestus et porpris."
[1.24]   Entour le roy estoient si demaine et si per;
D'Alixandre li prïent nel face demourer,
Car bien est de l'aage qu'il doie armes porter.
La roÿne de Grece en vet au roy parler;
Li roys ot la parole et le terme nonmer.
Riant dist la roÿne: "Or vous esteut penser
De dras de mainte guise a leur cors conraer,
Et je m'entremetrai de bons conrois donner,
Si en ferai trois cens pour s'amour adouber."  [530]
La roÿne en fu liee, qui mout s'en vot pener,
Car c'est la riens el siecle qu'ele pot plus amer.
A icest mot commence li baniers a crïer:
Pour les varlés bagnier facent l'eve tremper.
Alixandres l'ot dire si respont comme ber 
Et jure le seigneur, qui fet le soleil cler
Seoir el firmament pour le mont alumer,
Que ja n'i avra iaue fors la sausse de mer.
Le soir d'une grant feste qu'il durent celebrer
Sont venu a la rive pour leur cors eslaver;  [540]
Ilueques veïssiez baignier tant bacheler
Et courre par celle iaue et saillir et noër;
Icel jour les alerent maintes gens esgarder.
[1.25]   Dementiers qu'Alixandres s'estoit alez baignier,
La roÿne de Grece fist deus chevaus charchier
De riches dras de soie qui mout estoient chier,
Droitement a la rive les a fet envoier.
Li nouviaus roys de Grece, qui le corage ot fier,
Qui onques nen ama traïteur losengier,
A fet ses compaignons devant apareillier  [550]
Et dist que li plus povre soient vestu premier,
S'ait chascuns bonnes armes et bon courant destrier.
Les conroys Alixandre ne porroit nus prisier;
Toutes ses vesteüres ne vous sai desraisnier:
Ses haubers fu ouvrez en l'ille de Durier,
Li pan sont a argent, la ventaille d'or mier,
La maille ne crient lance ne cop d'aubalestier,
Onques de sa bonté ne vit hom si legier;
Le cercle de son hiaume ne poïst esligier
Li roys de Maceline pour or ne pour denier,  [560]
Douze pierres i ot que fols ne doit baillier,
Devant seur le nasel un escharboucle chier;
Ses escus de synople et ses brans fu d'acier,
Quatre mois et demi mist Bilés au forgier,
Les renges sont de paile fetes par eschequier.
Devant lui amenerent Bucifal le legier,
Alixandres i monte par son estrier d'or mier.
La veïssiez grant joie a l'issir du gravier,
Et furent bien troi cens tuit nouvel chevalier;
Chascuns point son cheval, qui le vot eslessier.  [570]
Li roys Phelis commande la quintaine a drecier;
A cel tens ert coustume, si nel vodrent lessier.
Icel jour i ferirent li nouvel sodoier,
A l'aubaleste jouent cil qu'en sont coustumier,
Et Phelippes meïsmes s'i vet esbanoier;
Li auquant se deduient a trere et a lancier.
Aprés trestouz les geus ala li roys mengier;
Ilueques veïssiez tant conte et tant princier,
De la terre de Grece i furent li guerrier.
 Ainz qu'il lievent des tables, es vous un mesagier  [580]
Qui conta tel parole, sanz dit de mençongier,
Dont morurent aus armes maint vaillant chevalier. 
[1.26]   Mout fu belle la court en la salle a lambrus.
Pour l'amour Alixandre servi Antiocus,
Tholomer et Dans Clins, Arristez et Caulus,
Perdicas et Lyoines, li preus Antigonus,
Licanor et Filotes, Aridés li menbrus;
Devant le mestre dois servi Emenidus.
A tant ez vous un mes que on claime Crebus,
Le roy Phelippe apelle voiant contes et dus:  [590]
"Roys Nicholas te mande que li rendes treüs
De toi et de ta terre, ne li demourer plus;
Et se tu nel veus fere, d'une chose t'encus:
En ta terre vendra o Hermins et o Turs;
Ne te guerra chastiaus ne cité ne fors murs,
Que tant ne te guerroit qu'il vendra au desus,
Si que par vive force te metra en reclus."
Quant l'entendi Phelippes, plus dolens ne fu nus;
Ne pot un mot respondre, ains bessa le chief jus.
[1.27]   Iriez fu Alixandres, quant il vit le mesage  [600]
Qui li a raconté son duel et son domage,
De mautalent nerci et mua son visage.
Voiant toute la court se drece en son estage,
Seur l'espaule s'apuie Emenidus d'Arcage,
Le mesagier apelle si li dist son corage:
"Je mant a ton seigneur trop a fet grant outrage
Qui du regne de Grece demande treüage;
A brief terme l'avra, se je puis, si sauvage
Que mout li tornera a perte et a domage.
Ja nul jour que je vive ne l'en donrai ostage  [610]
Ne n'avra, se je vif, fermeté ne estage
Quel puisse garantir, tant i ait fier passage.
De ma part le deffi, voiant tout mon barnage,
Que el regne de Grece ait plain pié d'eritage.
Or m'en irai seur lui prover mon vasselage;
Ja n'avrai mes grant joie en trestout mon eage
Tant qu'il m'ait ceste honte amendé par son gage,
Si que le chief de lui en avrai en ostage."
[1.28]   Li mes ot la parolle si se met el repaire;
Ainz ne fina d'esrer tant qu'il vint a Cesaire.  [620]
Et au roy Nicholas raconta son affere;
Et conte d'Alixandre, qui a fier le viaire
Et plus hardi le cuer que lyon qu'en ot braire:
"Ains ne nasqui tieus princes pour bonne gent atrere;
A ceus qui sont o lui est frans et debonnere,
Et vers ses anemis trop fel et de put ere.
Ne vous cuide leissier ne chastel ne repere
Ainz vous en cuide bien a vive force trere."
Quant Nicholas l'entent, sachiez ne li pot plere;
Il en jure son cuer et sa pelice vere,  [630]
S'aus poins le puet tenir, il li fera contrere:
"Je li cuit destremper si felon letuaire
Nel donroit son parent, s'il li veoit l'ueil trere."
Li mes dist en riant a Bruiant de Valquerre:
"De loing le menaciez, il ne vous prise gaire."
[1.29]   Merveille ot Alixandres, quant il ot de la guerre,
Que li roys Nicholas veut treü de sa terre.
Par les lointiens païz fet les bachelers querre,
Les povres chevaliers qui n'ont mie grant terre,
C'or viegnent cil a lui qui ont oés de conquerre.  [640]
Li nouviaus roys de Grece les granz tresors desserre,
C'uns n'en puet remanoir en huche ne en serre;
A ceus les fet donner que la povretez merre,
Qui vodront avoec lui les granz poines souferre.
[1.30]   De ce fist Alixandres que gentilz et que fiers,
Que frans roys debonneres, que nobles chevaliers:
Quant ot par les contrees mandé les sodoiers,
Par le congié son pere a pris les usuriers,
Les sers de put afere, les felons pautonniers,
Qui les tresors avoient et les mons de deniers  [650]
Qu'il lessoient moisir a muis et a sestiers;
Touz les a departiz aus povres chevaliers,
Aus povres bacheliers qui il estoit mestiers;
Il les a atornez d'armes et de destriers,
De riches vesteüres et de garnemens chiers;
N'i a celui qui n'ait o lui trois escuiers,
Cinc sergans a cheval et bons aubalestiers.
Pour ce qu'iert preus et larges et touz jorz costumiers
De conquerre les terres et les regnes pleniers,
A touz ses anemis veut estre justiciers;  [660]
Et quant vint en bataille, touz jorz fu li premiers.
Quant furent assamblé par les plaines d'Aliers,
Plus en ot Alixandres de quarante milliers;
Emenidus d'Arcage fu ses gonfanoniers.
[1.31]   Onques n'issi de Grece tant gent pour Phelippon
Comme Alixandres ot es plaines de Valbon.
En la terre d'Alier dont il ot le seurnon
La veïssiez tendu maint riche paveillon.
Aritotes se jut seur un paile esclavon
Qui fu orlez d'orfrois et bordez environ;  [670]
Sous ciel nen a senblance d'oiseil ne de poison
Dont ilueques ne soit escrite la façon.
Alixandre en apelle si l'a mis a reison:
"Eslisiez douze pers qui soient compaignon,
Qui merront voz batailles touz jorz par devison,
Et amez touz voz hommes et leur fetes gent don.
Ce sachiez: qui bien donne, volentiers le sert on,
Par donner puet l'en bien amoloier felon;
Qui tout veut trestout pert, des auquans le voit on.
Se voulez estre larges, plus en serez preudon  [680]
Et conquerrez les terres jusqu'en Oceanon;
Ja n'avra roys ne princes vers vous deffension
N'autre gent en bataille a la vostre foison."
Quant l'entent Alixandres, si dreça le menton:
"Vostre merci, biaus mestre, ci a bonne reison,
A maint homme est il mieus de la vostre aprison;
Eslisiez vous meïsmes de qui noz les feron."
"Premerains i metez Tholomer et Cliçon,
Licanor et Filote et dant Emenidon,
Perdicas et Lyoine avoec Antigonon,  [690]
Et le conte Aridés, Aristés et Caulon,
Antiocus avoec, es les vous touz par non;
Icil sont tuit preudomme et chevalier baron.
Emenidus d'Arcage port vostre gonfanon."
Et respont Alixandres: "A Dieu beneïçon."
[1.32]   En icel jour que furent eslit li douze per,
Que li roys Alixandres les ot fet deviser,
Lors fet monter sa gent et ses grelles sonner;
El regne Nicholas voudra des or entrer.
Emenidon commande son gonfanon porter;  [700]
Ja mes ne finera si vendra a la mer
Dont Dieus a clos la terre por le ciel deviser.
Devant ses ieus encontre li roys un bacheler
Qui les cheveus ot blons et le viaire cler;
Son samblant ne sa face ne vous sai deviser,
De plus gentil danzel n'orrez ja mes parler.
Afublez d'une guiche, touz nus piez, sans soler,
A ceus devant commence le roy a demander.
Uns danzels l'esgarda si li ala moustrer;
Bonnement commença le roy a salüer:  [710]
"Sire, entent ma parole, bien la dois escouter;
Ne m'aiez pour ce vil que me vois povre aler,
Ja me peüsse mieus vestir et atorner;
Mes tieus hom me fet querre, s'il me pooit trover,
Qui me feroit le bu de la teste sevrer.
Je sui niez le roy Daire, ne le te quier celer,
Fuiz sui de sa serour, mout me deüst amer,
Mes il me tolt ma terre por moi desheriter.
Or sui venuz a toi, que j'ai oïconter
Que tu retiens les povres qui ont oeus d'amender,  [720]
Et plus povre de moi ne pues tu esgarder,
Car je n'ai tant d'avoir dont je pregne un diner."
A ice mot a fet maint chevalier plorer;
Alixandres meïsmes commence a souspirer,
Aprés li demanda: "Comment te fes nonmer?"
"Sire, j'ai a non Sanses, fuiz sui le roy Omer;
Li roys Daires, mes oncles, le fist enpoisonner
Et moi fist de son regne escillier et jeter;
Tyr me tolt et ma terre qui est selonc la mer
Plus c'uns hom ne porroit en quatre jorz aler.  [730]
El royanme de Perse t'oïforment loër;
Onques entrusque ci ne me vos arrester.
Hui devieng tes hom liges, mout me vodrai pener
De fere ton service, bien t'i porras fïer.''
Li roys en ot grant joie, quant si l'oïparler;
A pié descent, sel beise, pour lui mieus honorer.
Son mestre chambellenc fist li roys apeler,
De riches dras de soie le fist bien conreer,
Chevaus et bonnes armes li commande a donner;
Sa terre li rendra, s'il la puet conquester,  [740]
Et du sien li donra, s'il le sert sanz fausser,
Dont bien porra en ost dis mile hommes mener;
Et Sanses chierement l'en prist a mercïer.
[1.33]   Bel homme ot en Sanson quant il fu bien vestus;
Ses mantiaus fu hermins par deseure volus,
D'un samit de Palerne vermeil, ouvrez menus,
Li tassel sont a pierres, li ors i est batus,
Chauces ot d'un brun paile et esporons agus.
En riant dist au roy: "Tieus amis t'est creüz
Qui ja ne te faudra tant com durt sa vertus."  [750]
Voiant les douze pers est ses hom devenus
Et il fu d'Alixandre volentiers receüs;
De terre a dis mile homes li est ses fiez creüs.
"Sire, ce li dist Sansses, granz biens m'est avenus,
Encor cuit vooir l'eure que Daires ert veincus;
Vous en avrez la terre et il ert confondus.
Quant j'eschapai de Perse et j'en fui fors issus,
Assés fui de maint homme pour ocirre seüs;
Par Cesaire la grant m'en ving touz irascus,
Mes onques par nul homme n'i fui reconneüs.  [760]
La trouvai Nicholas qui ert d'ire esmeüs,
Ainsi menace Grece a ardoir comme fus,
Pour ce que ne l'en est aportez li treüz."
Lors respont Alixandres sanz conseil de ses drus:
''Vous irez a Cesaire, qui en estes venus,
Et direz Nicholas que je sui ja meüs,
Treüage li port a tout cent mile escus
Se par temps nel vient querre, a son oés est perdus.
Mes avant li direz de par moi tieus salus,
Que je serai ainz mors ou il sera veincus  [770]
Que ja cist treüages li soit par moi rendus.
La bataille li mant, ou soit armez ou nus,
Et cil qui veincus ert sera roys abatuz;
Ne doit terre tenir jeunes hom recreüz."
[1.34]   Sanses ot la parolle si monte el bai de pris.
A Cesaire est venuz ains que past li midis
Et trouva Nicholas en son palés assis;
Mout ot entour lui princes, demaines et marchis.
Son mesage li conte devant en mi le vis:
"Alixandres te mande, li roys poësteïs,  [780]
Que de mort te deffie et n'est pas tes amis.
Pour ce que de sa terre as treüage quis,
Fierement le t'aporte a tout cent mile Gris;
En ta terre est entrez, par foi le te plevis
Que ja mes n'en istra par homme qui soit vis
Tant que seraz veincus ou il en ert ocis.
Ne veut que autres hom en soit mors ne malmis;
La bataille te mande et je la te devis:
Ambedui cors a cors seur les chevaus de pris,
Et cil qui veincus ert avra perdu son pris."  [790]
Lors s'enbronche li roys d'ire plains et pensis;
Aprés li respondi comme maltalentis:
"Mesages, comme as non?" "Sire, Sanses de Tyr[s],
Et sui niez le roy Daire, mes ore en sui eschis.
A tort me desherite, mes a tel me sui pris
Qui me rendra ma terre et plus m'en a promis,
Dont puis mener en ost set mile homes et dis;
C'est touz li mieudres roys et li plus volentis,
D'amour et de bon cuer et de doner espris,
Qui nasquist puis qu'Adans issi de Paradis.  [800]
S'il te treuve en bataille, de ce soies tu fis:
Tu remaindras veincuz et tes regnes conquis.
Seur le fer de sa lance est jugiez tes juïs,
Ja mes ne finera tant qu'il t'ait mort ou pris."
Quant l'entent Nicholas, de faintié fet un ris:
"Va, si di ton seigneur ses mortieus anemis
Le semont de bataille d'ui en quarante dis,
Se il veut cors a cors ou gent contre gent mis."
[1.35   Quant Nicholas entent le dit dou mesagier,
Quel menace Alixandres de la teste a trenchier  [810]
Et seur touz autres hommes le vodra empirier,
Le mesage commence forment a losengier; 
A soi le voudra trere, se il puet esploitier:
"Amis, ce dist li roys, je te voeil acointier.
Des que tu es niez Daire, je te voeil mieus prisier,
Mes parens es mout pres, ne me dois esloignier;
Mout en ledist sa face qui son nez fet trenchier,
Qui honnist son lignage nel doit en avoir chier,
Mes guerpis Alixandre et si me vien aidier;
Donrai toi de mon regne, se toi plest, un quartier  [820]
Et te ferai vers Daire, ton oncle, rapezier
Et te rendrai ta terre toute sanz chalengier.
Or veus celui servir qui me veut guerroier;
Se treü ne m'aporte, jel cuit si chastoier
Et de l'orgueil qu'il a si durement plessier
Nel voudroient veoir cil qui or l'ont plus chier."
"Or oi plet, ce dist Sanses, qui bien fet a leissier.
Celui qui bien m'a fet me reuves tu changier?
Ja, tant comme je aie le cuer du ventre entier,
Nel guerpirai pour homme, por les menbres trenchier.  [830]
Comment guerra autrui qui lui ne puet aidier?
Toi meïsmes quide il destruire et escillier,
Par temps te cuide ocirre et de terre chacier;
Ce n'est mie roys Daires o le cuer pautonnier.
Qui d'un serf racheté a fet son conseillier
Ja devant Alixandre n'oseroit aprochier.
S'uns li disoit losenge por nului empirier,
Li roys le feroit pendre ou tout vif escorchier;
De lui et de ses hommes te couvient acointier."
Quant il l'ot deffïé, si monte en son destrier;  [840]
Jusqu'au tref Alixandre ne se volt atargier.
[1.36]   Quant Alixandres vit son mesage venir,
Encontre va, sel beise, ne s'en pot astenir.
Nouvelles li demande, car mout les veut oïr:
"Que mande Nicholas? Vodra s'en il fouir
Ou se voudra vers moi en bataille tenir?"
Et cil li respondi: "Mout est de grant aïr.
Par mon chief, ce dist Sanses, il vous cuide honnir;
Ainz mes ne vi si homme de bataille aatir.
Il me cuida de vous par losenge partir,  [850]
Mes je n'ai pas corage de mon seignor traïr.
Le treü vous demande, ne s'en veut pas souffrir."
Quant l'entent Alixandres, d'ire jete un soupir
Et jure cel seigneur qui soleil fet luisir
Que par temps en couvient l'un des deus a morir.
A ce mot s'en alerent aus herberges gesir.
Au matin quant il vit le soleil esclarcir,
Lors fet monter ses hommes et ses tentes cueillir.
Ja mes ne se vodra par homme retenir
Deci que de Cesaire puisse les tors chosir.  [860]
[1.37]   Dolens fu Nicholas et pensis des respons
Qu'Alixandres manda, orgueilleus et felons,
Que nel guerra vers lui fermetez ne donjons.
De par toutes ses terres a mandez ses barons.
"Or leur couvient leissier deduis d'esmerillons
Et la chace des chiens et le giet des faucons,
Et facent rafreschir de nouvel leur blasons,
Et aient bonnes armes et bons chevaus gascons,
Frains nués et selles nueves et escus a lions,
Et viegnent a Cesaire a coite d'esperons,  [870]
Apareillié de guerre, car aparmain l'avrons."
Tout semont le païs, qui fu larges et lons,
Trusqu'el regne d'Egipte en ala la reisons;
Il en jure ses dieus, qui il fet oroisons,
Que se il i remaint chevaliers ne paons
Qui puisse porter armes ne monter en arçons,
Qu'il en fera justice voiant ses compaignons.
Quant furent assamblé et il les ot semons,
Plus sont de deus cens mile, ainsi com noz cuidons;
Ilueques veïssiez tans vermeus gonfanons,  [880]
Vers et indes et jaunes et de toutes façons.
Seur l'eve de Barsis tendent leur paveillons.
[1.38]   Quant li roys Nicholas ot s'ost a soi mandee,
Seur l'eve de Barsis en la plaine assamblee,
Plus durerent les loges de demie jornee;
Ne cuide que par homme soit ja desbaretee,
Mes ja ainz ne verra la quinzaine passee
Que tieus a grant orgueil qui perdra sa posnee.
Alixandres chevauche, l'oriflambe levee,
O sa grant compaignie d'une gent aduree,  [890]
Qui sera en bataille essaïe et prouvee.
Ja mes ne verrez gent qui mieus soit pourpensee,
De bon seigneur garnie et si enluminee,
Qui tout fet quanqu'il veulent et quanqu'il lor agree;
Et elle rest pour lui ainsi entalentee
Que set tans d'autre gent n'avront vers li duree.
La terre Nicholas ont ja par leus gastee
Et chevauchent a force tres par mi la contree.
Tholomer regarda vers une plaine lee,
Des loges Nicholas a choisi la fumee  [900]
Et vit mil paveillons el fons d'une valee
Seur l'eve de Barsis ou elle est arrestee.
Li uns des Grieus a l'autre a l'ost au doi mostree,
Et dïent en riant: "Ja mes ne çaigne espee
Qui de ceus partira s'ert sa terre effondree.
La richece Alixandre, qui tant nous est privee,
Doit bien estre a iceus premerains comparee." 
Ja fust l'ost Nicholas a ce mot escrïee,
Mes li roys Alixandres a sa teste juree
Que mar s'en mouvra uns s'ert sa gent ordenee  [910]
Et chascune bataille sagement devisee;
Que puis que si grant gent ert ensamble ajoustee,
Sous ciel n'a homme en terre par qui fust desevree
Desci que mainte teste en esteroit copee
Et chevaliers cheüz et selle reversee.
Par la geude de pié commença la meslee.
[1.39]   Quant de deus pars se sont les os reconneües
Et les geudes de pié, qui devant sont venues,
Ont de l'ost Nicholas les herberges veües,
Tentes et paveillons et aucubes tendues,  [920]
De pourpre, de couleurs, estelees menues,
Et ont les granz richeces de l'ost aperceües
Et n'orent les deffensses Alixandre entendues,
Celle part vont courant, n'i ont regnes tenues,
Granz cops se vont donner de leur lances agües;
Li dart que li Grieu lancent et seetes menues
Voloient plus espés qu'en mai pluies menues,
Et cil se redeffendent o les espees nues.
Ainz qu'en ait Alixandres les nouvelles eües,
I ot sanc et cervelles de deus pars espandues.  [930]
"Sire, dist Tholomer, les os sont esmeües,
Ja i a de deus pars maintes testes tolues.
Fetes armer voz gens par ces plaines herbues
Et joustez voz batailles, quant seront fervestues,
Que ne soient ancui folement decheües;
S'erent ces trois batailles Nicholas bien ferues
Que je voi la armees les ces brueilles foillues,
Si que soient ancui ledement desrompues,
Ja mes toutes les autres ne seroient tenues."
[1.40]   Quant Nicholas vit l'ost des Grijois en la plaigne  [940]
Et les geudes de pié qui paient leur bargaigne,-
Tieus i ala touz sains qui perciee a l'entraigne,-
Lors commande li roys a mener sa compaigne
Et fet le harnois trere vers les puis d'Aliagne,
S'il vient au desconfire, qu'aient large champagne.
Mout bien les amoneste et estruit et ensaigne,
Chascun prie par soi que nus d'eus ne se faigne,
Ne se desroit pas l'ost, mes ensamble se taigne:
"Alixandres est fiers et sa gent est grifaigne;
Ne vous esmaiez mie, se l'uns l'autre mehaigne.  [950]
Au departir du champ verra l'en la gaagne;
Ja mes ne sera jour que chascuns ne s'en plaigne
Mieus vodroie estre mors que ma terre pourpraigne."
Abilas de Laserre a commandé s'ensaigne;
Ne cuide que tel homme ait tant com la mer çaigne.
[1.41]   Quant Alixandres vit de l'ost la commençaille
Et les geudes a pié qui muevent la bataille,
Uns Greus s'en est partis, ferus par mi l'entraille,
Li sans qui du cors ist seur son arçon li caille.
Alixandres li dist: "Ce n'est pas devinaille."  [960]
Et dist par maltalent: "Ja Dieus ne m'ait en baille,
Se ja de l'assamblee i a mes desevraille.
Sa chape gart chascuns, tout voist a communaille."
Douze eschielles devise, mout bien les aparaille.
Emenidon d'Arcage la premeraine baille
Et dist que bien les maint et sagement i aille
Et gart ne se desroit ne nuz des rens ne saille,
Car a si fier besoing et a tel assamblaille
Ne puet nus hom bien fere, se mout ne se travaille.
Emenidus respont: "Ja tant com j'avrai maille  [970]
En l'auberc de mon dos, pan entier ne vantaille,
Et mes harnois vaudra le pris d'une maaille,
Ne j'aie escu entier ne espee qui taille,
Pour doutance de mort ne fera mes cors faille,
Ainz i serai ferus tres par mi la coraille
Et m'estevra le cors bender d'une touaille."
Li roys dist en riant a Garsil de Biaille:
"Preus est Emenidus, ne cuit que nus le vaille."
Lors veïssiez les Grieus liez et de grant gazaille,
Qui mieus nel cuide fere ne se prise une caille.  [980]
[1.42]   La premiere bataille conduist Emenidus,
Perdicas la seconde et la tierce Caulus
Et la quarte Leoynes, la quinte Antigonus
Et la siste bataille conduist Antiocus,
En icelle ot assez de princes et de dus,
Qui feront a la gent Nicholas tieus pertus,
Ses treuvent en estour, bien iront a reüs,
Ne cuit c'au departir s'en puisse gaber nus;
Et les autres batailles se retraient en sus,
Qui bien vodront ancui deffendre leur treüs.  [990]
[1.43]   Mout fu preus Alixandres et de sens esprouvé,
Et les autres batailles a il bien commandé;
Li autre per les mainent sagement par fierté,
Onques n'i ot desroy ne outrage mené.
Dans Clins maine la sesme et l'uisme Tholomé; 
Cil dui ne furent onques en leur vie sevré,
Assez d'un aage erent et pres d'un parenté,
D'un samblant, d'une guise et d'une volenté;
De toute l'ost de Grece furent li plus douté,
Fors seul Emenidon au corage aduré;  [1000]
Ainz d'estour ne fouirent quatre toises de lé,
Pour tant qu'estre i poïssent a nulle sauveté.
La nuesme ot Licanor et la disme Arristé,
Cil dui resont hardi et vassal aduré.
[1.44]   L'onzime des batailles conduit dans Filotés,
En la douzime en chief si estoit Aridés.
Alixandres revient o sa grant gent aprés,
Qui en l'aspre besoing sofferront greignor fes.
Le jour fist Alixandres que de roy n'oïmes,
Que toutes les batailles a outrees em pes,  [1010]
En la premiere eschiele est venus a eslés.
Aus premiers vodra joindre li roys macedonés;
Ancui le trouverront si anemi engrés,
Onques mes n'acointierent si mal voisin de pres.
[1.45]   En la premiere eschiele, que Emenidus maine,
Fu li roys Alixandres sus Bucifal demaine,
Qui des premieres joustes vodra avoir l'estreine,
Assez plus le desirre que douz chant de sereine.
Estes vous de Chesaire l'eschielle premeraine;
Devant trestouz les autres vint li dus de Betaine  [1020]
Et sist seur un destrier qui plus cort d'une alaine
Que ne vole esmerils quant l'aloe est prochaine;
Il ot un costé brun et l'autre blanc com laine,
Ses couvertures furent d'un cendal de Miçaine.
Quant le voit Alixandres, de bien fere se paine,
Bucifal esperonne si li lasche la raine;
Ja orrez d'ambes pars une jouste certaine.
Li dus ala ferir Alixandre demaine,
Que sa lance peçoie sus le roy macedoine,
Et li roys feri lui, aussi com sus quintaine,  [1030]
Que toute li perça la fort brogne claveine,
Faussee est seur le pis, la ou elle ert plus saine;
A trois doie du cuer li a trenchié la vaine;
Toute plaine sa lance l'abat mort en l'araine.
Les deus batailles hurtent et la tierce fu saine;
Cil qui bien s'encontrerent n'ont mestier de quintaine.
[1.46]   Au jouster des batailles chaïrent li vassal;
Ilueques veïssiez un estour communal, 
Tant hiaume detrenchié, tant escu, tant nasal,
Le sanc et la cervelle cheoir encontre val;  [1040]
Li couart s'espoëntent et guerpissent estal,
En toutes les besongnes seufrent li preu le mal.
Et Alixandres point, qui sist seur Bucifal,
El chief de la bataille vet joindre a Nabigal,
Par mi le cors li passe l'enseigne de cendal,
Si l'abat a la terre que rompent li poitrail,
Puis a trete l'espee au poing d'or a cristal;
Au torner de la jouste ala ferir Coustal,
Que tout le pis li trenche et la veine coral.
Emenidus l'esgarde si apela Hunbal  [1050]
Et dist c'onques tieus princes ne monta seur cheval.
A ses anemis jouste, mes li cop sont mortal,
Ne leur lera de terre valissant un jornal.
[1.47]   Emenidus chevauche un destrier arragon
Et vet par la bataille a coite d'esperon,
Iriez desouz son hiaume, s'ot regart de lion;
El chief de la bataille vet jouster a Sanson,
Hom estoit Nicholas et bien de sa meison
Et si tenoit sa terre tote quite en son non;
El cors li mist le fer a tout le gonfanon,  [1060]
Si l'abat du cheval qu'en vuident li arçon.
Aspiros de Calice sist en Valerion,
Un sor destrier d'Arrabe de mout gente façon,
En l'eschiele desriere ala joindre a Leon,
Toute plaine sa lance l'abat mort du gascon.
Forment poise Alixandre de la mort son baron,
Et dist: "Vous m'avrez sempres mout pres a compaignon."
Au torner que il fist le fiert de tel randon,
Sa coiffe estoit cheüe et laschié li bouton,
Que la teste li trenche par desouz le menton.  [1070]
Cil de Cesaire dïent: "Enevois i perdron;
S'ainsi noz vont menant, ja n'avron guerison;
Ja de conbatre aus Grieus ne vendra se maus non."
[1.48]   Es vous par mi l'estor sus un destrier venir
Sanson le neveu Daire, qui fu jetez de Tir.
Li vassaus vint armez et li chevaus d'aïr,
En mi la greignor presse ala un duc ferir,
Qui ot de Nicholas mout grant terre a tenir,
Que l'escu de son col li fist fraindre et croissir,
Si l'abat contre terre que l'ame en fist issir;  [1080]
Puis a trete l'espee, vers eus prist a guenchir,
Amiras d'Abilac ala le chief tolir.
Alixandres l'esgarde, si li vint a pleisir, 
Et dist: "Mout doit l'en bien tel vassal retenir,
Qui en si fiere coite set son seigneur servir;
Qui tel homme tolt terre, bien l'en doit maus venir."
La compaigne Alixandre les vet si envaïr
Que la premiere eschiele nes pot onques soffrir;
A touz les premerains ont fet estal guerpir.
[1.49]   Es vous l'autre bataille, que conduit Perdicas;  [1090]
A la seconde eschiele des hommes Nicholas
S'ajouste comme ains pot, assez plus que le pas;
La oïssiez brisier tante lance de saps,
Tant hiaume et tant escu veïssiez iluec quas,
Tant chevalier armé gesir a terre bas.
Seur le ver d'Oliferne sist armez Belias;
Cil estoit nez de Grece et parens Eneas,
Qui eschapa de Troie quant li païs fu ars;
El chief de la bataille vet joindre a Josias,
Un baron de Cesaire et né de Caÿfas  [1100]
Et tint toute la terre desci en Belinas,
Que l'eschine li trenche outre par mi les dras,
Toute plaine sa lance l'abat du cheval gras.
Abilas de Laserre a ocis Brunadas,
Un chevalier de Grece et parent Filotas.
La veïssiez conbatre Greus et Macedonas;
La compaigne Alixandre, qui nes espargne pas,
Aus espees trenchans les vont ferir el tas.
Le jour les abuvrerent a si felons hanas
C'onques de celle eschiele, nel tenez mie a gas,  [1110]
Par le mien escïent cent n'en estordent pas.
[1.50]   Ez vous la tierce eschiele, que Caulus li quens guie,
Qui maint bon chevalier ot en sa compaignie;
Jousta a la bataille Clarïel d'Estorie.
L'une gent envers l'autre se porte grant envie,
Durement s'entrefierent, car touz jorz s'est haïe;
Ilueques veïssiez tante targe florie
Et maint bon chevalier abatre sanz la vie.
Caulus point le cheval ou durement se fie
Et feri Samadon seur la targe florie,  [1120]
Qu'il li fent et estroue, ne li vaut une allie;
Par mi le cors li passe l'enseigne d'Aumarie,
Seur l'arçon daesrain l'enverse tout et plie;
Outre passe poignant, mes son branc n'i oblie,
Du fuerre le sacha quant la lance est faillie;
Au tour grezois fiert l'autre seur l'iaume de Pavie,
Mes par devant l'escu est l'espee guenchie,
Que l'espaule senestre li a du cors partie; 
Li bras a tout l'escu chiet seur l'erbe florie.
Cil s'esmaia du cop s'a la selle guerpie,  [1130]
Quatre foiz s'est pasmez en mi la praerie.
Caulus prist par la resne le destrier d'Orcanie,
Batant l'en maine au plat de l'espee forbie,
A un Grieu le rendi qui du sien n'avoit mie.
Nus ne voit celle jouste qui de cuer ne s'en rie.
A grant bien li atornent celle chevalerie;
La bataille aus Grezois a si l'autre envaïe
Que de vint arpens est arriere sortie.
[1.51]   Ez vous l'autre bataille, que conduisoit Leoyne,
Jointe a la quarte eschiele Nicholas sanz essoine;  [1140]
La veïssiez percier maint escu de Blioine.
A tant es vous poignant Drapendés de Sydoine;
Cil ert hom Alixandre et tint Escalidoine
Et sist seur un cheval qu'en apelle Pyoine;
En l'escu de son col ala ferir Antoine,
Un baron Nicholas, né devers Babyloine,
Que sa lance peçoie comme un rain de pyoine;
Puis a trete l'espee au poing d'or a sardoine,
A mont le fiert en l'iaume ou siet la casedoine,
Que il li trenche et fausse et la coiffe et la broigne,  [1150]
Ou cervel li embat le branc nu sanz essoine.
La veïssiez conbatre la flor de Macedoine,
Qui ert a Nicholas venue par essoine.
[1.52]   Quant la premiere eschiele, qui aus Grieus est jostee,
Vit la gent Alixandre tant fiere et aduree
Et duite de bataille et si bien pourpensee
Qu'ains si hardie gent ne fu de mere nee
Et ont l'autre compaigne Alixandre esgardee-
Chascune des batailles vient par soi devisee,
Si com li maines roys l'avoit toute ordenee-  [1160]
Et virent la leur gent joste eus desbaretee,-
Tel quatre cens des leur en gisent en la pree
Trestouz li plus haliegres a la teste copee,-
La premiere bataille en est si effraee
Que la seconde aprés en est toute esgaree
Et la tierce fremie et la quarte branlee,
Si que l'une bataille est a l'autre hurtee.
Quant la gent Nicholas, qui vint aprés armee,
Vit celle de devant si forment effraee,
Et est toute seur eus en fuiant reversee,  [1170]
Lors fu si de bien faire enfin destalentee
Que l'une gent por l'autre est en fuie tornee.
Alixandres les suit o ceus de sa contree; 
Ilueques veïssiez mainte enseigne brodee
En cors de chevalier tainte et ensanglentee
Et a tant bon vassal tante teste copee,
En icelle chace ot mainte targe effondree.
Trusqu'aus puis d'Alïerne n'i ot resne tiree,
Ou li harnois estoit et l'autre gent alee,
Assez pres de Cesaire a mains d'une liuee;  [1180]
Deus liues et demie a la fuie duree.
Ça defors la cité au destroit d'une entree
S'est la gent Nicholas de fouir arrestee.
Abilas de Laserre a s'enseigne a s'enseigne escrïee;
Iluec vodront hui mes maintenir la mellee.
[1.53]   Les deus os sont jostees el destroit de Cesaire,
Durement s'entrefierent, que ne s'amerent gaire;
Maint gentil chevalier oïssiez iluec braire
Et tant baron a terre gesir mort sanz suaire.
Emenidus se sist seur Ferrant de Liaire,  [1190]
Qui ert bons chevaliers et preus et debonnaire,
De toute l'ost de Grece ne pot on meilleur trere;
Seur l'escu de son col fiert le duc de Nazaire,
La brogne c'ot vestue ne li valt une haire;
Le cuer li a trenchié souz la pelice vaire.
Quant le vit Nicholas, mout li vint a contraire,
Car il estoit ses niez, de riens ne li pot plaire;
Le cheval esperonne por vengier cel affere.
[1.54]   Nicholas esperonne le bon destrier mouvant.
Quant vit mort son neveu a la terre sanglant,  [1200]
Mout durement l'en poise, le cuer en ot dolant,
Ce n'est mie merveille, car il l'amoit forment;
Fuiz estoit de son frere, qu'on apeloit Persant,
En toute sa compaigne n'avoit nul si vaillant.
En sa targe florie ala ferir Balant,
Que il li a perciee et l'auberc jaserant,
Desrompu douze mailles trestout en un tenant;
Dejouste le costé vet li aciers coulant,
En char l'a entamé, mes ne l'a mort a tant,
A la terre l'abat, quel virent ne sai quant.  [1210]
Puis a trete l'espee si regarde le brant,
Un chevalier de Grece feri en trespassant
Par desouz la ventaille, si que le chief en prent.
Tholomer esperonne si li vint au devant,
Si grant cop li donna sus son hiaume luisant
Que trestout l'adenta sus son arçon devant;
De l'espee li donne tieus trois cops maintenant
Que si l'a estonné qu'a riens n'est entendant. 
Par la resne le prist si l'en maine batant,
Puis li dist par contrere trois mos en ramposnant:   [1220]
"Hui avrez le treü que aliez demandant."
Ja fust pris Nicholas et si homme fuiant,
La bataille veincue et li leur recreant,
Quant li quens Abilas i est venus poignant.
La orrez d'ambes pars une mellee grant;
Li vassal s'entrefierent, li roys s'en part a tant,
Car de sa compaignie n'avra hui mes talent.
[1.55]   Abilas sist armez el destrier missodour
Et feri Tholomer par mi son hiaume a flour,
Que il en abati le mestre coing hautour.    [1230]
Et Tholomer fiert lui el hiaume de colour,
Que il li a trenchié tout le cercle d'entour;
Li cops chiet seur l'escu s'en a fendu un dour.
De l'espee li donne tieus trois cops par irour
Que sus l'arçon l'adente du destrier coureour.
De l'escu le hurta, si l'abat a son tour,
Contre terre le fiert, mort l'eüst a dolour,
Quant la gent de Cesaire l'encloënt tout entour.
Sus Tholomer s'arrestent tel trente ferreour,
Qui aus brans li estoient de mort presenteour,     [1240]
Desouz lui li ocïent son bon cheval le jour;
Mes li vassaus fu preus et plains de grant valour,
Durement se deffent a son branc de colour.
Ja fust mors Tholomer, ce content li auctour,
Quant Dans Clins, ses compains, se feri en l'estour
Et connut Tholomer a pié entre les lour;
Le destrier esperonne s'est venuz au secour,
Et poignent avoec lui maint bon conbateour
Des hommes Alixandre, Grieu et Macedonour.
Ja orrez de deus pars un merveilleus estour;      [1250]
Durement s'entrefierent, qu'il n'i a point d'amor.
[1.56]   Dans Clins fiert le premier, qui tenoit Tholomé,
Merveilleus cop li donne sus son hauberc saffré,
Que par desouz le pis li a fraint et faussé
Et le cuer de son ventre en deus moitiez copé.
Par la regne a or fin a le destrier combré,
Tholomer qu'ert a pié l'a Dans Clins presenté;
Et li bers i monta par son estrier doré.
Emenidus fiert l'autre du branc a or letré,
Que desus les espaules li a le chief copé,     [1260]
Et Perdicas le tiers et le quart Arristé;
Licanor fiert le quint, si com l'a encontré,
Que tout le hanepier li a dou chief osté, 
Par desus les oreilles li a au branc rasé;
Tieus n'a si grant coronne de qui l'en fet abé,
Onques mes ne vi homme si vilment coronné.
Li douze per de Grece sont seur eus aresté,
Qui sont en mainte coite cremu et redouté.
Le jour i veïssiez bien aidier Tholomé,
Comme il cerche les rens a son branc aceré,      [1270]
Un prince de Corinte leur i a mort jeté.
[Cil qui clos les avoient sont en fuie torné,]
Et Dans Clins les enchauce au corage aduré
Et tuit li douze per, ques ont cueilli en hé.
[1.57]   La meslee est partie et Tholomer rescous,
Et li besoins fu fiers et forment perillous.
Li quens Aridés point contre val un herbous
Et sist seur un cheval courant et ravinous,
En l'escu de son col va ferir Malatous,
Un baron Nicholas, felon et orguellous,      [1280]
Toute plaine sa lance l'abat du destrier rous;
Et cil resaut en piez, qui du cop fu hontous,
Le branc nu en sa main vers lui vint tous iros,
De sa lance qu'il tint li a fet quatre trous,
Par devant les oreilles feri le bai guignous,
Le cheval ou il sist, que du chief le fet blous.
Aridés saut en piez com fiers et coragous
Et fu de lui requerre durement couvoitous;
Se l'uns vassaus fu preus, l'autre fu orgueillous.
O les brans s'entredonent granz cops et merveillos;      [1290]
Ne puet mes remanoir la mellee des dous
Desci la que li uns en sera courreçous.
[1.58]   Malatous tint le branc, vers le Greu vint a et
Sel feri par mi l'iaume que trestout li a fret;
Aridés refiert lui, qui le sien avoit tret;
Durement se conbatent les le chief d'un garet.
Li Hermines li a tout son escu defret,
El cors souz son hauberc l'eüst mort par aguet,
Quant cil contre le branc a l'escu avant tret.
Iluec li a donné si grant cop au retret      [1300]
Que l'os du bras li trenche et cil geta un bret:
"Pour Dieu, merci!" li crie, de sa vie quiert plet;
Tant li donra avoir com li vendra a het,
D'or fin li charchera cinc somiers entreset.
Cil entent la promesse, por tant vivre le let,
Par son escu le prent et cil o lui s'en vet;
Alixandre le rent, qui desarmer le fet.
Il ot le chief plus blanc que ne soit glous de let;
Il a demandé mires et prie qu'il en ait; 
Se raaimbre le veut et respasser le let,       [1310]
D'or fin li rasera toute plaine une met.
[1.59]   "Malatous, dist li roys, vous estes mes prisons."
"Voire, dist li Hermins, granz ert la raençons;
Fetes moi bien guerir, ne sui mie garçons,
Encor tieng je de Daire cent chastiaus et donjons
Dont je maing bien en ost cent mile compaignons
Qui vienent tuit a moi quant je les ai semons.
Pour ce qu'il est de vous tieus los et tieus renons,
Devendrai vostre hom liges sanz point de traïsons."
Alixandre atalente mout tres bien cil sermons.       [1320]
Deus siens mires li baille, Ametis et Gorons,
Et cil li couvenancent: "Tout sain le vous rendrons."
A tant estes vous deus des douze compaignons:
Li uns fu Tholomer et li autres Cliçons.
Cil ont en la bataille conquis tieus deus prisons,
Des homes Nicholas, de ses meillors barons;
Alixandre les rendent anzdeus par les boutons;
S'il en veut raençon, mout en ert biaus li dons,
Et li roys les commande mener aus paveillons.
[1.60]   Alixandres commande les prisons a garder.        [1330]
Grans ert la raençons, s'en veut plet escouter;
Chascuns s'offre set foiz de fin or a peser,
O les autres loiers qu'il en vodront donner.
Li roys desouz son hiaume commence a regarder
Et vit de la bataille un Grezois retorner.
Feruz fu d'un espiel ou cors au traverser,
Tant ot perdu du sanc ne pot avant aler,
Seur le col du cheval le couvint a pasmer.
Alixandres l'esgarde, nel pot plus endurer,
Bucifal esperonne si vet a euls jouster,       [1340]
Sempres le couvendra qui que soit comparer;
Set foiz cerche les rens, n'i treuve qu'encontrer.
Un chevalier de Perse feri au trestorner,
Que desus les espaules li fet le chief voler;
Ainz mes de si fier prince n'oïnus hom parler.
Li roys crie s'enseigne por sa gent rassambler,
Trestoute la bataille fet devant lui trambler;
Environ lui s'arrestent trestuit li douze per.
[1.61]   Li douze per s'arrestent tuit environ le roy.
La poïssiez veoir un merveilleus desroy,       [1350]
La n'avoient li conte nul talent de dosnoi,
Li cuvert vanteour souz les hiaumes sont quoi. 
Cil de Cesaire voient l'orgueil et le bufoi
De la gent Alixandre qui vers eus nen ont foi,
Dïent: "C'or penst chascuns de sa vie endroit soi,
Car de l'estor soffrir n'i a mes nul conroy."
Les dos leur ont tornez, si lessent le tornoi,
Vers Cesaire s'en fuient trestuit a grant desroy.
[1.62]   La bataille est veincue, cil ont torné les dos,
Vers Cesaire s'en fuient, les gonfanons destors;       [1360]
Et li Greu les enchaucent, qui par tout ont le los,
Les eschines leur trenchent par desriere les dos,
Si que par vive force les ont leens enclos.
Cil serrerent les portes dont li flael sont gros,
Puis ne craignent assaut quatre testes de chous;
Tant sont fort li murail dont li bors est enclos
Que li roys nes puet prendre, mout en a le cuer gros;
Defors se hebergierent par les plains d'Abilos.
Ce soir pristrent li Greu en lor tentes repos.
[1.63]   Es plains desouz Cesaire sont hebergié li Gré;       [1370]
Mes la ville est si fort qu'el ne crient home né;
Li mur estoient haut et parfont li fossé
Et les tours bateilliees de brun marbre listé,
Li quarrel en estoient tout a plonc seelé.
Deus liues environ n'a montaigne ne pré
Ou li Grieu ne se soient logié et atravé.
La bataille est veincue, cil dedens sont maté.
Mout fu granz li eschés qu'il i ont conquesté;
Li roys l'a a ses homes departi et donné,
Onques n'i ot baron, malade ne navré,       [1380]
Que il nen ait le jor bonnement regardé.
Quant li roys ot mengié, si s'asist en son tré;
Environ lui apelle Cliçon et Tholomé
Et touz les autres pers, si lor a devisé:
"Seignor, dist Alixandres, la merci Damedé,
De ceste premiere oevre noz est bien encontré;
Bien se sont hui li Grieu en bataille prové.
Un don vous prometrai et tendrai en verté
Que ja ne conquerrai ne chastel ne cité
Qui ne soient trestout a vostre volenté.      [1390]
Ja mes ne finerai en trestout mon aé
Tant que chascun de vous ferai roy coronné."
Li douze per l'entendent si l'en ont mercïé.
Lors commande li roys que dui mile homme armé
Escharguetassent l'ost, quant il ert avespré,
Que cil dedens n'en issent coiement a celé,
[Car li Grieu dormiront, por ce qu'il sont lassé.] 
[1.64]   Alixandres commande l'ost a escharguetier,
Que cil dedens n'en issent por sa gent empirier.
Mes li roys de Cesaire ne se volt atargier,       [1400]
La dedens a ses hommes se prist a conseillier:
"Seigneur, dist Nicholas, com porrai esploitier?
Alixandres me cuide destruire et escillier;
Li roys est orgueilleus et li Grieu sont mout fier;
Ne chastiaus ne cité ne me cuide lessier."
Abilas de Laserre et Salos de Valmier
Entendent la parole si responnent premier:
"Rois, fai mander tes hommes jusqu'aus porz de Brïer
Et jusqu'a la montaigne ou l'en cerche l'or mier,
Que onques n'i remaigne serjant ne paonnier      [1410]
Ne franc homme a cheval ne bon aubalestier
Qu'a Cesaire ne viegnent por leur seigneur aidier,
Et cil qui remaindront soient tuit servagier;
Ne leur leissiez tenir ne terre ne moillier."
"Ce plet, dist Nicholas, ne pris je un denier.
Tuit li homme du siecle, serjant ne escuier,
Ne guerroient aus Grieus, tant sont hardi et fier;
Il ne fuiroient mie por eus touz depecier;
Nulle riens ne durroit encontre leur acier.
Autre chose ai pensee, dont vous voeil acointier:      [1420]
Demain me conbatrai armez sor mon destrier,
Cors a cors en bataille, contre le roy d'Alier.
Se jel pooie ocirre et la teste trenchier,
Puis en seroient quite mi homme et mi terrier.
En nulle autre maniere ne m'en puis mieus vengier,
Mes ainz covient ce plet de deus pars otroier."
"Li dieu, dïent si homme, vous en puissent aidier."
[1.65]   Au matin par son l'aube, quant li jorz aparoit,
Nicholas prist un mes que il forment creoit
Et set que son mesage si bien li conteroit       [1430]
Que ja por paour d'homme nulle riens n'en leroit.
Alixandre l'envoie a son tref ou estoit:
Bons ostages avra et les siens li renvoit,
De touz les meilleurs trente que eslire porroit.
Li mes descent a pié quant Alixandre voit,
Et conte son mesage, si comme il le savoit:
"Nicholas te semont de bataille or endroit,
Cors a cors par vous deus, ainsi l'otroieroit.
Ne veut que autre gent ja mes maumise en soit."
Alixandres respont: "Dont soit fet or endroit."       [1440]
Tant forment le desirre que encor le mescroit,
Mout durement le haste, car il crient qu'il refroit.
Li roys dist a ses hommes: "Fols ne crient, si reçoit
Hom orgueilleus ne crient tant que mors l'asoploit;
Tieus cuide autrui destruire qui la mort en reçoit."
Lors veïssiez le roy en piez saillir tot droit;
Tholomer apela, que il mout aime et croit:
"Fetes moi Bucifal amener a esploit,
Desci que en la terre touz couvers de fer soit,
A granz bendes de paile, a boutons d'or estroit;      [1450]
Mout avroie grant ire, se on le m'ocioit.
Ancui pens de Cesaire recovrer le destroit;
Tholomer le donrai, a son oeus i claing droit."
Ce responnent si homme: "Et Dieus le vous otroit."
[1.66]   "Rois, oies, dist li mes, que te mande mes sire,
Escoute la parole, si com je la voeil dire.
Ne veut mes que li pueples soit livrez a martire,
Les hostages demande de ceus de ton empire,
Et se il te puet vaintre, detrenchier et ocirre,
Que ti homme s'en aillent, de qui sa terre est pire,      [1460]
Et se tu le pués vaintre et en bataille aflire,
Sa terre sera teue jusqu'a la mer de Tire;
Tuit vous en serviront, et li mieudre et li pire.
De ce avras ostages, tieus com vodras eslire."
Quant l'entent Alixandres, de joie prist a rire;
Au mesagier a fet unes letres escrire.
Cil les rent son seignor; Nicholas les fet lire.
[1.67]   Li mes s'en est tornez, poignant a esperon,
Nicholas a contee et dite sa reison:
"Alixandres te mande, qui cuer a de lion,      [1470]
Qu'il otroie ce plet, ainsi com noz dison.
Onques mes en ce siecle ne nasqui uns tieus hon:
Le cors a il petit et fiere a la façon;
Ne vous cuide lessier ne chastel ne donjon,
De toute vostre terre a il ja fet le don,
Voiant moi l'a donnee Tholomer son baron,
Ne prendroit de ta teste nesune raençon."
Et respont Nicholas: "Tieus est diz de bricon;
Entre fet et parole a grant devision;
Ançois en sera mors l'uns de nous el sablon.      [1480]
Se bien ne la deffent, dont elle est a garçon;
Onques mes n'acointai un voisin si felon.
Aportés moi mes armes, ce m'est vis que tardon,
Et couvrez jusqu'en terre le bon cheval gascon."
Abilas de Laserre apela par son non:
"Ensamble o moi vendrez et trente compaignon,
Et donron noz ostages et les leur reprendron."
Et cil li respont: "Sire, bien est, si l'otroion." 
[1.68]   Nicholas s'est armez d'un hauberc jaserant
Qui ot la maille blanche et serree et tenant;       [1490]
Onques de sa bonté ne vit on mains pesant,
Ne doute cop de lance, ne quarrel d'arc trenchant.
La ventaille li lacent dui danzel en plorant;
El chief li ont assis un vert hiaume luisant,
A laz d'or et de soie li vont entour laçant;
Et ot une escharboucle ens el nasel devant.
Et a çaint par les renges une espee trenchant;
Ses esperons li chaucent dui neveu l'amirant,
Devant lui amenerent un bon destrier courant;
Li roys i est montez par son estrier pendant.       [1500]
A son col li pendirent un escu d'olifant,
Hanste ot roide de fresne et gonfanon pendant.
Par mi la mestre porte s'en issi galopant,
La lance sus le fautre, et l'escu tint avant;
Quatre vins chevalier le vont au dos suivant;
Et vet par mi la plaine son destrier essaiant,
A destre et a senestre le vet sovent tornant,
Trusque devant les tentes se vet ademetant.
Devant le mestre tref s'en est venuz esrant,
Son cheval fet restraindre et le poitral devant      [1510]
Et rechange son frain a un plus destraignant
Pour ce que son destrier trouva un po tirant,
Et redrece son hiaume, qui li vet enclinant.
Ja mes ne verrez homme armé plus avenant,
Et ot bien d'Alixandre le cors deus piez plus grant;
S'il ne fust orgueilleus, fors le roy conquerant
N'eüst un meilleur prince desci qu'en Oriant.
Par compaignes le vont li Grijois esgardant;
S'il fust bien d'Alixandre, volentiers l'amissant.
[1.69]   Dedens son tref demaine se rest li roys armez       [1520]
Et vesti un hauberc qui ert fors et serrez,
A mailles de fin or estoit par leus ouvrez;
Devant en mi le pis et entor les costez
Estoit li haubers dobles et richement cloëz.
Uns hiaumes de haut coing li fu el chief fermez,
A laz d'or et de soie atachiez et noëz,
Devant ot un topasce qui bien fu esprouvez;
Et a çainte une espee dont li brans fu letrez
Et de mout bonne guise trenchanz et acerez.
Ses esperons li chaucent Caulus et Aristez.      [1530]
Devant lui fu couvers Bucifal amenez;
Par son estrier a or i est li roys montez.
Hanste ot roide de fresne, li fers fu bien temprez,
Desci qu'aus poins li bat uns gonfanons fresez.
"A Dieu, dïent si homme, soiez vous commandez
Qui hui vous doigne fere toutes voz volentez."
Bons ostages a pris et bons les a donnez,
De touz les meilleurs trente que l'en leur a nonmez,
Et li ples fu tenuz, si com fu devisez,
Aprés fu li uns roys de l'autre deffïez;      [1540]
Ambedui s'esloignierent la costiere d'uns prez.
Ja orrez la bataille, mes que bien l'escoutez.
[Sus les escus se sont granz cops entredonnez,
Desouz les boucles d'or les ont frains et troëz.]
[1.70]   Li prez fu lons et plains et l'erbe fu deugie
Et la jouste des roys durement aprochie;
Onques jusqu'au ferir n'i ot regne sachie.
Nicholas fiert le roy que sa lance a brisie,
Car de mout grant vertu la portoit aloignie,
Et li roys refiert lui, qui sa lance ot baissie,      [1550]
Que la targe li a et troëe et percie,
La maille du hauberc rompue et desmaillie,
Mes ne l'a pris en char a icelle foïe,
Car sa lance li est ens el poing esclicie;
Pour quant si l'a enpaint que l'eschine a ploïe
Et la selle detriers en est mout empirie;
L'un des estriers li tolt, la corroie est laschie,
Par po que Nicholas n'a la selle vuidie;
La mestre des corroies du hiaume est deslachie
Et la ventaille a or estendue et ploïe.      [1560]
S'Alixandres n'eüst sa lance peçoïe,
Ja fust de Nicholas la praere jonchie.
[1.71]   Nicholas fu honteus de ce qu'il fu ploiez,
Mout par fu tost resours si s'est bien afichiez;
Se dou roy ne se venge, vieus est et vergoigniez.
Le cheval esperonne, vers lui s'est eslessiez;
Le branc nu en sa main, celle part vint iriez,
Merveilleus cop li donne quant il fu aprochiez;
En l'escu d'olifant s'est li brans embroiez,
Par un po qu'au retrere n'est par mi peçoiez:      [1570]
Au retour se dut estre d'Alixandre vengiez.
Quant li roys vit le cop, si s'est a val bessiez,
De l'escu d'olifant s'est devant enbuschiez;
Puis a trete l'espee si regarde ses piez,
Li cuers li est el cors plaine paume dreciez,
Et feri Nicholas, qui li fu aprochiez,
A mont par mi son hiaume, que par mi est trenchiez;
Les pierres sont cheües et li cercles brisiez,
Li hiaumes esquartelle, qui mout fu empiriez,
Par desus les espaules en chieent les moitiez.      [1580]
Mout par fu granz li cops, que li brans fu oschiez 
Et li chevaus souz lui par force ajenoilliez.
Nicholas ot paour, ne vous en merveilliez,
Sous ciel n'a homme en terre qui n'en fust esmaiez,
Assez avez veüs hommes mieus aeisiez;
Et dist a soi meïsmes: "Mes termes est jugiez;
Du treü Alixandre serai hui engigniez."
Volentiers s'en fouist, touz en ert conseilliez,
Se nel lessast pour ceus des estranges regniez,
Et pour ce qu'il en fust destruis et escilliez;      [1590]
Mieus aime morir roys que du regne chaciez.
Ses chevaus est resors et il est redreciez.
[1.72]   Nicholas fu iriez du cop qu'a receü;
Pour un seul petitet qu'il ne l'a abatu;
D'une chose se tient a mort et a veincu,
Que encor ne l'en est de riens bien avenu.
Par les flans esperonne le bon bauçant quernu;
D'Alixandre s'aproche et tint le branc molu,
Merveilleus cop li donne par mi son hiaume agu,
Que il li a trenchié et le cercle rompu;      [1600]
Au devaler du cop chiet li brans seur l'escu,
Que plus de plaine paume l'a trenchié et fendu;
Ja mes ne verrez homme sanz navrer mieus feru.
Et Alixandres point Bucifal par vertu,
Bien li a de cel cop contrechange rendu,
Et feri Nicholas, si com l'a conseü;
N'avoit mie du hiaume, ançois l'avoit perdu,
Sa ventaille ert cheoite si avoit le chief nu.
Lors le fiert Alixandres com hom de grant vertu,
Que la teste li trenche rez a rez seur le bu;      [1610]
D'autre part est volee en mi le pré herbu.
Puis li dit par contrere, que tuit l'ont entendu:
"Nicholas, mal avez pourchacié le treü,
Nel me demandez mes, car jel vous ai rendu."
Cil de Grece s'escrïent quant le cop ont veü:
"Cist doit bien tenir terre, onques tieus ber ne fu."
Puis sont contre le roy a granz torbes venu.
Dans Clins reçut l'espee et Tholomer l'escu,
Sus un fautre de paile ont le roy descendu,
A merveilleuse joie le desarment si dru.      [1620]
Cil de Cesaire sont dolent et irascu.
Ens el champ a la nuit Alixandres jeü,
Trusqu'au matin a l'aube que le jor a veü.
[1.73]   Au matin par son l'aube, quant le jor pot choisir,
La lueur du soleil et le jour esclarcir,
Le cors de Nicholas commanda a servir, 
Richement metre en terre et bien ensevelir.
"Baron, dist Alixandres, je vos di sans mentir,
Ainc ne vi plus preudome por un estor souffrir,
Mais ainc de grant orguel ne vi home joïr."    [1630]
Et respondent si home: " Bien le savés garir."
Li rois fait ses ostages par devant lui venir.
"Baron, dist Alixandres, rendés moi sanz faillir
La terre Nicholas quitement a tenir,
Tholomer la donrai, qu'a son oés la desir,
Voiant toute ma gent l'en vodrai revestir;
Et se vous la volez a force retenir,
Je vous ferai ja touz ens en un feu bruïr,
Puis la reconquerrai par force et par aïr,
Et ferai ceus des tours a la terre saillir."    [1640]
Et cil li respondirent: "Tout a vostre pleisir."
Les tours li ont livrees et il les fet garnir,
Ceus i mist de sa gent qu'il li vint a pleizir.
[1.74]   Quant Nicholas fu mors et sa grant terre prise
Et li roys Alixandres l'ot a force conquise,
Tholomer apela, voiant touz li devise:
"La terre Nicholas vous ai des ier promise;
Tenez, je la vous doing et otroi par tel guise
Que vostre en ert touz jorz et rente et commandise.
Quant revendrons de Perse et avrons fet justise    [1650]
De Daire et de ses hommes, qui ma terre ont malmise,
En celle haute tour, qui est de marbre bise,
Vous en sera el chief coronne d'or assise."
Tholomer s'agenoille, si l'a en clinant prise,
Et li roys l'en revest par un vert rain de Frise.
"Sire, dïent li Grieu, ne puet mieus estre mise."
[1.75]   Quant li roys Nicholas ot la teste copee
Et Alixandres ot sa terre autrui donnee,
Nouvelle vint au roy, qui li fu devisee,
C'une cité avoit en icelle contree,     [1660]
La premiere qui onques fust en Grece fondee;
De sens et de clergie ert si enluminee
Toute la sapïence du mont i est trovee
Et par trestout le regne espandue et portee.
Mout est noble la ville et riche et asazee,
Et li baron dedens l'ont ainsi bien gardee
Ainz ne fu roys ne quens, tant çainsist haut espee,
A qui la seignorie en fust onques donnee
Ne sire en peüst estre seul une matinee.
Quant l'entent Alixandres, s'a la teste crollee,     [1670]
Et dist par maltalent une reison doutee, 
Qui puis fu en maint regne chierement comparee,
Et Orians conquis et la bonne passee:
"Se il ne la me rendent, a pis ert effondree,
Ou a feu et a flambe ert arse et enbrasee."
[1.76]   Li rois ot la parole, durement se merveille,
Que la citez est telle nuz ne vit sa pareille.
Tant forment la desirre qu'il ne dort ne someille.
Alixandres chevauche qui por conquerre veille;
Il ne prise sejour la monte d'une treille,     [1680]
En un jour et demi tant forment se traveille
Venuz est a Athenes qui en la mer oreille.
De celle part l'assieent ou li roys leur conseille.
Iluec veïssiez tendre mainte porpre vermeille.
[1.77]   Li roys jut en son tref, qui fu de porpre bise,
Et fet venir un clerc, dist li c'un brief escrise,
A ceus dedens l'envoie, et li mes lor devise:     [1690]
Se la cité ne rendent, ançois que il l'ait prise,
Et il atendent tant que li roys l'ait conquise,
A feu grezois ardant sera arse et esprise
Et trestoute la gent detrenchiee et ocise.
[1.78]   Mout par est fort Athene, la cité siet sor mer,
Ne crient assaut ne tret ne lancier ne jeter;
En mi leu de la ville ot assis un piler,
Cent piez avoit de haut, Platons le fist lever;
A mont a une lampe, desus un chandeler,
Qui par nuit et par jor art et reluist si cler     [1700]
Que de toute la ville ne puet l'en riens geter
Que les gaites ne voient qui la doivent garder.
A une part se traient li baron et li per,
Dolent sont d'Alixandre, qui si les veut gaster
Et metre souz ses piez et si vilment mener
C'onques nus hom en terre ne l'osa mes penser.
Il vont a Aritote por conseil demander,
Qui ert nez de la ville, prince, demaine et per,
Et fu mestre Alixandre pour bien endoctriner.
Les bons enseignemens du mont li volt mostrer,     [1710]
Comme il deüst les regnes par force conquester
Et touz ses anemis fere vers lui cliner.
Tuit ensamble li prïent si li reuvent aler,
Que por l'amour de lui les lest en pais ester:
"Orians est mout granz, mout a a conquester." 
Aritotes a fet un mulet enseler;
Et li mes Alixandre s'en prist a retorner.
[1.79]   Li mesages s'en torne, qui la chartre a guerpie,
Par la porte s'en ist seur un mul d'Orcanie,
Trusqu'au tref Alixandre de l'aler ne s'oublie,     [1720]
Et conte la reison que il avoit oïe,
Com la gent de la ville a Aritote prie
Qu'il requiere Alixandre et prit sa compaignie
Qu'isse hors de la terre, car a tort les guerrie:
"Orians est mout granz, si a mainte partie,
Ja ne l'avra conquis en trestoute sa vie;
Pour ce qu'il est ses mestres, ne l'en mesorra mie."
Quant l'entent Alixandres, touz li cors li formie;
D'autre part s'est tornez, seur Tholomer se plie,
[De ceus dedens li poise, qui tornent a folie,]     [1730]
Et dist aus douze pers: "Nel me conseilliez mie."
Seur la loy leur jura et par foi lor affie
Que ja n'en fera riens qu'Aritotes l'en die.
[1.80]   Aritote ist d'Athenes, qui de la ville ert nez,
Et uns des senatours par son savoir clamez;
De sens et de clergie estoit si esprouvez
Par maintes pars du siecle en est li nons alez.
Ainz qu'il voie Alixandre, li fu li diz contez,
Que li roys ot plevi, et li ples est jurez
Que de riens qu'il li prit n'ert uns mos escoutez     [1740]
Par coi tourt a Athenes a nulles sauvetez.
Quant l'entent Aritotes, un poi s'est arrestez,
De si parfonde chose s'est le jor porpensez
Dont puis fu mainz païz escilliez et gastez.
Trusqu'au tref Alixandre ne s'est mie arrestez,
Qui ert d'or et de pierres entour avironnez;
En son ot un charboucle qui giete granz clartez.
Li roys le vit venir si est encontre alez
Et ambedeus ses bras li a au col jetez;
Dejouste lui l'assist, car mout ert ses privez,     [1750]
Et du savoir de lui ert bien enluminez.
[1.81]   Mout par fu grant la presse entour Aritotés;
Nouvelles li demandent et de loing et de pres,
Se cil tendront la ville ou la rendront en pes.
Aritotes respont cortoisement aprés,
Bellement par mesure, qu'il n'estoit pas crüés:
"La cité n'est pas close de pieus jointis ne d'es;
Li chevalier sont preu et li borjois engrés;
Li mur furent fondé des le temps Moÿsés
Onques n'orent seigneur, non avront il ja mes."     [1760]
Alixandres respont: "Dont lor sort uns tieus fes
Que a toutes lor vies avront il paine adés."
[1.82]   Alixandres se jut seur un paile fresé,
Jouste lui Aritote, son mestre et son privé;
A merveille le tient que tant a demouré
Qu'il ne li a le don requis et demandé
Que Athenes eüst et pes et seürté.
Li mestre a le conseil en autre fueil torné,
Trusqu'a heure de nonne ont ensamble parlé.
Lors li a Aritotes le congié demandé,     [1770]
Par son estrier monta el mulet sejorné
Et a dit tel parole dont le roy a pesé,
Dont puis furent maint regne escillié et gasté.
"Alixandres, fet il, por qu'as tant demouré?
Fai crïer a tes hommes que tost soient armé,
Assail de toutes pars ceste bonne cité,
Met en feu et en flambe quanque avraz trové,
Que nes puissent guerir haut mur ne grant fossé,
N'i remaigne vaillant un denier monneé."
Quant l'entent Alixandres, si a le vis troublé;     [1780]
Ses deus poins fiert ensamble si a le chief crollé,
Et dist a soi meïsmes: "Malement ai esré,
La ville est de moi quite, tuit sont asseüré;
Au savoir d'Aritote ai malement gardé,
Mes mestres m'a soupris et bien m'a enchanté."
Aritotes s'en torne et li Grieu sont monté;
Alixandres chevauche et a forment juré
Ja mes ne finera en trestout son aé
Desci que il avra tout le mont conquesté
Et de par toutes terres I'avront seigneur clamé.     [1790]
[1.83]   Quant li roys ot conquise la terre Nicholas
Et departi d'Athenes, c'onques n'i ot mur quas,
A tant es vous un mes esrant plus que le pas;
Li chevaus ou il sist fu estanchiez et las,
Isnellement apelle le roy macedonas:
"Sire, entent mes nouvelles, se toi plest, si orras."
"Quieus sont? dist Alixandres, ne me mentir tu pas."
Et espont li mesages: "Par foi ja n'en jorras!
Tes peres t'a houni par le le conseil Jonas,
Le seneschal de Grece, que a lui acordas,    [1800]
Et a leissié ta mere, ma dame Olimpias,
Et veut prendre a moillier une Cleopatras,
Nee de Pincernie, fille le roy Guias."
Quant l'entent Alixandres, si tint le chief en bas, 
Aprés li demanda: "Messagiers, est ce gas?"
"Nenil, par mon chief, sire, tout a tens i vendras.
Li seneschaus en a ja eü set cens mars
Et cent ostoirs müez et trente chevaus gras,
Et si dist a la gent, nel tenez mie a gas,
Que tu n'es fuiz Phelippe ne en Grece droit n'as,   [1810]
Enchanteeur t'apelle et fuiz de Sathenas."
Lors ot li roys grant ire s'apela Filotas:
"Li seneschaus de Grece m'a bien sanz eve ras,
Mes ja ne coucherai seur coute ne seur dras
Tant qu'il en ert destruiz et en un feu touz ars."
[1.84]   Quant Alixandres ot sa vergogne noncier,
De maltalent commence son viaire a changier,
Onques n'i volt atendre palefroy ne destrier,
Ainz vit en mi le pré un roncin estraier,
De plaine terre i saut, onques n'i quist estrier,    [1820]
Et a dit a ses hommes: "Penssez de l'esploitier."
Onques desci en Grece ne se volt atargier.
Devant le roy Phelippe es vous un mesagier,
Qui estoit ja assis as noces au mengier.
"Sire, dist il au roy, ja celer ne vous quier;
Alixandres chevauche, qui le corage a fier,
Et a en sa compaigne maint gentil chevalier;
Nicholas a ocis a l'espee d'acier
Et a fet Tholomer de son regne heritier;
Le douaire sa mere est venus chalengier.    [1830]
Sempres porrez vooir noces bien peçoier,
Car il voudra de cuer ceste honte vengier.
Li seneschaus meïsmes n'i puet riens gaaignier;
Ne donroie en sa vie la monte d'un denier."
Quant l'entendi Jonas, n'i ot que corroucier;
Ja feïst au mesage anzdeus les ieus sachier
Quant en l'uis de la salle entrerent li princier.
[1.85]   Li roys entre en la salle, qui le cuer ot marri,
Et vit par mi les tables le mengier establi,
Lors dist par maltalent, si que tuit l'ont oï:    [1840]
"Ancui serez de moi a ces noces servi."
La ou il vit Jonas, ne l'a pas meschoisi:
"Jonas, dist Alixandres, cuivers, je te deffi."
Lors a trete l'espee, durement l'en feri,
Que desus les espaules la teste li toli.
Cil leverent des tables, le mengier ont guerpi
Et furent par la salle durement estourmi;
Et cil de Pincernie sont aus armes sailli,
Qui ensamble o leur dame estoient venu ci. 
[1.86]   La salle fu troblee et meslee la gent;     [1850]
Ilueques veïssiez un grant tooillement,
Et cil de Pincernie se deffendent forment,
Mes li homme Alixandre les fierent durement,
Que navrés que ocis en i ot plus de cent;
De la salle les gietent, li plusor sont sanglent.
Quant Phelippes le voit, si mua son talent,
Et tint en sa main destre un coutel a argent
Et vint vers Alixandre, courant isnellement;
Ja l'en ferist ou cors, par le mien escïent,
Quant li pié li eschapent, si chiet ou pavement.    [1860]
La veüe li troble et touz li cuers li ment,
Quatre foiz s'est pasmez, seur le mabre s'estent.
Quant le vit Alixandres, le cuer en ot dolent;
Celle part vint courant, entre ses bras le prent,
En un lit le coucha si li dist bonnement:
"Se ne fussiez mes pere, ja n'eüssiez garant;
Sempres fussiez venuz a mauvés jugement.
Mout par fet grant folie hom de vostre escïent,
Qu'est venuz en eage et a guerpi jouvent,
Qui lesse sa moillier pour dit de fole gent;   [1870]
Tieus donne mau conseil n'i gaagne noient.
Mes prenez vostre fame et vivez bonnement
Et metez bon escrit en vostre finement;
De vous doivent venir li bon enseignement."
Phelippe ot la parole, mout grant bien i entent.
[1.87]   Phelippes fu cheüs s'ot la coulor perdue,
De la dolour qu'il ot touz li cors li tressue.
Quant la force li fu et la santé venue,
Puis a mandé sa gent, la grant et la menue,
Par le conseil d'eus touz a la dame rendue;    [1880]
Vet s'en en Pincernie, la dont elle ert venue;
Mout i ot de sa gent dampnee et confondue.
Li roys reprist sa fame, que maint jor ot eüe;
Cel jor fu el palés la joie maintenue.
Alixandres li a la coronne rendue
Qu'il ot de Nicholas, quant la teste ot perdue,
Qui li avoit sa terre gastee et confondue;
Tost fu par tout le mont la nouvele seüe.
Quant Daires l'entendi, li corages li mue;
Il en jure ses dieus et sa teste chanue     [1890]
Ne lera Alixandre le vaillant d'une alue,
Ne guerir ne puet il en terre ne souz nue.
[1.88]   De Nicholas fu Daires dolens, qui fu ocis,
Car il ert ses parens, ses hom et ses amis; 
Lors a pris ses mesages, ses envoia Felis:
Si comme il tient de lui sa terre et son païs
Et il est ses hom liges por fere son servis,
Qu'il viegne a lui en Perse por fere ses plesirs,
En manaide d'ocirre ou de remenoir vis;
Et mande a Alixandre, qui chadelle les Gris,    [1900]
Qu'il li rende le regne Nicholas, qu'a conquis,
Et li viegne droit fere de ce qu'il a mespris;
Et se il ce refuse, d'une chose soit fis,
Ja ne verra passer un mois et quinze dis.
Pour ce que il est enfes et de folie espris,
Li envoie semblances, si com je vous devis,
Un frain, une pelote, une verge de lis,
Et un escring d'argent ou avoit ens or mis,
Et un brief pour espondre li a avoec tramis.
[1.89]   Daires fist ses semblances Alixandre envoier,     [1910]
La verge et la pelote et le frain a destrier
Et un escring d'argent qui touz fu plains d'or mier.
La verge li envoie pour son cors chastïer,
Pour ce que il est enfes et a talent legier;
Ne se doit par outrage folement essaucier,
Par quoi le recouviegne ledement trebuschier;
La pelote reonde pour lui esbanoier,
Que encore se doit jouer et foloier,
Et ne port si grant fes qu'il ne puisse charchier;
Le frain pour lui tenir, et l'escring plain d'or mier,    [1920]
Pour ce que il se doit vers lui humelïer,
Que Daires est ses sires, si se doit souploier
Et touz jorz obeïr et servir et prïer
Et contre son pleisir ne doit mie resnier.
L'endemain sont de Perse meü li mesagier;
Onques desci en Grece ne se vodrent targier.
[1.90]   Cel jour fu Alixandres de la cité issus;
Avoec lui Tholomer et Cliçon et Caulus,
Perdicas et Filotes, a leur cols leur escus,
Et tuit li autre per, dont nus n'est esperdus    [1930]
De servir leur seigneur de toutes leur vertus;
O euls ala Phelippes, li vieus et li chanus,
Es prez souz la cité est ensamble venus.
Iluec avoit un bois, plus biaus ne fu veüs,
De pins et de loriers et d'oliviers foillus;
La fu li mestres tres Alixandre tendus;
Et par la praerie mil paveillons menus,
Tant aigle et tant pomel i ot a or batus.
Alixandres les voit, li cuers li est creüs. 
Il en jure ses dieus, Jupiter et Caüs,    [1940]
Que pour plaine la tour qui fu Semiragus
Du plus fin or d'Arrabe qui onques fust fondus
Ne lesseroit il mie, ne ne metroit il jus,
Qu'il ne voise seur Daire, ainz qu'avrils soit venus.
Se Perse ne li rent, mors est et confondus.
[Dedens son tref s'asist seur un paile bofus;]
Entour lui s'arresterent dis mile de ses drus.
[1.91]   Du tref roy Alixandre vous dirai la feture.
Il ert et granz et les et haus a desmesure;
L'estache en fu d'ivoire a riche entailleüre,    [1950]
Et quant elle estoit droite, ja n'i paroit jointure.
Li festes estoit d'or, touz a noieleüre;
A pierres precïeuses estoit la bordeüre;
Deus pomiaus i a tieus qui sont bon par nature,
Li uns est d'un charboucle, qui luist par nuit obscure,
Li autres d'un topasce, la pierre est clere et pure
Et trempe du soleil la chaleur et l'ardure.
Or vous dirai aprés quieus est la couverture;
Il n'ot onques meilleur tant com li siecles dure,
Car tuit li quatre pan furent fet sanz costure.    [1960]
[1.92]   De fin or espanois furent fet li paisson,
Et les cordes de soie, qui tendent environ,
Et ot avoec mellee plume d'alerion;
Arme nes puet trenchier, tant i ait acier bon.
Li quatre pan sont fet chascuns d'une façon;
L'uns est plus blans que nois et plus clers d'un glaçon,
Li autres de travers est plus noirs que charbon,
Et li tiers fu vermeus, tains de sanc de dragon,
Et li quars fu plus vers que fueille de plançon.
La roÿne le fist, ce dist en la leçon,    [1970]
Qui par sa grant biauté deçut roy Salemon,
Du poil fu d'une beste qui salemandre ot non,
Touz temps se gist en feu, n'a autre guerison,
Ne ja ne porra feus ardoir le paveillon;
Et quant il est ploiez et mis en quareillon,
Sel met l'en en l'eschale d'un seul oef de grifon.
[1.93]   Li huis dou paveillon fu fes d'autre maniere,
De la pel d'un serpent qui fu grant et pleniere;
Elle est et blanche et clere plus que nulle verriere,
Pour la bonté qu'ele a doit elle estre plus chiere,    [1980]
Car se nus hom l'aproisme, neïz fame legiere,
Qui port entoschement, torner l'esteut arriere; 
Sempres se clot et serre, com fust une maisiere;
Aprés devient oscure et giete tel fumiere
Com fet desus le feu une boillant chaudiere;
Celle espoisse li dure une louee entiere.
Plus de mil mars d'argent en valoit la charniere;
Sa mere li donna, mes ce fu par proiere.

[1.94]  Seur le feste du tref, ou sont li dui pommel,
Par mout grant maiestire ot assis un oisel   [1990]
En samblance d'une aigle, nus hom ne vit tant bel;
La roÿne le fist c'on clamoit Yzabel.
Li pié sont d'aÿmant, entaillié a cisel,
Et s'i ot sanc de buef, pres de plain un tonnel,
Et tient entre ses piez de fer un grant quarrel;
Et li cors et les elles et li mestre coutel
Furent tuit de fin or et cuisses et mustel;
Et la plume d'argent, entailliee a neel;
Les pierres precïeuses valent mieus d'un chastel;
Et la queue fu fete de l'os d'un poissoncel   [2000]
Qui n'est mie plus granz que le cors d'un agnel;
Si ne fist onques Dieus nul dromont si isnel,
Qui tant fust escueillis a val le vent novel,
Qu'il ne face estre quoi, sel claiment escuinel.
Ens el bec dedevant avoit un chalumel;
Quant li vens se fiert ens, adont chante si bel,
Que mieus vaut a oïr que flagol ne frestel.
[1.95]  Tieus est li tres defors com je vous ai conté;
Or vous raconterai par dedens la biauté.
El premier chief devant fu pains li mois d'esté,  [2010]
Tout si com li vergier verdoient et li pré
Et tout si com les vignes florissent et li blé.
Li douze mois de l'an i sont tuit devisé
Einsi comme chascuns nonme sa poësté;
Les heures et li jor i sont tuit aconté;
Li cieus et li planete, li signe, tuit nonmé;
Li soleus et la lune i giete grant clarté
Et li ans est desus pains en sa maiesté;
Par letres sus escriptes i est tot ce mostré.
[1.96]  En l'autre pan aprés, sel volez esgarder,    [2020]
Verrez la mapemonde enseignier et mostrer,
Ainsi comme la terre est enclose de mer
Et com li philosophe la vodrent deviser
Et metre en trois parties que je sai bien nonmer:
C'est Aise et Eürope et Aufrique sa per; 
Les montaignes, les flueves, les citez a conter,
Par letres sus escriptes, i poëz tout trouver.
Alixandres li roys i veut mout esgarder
Quant il gist en son tref pour son cors deporter,
Li douze per o lui por son sens escouter;   [2030]
Et quant porpenssez s'est, si commence a jurer
Que mout fist Dieus peu terre por un homme honorer;
Deus tans en poïst bien uns preudon gouverner.
Et puis a dit aprés: "Se longnes puis durer,
Seur tant comme il en est vodrai je seignorer."
[1.97]  En la tierce partie estoit escrit comment
Herculés fu conçuz et nez premierement;
Quant il jut en son lit, petis et de jovent,
Et Juno sa marrastre, qui le haoit forment,
Deus serpens li tramist por envenimement;   [2040]
Quant Herculez les vit, ses prist par maltalent,
Aus poins que il ot gros les ocist esraument;
Puis conquist il la terre desci en Orïent,
Iluec mist il ses bornes voiant toute sa gent.
Tout ce mostre la letre, se l'estoire ne ment.
En la fin de l'estoire i est confetement
Le ciel tint a son col par son enchantement.
Alixandres li roys i esgarde souvent,
Et quant l'a esgardé, jure son serement,
Se il puet longnes vivre, qu'il fera ensement:   [2050]
Il metra les siens hommes par devers Orïent.
[1.98]  En la quarte partie, si com li tres define,
Est escrite l'istoire d'Elaine la roÿne:
Si con Paris pour li en ala a Messine,
Et li roys Menelaus en ot en sa seisine
Un escu a peinture, a forme leonine,
Ainsi comme la dame en vint en la santine
Et chevaucha la mule qui n'estoit pas frarine,
Et Paris l'en mena en sa nef par ravine.
Roys Menelaus en ot grant duel et grant corine,   [2060]
O sa gent en ala seur Troie en la marine.
Protheselaus li preus en fu mors a l'estrine;
Dis anz i fu li sieges, la letre le devine,
Puis fu toute livree a duel et a gastine.
Alixandres li roys esgarde la courtine
Et dist aus douze pers: "Cist furent de morine (l. m¹orine);
De la cité de Perse ferai autel ruïne
Et ferai dou roy Daire autretel decepline,
Qui damoisiaus a fez des sers de sa cuisine."
Ne volt ore plus dire, a tant sa raison fine. [2070]
[1.99]  Quant li mesage Daire orent l'ost sorveüe,
Virent la praerie toute de Grieus vestue;
Mainte enseigne de paile virent a or batue
Et la tente le roy devant le brueil tendue,
Aus pommiaus et a l'eigle l'ont tres bien conneüe.
Tres par mi leu de l'ost ont leur voie tenue;
Devant le tref le roy fu la place vestue,
Mout i ot chevaliers et autre gent menue.
Chascuns est descendus de la mulle crenue
Si l'a a l'escuier par la regne rendue.   [2080]
Zaröés va avant, a la teste chanue;
Quant il vit Alixandre, de riens ne le salue,
Mes fierement li dist parole aperceüe.
[1.100]  "Alixandres, fet il, tu te fes roys clamer,
Mesages sui roy Daire, si vieng a toi parler;
Ses hom deüsses estre et lui treü donner,
Ou fols ou hardis es, qui ce osas pensser
Qu'as ocis Nicholas, que tant pooit amer.
Et se tu me veus croire, va li merci crïer
Touz deschauz et nus piez, garde n'i demourer,  [2090]
Ses hom devenras liges por s'amour acheter
Et rendras son treü, s'il nel veut pardonner."
Alixandres l'escoute, ne daigna mot sonner,
Par mautalent l'esgarde, prist soi a porpensser;
Puis apela Cliçon, Caulun et Tholomer;
Perdicas et Lyoines, Antiocus li ber
Et Filotes et Sanses et tuit li autre per
Des mesages roy Daire se pristrent a gaber.
Dïent a Alixandre: "N'avon que demourer,
Mes alons deseur Daire ains qu'avrils puisse entrer." [2100]
[1.101]  Es vous venus en Grece les mesages esrans,
Et trouverent le roy et ses homes jouans
Pour l'amour Alixandre, qui si est conquerans
Que des autrui avoirs fet ses hommes manans.
Li dui mesage tezent et li tiers fu parlans:
"Phelippes, ce te mande Daires, li roys persans,
Qu'a lui viegnes en Perse pour fere ses commans;
De toi et de ta terre si fera ses talens,
Ne t'en lera tenir que metes en tes gans;
Alixandres meïsmes puet bien estre sachans,  [2110]
Se Daires le puet prendre, ja ne verra deus ans."
Quant Phelippes l'entent, iriez fu et dolans;
Li roys bessa la teste, si fu mus et pensans,
Ne feïst un bon ris pour un mui de besans, 
Car contre le roy Daire ne fu onques regnans,
Neïz aus mesagiers ne fu mot responnans.
Quant ce vit Alixandres, ne fu mie teizans,
Les mesages apelle, si dist en son romans:
"De ma part dites Daire, qui sire est des Persans,
Que mes peres nel prise ne de lui n'est tenans,  [2120]
Ne il n'est ses amis ne je ses bienvoeillans.
Ja ançois ne verra quatorze mois passans
Que metrai en sa terre cent mile conbatans;
Perse voeil que soit moie et trestouz Orians,
Je claing la seignorie des petis et des granz."
Lors veïssiez les Grieus esbaudiz et joians
Et par toutes les tentes par tropiaus conseillans.
Ce dist li uns a l'autre: "Mes chevaus est corans
Et mes haubers serrez et mes espieus trenchans;
Qui or n'ira en Perse touz soit il recreans."   [2130]
Neïz li roys Phelippes en fu liez et joians.
[1.102]  Li mes ont bien Phelippe leur mesage noncié,
Tres devant Alixandre se sont ajenoillié;
Pour ce que il le voient et pensif et irié,
Ne gardoient mes l'eure que tuit fussent jugié
Et livré a martire, ocis et depecié.
Le present li donnerent, com lor avoit charchié
Daires li roys de Perse, et ont le brief baillié;
Et il l'a receü et le seel brisié
Et par mout grant estude leü et reversié,   [2140]
Et connut pour coi Daires li avoit envoié:
Pour ce que il est enfes l'a ainsi foloié,
Que par itant le cuide avoir mout esmaié.
Li roys se porpenssa si a le vis drecié;
Les mesages apelle si a le brief ploié.
[1.103]  Quant li roys ot penssé, si se dreça a mont;
Les mesages apelle, sagement leur respont,
Quanque Daires manda oiant touz leur espont:
"Vostre roys est mout sages, qui set quanque cil font;
Semblances m'a tramises qui a voir torneront,  [2150]
De mout grant sapïence a veü en parfont.
Ceste pelote moustre que conquerrai le mont
Ainsi comme la mer l'enclot tout en reont;
Les verges senefïent, qui ci ilueques sont,
Que doi batre touz ceus qui me contresteront;
Et li frains senefie que tuit de moi tendront;
Et li ors de l'escring que mi homme seront
Plus haut que tuit li autre et touz jorz m'ameront.
Dites Daire meïsmes, s'avoec eus ne s'apont
Et a moi n'est aclins, ainsi com je vous cont,  [2160]
Par les ieus dont vous voi, qui me sieent el front,
Ja ne çaindrai espee, se primes nel confont."
Li mes ont grant merveille de ce que oïont,
Congié prenent si montent, en Perse s'en revont,
Si ont Daire conté tout ce que apris ont.
[1.104]  Li mes vienent en Perse si ont Daire redit
Ainsi comme Alixandres a leü son escrit
Et par con fete guise son affere a desdit,
Et dist que pas ne l'aime, gart qu'en lui ne se fit.
Se Perse ne li rent et le regne d'Egyt,   [2170]
Ne li voudra lessier chastel ne borc ne cit,
Ne ja tant qu'il l'ait mort n'avra mes nul delit:
"Ne ses peres ne tient riens de vous a son dit."
Quant ce ot li roys Daires, de maltalent sorrit,
Vers terre s'enclina, si penssa un petit,
Et dist que po se prise se par temps ne l'ocit.
Mes li roys Alixandres n'a talent qu'il s'oublit,
Tout le regne de Grece a semons et banit,
Que onques n'i remaigne le grant ne le petit
Qui puisse porter armes, li uns l'autre convit,   [2180]
Chascuns en viegne en Perse sus Daire, sel deffit.
N'avra en sa compaigne si povre homme, ce dit,
N'ait vestu drap de soie ou blïaut de samit.
Au quint jor mut li roys, n'i ot plus de respit,
Et Phelippes remaint, qui mout aime delit
Et deduit de riviere et repos de bon lit.
Andui s'entrembrachierent, plorant sont departit
Par tel eür qu'ains puis li uns l'autre ne vit.
[1.105]  Meüz est Alixandres et sa gent est montee;
Belle fu sa compaigne quant ele fu joustee.   [2190]
La terre au roy Phelippe a toute trespassee;
En autre plus diverse est l'ost de Grece entree.
Li roys garde a senestre par une matinee,
Une roche a veüe qui est et longe et lee
Et haute vers le ciel et par nature nee;
D'une part la clooit uns bras de mer salee
Et de l'autre l'avoit uns fluns avironnee.
La gent qui la converse est si asseüree
Ne doute force d'omme qui soit d'autre contree.
Alixandres la voit, si l'a aus Grieus mostree;  [2200]
Pour veoir la merveille s'i est l'ost arrestee.
Un païsans d'iluec a tres bien escoutee
La reison que li roys a a sa gent mostree,
Qu'ains mes ne fu el mont tel fermetez trouvee; 
Il a dit tel parole qui Alixandre agree:
"Sire, la haute roche que tant as esgardee,
C'est une fermeté qui mout est redoutee;
Li sires en destraint toute ceste contree,
Sous ciel nen a richece n'i puisse estre trovee."
"Di, va, dist Alixandres, a il porte n'entree?" [2210]
Li hom li respondi: "Devers celle valee
A une estroite voie par tel sens compassee,
Se toute la gent Dieu ert desous aünee,
Par si que par cent hommes fust desseure gardee,
N'i porroient monter une seule tezee;
Ne doute nul assaut de nulle gent armee."
Alixandres respont: "Bien la m'as devisee;
Ja ne m'en tornerai si me sera livree."
[1.106]  Li roys prist un mesage qui mout ert ses privez;
A la roche l'envoie et cil i est alez  [2220]
Et manda a celui qui sire en ert clamez
Que la roche li rende, dont tant est redoutez,
Et deviegne ses hom et ses liges chasez;
Et se ce ne veut fere, sempres soit deffïez:
"Ja ne m'en partirai si ert desheritez."
Et cil vint a la roche quant du roy fu sevrez;
O le branc de s'espee les a tant acenez
Que li sires le vit si s'en est avalez.
Li mesages parole, qui fu preus et senez:
"Di, va, qui est li sires et comment est nonmez  [2230]
Qui garde ceste roche et si haut est montez?"
Et li dus respondi, qui fu preus et menbrez:
"N'i a mes que nous deuz, pres de vous le veez."
"Sire, dist li mesages, oiez et entendez:
Alixandres vous mande, qui est roys couronnez,
Que li rendez la roche et ses hom devenez,
Se ce ne voulez fere, sachiez, c'est veritez,
Ja ne s'en tornera si serez afamez;
Ne vous porra guerir roche ne fermetez."
Et li dus respondi: "De folie parlez.  [2240]
Quieus hom est Alixandres et de quel terre nez?"
"Sire, de Macidoine est li plus redoutez
Qui seïst encore onques desus destrier armez,
Et a en sa compaigne tant de Grieus assamblez
Sous ciel n'a homme en terre, s'il est a lui mellez,
Se il vient en bataille, ne soit espoëntez."
"Par mon chief, dist li dus, ançois est fols provez;
Ne donroie en sa force deus deniers monneez.
Mains avoirs a riche homme ert ainz a mont portez
Dont noz ferons avant toutes noz volentez.  [2250]
Je n'ai soing d'Alixandre ne de ses nobletez.
Quieus gens a il o lui? comme est chascuns formez
Je ne dout nulle riens, tant sui asseürez,
Ne mes ire du ciel et anges empanez."
Et respont li mesages: "De fors escuz bouclez
Ont elles li Grezois, et de brans acerez."
[1.107]  Li dus ot le mesage parler en tel mesure:
Qu'Alixandres est fiers et sa gent est si dure;
Se a lui ne se rent, trestouz ses dieus en jure
Ja nel porra guerir chastiaus ne fermeüre.  [2260]
Dont respont au mesage et dit sanz couverture:
"De l'orgueil Alixandre ne du dangier n'ai cure.
Quant je sui la a mont, tant est ma gent seüre
Ne crieng de ça a val nulle mesaventure.
Va t'en a ton seigneur si li di a droiture
Que ne pris son dangier une pomme meüre;
Ne feroie por lui seul itant de feture
Qu'en perde mon dormir un po de nuit oscure."
Li mes tint un des las de s'entasseleüre;
Quant il l'ot deffïé, si s'en vet a droiture.  [2270]
[1.108]  Li mes revint en l'ost et a conté le roy
Ce que li dus li mande, l'orgueil et le bufoi,
Qu'il ne l'aime ne prise, ne home de sa loy,
"Ne vaillant deus deniers ne feroit il pour toi;
Ne ja n'en lessera son dormir en recoi."
Alixandres respont: "Par le Dieu ou je croi
Ja ne m'en tornerai si ert en grant effroi;
Ne li lerai de terre ou il couchast son doi."
Les douze pers de Grece apelle en un chaumoi,
Et chascuns d'eus li donne bon conseil endroit soi.  [2280]
Alixandres parole hautement sanz recoi:
"Vous, jeune chevalier de pris et de dosnoi
Qui avez belles armes et le riche conroy
Et desirrez souvent et guerres et tournoy,
Qui premiers montera sus la roche que voi
Et de ma riche enseigne mosterra le desploi,
Dis mars d'or li donrai, ce li plevis par foy,
Li autre en avra nuef et li tiers uit, ce croy,
Li quars set, li quinz sis, li sistes cinc de moi,
Li sesmes en ait quatre, a l'uisme en erent troi,  [2290]
Li nuesmes en ait deus, le disme un en otroi,
Et chascuns de ces autres en avra un par soi,
Pour ce qu'il m'abatront du duc le grant boufoy."
[1.109]  Quant li Grieu entendirent que li roys leur devise,
Qu'il avront la richece que il lor a promise, 
Le jour en veïssiez mainte brongne en dos mise.
Portent hiaumes d'acier et bons haubers de Pise
Et bons fers por monter et crous de mainte guise;
Et par devers la mer encontre la falise
Gravissent li Grezois a mont la roche bise;  [2300]
A fers et a crochieres percent la roche alise.
[1.110]  Ainz que li Grieu montassent, lor commanda li roys
Que se il pueent prendre la roche et le defois,
Que sempres i mostrassent une enseigne a orfrois;
C'est la seue demaine au fer arrabiois;
A ce porra connoistre ceus de sa gent li roys.
De la devers l'entree, par devers le marois,
Les ira assaillir a mil Macedonnois,
Pour fere ceus descendre qui sont la sus son pois,
Et a tel chose entendre dont leur ira sordois.  [2310]
Et li homme Alixandre i monterent ançois,
Car il sont ainsi fort et devant et detrois
Que ne leur forferoient dis mile homme un balois,
Par si que de leur hommes i eüst deus ou trois.
Alixandres meïsmes, li preus et li cortois,
Le jour emprist tel chose par ire sanz gabois
Dont a mout grant folie le tindrent li Grezois.
[1.111]  Quant li Grieu assaillirent a la roche a cel jor
Pour fere ceus descendre qui erent plus hautour,
A dars et a saietes traient envers les lor;  [2320]
Et cil se descendirent contre val li plusour
Pour esgarder les Grieus qui sont de tel fieror.
Alixandres s'en torne, comme hom de grant valour,
Et vint la ou cil montent, qui sont de tel labour,
Dont li mieudres ne prise tout le monde une flor.
Quant li uns en descoche, ce content li auctor,
Vint ou trente en cravente contre val a dolour.
"Haï! fet Alixandres, Greu et Macedonour,
Com vous faiz hui entrer en doloreus labour!
Or pouëz vous bien dire qu'avez mauvés seignor;  [2330]
Se ne vous faiz aïde, ja n'aie je honour."
A ceus qui sont cheoit tolt les cros par irour,
Puis se prent a la roche pour monter en la tour.
[1.112]  Quant li roys se fu pris a la roche monter,
A tant es vous poignant Cliçon et Tholomer,
Licanor et Filote et tuit li douze per;
A force le retienent si l'ont fet retorner,
Ou il vousist ou non, le couvint avaler. 
"Sire, ce dist Caulus, mout fetes a blasmer;
Ja estes vous venus por conquerre outre mer  [2340]
Et vous voulez ja ci en cest païz finer."
"Baron, dist Alixandres, pour Dieu, lessié me aler,
Je voi morir mes hommes, devant moi craventer;
Se je n'apreng o euls les maus a endurer,
Comment se porra dont nus hom en moi fïer?"
[1.113]  Li Grezois ont monté le roy sor son cheval,
Puis vienent a l'entree ou cil tienent estal,
Gietent lances et traient et font grant batestal.
Cel jor i ot jeté mainte pierre poignal;
Et cil se descendirent trusque vers le portal,  [2350]
Mes li Greu les engignent com Renars fist le jal
Qu'il seisi par le guele quant il chantoit jornal.
Et li Grezois porprenent la roche et le costal;
Ja furent sus monté quatre mile vassal,
Qui traient les espees, si escrïent: "Royal!"
Et moustrerent l'enseigne leur seigneur natural;
Ceus qu'il truevent a mont ferirent communal
Et ocïent et trenchent et craventent a val.
Alixandres les vit, qui sist seur Bucifal,
Et a dit a ses hommes: "Fet sont nostre jornal;  [2360]
Ahi! baron de Grece, tant par estes loial!"
[1.114]  Quant li dus de la roche vit sa gent decopee,
Prise, morte et ocise et contre val jetee,
Et sa roche perdue, que maint jour ot gardee,
Et l'enseigne Alixandre vit contre mont levee,
Lors maudit les Grezois et toute lor contree,
Qu'ains mes tel felonnie ne fu el mont trovee;
Et vint a Alixandre contre val a l'entree,
Merci li a crïé et veut rendre s'espee;
Mes li roys en jura sa teste couronnee  [2370]
Que ja ne sera prise s'ert sa mort devisee;
Si comme il a touz jorz l'autre gent demenee,
Prise, morte et destruite et leur terre gastee,
La merci qu'il ot d'eus est seur lui retornee.
A meïsmes la roche qu'il avoit tant amee
L'ont pendu tout armé, puis s'en est l'ost alee.
Mes avant ont li Grieu si la roche atornee
Conques n'i remest hom, tant par fu desertee.
[1.115]  Quant la roche fu prise et li dus fu pendus,
Alixandres chevauche, qui de Grece est meüs.  [2380]
[Mout fu belle la route des granz et des menus;] 
Il ot en sa compaigne soissante mile escus.
Aus devises des terres, quant du regne est issus,
Au pié d'une montaigne leur est uns fluns parus,
Une eve belle et clere, sans fanc et sans palus;
Mes ainz que fust li vespres aprochiez ne venus,
Dejouste le rivage orent leur trez tendus;
Mes l'ardour du soleil et li chaus qu'est creüs
Et la toufeurs de l'air les a si confondus
Que n'i pooit guerir nus hom qui fust vestus.  [2390]
Iluec en veïssiez tieus set mile venus
Qui se fierent en l'iaue, que jeunes que chanus.
Dejouste le rivage est li roys descendus,
Pour le chaut touz armez s'est en l'eve ferus.
De la froideur du flun, dont clers estoit li rus,
Et du chaut du soleil, qui seur eus est cheüs,
Li est li sanz ou cors troblez et commeüs;
La parole li faut et li roys devint mus.
Or ert mout granz domages se ainsi est perdus.
[1.116]  La grant froidour de l'eve qui sordoit de fontaine     [2400]
Et l'ardour du soleil qui au flun les amaine
A si seurpris le roy que seur lui nen a vaine
Qui de sanc seelé ne soit seuronde et plaine;
La parole li faut et li roys pert l'alaine.
Tholomer le regarde, qui sa coulor vit vaine,
Cliçon en apela et Perdicas açaine,
Par les bras l'a seisi, o ices (l. icés) deus l'en maine,
Ne veut que l'ost le sache ne qu'entour lui s'agraine
Ne que la gent de pres le die a la foraine.
En son tref le couchierent seur un drap de Miçaine.   [2410]
Li douze per regretent Alixandre le maine:
"Ahi! tant mar i fustes, bons roys de Macedoine;
Par foi, honor de Grece, mout estes hui soutaine.
Or remaint a conquerre mainte terre lointaine."
Environ pleure l'ost une louee plaine;
La veïssiez pasmer quatre mile en l'areine
Et rompre maint chevel noir et blanc comme leine;
[Onques mes n'ot el siecle si grant duel d'un chateine.]
Uns mes se part de l'ost desus un dromadaine,
Qui vait Daire noncier de l'esploitier se paine.   [2420]
[1.117]  Li mes est ou chemin, de l'esrer ne s'oublie
Tant que il vint a Daire a la chiere hardie.
La nouvelle li conte, qu'a volentiers oïe,
Du malage Alixandre, en qui il ne se fie:
En l'eve de Nidele a pris l'enfermerie
Dont ja mes ne guerra en trestote sa vie.
Et conte la dolour, comme l'ost pleure et crie; 
Et regretent le roy et sa grant cortoisie,
Son sens et sa prouece et sa chevalerie.
Tieus mile en vit pasmer en mi la praerie,    [2430]
Se Alixandres meurt, que lor joie est fenie.
Quant Daires l'entendi, ne puet müer ne rie;
De la joie qu'il ot touz ses dieus en mercie.
Li roys se porpenssa d'une grant felonnie:
Pris a un mesagier sel tramist a Carie,
Qui guerist Alixandre, qu'a ses herbes l'ocie;
Tant li donra rouge or et pailes d'Aumarie
Nes porroient porter quatre mul de Sulie.
Son bras li mist au col, priveement li prie;
Mes ce plet couvient fere sagement sanz folie.    [2440]
[1.118]  Li mez se part de Daire, congié prent si s'en va,
[Trusqu'a l'ost Alixandre onques ne sejorna;]
A la guise grezoise sagement s'atorna,
En la tente le roy si coiement entra
Qu'ains n'i fu conneüz d'homme qui l'esgarda;
Lez le mire s'acoste, un petit le bouta,
D'un des eus li fet signe, d'autre part se torna
Et dist: S'en lui se fie, son preu li noncera,
Ja, s'il veut, en sa vie mes povres ne sera.
Et cil li respondi: Ja mar en doutera,    [2450]
Coitement est venus et coites s'en ira,
Or die que li plest et il l'escoutera.
De par le roi de Perse li glous le salua,
En l'oreille li dit, sagement li conta:
S'il ocit Alixandre, riche homme le fera,
Quatre sonmiers charchiez de fin or li donra
Et cent pailes de soie des meilleurs que il a,
Encontre toute gent quitement le tendra.
Cil entent la parole, une piece pensa,
Fremist et devint pales et de paor trembla,    [2460]
Coiement li respont que son pleizir fera;
Se cest avoir li donne, voirement l'ocirra
A ses herbes meïsmes, ja uit jorz ne vivra.
Or penst Dieus d'Alixandre! cil mal conseil pris a;
Se ses sens nel retient, couvoitié le vaincra.
[1.119]  Li mes se part dou tref et prent congié du mire,
Et cil a pris ses herbes, dont le roy dut ocirre,
Et vint a Alixandre, qui sa dolour empire.
La destrece du mal le fet palle et aflire,
[La char taindre et nercir, le sanc et les os frire.]   [2470]
Sa gent est entour lui, qui mout pleure et soupire;
Sachiez n'i a celui qui ait talent de rire.
Li mires le regarde, en son cuer prist a dire 
Qu'or ocirra celui qui des autres est sire
Et dit que touz li mons se doit vers lui afflire:
"Ce est li mieudres hom que nus puisse descrire.
Se je fais de cest roy por avoir homecide
Et destrui ceste gent et depart cest empire
Et pour seulement moi faiz tel gent desconfire,
Bien devroit l'en mon cors livrer a grant martire.   [2480]
Li roys pour lui guerir m'a fet d'autres eslire;
Se par moi est destruiz, Dieus me puisse maudire!"
[1.120]  Mout fu sages li mires, qui si bien se conseille,
Ne veut por couvoitise fere si grant merveille
Qu'il ocie celui qui tout le mont esveille,
Mes de lui bien guerir tant forment se traveille
Qu'Alixandres menjue et dort bien et soumeille,
Et revient sa coulor blanche, fresche et vermeille;
Et li Grieu mainent joie, qu'ains ne fu sa pareille,
Car ne sevent sanz lui la monte d'une treille,    [2490]
S'Alixandres meïsmes nes conduit et conseille;
Autresi les chadelle comme paistre s'öeille.
[1.121]  Mout par fu granz la joie quant li roys fu gueriz;
Lors veïssiez par l'ost les Grezois esbaudis,
Qui cuidoient du roy ses termes fust fenis.
Les paveillons destendent si ont les tres cueilliz,
Charchent muls et cameus et bons chevaus corsiz,
Et font mener en destre les destriers arrabiz,
Portent escus et lances a fers d'acier forbis
Et enseignes de paille, de porpre et de samis,    [2500]
Et trespassent le regne de Bile et de Lutiz.
Ceus qui a lui se tornent a li rois recueilliz
Et ceus qui le refusent a mors et desconfiz,
Les felons orgueilleus a destruiz et affliz
Et les citez a prises et les palés voltiz.
Alixandres meïsmes les a des siens garniz,
Les granz avoirs en a aus Grezois departiz.
Les bachelers du regne, les jovenciaus esliz,
Qui ont larges espaules, les poins gros et massiz,
Ceus en maine li roys ses a o lui cueilliz.   [2510]
Tant leur donne Alixandres, si les a asoupliz,
Que mieus aiment sa paine que nus autres deliz;
Ne ja mes en sa vie ne sera d'euls partis,
Ainz en porra bien estre honorez et servis.
Alixandres chevauche, qu'en est chadiaus et guis;
Et font l'arriere garde Tholomer et Danz Clins.
A l'issue du regne, a l'entree d'Esliz,
Truevent une merveille ques a touz esbahiz,
Un tertre aventureus, de maint homme est haïz, 
Qui ert et haus et lons et de deus pars closis   [2520]
De vaus granz et parfons, perilleus et soutiz;
Qui charroit la dedens bien porroit estre fiz
Que ja mes n'en istroit, ainz i seroit porriz.
Or oiez la merveille dont li mons est garniz:
Quant couars hom i entre, sempres devient hardiz,
Touz li pires du mont i est si esbaudiz;
Et li preus i devient ainsi acouardiz
Et mauvés de corage et de fez et de diz
Touz li mieudres i est fols et avilaniz;
Et li destriers de garde mornes et alentiz   [2530]
Et li roncins mauvés desreez et braidiz.
De maint homme a esté icist tertres maudiz.
[1.122]  La merveille du tertre, ce treuve l'en lisant,
Est escrite en un livre d'une istoire mout grant.
Li homme de la terre l'aloient eschivant;
Li païsant l'apellent le tertre recreant.
Or oiez la merveille que li Grieu vont fesant:
Com plus montent le tertre, plus vont acouardant,
Li premier qui estoient a la pointe devant,
Qui tant soloient estre preudomme et conbatant,   [2540]
Ont si de mauvestié perdu leur hardement,
Com plus vont et plus montent, plus se vont repentant.
Li retorners arriere lor vient mout a talent,
Mes li mons ne leur leisse, qui les vet destraignant.
Quatre s'en desrochierent, onques n'orent garant,
De la coste desrochent, a val vont perillant,
Onques puis n'en issirent en trestot lor vivant;
Li autre se chastïent, si se vont aroutant,
Et li mauvés aloient les bons reconfortant
Et dïent aus preudommes: "Tuit estes recreant;  [2550]
Nous conquerrons la terre desci en Oriant."
Li bon destrier de garde i aloient laschant
Et par mi la montaigne li plusor estanchant,
Et li roncin mauvés, desreé et saillant,
Henissent et regibent et font noise si grant
Que cil qui desus sont vont souvent trebuchant;
N'a si preudomme en l'ost qui ne s'en espoënt;
Alixandres meïsmes s'en vet mout merveillant.
[1.123]  Li val furent parfont et li tertres agus,
Qui a fet mains preudommes dolens et irascuz;   [2560]
Mout ot li roys grant ire ainz qu'il en fust issuz.
Au devaler du tertre treuvent uns prez herbus
Et un brueil d'oliviers novellement fueilluz;
Iluec rest a chascun ses corages venuz
Et li cheval de garde recuevrent leur vertuz. 
Ilueques veïssiez les roncins recreüz,
Qui avoient el tertre trovees tieus vertuz.
Grant joie ot Alixandres quant les Grieus ot veüz,
Seur l'erbe qui fu fresche est a pié descenduz;
Pour le repos qu'il veulent i ont leur trez tendus.   [2570]
Alixandres meïsmes en apela ses drus;
Dïent de la merveille ques a si deceüz,
C'onques mes en cest siecle ne fu tieus ples veüz.
[1.124]  La merveille du mont fu le jor mout descrite.
En une terre entrerent qu'est de totes eslite;
Trois jorz demeure l'ost et repose et delite,
Li sejors que il font durement leur profite.
Toute la gent du regne qui en la terre habite
Vienent contre le roy, la grant et la petite.
Qui ot chier drap de soie, paile ne carepite,   [2580]
Bonnement li presente, mout est vers lui afflite,
Et li roys mout les aime et a grant chose dite,
Qu'encontre toute gent ert mes la terre quite.
Une ymage de pierre trouverent en Eslite,
Qui por Neptanabus i fu fete et escrite.
[1.125]  Cil d'Elite reçoivent le roy de bon corage,
Volentiers le servirent et lui et son barnage;
Li roys vers toute gent lor promet seürtage.
En mi leu de la terre troverent une ymage,
Qui en samblance d'omme ert dreciee en estage.   [2590]
Alixandres demande a un homme d'aage:
"De qui est celle forme?" Cil l'en dit son corage:
"Por dant Neptanabus, qui ci vint de Cartage;
Onques n'ot en cest siecle un seul homme si sage."
Lors s'en rist Alixandres et crolla son visage,
D'autre part est tornez et tint tout a folage.
A l'issue du regne passerent un marage;
Aprés icelle terre trouverent plus sauvage,
L'escripture l'apelle la contree de Trage.
Trage fu en mi leu, une cité ombrage,   [2600]
Et sist seur une roche el destroit d'un passage.
La gent est felonnesse et fiere comme rage,
Et responnent au roy orgueil et grant outrage,
Et ne prisent ne lui ne sa gent un fromage.
Alixandres en jure touz ceus de son lignage
Que mar ont contre lui essaucié leur parage,
Par temps leur couvendra mostrer lor vasselage;
Dont les assaillent Greu s'en font si grant domage
C'onques ne leur lessierent fermeté ne estage,
Bien ont fet aus felons comparer leur outrage.   [2610]
[1.126]  De la cité de Trage s'est bien li roys vengiez,
Les tours a abatues et les murs peçoiez.
Emenidus d'Arcage s'i est mout bien aidiez,
Licanor et Danz Clins, Tholomer li proisiez.
Des douze pers de Grece fu li regnes cerchiez;
Ou treuvent forterece ne haus murs batailliez
Ne fort baille environ ne granz fossez trenchiez,
Tout prennent et abatent, n'en i remaint uns piez.
Quant les ot Alixandres destruiz et escilliez,
A sa tente de paile est li roys repairiez;   [2620]
De l'assaut de la ville fu forment travailliez,
Auques en estoit mornes, penssiz et mauhetiez,
Seur un fautre de paile s'est un petit couchiez.
Ses disners, quant vint l'eure, fu bien apareilliez;
Au mengier sont assiz, assez i ot daintiez.
Uns harperes de Trage s'est du roy aprochiez,
De lais fere a fleütes ert duis et enseigniez,
Sous ciel n'a instrument dont ne fust affetiez;
Par son savoir s'est tant d'Alixandre acointiez,
Ançois que il s'en tort, en sera bien paiez.   [2630]
[1.127]  Devant le tref le roy s'est li harpiere assiz
Et commença un lai que il ot bien apris,
De la harpe aus fleütes ainz ne fu entrepris;
Mout fu bien escoutez d'Alixandre et des Gris.
Quant li roys ot mengié, si l'a a reison mis.
"Di, va, dist Alixandres, dont es? de quel païs?"
Li herpierres respont: "Sire, tu as mespris;
Je sui uns chevaliers, povres et de bas pris,
De celle gaste ville touz estrez et naïz
Que tu as hui destruite et le regne conquis;   [2640]
Hier avoie je auques, mes or sui je aquis.
Et tu dis: 'De quel terre?' Merveilles as enquis."
Quant l'entent Alixandres, si en a fet un ris.
"Par mon chief, dist li roys, a parole m'as pris.
Se tu es d'avoir povres, tu avraz biaus amis;
Vien avant, sanz-demeure, que je t'en revestis
De la cité de Trage et de tout le païz;
Ja n'en perdraz plain pié tant com je soie vis;
Ne ne m'en tornerai, de ce soies touz fis,
Si ert aussi pueplee com ert hui a uit dis   [2650]
Et seront redrecié li mur de mabre bis."
Et cil li respondi: "Sire, cinc cens mercis."
Devant lui s'ajenoille, li roys poësteïz
Li a donné la terre par son peliçon gris. 
[1.128]  Quant li roys ot la ville au harpeeur donnee,
Onques ne s'en torna tant que il l'ot pueplee
Et trestoute environ autresi bien muree
Comme elle ert devant ce que elle fust gastee.
Lors s'en torne Alixandres si passe la contree
Vers le regne de Sire a sa voie tornee;   [2660]
Ce estoit une terre garnie et asazee.
Toute la gent du regne est contre lui alee,
Richece et seignorie li ont bien presentee,
Et li roys mout les aime et forment li agree,
L'onour qu'il li ont fete lor a guerredonnee.
[1.129]  Li roys en est entrez en Sire la garnie,
Qui depart celle terre et celle de Persie.
Encore n'estoit pas Anthioche bastie,
Qu'Antiocus fist puis par mout grant seignorie,
Car li roys Alixandres l'en donna la baillie,   [2670]
Qui li fist de son regne en la fin grant partie.
La terre treuvent riche et mout bien replanie
De mout bonnes vitailles et de grant manantie.
Toute la gent du regne envers lui s'umelie
Et li roys mout les aime et promet et affie
Que ja ne leur faudra en trestote sa vie.
Au quint jor est meüz et Tholomer les guie;
Tant chevauche Alixandres, qui d'aler ne s'oublie,
Qu'il vit les tours de Tyr et la terre a choisie,
Mes avant ot conquise la terre de Sulie,   [2680]
Tant comme il en trova a mis en sa baillie.
"Sire, ce li dist Sanses, se Dieus me beneïe,
Quant je voi ceste terre, touz li sans me fremie,
Pour ce qu'el fu mon pere et vers moi ne soplie;
Daires la m'a tolue par sa grant felonnie."
Alixandres respont: "Or ne mescreez mie,
Ja ne m'en tornerai s'ert en vostre baillie."
Cil entent la parole, en plorant l'en mercie.
[1.130]  Quant li roys choisi Tyr, mout fu liez et joians,
Les tours vit bateilliees et les murs haus et granz.   [2690]
Ens en un coing de mer la ferma Tyrians;
Ce fu li premiers roys de ce regne tenans;
Les terres d'entour lui fist a lui apendans,
Pour lui li mist non Tyr, tant par fu redoutans,
Aprés la seue mort le leissa ses enfans;
Ce conte l'escripture que ce fu deus cens ans
Aprés que li deluiges fu par le mont courans.
Ore est en la main Daire, qui sire est des Persans; 
De lui la tient uns dus Balés qu'en est gardans,
Qui est bons chevaliers et seürs et aidans.   [2700]
La citez est mout forte et en fort leu seans,
De toutes pars li est la mer entour cloans,
Ne crient assaut de gent ne quarrel d'ars treans
Ne mangoniaus dreciez ne perrieres jetans,
Touz les sieges du mont ne prise deus besans
Fors que seul l'Alixandre, qui tant est conquerans;
Et li Grieu se logierent par plains et par pendans.
Le jor i ot tenduz paveillons ne sai quans;
Adonques veïssiez ceus de Tyr esmaians,
Pour paour d'Alixandre pensis et couardans.   [2710]
[1.131]  Ly rois assist la ville, qui nulle n'en seonne,
Et par mer et par terre trestote l'avironne,
Mout ot en sa navie char et vin et anonne.
De la fierté de l'ost, de la noise qui sonne,
Sont cil de la cité effreé jusqu'a nonne.
Li dus Balés parole et les siens araisonne:
"Mout est preus Alixandres et de fiere personne,
De la fierté de lui touz li mondes resonne,
Babyloine veut prendre et avoir Escalonne
Et conquerre par force Aufrique et Sarragonne;   [2720]
Ja ne guerra vers lui qui treü ne li donne."
A ce mot li presentent d'or fin une coronne;
Les oevres et les pierres valurent plaine tonne
Du plus chier argent fin qui soit en Arragonne.
[1.132]  Li rois prist la coronne, qui mout fist a loër,
Tholomer la commande por Sanson coronner,
Et dist a ceus de Tyr ques leissassent aler
En la cité leens pour les dieus aourer.
Adonques se commence li dus a porpenser,
La fierté Alixandre forment a redouter,   [2730]
Que par force nel voeille de la cité jeter;
Puis li dist: "La dedens ne vous chaut a entrer,
Car noz les vous ferons ça defors aporter."
"Comment, dist Alixandres, volez vous dont penser
Que je par mesprison voeille leens entrer?
Ou m'oïstes vous onques de traïson reter?"
Alixandres ot ire si commence a jurer
Et le ciel et les nues et la terre et la mer
Sous ciel n'a homme en terre ques poïst acorder
Ne treü ne coronne encontre lui tenser;   [2740]
Aillent s'en fors de l'ost; puis les fist deffïer,
Et cil entrent en Tyr si font leur gent armer.
Et li roys commanda quatre grelles sonner, 
Pour assaillir la ville fet sa gent conraer.
Mes a eure de nonne commença a venter
Et une grant tormente merveilleuse a lever
Qui fet les nes brisier et les ondes lever
Et les barges ensamble l'une a l'autre hurter;
Et li Grieu commencierent durement a crïer
Et les dieus touz ensamble forment a reclamer,   [2750]
Car grant paor avoient li plusor d'afonder.
Alixandres commande que l'en bate la mer
Pour les ondes bessier et les flos avaler.
[1.133]  Oëz con grant merveille, par quel devision
Lor vint une semblance en guise de poisson
Errant par mi la mer, fendant a esperon;
La guele porte ouverte a guise de dragon
Et giete feu et flambe fierement a tençon,
Les nez et la cité aclot tout environ;
Adont leur recommence grant tribulacion,   [2760]
Une ire, une tempeste, une confusion
Qui leur nez achanterent, et froissent li chevron;
Par un po que ne furent cueilli li paveillon
Quant en mer se refiert a guise de plunjon;
Ainz aus hommes le roy ne fist se paor non.
[1.134]  Li roys ot commandé la mer a ledengier,
Et li Greu i ferirent por les ondes bessier,
Adont les veïssiez durement apesier.
Cil de Tyr se commencent forment a merveillier
Et li homme Alixandre mout a esleecier.   [2770]
Uns fevres de la ville voloit le jor forgier
Quarriaus de fer aguz o les pointes d'acier
Pour les armes aus Grieus et leur cors domagier,
Aprés les refeisoit de venin entoschier.
Mes uns signes avint que il vodrent noncier
Aus hommes Alixandre pour eus bien esmaier.
Aus batailles des murs s'alerent apuier;
Uns des barons de Tyr commença a huchier:
"Di, va, ralez vous ent, serjant et chevalier,
Paour avez eüe li plusor de noier.   [2780]
C'est li dieus de la mer qui vous veut corroucier;
Ceste citez est seue si la veut chalengier;
Nepturnus, qui elle est, vous voudra trebuschier,
Encor vous fera pis, sel veez aïrier.
Ceens est avenue grant merveille des hier
D'un fevre de la ville, comme il voloit forgier
Saietes et quarriaus por voz gens domagier,
Mes li fers de sanc cler commença a raier.
Vez le ci ou jel tieng, nel vous quier plus noier.
De ces deus aventures vous devez esmaier;   [2790]
Cueilliez voz paveillons, ralez vous ent arrier,
Et nous vous en leron sains et saus reperier."
Alixandres respont: "Ainz orrez del pleidier!
Vous en verrez ançois cinc cens escus percier,
Et des noz et des vos maint pasmer et plaier.
Assez avons oïde tieus gens menacier
Qui mauvés cuer avoient d'un estor commencier
Et au fouir du champ estoient li premier."
[1.135]  Li roys ot ceus de Tyr, qui le vont menaçant
Qu'il guerpisse le siege et si s'en aille a tant,   [2800]
Et il leur respondi qu'il n'a pas cuer d'enfant:
"Cuidiez vous que li Grieu soient ja recreant?
Ja ne furent il onques en bataille tezant,
Mes seur toute autre gent hardi et conbatant;
Ja ne s'en torneront en trestout leur vivant
Tant qu'avrai pris la vile et fet a mon talent."
Sanson a apelé si li rent par son gant,
Et cil l'a receüe de cuer en merciant.
Alixandres ot ire si tainst de mautalent,
A ceus des murs parole si se drece en estant:   [2810]
"Di, va, mauvese gent, felon et mescreant,
Vous ne devez pas estre de la cité tenant.
La tormente de mer, que veïstes si grant,
Et li dieus Nepturnus, qui aloit tempestant,
Vous fet la demostrance, et bien est aparant,
Qu'il ne veut que soiez en la cité manant
Ne si mauvese gent i soient habitant;
Mes leissiez moi la ville, de par lui le commant,
Trestuit vous en issiez or endroit maintenant,
Et li Greu la tendront de ce jor en avant.   [2820]
Li fers chaus que veïstes en la forge seignant,
Ce sera uns machacres, que vous verrez si grant
Avenir desus vous ançois un mois passant
Ja n'i porra guerir li pere son enfant.
Hui verrez tant vert hiaume et tant escu luisant
Et tant hauberc blanchi et tant bon branc trenchant
Et tant bon chevalier hardi et conbatant
Environ la cité et desriere et devant,
Lez les murs de la ville seront tuit reluisant.
Se ne la me rendez ainz le soleil couchant,   [2830]
Tuit en serez pendu, ja n'en avrez garant."
Lors furent cil de Tyr esmaié et pensant
Et demandent le roy un respit avenant
Tant qu'il aient parlé la dedens a lor gent.
Alixandres respont: "Je l'otroi et creant,
De prendre bon conseil me vient mout a talent."
Mes les murs de la ville vet sovent regardant. 
[1.136]  Li dus prent son conseil o les barons de Tyr
Et dïent d'Alixandre qu'il est de tel aïr
Que chastiaus ne cité ne le puet retenir;   [2840]
Se a lui ne se rendent, ja ne porront guerir.
Ja preïssent conseil des Grezois recueillir,
Se ne fust sorvenus Ladinés de Monmir,
Qui leur dist tel parole que bien peüst tezir:
"Ceste terre est roy Daire, si l'en devon servir,
Nostre droit seignor lige ne devons pas traïr
Desci que il noz voeille et lessier et guerpir.
Alixandres est fel et noz puet tant haïr,
Comment qu'il ait la ville, nous en covient fouir;
Tous noz fera en mer ou en terre perir   [2850]
Et les pluseurs de nous en chaudieres boulir."
Cist conseuls leur a fet la parolle guerpir;
Dïent a ceus de l'ost, si quel porent ouir:
"Grieu et Macedonois, or vous couchiez dormir,
Car d'assaillir la ville avrez mes bon loisir;
Assez vous en porra chascun jour souvenir."
Quant l'entent Alixandres, d'ire prist a nercir
Et commande les Grieus fors des loges issir.
El bois de Josaphaille a fet les fus cueillir
Et aporter en l'ost et en la mer jalir.   [2860]
[1.137]  Alixandres a fet mil chevaliers armer,
Et vont o ceus a pié pour les abres coper.
Du bois de Josaphaille font les fus amener
Et aporter en l'ost et couchier en la mer;
Puis les font de deus pars a reortes coupler,
Desus vodrent la raime et l'areine jeter.
[1.138]  Quant voient cil de Tyr qu'Alixandres leur fet,
Que la mer lor deffent et bastist son atret,
Li dus se tient a mort s'en ce point ne lor vet.
Quant la nuis fu oscure et la brunor estet,   [2870]
A petites nacelles s'en issirent a tret
Coiement de la ville quatre, cinc, sis et set,
Et copent les reortes sanz tençon et sanz bret.
Dolans ert Alixandres quant il savra ce plet.
[1.139]  Ce fu bien par matin, quant il dut esclairier,
Li Grieu vont a la mer lor labour commencier,
Virent l'atret perdu et l'affetement d'ier,
Adonques ne se prisent valissant un denier.
Li roys se commença forment a corroucier 
Et maudist la cité qui le fet travaillier,   [2880]
Car ne puet vers la ville nulle riens esploitier;
Avant voudra conquerre et puis la reperier.
Lors monterent par l'ost serjant et chevalier,
A trois liues de Tir s'alerent hebergier.
Iluec fist Alixandres un chastel commencier
Desus une montaigne, assez pres d'un gravier;
Scandalion l'apelle et sist seur un rochier;
Pour ce que li paien distrent au temps premier
Que Scandras avoit non Alixandres d'Alier,
Si vodrent en son non le chastel batisier.   [2890]
Ilueques sejornerent por leur cors aeisier.
Une vois dist au roy, quant fu alez couchier,
Qu'il s'en retourt a Tyr por la ville assegier;
Il la prendra mout bien, n'ait cure d'esmaier.
Lors retornent a Tyr et font lor tres fichier.
El bois de Josaphaille refont les fus trenchier
Et aporter en l'ost et en la mer lancier,
A chaanes de fer et a bendes lïer;
Les ont fet de deus pars sagement atachier,
Que cil dedens nes puissent mes de rien engignier;   [2900]
Mes cil de Tyr les grievent, li bon arbalestier,
Dars leur lancent aguz et seetes d'acier,
Que li Grieu ne se pueent de la mer aprochier.
Alixandres commande ses perrieres drecier,
De pos plains de sablon fet tant dedenz lancier
Que la mer jusqu'au mur en lesse a ondoier;
Et li Grezois s'armerent pour les fus adrecier,
Puis font deseure metre la pierre et le mortier,
Et furent si fondé en un seul mois entier
Qu'il porent par desus a seür chevauchier.   [2910]
D'autre part en la mer vodrent chastel drecier,
Que navie n'i viegne qui lor port a mengier.
Cil de Tyr se commencent forment a esmaier
Et sont venu au roy aus batailles pledier;
A set jorz li prïerent de l'assaut respitier,
Tant c'uns mesages viegne qu'il doivent envoier
Au duc Betiz de Gadres ces paroles noncier;
Puis se vodront a lui bonnement apaier.
Mes il veulent le roy par itant delaier
Tant que secors venist qui lor poïst aidier.   [2920]
A set jorz li prïerent de l'assaut respitier,
Tant c'uns mesages viegne qu'il doivent envoier
Au duc Betiz de Gadres ces paroles noncier;
Puis se vodront a lui bonnement apaier.
Mes il veulent le roy par itant delaier
Tant que secors venist qui lor poïst aidier.
A set jorz li ont fet cil de l'ost otroier.
[1.140]  Li roys vit la cité, qui tant est bien assize,
Toute est close de mer fors la porte de bise,
Fierement la regarde, durement la felise,   [2930]
Et de leens entrer a mout grant couvoitise.
Il en jure celui ou sa creance a mise
Que ja n'en tornera desci qu'il l'avra prise. 
Dehors fu l'ost logiee desus l'eve de Lise;
La ot tendu maint tref de soie vert et bise;
Par la rive s'espandent s'ont la vitaille prise.
Li dus Betiz de Gadres a la nouvelle aprise,
Que li sires de Tyr li a par mer tramise,
Qu'assis l'a Alixandres et sa terre porprise
Et durement destruite et dampnee et aquise;   [2940]
Or li envoit l'aïde que tant li a promise,
De par le roy de Perse qui le regne justise.
Li dus ot la nouvelle, que forment aime et prise,
Met sa main a son flanc si respont par cointise:
"Dites le duc Balés g'irai en son servise;
Se truis l'ost environ, targe en sera malmise;
Onques de tant de gent ne fu si grant ocise."
[1.141]  Li mes se part de Gadres, a Tyr vint a eslés,
Devers la mer s'en entre par la posterne a es
Et conte les nouvelles qui leur vienent aprés,   [2950]
Com li sires de Gadres mande sa gent adés.
S'environ truevent l'ost, ja n'en iront aprés;
Aus espees d'acier en feront maint confés.
Mes li Greu ont la ville bien assize de prés
Et la terre porprise jusqu'a la roche Alés,
Ou la mer fiert et hurte chascun jor a grant fes.
Li roys prent ses mesages ses envoie a Balés,
Qu'il li rende la ville, la tour et le palés,
Et viegne a sa merci, puis avra de lui pes;
Et se il ce refuse, sel trouverra engrés,   [2960]
Que ja en son vivant ne s'en tornera mes
Desci qu'il l'avra prise et arse comme un es;
La dedens la cité lanceront feu grïés.
Li dus voit les mesages, mout fu vers els irez,
Et respont par ireur: "N'ai talent que vous bes."
Ja les eüst penduz se ne fust Ladinés,
Uns princes de la ville qui gardoit le palés.
[1.142]  Li dus vit les mesages, de maltalent s'aïre
Et a prises les letres que li roys fist escrire;
Connut ce qu'il ot ens, car il les sot bien lire.   [2970]
Balés taint et nerci et commença a frire
Et respont par ireur qu'il n'ot talent de rire:
"Orgueil mande Alixandres, si com je oi descrire,
Que la cité li rende et vers lui m'aille aflire;
Et se ce ne voeil fere, si com ce brief oi dire,
Il nous prendra par force et pendra touz a tire
Ou noiera en mer ou ardra comme cire;
Mout me tieng a mauvés se ne l'en faiz desdire
Se pres sui ses voisins, mestier avra de mire."
Et a dit a ses hommes: "Demain fetes martire,   [2980]
Qu'il soient tuit destruit et corrouciez leur sire."
Et respont Ladinés: "Dus, refraigniez vostre ire.
Mout est preus Alixandres et si a grant empire
Ne cuide que nuz hom le puisse desconfire.
Li mes n'ont pas forfet que l'en les doie ocirre,
Mes donnez leur du vostre si les fetes conduire;
Tant est preus Alixandres ne lera nel vous mire."
[1.143]  Li dus vit les mesages, mout ot le cuer dolent,
Qu'Alixandres li mande tant orgueilleusement
Que la cité li rende apareillïement   [2990]
Et toute la devise, si comme a Daire apent;
Et se ce ne veut fere et a force le prent,
Ja ne tiegnë il terre se il ne l'art ou pent.
Ja feïst les mesages presenter vers le vent
Se ne fust Ladinés, qui li blasme et deffent
Et conduist de la ville desci a sauvement,
Fors tant leur dit li dus et ses cuers li consent
Que li roys n'a de lui triues n'acordement,
Ainz li fera, s'il puet, grant domage briement.
Li mes par mi les loges s'en vont hastivement,   [3000]
Trusqu'au tref Alixandre n'i ot arestement,
Et content la parole sanz nul amendement
Si com li dus li mande et menace et desment;
D'euls eüst fet joutice, s'il en eüst consent.
Quant l'entent Alixandres, d'ire eschaufe et esprent,
Et respont par ireur: "Or me tient il por lent?
Touz soie je honnis se ce mot ne li vent."
Lors fet sonner un grelle et atorner sa gent;
Ilueques veïssiez tant bon cheval courant
Et tant escu a or et tant hiaume luisant,   [3010]
De la clarté des armes touz li païs resplent.
Et cil de la cité s'arment isnellement,
Par la porte s'en issent estroit serreement.
La gent qui ist de Tyr le rivage porprent.
Icel jor commencierent un tel tornoiement
D'ambes pars en remestrent maint chevalier sanglent
Qui regreterent puis et ami et parent.
C'est coustume de guerre et conseulz de jovent
Que l'en i pert bien tost et gaaigne souvent.
[1.144]  Par la porte vers terre s'en issent cil de Tyr;   [3020]
Ilueques veïssiez maint vert hiaume luisir
Et tant destrier de garde galoper et hennir
Et contre le soleil ces armes resplendir. 
Li dus Balés les guie et Salos de Valmir.
Sus Ferrant sist armez Ladinés de Monmir,
Qui ert bons chevaliers et sages sanz mentir.
Mout par sot bien chacier et avenant fouir,
Et quant il vient en leu, aus premerains guenchir.
Li dus crie s'enseigne por sa gent resbaudir,
Le jour veut ceus de l'ost fierement envaïr.   [3030]
Ilueques veïssiez tant fort escu croissir
Et tant vassal a terre craventer et morir;
Qui fu aus commençailles et sains s'en pot partir,
De grant ire du ciel li poïst souvenir.
[1.145]  A l'assambler des Grieus i veïssiez brisier
Tante hanste de fresne et tant escu percier
Et tant vassal a terre morir et trebuschier.
Ce dist cil ques esma, qui bien les sot prisier,
Que cil de Tyr estoient plus de trente millier.
Li roys fet trois batailles et serrer et rengier,   [3040]
Nes volt mie de primes trop fort estoutoier
Ne sa gent metre ensamble avant au commencier,
Car gent estoutoiee est plus male a hetier.
Tholomer commanda trois batailles premier
Entre euls et la cité sagement envoier,
Qu'a la porte vers terre ne puissent reperier,
Touz les veut prendre aus mains ou en la mer noier;
Par itant i vodront li Grezois gaagnier.
Et Alixandres point Bucifal le legier,
Entre lui et le duc se vodront acointier.   [3050]
Si granz cops se donnerent aus gonfanons bessier
Que les lances de fresne font ansdeus peçoier.
Li roys s'en passa outre, qui le corage ot fier,
Au reperier l'encontre et tint le branc d'acier,
Car de tieus aventures se sot mout bien aidier.
Sel fiert par mi son hiaume, dont li laz erent chier,
Que trestout l'enclina sus le col du destrier.
Par mi les blanches mailles du blanc hauberc doblier
En fet le sanc issir et le blïaut moillier
Et le cheval souz lui trestout ajenoillier.   [3060]
Ja au partir dou roy n'eüst soing de gibier
Quant s'espee peçoie les le poing a or mier,
Jouste lui s'acosta, sel courut enbrachier.
Ja l'en menast tout pris, ne se poïst aidier,
Quant devers son escu li sordent chevalier;
Ou li roys voeille ou non, li couvint a lessier.
[1.146]  Li dus vit Alixandre, qui forment le le tormente,
Si l'a feru du branc que sus l'arçon l'adente.
Il l'eüst pris ou mort a touz jorz sans atente, 
Quant des siens le sequeurent, ce m'est vis, plus de trente;   [3070]
Balés a tret le branc, de vengier ne s'alente,
Et fiert si un Grezois quel jeta de jovente.
L'espee au poing d'or fin fu si pres sa parente
Que la teste a tout l'iaume en mi le champ presente.
De ce cop, ce m'est vis, ert s'amie dolente,
Ne cuit c'uns chevaliers eüst guieres plus gente.
Outre s'en est passez, s'espee tint sanglente,
Perdicas abati au travers d'une sente.
Se cil qui fist ces vers ne mesprist ou ne mente,
Ja mes Flordyonés n'eüst en lui atente   [3080]
S'Emenidus ne fust, qui li livra entente.
O les brans s'entrassaillent, griement l'uns l'autre tente;
N'i a nul au partir si pres l'acier ne sente
Qu'a tout le plus halegre covendra metre tente;
C'est costume de guerre, de tel marchié tel vente.
[1.147]  A iceste assamblee est mout bleciez li dus,
Forment refu navrez el cors Emenidus;
Li sans qui ist des plaies a la terre chiet jus,
Li escu et li hiaume tornerent a reüs,
Mout i a cops d'espees et de lances percus.   [3090]
Emenidus le fiert en son hiaume desus
Si durement du branc que tout l'eüst confus,
Quant Balés s'en parti, qui nel pot soffrir plus,
Et maudit les Grezois, que tel gent ne vit nus.
[1.148]  Perdicas saut en piez et a le branc nu tret,
Du duc qui l'abati ot il vergoigne et let,
Et vit un de ses druz qui ens el champ s'estet;
Par la regne le prist, ainz quel meïst an plet,
Si l'a feru del branc qu'a toz jorz l'a deffet,
La cuisse a tout le pié a leissie el garet;   [3100]
Puis sailli el cheval, vers la presse se tret.
Une lance recuevre, le destrier point a het
Et fiert un Turïen, tant com chevaus li vet,
Que souz la boucle a or li a son escu fret,
Le hauberc desmaillié, le sanc en a fors tret,
Les estriers li fet perdre, a la terre le let;
Ançois que d'eus se parte, en a si baillis set
Que touz li plus haliegres est tornez a dehet.
A grant bien li atornent, car le jour l'a bien fet;
Ainz nus ne l'esgarda qui envie n'en et.   [3110]
[1.149]  Emenidus d'Arcage et Balés sont sevré;
Ladinés vit le duc mout durement navré,
Sus l'arçon de la selle devant tout adenté; 
Tant a perdu de sanc tout a le vis troublé.
Li quens Emenidus l'ot le jor encontré;
S'auques i esteüst, de lui eüst finé.
D'une faisse de paille li a le cors bendé,
Jouste les tornoians l'en maine a sauveté;
Par desrier la bataille sont au chastel torné,
Mes n'i porent venir, car li Greu sont outré;   [3120]
Tholomer et Danz Clins furent outre passé,
En la premiere eschiele Caulus et Aristé.
Ladinés connut l'uevre, que mal orent ovré,
Par les flans esperonne le bauçant pomelé
Et fiert si un Grejois seur son escu listé
Que sus la boucle a or li a fret et quassé;
Et li Greus refiert lui en son escu bouclé,
Que les lances peçoient, li tronc en sont volé;
Des boucles des escus se sont entrehurté,
Que tuit li chandelier sont fret et desmenbré;   [3130]
Si forment s'entrehurtent que tuit sont estonné.
Les armes Ladinés ont le Greu encombré,
Les estriers li fet perdre si l'a asouviné;
Li agus de son hiaume feri en mi le pré.
Ladinés met la main au bon branc aceré,
Desus lui s'aresta, el vis l'eüst navré
Se Filotes ne fust, qui mout en a pesé.
Le cheval esperonne, s'ot un panon fresé;
Ja sera, ce cuit je, de deus pars comparé.
[1.150]  Del Greu qui fu cheüs pesa mout Filotés,   [3140]
Le destrier esperonne, qui court a grant eslés,
En l'escu de son col va ferir Ladinés,
Que par desouz la boucle en peçoia les es;
Se ne brisast la lance, de lui eüst fet pes,
Ja cil de la cité nel reveïssent mes.
Quant sa lance ot perdue, si tret l'espee aprés.
Se l'uns vassaus fu preus, li autre fu engrés,
A leur brans s'entredonnent si granz cos et de pres
Que les hiaumes detrenchent et des escus les es.
Ja fust mien escïent li uns mors desconfez,   [3150]
Quant les batailles hurtent de deus pars a eslez,
Iluec s'entreperdirent Filote et Ladinés.
[1.151]  Iluec ou cil de Tyr josterent aus Grezois
Veïssiez depecier maint escu de manois
Et tant hauberc fausser et tant panon d'orfrois
Passer par mi cors d'homme et gesir en sanc frois
Et tant bon chevalier gesir par ces chaumois.
En la premiere eschele vint chevauchant li rois 
Et ot en son sa lance un gonfanon turcois.
La fierent cil dedens ou furent plus espois,   [3160]
Et cil bien se deffendent qui lor geus ont asprois;
La cité leur metoient durement en defois.
Bien le fist a cel poindre Licanor li cortois,
Et dou royal effors i jousta plus de trois
Des meilleurs qui i sont, Greu et Macedonois.
[1.152]  Iluec ou les deus os josterent en la plaigne,
Veïssiez peçoier maint escu d'entresaigne.
Li roys fiert en l'escu Caliot de Sardaigne,
Ne li valent ses armes le pris d'une chastagne,
Fer et fust et panon li met par mi l'entraigne;   [3170]
La lance vole en pieces, cil chiet en la champagne,
Outre s'en est passez et cil crie s'ensaigne.
Aprés le roy josterent tel cent de sa compaigne,
N'i a nul qui n'abate ou sa lance ne fragne.
Cil dedens font le jor aus Grezois tel bargagne
Que mout leur a torné a mauvese gaagne;
C'est costume de guerre l'uns ou l'autre s'en plagne.
[1.153]  Es vous par mi la presse Sanson esperonnant,
Le jour fu bien armez sus Bauçant le movant;
Hanste ot roide de fresne et gonfanon pendant   [3180]
Et fiert un Turïen qu'en apeloit Saillant,
Le cuer li a trenchié par mi le piz devant;
Outre s'en est passez et mist la main au brant
Et crie Macidoine, l'enseigne conquerant.
Cel jour leur vet il bien la cité chalenjant.
Alixandres l'esgarde si li dist en riant:
"Bien doit conquerre terre qui si la vet clamant."
Li roys point Bucifal, qui les granz saus porprent,
En mi la greignor presse prist le chief d'un Persant.
Lors vint Emenidus par mi l'estour poignant   [3190]
Et fiert un Turïen au monter d'un pendant,
Que la teste li tolt a l'espee trenchant;
Mes Balés l'ot navré d'une lance en jostant;
Pour le chaut qui l'argüe vet sa plaie seignant.
Alixandres le voit, celle part vet courant,
Entre ses bras le prist si li dist en oiant:
"Avra vous mestier mires? cuidiez vous vivre tant?"
Et cil li respondi: "Mout vois afoibloiant."
A icest mot se pasme sus le col de Ferrant.
Alixandres le baille a un mire sachant;   [3200]
Cil a dit Alixandre: "Mar en irez doutant,
Tout sain le vous rendrai ainz le tiers jour passant."
Et il si fist mout bien quel virent li auquant. 
[1.154]  Du duel Emenidon fu mout li roys embruns,
Car ainz mieudre vassaus ne fu princes ne dus;
Par un seul chevalier ne fu onques conclus
Ne d'un grant fes emprendre ne fu onques refus,
Ainz le commença bien et en vint au desus.
Ce dit cil ques esma, qui bien connut le plus,
Fors que seul Alixandre, a lui ne se prist nus.   [3210]
Cel jour ot de l'estour le pris Emenidus.
[1.155]  Par l'estour vet poignant Ladinés de Monmir,
Grant duel ot de son frere qu'il ot veü morir,-
Emenidus d'Arcage li fist le chief tolir,-
En l'escu de son col ala un Grieu ferir,
Desouz la boucle a or li fet fraindre et croissir
Et le fer de sa lance par mi les cors sentir,
Si l'abat contre terre qu'ains ne l'estut languir;
Au partir de la jouste escria deus foiz: "Tyr!
Qui si deffent sa terre mout la doit bien tenir.   [3220]
Li roys n'est mie sages qui la noz veut tolir;
De ceste grant folie l'estevra repentir."
Li roys ot la parole et celui ahatir,
Mout se tient a mauvés s'il nel fet repentir.
Macidoine escria et fet sa gent garnir,
Les compaignes armees fet des loges issir.
La fierent ceus dedens ou les pueent choisir;
La poïssiez vooir un estour si fornir
Et cil tornent les dos qui nes porent soffrir,
Tout droit a la cité commencent a fouir.   [3230]
Noienz est, d'autre part les estevra guenchir,
A la porte vers terre ne porent il vertir,
Car li roys l'a bien fete de ses hommes garnir;
Vers la mer s'en tornerent ou cuidierent guerir,
Par destrece en couvint tieus mil dedens saillir;
Se toute ne la boivent, noienz est de l'issir.
[1.156]  La bataille est finee, cil de Tyr sont veincu,
Vers la cité s'en fuient a force et a vertu,
Mes noient ne leur vaut, que tuit sont deceü.
Tholomer et Dans Clins lor sont devant venu,   [3240]
En la premiere eschiele Aristés et Caulu.
Tholomer par iror a Ladinés feru,
Que lui et le cheval a a terre abatu,
Et Dans Clins tolt Binas le destre bras du bu;
Li autre i referirent; cil sont si esperdu
Qu'il ne sevent que fere, mort sont et confondu
Et par tout le rivage sont a val espandu. 
Par destrece s'en sont tel mil en mer feru,
Se toute ne la boivent, noié sont et perdu.
Seur les ondes flotoient et lances et escu;   [3250]
Bien pot avoir cheval qui a la rive fu.
Mout se sont bien li Grieu icel jor conbatu,
Mes de tant seulement leur est mal avenu
Qu'en la desconfiture i ont le duc perdu
Et set mile des autres o Ladinés son dru.
Par la porte vers terre se sont en Tyr feru
Et maudïent les Grieus, c'onques tel gent ne fu.
[1.157]  Le jour de ceus dedens sont cheü li revel,
En la cité s'en entrent sanz joie et sanz fretel.
Et li Greu s'en tornerent quant ont fet leur avel;   [3260]
Devant une fontaine dont cler sont li ruissel
Desarment Alixandre a l'entrer d'un prael.
Il remest deffublez, n'ot cure de mantel;
La toufeur estoit granz seur la roche Mabel,
Pour ce li amenoient le vent a un flavel.
Le duc Balés desarment li troi fil Manïel,
Navrez fu d'une lance el pis souz le forcel,
Que deus des mestres costes trenchierent li cotel;
Mes li dus fet venir le mire Samüel,
Qui plus savoit de plaie que vilains de rastel.   [3270]
Cil li dist tel parole dont forment li fu bel:
"Ne vous esmaiez mie, vous guerrez de nouvel."
Le duc Betiz de Gadres a tramis un seel:
Se il l'aime de riens, c'or le sequeure isnel,
Car li Greu le demainent com vilains son flael;
Devant Tyr la cité li ont fet tel maisel
Des mors et des navrez sont senglant li ruissel.
De l'ost des Grieus se partent tel set cens damoisel
Qui portent entreseignes, chascuns un panoncel;
Devant la mestre porte leur ont fet un cembel,   [3280]
Mes cil de la cité n'ont soing de leur avel,
Ainz se plaignent leens autresi comme oisel.
Alixandres apelle Licanor et Sabel:
"Fetes cerchier la mer trusqu'au port Danïel,
Gardez n'i lessiez barge ne chalant ne batel."
Cil ont fet son pleisir, que forment lor fu bel; [3280]
De devant la cité el havre tyrïel
La dedens en la mer lor ont fet un chastel
Tout ouvré par nature de chauz et de quarrel;
Au desus des estages sont assis li crenel.