Le Roman d'Alexandre

BRANCH I -- BRANCH II -- BRANCH III -- BRANCH IV


[3.1]Or entendés, segnor, que ceste estoire dist.
De Dayre le Persant qu'Alixandres conquist,
De Porron le roi d'Ynde qu'il chaça et ocist
Et de la grant vermine qu'es desers desconfist
Et des bonnes Artu qu'il cercha et enquist,
De Gos et de Magos que il enclost et prist,
Que ja mais n'en istront jusqu'au tans Antecrist,
Ainsi com Apellés s'ymage contrefist,
Du duc de Palatine qu'il pendi et deffist,
La roïne Candace qu'en sa chambre le mist    [10]
Et de la vois des arbres qui de sa mort li dist,
Ainsi com Aristotes l'entroduist et aprist,
La verté de l'estoire, si com li rois la fist,
Uns clers de Chastiaudun, Lambers li Tors, l'escrist,
Qui du latin la traist et en romans la mist.

[3.2]Qant repaire Alixandres du deduit des faucons
O son maistre Aristote et o ses compaignons,
Il li a commencié un livre de sarmons:
Dist li qu'il n'ait sergans covoiteus ne larrons,
Les bons retiegne o soi et hee les felons,    [20]
Ne ne croie ses sers d'encuser ses barons,
Les povres chevaliers sequere par biaus dons;
Envers les gentieus homes soit de molt dous respons
Et envoit a lor femes mantiaus et peliçons,
Car se besoins li sort, grans iert li guerredons:
Cil soffriront por lui et ires et tençons
Et de gaster les terres et ardoir les maisons.
"Dayres a fait en Gresce grans persecucions,
Molt en a avoir pris et or et raençons.
Or est tans du vengier, chauce tes esperons,   [30]
Car heent le de mort toutes ses regions
Por ce q'a mis sor aus sergans issi felons,
Des noaus de sa terre, des fieus a ses garçons.
Cil n'ont cure de Dieu ne de ses orisons,
Ciaus qui ne se raiembent getent en lor prisons,
Li avoirs de la terre est tous lor abandons.
Li pueples prie a Dieu et fait aflictions
Q'ançois viegne seur aus male confusions
Q'il ne soient vengié du roi et des gloutons."
"Maistre, fait Alixandres, bien otroi vos sarmons, [40]
Mes homes ferai riches d'avoir et de mangons;
Ce que Dayres a pris n'avra mie en pardons:
S'il en a une oeille, j'en avrai deus moutons.
Por aler desor lui sont ja li Grieu semons,
Sor l'eaue de Gangis tendent lor pavellons
Et cil qui remandront seront cuit es talons.
Nes puet garir chastiaus ne cités ne dongons
Ne soient pris ou mort sans autres raençons."

[3.3]  Aristotes se gist a dens seur un tapis
S'entroduist Alixandre comme son aprentis.    [50]
Dist li: "Ja fustes vos tant franchement norris,
Ja cuivers losengiers ne soit par vos oïs.
Se tu ne crois tes sers, ja ne seras honis;
Ja sers ne sera bons qui sovent n'est aflis,
Au tierc an ou au quart soit ses avoirs partis.
Li sages Salemons le dist en ses escris:
A paine a on bon arbre de malvaise raïs.
Nule riens n'est si male comme sers enrichis;
Qant il a son segnor tous ses avoirs froïs
Portés en autre terre, et de sous lui fuïs, [60]
L'avoir, se li sers muert, a cil qui'n est saisis;
Ja n'en avra ses sires vaillant une pertris.
Par ses malvais sergans est princes malbaillis,
Qui tolent les avoirs as grans et as petis,
Par coi il est de Dieu et du pueple haïs;
Li pechiés l'en remaint, cil en est enrichis,
Et s'il veut de l'avoir, bien en est escondis.
Assés voit on de ciaus qu'ont lor segnors traïs,
Ques ont empoisounés ou as coutiaus murdris;
Ton conseil ne lor di ne en aus ne t'afis."   [70]
Lors respont Alixandres com hom de sens garnis:
"Or m'en irai, biaus maistre; de vos sarmons floris
Se ja un en trespas, dont soie je honis;
Le jor soie je pires que sers rachateïs
Que uns en soit par moi alevés ne franchis;
Ne por losenge dire, s'il estoit si hardis
Qu'il venist devant moi, tous en iroit maris.
Li douze compaignon que vos m'avés eslis
Ont ja tendu mon tref sor l'eaue de Gangis.
Des maus q'a fait en Gresce n'est pas Dayres garis;  [80]
S¹a pris ça en arriere vaches, bués et brebis,
Or nous en vengerons o nos espiés forbis.
Nel puet garir chastiaus, tant soit clos de palis,
Fossés ne murs ne tors, dongons ne plaisseïs.
Ja ne remanra mais la noise ne li cris
Tant que li qués que soit en soit mors ou honis."
A tant demande l'eaue si est en piés saillis.

[3.4]Li mengiers est tous pres, que li quieu l'ont hasté,
Puis sont li siege fait et li tapit geté.
Li chevalier s'assieent qant il orent lavé
Et on lor a le vin en hanas aporté.
Li seneschal, li quieu, li vallet du regné   [90]
Les servirent des mes tout a lor volenté.
Qant il orent mengié et il s'en sont torné,
Aristotes a dont Alixandre apelé:
"Biaus sire damoisiaus, il me vient en pensé
Tel chose vos veul dire qui me vient molt a gré."
Alixandres respont: "Je l'ai molt desirré."
Es le vos en gisant delés lui acosté.

[3.5]"Alixandres, fait il, dire te veul novele;    [100]
Qant tu l'avras oïe, ne te sera pas bele.
Dayres, li rois de Perse, de servage t'apele:
Tes peres est ses sers et ta mere s'ancele.
Qant treü te demande, malement se revele;
Li briés en fu leüs par devant la chapele.
Tu n'i as que targier, mais fai metre ta sele."
Alixandres l'escoute, sa main a sa maissele,
De maltalent et d'ire rougist et estincele.
"Maistre, fait Alixandres, je ne sui pas pucele,
Je n'ai soing s'il fait chaut ou s'il pluet ou s'il gele; [110]
Or le veul revider, qar folement favele.
Sel puis en champ trover, la vengance iert isnele,
Ne li vaudra haubers une tenve gounele,
Mon espié li metrai par desous la mamele;
A mon buen branc d'acier, dont trenche l'alemele,
Li trencherai la teste s'espandrai la cervele."

[3.6]Ce fu el mois de may, un poi devant l'issue,
Que l'erbe reverdist et ele point menue,
Q'Alixandres li rois a sa gent esmeüe
Por aler deseur Dayre a la teste chenue.    [120]
Sor l'eaue de Gangis la riviere ont tenue,
Portent girfaus, gruiers, faucons de quinte mue;
N'i remest sor la rive cigne ne bone grue
Qui ne soit as faucons et prise et retenue.
Li rois vait a sejor, ne veut sa gent menue
Lasser ne travellier, car tost l'eüst perdue.
Tant les mena souef que l'ost est enbatue
En la terre au roi Dayre, por qui ele est meüe;
Et puis que ele fu en la terre ferue,
Courent par la contree, qu'il troverent vestue;    [130]
Peçoient bours et viles et chastiaus a grant rue,
Deus cités i ont arses et la tierce fondue,
Prenent vin et forment et ferine molue
Et pain et char salee veulent ou cuite ou crue,
Or et argent et dras et monoie batue.
Riens qu'il veullent avoir ne lor est detenue
Et par la ou il vont la terre est confondue.
Dayres ot la novele; qant il l'a entendue,
Fremist et devint noirs, tous li sans li remue,
De maltalent et d'ire la parole a perdue,    [140]
Que il ne pot parler ne c'une beste mue,
Ains arst d'ire et esprent, tous li cors li tressue.
Et qant l'ardour li fu un poi escoureüe,
Si manda Alixandre que folement l'argüe,
Car se tant l'ose atendre que sa gent soit venue,
Savoir puet de verté sans faille et sans treslue
Que rois Dayres li mande que de riens nel salue.
S'il ançois ne s'en fuit ou il ne se remue,
Bataille puet avoir, ainc tel ne fu veüe;
Del duel esragera se la desconvenue    [150]
Que fait li a el champ ne li est chier vendue.

[3.7]Dayres tramet ses mes au fort roi Alixandre
Et cil i sont alé, ne l'oserent offendre,
Et sont venu au roi par main a un devenre.
Noncent li la bataille, se Dayron ose atendre,
D'iluec en onze jors, lors penst de soi deffendre;
Car Dayres a juré, se il le pooit prendre,
Q'il li feroit le col a une hart estendre
Et a unes grans forches par mi la goule pendre,
Et menace ses homes que chier lor cuide vendre    [160]
Sa terre qu'il li gastent et tel merite rendre
Que n'estordra de l'ost li graindres ne li mendre.

[3.8]Par briés et par messages qant Dayres ot apris
Q'Alixandres s'estoit de la guerre entremis,
Par toute sa contree envoia ses corlis
Et mande a tous ses homes que bien soit chascuns fis
Qui ne venra a lui desi qu'a quinze dis
Que il perdra les menbres, ne l'en seroit plaidis
Li ors ne li argens que ot Semiramis.
Et qant ot assemblé les gens devers Tigris,   [170]
Si ot trente tans d'omes q'Alixandres n'ot Gris;
Mais por ce fu vaincus et ses regnes conquis
Qu'es fieus de ses garçons estoit ses consaus mis
Q'avoit fait de sa terre seneschaus et baillis,
Donees gentieus femes et es honors asis.
Cil li ont tous ses homes afolés et malmis,
Les vilains confondus et les borgois aquis,
Les povres chevaliers ciaus ont tenus si vis
Q'assés sont plus dolent que se il fuissent pris,
Et hontes et contraires ont tant fait as gentis    [180]
Q'il n'a home en sa terre qui ne li soit eschis.
Qant vint au grant besoing sor l'eaue de Gangis,
Si dist li uns a l'autre: "Ja n'ait il Paradis
Qui por malvais segnor se laist navrer el vis
Ne qui'n avra colee desor son escu bis;
Combatent soi li serf que il a enrichis,
Qui nos avoirs nos tolent et font clamer chaitis;
Ja cil n'avra la terre qui nos en face pis."
Lors s¹en torna chascuns tout droit en son païs.
Dayres remest el champ com home sans amis,    [190]
Vit en aler ses homes, qui s'en tornent fuitis.
Puis a dit a ses sers: "Cest mal m'avés vos quis.
N'a baron en ma terre ne soit mes enemis,
Tant lor avés fait mal et desor aus conquis;
Assés le m'ont mostré, ainc droit ne lor en fis.
Or m'en poise forment, mais tart sui repentis,
De vos me vengerai s'en puis estordre vis."
Por ce l'ont en la fin li serf meïsme ocis.

[3.9]Des que Dayres sot bien que c'estoit verités
Q'Alixandres s'estoit de la guerre mellés   [200]
Et la noise et li cris en est par tout levés,
Porron manda en Ynde par ses briés seelés
Q'Alixandres ses hom est vers lui revelés.
Or viegne lui aidier a mil de ses privés,
Ja n'en i venra nus qui ne soit bien loués;
Il avra a son oés, s'en iert asseürés,
Quatre cens mile mars de fin or esmerés;
Les armes Alixandre, qui est outrecuidés,
Li donra il ançois que cist mois soit passés,
Et Bucifal meïsme, qui tant par est löés.  [210]
Honis est li cuivers qant a lui est mellés,
Nel garra bors ne vile ne chastiaus ne cités
Que il nel sieue tant qu'il iert desiretés.
Li mes li dist a bouche qui les briés ot portés
Que se il i aloit ce seroit foletés,
Car tant est Alixandres orgellous et desvés
Que tantost comme il iert de Daire dessevrés
Sempres venra sor lui, ja n'en iert trestornés.
Porrus ot la novele s'en fu si effreés
Qu'il n'alast en l'aïde ou il estoit mandés,  [220]
Qui li donast tout l'or de quarante cités.
En la fin de sa terre a ses homes mandés,
Q'il ne soit par les Grieus sorpris ne afolés
Tous jors est de bataille garnis et conreés.
Au messagier respont: "Arriere tost alés
Et dites au roi Dayre que molt sui encombrés,
A garder ai ma terre si ai a faire assés,
Ne feroie por lui deus deniers moneés."

[3.10]Qant Dayres li Persans, qui si se desmentot,
Oï du roi Porron que venir n'i osot,    [230]
De par toutes ses terres tous ses barons mandot;
Mais il iert tant haïs que poi en i alot,
Por ses felons sergans que sor aus enposot;
Ainc n'i vint se cil non qui remanoir n'osot.
Et qant il ot mandé qanque assambler pot,
Por qant si ot tant gent de ciaus qu'il assamblot
Que trente tans ot d'omes q'Alixandres nen ot;
Vait encontre Alixandre com plus tost onques pot.
Et qant vint au besoing, l'uns l'autre regardot,
Et dïent tuit ensamble: "Musart somes et sot  [240]
Qui ci somes o Dayre, qui nos desheritot
Et tant nos tenoit vieus et si nos abaissot
Que ses malvais sergans deseur nos alevot;
Et qant uns de ses sers a nous se coureçot,
Pres ne nos batoit bien, vilment nos laidengot.
Cil qui estoit honis et Dayre le mostrot,
Il l'ooit volentiers et molt bien l'escoutot,
Mais ja nus n'eüst droit qui des sers se clamot."
Chascuns baisse sa lance, en son païs tornot.
Dayres voit qu'il s'en vont, a poi qu'il ne desvot,   [250]
Et a dit a ses sers: "Garçon, vos m'avés mort;
Mi home me guerpissent, tant lor avés fait tort."
Uns saudoiers li dist, qui o lui s'en alot,
Que de pres s'esleece qui de loins se gardot;
N'avoit pas a droit terre ne pas bien nes amot
Qui seur ses gentieus homes ses cuivers alevot;
Ja ne verrés nul home qui en la fin s'en lot.
Pire est orguel de serf que venin de crapot.
Dayres jure son chief et ses dieus q'aourot
Que d'aus se vengera se il vis en estort.    [260]
Ce que Dayres a dit Liabatanas l'ot
Et Besas ses compains, qui les lui chevalchot.
Ambedui li glouton, qui ierent d'un complot,
En fuiant l'ont ocis por ce ques menaçot.

[3.11]Qant Dayres vit ice qu'il iert a mort navrés,
Alixandre manda par deus de ses privés
Q'il le viegne veoir ains qu'il soit devïés.
Li rois fist que cortois, poignant i est alés.
"Sire, ce li dist Dayres, cinc cens mercis et gres,
Qant vos plaist ça venir et pitié en avés; [270]
A morir devant vos m'est grans confors assés.
Une fille ai molt bele, se prendre la volés
Ma terre et mes avoirs vos iert abandonés
Si vos en servira trestous mes parentés
Et si serés du mont tous li mieus marïés;
Avant ier la preïstes el champ ou fui navrés.
Et se cest mariage a vostre oés ne volés,
Je vos proi par franchise que mari li donés,
Que selonc son parage soit ses cors honorés.
Ne creés vos cuivers ne ne vos i fïés; [280]
Se clamor vos en vient, du droit nes deportés,
Car molt vos en harroit du ciel la maiestés.
Li mien que je avoie essauciés et levés
A dolor me font vivre, si com veoir pöés.
Cil qui d'aus se clamoit estoit bien escoutés,
Mais ja droit n'en eüst cil qui s'en fust clamés.
Li maus et li damages en est sor moi tornés;
En traïson m'ont mort, Dieus lor en rende gres!
Si feront vous li vostre, se vous ne vos gardés."

[3.12]"Sire, ce li dist Dayres, ne vos en quier mentir,    [290]
Si sui a mort navrés noiens est du garir.
Grans mercis vos en rent qant ça vos plot venir,
Car il m'est grans confors devant vos a morir.
Une fille ai molt bele qui molt fait a chierir,
Nus hom ne puet plus gente en tout le mont choisir;
A moillier la prenés s'il vos vient a plaisir.
O ma feme porrés mon roiaume tenir;
Ne devés pas par force ne prendre ne tolir
Ce que pöés par droit et avoir et tenir.
Ne vos chaut vos cuivers essaucier ne chierir,   [300]
Ja de riens ne jorrés qu'il vos puissent tolir
Et tous jors vos vauront engegnier et traïr.
Li mien, qui me devoient honorer et servir,
A dolor me font vivre et ma vie fenir.
Qant il m'orent navré, si prinrent a fuïr;
Por la dolor des plaies que il m'estuet soufrir
N'en poi onques un seul connoistre ne choisir;
De si grant felonie nes laist ja Dieus joïr."
Por la mort quil destraint a geté un souspir;
L'arme s'en est alee, li cors prist a noircir.    [310]
Alixandres li rois le fist bien sevelir
Et hautement plorer et plaindre et costeïr.

[3.13]"Segnor, dist Alixandres, avenus m'est gens cols;
Cil qui Dayre ont ocis m'ont mis en grant repos
Et acreü m'onor et essaucié mon los.
S'il l'osoient gehir, jes metroie en repos,
Que ja des parens Dayre n'i aroit un tant os,
Se riens lor forfaisoit, nel tormentasse a clos.
Es bras avront ornicles et torques en lor cols;
Ges leverai plus haut, qui qu'en ait le cuer gros,  [320]
Qu'ome de ma compaigne, tant sache avoir grant los,
Et seront amirable as sages et as fols."

[3.14]Qant li serf ont oïla promesse le roi,
Devant lui sont venu, dïent lui en secroi:
"Sire, nos l'avons mort, sel t'afions par foi;
Bien volons que tu saches que fait l'avons por toi."
"Segnor, dist Alixandres, or entendés un poi.
Qant vostre segnor lige avés ocis por moi,
Selonc vostre servise le guerredon vos doi.
De riens que pramis aie nen enfraindrai ma loi   [330]
Et torques et ornicles avrés, si com je croi,
De vos lever en haut ferai prendre conroi."

[3.15]Li rois en apela Tholomer et Cliçon,
O ces deus sont venu li autre compaignon.
"Segnor, dist Alixandres, entendés ma raison.
Ambesdeus ces cuivers me metés en prison,
Dayre, lor segnor lige, ont mort en traïson.
Por ce que fait l'avoient en murdre et en larron,
Le voloient celer li traïtor felon.
Qant je por le gehir lor pramis guerredon   [340]
Et torques et ornicles avroient a bandon
Ses leveroie en haut, qui pesast ne qui non,
Et seroient plus haut que trestuit mi baron,
Por ce qu'en ma parole n'ait point de mesproison
Les bras en lieu d'ornicles de cordes lïerom,
El col en lieu de torques de hars les pouserom,
Por plus lever en haut as forches les pendron."

[3.16]La ou Dayres fu mors, tres dedevant les portes,
Les fist li rois mener a deus de ses coortes.
Les bras en lieu d'ornicles leur fist lïer de cordes,  [350]
Es cols leur fist lacier les hars en lieu de torques,
Desi q'en son les forches les fist traire a reortes.
Sor l'eaue de Gangis, dont les rives sont tortes,
Fist les chars sevelir des gloutons qui sont mortes.

[3.17]Qant li rois ot ensi destruis les traïtors
Et tormenté as forches et fait tels deshonors,
De toutes les contrees a mandé les contors,
Les princes, les demaines et tous les vavasors.
"Segnor, dist Alixandres, car me rendés vos tors,
Les chastiaus et les viles, les cités et les bors, [360]
Et je vos en croistrai trestoutes vos honors."
Cil le font volentiers, qui orent grans paors;
Li rois commande a estre ciaus que li plaist segnors.

[3.18]Qant or furent destruit ambedoi li glouton
Et selonc lor merite orent le guerredon,
Alixandres ot Perse en sa subjection,
Ses prevos i a mis itels com li fu bon.
Puis s'en torne li rois, et il et si baron,
En uns desers entra ou ot molt grant arson;
Il n'i avoit point d'erbe ne de bos un buisson,    [370]
La terre iert toute seche et agu li perron.
La souffrirent li Grieu grant persecucion,
Car n'i avoit de gent nule habitacion,
Ains i conversent tygre et lupart et lion,
Li cerastre cornu et li escorpion
Et vautoir et califfre et enpené grifon
Et bestes et oisiaus de diverse façon.
Outre s'en vait li rois et sa gent a bandon;
Qant fu fors des desers, si a mandé Cliçon
Et cil i vint poignant, o lui si compaignon.    [380]
"Baron, dist Alixandres, entendés ma raison.
Mainte terre ai conquise et mainte region,
Romain firent par force vers moi acordoison,
Puis mis Puille et Calabre en ma subjection
Et conquis toute Aufrique a coite d'esperon,
Hermins et Sulïens, ou vausissent ou non;
Maint prince et maint chastaine ai tenu en prison,
Assés i ot de cels dont nus n'ot raençon."

[3.19]"Segnor, dist Alixandres, je ai molt conquesté:
Cil de Jherusalem firent ma volenté,   [390]
Ciaus de Tyr destruis je por lor grant crualté,
Maint chastel ai conquis et mainte fremeté,
Dayre le roi de Perse ai je a ce mené
Que si home meïsme l'ont mort et affiné.
Or vous veul aconter que jou ai en pensé:
Assés ai par la terre et venu et alé,
De ciaus de la mer voil savoir la verité,
Ja mais ne finerai si l'avrai esprové."
Si home li ont dit: "Tu as le sens desvé,
Ce que nus penser n'ose ce as tu devisé.  [400]
S'il nos meschiet de toi, tout somes afolé,
Ja ne revenrons mais la ou nos fumes né."
"Por noient, dist li rois, en avés tant parlé,
Car por tout l'or du mont ne seroit trestorné."
Qant il virent le roi issi entalenté,
Tout ce que bon li fu li ont acreanté.

[3.20]Tout ont acreanté si com il plot au roi.
Molt bons ouvriers de voirre avoit aveques soi,
Qui savoient ouvrer le voirre a itel loi
Que il ne pooit fendre ains le metent en ploi.    [410]
Li rois les a mandés et si lor dist por coi:
"Segnor maistre, fait il, or entendés a moi.
Faites moi un vaissel de voirre, je vos proi,
Si grant que largement i puissent entrer troi.
Se vos bien le me faites, grant loier vos en doi
Et jel vos donrai bon par les ieus dont vos voi."
Et dist li uns des maistres: "Sire, tres bien vos oi.
Se vos bien me trovés ce q'estuet au conroi,
Tel vaissel vos ferai qui bons sera, ce croi,
Bien i porront doi home ensamble entrer ou troi.  [420]
Se ensi nel vos fais, ma teste vos otroi."

[3.21]Li ouvrier li ont fait un molt riche vaissel,
Tous iert de voirre blanc, ainc hom ne vit si bel.
De meïsme font lampes environ le tounel,
Qui la dedens ardoient a joie et a revel,
Que ja n'avra en mer tant petit poissoncel
Que li rois bien ne voie, ne agait ne cembel.
Qant il fu entrés ens et li dui damoisel,
Autresi fu seürs comme en tor de chastel.
Li notonier l'en portent en mer en un batel,    [430]
Que il ne puist hurter a roche n'a quarrel.
Ens el pommel desus ot fondu un anel,
Iluec tient la chaene, dont fort sont li clavel.

[3.22]Li touniaus fu en l'eaue en un batel portés
Et fu de toutes pars a plonc bien seelés.
Alixandres li rois i fu soi tiers entrés
Et fu des notoniers en haute mer menés,
Et commande a ses homes que il soit devalés.
Et qant li touniaus fu la dedens avalés,
Des lampes qui ardoient fu molt grans la clartés.  [440]
Assés fu li touniaus des poissons esgardés,
Ains n'i ot si hardi n'en fust espoëntés
Por la grant resplendor dont n'iert acostumés.
Alixandres li rois les a bien avisés [153]
Et vit les grans poissons vers les petis mellés;
Qant li petis est pris sempres est devourés.
Qant ce vit Alixandres, adont s'est porpensés
Que tous cis siecles est et peris et dampnés.

[3.23]Alixandres li rois ne fu mie esbahis,
Bien a tous les poissons esgardés et choisis,   [450]
Mais onques n'i ot un qui ains fust si hardis
Vers le tounel de voirre n'alast molt a envis.
Il vit les plus petis des gregnors envaïs;
Qant il un en prenoient, lors estoit trangloutis,
Et qant pooit tant faire qu'il s'en iert departis,
Adonques li estoit autres agais bastis
Tant que pris iert par force et par engien traïs.
Qant ce vit Alixandres, molt s'en est esjoïs,
A ciaus qui o lui ierent en vint tous esbaudis
Et dist: "Se la sus iere a ma gent revertis,   [460]
Ja mais n'iere de guerre engigniés ne aflis.
Je voi ces mons, ces vaus, ces plains et ces laris,
De grans poissons de mer bien estruis et garnis:
Qui bien se puet deffendre des autres est garis."

[3.24]Alixandres li rois o les deus chevaliers
Est el fons de la mer, dont clers est li graviers,
Ens el vaissel de voirre qui bons est et entiers.
Ardent les lampes cler, car ce lor est mestiers;
Onques poisson n'i ot, tant fust ne gros ne fiers,
Qui osast aproismier, car n'en iert coustumiers.   [470]
Alixandres resgarde les grans et les pleniers
Qui les petis trangloutent, itels est lor mestiers;
Autresi comme el siecle est chascuns justiciers,
Autresi vit il la lor prevos, lor voiers;
Sor les petis tornoit tous jors li encombriers.
Qant ce vit Alixandres, si s'en rist volentiers
Et dist as damoisiaus: "Por un mui de deniers
Ne por toute la terre tresq'as puis de Riviers
Ne vausisse je mie que cis miens desirriers
Fust targiés ne remés por besans dis sestiers." [480]

[3.25]Li rois est en la mer lai ens el plus parfont,
Les poissons vit aler et a val et a mont;
Por les lampes qui ardent issi grant paor ont
N'i osent aprochier, mais arriere s'en vont.
Li grant, li plus hardi, cil sont el premier front;
Qant prenent le petit, sempres tranglouti l'ont,
Et se il lor eschape, tantost agait li font.
Li plus fors prent le feble si l'ocist et confont;
Qant li petit eschapent a val la mer s'en vont.
Tout ce vit Alixandres, qui le poil avoit blont,   [490]
Puis a faite l'ensaigne a ciaus qui lassus sont
Q'il lievent la chaene sel traient contre mont.
Cil l'en traient bien tost, car assés orent dont;
Enpensé sont du roi, se vif le troveront,
Par son non l'apelerent, et il lai ens respont
Q'il n'est mie noiés, ja mar en douteront.
Cil orent molt grant joie de ce que oïl'ont,
Puis ont le vaissel trait el batel sel deffont;
Alixandres meïsmes a ses mains le derront.

[3.26]  Alixandres li rois est du tounel issus,    [500]
De ce qu'il fu en mer n'est il pas irascus,
Molt est liés des poissons que il a si veüs.
Qant il vint a la rive, molt fu bien receüs;
Si baron li ont dit: "Bien soiés vos venus."
Et il lor respondi encontre cent salus.
"Segnor baron, fait il, bien me sui perceüs
Que tous cis siecles est et dampnés et perdus;
Covoitise nos a tous sorpris et vaincus,
Certes par avarisse est li mons confondus.
Je vi as grans poissons devorer les menus,   [510]
Ainsi as povres homes est li avoirs tolus."
"Sire, dist Tholomés, sauve soit ta vertus;
S'ore fuissiés noiés, grans maus nos fust venus,
Car plus est vostres cors et doutés et cremus
Que nous ne somes tuit, tant estes conneüs."
"Tholomé, dist li rois, grans estors ai veüs.
Par la foi que vos doi, qui molt estes mes drus,
Ja mais ne finerai si serai combatus
A Porron le roi d'Ynde qui ja s'est aparus
Ens el chief de sa terre a tout cent mil escus."  [520]

[3.27]"Sire, dist Tholomés, ne lairai ne vos die:
Ne sai noient de roi qui n'a soing de sa vie,
Vos ne chaut de la vostre quel eure soit fenie.
Qant vous en mer entrastes, ce fu grans desverie;
Se vous fuissiés noiés, vostre gent fust perie."
"Tholomé, dist li rois, se Dieus me beneïe,
Ce sachiés por tout l'or qui est tresq'a Pavie
Remés ne vausisse estre, ne vos celerai mie,
Car molt i ai apris sens de chevalerie,
Comment guerre doit estre en bataille establie   [530]
Aucune fois par force et autre par voisdie,
Car force vaut molt peu s'engiens ne li aïe.
Ne sai noient de roi puis qu'il fait couardie,
Mais soit larges et preus et ait chiere hardie.
Tholomé, ce covient, la letre le vos crie,
Ja parole de roi ne doit estre faillie.
Sachiés que mainte terre est sovent apovrie
Par malvais avoué qu'en a la segnorie.
De Porron le roi d'Ynde ai tel novele oïe
Q'ens el chief de sa terre a sa gent establie;   [540]
Le matin i movrai o ma grant compaignie."

[3.28]"Sire, ce dist Dans Clins, molt fait a mervellier
Qant en l'eaue de mer vos alastes plongier.
S'il vos mesavenist de vostre cors noier,
Trestuit fuissomes mort, n'i eüst recovrier,
Car il n'i a chemin ne voie ne sentier
Par ou en nos païs peüssons repairier,
Car maintes gens nos heent des testes a trenchier."
"Dans Clins, ce dist li rois, bien fait a otroier,
Mais li rois est molt fols et peu fait a proisier  [550]
Qui toutes ses besoignes fera par conseillier-
Puis qu'il a tant de sens, qu'il se sache targier-
Et a autrui s'atent; bien le puis afichier
Que il n'est mie rois ne ne vaut un denier,
Ains est espoëntaus q'on seut en champ drecier
Qant li vilains en veut les oisiaus manecier,
Il ne set ne ne puet ne traire ne lancier.
Baron, de ma proëce n'avrés ja reprovier,
Ne sui pas li vilains qui la veut envoier
Et la hue son chien ou il n'ose aprochier.   [560]
Laissons ester a tant, donés moi a mengier
Et aprés si m'irai reposer et couchier;
Par matin leverai, car je veul ostoier.
De Porron le roi d'Ynde m'ont dit mi messagier
En la fin de sa terre est venus des l'autr'ier,
Et sont ensamble o lui troi cens mil chevalier
Qui bien se sevent d'armes et en estor aidier;
Mais por ce ne vos chaut de riens a esmaier,
Ne sevent point de guerre, car n'en sont costumier.
S'or estoient ensamble de sa gent dis millier   [570]
Et seulement i fuissent de Grigois mil archier,
Si lor feroient il molt tost le champ vuidier.
S'iere sor Bucifal armés sor mon destrier
Et Tholomé eüsse, cest mien confanonier,
Les douze pers veïsse lor batailles rengier,
Toute la terre Dieu vauroie chalengier.
Je n'ai soing de fuïr mais tous tans de chacier."

[3.29]"Baron, dist Alixandres, on m'a dit a veüe
Que Porrus a mandé molt grant gent en s'aiue;
N'a gaires chevaliers, mais molt a gent menue.   [580]
Malvaisement armee a sa mort est venue,
Tels dis mil en i a, n'est nes de dras vestue,
Ne porte tous li mieudres ne mais c'une maçue,
Ne sevent de bataille, mieus sevent de charue.
En la fin de sa terre est de ça vers l'issue,
Dïent que as Grigois sera bien deffendue.
Se je puis esploitier, ele li iert tolue;
Ja par tel gent nen iert bataille bien ferue."
A tant laissent ester, Alixandres mengüe.
L'endemain par matin la grans ost s'est meüe   [590]
Et passe une montaigne qui d'erbe iert toute nue.
Aprés s'en sont alé les une roche agüe;
La terre fu molt seche et li chaus les argüe.
Icel jor fu molt l'ost lassee et confondue;
Se longes lor durast, toute fust recreüe.

[3.30]Ce fu el mois de may qu'il se sont combatu,
Que li rois Alixandres ot Dayre en champ vaincu
Et ot en son demaine le regne retenu,
Les prevos ordenés, tels com ses plaisirs fu,
Qui par tout Orïent li cuellent le treü.   [600]
Set jors ont sejorné, a l'uisme sont meü,
Si com issoit jugnés en Ynde sont venu.
Porrus en estoit rois, uns hom de grant vertu,
Et ot o soi mandés tous ciaus de Galeru;
Tresques en Ethyope n'a home remasu,
Garimantés i vindrent, qui por le chaut sont nu.
Grans quatorze lieuees en sont li champ vestu;
Ja ne remandra mais que il n'i ait feru.

[3.31]Porrus ot une fille qu'il avoit molt amee;
Por ce l'avoit plus chiere et mieus l'avoit gardee   [610]
Que sa mere en fu morte le jor qu'ele fu nee.
Vit la gent de sa terre por sa guerre effr[e]ee,
Ne set qui la commant, crient ne li soit emblee,
Car s'il perdoit s'onor et ele i fust trovee,
Des que li Grieu l'avroient vilment seroit menee,
Ja mais segnor n'avroit tant seroit avilee.
Candace la roïne, qui estoit sa privee,
Mande que viegne a lui par chartre seelee,
Et ele i est venue garnie et conreee
O cinc cens chevaliers des mieus de sa contree.    [620]
Porrus prent la meschine por qui l'avoit mandee,
O mervelleus avoir si la li a livree.
A son fil le menor, ou il l'a marïee,
La roïne s'en va, ses fieus l'a esposee.
Porrus part de sa fille par itel destinee
C'onques puis ne la vit que ele en fu menee.
La crieme de sa fille puis qu'il l'a trespassee,
En la fin de sa terre a sa gent ordenee.
Li Grieu sont aprochié, la guerre est afilee,
Ja mais sans grant damage ne la verra finee.    [630]

[3.32]Molt par fu grans la gent que Porrus ajostot,
Onques rois d'Oriant gregnor avoir ne pot,
A grant effors i vint cil qui onques l'amot.
Entre les dessemons et ciaus que il mandot,
Trente mil et quarante, ce m'est vis, en i ot,
Si ot trente milliers de ciaus de Mont Escot.
En un mirable curre chascuns de ciaus estot,
Grans faus ont atachiees environ au charrot.
Qant se movoit la beste qui le curre menot,
Qant qu'encontroit la faus avant li detrenchot,    [640]
Qant pot consivre l'ome maintenant l'afolot.
Chascuns de ciaus dedens arbaleste portot,
Dieu avoit a garant qui de ciaus eschapot.

[3.33]De ciaus qui a pié sont n'est nus qui nombre en die.
Des chevaliers de Parte et de ciaus de Sulie,
Qui la ierent venu faire chevalerie,
Cent mil en ot o soi Porrus de tel baillie
Que il n'i a celui qui n'ait targe flourie
Et bon cheval courant et broigne a or sartie.
Alixandres les voit, tout ce tient a folie    [650]
Et a dit a ses homes: "Ne vous esmaiés mie;
Cele gent que veés n'est pas amanevie,
Ja ne se tenra point se bien est envaïe.
De l'or et de l'argent qui par ces vaus formie
Sera riche clamés tos les jors de sa vie
Qui bien les conquerra a l'espee forbie.
Le matin i movrons, qant l'aube iert esclarcie."
Qant l'ot Emenidus, ne puet müer ne rie.

[3.34]A l'aube aparissant d'ambes pars sont monté
Et furent de bataille garni et conreé.    [660]
Quarante et deus eschieles a li rois ordené:
Toute la premeraine commanda Aristé,
La seconde Filote, la tierce Tholomé,
A chascune des autres a bon conduit livré.
Dant Cliçon et Filote a li rois commandé
Que qant Porrus iert hors a trestout son barné
Que cil a pié se metent entr'aus et la cité;
Devant la geude soient mil chevalier armé,
Que n'en tornent arriere Persant ne Filisté.
Molt par fu grans la presse la ou il sont josté,  [670]
Malmis i sont li ort et li vergié quassé,
Les vignes derompues et craventé li blé.
La peüssiés veoir tant escu estroué,
Tant hauberc derompu et tant elme quassé
Et tant pié et tant poing a la terre caupé;
En lor sanc se devautrent li chevalier navré.
Garimantés s'esmaient, car trop furent grevé;
Por ce que il sont nu, fuiant s'en sont torné.

[3.35]La bataille fu grans et la gens fu grifaigne,
Des vignes et des bles ont perdu la gaaigne.    [680]
Garimantés s'en fuient droit a une montaigne,
Cil de Parte autre part, n'i a nul qui remaigne;
Li maines rois les sieut o sa ruiste compaigne.
La veïssiés trenchier tant pis et tant entraigne,
Et tant chevalier mort gesir par la champaigne,
De sanc et de cervele fu coverte la plaigne.
Porrus vit le damage et le mal qui engraigne,
Ne fuïr ne s'en veut ne ne set com remaigne;
Sa cité a perdue sans nule recovraigne,
Li Grieu qui sont devant li souflent la chastaigne.   [690]
Maudist le roi de Gresce, qui sa gent li mehaigne,
A piece n'iert mais jors que de lui ne se plaigne.

[3.36]Emenidus fu preus et fu nes de Valterne,
N'ot millor chevalier trusqu'en fine posterne.
Il sist el cheval noir que on claime Pïerne,
Sel tramist Alixandre uns princes de Salerne.
O l'eschiele des Grieus qu'il conduist et governe
El cuer de la bataille encontra Oliferne,
Rois iert de la montaigne entre bise et galerne.
Emenidus le fiert, que de riens ne l'espergne;    [700]
Ne li vaut li escus le fons d'une lanterne,
Tout son hauberc li ront qui fu fais a Lïerne,
Par mi le cors li mist l'ensegne de Palerne,
Si que mort le trebuche les une viés cisterne.
L'ame en portent maufé en la fosse d'enferne.

[3.37]Sichem de Valebron vit Oliferne mort,
Il broche le destrier, le gonfanon destort.
Sor l'escu de quartier va ferir Licanort,
Si que l'anste peçoie, qui fu de sacremort.
Filotes, qui traverse, le ra feru si fort    [710]
Que jambes enversees l'abati en un ort;
Li chevaus fu braidis, arriere se resort.
Porrus vint a l'escousse si li fist tel confort
Ne laisse por les Grieus que triés soi ne l'en port,
Et fu ensamble o lui Abïus de Gomort.

[3.38]Assael sist armés desor un cheval rous,
N'encontre chevalier qu'il ne face angoissous;
Porrus le vait ferir, qant Sichem ot rescous,
Enpaint le de vertu, des estriers le fait blous.
D'un margas ou il chiet est ses elmes terous.    [720]
De meïsme la la pointe fiert Joab l'orgellous
Et Joab refiert lui, qui molt fu aïrous,
Que d'ambesdeus les hanstes volent a mont li trous
Et jambes renversees s'abatent en l'erbous.
Li chevals Joab fu felons et estorçous,
Ses resnes traïnant s'en fuit tot un perrous.
Cil resaillent en piés irié et vergoignous,
O les brans acerins se fierent coureçous.
Sempres vient apoignant el destrier ravinous
Abïus de Gomort, ques depart ambesdous,    [730]
Porron rent son cheval, qui'n estoit besoignous.
Andui s'en s'ont torné et Joab remest sous.

[3.39]Moab, uns rois d'Aufrique, sist sor une gazele
Qui plus cort de ravine que ne vole arondele.
Vait ferir Tholomé, qui les autres chadele,
Enpaint le par vertu, que tout le desasele.
Dans Clins point cele part le destrier de Castele
Et vait ferir Moab en l'escu de roële,
Que sous la boucle a or li fraint et eschantele
Et la broigne li trenche, le pis et la forcele,    [740]
Q'as doulles de l'espié le cuer li esquartele;
Devant sor son arçon li chaïla boële.
Dans Clins enpaint Moab sel lieve de la sele;
Cil chaïmors a dens desor l'erbe novele.

[3.40]Moab ot un neveu de novel adoubé,
Onques en nule terre ne vi plus bel armé.
Aminadap l'apelent Persant et Filisté
Et fu dus de Caspois, d'une grant richeté,
Une terre garnie de trestout le bien Dé.
Qant il vit mort son oncle, Moab le fil Taré,   [750]
Ne fu mie mervelle s'il ot le cuer iré.
Sist sor un cheval blanc qui fu destre comé,
Qui plus cort de ravine qant on l'a esfreé
Que faus ne sieut aloe qant il a geüné.
Ses lorains et ses armes valent une cité:
La sele fu d'ivoire, li frains d'or esmeré,
Ses haubers fu legiers si ot molt grant bonté,
Ne crient caup de saiete ne de dart enpené;
Li hiaumes de son chief getoit molt grant clarté,
En son ot un topace a esmaus neelé;    [760]
Li escus de son col estoit d'or envausé,
L'anste de son espié fu d'un fraisne plané,
En son ot un penon d'un vert paile röé.
Il point entre deus rens le blanchet afilé,
A haute vois escrie Dant Clin et Tholomé
Si lor demande joste, car molt l'a desirré.
Qant Tholomés l'entent, si l'en a regardé,
Le chief de l'auferrant a vers lui trestorné,
Et li dus point a lui, ne l'a pas redouté;
As fers de lor espiés se sont entr'encontré,  [770]
Toutes plaines lor lances se sont entreversé.
Porrus point au rescourre si a son duc monté,
Et Tholomés saut sus quant se sent aterré;
Ains que Porrus tornast li a tel caup doné
Que por un seul petit qu'il ne l'a affolé,
Sor le col del destrier l'a trestout acliné.
Alixandres le voit si l'a forment löé,
Par la resne li maine le destrier abrievé,
Et Tholomés i monte par son estrier doré.

[3.41]Ne sai que vous alasse toute jor acontant:    [780]
O eus joint Alixandres a l'aube aparissant,
Ains fu pres mïedis que onques fu issant.
Sardeus, uns rois de Parte, sor un cheval corant
Aloit par la bataille s'ensengne desploiant,
Mascedonois et Grieus va forment menaçant,
Alixandre demande, por joindre vait querant,
Ebarion a mort et Seruc et Erlant.
Qant Alixandres l'ot, tous taint de maltalant,
Il broche Bucifal et met l'escu avant,
De l'espee qu'il tint li dona un caup grant,    [790]
La ou plus haut le vit, desor l'elme luisant;
Par l'escu de son col ne pot avoir garant,
Li haubers c'ot vestu ne li valut un gant,
Desi que es arçons le vait tout porfendant;
Il a estors son caup, mort l'abat a itant.
Qant l'ot mort abatu du destrier auferrant,
Li rois crie s'ensegne, sa gent vait raliant.
O vint mil de ses homes s'en vait Porrus fuiant
Tout droit as desers d'Ynde, qui sont vers Oriant.
Eschec i ot tel pris nus hom ne vit si grant,    [800]
Car retenu i furent quatre cens olifant
Qui portoient les tours ou li archier erant.

[3.42]Sados vint d'outre Egypte, rois fu de Salemandre.
Ne torne cele part des Grieus ne face escandre
Por Sardeus, qu'il vit mort gesir sor la lavandre.
Sor son hauberc derrier vait ferir Alixandre,
L'anste vola en pieces, qui fu de Coroandre.
Emenidus fiert lui, qui sist el cheval d'Andre,
Si que l'elme li trenche, qui fu au roi Evandre;
Le sanc et la cervele li fist a terre espandre.    [810]

[3.43]Sidras de Babiloine desor son auferrant
Vet forment Alixandre et les Grieus menaçant,
A Tholomé veut joindre si vait esperonant,
Por venir a l'encontre broche tout un pendant.
Dans Clins, li fieus Caduit, le fiert en trespassant,
Si que le hiaume trenche et la cervele espant,
Et cil chiet jus a terre si fu mors en itant.
Puis saisist par la resne le bon cheval courant
Si l'a rendu Joab, qui mestier en ot grant;
Sous son elme s'en vait a Tholomé riant.    [820]
Porrus voit sa compaigne qui vait affebloiant
Et les Grieus qui s'afichent et les vont ociant
Et la male aventure qui sor eus vait chaant.
De torner a la vile ne font nesun semblant,
La chastaigne li souflent li Grieu qui sont devant;
A vint mil de ses homes s'en va Porrus fuiant
Tout droit as desers d'Ynde, qui sont vers Oriant.

[3.44]Astaros de Nubie voit que Porrus s'en vait,
De torner a la vile nesun semblant ne fait.
Il escrie s'ensaigne, a une part se trait,    [830]
Onques de tous ses homes ne pot avoir que set.
A un baron de Gresse vait doner tel gamait
Que l'escu de son col li a percié et frait,
Tres en mi la poitrine le gonfanon li lait;
Si com il s'en passe outre, cil trebuche el garait.
Il n'a nul compaignon qui autretel n'ait fait.
Tholomés l'esgarda de la ou il estait,
Or se tient a honi s'ainsi aler l'en lait.

[3.45]Astaros de Nubie ne fine ne ne cesse,
Quatorze chevaliers lor a mors en la presse,    [840]
De ses set compaignons un trestout seul n'i lesse.
Tholomés vait encontre, vers Astarot s'eslesse,
Tel cop li done en l'elme que tout li fent et plesse,
Sor l'arçon premerain por le grant cop s'abaisse.
Por Tholomé ferir chascuns des set s'eslesse,
O les brans acerins li donent tel confesse
Sempres fust afolés ne fust Dans Clins d'Aresse.

[3.46]Dans Clins vit Tholomé qui iert en tel trepoi,
Ne que deus compaignons n'avoit ensamble o soi.
Pour Tholomé rescorre poignent tout a desroi   [850]
Et vont joindre a ces set et si ne sont que troi.
O les brans acerins les metent en effroi;
Si lor ont abatu l'orguel et le boufoi
N'i a nul qui de vivre sache prendre conroi;
Li cheval vont courant par mi le sablonoi.

[3.47]Astaros voit ses homes gesir par le sablon
Et sait que ja par aus n'avra rescoussion.
Il fu forment navrés el pis sous le menton
Et du senestre bras ot trenchié un braon.
Ce n'est mie mervelle se il quiert garison,    [860]
Nel puet mais endurer, fuit s'ent a esperon.
Li destriers de Nubie l'en porte de randon
Et Tholomés l'enchauce, il et si compaignon.
Plus tost s'en vait poingnant devant par un gason
C'uns fors arbalestriers ne traisist un bougon.
Tholomés dist as siens: "Car nos en retornom;
Trop nos est eslongiés, ja mais nel baillerom."
Qant il furent arriere tout le petit troton,
Si fu li chans vaincus et livrés a bandon
Q'ainc puis n'i ot feru d'arme ne de baston.    [870]

[3.48]Qant vit li maines rois que li chans fu vaincus,-
Tout droit as desers d'Inde s'en vait fuiant Porrus,
O vint mil de ses homes s'en vait escombatus,
Molt par chevalche tost, ja mais n'iert conseüs,-
Li rois retorne arriere, ens el champ est venus
Et a saisi l'avoir, ains tels ne fu veüs,
Et muls et olifans que Porrus ot perdus.
Li bons rois Alixandres d'iluec s'est esmeüs,
La cité prent par force s'est el palais venus.
Les portes sont d'ivoire, onques n'i toucha fus,   [880]
Par toutes les parois est li fins ors batus.
Li rois en entra ens o quinze de ses drus,
Trusq'a trente pilers a de tel or veüs
Qui por bien afiner fu quatre fois fondus.
"Dieus! dist li maines rois, dont est cist ors venus
Et si tres grans avoirs ou fu aconseüs?
Par le mien ensïent, il est du ciel pleüs,
Car du fin or d'Arrabe qui çai ens est fondus
Porroit on massis faire cinquante mil escus.
Qui or en veut avoir por quoi se fait il mus?   [890]
Ja en donrai je tant as grans et as menus
Ja mais au mien espoir n'en iert uns confondus."
Qant l'entendent si home, dïent que sa vertus
Soit salve et essaucie de Dieu et de ses drus.

[3.49]Qant ot pris Alixandres le palais principal,
Por parler a ses homes s'arestut el portal.
Par un sien chevalier manda au seneschal
L'eschec de la bataille departe par ingal,
Celui qui vait a pié gart que il ait cheval
Et face livrison a chascun a l'ostal.    [900]
Lai ens s'en est entrés, devant soi Bucifal,
A un piler l'atache devant un dois royal.
Au chief de cele table trueve une chambre ital
Tous jors i sont tempré li baing emperial
Qui d'a mont par conduit descendent contre val
Et montent en la tour la desus par chanal.
Li basmes qui cort ens par conduit de cristal
Raplenist si le lieu d'odour esperital
Que onques Dieus ne fist icel home carnal
Qui tant fust engrotés d'enfermeté mortal,  [910]
S'il i peüst baignier un seul jor a jornal,
Q'il ne fust tous garis en meesme l'estal
Ne ja puis en tout l'an sentist dolor ne mal.
Li chaalit qu'i sont ne sont pas de metal,
Ains sont tuit de fin or a uevre natural.
Sor chascun pecoul ot fremé un tel esmal
Que plus cler reflamboient que ne font estaval.

[3.50]Au chief de cele chambre truevent un sousterin
Ques maine en une trelle qui fu faite a or fin.
D'Ethyope la firent orfevre barbarin    [920]
Si com lor ensegnierent quatre clerc sarrasin;
Toute l'uevre qu'i fu entaillierent Hermin,
D'ebenus sont les forches, li chevron cipressin.
Une vigne i ot mise par issi grant engin,
Les fuelles sont d'argent, ce truis el parchemin,
De jagonces les vis, de cristal li roisin;
Ce samble ques esgarde qu'il soient plain de vin,
De jaspes, d'esmeraudes i ot si grant traïn.

[3.51]Qant ot assés la trelle esgardee et joïe,
Vait entor le palais par une herbeuse vie,    [930]
Par le pan du mantel les lui Licanor guie,
Car veoir veut de l'uevre com ele est establie.
Ains Dieus ne fist cel arbre qui entailliés n'i sie
Ne maniere d'oisel n'i soit a or sartie,
Et ont or en lor ongles, en lor bes margerie.
Par un huis est entrés en la boutellerie,
De mil et set cens nes la trova si garnie,
Peu en i ot d'argent, toute l'uevre est chancie,
Bien a mil ans passés c'une n'en fu emplie.
D'iluec en est entrés en la mahomerie,    [940]
Des ymages as dieus i ot grant establie,
D'un jor et d'une nuit n'est hom qui nombre en die;
N'en i a une seule ne soit grans et fornie
Et ne soit de fin or massicement bastie;
Un vaissel tint chascune ou on li sacrefie.
"Dieus! dist li maines rois, com faite manandie!
Com ert poissans li rois qui ce ot en baillie,
Car trestoute la terre qui est adesertie,
Si com la mer l'enclot qui environ tornie,
De l'or qui est çai ens puet estre raplenie."  [950]

[3.52]La nuit jut Alixandres, molt fu grans ses barnés,
De lui ne fu a dire nisune richetés.
A l'aube aparissant fu premerains montés,
Dis mil somiers a pris d'or et d'argent troussés,
Tant en done a ses homes qu'a chascun fu assés.
Ains qu'il fuissent tuit hors, fu li solaus levés,
Qui reluist es escus de fin or adoubés,
Es haubers acerins et es elmes gemés;
Grans quatorze lieuees en dure la clartés.
De joie qu'ot li rois si s'en est arestés   [960]
Et fait soner un graille, es les vos aünés.
Qant les vit tous ensamble, si les a mercïés:
"Segnor mascedonois, molt vos ai ahanés,
Je criem ne vos anuit que tant vos ai lassés.
Faites m'avés batailles et conquis mains regnés,
Moie en est la loënge et vostre en est li gres.
ǹa fait vostres vertus et vostres grans bontés,
Car par toutes les terres sui rois des rois clamés.
Bien le me dist mes cuers et bien sai qu'est vertés:
S'un petit de travail por moi soufrir volés,  [970]
Porron me porrés prendre, s'un petit vos hastés,
Ains qu'il soit o ses homes es desers d'Ynde entrés."
Et respondent si home: "Si com vos commandés!
Nel puet garir desers ne nule fremetés,
Les esclos le sieurons se bon conduit avés."

[3.53]Qant Alixandres voit sa gent entalentee
De sa volenté faire si comme il l'a pensee,
Au plus tost que il pot l'a quatre jors menee.
En Caspois sont venu a la quarte jornee
Si l'ont si plenteïve de trestous biens trovee   [980]
Que toute cele gent tient a boneüree.
Por ce que veut li rois que soit aseüree,
A soi mande les princes de toute la contree,
Les sains fait aporter si la li ont juree.
Puis lor a demandé qels est outre l'estree;
Cil li ont respondu: "Terre est desiretee,
Car l'ardor du soleil l'a issi eschaufee
N'i a se serpens non dont ele est abitee."
Tout ce tint Alixandres a mençoigne provee,
Cuide richece i ait qui li doive estre emblee    [990]
Et que por ce li aient la verté trestornee.
Ja soit ce que la voie li soit destalentee
Et que trestuit si home li aient desloëe,
Il en jure sa teste qui d'or est couronee
Ains esteroit tous jors qu'il ne çaindroit espee
Ne voie la mervelle dont Ynde est abitee
Et com li solaus l'a o sa chalor gastee.
Ains que li rois eüst sa raison definee,
Por seoir au souper fu l'eaue demandee.
Par tous les pavellons est la novele alee    [1000]
Q'a l'aube aparissant soit toute l'ost montee,
Por entrer es desers garnie et conreee.

[3.54]La nuit jut Alixandres tant que fu clers li dis.
Cent cinquante duitors par la contree a quis,
Itels com les eslirent li baron du païs,
Quil conduiront en Bastre, dont Porrus est marchis.
Por ce que li rois veut de tous ciaus estre fis
Et que nus ne s'en face de bien mener eschis,
Por sauf conduit lor a molt grant avoir pramis
De meïsme le jor, si com je l'ai apris;    [1010]
Aos estoit entrés qant es desers s'est mis.
Mais cil se pendent plus devers ses enemis
Ques mainent es desers qu'il plus sevent chaudis,
Qui sont d'eaues ameres et de serpens porpris,
Ja n'en bevra cil hom qui ne perde le ris;
Mieus veulent il morir c'uns en estorde vis.

[3.55]Qant Alixandres mut, des cors fu grans li glas.
Montés est en un tertre c'on claime Lolifas
Por esgarder ses homes dont tout li val sont ras.
Entre muls et chameus et dromadaires cras    [1020]
Qui portent pavellons, chandelabres et dras,
Escüeles d'or fin et coupes et henas,
Plus ot d'or en lor frains de trente mile mars;
A l'autre garison ot bien quatre cens chars
Et plus de mil charetes qui menoient les dras.
De bestes por occire ne mainent mie eschars,
Quatre lieuees durent qant passent a espars.
Del chaut et de la voie sont si home tout las
A ce qu'il sont chargié et d'armes et de dras,
Ses angoisse la soif ne pueent faire un pas.    [1030]
Li traïtor ques guïent sont plain de Sathanas,
Ques mainent es desers qui du soleil sont ars,
N'ont cure que de l'ost retort ne haus ne bas,
Mieus veulent il morir que li rois ne soit quas.

[3.56]Molt fu l'ost icel jor confondue et matee,
Du chaut et de la soif por poi ne fu desvee.    [1036a]
Cil qui pot avoir eaue sa bouche a atempree    [1036b]
Et qui goute n'en ot a sa broigne engoulee,
Por la froidor du fer a la soif trespassee.
D'eaue du ciel pleüe contre une henepee
En une chieve pierre a Zephirus trovee,    [1040]
Grant talent a de boire, n'en a goute adesee,
Ains la qeut en son elme, le roi l'a presentee.
Alixandres la vit si l'a molt esgardee,
Porpense, s'il la boit, ja iert sa gent desvee,
Car se chascuns n'en a, sa soif li iert doublee.
Il l'a devant lor eus a la terre jetee;
Et qant si home virent qu'il a l'eaue rüee,
Aussi com chascuns d'aus la soif a enduree,
La volentés du boire leur en est trespassee.
Une coupe d'or fin a li rois demandee    [1050]
D'uevre galascïene et par pans neelee,
Cent livres i eüst s'ele fust moun[e]ee.
Qant ot son bon servise et s'amor molt loëe,
Por guerredon de l'eaue l'a Zephiron donee.
Et li home et les bestes sont lié de l'avespree,
Por la froidor de l'air qui cort a la rosee;
N'i a cel qui de soif n'ait la bouche crevee.
Mal ait la garisons qui la nuit fust goustee;
Chascuns devant son tref se gist geule baee
Et reçoit le serain qui chiet a la vespree.   [1060]
A l'aube aparissant fu toute l'ost montee.

[3.57]A l'aube aparissant fu toute l'ost meüe,
Li solaus fu levés, li chaus molt les argüe. [167]
Li maines rois esgarde les une roche agüe,
N'a gaires loing de soi a une eaue veüe;
D'un pui ou l'ost estoit est a val descendue.
Qui ot tente ne tref el pré l'a estendue;
Dementres que chascuns de herbregier s'argüe,
Descent li maines rois de sa mule crenue,
Il s'est agenoilliés desor l'erbe menue    [1070]
Por estaindre sa soif qu'il a si grant eüe.
Plus iert amere l'eaue, quant li rois l'ot beüe,
Que suie ne fauterne n'aluisne ne ceüe.
Tel angoisse ot li rois tous li cors li tressue
Et voit que sans travail n'en bevroit beste mue,
Si l'a a toute l'ost v[e]ee et deffendue,
Puis fait ses tres cuellir s'a sa voie tenue.
Les la rive de l'eaue une sente a seüe
Tresq'a une freté qui li est aparue
En une ille entre ros plus loins c'uns ars ne rue.   [1080]
La gent qui iert dedens estoit demie nue,
Ainc puis n'en parut uns qu'il orent l'ost veüe.

[3.58]Li rois vint a la rive o trestout son barné,
N'i trueve pont ne planche ne navie ne gué,
Et li champ de defors sont tout ars et bruslé,
De l'ardor du soleil menüement crevé;
Puis que premierement ot Dieus le mont formé,
De trestoutes anones n'i ot plain poing semé.
Li rois cline vers terre si a un poi pensé,
Et qant il se redrece, s'apela Tholomé,    [1090]
Sor sa senestre espaule li a son bras geté,
Puis li dist en riant: "Veïs ainc tel freté?
Cil qui lai ens estont sont molt boneüré,
Il n'erent ne ne sement ne pas ne cuellent blé
Ne n'issent du chastel ne yver ne esté.
Nus ne set lor convine ne dont il ont plenté
Ou s'il vivent du vent ou de la gloire Dé.
S'a force nes puis prendre, petit pris mon barné.
Quatre cens chevaliers belement a celé
Lor trametrai anuit ains qu'il soit avespré.  [1100]
Se il au plain se prenent, mort sont et afolé,
Tout en ferai fors traire qanq'i arai trové,
Ja n'i remandra hom, tant soit de grant aé.
Cil sevent les desers, car par tout ont alé;
Se il bien ne nos guïent et a grant salveté
Et l'eaue ne nos mostrent, ars seront et venté."

[3.59]Grans fu l'eaue et parfonde et li marés fu maus.
D'ambes pars de la rive fu parcreüs li rox,
Trente piés ot de haut et trois toises de gros
Et fu itant espés tous se tint a un dox;    [1110]
Il n'a freté en Ynde ne chastel n'en soit clos.
Quatre cens chevaliers du mieus et des plus ox
Et qui en sa compaigne avoient meillor lox
I fait li rois entrer, les haubers en lor dox.
Onques cil n'i entra qui ne feïst que fox,
Car unes bestes ot entre les trous repox,
Li païsant les claiment les ypopotamox.
Mil en issent ensamble, ques prenent par les cox,
Mengüent lor les chars et defroissent les ox;
Nes puet garir haubers, tant soit serrés a clox,  [1120]
Ne grans escus bouclés qui de trois cuirs soit vox
Q'autresi nes trangloutent comme fuelle de chox.

[3.60]Qant voit li maines rois sa gent ainsi morir,
Por aidier a ses homes vait ses armes saisir.
Courant vint a la rive, qu'il voloit ens saillir;
Dans Clins et Tholomés le courent retenir,
Ireement li dïent: "Rois, por coi veus morir?
Car te menbre du saut que tu feïs a Tyr.
Se muers en autre terre, quel part porrons fuïr?
N'a home en ta compaigne qui te doive servir,   [1130]
Ençois q'en son païs puisse ja revenir,
Que tout ne soit seürs de la teste tolir."
Li rois clina vers terre et geta un souspir.
Les traïtors ques guïent fait devant lui venir,
Il en jura ses dieus mar le vaurent traïr.

[3.61]Cil ierent cent cinquante qui les doivent guïer;
Les cent fist li rois prendre et en l'eaue geter.
Ypopotamos saillent qant les virent noër,
Plus q'a l'autre feïe quident proie trover,
Tant en issent ensamble que nus nes puet esmer,    [1140]
Si que tout cil de l'ost les courent esgarder.
Onques icele nuit ne porent reposer,
Por les bestes de l'eaue ques veulent afoler.
Molt fu liés Alixandres qant il vit ajorner,
Il a dit a ses homes: "Ci fait mal converser.
Que nous porfiteroit ici a sejorner
Ne hebregier les l'eaue dont ne poons gouster?"
Puis fist cuellir ses tentes si s'en prist a aler.
Il garda devant lui, car li solaus luist cler;
En mi le fil de l'eaue vit deus homes ester    [1150]
En un chalant de ros, cent homes puet porter.
En yndïen langage les a fet salüer,
Eaue douce por boire lor a fait demander,
Et s'il veulent avoir, viegnent la li mostrer;
Quatre tans lor donra qu'il ne porront porter.

[3.62]Cil li ont respondu: "Nos n'avons d'avoir cure,
Que marchié ne faisons de nule creature;
Ensi com a ces bestes est commune pasture,
Prent l'uns l'avoir a l'autre sans conte et sans mesure.
Mais por ce que fait estes a la nostre figure   [1160]
Et veons que de soif soufrés si grant ardure,
Vous enseignerons eaue ou a ombre et froidure.
Veés vous la cel tertre a cele desjointure?
Tres en mi ces desers a une grant couture,
Uns estans d'eaue douce sourt iluec par nature,
Il n'en a plus en Ynde, si com dist l'escripture.
Iluec a un sentier qui tresq'a l'estanc dure;
Se voie nel vos taut ou grant mesaventure,
Ains none i porrés estre a petite aleüre."

[3.63]"Savés, font il, segnor, que vous volons mentoivre,    [1170]
Por ce que de noient ne vos volons deçoivre?
Qant venrés a l'estanc, troverés grant aboivre;
Pins i a et lauriers, oliviers et genoivre,
Dont nous cuellons la graine por mesler o le poivre;
Molt est grans li herbages que paissent li atoivre.
Gardés n'i deschargiés un point de vostre atoivre,
Qu'il n'a mervelle en Ynde la nuit n'i viegne boivre;
Se serpent vous i truevent, des ames serés soivre."

[3.64]Or s'en torne li rois, l'oriflambe levee,
Tout droit a la crevace que cil li ont mostree;    [1180]
Et qant furent tout outre contre une arbalestree,
Si ont a main senestre une voie trovee
Qui d'ours et de lions iert freschement alee.
Li traïtor ques guïent la li ont meserree
Et ont a ensïent la voie trestornee.
Onques ne fina l'ost dusq'en une valee,
Et truevent une pierre qui estoit coverclee;
Desous gisoit une orse de novel faounee.
Qant el senti la friente, s'a la teste levee,
Ses faonciaus crient perdre si est toute desvee.   [1190]
Si com l'ost aproisma, si saut geule baee
Si a en mi sa voie une mule encontree
Qui estoit de ferine et de forment torsee.
De cele destre poe li dona tel colee
Que la senestre espaulle li a du bu sevree.
La mule chiet a terre, la ferine est versee;
Tout droit a ses faons s'en est l'orse tornee.
Uns chevaliers de Gresse ot sa lance levee
Et vient poignant a l'orse toute s'esperonee,
Si la fiert par les flans qu'il l'a a mort navree.   [1200]
Un tel brait gete l'ourse, qant se sent esgenee,
Q'il n'a beste el convers qui n'en soit effr[e]ee;
Chascune fait tel brait et gete tel crïee
Que oïr les puet on bien pres d'une jornee.
N'i remest nule beste qui n'i soit assamblee;
La bataille commence de haute relevee.
N'i a Grieu qui ne fiere ou de lance ou d'espee,
La ou li lion hurtent est l'os desbaretee,
Nes puet garir haubers ne grans targe listee
Q'il ne boivent le sanc et traient la coree.    [1210]
Ainsi com la nuit vient se depart la meslee,
Car chascune des bestes est a son lit alee;
Et s'encore i eüst du jor une lieuee,
Toute s'en alast l'ost confondue et matee.

[3.65]Qant les bestes departent, au roi vint Licanors:
"Sire, del hebregier que vos dit vostre sors?"
Et respont Alixandres: "Ja n'en iert pris confors."
Les navrés met en biere et fait ardoir les mors.
Encontre le prinsome s'en est tornee l'os,
Et qant il s'en tornerent, tant fait soner de cors,   [1220]
Tant i ot des buisines que li sons fu si fors
Que par tous les desers les ot on dusq'as pors.
Ne remaint es desers coluevre ne crapos
Ne guivre ne choans qui tant s'i soit repos
Por la freschor du sanc ne sieue les esclos.
Cil qui ist hors de route molt par i fait que sos,
De cent pars est saisis et traïnés es cros.

[3.66]Tholomés vait avant, li preus et li senés,
Tout un antif sentier et rengiés et serrés.
Cil qui ist hors de route ne fait pas que senés,  [1230]
Car les bestes lor saillent et devant et delés:
Ours, lions et lupars et grifons enpenés.
Sor les chevaus les prenent ses en portent armés,
Nes puet garir haubers ne fors escus bouclés
N'en mengucent les chars et rompent les costés.

[3.67]Avant vait Tholomés, qui toute l'ost conduit.
Ne mangierent la nuit ne pain ne char ne fruit,
Mais chascuns en alant un poi de forment cuit.
L'arrieregarde fist Dans Clins, li fieus Caduit,
N'a home en sa compaigne qui forment n'en anuit.   [1240]
La vermine les pince qui derriere as dos bruit;
Tel paor a chascuns par poi qu'il ne s'enfuit,
Qant Dans Clins lor escrie: "Arestés vos trestuit.
Ne vos esmaiés mie se la vermine bruit,
Mais chascuns chevaliers sor sa lance s'apuit.
Se ceste arrieregarde poons bien faire anuit,
Grant gré nos en savra Alixandres, ce cuit."

[3.68]Cil de l'arrieregarde sont chevalier honeste,
Trestout tornent ensamble la ou Dans Clins s'areste.
Ou truevent grant serpent, si li coupent la teste,   [1250]
La ou il est petis, sel defoule la beste.
Au trestorner qu'il firent lor ont fait grant moleste,
Car il n'i a serpent, tant soit de grant poëste,
Ne s'en voist molt bleciés ou en qeue ou en teste.

[3.69]"Segnor, ce dist Dans Clins, savés par quel mesure
Nos dut anuit venir ceste mesaventure?
Qant la vermine vint qui nos fist cele ardure,
Se fuïssons vers l'ost tant comme uns arpens dure
Por que l'ost retornast ne perdist s'aleüre
Et seüst Alixandres ceste desconfiture,   [1260]
La fuie nos tornast a molt grant forfaiture,
Ja mais jor de sa vie nen eüst de nos cure."

[3.70]Contre la mïenuit, ains que chantent li gal,
Issi l'ost d'une combe s'entrent en un ingal.
Li choan et les nuitres qui issoient d'un val
Lor firent toute nuit paine et travail et mal,
Car en trestoute l'ost n'a home si vassal,
Se il ist hors de route por torner a estal,
Que li choan n¹en portent ou lui ou son cheval.
Alixandres apele son maistre mareschal,    [1270]
Dist li qu'il li aport un grant paile roial,
Por crieme des choans fait covrir Bucifal;
Qant il li ont lacié as boutons du poitral,
N'en parut chiés ne qeue ne li esperonal.

[3.71]Li choan des desers sont gregnor de vautoirs,
Graindre est une des eles que n'est uns covertoirs.
Qant il volent sor l'ost, en l'air donent tel crois
Cil qui ist hors de route molt par i fait que mois.
S'uns des choans le voit, ja vers lui n'avra frois;
De lui ou du cheval n'en vait il mie blois.    [1280]
Toute nuit jusq'a l'aube lor dura cil tabois.

[3.72]A l'aube aparissant vinrent chauves souris,
Menors sont de corneilles et gregnors de pertris.
N'a chevalier en l'ost, tant soit d'armes garnis,
Se pres de lui li vole, n'en soit tous esbahis;
Del soumeron de l'ele si le fiert el cervis
Que grans quatre lieuees en remaint estordis.
Tant lor dura cis maus qu'il ne fu departis
Que li jors fu tous clers et solaus esbaudis.
Es les vous au sentier qui ersoir fu guerpis.    [1290]

[3.73]Molt sont lié cil de l'ost du sentier c'ont veü,
Toute la matinee se sont si tost meü
Que grant piece ains midi sont a l'estanc venu;
Entre le bos et l'eaue ont tuit lor tref tendu.
Qant furent refroidié, si ont un poi beü,
Puis ont derrier lor dos tout le bos abatu;
Qant vint eure de none, sachiés et grellés fu.
Il metent le fu ens, si art a grant vertu.
Par ice se sont auques des serpens deffendu.

[3.74]Ainsi com li jors prist o le vespre a meller,    [1300]
Deus mile lampes d'or fait li rois alumer,
Puis fait soner un graille por l'eaue demander
Et il et tuit si home sont assis au souper.
Et qant furent assis, ses en estut lever,
C'onques de garison n'i oserent gouster,
Car cil les escrïerent ques devoient garder,
Qui voient les mervelles des desers assambler;
Cil qui premiers les vit sel vait au roi conter.
Li rois clina vers terre si commence a penser,
Et qant il se redrece, si fait sa gent armer.    [1310]

[3.75]Tout premerainement lor vinrent blanc lion,
Le fu truevent ardant si ceurent environ
Por ce qu'il ont de soif si grant destrucion;
Par mi le fu ardant se metent a bandon.
Mais li home Alixandre ne sont mie garçon,
Chascuns tient son espié devant son pavellon,
Qui bien ne se deffent de mort n'a garison,
Des blans lions ont fait molt grant ocision;
Ne por qant boivent l'eaue, ou il veullent ou non.
Cil qui d'aus eschaperent tornent a esperon    [1320]
Tres par mi les desers a lor conversion.
Aprés vinrent ceraste et li escorpion,
Chascuns drece sa coe et trait son aguillon;
Qui bien ne se deffent si se tient por bricon.
Qui tient lance n'espee, gavelot ne baston,
Des herberges les getent et font grant tuïson.

[3.76]Ne demora puis gaires, yndïenes souris
Vinrent boire a l'estanc, gregnor sont de goupis.
Qanque mordent sans home si est sempres fenis,
Mais li hom en est tost respassés et garis.   [1330]
Des somiers et des bestes les ont molt desgarnis.
Se auques lor durassent, tout fuissent desconfis,
Mais el fu les engetent, si com dist li escris.

[3.77]Contre la mïenuit la vermine est venue,
Onques en nule terre si grans ne fu veüe,
Del chaut et de la soif lassee et confondue;
Par mi le fu se metent por la soif ques argüe.
La grans passe bien outre, li fus art la menue.
Mais la gent Alixandre dont la rive est vestue
Qanque del fu eschape as maus ocit et tue    [1340]
Ne mais la grant vermine qui estoit parcreüe,
Qui iert et longe et lee et grosse et estendue,
Qui par aus ne pot estre tüee ne vaincue;
Cele s'en retorna quant ot l'eaue beüe.

[3.78]Des crués de la montaigne de la voisineté
Enprés la mïenuit vinrent serpent cresté,
Si grant comme colombes, qui se sont devalé.
De deus chiés ou de trois sont li pluisor armé;
Li un sont pers et ynde et li autre doré,
De blanc et de vermel menüement listé;   [1350]
Li oel lor reflamboient, qui sont envenimé.
Par mi le fu se metent si l'ont tout enbrasé.
Qant cil de l'ost les voient, si ont le hu levé,
Et li home Alixandre lor sont encontre alé.
De ciaus que li fus n'art sont li pluisor tüé;
Et cil de l'ost s'en tornent si l'ont le roi conté
Que il ont vint sergans et trente sers dampné,
Qui tuit sont des serpens ocis et devoré.

[3.79]Entor quatre lieuees devant l'aube aparant,
Estes vos une beste qu'on claime Dentirant;    [1360]
Bien ot le front armé de trois cors qui sont grant.
Qant ele voit le fu, si muert de maltalant,
Les pavellons esgarde si vait entor courant
Et vient droit as herberges par mi le fu ardant.
Mais li home Alixandre li sont venu devant,
Qui la fierent d'espees ou de lance trenchant
Ou de hache esmolue ou de dart en lançant.
Trestout canqu'il li font ne prise mie un gant,
Vint et set chevaliers lor a mort en boutant,
Et mehaignié i furent cinquante et dui sergant;  [1370]
Dedens l'eaue s'est mise par force lor veant.

[3.80]"Segnor, dist Alixandres, n'en adesés mais mie;
Une riens vos dirai, n'est hom qui m'en desdie:
Besoins et maltalens fait toute riens hardie;
Laissiés la beste boivre tant que soit refroidie,
Et qant avra beü, si iert acouardie,
Ja ne se deffendra s'on l'assaut ou escrie;
Je la requerrai primes o l'espee forbie."

[3.81]La gent qui iert en l'ost de Sidoine s'areste;
Que la beste n'en isse, qui le rivage guete,    [1380]
De l'une part l'escrïent si li ont paor fete.
Vers ciaus qui mot ne dïent s'est el rivage trete,
Qu'il s'en cuida raler par force et par poëste;
Chascuns de bien ferir au mieus qu'il puet s'afete,
Li rois qui iert aveuc de bien faire les hete.
A maus et a cugnies li peçoient la teste,
Que trestuit en resonent et li val et li tertre;
Au roi et a ses homes a molt grant paor fete.

[3.82]Es vos ciaus d'Ethyope sor la rive arestés;
Que Dentirans n'en isse qu'il ne soit afolés,   [1390]
De l'une part l'escrïent si s'est espoëntés.
Corant vint a la rive s'est un poi reüsés
Et commença a boire, tant par est abrievés.
Qui preus fu et hardis premerains est armés.
Adonques l'asaillirent environ de tous les
D'espees et de lances et de dars enpenés;
Onques par iteus armes ne pot estre dampnés;
A maus et a cugnies fu Dentirans tüés,
Et puis l'ont escorchié, s'en fu li cuirs lavés,
Et veulent qu'a merveille soit par tout esgardés,  [1400]
Que le poil a si bel qu'il semble estre dorés.
Li cuirs o la char blanche fu au roi presentés,
Devant son tref l'estendent sor l'erbe vert des pres;
Cent chevalier i gisent, tant par est grans et les,
Qant il geuent as tables, as eschés et as des.
Plus en vaut l'ossemente de quatorze cités;
Dieus ne fist chevalier, tant soit el cors navrés,
S'il en avoit beü ne fust sempres sanés
Ne ja puis en tout l'an n'avroit mal en ses les.
De ce fu Alixandres molt malement menés    [1410]
Que les os de la beste ont en l'eaue getés.

[3.83]A l'aube aparissant vinrent niticorace,
Bleu sont et piés ont noirs et bes comme becace
Et crestes comme cos et qeue paounace
Et luisent assés plus que ne fait une glace,
Gregnor sont de vautoirs plus de demie brace.
De l'estanc ont porpris la riviere et la place
Et fait chascuns tel noise com saas qui saace.
En l'ost ont tel paor ne sait chascuns qu'il face,
Car nus ne dist un mot ne autre n'i menace,    [1420]
Ains dist li uns a l'autre qu'il s'acoist et se tace.

[3.84]Des poissons de l'estanc font li oisel ravace,
Et qant sont saoulé, si en revont lor trace.
Qant cil de l'ost le voient, n'i a nul qui ne place,
Car plus les redoutoient que nul oisel sauvace.
Des poissons de l'estanc ont assés devoré,
Et n'i avoit poisson n'ait demi pié de lé-
De trois piés ou de quatre sont de lonc mesuré-
Que li oisel ne l'aient autresi tranglouté
Com la geline fait un petit grain de blé.   [1430]
Hueses font de lor cors, car trop ont geüné,
Bien estendent lor cols menüement el gué;
N'i estuet ja peschier home de mere né,
Car il i peschent bien chascun jor ajorné.
Qant ont assés mengié, arriere sont alé,
Tout ainsi com il vinrent s'en sont il retorné.
Mais li home Alixandre, qui ce ont esgardé,
Ainc ne furent si lié qant il sont eschapé,
Car plus les redoutoient que serpent ne malfé.
Maint tempest ont eü es desers et trové,   [1440]
Ainc n'en douterent nul tant com cest ont douté,
N'i ot nul si hardi n'ait de paor tramblé;
Trestout cuidierent estre et mort et afolé.
Je cuit, se li oisel fuissent vers aus torné,
Que il fuissent trestuit honi et vergondé,
Car des maus qu'ont eüs sont vaincu et lassé.
Li oisel ierent grant, hideus et sejorné,
Et ierent molt orible et molt desfiguré.

[3.85]Ains que les os se fuissent de l'estanc remüees,
Lor vinrent grans compaignes de coluevres bendees.   [1450]
Visages ont de femes, molt sont lait figurees,
Sor lor espaulles gisent lor grans crines dorees;
Chascune d'une pierre sont toutes estelees,
En mi le front lor sieent, molt i sont bien posees,
Mais plus grant clarté rendent que maisons embrasees.
Nus hom n'est tant navrés de lances ne d'espees,
Se deus de celes pierres i fuissent adesees,
Sempres ne fust garis et ses plaies sanees.
A lor brans acerins en ont mil decaupees;
Mais ce tint Alixandres a merveilles provees:    [1460]
La ou les pierres gisent, si se sont rassamblees
Et par mi les desers sont en fuies tornees.
Li rois ne vausist mie por d'or cinc cens charees
Que deus ou trois des pierres n'i fuissent recovrees.

[3.86]Qant virent le soleil et le jor esclarier,
A l'estanc s'ont disné sergant et chevalier.
Menbre lor du conduit qui les dut engignier,
Dont li rois fist les cent en l'eaue trebuchier
Dedevant la freté as bestes por mengier.
Les autres commanda li rois a estoier,    [1470]
Par le mien ensïent il s'en vaura vengier.
Il les a commandés tous nus a despollier,
Par derriere les dos lor fait les mains lïer,
Puis a fait a chascun les cuisses peçoier.
Lors leur a dit un mot qui semble reprovier:
"Vous remanrés ici por garder cest vivier;
Selonc vostre service avrés vostre loier."
A tant s'en est tornés ses commande a laissier.
Lors derrompent le fu si s'en vont li somier.

[3.87]Qant Alixandres muet et les heberges vuident,    [1480]
Tant fait soner de cors tout li desert en bruient.
Li serpent des montaignes por la noise s'en fuient,
Es crués et es crevaces se mucent et enduient.
Molt se vont dementant cil qui d'aler s'anuient,
La chalor est si grans que jor vivre ne cuient,
Un val ont devalé et un grant tertre puient.
Qant il furent en son, seur lor lances s'apuient,
Virent les pres de Bastre et les eaues qui bruient
Et les gaaigneries et les dras qui essuient
Et les pastors qui geuent et les bestes qui muient.   [1490]
Ciaus devant fait armer li rois qui l'ost conduient.

[3.88]Cel jor por Alixandre firent li dieu vertus,
Car grant piece ains midi est des desers issus.
Encor n'estoit Porrus de cel convers meüs,
Dejoste les desers sejornoit o ses drus,
Las iert de la bataille ou ot esté vaincus.
Garda vers la montaigne si a les Grieus veüs,
Bien connut as ensaignes des bons espieus molus
Que ce est Alixandres, qui n'est pas recreüs;
A mervelles le tint com il estoit venus,    [1500]
Comment et par quel voie les avoit si seüs.
Molt fu grans li herbages sor l'eaue de Calus;
La vint li maines rois, a pié est descendus.
Sor la rive de l'eaue ont lor grans tres tendus
Et par la praerie les pavellons menus.

[3.89]Porrus esgarde l'ost contre soleil levant
S'a veü les Grigois qui se vont hebregant
Et o leur pavellons tous les pres porprenant,
Donques ot si grant ire onques mais n¹ot si grant.
Par quatre chevaliers et par son drugemant    [1510]
A mandé Alixandre trop le vait enchauçant,
Por poi ne l'a souspris, trop pres le vait sieuant;
Vint jors li doinst de trieues, s'en avra pris molt grant,
Tant que il ait mandé por sa gent d'Oriant;
Lors avra la bataille, mar la querra avant.
Qant Alixandres l'ot, si respont en riant:
"Je li donrai les trieues par itel convenant
Q'a ses homes de Bastre face dire et commant
Que marchié nos aportent sel donent avenant."
Les trieues sont donees, et fait li acreant.    [1520]

[3.90]Donees sont les trieues et fait li serement.
La ou li rois sejorne et la bataille atent
Fu li marchiés crïés communs a toute gent:
De toute icele riens qui a vitaille apent
Qui vaura si achat et pregne et doinst argent.
Porrus est a 1a porte, ou noveles aprent,
A ciaus qui de l'ost vienent enquiert priveement
Le covine Alixandre et son contenement;
Il li dïent trestuit qu'il n'en sevent noient.
Uns Grieus le conte au roi, qui volentiers l'entent;   [1530]
Qant l'oïAlixandres, saut sus isnelement,
Por aler au marchié monta sor un jument,
Si li furent changié si roial vestement.

[3.91]Montés est Alixandres, au marchié veut aler
Desor une jument, nus hom ne vit sa per.
N'estoit noire ne blanche; ne vos sai deviser
De quel poil ert la beste, onques ne sot ambler.
Qant li rois fu desus et il s'en veut torner,
El n'ala mie avant, ains prist a reculer.
Des esperons la fiert li rois qui tant fu ber,    [1540]
Et ele commença molt fort a regiber,
En travers a saillir et des piés a geter.
"Comment! dist Alixandres, dont ne voit ele cler?"
"Oïl, dïent si home, mais ele veut jouer."
Un boucel et un sac fait derier soi trosser,
A un sergant l'a fait une piece mener.
Alixandres s'en torne, ainc ne fina d'errer
Jusque la ou Porrus se faisoit sejorner
En la cité de Bastre, qui molt fait a loër;
Porrus le vit venir sel rueve a lui torner.    [1550]
Alixandres respont: "Ne me loist demorer;
Chambellens sui le roi si veul cire achater
Dont nos li ferons cierges anquenuit au souper,
Et chanestiaus et vin, se point en puis trover."
Et qant Porrus l'entent, sel commande arester:
"Amis, descent un poi si vien a moi parler.
Tout qanque tu vas querre avras sans achater,
Et te ferai encore de mon avoir doner
Se tu oses mes letres Alixandre porter;
Et je les ferai faire, choses li veul mander.   [1560]
Di moi tout son convine, ne te chaut riens celer."
Et respont Alixandres: "Se volés escouter,
Dirai vos quels il est, ja l'orrés deviser."

[3.92]"De vos letres porter tant vos dirai, Porreu,
Que bien le savrai faire, se je i voi mon preu;
Ce sachiés vos por voir, jel vos afi et veu.
Il n'a si privé home ne chambrelenc ne qeu;
Assés, qant je me veul, me gap a lui et geu.
De son privé conseil itant vos en desneu:
Tous jors se muert de froit, ja n'iert en si chaut leu. [1570]
Qant tornai des herberges, desor un paile bleu
S'estoit li rois assis acoutés sor Cauleu,
C'est uns des douze pers, qui sont hardi et preu.
Deus mantiaus affublés se chaufoit a un feu."

[3.93]"Di, va! ce dist Porrus, et ja est il estés
Et fait si grant chalor com vos veoir pöés;
Qant il ore se chaufe, molt est frais et alés."
"Voire, dist il meïsmes, pieç'a que il fu nes,
De viellece est ses cors tous frois et engelés,
Si est auques enfers et trestous condomés.  [1580]
Trop a perdu de sanc, tant a esté navrés,
Il ne vivra mais gaires, vieus est et radotés.
Molt est fel et entulles, nus n'en puet avoir gres."

[3.94]De ce fu molt Porrus et halegres et clers
Q'Alixandres est vieus, et il est bachelers.
Il fait ses letres faire en langage des Gres,
Molt manace Alixandre et blastenge ses des.
"Trop a esté frarins et tous jors iert ités.
Por coi ne se repose, qant vieus est et remés?
Mar vit sa covoitise et ce qu'il iert avers.   [1590]
Se jel pooie prendre, il seroit du chief res,
N'en porteroit la teste Dans Clins ne Tholomés,
Ja mais ne verroit Gresce nisuns des douze pers."

[3.95]Alixandres s'estut les un piler marbrin,
Assés s'oïclamer et dolent et frarin;
Qant Porrus le manace, si tient le chief enclin.
Il a prises ses letres o le seel d'or fin,
Puis monta el jument qu'il mena por roncin.
Assés en porte cire et chanestiaus et vin,
Onques ne li costerent vaillant un angevin.    [1600]
De la porte est issus si entra el chemin,
Des marcheans de l'ost a sieui le traïn.
Si home li demandent: "Dont venés vos en fin?"
Et il lor respondi: "Jou alai hui matin,
Por Porron escharnir me sui mis en tapin."

[3.96]Alixandres repaire s'a son boucel trossé,
D'une malvaise sele son jument enselé;
Li estrier furent tuit et rompu et noué.
Bien resamble mendis, si drap furent usé.
Qant il vint pres de l'ost, encontre sont alé   [1610]
Tuit li mellor baron qui li sont plus privé.
Qant vinrent devant lui, en riant ont crïé:
"Sire, bien vegniés vos, et q'avés achaté?
Dites de vos noveles, com vos avés erré."
Alixandres respont: "Molt ai bien escouté
Que Porrus m'a laidi, avillié et blasmé
Et chaitif et frarin oiant moi m'a clamé.
D'Alixandre demande qels est, de quel aé.
Je li dis que vieus iert, maint jor a trespassé,
N'onques ne fait si chaut ne yver ne esté  [1620]
Que il n'ait tous jors froit, tant n'avra afublé;
Les ieus a chacïeus, tout sont esborbelé,
Molt est fel et entulles, nus n'en puet avoir gré,
Tout le mont veut avoir desous sa poësté.
Et il me respondi: 'Cortois iés par verté,
Qant tu de tout son estre ne m'as noient celé.
De ce le tieng je molt por viellart radoté
Que il cuide conquerre si vilment mon regné;
Ja ançois ne verra un mois entier passé
Que il avra le chief desor le bu caupé.' [1630]
Qant il ot assés dit et j'oi tout escouté
Si pris congié de lui, parfont l'ai encliné.
'Amis, dist il a moi, pren cest brief seelé
Sel me porte Alixandre, le viel, le radoté.'
Et je li respondi: 'Volentiers et de gré.'
Ves ci le seel d'or que j'en ai aporté,
Chanestiaus, cire et vin que il m'a achaté."
Qant si home l'oïrent, grant joie en ont mené,
Grans gas en font entr'aus, assés s'en sont joué
De Porrun le roi d'Ynde que il avoit gabé,   [1640]
De lui se vont gabant deci q'au maistre tré.
La descent Alixandres, au pié li sont alé
Et prince et duc et conte qui molt l'ont honoré.
Le jument a fait rendre la ou l'ot enprunté,
Au povre home qui fu a bon loier doné.
Le vin, les chanestiaus ont primes destrossé,
Nus hom ne vit trossel plus fort desbaraté;
L'uns tire, l'autres boute, le sac ont deschiré,
Assés se sont iluec detrait et detiré;
Molt estoit Alixandres tenus en grant chierté.   [1650]
Au departir la cire ot maint home enversé,
Les chanestiaus mengüent, senpres furent gasté.
"Segnor, dist Alixandres, molt ai bien marcheé,
Malvais est mes gaains, car tout m'avés robé;
Laissiés moi vieus le vin que j'ai ci aporté
Si le bevrons ensamble, car il n'a riens costé,
Et mengiés aveuc moi trestout par par amisté."
Ce dïent li baron que molt a bien parlé.
Li vins revint avant qu'avoient destorné,
Par rens se sont assis si ont iluec disné.   [1660]
Plus que ne vos diroie a li mengiers costé,
Ilueques ot beü maint vin et maint claré.
Celui qu'il aporta n'ont il mie oublïé,
Car ançois fu beüs que d'autre i ait gosté.
Li rois s'en fait molt liés, grant joie i ot mené.

[3.97]Molt s'en rist Alixandres ains que le brief desplit,
Et qant l'ot desploié et l'escripture vit,
Lores s'en gabe plus et quatre tans s'en rit,
Et a dit a ses homes: "Entendés un petit.
Porrus molt me manace et me tient en despit,   [1670]
Mes oreilles oiant m'a hui molt honte dit.
Or sai bien son corage par bouche et par escrit,
Que, s'il me pooit prendre qu'il m'eüst desconfit,
Il me tauroit la teste, n'en avroie respit."
"Sire, dïent si home, n'a droit qu'il vos afit,
Que seul de cele treille que l'autr'ier vos guerpit
Li avés vos tolu grant joie et grant delit."

[3.98]Porrus de la bataille n'a talent qu'il se faigne,
N'ameroit Alixandre por trestout l'or d'Espaigne.
Il a mandé ses homes en Bastre la sovraigne,-   [1680]
N'i remest a semonre plains ne vaus ne montaigne,-
Neïs le manovrier qui la terre gaaigne,
Et tous ciaus d'Oriant, que uns seus n'i remaigne,
Si q'au vintisme jor sans nule demoraigne
Entre Ynde et les desers soient tuit en la plaigne.
Il en jure ses dieus et sa teste et s'entraigne
Mar en remanra uns nis en terre grifaigne;
Et s'il fait tel folie que par orguel remaigne,
Ja n'iert si riches hom ne de si grant compaigne
Que nel face escorchier ou les os ne li fraigne.   [1690]

[3.99]Or a semons en Bastre tous ses homes Porrus
Et tous ciaus d'Oriant, que n'i remaigne nus.
Cil des desers i vinrent dusq'as bonnes Artus;
Gos et Magos i vinrent de la terre de Tus,
Quatre cens miles d'omes amenerent et plus.
Il en jurent les mors que porsieut Nereüs
Et la porte d'enfer que garde Cerberus
Que l'orguel Alixandre torneront a reüs.
Qant li vintismes jors fu passés et esclus,
Furent trente et set roi si ot cinquante dus,    [1700]
Chascuns a tel effors com il avoir pot plus.
Cinquante olifans prent, un chastel lieve sus;
O sa gent i entra li rois de Jostarus,
Molt i fist pierres metre por tüer ciaus dejus.

[3.100]Qanque Porrus a fait li rois a esgardé
Et vit bien le chastel qu'avoit iluec levé;
S'il venoit sor ses homes tost seroient tüé.
Entor les olifans a fait faire un fossé,
Cent piés ot de parfont et trois toises de lé.
Or sont li olifant si pris et enserré    [1710]
Que ja mais n'en istront se il n'en sont geté;
Lors a veü Porrus com il l'ont malmené,
Que son chastel li ont clos et avironé.
Ses batailles conroie dedesous en un pré;
Entre contes et dus et rois q'ot ajosté
Et les barons de pris qui la sont aüné,
Estre les paoniers, qui ne sont pas nonbré,
Furent par cent feïes cinquante mil armé.

[3.101]Alixandres regarde le fons d'une valee,
Vit la grant gent Porron, qui s'arme par la pree.   [1720]
Dont a li maines rois la soie ost devisee,
Ses batailles conroie, sa gent a ordenee
Et ses eschieles faites, chascune a commandee.
Puis vesti une broigne dont la maille iert serree,
Aprés laça un elme Justin de Valferree,
Puis a çainte a son les une molt bone espee
Et a mis a son col sa grant targe roëe;
Monta sor Bucifal a la longe alenee.
Cele part ou il torne ne va mie a celee,
Tos jors i a cent grailles qui sonent la menee;    [1730]
Qant il vient en bataille et sa gent est lassee,
Lors s'en repaire as cors, nen est mie esgaree.
Li rois monte en un tertre s'a sa gent esgardee.
"Ahi! franche maisnie, gentil et honoree,
Comme estes por m'amor de tous biens porpensee
Et tante estrange terre en avés trespassee
Et tant fain et tant soif, tante paine enduree.
Se Dieus me laist tant vivre que viegne en ma contree,
L'amor qu'avés vers moi vos iert gueredonee,
Trestoute ma richoise vos iert abandonee."   [1740]
Ançois que il eüst sa raison definee,
Astaros de Nubie a l'angarde montee,-
Et sist el cheval noir que li dona la fee,
C'estoit une pucele qu'il avoit molt amee,
Por cui amor passa un bras de mer salee,-
Et dist une raison qui bien fu escoutee:
"Alixandre, fait il, trop as ta gent menee,
Hui est venus li jors qu'ele iert desbaretee,
Car la premiere joste m'en a Porrus donee.
Envoie cui tu veus por recevoir colee,    [1750]
S'il n'en vait l'escu frait et la broigne fausee,
Qanque je tieng de terre en la moie contree
Claim cuite mon segnor, n'en quier avoir denree."
Qant Dans Clins l'entendi, s'a la teste levee,
Oïe a la parole qui pas ne li agree,
Et saisi Alixandre as renges de l'espee:
"Rois, done moi la joste que cil a demandee,
Ja ne ferai mais autre se ceste m'est v[e]ee."

[3.102]"Rois, done moi la joste, ce li a dit Dans Clins,
Pres sui que me combate por toi et por les Gris,  [1760]
Je ferai la bataille, vers lui m'en aatis;
Se tu ne la me dones, tout ton fié te guerpis."
Alixandres l'esgarde si li a fait un ris;
Des douze pers apele li rois tresques a sis:
"Segnor, dire vos veul ce qu'il m'en est avis.
Astaros de Nubie nos a molt pres requis,
Dans Clins fera la joste, car ainsi le devis,
Gardés que il ne soit ne retenus ne pris."
Li douze per respondent: "Ja n'ait il Paradis
Qui vous faut ne Dant Clin por tant com il soit vis." [1770]
Qant Dans Clins entendi que de la joste est fis,
Il vait prendre ses armes com hom volenteïs,
Et monta el destrier que il avoit conquis
En la desconfiture ou Daires fu ocis.
La lance sor le fautre es grans galos s'est mis,
La ou voit Astarot s'a le tertre porpris;
Astaros de Nubie li vint en mi le vis.

[3.103]Astaros de Nubie fu molt bons chevaliers,
Liés est de la bataille si apela premiers:
"Dites moi, biaus amis, estes vous saudoiers   [1780]
Ou uns des douze pers q'Alixandres a chiers?"
"Vassaus, ce dist Dans Clins, trop par estes legiers;
Je sui drus Alixandre et ses gonfanoniers
Si m'a ci envoié et g'i ving volentiers.
Se je mon non vos çoil, viegne moi enconbriers;
J'ai non Dans Clins d'Aresse, iteus est mes mestiers,
Ja en court ou je soie n'amerai losengiers.
Tu avras la bataille, puis que tu la requiers,
Faisons que devons faire et laissons nos plaidiers."
Ce respont Astaros: "Molt avés dit que fiers." [1790]
Lors se sont deffïé si brochent les destriers.

[3.104]Il se sont deffïé et si entreferu
Que les lances peçoient et fendent li escu;
Onques poitraus ne cengle n'en a un retenu,
Tant com hanstes lor durent se sont entrabatu.
Qant il furent a terre, n'i ont gaires geü,
Ains resaillent en piés com home de vertu.
Dans Clins sot d'escremie si l'a premiers feru,
L'espee li descent entre cors et escu,
Le bras a tout le poing li a sevré du bu;   [1800]
A l'autre caup l'eüst ou mort ou retenu,
Qant cil d'Ynde et de Bastre de la terre Porru
I poingnent tuit ensamble si ont levé le hu.
Alixandres le voit, paor ot de son dru
Et dist as douze pers: "Ja avrons Clin perdu."
Li douze per respondent, qant il l'ont entendu:
"Li domages est nostres, li vassaus mar i fu."
Lors poingnent tout ensamble, n'i ont plus atendu,
O les espees nues l'ont molt bien secoru.
Meïsmes Alixandres li a Bauçant rendu,   [1810]
Puis li dist en aprés de soie part: "Salu!
De m'amor vos fais don, car tuit avons veü
Que blecié l'avïés et son cors retenu."

[3.105]Qant furent de deus pars jostees les batailles,
Li escu de lor cols ne valent deus maailles,
Des lances s'entrefierent tres par mi les corailles.
Puis traient les espees, qant les lances font failles,
Tous les elmes detrenchent et des haubers les mailles.
Du fer et de l'acier dedevant les ventailles
Vole plus espés fus que par vent ne font pailles.  [1820]
Ciaus qui bien ne feroient tenoient por frapailles,
Li un fierent les autres sans nules repentailles.

[3.106]Qant Alixandres vit la bataille en la pree,-
Molt par fu grans la presse qant ele fu jostee,-
Il sist sor Bucifal a la longe alenee;
Et vit un duc de Bastre qui ot traite l'espee,
D'un Grieu que il ot mort fu toute ensanglentee.
Qant le vit Alixandres, s'a la color müee;
Il broche Bucifal toute une randonee
Et vait ferir le duc sor la targe roëe,    [1830]
Que il li a trestoute peçoïe et quassee,
Et tres par mi le pis a la broingne esfondree,
Entre les deus espaulles li trenche l'eschinee;
As doilles de l'espié en geta la coree,
Tant com hanste li dure l'abat mort en la pree.
La gent a icel duc s'en fuit si effr[e]ee
Que ja mais par nul home ne sera rassamblee.
Bos, li rois de Cartage, a sa gent amenee,
Et furent bien vint mil de noire gent barbee.
Il sist el cheval noir que li tramist la fee    [1840]
Por cui amor passa un bras de mer salee;
Une ensegne de paile a sa lance ot fremee.
Il broche le destrier toute une randonee
Et vait ferir un Grieu en la targe listee,
Que voiant Alixandre en a l'ame getee.
Alixandres le voit s'a s'ensegne escrïee,
Bucifal point et broche, toute en fremist la pree,
Et vait ferir le duc en la targe bendee;
Tel caup li a doné du trenchant de l'espee
Que la teste o le hiaume li a du bu sevree.    [1850]
Cil de Bastre s'en fuient si depart la mellee,
Molt a bien Alixandres sa gent reconfortee.

[3.107]Li rois retint ses resnes, sor les estriers s'apuie,
Le branc qui fu d'acier tert du sanc et essuie,
Et qant il fu bien ters, en son fuerre l'estuie
Et commande Aristé que sa gent li conduie.
Puis a pris un espié, por ce que joindre cuie,
Porron quiert par le champ, car il crient qu'il s'esduie,
Por ce que l'autre fois torna si tost en fuie;
Qant il nel pot trover, molt forment li anuie,    [1860]
N'encontre chevalier ne laist la sele vuie.
De la noise des cors et de la gent qui huie
Ne torne cele part que tous li chans ne bruie;
Li dart que li Grieu lancent vont plus espés que pluie.
Il n'encontre compaigne qu'il n'ocie et destruie.

[3.108]Li cuens Aristés maine la compaigne roial.
Il garde vers senestre s'a veü Rodoal,
Que Porrus amoit plus que nul home charnal,
Il l'avoit adoubé a une feste anval.
D'un Grieu q'ot abatu en menoit le cheval;    [1870]
Se il nel puet rescorre, tient soi a desloial.
L'ensegne qu'il portoit commande au seneschal;
Encontre Rodoan broche tot un ingal,
De l'espee qu'il tint tel li done el nasal
La bouche et le menton li abat contre val.
Le destrier ou il sist trenche dusqu'al poitral
Et celui qu'il menoit prist au sosmentonal
Si l'a randu au Grieu a guise de vassal.
Alixandres le vit, por ce le tint a mal
Qu'il a guerpi l'ensegne por nul home charnal.    [1880]
"Sire, dist Aristés, onques mais n'oïtal,
Ne veul qu'il ait du vostre nisun esperonal."

[3.109]Es vous Emenidus sor un cheval liart,
N'encontre chevalier qui n'ait de mort regart,
Et vit un duc de Bastre qui des Grieus fait essart;
Il broche le destrier, venus est cele part.
Li dus ne l'atent mie a guise de coart,
Tel li done en l'escu ou ot paint un lupart
Que plain pié et demi li mist el cors le dart.
Qant il se sent navrés, de maltalent tous art;   [1890]
S'or ne se puet vengier, tenra soi por couart.
Li dus s'en est tornés, mais trop est meüs tart,
Emenidus le fiert en l'elme d'un fausart,
Desi que es arçons par l'eschine le part.
Cel cop vit Alixandres, qui iert en son esgart.

[3.110]Or vait Emenidus navrés par la bataille,
Et vit un duc de Bastre, ne laira ne l'assaille.
Tel caup li a douné el pis sous la ventaille
Le fer de son espié li mist en la coraille,
Tant souef l'abat mort que gaires ne travaille;    [1900]
Cel caup vit Alixandres, ne puet müer n'i aille.
Qant il le vit navré, dolens en fu sans faille
Et dist d'Emenidon por voir sans controvaille
Qu'il ne set chevalier qui par son cors le vaille.
Ses plaies li estoupe por le sanc qu'il n'en saille,
D'un bendel li estraint par dedesus l'entraille,
Puis apela un mire, por tost saner li baille.

[3.110]Litonas sist armés deseur un cheval noir
Que li rois Alixandres li dona l'autre soir,
Gos li rois d'Outremons vit seur le brun seoir.    [1910]
Ensamble vinrent joindre, ne lor peüst chaloir,
Ambedui s'entrefierent par issi grant pooir
Onques escus ne broigne ne lor pot riens valoir,
Par mi les cors se font les bruns espiés paroir.
Gos fu li plus bleciés si s'est laissiés chaoir,
Si home l'en porterent, de ce firent savoir;
Et Litonas se pasme, ne se puet astenoir.
Alixandres l'ot dire si l'est alés veoir;
Qant il li vit le sanc jusques as piés chaoir,
Dejoste Emenidon le rueve aler seoir;    [1920]
Puis si a dit au mire que tout a son voloir,
Mais qu'il bien le garisse, li donra grant avoir.
Li mires li respont: "Je vos afi por voir
Q'il porront porter armes tel di com fu ersoir."

[3.112]Filotes sist armés el cheval espanois,
Qui fu destre comés et si blans comme nois,
Et ot en son sa lance un gonfanon turqois;
Il n'ot en toute l'ost chevalier plus cortois.
El cuer de la bataille vit un duc et deus rois
Qui le gregnor damage faisoient des Grigois;    [1930]
Il broche le destrier si vait joster as trois.
Cil le ferirent bien, mais ne lor vaut un pois,
Car il ne l'abatissent entresi q'a un mois.
Les deus en abat mors et le tiers prist manois
Si le rent Alixandre par les resnes d'orfrois.
Margos, li compains Gos, sist el cheval norois,
A la loi de sa terre fu armés comme rois;
La ou il s'entrencontrent se fierent de manois.
Margos le feri bas en l'escu vïenois,
Au costé li a joint la hanste de garrois;   [1940]
Et Filotes fiert lui com chevaliers de prois,
Tout li trenche l'escu et la guige d'orfrois,
Par mi la destre espaulle li mist le fer grigois,
Del gonfanon pert outre ne sai deus piés ou trois,
Tant com hanste li dure l'abat mort el chaumois.

[3.113]Desor un destrier vair Perdicas sist armés,
Et vit un duc de Bastre qui de l'ost iert sevrés,
Le cheval en menoit d'un Grieu qui iert navrés;
S'or ne le puet rescorre, ja sera forsenés,
A tant point le cheval, cele part est alés;   [1950]
Li dus le vit venir si li est retornés.
Mervelleus caus se donent es escus painturés,
Desor les boucles d'or les ont frais et troués;
Li hauberc sont si fort que nus n'en est faussés,
Les lances sont brisies et li fer tronçonés.
N'i a nul qui chaïst, car chascuns est provés,
De grant chevalerie est chascuns renomés.
Li dus le sent hardi, fuiant s'en est tornés,
Por un seul petitet ne li est eschapés.
Perdicas li escrie: "Vassal, car m'atendés!  [1960]
Molt iert bons li chevaus se ainsi m'eschapés."
Et il broche le sien, s'est aprés lui alés
Et vint plus tost a lui c'uns faus ne fust volés;
De l'espee le fiert qui li pendoit au les,
Desi qu'en la cervele li est li brans coulés.
Ne li valut li hiaumes deus deniers moneés,
Li haubers c'ot vestu est rompus et faussés,
L'eschine li fendi par entredeus costés.
As alves de la sele est li brans arestés,
L'une moitiés du cors est a terre versés,  [1970]
L'autre moitiés chaïa la terre delés.
Ce dïent cil de Bastre: "Cil Grigois est desvés,
As diables soit hui li siens cors commandés."
Il a pris le cheval, arriere est retornés,
Alixandre le rent par le frain qu'est dorés.

[3.114]Porrus vait par le champ et sa gent molt enorte,
La ou voit le besoing si aïde et conforte,
Sovent crie s'ensegne, que sa gent ne resorte;
Et voit Salatïel, un fort roi de Marorte,
Qui tant s'est combatus toute s'espee est torte;   [1980]
Une eschiele des Grieus le tenoit en reorte.
Il broche le destrier, brandist l'espié qu'il porte,
Vait secorre le roi, qui besoigne en a forte.
Si bien i fiert chascuns de l'espee qu'il porte
Que le roi ont rescous et l'autre gent ont morte.

[3.115]Qant Porrus ot rescous le roi Salatïel,
Il broche le destrier, tint l'escu en chantel.
Encontre Licanor, qui seoit sor Morel,
Sel feri de l'espee dont trenchent li coutel
Que jambes enversees l'abati du poutrel.    [1990]
De meïsme la pointe vait ferir Samüel,
Tout li trenche l'escu qui fu fait a neel,
De l'auberc desrompi la maille et le clavel,
Si qu'el ventre li brisent de l'espié li coutel;
Qant il le trait a soi, s'en chieent li boiel.
Puis regarde sor destre si vit un jovencel
Qui fu drus Alixandre adoubés de novel;
Un sien baron ot mort, ne li fu mie bel.
Il broche le destrier, qui molt le porte isnel,
Tel caup li a doné de l'espee a neel    [2000]
Que mort l'a abatu sans nisun contrapel.
Aprés lui por garder vont poignant cent dansel
Qui trenchent pié ou poing ou espandent cervel;
Des vavasors de Gresse ont mors a lor revel,
Tels cinquante en i ot n'i a nul n'ait chastel.
Porrus jure son dieu qu'on claime Lucabel,
S'il encontre Alixandre, le viellart, le mesel,
Ne li vauront ses armes que il porte un chapel,
Que le chief a tout l'elme ne li mete el putel.
Ce dïent cil de Bastre: "Molt avons bon chadel." [2010]

[3.116]Licanors saut en piés, comme hom de grant vertu,
Porrus s'en passa outre qu'il l'avoit abatu.
Poise li de Morel, qu'il ot ainsi perdu;
Qant ne se puet vengier, dolens et iriés fu.
Un duc qui fu de Bastre a devant lui veü,
Tel caup li a doné du branc d'acier moulu
Que trestout en travers le trenche par le bu.
Il saisist le destrier et traist avant l'escu,
Le mautalent qu'il ot li a molt chier vendu.
Set chevaliers a mors et un duc retenu,    [2020]
Tant a quis Alixandre que il li a rendu.

[3.117]Litonas sist armés deseur un cheval noir,
Un duc ot mort de Bastre, ne li peüst chaloir.
Dui roi le vont ferir qui ont si grant pooir
Que tres par mi son cors font lor espiés paroir,
De canque il l'enpaignent nel pueent pas movoir;
Se or ne se vengast, jal veïssiés ardoir.
Le branc qui fu d'acier lor fait si fort paroir
Qu'ansdeus les chiés des bus fait a terre chaoir.
Cel caup plut Alixandre si l'est alés veoir;   [2030]
Et qant il vit le sanc dehors le cors plovoir,
Dejoste Emenidon le rueve aler seoir,
Et puis a dit au mire trestout a son voloir,
Se il bien les garist, donra lui grant avoir.
Li mires li respont: "Je vos afi por voir
Que il seront tout sain tel di com hui au soir."

[3.118]Es vos Aminadap, qui fu rois d'Alenie.
Por ce que sa gent iert combatans et hardie
L'avoit Porrus mandé et semons par banie;
O soissante mil homes iert venus en s'aïe.    [2040]
Devant tote sa gent requiert chevalerie,
Et porte en son bras destre une manche s'amie;
Qant li solaus i fiert, bien luist et reflambie.
Por sa gent rehaitier a haute vois s'escrie
S'il encontre Alixandre ne laira ne l'ocie.
Antigonus l'entent si li torne a folie,
Hurte des esperons le sor de Tabarie,
Grant caup li va doner en la targe florie;
Ja soit ce que la lance li soit torte et croissie
Por qant sel met a terre voiant sa baronie.    [2050]
Du cheval ou il sist a la resne saisie,
Qui que poist ne qui non, par la presse l'en guie.
Por chevalier estrange nel perdra hui mais mie.
Alixandres le voit, ne puet müer n'en rie,
En son cuer en est liés assés plus que ne die.

[3.119]Aminadap saut sus au plus tost que il pot,
Por ce qu'il fu cheüs molt grant vergoigne en ot,
De son cheval li poise que li Grieus en menot;
Vit un baron de Gresce qui devant lui passot,
Tel caup li a doné du branc que il portot   [2060]
Que l'elme li fendi et le cercle trenchot;
Desi que ens es dens li aciers li coulot,
Si l'a mort abatu que onques ne dist mot.
Puis saut sor le destrier que estrier n'i baillot,
De ce li fu molt bel que Porrus veü l'ot.
Le caup que il ot fait ainc cil hom ne le sot
Qui de chevalerie forment nel prist et lot.

[3.120]Porrus vait par le champ, des Grieus fait grant maçacre,
De sanc et de cervele est coverte la place.
Et qant Dans Clins le voit, si broche Boniface,    [2070]
Puis a drecié l'espié, le fort escu enbrace.
Porrus le vit venir sel feri d'une mace,
Que son escu li fent com se il fust de glace
Et lui et son cheval abat en mi la place.
Et Dans Clins refiert lui, qui de mort le manace,
Sel fiert en mi le pis que l'auberc li deslace;
Enpaint le de vertu, a terre le crabace.
Li chevaus chiet sor lui ens en une crevace.

[3.121]Dans Clins sailli en piés, qant a terre se sent;
Ains que Porrus se liet, par le nasal le prent.    [2080]
Porrus crie s'ensegne por ralïer sa gent,
Et cil i sont venu plus de mil et set cent.
Et li home Alixandre ne resont mie lent,
Chascuns au mieus qu'il puet du retenir content;
Cil fierent de deus pars mainte communalment.
Porrus sache l'espee qui au costé li pent
Si fiert Dant Clin sor l'elme, que trestout le porfent
Et tout le chapeler du hauberc li desment;
Del caup fu estordis, q'a la terre s'estent.
Ja s'en alast Porrus, qant Tholomés descent,   [2090]
Ne s'en ira hui mais se estor ne li rent.
O les brans acerins se fierent si forment
Tous les escus detrenchent, qui sont a orpieument.
Porrus chaïa terre, molt ot grant maltalent.

[3.122]Porrus sailli en piés, qant il fu abatus.
Il escrie s'ensaigne por ralïer ses drus
Et il i sont venu o les espiés molus.
Et li Grieu se ralïent, molt est grans lor vertus,
Reclaiment Alixandre o les grailles menus;
Alixandres l'entent, cele part est venus.    [2100]
Lors refu li estors fierement maintenus,
Quatre cens chevaliers i ont les chiés perdus.
Desor trestous les autres Alixandre est cremus;
Il traist la bone espee as bruns coutiaus molus,
Tranche les las des hiaumes, les testes et les bus.
Li Grigois i feroient, qui molt sont irascus,
Et departent la presse as brans qu'il portent nus,
Quinze dus i ont pris et set rois retenus;
Aminadap fu pris et li orfrois perdus.
La bataille aclaroie, car li chans est vaincus,    [2110]
Cil de Bastre s'en fuient vers l'eaue de Calus.
Porrus est entre Grieus, ou il s'est combatus,
Assés lor a malmis et elmes et escus,
O le branc acerin s'est si d'aus deffendus
Q'il n'i a si hardi del prendre ne soit mus,
Car ains que il fust pris se fust molt chier vendus.
La ou vit Alixandre, si s'est a lui rendus;
Bien le connut as armes ou li ors fu batus
Et a la grant compaigne dont li chans fu vestus.
Qant voit par la ventaille les blons cheveus quernus,   [2120]
Dont sot cil l'ot gabé, si s'est aperceüs,
Qui li dist qu'Alixandres estoit vieus et chenus.

[3.123]Porrus voit qu'il est pris si l'estuet sousploier,
Et voit ses homes mors, que n'i a recovrier.
Qant autre ne puet estre, ne s'en veut esmaier,
La ou voit Alixandre rent lui son branc d'acier
Et dist en son langage que il l'avoit molt chier.
Alixandres l'entent sans autre latimier,
Car de tous les langages s'estoit fais ensegnier;
Et qant il tint l'espee, sel prist a manecier    [2130]
Por ce qu'il l'ot tant fait lasser et travellier;
L'auberc li fait fors traire et l'elme deslacier.
Porrus vit Alixandre armé sor son destrier,
Envers lui s'umelie se li prent a proier
Que il nel face ocirre ne son cors laidengier,
Car sol de bele garde en puet avoir d'or mier
Plus que ne porteroient quatre mile soumier;
Prist le par l'estriviere, le pié li vaut baisier.
Pitié ot Alixandres sel fist sus redrecier,
Rent lui toute sa terre et commande a baillier,    [2140]
Ses prisons li amaine ses a fait deslïer.
Et qant Porrus le vit, prist s'en a mervellier
Et dist que il nen iert nus hom fieus de mollier
Qui osast un tel don faire ne commencier.
Alixandres li rueve conduit aparellier,
Es desers veut entrer, car molt les veut cerchier,
Car veoir veut les bonnes, se il n'a encombrier,
Que Artus avoit fait en Oriant fichier.

[3.124]Qant Porrus fu rendus, Gos et Magos s'en vont.
Ne fu si crüel gent puis que Dieus fist le mont,   [2150]
Ja n'avront bien ne joie le jor que mal ne font,
Manacent Alixandre que dolent le feront.
Li maines rois l'ot dire, a poi de duel ne font.
Il les sieut tost aprés, et dist ja ne garront,
Tout droit as mons de Tus, dont li val sont parfont
Et li tertre sont droit envers le ciel a mont.
La les a bien enclos por le mal que il font,
Tant que Antecris viegne que ja mais n'en istront.

[3.125]Gos et Magos s'en vont, perdu ont de lor gent.
Dis mil en furent mort et navré quatre cent,   [2160]
Porter les font en biere, molt s'en vont laidement,
Manacent Alixandre qu'il le feront dolent,
Fil a putain le claiment, né par enchantement.
Li maines rois l'ot dire si s'en ire forment;
Il en jure ses dieus et canq'a lui apent
Que de ça la montaingne les ardra s'il les prent.
Il les enchauce tost et molt isnelement.

[3.126]Tout droit as mons de Tus s'en fuit Gos et Magos
Et li rois Alixandres s'est mis en lor esclos.
Ains qu'il fuissent as mons, s'est a aus si apos   [2170]
Que plus de trente mile en a que pris que mors;
Li autre passent outre, eschapé sont as nos.
De l'ire q'ot li rois enfremist toute l'os,
Et fait de la montaigne si bien cerchier les cros
Qu'il n'en i remest nus qui tant i soit repos.

[3.127]Li pui de Tus sont haut envers le ciel tout droit.
N'i a de tous passages ne mais c'un seul destroit,
Par iluec s'en passe outre la gent qui Dieu ne croit.
Molt en poise Alixandre qant eschaper les voit,
Vit la terre parfonde et le pertuis estroit.    [2180]
Ja se meïst aprés, qant Tholomés disoit
Que se il passoit outre grant folie feroit,
Desvoiabletés est, ja n'en retorneroit;
Plus les destraindroit il et mieus se vengeroit
S'a chaus et a ciment les pertuis estopoit,
Que ja mais n'en istroient tresque la fins seroit.

[3.128]Arestés s'est li rois et fait le ciment faire.
De chaus et de mortier ains ne fu veüs maire,
Ja n'iert mis en cel lieu que la jointure i paire,
Il l'ont fait itant fort que nus nel puet deffaire;   [2190]
A clorre le pertuis ne demorerent gaire.
Lendemain par matin en Ynde s'en repaire;
Porrus li vait encontre qui son cuer li esclaire,
Tous les tresors qu'il a li fait mostrer et traire.

[3.129]"Sire, ce dist Porrus, primes te veul semondre
Que voies mes tresors, dont je ne sai le nonbre,
Que mi ancissor firent desous terre repondre.
Tant en done a tes homes que nus ne puisse grondre,
Si facent vaissiaus d'or, bellons come concombre,
Ou il se puissent bien rere, baignier et tondre.  [2200]
Tant en pren a ton oés que nus nel puist apondre,
Et por bien afiner le fai quatre fois fondre.
Le don que tu m'as fait ne porroit nus espondre,
De ta volenté faire nule riens ne m'enconbre,
Mieus aim je ton servise que par grant chalor ombre."

[3.130]Alixandres respont com hom de grant pooir:
"Laisse ester tes tresors, ne t'en quier nul movoir,
Car jou ne tuit mi home n'avons cure d'avoir;
Ja n'en prendrai denree ne rien n'en quier avoir.
Ses que dist Salemons el livre de savoir?   [2210]
Bons rois adrece terre si la fait bien seoir,
Li avers la destruit et fait gaste manoir.
Qui rien ne veut doner quels homes cuide avoir?
Cil ou il mieus se fie le met en nonchaloir.
Se je t'ai rien doné, or le me fai paroir,
Condui moi es desers, se riens m'i pués valoir;
A chascun fai porter tant de son estovoir
Que ja nul de mes homes n'estuece remanoir."
"Sire, ce dist Porrus, ce t'afi je por voir:
Mieus te veul obeïr et faire ton voloir   [2220]
Que a mes malvais dieus, qui m'ont laissié chaoir."

[3.131]"Sire, ce dist Porrus, en ce oi grant damage:
Qant Dayres fu ocis sor Gangis el rivage,
Assés me fu mandé par briés et par message
Q'ainsi te demenoit fors avarisse et rage.
Onques si nobles hom n'issi de ton lignage;
Se seüsse si bien ta vie et ton corage,
Ja de toute ma guerre ne fust percie targe,
En pais sans contredit t'alasse faire homage.
Tu vas querant proëce, segnorie et barnage;  [2230]
Qui la te contendra molt fera grant folage,
Nel puet garir chastiaus ne fors cités marage
Que tu nel sieues tant que tu li fais damage.
Ce que tu as conquis par force et par barnage
Dones tu volentiers, n'en fais nului salvage;
Humilités te vaint et fait rendre ton gage.
Onques si larges hom ne fu de nul parage,
Plus as tu hui doné et moi et mon lignage
Que ne se raembroit l'amiraus de Cartage."

[3.132]"Porrus, fait Alixandres, assés t'a on conté   [2240]
Que combatant m'aloie tous jors par averté.
Avers hom ne puet mie conquerre autrui regné,
Ains pert molt de sa terre, q'ainsi veulent li dé.
Ses com m'aiment mi home par ma grant largeté?
De ma volenté faire se sont tous jors pené,
Et jou ai a chascun itant du mien doné
Que mieus vaudroient estre trestuit ars et venté
Que riens eüssent fait contre ma volenté.
Tant m'aiment en lor cuers et si sont aduré
Que mieus vauroit avoir chascuns le chief caupé [2250]
Que vers mon enemi eüst le dos torné.
Qant il sont devant moi sor lor chevaus monté,
Canque je voi as ieus tout m'est abandoné.
Par lor grant vasselage ai je pris tel fierté
Que se tuit cil du mont estoient assamblé
Ne me tauroient il ne chastel ne cité."

[3.133]"Porrus, fait Alixandres, savoir dois et enquerre
En quel sens rois avers destruit et confont terre.
Dehors l'ardent et robent tuit cil qui li font guerre,
Et taille ciaus dedens, acuse et fait enquerre.  [2260]
Povres est et chaitis qui entor lui reperre,
Car son avoir li taut et en prison l'enserre;
S'il li crie merci, il n'i puet riens conquerre.
Qant il puet eschaper, si pleure et son duel merre,
Ses enfans a son col s'en fuit et vait pain querre."

[3.134]"Porrus, fait Alixandres, n'est mie devinaille:
Rois avers crient tous jors que ses avoirs li faille;
Qanque il puet trover tout met en repostaille.
Puis que il l'a repost et mis sous la moraille,
Ja puis n'en donra tant que un seul denier vaille.  [2270]
De ses homes confondre croit bien sa cuivertaille,
A tout le plus felon sa terre acense et baille,
Et cil li amenuise et confont et travaille
Et mengüe la gent desi q'en la coraille;
S'il enprunte et acroit, ja n'en saudra maaille.
Les uns semont de droit et as autres fait taille;
Qant il n'i puet plus prendre, si en porte la paille;
La povre gent s'en fuit et la terre anoaille.
Qant li sires l'ot dire, sel tient a controvaille;
Por ce que il ne l'aiment, fait semblant ne li chaille, [2280]
Des que li sers n'i pert vaillant un oef de quaille.
Puis devient il si fel quelque part que il aille
Q'il n'encontre provoire ne moine qu'il n'assaille."

[3.135]"Porrus, ce sachent bien li bas hom et li haut
Q'avers hom est plus seus que hermites en gaut;
Tresqu'il n'a bien ses homes, tost est venus au saut,
N'a voisin en sa terre ne li toille et retaut.
Puis qu'il le tient a honte, ses avoirs que li vaut?
Avers hom veut tous jors que on paine et travaut
Et face son servise et riens du sien ne baut;   [2290]
Cil ou il plus se fie au grant besoing li faut.
Puis qu'il n'a preu en lui, quel part qu'il veut si aut,
Et s'il pert riens du sien, dehais ait qui en chaut,
Car molt sont fol li home qui d'avoir se font baut;
Mains hom en est getés en compieng por le chaut."

[3.136]"Porrus, dist Alixandres, mon conduit m'aparelle,
Entrer veul es desers ou a tante mervelle.
Puis revenras en Ynde, ou tu feïs la treille,
Et tes dieus qui musissent forbis et aparelle.
Je conquerrai Egipte jusq'a la mer vermelle   [2300]
Et prendrai Babilone se ma gens le conseille,
Car avoir veul la tor qui vers le ciel torelle
S'ocirrai le serpent q'on dist qui tous jors veille."

[3.137]"Sire, ce dist Porrus, je fais aparellier
Les bestes toutes vives que menrons por mengier.
Et l'autre garison porteront li somier;
Ja n'i avra en l'ost sergant ne chevalier,
Lecheor ne putain, garçon ne escuier,
S'il se veut es desers rere ou tondre ou baignier,
Que vaissel de fin or n'i puisse apareillier;   [2310]
Ne ja por la chalor ne li estuet laissier
Ventouser ne se face ou de vaine saignier.
Et toutes les herberges fais si apareillier
Nis la coute de paile n'iert a dire au couchier."
"Porre, dist Alixandres, molt te doi avoir chier,
Qant par ton bel servise me veus eslosengier."

[3.138]Or se sont cil de Bastre semons et bani tuit
Qu'il soient es desers tresq'a mardi a nuit
Et portent vin et eaue, sel, ferine et pain cuit,
Pois, feves et lentilles, poivre, commin et fruit   [2320]
Et soient de faucilles et d'autre chose estruit;
Menront l'ost Alixandre et Porron quil conduit.
Porrus jure le ciel, l'eaue et le vent qui bruit
Que cil qui remanront seront ars et destruit;
Ja ne porront garir ne par jor ne par nuit.

[3.139]Or est li os meüs a joie et a baudour;
Cil de Bastre les guïent par issi grant amor
Cil qui vaut eaue froide si l'ot por la chalor.
Ne fuissent li serpent, dont il ont grant paor,
Ja nus d'aus en sa terre ne fust a tel honor.    [2330]
Porrus sert Alixandre, que il tient a segnor;
Il ne trueve es desers herbe de bone odor
Q'il ne face cuellir et aporter la flor,
Le tref le roi en jonchent q'en sente la flairor;
Les maus pas lor eschieve qu'il n'i aient dolor.
D'un home des desers font lor adreceor,
Si q'as bonnes Artu vinrent au sesme jor.

[3.140]Qant li rois vit les bonnes, molt fu joians et liés,
Deus ymages d'or vit, dont molt s'est mervelliés.
"Sire, ce dist Porrus, de ça vous hebregiés,[2340]
Ne passés ces ymages, car ce seroit pechiés;
Onc Artus ne Libers n'orent avant lor piés,
Desvoiabletés est, tost serés foloiés.
La mer qui terre clot a les mons si perciés
Et l'ardor du soleil a si les crués sechiés
Assés i a teus lieus ou molt tost charrïés.
Les la rive de l'eaue est si parfons li biés
Entresque en abisme tost serïés noiés
Et du peril de l'eaue se vos eschapïés
Et si q'a ferme terre la outre venissiés,  [2350]
Li perieus est si grans ja n'en revenrïés;
On ne set qu'il i a, tost serïés mengiés."

[3.141]"Qant Artus et Libers vinrent en Oriant
Et orent tant alé qu'il ne porent avant,
Deus ymages d'or firent qui furent de lor grant.
En tel lieu les poserent que bien sont aparant
Et que mais a tos jors i fuissent demorant;
Ainc outre les ymages nen ot home vivant.
Rois, fai lor sacrefise qu'il n'aient maltalant,
Que tuit s'en aillent sain li petit et li grant,  [2360]
Si com firent cil dui qui ierent dieu poissant."
Qant Alixandres l'ot, si respont en riant:
"La gent de ceste terre sont fol et mescreant,
Qui croient ces ymages et les vont aourant,
Qui n'oient ne ne voient ne d'aler n'ont talent.
Qui les geteroit ore ens en un fu ardant,
Il n'ont tant de vertu ja mais en ississent.
Le matin irai outre trestous vos eus voiant."

[3.142]La nuit jurent iluec tant qu'il fu ajorné,
Grans piece fu de jor ains qu'il aient trossé.   [2370]
Puis sont venu a l'eaue, dont parfont sont li gué;
Tant i ont cloies faites, ros et raime geté
Q'a mervelleuse paine sont outre trespassé;
Par devant les ymages sont el mollain entré.
Qant Alixandres vit ses gens a seürté,
De la joie qu'il ot a Porron apelé,
Et Porrus vint a lui s'amena Tholomé.
Sor la senestre espaulle li a son bras geté,
Puis li dist en riant: "Car nos fuissiens disné!
Devant nos gardons bien, car derrier sont li dé, [2380]
Ne se fïerent gaires en lor grant deïté
Qant por un seul mal pas furent espoënté,
Qu'il ne passerent outre, ains s'en sont retorné;
Nous n'avons cel roncin qui n'i ait traversé."

[3.143]Tholomés vait avant por le maingier haster;
Qant fu aparelliés, si fait l'eaue doner
Et sont par toute l'ost tuit assis au disner.
Qant il furent assis, si les estut lever,
C'onques de garison ne lor i lut gouster,
Car cil les escrïerent ques devoient garder   [2390]
Q'il voient les mervelles des desers assembler,
Et dïent Alixandre; "Fai ta gent tost armer!
Tant veons d'olifans nus hom nes puet esmer,
Ja serons malbailli s'il nos pueent trover."
Cil qui primes les vit le vait au roi conter.
Li rois cline vers terre si commence a penser,
Et qant il se redrece, si fait sa gent armer.
Alixandres commande ses chevaliers monter
Et ciaus qui sont a pié les herberges garder,
Et fist par toute l'ost ses buisines soner,    [2400]
As chevaus por henir fait les yeves mostrer
Et les truies fait prendre et batre por crïer,
Les homes por noisier fait durement hüer,
Tant que les olifans fait en fuies torner.
Qant il voit qu'il s'eslongent et s'esforcent d'aler,
Ses rueve as chevaliers o les lances bouter;
Lors veïssiés les bestes deus et deus crevanter,
Nuef cens et vint et set en ont fait enverser.
Les dens en a fait traire et tous les os oster;
Mieus valut li yvoires que il en fist porter    [2410]
Que qanque Sersés pot d'or et d'argent trousser.

[3.144]"Sire, ce dist Porrus, ceste terre est molt fiere,
Molt est deshabitee, ne sai avant que quiere.
Se nos passons encore une autretel riviere,
Noiens seroit ja mais du retorner arriere.
Tant com vostre compaigne est si saine et entiere,
Ains que vostre maisnie perdés en la fouchiere,
Si nous en retornons toute nostre chariere.
La palus est si mole et desous si pleniere
Qui en istroit plain pié de la voie corsiere  [2420]
Ne seroit mais veüs en nisune maniere."
"Porrus, dit Alixandres, jel fais par ta proiere."

[3.145]Iluec se hebregierent dejoste le marois,
Un poi de fosse firent devant aus por deffois.
La nuit se reposerent, l'endemain furent frois,
Arriere s'en retornent cil d'Ynde et li Grigois;
Tres devant les ymages s'est arestés li rois.
Por ce q'a cel jor fu la kalende du mois,
Porrus et Alixandres sacrefïent manois,
Et ot al sacrefice vaches soissante et trois.    [2430]
Les laus du sacrefice chanterent en yndois,
Qui ierent revestu, doi chapelain cortois.

[3.146]Qant ont de la kalende celebree la feste,
La devise du mois lor anonça li prestre.
Puis s'en tornent ariere devers Ynde a senestre,
Li conduis les en guie une voie champestre.
Une seche palu troverent a main destre,
Par lieus estoit si mole q'erbe n'i pooit nestre.
De diverse maniere lor sailli une beste;
Le poil ot gros et dur et poignant com areste,    [2440]
Ne crient fer ne acier, tant est de fiere geste.
Qant cil de l'ost la hüent, de maltalent s'areste,
Au retor qu'ele fist lor a fait tel moleste
Trente et set chevaliers lor ocist et tempeste.
Li Grieu corent entor tuit a vive poëste,
A maus et a cugnies li peçoient la teste.

[3.147]Qant il furent tuit outre, soirs et bas vespres fu.
La nuit se hebregierent dejoste le palu;
Li solaus fu couchiés quant li tref sont tendu,
Auques seürement se sont la nuit geü.    [2450]
A l'aube aparissant, ains que fuissent meü,
Liotifal lor sont dedevant l'ost venu,
Ja mais autretel home n'ierent, je cuit, veü.
Douze piés ont de haut, grant sont et parcreü,
Ja n'avront fil de drap affublé ne vestu,
Quelque tans que il face, tous jors vont ainsi nu
Et sont par tout le cors comme bestes pelu.
Bien sont un mois sous eaue, ja ne seront veü;
Tant com il i conversent, vivent de poisson cru.
Qant revienent sor terre, si resont d'el peü,   [2460]
Car il vivent d'encens et de bon balsamu.
Cil legier bacheler por traire i sont couru.
Qant virent les saietes, fuïsont et perdu;
Molt en poise Alixandre quant il ne sont seü,
Mieus en amast il quatre qui fuissent retenu
Que cent somiers chargiés d'or et d'argent molu,
Car plus prenent poissons, qant il sont esmeü,
Q'oiseleor ne font menus oisiaus a glu;
Et fust par tout le mont a mervelle tenu
Comment il porent estre ne pris ne retenu.    [2470]

[3.148]Ce fu aprés esté, si comme yvers entra,
Que li rois Alixandres icele gent trouva,
Et fu a un matin si comme il ajorna;
Li jors fu biaus et clers et li solaus leva,
De l'ardor du soleil toute l'ost eschaufa.
Et qant vint aprés tierce, li jors se heriça
Et devint si ennubles que tous li airs torbla,
Molt par fist grant froidure, assés plut et nega;
Et qant vint au midi, li solaus esclaira.
Qant li rois sot d'antone et du tans qui changa,   [2480]
Lors fait soner ses grailles et par l'ost commanda
Ses tentes a cuellir, lors monte si s'en va;
Puis a monté un tertre et un val avala.
La pree fu molt gente et l'erbe verdoia,
Onques hom en nul tans plus bele n'esgarda.
La montaigne fu haute et li val reonda,
Devant ne truevent voie, car un point n'en i a;
Onques n'i ot si sage, quant il se regarda,
Qui peüst pas savoir par ou il i entra.
A esploit chevauchierent, ainc nus d'aus n'aresta,   [2490]
Toute jor vont entor, onques l'os ne fina
Dusq'a eure de none, que li solaus torna;
Lors revoient lor trace ensi com l'os ala.
Alixandres meïsmes forment se mervella,
Qui tant a hui alé et noient esploita,
De maltalent s'encline et du cuer souspira;
Son pavellon fait tendre et 1'os se hebrega.
Cliçon et Tholomé et Caulon apela,
Li uns d'aus conte a l'autre la mervelle qu'il a.

[3.149]"Segnor, dist Alixandres, mal nos est avenu,   [2500]
Par le mien ensïent tuit somes confondu.
Veés ici nos traces que nos avons tenu,
Ainsi comme 1'os a trestout cest plain seü;
Des l'eure que nos fumes en cest val descendu
N'avons nos esploitié la monte d'un festu.
Ci n'a mestier proëce ne lance ne escu,
En tout le mont nen a si bon destrier crenu
Qui peüst plus aler d'un ronci recreü.
Les montaingnes sont hautes et li pui sont aigu
Et la terre si basse que tuit somes perdu.   [2510]
Par le mien ensïent, si com je l'ai veü,
N'en istroit uns oisiaus, tant volast de vertu;
Perdu avons l'entree par ou somes venu.
Li dieu nos veulent mal, tuit somes deceü,
De ci n'istront ja mais ne joene ne chanu."
Lors ont par toute l'ost un si grant duel meü
C'onques de nule gent mais ausi grans ne fu,
Qu'il en sont a la terre tel set mile cheü
Qui rompent lor cheveus et ce qu'il ont vestu;
Maint bon peliçon gris ot ilueques fendu   [2520]
Et maint blïaut de soie deschiré et rompu.

[3.150]Segnor, la veïssiés grant duel et grant iror,
Ainc le soir n'i mengierent li grant ne li menor;
La nuit jurent el val tant qu'il virent le jor.
A Alixandre vinrent li prince et li contor
Et demandent conseil que devenront li lor.
Il lor a respondu belement par amor
Et dist comme bons rois: "Or entendés, segnor!
Je chercherai le val bonement sans freor
Savoir se troveroie ne voie ne destor   [2530]
Par ou nous ississiens de cest val tenebror."
Il monte en Bucifal, son destrier coreor,
Onques en nule terre nen ot cheval mellor.
Qant li rois fu assis es arçons pains a flor,
Des esperons le broche et cil vait par vigor.
Tant a cerchié le val Alixandres entour
Que il trueve une pierre du tans ancïenor
Ou il avoit escrit grant duel et grant tristor;
Les letres sont el mabre qui content la dolor,
Ja nes verra cil hom qui n'ait de mort paor.   [2540]

[3.151]Qant li rois vit les letres, n'i ot ne gieu ne ris.
Ce conte l'escriture qui est el marbre bis
Que se tuit cil du mont s'estoient el val mis,
Por trestout l'or du siecle n'en istroit uns seus vis
Se uns hom de son gré n'i remaint a tous dis.
Qant li rois entent ce, si enbroncha son vis,
De maltalent et d'ire est sor le marbre assis.
Lors plora Alixandres por duel de ses amis,
Griés est de Babilone, dont li mur ne sont pris;
Damedieu reclama, qui maint en paradis,   [2550]
Qu'il le giet du torment ou il ert entrepris.
"Haï! rois Alixandres, com par estes conquis!
Ici morrons de fain, n'en estordra uns vis."

[3.152]Dolens fu Alixandres de ce qu'il ot trové,
De maltalent s'acline, du cuer a souspiré.
Devers destre partie a son chief retorné,
A une part du marbre a li rois regardé.
Ce conte l'escripture du tans d'antiquité
Que se tuit cil du mont ierent el val entré,
Des le premerain home que Dieus ot figuré,   [2560]
N'en istroient il mais en trestout lor aé,
Se uns seus n'i remaint bonement de son gré;
Et se uns i remaint, li autre erent sauvé
Et par un tout seul home seront tuit delivré.
Qant li rois l'entendi, n'i a plus demoré,
Il monte en Bucifal par son estrier doré,
Deci q'a l'ost de Gresse n'i a estal doné.
Si home li demandent ou il a tant esté;
Encontre lui alerent Dans Clins et Tholomé,
Emenidus, Filotes, Caulus et Aristé,   [2570]
Et demandent noveles comment il a erré.
Et li rois lor a dit toute la verité,
Ainsi comme les letres li avoient mostré.

[3.153]Alixandres lor conte la persecucion,
Si com il a cerchié le val tout environ:
"N'i a voie ne fraite par ou nos en isson,
Si com dïent les letres que trovai el perron
Qui ains furent escrites q'en mer eüst poisson.
Ja mais n'istrons du val par nul entencion,
Ains i serons tous jors, se n'i remaint uns hom,  [2580]
Et par un tout seul home avrons tuit garison.
Maus est se par un home perissent tant baron."
Lors veïssiés en l'ost si grant estrivoison,
Ainsi comme chascuns se deffent par tençon,
Et dist ne remanra ja seus en tel prison
Dont il ne puisse avoir a nul jor raençon.
"Segnor, dist Alixandres, entendés ma raison:
Or vos en alés tuit par tel devision
Que ja de moi n'avrés ne blasme ne tençon,
Et jou remanrai ci tous seus sans compaignon.   [2590]
Vos avés mis vos cors por le mien a bandon;
Se ne vos en puis faire plus riche guerredon,
Mieus est que seus i muire que nos tuit i moron;
Ne vos veul engin faire ne mal ne traïson."
Li douze per s'escrïent et dis mil a un ton:
"Sire, se tu nos faus, chaitif, que devenrom?
Rois, maine ent ta maisnie, autrui i laisserom;
Se n'iert vostre proëce, ja jor ne vivriom."
Alixandres s'encline et baisse le menton,
Puis a juré son chief et mist sa main en son   [2600]
Que ja n'i remanra nus autres se il non.
Lors pleure Tholomé et fent son siglaton
Et tel quatorze mil s'en pasment el sablon
N'i a nul ne desrompe son hermin peliçon.

[3.154]Emenidus voit l'ire et le grant destorbier
Qui lor estoit venus, ne s'en sorent gaitier.
Dolens en fu li ber, n'i ot que corrocier,
De lermes li convint le visage mollier,
En plourant vint au roi sel prent a araisnier.

[3.155]"Gentieus sire, fait il, qui tant m'eüstes chier,   [2610]
Sor toutes riens avés amé bon chevalier,
Ne onques a nul jor ne convint a proier
Un povre home le riche por envers vos aidier,
Car a chascun donastes ce dont il ot mestier.
Que nos porfiteroit sans vous a repairier,
Qant tuit ne vaudriom la monte d'un denier?
Se vous ci remanés, je l'os bien afichier,
Trestuit somes perdu, n'i a nul recovrier.
Mais tant sai vostre cuer et orguellous et fier
Nus hom ne vos feroit vos dis desotroier."   [2620]
"Gentieus rois, fait li dus, ne puet nus trestorner
Que a lor jor ne muirent et viel et bacheler;
C'est dolors des auqans qui peüst amender,
Et de vous la plus grant que on sache conter;
Mais certes de trois choses vos pöés bien vanter:
C'onques plus hardis hom ne pot armes porter
Ne si larges de cuer ne cortois por doner,
Ne segnor de tel foi ne poroit nus trover.
Li hardemens parut a Tyr desor la mer,
Qant du berfroi salistes el mur sor le piler,   [2630]
Que nus hom terrïens fors vos n'osast penser,
Et as bestes de l'eaue ou vausistes entrer,
Qant por vos gens aidier vos corustes armer;
Por qant je ne vi onques home haubregié noër.
Si avés plus doné que on n'osast rover,
Les grans tresors que firent autre roi amasser
Et terres et honors et tout sans demander.
La vostre bone foi ne se pot pas celer,
Qant l'ardure vos fist cele bouche crever
Et Zephirus vos vint le hiaume presenter;   [2640]
De l'eaue qu'ot trovee si n'en vaut point goster,
Ains la vos presenta et si fist molt que ber;
Por qant s'iert il seürs du bien guerredoner,
Onques hom ne vos vit de guerredon fausser;
Sire, vos l'esgardastes, n'en vausistes goster,
Voiant aus l'espandistes por aus mieus atremper
Et que chascuns pensast o vous de l'endurer.
Ci volés seus remaindre por ces autres sauver,
Molt sera grant mervelle sel poons esgarder;
Ou seus i veul remaindre ou o vos demorer,   [2650]
Car bien doivent ensamble si bon ami finer."
"Amis, ce dist li rois, d'el vos convient penser.
Ainc ne m'oïstes mot de la bouche soner,
Fust a gas, fust a certes, nel feïsse averer;
De cestui, se Dieu plaist, ne me verrés fausser.
Por Dieu, de ceste gent vous veul merci crïer;
Vous savés bien qu'entr'aus sont envïeus li per,
Et puis que il n'avront ques soloie garder,
Ses verrés par envie tencier et ramprosner;
Se por vos ne remaint, que tuit doivent douter,  [2660]
Je ne cuit ques veés quatre jors sans meller.
Por Dieu, desq'en lor terres les en faciés mener,
Ja mais ne vos cuit riens proier ne commander."
Lors ot li dus tel duel ne pot sor piés ester,
Li cuers li esvani si le convint pasmer,
Et tels quatorze mil n'en sai un seul nomer
Ensamble povre et riche prirent a dolouser
Et lor gentil segnor tant fort a regreter.
"Ahi! gent desconfite, quel part porrons aler?"
Segnor, molt ot grant duel quant vint au dessevrer,   [2670]
Molt pleurent et regretent le roi li douze per.
"Ahi! gent desconfite, quel part porrons torner,
Qant hui perdrons celui qui nos devoit guïer?
Ahi! vaus perilleus, tant faites a blasmer,
Qui nos taus hui le roi qui se faisoit douter
Et soloit les honors tenir et conquester
Et nos soloit a tous l'or et l'argent doner,
Les destriers arrabis, les pailes d'outremer.
Onques plus hardis rois ne pot lance porter,
Tout le mont avant lui soloit faire trambler."   [2680]
Tuit li crïent ensamble li baron et li per:
"Sire, que ferons nous, et ou porrons aler?
Qui nous porra ja mais de cest duel conforter?"
"Segnor, dist Alixandres, car me laissiés ester;
Pis me fait la dolor que je vos voi mener
Que la mort que j'atent, dont ne puis eschaper.
A cel Dieu que j'aor vos puisse commander,
Que il vos doinst honor et bon segnor trover
Et bonement tenir et terre conquester."
A cest mot sont pasmé trestuit li douze per.   [2690]
Qant li rois vit içou, si commence a plourer,
Si grant duel a el cuer ne puet a aus parler.
A une part du val s'en est alés ester
Et commence sa gent forment a regreter,
Prent sa manche de paile por son vis esconser,
Car ne pooit ses homes veoir ne esgarder.
Tel duel mainent li Grieu, qant il durent monter,
Que li vaus perilleus commença a trambler.
Par mi une montaigne commencent a errer,
Tuit furent hors du val qant il dut avesprer.   [2700]
En une longe plaine les un regort de mer,
Les un bras d'eaue douce qu'il virent bel et cler
Tendent lor pavellons trestuit por osteler,
Mais onques nule joie n'i vaurent demener.

[3.156]Qant li rois fu remés et li os s'en repaire,
Maintenant aprés ce, que il ne tarda gaire,
Si commence a touner et foudroie et esclaire,
Li mons prist a crauller, li vaus desous a braire,
Et gete une puor dont li rois sent la flaire.
A ciaus qui s'en tornerent n'avint il nul contraire   [2710]
Fors de lor bon segnor qui remest a mal traire;
Por celui font tel duel ja mais ne sera maire,
Cel jor i ot rompu mainte pelice vaire.
Desus un mabre bis, dont estoit plaine l'aire,
Sist li rois qui tous dis fu de biens essamplaire.
La paor quil destraint li change le viaire,
Car qui de mort se crient bien est drois qu'il i paire,
Tous en est enpalis, car il ne set que faire.

[3.157]Qant li rois vit la terre en pluisors lieus ardoir,
Les montaignes crauller et les roches movoir,   [2720]
Et sovent esclistrer et les pierres chaoir,
Se li rois ot paour ne fait a mentevoir.
Ses compaignons regrete par mervelleus savoir,
Emenidon sor tous, en cui ot son espoir.
"Ha! gentieus chevaliers, de nobile pooir,
Sages, preus et cortois, humeles et dous por voir,
Car onques a nul jor ne me poi percevoir
Que orgeus vos creüst por richece d'avoir
Ne soufraite meïst vostre oevre en nonchaloir.
Je ne poi par mon cors plus d'un home valoir,   [2730]
Mais vostres grans barnages se fist tous jors paroir
Et moi segnor de terre et largement tenoir,
Et je refis molt bien tout a vostre voloir.
Ce que je part de vos me fait le cuer doloir.
Ahi! franc compaignon, dolent par estovoir,
Com vos est grans dolors venue des hersoir.
Hier fustes vos en joie, hui est de blanc en noir.
Sans segnor repairiés, ci m'estuet remanoir
Dolans et esgarés, pres de mort recevoir."

[3.158]Qant li rois fu remés, tous seürs de morir,   [2740]
Maintenant commença li jors a oscurcir,
Li solaus a changier et li tans a noircir,
Forment a esclistrer et li cieus a partir.
Li mons prist a crauller et li vaus a fremir,
Et gete unes teniebres o flairor de püir.
Bucifal ne se pot en estant soustenir,
Ne li rois en estant, ains le convint gesir.
Ainc Dieus ne fist mervelle dont li puist sovenir,
Fiere, laide et hideuse, que on doie cremir,
Dont ne voie entor soi grans batailles tenir:   [2750]
Les dragons fu getans qui font l'erbe bruïr
Et grans serpens volans qui font l'air escroissir
Et maufés rechingnans quil veulent assaillir
Et font as cros de fer samblant de lui saisir.
Lors n'ose Bucifal ne grater ne henir,
Sous le mantel le roi met son chief por covrir,
Q'il nes ose veoir ne ne queroit sentir,
Et ne por qant li rois s'apense du ferir.
Onques de cel deduit ne li vaurent faillir
Entresque au matin que il vit esclarcir.   [2760]
En tant d'eure c'on puet un oel clorre et ovrir
Ne sot il que devinrent ne n'en pot un choisir;
Ne por qant molt fu liés qant le vaurent gerpir,
Car de lor compaignie ne pooit il joïr.
Molt par sera grans joie s'encor en puet partir,
Encor feroit li rois barnage resbaudir.

[3.159]Ses gentieus compaignons Alixandres recoie
Et dist que de bien faire les avoit mis en voie.
"Se fortune ne fust qui les choses desvoie,
La terre, icel petit que Dieus en fist, fust moie,  [2770]
Car puis q'Emenidon a mon costé avoie
Ou devant ou derrier pres de moi le savoie,
Force de nule gent el siecle ne cremoie;
Se ici ou aillors de lui parler ooie,
Bien sai que grant dolor ne mal ne sentiroie;
S'il el bien se maintient que veoir i soloie,
Tous iert sires du mont et mes cuers li otroie.
Las! ne l'en puis aidier, car cis vaus me guerroie
Et li dieu qui m'ont pris, dont je ne me gardoie.
Se g'iere en ingal cort et mes armes avoie,   [2780]
De laide traïson trestous les proveroie,
De l'ire que j'en ai sor aus me vengeroie."

[3.160]Alixandre est el val, ne se set conseillier,
Il ot la terre bruire, si craullent li rochier;
Bien set de l'eschaper ne li est pas legier,
Ses gentieus compaignons prist molt a recoier.
Li Grieu, qui sor la mer s'estoient fait logier,
Onques la nuit ne vaurent ne boire ne mangier,
Ains regretent et pleurent lor segnor droiturier,
Le bon roi Alixandre, qui tant fist a proisier,   [2790]
Et deprïent les dieus et vont sacrefïer
Q'Alixandre garissent de mort et d'encombrier.
Et li rois fu el val, n'i ot que corecier,
Il ne set en quel guise se doive conseillier,
Comment de la prison se puisse deslïer.
Il regarda a mont si vit l'air espessier
Et les nues torbler et le tans a changier,
Ne fu mie a seür qant il vit tel tempier.
S'il ot peor ne doute, ne fait a mervellier,
Bonement commença les dieus a deproier   [2800]
Qu'il li soient garant, car il en a mestier.
Du pan de son hermine covert d'un paile chier
Envolepe sa teste et tint son branc d'acier
Et tint bien par la resne Bucifal son destrier.
Au matin commença li solaus a raier;
Lors saut en Bucifal Alixandres d'Alier
Et commença li rois tout le val a cerchier.
Joste une grant montaigne commence a chevauchier
Et vit une cisterne qui resamble celier.
El n'estoit mie ouvree de chaus ne de mortier,   [2810]
Mais li dieu l'orent faite en la roche entaillier.
En mi ot un perron qui plus iert durs d'acier,
Lai ens sous cele pierre avoit un aversier
Felon, qui cuidoit faire tout le mont perillier.
Li rois i est entrés, la croute veut cerchier,
Qu'il veut toutes les choses prover et ensaier.
N'i vit home ne feme ou se puisse acointier.
Icele male chose le prist a araisnier,
Sous la pierre ou estoit commença a huchier:
"Sire, rois Alixandres, car me venés aidier,  [2820]
Et je t'ensegnerai or endroit le sentier,
Comment porras issir de cest val de legier,
Si que ja n'i perdras la monte d'un denier."
Li rois entent la vois, prist soi a mervellier,
Paor ot de la mort, molt se crient d'engignier.

[3.161]Li rois ot grant paor quant la vois ot oïe,
De toutes pars esgarde, de celui ne vit mie.
La vois de l'aversier le resemont et prie:
"Se tu ies Alixandres, cui tous li mons sousplie,
Torne moi ceste pierre qui tout le cors me brie,  [2830]
Qui m'a en tel destroit et en si grant baillie
Que ne puis eschaper a nul jor de ma vie,
Et je t'ensegnerai loiaument sans boisdie
Com istras de cest val ou ies sans compaignie,
Si que ja n'i perdras la monte d'une alie."
Et respont Alixandres, qui de riens ne s'oublie:
"Ainsi com je sui rois, li miens cors le t'afie,
Ensegne moi la voie droite sans felonie,
A la pierre torner te ferai puis aïe."
Li diables respont, qui fu de grant voisdie:   [2840]
"Outre cele posterne verras la praerie,
Puis troveras la voie, qui tout est enhermie."
Alixandres i vait, qui point ne s'i detrie;
Qant voit le faus sentier, bien set c'est tricherie,
Puis dist a l'avresier: "Faus est qu'en toi se fie,
Assés en petit d'eure m'as or ta foi mentie."
Qant l'entent li diables, ne puet müer n'en rie.
"Alixandre, fait il, molt es plains de voisdie,
Ne te puet engignier ne savoirs ne folie,
Et qui faire le cuide si pense vilonie.   [2850]
Vois tu la cele porte qui faite est par maistrie?
Bien connoistras les letres, car tu ses de clergie."
Alixandres i vait, qui les felons chastie,
Et a desus la porte l'escripture choisie.

[3.162]Qant li rois vit les letres, molt s'en est esjoïs,
Par loisir les regarde comme hom de sens garnis
Et recorde les letres, qu'il ne soit escharnis.
Puis a cerchié le val ou mains hom est peris
Et trueve le sentier el costé d'un larris
Quil menra hors du val, si com dit li escris.   [2860]
Qant la voie ot aprise et il en fu bien fis,
Au diable revint, ne s'est mie desdis,
Ains sousleva la pierre sous qui iert enfoïs.
Li diables saut sus si a jeté deus cris;
El siecle n'a cel home, s'il les eüst oïs,
Ne cuidast tout por voir estre mors ou traïs.
Alixandres meïsmes s'en est molt esbahis,
Por un seul petitet qu'il n'est du sens maris,
Mais il se raseüre com chevaliers hardis
Et monta el cheval, a tant s'en est partis.   [2870]
Entrés est el sentier, de riens n'i est faillis,
Quil menra hors du val ains que jors soit fenis.

[3.163]Li rois ist de la porte et si point Bucifal,
Il n'ot en sa compaigne ne mais que son cheval.
Qant auques ot alé, si esgarde le val.
"Ahi! val perilleus, plains de dolor mortal,
La vostre compaignie me dut torner a mal,
Qui ainc ne pot bone estre a nul home charnal."
Alixandres chevalche et monta el costal
Et esgarde sor destre et choisi en l'egal   [2880]
Plus de mil pavellons a or et a cristal.
Ens en mi lieu des autres vit le sien a esmal;
Les cordes sont de soie, li paisson de roal,
Desus un escharboucle luisant comme estaval,
Et samble de clarté l'estoile matinal.
Dedens sont li baron, qui mainent tel jornal
Tous jors plaignent et pleurent lor segnor natural.
Li rois vint cele part, entr'aus a pris estal,
Si home vont encontre ensamble communal.
Plus de quatorze princes qui tout furent chasal   [2890]
Le prinrent tuit par mains que par bras que par al,
Tout li ont desrompu son blïaut de cendal;
Ja mais por un seul prince ne verrés joie tal.
La nuit ot Alixandres assés mellor ostal
Que s'il fust en la roche au perilleus portal.

[3.164]Au matin par son l'aube monterent li baron,
Li conduis les en guie droit a Occeanon.
Une merveille virent tel com nos vos diron:
Sor la rive de l'eaue el ros et el sablon
Lor aparurent femes, mais il ne sorent dont,   [2900]
Car plus de cinc jornees d'entor et d'environ
Ne peüst on trover ne borde ne maison
Ne chastel ne cité ne habitacion;
En l'eaue conversoient a guise de poisson
Et sont trestoutes nues si lor pert a bandon
Qanque nature a fait enfresi c'au talon;
Li chevel lor luisoient com pene de paon,
Ce sont lor vesteüres, n'ont autre covrison.
Tant par estoient beles et de gente façon
Que de la biauté d'eles ne sai dire raison.   [2910]

[3.165]Qant virent cil de l'ost que si beles estoient
Ne por paor des homes pas ne se reponoient-
Qant trop en i aloit en l'eaue se metoient,
Et qant il retornoient si se raparissoient,
Les petites compaignes tres bien les atendoient,
Qant il ierent o eles volentiers i gisoient-
Cil les covoitent tant qu'a paines s'en partoient.
Qant il ierent si las que faire nel pooient,
Volentiers s'en tornassent, mais eles les tenoient;
Celes levoient sus, en l'eaue les traioient,   [2920]
Tant les tienent sor eles qu'eles les estaingnoient.

[3.166]Quatre s'en eschaperent qui au roi sont venu,
Le convine des femes content qu'il ont veü
Et de lor compaignons com il sont retenu;
Ne repaierront mais, noié sont et perdu.
Qant cil oient le conte que li quatre ont rendu,
Por la biauté des femes se sont si esmeü
Volentiers i alaissent s'il ne fuissent tenu,
Mais Alixandres jure qanqu'est et canque fu
Que tuit cil qui iront, s'il sont aperceü,   [2930]
Ja nes amera tant qu'il ne soient pendu;
Ainc puis n'i ala nus que il l'ot deffendu.

[3.167]Des noveles se vont li baron mervellant
Des puceles de l'eaue, com lor est convenant.
Ne demora puis gaires que il virent plus grant,
Dont plus se mervellierent nis li petit enfant.
A la tierce lieuee, devant l'aube aparant,
Es vous par devant l'ost quatre viellars errant,
Et ot trestous li mendres quatorze piés de grant.
Velu sont commë ours, poil ont dur et poignant,   [2940]
Cornes ont comme cerf en mi le front devant,
Et sont noir comme meure et lor oel sont luisant.
En l'ost nen ot destrier fors Bucifal l'amblant
Q'en peüst un ataindre, si tost s'en vont fuiant.
Li rois point aprés aus, s'en vait un ataingnant,
Par les cheveus le prist si li dist en riant:
"Estés ici, biaus maistres, n'irés hui mais avant,
Ançois me conterés com vos est covenant,
Qui estes, dont venés et que alés querant."
Qant cil se senti pris, forment vait glatissant,   [2950]
Et li troi se regardent, au roi vienent poignant.
Chascuns tint en sa main une roche pesant,
Grans caus li vont doner sor son escu devant.
Tout li ont defroissié, mort l'eüssent a tant,
Qant Filotes i vint sor son destrier courant;
L'un en feri el cors de son espié trenchant.
Et li vieus prent la lance, vers lui vient brandissant,
Le destrier prist au frain, en mi le front devant
Li dona un tel caup du poing destre en boutant
Sor la hanche l'asiet a terre maintenant.   [2960]
Filotes saut en piés, du fuerre trait le brant;
Estes vous Licanor aprés lui acourant,
Tholomés et Dans Clins vienent esperonant.
Chascuns saisist le sien, bien les vont justiçant
Et les mains trier le dos de coroies liant,
Deus et deus comme chiens par les caus acouplant.
Vers le tref Alixandre vont grant joie faisant
Et a lor pavellons s'en revont li auqant.

[3.168]Li viellart furent pris et li rois s'en repaire,
A son tref descendi, en toute l'ost n'ot maire.   [2970]
Qant fu tans de disner, si firent le fu faire;
Qant il orent mengié et on dut napes traire,
Ses sergans commanda que facent sa gent taire.
Les viellars apela s'en jura son viaire
Que ja li conteront de trestout lor afaire:
Dont sont, ou vont, dont vienent, quel mestier sevent faire.
Se il voir ne li dïent, il lor fera contraire;
Se mençoigne li dïent, il les fera deffaire
Ou ardoir ou rostir ou a chevaus detraire.

[3.169]Qant li viellart oïrent du roi le serement,   [2980]
En estant se drecierent et parlerent briement.
Li ains nes a parlé tout premerainement:
"Sire rois Alixandres, un petit nos entent.
Nous somes quatre frere si somes d'Orïent,
Par les desers alons ensi priveement.
Ça en arriere fumes a une feste aiglent
Et de pluisors contrees i furent li jovent.
Uns astrenomïens nos dist veraiement
Que en ceste contree fontaines i a cent;
Les trois en sont faces, jel sai a ensïent.  [2990]
Hom qui a set vins ans, de noient ne vos ment,
Se en l'une se baigne et en l'eaue descent,
En l'aé de trente ans revient hastieuement."

[3.170]"Sire rois Alixandres, se toi vient a plaisir,
La seconde fontaine devés tres bien oïr;
Li dieu la firent sordre et de terre venir.
Qui en cele se baigne ne puet puis pas morir;
Ne la puet on en l'an que une fois choisir.
Bon conseil te donrai, se tu veus assentir,
Por ce que de noient ne te volons mentir.   [3000]
Ta maisnie feras en pluisors lieus partir,
S'aucuns par aventure i pooit avenir."
"E! Dieus, dist Alixandres, se me volés souffrir
Que baignier m'i peüsse, car riens tant ne desir,
Sacrefice feroie tout a vostre plaisir."

[3.171]"Rois, la tierce fontaine refait molt a loër.
Qui voit mort son ami, ne fait mie a douter,
S'il le puet a cele eaue conduire et amener
Et entor la fontaine quatre jors sejorner
Et un petit de l'eaue dedens le cors geter,   [3010]
Au quint jor le fera de mort resusciter."
Qant Alixandres l'ot, si commence a parler:
"Se tu icés noveles me fais en voir ester,
Plus te donrai chevaus, or fin et argent cler
Qu'entre toi et tes freres n'oserés demander."
Li viellart saillent sus si li vont affïer.

[3.172]Ce fu el mois de mai, que li tans renovele,
Que li viellart ont dit au roi ceste novele;
Alixandres l'entent, joians li fu et bele.
Sempres fist traire napes et fist metre la sele,   [3020]
Li rois et tuit li autre chevalchent la praele,
Les lui vont li viellart, docement les apele.
La nuit se hebregierent les une fontenele
Dont li ruissiaus iert clers et blanche la gravele.
La descendi li rois qui tout le mont querele,
D'une part fu ses tres et d'autre sa chapele.

[3.173]Qant il dut avesprer, s'assieent au mengier.
Le mengier font haster, car il veulent couchier,
Matin veulent lever por lor voie esploitier;
Gent qui ont tant a faire ne doivent pas targier.   [3030]
Li poisson furent cuit et mis por refroidier,
Ainc n'en sot mot li quieus, si vinrent doi levrier,
As poissons atouchierent ses ont fait trebuchier
Ens en la fontenele dededens le gravier.

[3.174]Qant li poisson sentirent l'eaue a aus abiter,
Sempres vinrent en vie si prenent a noër
Et par la fontenele l'uns l'autre a debouter.
Qant li quieus l'apercut, au roi l'ala conter;
Li rois et tuit li autre les courent esgarder.
"Segnor, dist Alixandres, sel me volés loër,[3040]
Ci ferai une tour bone et haute fremer,
Se mestiers nos en est qu'i puissons rasener."
Li baron dïent tuit: "Bien fait a creanter."
La nuit jurent seür desi a l'ajorner,
Par les tentes se lievent viellart et bacheler.
En l'ost n'ot gentil home n'i voist pierre porter,
Une tor i ont faite qui molt fait a loër,
Par dedesus la firent a civoire vauter
Par engien mervelleus qu'il firent tresgeter,
Et misent une roe que li vens fait torner.   [3050]
La fontenele firent sus en la tor monter,
La cuve ou ele chiet firent entor plomer,
Por ce l'ont fait ainsi que mieus puisse durer.
Qant li rois ot ainsi la tor fait afiner,
L'endemain par son l'aube commence a cheminer.

[3.175]A l'aube aparissant fu toute l'ost montee,
A esploit chevalchierent toute la matinee,
Li rois et tuit li autre chevalchent par la pree;
Droit a eure de tierce ont une eaue passee.
Trestoute l'ost en est en une cave entree,   [3060]
Trois jors ont chevalchié ains qu'il l'aient outree.
Une fontaine truevent a la tierce jornee,
Ainc puis qu'il vienent la ne s'est l'os remuee,
Por ce que ele estoit travellie et lassee,
Et fu eure de none et traist a la vespree.
Environ la fontaine s'est la gent ostelee
Desi q'a l'endemain, que l'aube fu crevee,
Que li solaus luist cler par toute la contree.
Alixandres li rois a sa gent apelee,
A cinc cens de ses homes la parole a mostree,   [3070]
Dist lor que il alaissent sans point de demouree
Querre l'autre fontaine tant qu'il l'aient trovee,
Et qui la trovera sa teste en a juree
Que se il ja s'i baigne ains qu'il li ait mostree,
Ja ne morra de mort si l'avra comperee.

[3.176]Li rois remest iluec, si eslit vont avant
Et vont par les desers la fontaine querant,
Par vaus et par montaignes se vont molt dementant.
Enoc, uns riches hom, en est alés avant,
La fontaine trova ains le midi passant.   [3080]
Uns hom li raconta qu'il i trova baignant
Que c'estoit la fontaine qu'il aloit demandant,
A cel jor estoit l'eure qu'el s'aloit demostrant.

[3.177]Enoc descent a pié, en l'eaue se baigna,
Mais de ce fist folie que son chief i plonga,
Encor venra tele eure qu'il s'en repentira.
Qant il se fu baigniés, vesti soi et chauça,
Sor son destrier courant isnelement monta,
Desq'au tref Alixandre esperonant en va,
Dist li de la fontaine comment il la trova   [3090]
Et que devant un an nus mais ne la verra
Ne hom qui l'aille querre trover ne la porra.
Li rois fu coreciés, durement souspira
Por ce que la fontaine mais ne recoverra.
Sa teste vit mollie, pres de soi l'apela,
En la fosse du col a sa main li tasta,
De ce qu'il fu baigniés tout mollié le trova.
Demanda li por coi tant longes demora,
Puis li dist que cest baing molt chier achatera.

[3.178]"Enoc, fait Alixandres, ne te puis tormenter,   [3100]
Occire ne te puis, ardoir ne afoler,
A dolor te ferai toute ta vie user."
Ses maçons apela si fist faire un piler
Et dedens le piler fist Enoc seeler;
Tant com li siecles durt ne l'en puet nus geter.
Puis cuellirent lor tentes, avant veulent aler,
Les puis de Falicost commencent a monter.

[3.179]Alixandres chevalche les puis de Falicost.
Roisde fu la montaigne, ne porent aler tost,
A grant paine souffrirent la chalor et le rost.   [3110]
Il ne truevent tant d'ombre ou uns seus hom s'acost
Ne ne truevent biau lieu ou nus d'aus se repost.
Qant vinrent au pertuis que Artus li ber clost,
Çoinocifal lor saillent des desers de Rimost,
Testes orent de chien, molt son lait et enpost,
A grans pierres puignans vienent arochier l'ost;
Li archier i vont traire, qui armé furent tost.
Qant virent les saietes, fuïsont et repost;
Li archier s'en retornent, q'Alixandres nes chost.

[3.180]Li rois monta un tertre qui de hautece vaint   [3120]
Et vit Occeanon, qui tout le mont açaint,
Et le mont d'Ethiope et le val qu'il estraint.
A poi que toute l'ost d'angoisse ne remaint,
Car li chaus les argüe et la sois les destraint.
Cil d'Ynde li ont dit d'aler avant ne paint,
N'est qui la voie sache ne qui la lor ensaint,
Que l'ardor est si grans ja seroient estaint,
Car en trente jornees, c'est en l'estoire paint,
N'a tant d'umilité dont nule riens enpraint.

[3.181]Molt fist bien Alixandres qant ciaus d'Ynde a creüs,   [3130]
Toute la matinee s'en est li rois meüs
Por retorner arriere la dont il iert issus,
En la fastïene Ynde dont il estoit venus.
Ja estoit li fus grans, et li rois descendus
A un estanc qu'il truevent entre tertres agus
Qui tous estoit plains d'eaue, mais sempres fu beüs
Des chevaus et des bestes que avoit recreüs
Li chaus qui du soleil estoit si grans cheüs.
D'autre part de la rive ot homes parcreüs,
Chascuns iert par le cors dusq'au nombril fendus   [3140]
Et environ le dos comme bestes velus.
Des Grieus se mervellierent qant il les ont veüs;
Molt par les veïssiés dolens et irascus
Qant veü ont teus homes, qu'il n'ont pas conneüs;
Vers aus vinrent corant, molt fu grans lor vertus.
Ainc ne vestirent drap qui fust fais ne tissus,
Tuit ensamble lor lancent pierres et peus agus,
Plus de cinc cens sergans lor i ont mors rendus.
Cil de l'ost s'estormissent ses eüssent seüs,
Qant uns estorbellons lor est devant venus   [3150]
Qui tres et pavellons lor i a abatus,
Les somiers trebuchiés et de tisons ferus;
Peliçons et mantiaus i ont assés perdus,
Entresi vers le ciel en porte lor escus.
Aprés icest domage lor est autres creüs:
Ensement comme noif est fus du ciel pleüs,
Que toute arst la contree ensement comme fus.
Or dïent tuit par l'ost: "Libers est irascus,
Ou il ou Erculés font ore ces vertus,
Par la consence as dieus nos est cis maus venus."  [3160]

[3.182]Qant li vens fu cheüs et li estorbellons,
A mont envers le ciel en guise de tisons
Virent venir les rais ardans comme brandons.
Cil de l'ost s'estormissent, qui criement les charbons,
De lor escus se cuevrent, ce fu lor garisons;
Et cil qui nul n'en orent se tinrent por bricons,
Brullees ont les testes et barbes et grenons.
Qant du ciel fu cheüe la rougor et l'arsons,
A negier commença de l'air qui fu enbrons;
Ne demora puis gaires qu'en vint si grans foisons   [3170]
Que li flocel chaoient si grant comme toisons,
La noif iert sor les tres haute comme dongons.
Alixandres commande a trestous ses barons
Que ne remaigne en l'ost escuiers ne garçons
Qu'il mainent les bestes par tous les pavellons
Et abatent la noif a peus et a bastons.
Por la chalor des bestes fu grans remetoisons,
La noif qui iert remise chaucha comme sablons.
Aprés lor vint de pluie si grant sorjonsions
Que tout en porte a val la noif et les glaçons.  [3180]
Li estans rempli d'eaue, qui iert et grans et lons.

[3.183]Quatre jors fu li rois que d'iluec ne se mut,
Et fist molt grant froidure, assés nega et plut;
Ainc l'espoisse de l'air por ice ne descrut.
Alixandres demande a ciaus d'Ynde que dut
Q'aprés si grant chalor si grant froidure mut,
Mais onques por le dire nus d'aus ne s'aparut.

[3.184]Deus viellars yndïens ont es desers trovés
Qui ont longes les barbes jusqu'au neu des baudrés.
Li rois lor a enquis: "Qui estes, ou alés?"  [3180]
Cil li ont respondu: "Ci est nostre regnés,
Des desers de Rimost est nostre naïtés.
Li qels est Alixandres? Et car le nos mostrés,
Car veoir le volons plus qu'ome qui soit nés,
Por ce que sor tous homes est cremus et doutés."
Li chevalier lor dïent: "Toute l'ost esgardés,
A celui qui mieus samble segnor si vos tenés."
Cil esgardent le roi, qui fu gros et quarrés,
Large ot l'enforcheüre si fu bien figurés;
Autresi le connurent com s'il lor fust mostrés.  [3200]
"Sire, font li viellart, se en nos vos fïés,
As arbres vos menrons que vos tant desirrés,
Qui vos diront noveles de la mort q'atendés."
Qant Alixandres l'ot, ses en a mercïés,
Riches conrois lor done et bons muls sejornés.

[3.185]"Segnor, dist Alixandres, je vos commant et reu:
Remuons nos herberges et querés autre leu,
Car je voi molt le ciel et pale et ynde et bleu.
Il ne nos promet mie ne seürté ne geu,
Ains sont irié li dieu qui nos ont mis en freu, [3210]
Tel chose m'ont hui faite dont ai au cuer grant neu,
Car set vins chevaliers, qui molt estoient preu,
I avons hui perdu de la noif et du feu.
Sevelissons les mors et si lor faisons veu;
Por le maingier haster voisent avant li qeu."

[3.186]Les mors ont sevelis, li Grieu s'en sont torné.
Li quieu s'en vont avant, le mengier ont hasté;
D'un grant tertre ou il ierent ont un val avalé
Et truevent as herberges le mangier apresté;
A pié s'en vont deduire quant il orent disné.  [3220]
Desous une grant roche truevent un lieu cavé
Ou Artus et Libers avoient conversé;
Et orent icel lieu beneoit et sacré,
Que puis n'i entra hom qu'il s'en furent torné
Q'on n'eüst au tierc jor ça dehors mort trové;
Alixandres mescroit qu'il n'i ait enferté
De serpent ou d'oisel qui l'ait envenimé.
Ains nel creïli rois des qu'il l'ot esprové,
Entrer i fist quatre homes qui bien furent armé,
Au tierc jor furent mort tout quatre hors trové,  [3230]
En travers l'un sor l'autre a la terre geté.
Alixandres les voit, longement a pensé;
Por ce qu'il n'i pert caus ne il ne sont navré,
N'en pot onques savoir li rois la verité
Comment il ierent mort et iluec aporté.
Les viellars yndïens, qui du païs sont né
Et avoient grant piece el païs conversé,
A fait li rois venir si lor a demandé,
L'un des deus avant l'autre a forment conjuré,
Que de cele mervelle qui l'a si effreé    [3240]
Li dïent ambedui toute la verité:
S'en la cave a fantosme, serpent ne enferté
Qui si soutainement a cest lieu deserté.
Li dui viellart respondent, qui sont de grant aé,
Que Artus et Libers par lor grant deïté
Entoschierent le lieu si l'ont enfantosmé.
Li rois ot les viellars qui ce li ont conté,
Por le païs qu'il sevent a molt grant volenté
Li rois d'aus retenir, car par tout ont alé;
Et dist que des or mais seront molt si privé   [3250]
Et molt seront par lui servi et honoré.
Li viellart l'en mercïent si li ont afïé
Que par tout le menront a molt grant salveté.

[3.187]Qant li vens fu cheüs et la noif fu fondue
Et li estans fu plains de l'iaue qu'iert cheüe
Et de la grant mervelle qui du ciel fu pleüe,
Qui par icel convers fu ainsi espandue
Et de trestoutes pars en l'estanc acourue
Deus piés plus haut la rive de cele qu'iert beüe,
Ja qui la lor contast par aus ne fust creüe   [3260]
Se il apertement ne l'eüssent veüe.
Li jors fu biaus et clers et fist ombre sous nue.
Alixandres monta, toute l'ost se remue
Et monterent un tertre dont la roche est agüe.
Onques mais n'i ot sente ne chariere batue,
Por l'angoisse du chaut tous li plus fors tressue.
Li viellart vont avant qui la terre ont seüe,
Et ont el cuing du val une forest veüe
Qui bien estoit dedens et garnie et vestue
De toute icele riens qui a cors d'ome aiue.    [3270]

[3.188]Lors descendent du tertre si sont venu el val.
Molt furent travellié li home et li cheval,
La chalors du soleil lor fist le jor grant mal.
Alixandres les guie, qui sist sor Bucifal,
Et en l'arrieregarde a mis son seneschal;
Li armé vont avant qui guïent le costal.
Des crués de la montaingne saillent Liotifal,
Molt sont grant et hideus, onques hom ne vit tal,
Plus lor luisent li oel que pierre de cristal.
Chascuns tint en son poing une pierre puignal;    [3280]
Devers le haut du tertre lor livrerent estal,
O les roches cornues les trebuchent a val.
Et li archier i traient ensamble communal
Et cil a pié les hüent et font grant batestal.
Molt menerent grant joie quant furent en l'ingal.

[3.189]La forest sist molt bien dejoste une riviere,
Verdoians fu et gente et reonde et entiere.
Arbres i ot plantés de diverse maniere,
Ainc n'en fu uns trenchiés ne devant ne derriere,
Ja n'iert hom si hardis qui un seul caup i fiere.   [3290]
On ne demande espice ne nule herbe tant chiere
Q'on n'i puisse trover, qant la flors naist premiere
En avril ou en may qant li biaus tans s'esmiere.
La mandegloire i naist, q'a trover n'est legiere,
De croistre en la forest estoit bien costumiere;
Ja n'iert hom si hardis qui la remut ne quiere
Ne l'estuece morir d'une mort itant fiere
Ja ne porra aler ne avant ne arriere.

[3.190]El bois ot un vergié de grant antiquité,
Poires i ot et pumes et fruit a grant plenté   [3300]
Et dates et amandes et yver et esté,
Cherubins et nardiers, mil arbres de bonté;
I vinrent par nature, ainc n'i furent planté,
De la forest tenoient une lieue de lé;
Et entre les devises du vergié ot un pré
De toutes chieres herbes garni et asasé.
Hom ne demande herbe ne ne vient en pensé
Dont iluec ne trovast tout a sa volenté.
Il n'a sous ciel cel home tant enferm n'engroté,
De poison ne de poudre tant fort envenimé,   [3310]
De dolor ne de mal tant fort enraciné
Ne le cuer entoschié ne le foie entamé,
Se il pooit tant faire qu'il en eüst gousté
Et le col en eüst un petitet passé
Et un poi i eüst dormi et reposé,
Que il ne s'en alast tous liés et en santé
De la flairor des herbes et de la sanité.
N'a sous ciel damoisele, tant ait ris ne joué,
S'ele a a son ami son gent cors presenté,
Entre ses bras tenu, baisié et acolé,   [3320]
Se une seule nuit i avoit reposé
Et son cors trestot nu sor les herbes posé,
Au main ne fust pucele s'eüst sa chasteé
De l'odour des espices et de la douceté.

[3.191]Molt fu biaus li vergiers et gente la praele,
Molt souef i flairoit riquelisse et canele,
Garingaus et encens, citouaus et tudele.
Tres en mi lieu du pré sort une fontenele
Dont la dois estoit clere et blanche la perrele,
A rouge or espanois pesast on la gravele.    [3330]
De fin or tresgeté i ot une ymagele
Sor deus piés de cristal, qui ne chiet ne chancele,
Qui reçoit le conduit qui vient par la tuiele.
El vergié lor avint une mervelle bele,
Car desous chascun arbre avoit une pucele,
Il n'en i avoit nule chamberiere n'ancele,
Mais toutes d'un parage, chascune iert damoisele.
Les cors orent bien fais, petite la mamele,
Les ieus clers et rians et la color novele.
Plus iert espris d'amor qui veoit la dansele    [3340]
Que s'il eüst le cuer broïd'une estincele
Et plus li saut el cors que destriers de Castele.
A Alixandre en dïent li viellart la novele;
Qant li rois l'a oïe, joiant li fu et bele,
Canques il a alé ne prise une cenele
Se il nes voit de pres; les deus viellars apele:
"Conduisiés moi ceste ost delés cele vaucele,
Car desq'en la forest n'iert ostee ma sele."

[3.192]Alixandres commande l'ost amener avant
Car el bois as puceles veut aler deduiant.    [3350]
Son seneschal apele Tholomé en riant,
Les noveles li dist que cil li vont contant.
Et les puceles issent de la forest chantant,
Vestues comme dames, molt bel et avenant.
Qant voient ciaus de l'ost, encontre vont jouant
Tant com li ombres dure, car ne pueent avant,
Ja si poi nel passaissent que mortes chaïssent;
Mais plus aiment les homes que nule riens vivant,
Por ce q'en cuide avoir chascune son talant.
Cil de l'ost les conjoient si s'en vont mervellant,   [3360]
Car de si beles femes ainc mais ne virent tant,
Ne ne fuissent trovees desi qu'en Oriant.
Es pres les la fontaine Alixandres descent,
Qui plus flaire souef que odors de pieument.

[3.193]Alixandres descent, iluec s'est arestés,
Ses compaignons apele si est el bois entrés.
Quant il vit les puceles, molt en est effreés
Et de la biauté d'eles est issi trespensés
Q'il en jure son chief, qui d'or est corounés,
Que ne s'en movra mais si iert quars jors passés.  [3370]
"Je commant, biau segnor, por Dieu, or esgardés!
Veïstes mais si beles en trestous vos aés?
Eles ont cler le vis plus que n'est flors de prés,
Les ieus vairs et rians plus que faucons müés.
Veïstes onc tels nes ne si amesurés?
Les bouches ont bien faites, ja mais teus ne verrés
A baisier n'a sentir, en cel païs n'irés,
Et ont les dens plus blanches qu'ivoires reparés
Ne que la flor de lis q'amaine li estés.
Bien sont faites de cors, grailles par les costés, [3380]
Mameles ont petites et les flans bien mollés.
Les unes sont vestues de bons pailes röés,
Les pluisors d'ostorins et li mains de cendés;
Toutes ont dras de soie tout a lor volentés.
Nule riens ne lor faut, ains ont de tout assés
Fors compaignie d'omes et si'n est grans plentés.
Or sejornons o eles, molt nos ont desirrés."

[3.194]Dedevant la forest ot un pont torneïs
Sor l'eaue de Clarence, qui vient de Valbrunis,
Les estaches du pont sont de marbre voutis    [3390]
Et les solives sont toutes a or massis
Et les planches d'yvoire a bons esmaus treslis.
De l'autre part du pont ot un tresgeteïs,
Deus enfans de fin or fais en molle fontis;
Li uns fu lons et grailles, l'autre gros et petis,
Menbres orent bien fais, vis formés et traitis.
Si com l'os aprisma et il oënt les cris,
Chascuns saisist un mail, li pas est contredis.
Desor aus ot deus briés, que uns clers ot escris,
Qui les fait par augure deffendre au passeïs.   [3400]
Alixandres descent du destrier arrabis
Et monte sor le pont si s'est outre escuellis.
Qant vit les deus enfans qui ont les mals saisis,
Il se retraist arriere, qu'il cuide estre peris.

[3.195]Qant li rois vit les deus qui se vont deffendant,
Ses compaignons apele si lor dist en riant:
"Je voi outre cel pont une mervelle grant:
A l'entree de la deus enfans en estant.
N'i cuit ja mais passer en trestout mon vivant,
A deus grans mals d'acier se vont escremissant."  [3410]
Qant li baron l'oïrent qu'iluec sont atendant,
En la place ont guerpi maint destrier auferrant
Et montent sor le pont qui plus tost puet courant,
Vont veoir la mervelle que li rois vait contant.
A tant i sont venu li dui viellart persant
Qui par tous les desers vont le roi conduisant
Et toutes les mervelles de la terre mostrant.
Alixandres lor dist: "Segnor, venés avant.
Dites par quel maniere sont ici cist enfant."
Li ains nes li a dit que por lui fera tant    [3420]
Q'il fera remanoir trestout l'enchantement.

[3.196]Li viellars li a dit qu'il lor fera laissier
Les mals et l'escremie dont il sont constumier.
Alixandres li prie qu'il penst de l'esploitier,
Plus li donra fin or qu'il ne porra baillier.
"Sire, dist li viellars, ne vos chaut a coitier;
Laissiés moi belement atorner mon mestier.
Je en ferai ja un en l'eaue trebuchier,
Que vostre oel le verront a un poisson mengier,
Et l'autre en porteront diable et avresier."   [3430]

[3.197]Pres de l'enchantement s'est cil agenolliés
Et saut du pont en l'eaue si revient sor ses piés.
Ses mains tendi en haut, contre mont s'est dreciés,
Puis se rabaisse a val, deus fois s'i est plongiés.
Et a la tierce fois, qant il fu essiauiés,
Voiant tous ciaus de l'ost s'est li enfes bronchiés
Par tel aïr en l'eaue que tous est depeciés,
Voiant les ieus le roi est d'un poisson mengiés.
Puis que li uns d'aus fu en l'eaue perilliés,
Ne puet durer li autres, c'or li failli li piés.  [3440]
Uns diables l'en porte, qui forment en fu liés,
Les gambes li peçoie, les bras li a brisiés.
"E! Dieus, dist Alixandres, par les toies pitiés
De canque tu me dones soies tu grascïés;
Cil qui fist ces enfans fu molt outrecuidiés."
Les mals que cil avoient ont iluecques laissiés;
Alixandres i cort si s'i est ensaiés,
Il n'en meüst un seul por estre detrenchiés.

[3.198]Aprés le roi i courent tuit li per ensaier;
De folie se veulent pener et travellier,    [3450]
Le menor ne peüssent quatre buef charoier.
A tant s'en passent outre sergant et escuier
Et dansel et geudon et turcople et archier,
Qui estoient venu en l'ost por gaaignier;
Aprés passent les bestes qu'il mainent por mengier.
Qant il furent tuit outre, si dut solaus couchier.

[3.199]En la forest s'est l'os cele nuit ostelee,
Il n'ont autres osteus mais chascuns sa ramee.
Les puceles n'i firent plus longe demoree,
Chascune prist le sien sans nule recelee.    [3460]
Qui sa volenté vaut ne li fu pas veee,
Ains lor fu bien par eles sovent amonestee.
Cil legier bacheler qui tant l'ont desirree,
Qui pieç'a sont issu hors de la lor contree,
Chascuns n'i ot sa feme ne s'amie amenee,
Trestoute icele nuit ont grant joie menee
Tant que biaus fu li jors, clere la matinee.
Qant il vaurent mengier, la viande ont trovee,
A quarante mil homes la truevent conreee;
Il demanderent l'eaue si lor fu aprestee.    [3470]
Il vont a la margele, qui par lieus iert trouee
Et iert par artimaire molt menu tresgetee
Et reçoit le conduit qui vient par la baee.
Puis estendent les napes sor l'erbe a la rousee,
Sous ciel n'en a devise la ne soit a portee,
Chascuns a son talent la trueve asavoree.
Aprés mengier se vont deporter en la pree;
Qui vaut fruit de maniere ne chiere herbe loëe
Assés en pot avoir sans chose dev[e]ee.
En la forest s'est l'ost si trois jors sejornee,   [3480]
Tant que ce vint au quart, qu'ele s'en est tornee.
Alixandres regarde desous une cepee
D'un vermel cherubin qui ot la fuelle lee
Et iert a oisiaus d'or menüement ouvree.
Une pucele vit, bele et encoloree
Ainsi come nature l'avoit enfaçonee.
Onques plus bele feme ne fu de mere nee,
La char ot blanche et tenre comme noif sor gelee;
La biauté de son vis durement li agree,
Car la rougor estoit aveuc le blanc mellee.    [3490]
Qant li rois l'ot choisie et tres bien avisee,
Lors a dit a ses homes: "Une chose ai pensee:
Qui ceste feme avroit de cest convers getee
Tant que il la tenist en la soie contree
Bien en devroit on faire roïne coronee."
Dans Clins, li fieus Caduit, l'a sor un mul montee,
Ainsi com au roi plot ja l'en eüst portee.
Cele s'en voit porter, molt est espoëntee,
De la paor qu'ele ot quatre fois s'est pasmee,
Et regarde Alixandre, merci li a crïee:    [3500]
"Gentieus rois, ne m'oci, franche chose honoree,
Car se g'iere plain pié de la forest getee,
Qu'eüsse une des ombres seulement trespassee,
Sempres seroie morte, tels est ma destinee."
Alixandres l'esgarde, plus iert bele que fee;
Por ce qu'ele ot plouré ot la color müee.
Mervelleuse pité l'en est au cuer entree,
A terre la fist metre, a Dieu l'a commandee.
Cele s'agenolla, a terre s'est clinee,
Molt demaine grant joie qant se vit delivree,    [3510]
En la forest arriere s'en est tost retornee.
Puis ont une parole entr'eles porparlee,
Que l'ost convoieront belement a celee
Tant com l'ombre du bos porra avoir duree.
Cil de l'ost se mervellent, qui l'orent esgardee,
Torner vaurent arriere, quant au roi fu contee
Noveles que sa gent iert el bos retornee,
Mais li rois Alixandres a sa teste juree
Que se nus i remaint demie arbalestee,
Q'il le fera ardoir en fornaise enbrasee.    [3520]

[3.200]Alixandres apele les viellars ses conjure
Par cel dieu qui forma trestoute creature
Si lor a demandé: "Par com faite aventure
Sont en cel bos ces femes? Est ce lois ou droiture?
Dont vienent et que vestent? Qui lor livre pasture,
Qant a trestoute m'ost ont trové fornesture?
Font en eles as dieus nisune forfaiture?
Ou ont eles trové jovent qui tant lor dure,
Qant je n'i ai trové tombe ne sepulture?"
Cil li ont respondu, qui sorent lor nature:    [3530]
"A l'entree d'yver encontre la froidure
Entrent toutes en terre et müent lor faiture,
Et qant estés revient et li biaus tans s'espure,
En guise de flors blanches vienent a lor droiture.
Celes qui dedens naissent s'ont des cors la figure
Et la flors de dehors si est lor vesteüre,
Et sont si bien taillies, chascune a sa mesure,
Que ja n'i avra force ne cisel ne costure,
Et chascuns vestemens tresq'a la terre dure.
Ainsi comme as puceles de cest bos vient a cure,  [3540]
Ja ne vaudront au main icele creature
Q'eles n'aient au soir, ains que nuit soit oscure."
Et respont Alixandres: "Bone est lor teneüre;
Ainc mais a nule gent n'avint tele aventure."

[3.201]Li rois issi du bos et si home ensement,
Les puceles les guïent tant com li ombres tent.
Qant ne porent avant, si souspirent forment,
A terre s'agenollent voiant toute la gent
Et clinent Alixandre du chief parfondement,
A Dieu le commanderent qui le maint sauvement.    [3550]
Li dui viellart les guïent par un adrecement
Entre quatre montaignes par un val freolent;
Chascun an par nature i naissent cinc serpent
Qui getent fu et flambe, la terre art et esprent.
En icele valee se combatent li vent,
En tous tans i a froit et gele si forment
Onques solaus n'i luist, se li livres ne ment.
Iluec ot malvais siecle qui ot froit vestement,
Unes piaus i vausissent set mile mars d'argent,
Car tout li mieus vestu trembloient dent a dent.   [3560]
Puis truevent les mervelles des desers d'Orïent,
Couluevres et serpens qui mordent aigrement.
Qui la ot bones armes nes donast son parent,
Ains les tint pres de soi et son cors en deffent.
N'i vausist chascuns estre por l'or de Bonivent,
Car la terre sous aus peçoie et craulle et fent
Et li cheval i entrent tresq'a l'afeutrement;
Tuit li mellor destrier i devenoient lent.
Iluec fist grant folie qui a pié i descent,
Car la terre lor faut desous lor piés et ment;   [3570]
Le jor en i remerent, ce m'est vis, plus de cent.
Par mi une montaigne choississent un torment,
Quatre nues vermelles par devers Occident
Qui menoient entr'eles un tel tornoiement,
Tel noise et tel bataille et tel tanbuissement
Et plevoient le sanc ensi apertement
Que les goutes vermelles chaoient sor la gent.
N'i ot nul qui n'eüst sanglent son vestement,
Trestous li plus hardis i mua son talent.
Li rois en apela Tholomé son parent,    [3580]
Cliçon, le fil Caduit, et Perdicas le gent.
"Segnor, fait Alixandres, par le mien ensïent
Cis signes senefie molt grant destruiement.
Li dieu nos volent mal, trop alons folement."
Li dui viellart ques guïent li ont dit belement
Qu'il face l'ost remaindre si voist priveement
Por veoir les deus arbres devins isnellement
Et la chiere fontaine et l'eaue de jovent,
La ou renjovenissent toute la vielle gent
En l'aé de trente ans, por voir sans doutement,  [3590]
Qui quatre fois s'i baigne et contient sagement;
Mais bien se gart de plus et de mains ensement,
Car qui le devié passe n'i gaaigne noient;
Molt en a grant mervelle li rois quant il l'entent.
Alixandres en jure les dieus ou il s'atent
Ne laira por mal pas ne por perillement
Ne voie la fontaine se Dieus le li consent.

[3.202]Qant li rois mut de l'ost, lors pleurent li pluisor,
Car forment se cremoient de perdre lor segnor;
Molt se fïent el roi et il forment en lor.    [3600]
Alixandres chevalche, qui ainc n'ama sejor,
Et ot en sa compaingne maint fil de vavassor,
De ciaus ou plus se fie et ou plus a amor;
Li dui viellart ques guïent sont en molt grant freor.
Entrent en une terre qui trois fois arst le jor,
Qui n'en set la constume tost en a le pior;
A eure de midi fait li solaus son tor,
Adont sentirent tuit une si grant chalor
Que li chevel lor brullent de destrece et d'ardor;
Ainc n'i ot si hardi qui n'eüst grant paor.   [3610]
Mais li solaus s'abaisse devers Terre Maior,
Lors ont par l'ost sentie atempree froidor.
Issent de cele terre si vienent en mellor
Et entrent en une autre qui est de grant valor,
Ou ja la flor novele ne perdra sa coulor.
Voient les praeries dont l'erbe est en verdor
Et la chiere fontaine et l'eaue de douçor
Qui la gent rajonist quatre fois chascun jor.
De molt chiers arbrissiaus iert close tout entor,
La estoient les herbes qui sont de grant flairor,   [3620]
D'une lieue et demie en sentissiés l'odor.
Il n'i entre nus hom tant espris de dolor
Que ançois qu'il s'en isse ne soit en sa vigor.

[3.203]Segnor, de la fontaine vos dirai mon pensé.
Close est de riches arbres de si grant dignité
Q'a l'issue d'yver a l'entree d'esté,
Qant la flor renovele de droite naïté,
Tele odor ist du bos, ce sachiés de verté,
Plus souef eult d'encens quant on l'a enbrasé.
Par devant la fontaine ot un lion geté    [3630]
Qui estoit trestous fais de fin or esmeré.
Cel lioncel gardoient quatre serpent cresté
Et dui dragon volant de si male fierté
Q'avoient le païs d'entor si aquité
Que nus hom nen osoit entrer en cel regné
Baignier a la fontaine ne atouchier el pré;
Por un fil de dieuesse q'orent envenimé
Furent trestuit ensemble d'une foudre tüé.
En cel lioncel d'or du tans d'antiquité
Dedens ot un conduit sagement devisé,    [3640]
Ensi com l'orent fait enchanteor letré,
Dont li degous des arbres dont je vos ai conté
Descendent el conduit du lion d'or formé,
Qui iert en la fontaine de si grant richeté,
Et fors par mi la boche li issoit a plenté,
Si com fu par estude richement compassé.
Onques Dieus ne fist home, se la avoit esté,
De venin ne de poudre tant fort envenimé,
S'un petit i avoit dormi et reposé
Et eüst de cele eaue un petitet gousté,   [3650]
Ne s'en alast halegres et trestous en santé.

[3.204]La fontaine sordoit en mi la praerie,
Close iert de riches arbres, de petre, de tubie,
L'odour en sentissiés d'une lieue et demie,
Ja mais de tel fontaine nen iert novele oïe.
El mont n'a chiere pierre, meraude ne sardie,
Jagonce ne turcoise ne topasce esclarcie
Dont iluec nen eüst ainsi grant manantie;
Tant en ot environ que l'eaue reflambie.
Alixandres descent sor l'erbe qui verdie,    [3660]
Et tout environ lui estoit sa baronie.
Li conduis vient avant, molt doucement li prie
Que nus a la fontaine ne face roberie,
Qui en porteroit rien sempres perdroit la vie;
Et gart se bien chascuns de faire vilonie.
Qant Alixandres l'ot, ses homes en chastie,
Mais del jovent de l'eaue ne puet il croire mie
Ne ja n'en iert seürs des que la prueve die.
Antigonus i entre, qui la teste ot florie,
Qui tant avoit vescu que tous li cors li plie;    [3670]
Trois fois s'i est baigniés, mais de ce fist folie,
Q'a tant s'en vaut issir, por un poi qu'il ne nie.
Sempres i fust peris quant li conduis li crie:
"La quarte fois s'i baint, si iert l'uevre acomplie."
Qant il issi de l'eaue, ce sachiés sans boisdie,
Plus biau chevalier n'ot dedens lor compaignie,
Tous revint en jovent de sa bachelerie
En l'aé de trente ans, plains de chevalerie.
Alixandres le voit, ne puet müer n'en rie.

[3.205]La fontaine sordoit d'un flun de Paradis,   [3680]
De l'eaue d'Eufratés, qui depart de Tigris.
Trestous li pavemens est a cristal assis,
A listes de fin or i sont li quarrel mis,
Et li piler sont tout de blanc marbre et de bis.
En la fontaine entrerent li viel home de dis,
Ensemble en i baignierent plus de quarante et sis.
Quant il issent de l'eaue, par foi le vos plevis,
Bien resembloient tout chevalier de grant pris,
En l'aé de trente ans ont tout müés lor vis.
Alixandres les voit, de joie en a souris.    [3690]

[3.206]Li viellart qui le roi aloient conduisant
Et totes les mervelles de la terre mostrant
Sont venu devant lui si li dïent itant:
"Rois, bone est la fontaine que t'alions loant,
Baignié i sont ti home et müé li auqant.
Veés com somes viel et chenu et ferrant?
Cent ans avons passé et plus pres d'autretant;
Ja nos verrois müer tout en autre samblant."
En la fontaine entrerent ambedui soi veant,
Quatre fois s'i baignierent par le droit covenant.   [3700]
Qant il issent de l'eaue, par le pré vont joiant,
Dedevant Alixandre revinrent en estant;
A paines les connut, tant ierent avenant.
Li rois en apela Tholomé son parent,
Cliçon, le fil Caduit, et Perdicas le grant:
"Segnor, ce dist li rois, molt me vois mervellant.
C'est la graindre mervelle de cest siecle vivant
Que cist sont si müé qu'il sont joene et enfant."
Il les fist revestir d'un paile escarimant.
Quatre jors sejornerent par le pré verdoiant   [3710]
Por la chiere fontaine ou s'aloient baignant
Et por les bones herbes dont il i trovent tant.

[3.207]Au quint jor mut li rois, n'i vaut plus sejorner;
En la fastïene Ynde s'en voloit retorner,
Qant vit par les desers deus païsans aler.
Li rois lor vait encontre si lor fait demander
Se ja nule mervelle li savroient conter
Qui fust bone a oïr et digne a ramenbrer.
Cil li ont respondu: "Se nos veus escouter,
Ja te dirons merveilles ses porras esprover.   [3720]
La sus en ces desers pués deus arbres trover
Qui cent piés ont de haut et de grosse sont per.
Li solaus et la lune les ont fais si sacrer
Qu'il sevent tous langages et entendre et parler
Et tout dïent a home quanque il veut penser
Et qu'avenir li est et qu'il a a passer."
"Par Dieu, dist Alixandres, la me convient aler.
Se vos m'i conduisiés, plus vos ferai doner
De l'or moulu d'Arrabe que ne porrés porter."

[3.208]"Sire, font li viellart, ce nos fait esmaier;    [3730]
Se menés si grant gent, ne porrons esploitier.
Se tu veus tost aler et par tans repairier,
Ja mar iront o toi que seul cent chevalier."
Alixandres l'oï, prist soi a courecier;
Cuida qu'il le vausissent autresi engignier
Com li cent et cinquante que il eslist l'autr'ier,
Qant le durent en Bastre conduire et adrecier,
Qui par tous les desers le firent foloier,
Dont les cent fist li rois en l'eaue trebuchier
Dedevant la freté as bestes por mengier.    [3740]
Ansdeus les a fait prendre et commande a lïer,
Demain les fera pendre ou les testes trenchier.

[3.209]Peour ont li viellart du roi qui se marit,
Por amor Dieu li prïent qu'il escout un petit.
Or sont prest qu'il li jurent et que chascuns l'affit
Que il nel dirent onques por mal ne por despit.
Il li diront tout l'estre, metre face en escrit,
Et s'il nel trueve ainsi com il li avront dit,
Ardoir les face ou pendre, ja mar avront respit;
Car cinc cens chevaliers, mais qu'il soient eslit,   [3750]
Conduiront o le roi a joie et a delit;
L'autre gent s'en retort et Porrus les en guit.
"Par Dieu, fait Alixandres, assés avés bien dit."
Or a ce qu'il demande, de joie s'en sourit,
A Tholomé commande ques gart et ques delit.

[3.210]Alixandres apele Porrun, qui estoit rois,
Dist lui qu'il li conduie la grant ost Grigois,
Chameus et olifans et tout l'autre harnois,
Et si l'atende en Ynde ou en terre caspois,
Car si com li ont dit li doi viellart yndois,    [3760]
Qui li ont dit des arbres le convine et les lois,
Entr'aler et venir n'i metra que un mois.
Ne laira por mal pas ne por autre deffois
Qu'o quarante mil homes de chevaliers cortois
Qu'il n'aut veoir les arbres q'on claime d'Ibronois.

[3.211]Au quint jor mut li rois, li viellart vont avant
Et chevalche chascuns un bon mulet amblant
Por ce qu'il vont souef et tout a lor talant.
Plus aiment Alixandre que nul home vivant,
De lui mal engignier ne font mie samblant,    [3770]
Dïent li q'a ses homes prit a tous et commant
Que il facent grant noise et si voisent cornant,
Si s'ira la vermine des desers defuiant;
Les maus pas lor eschievent, que nus d'aus n'i ahant.
Tres par mi les grans tertres les vont si adreçant
Qu'a quatorze jornees avalent un pendant
Et se sont herbregié tout de soleil luisant.
Le mengier aparellent li quieu et li sergant,
Assirent au souper si firent joie grant;
Entr'aus et les deus arbres n'a de terre un quadrant.   [3780]

[3.212]Qant li rois ot soupé a grant joie et a gas,
Vint desq'au lieu des arbres, qui fu fais a compas,
Et ot en sa compaigne trois cens Mascedonas.
Uns prestres lieve sus qui ne fu mie ras,
Velus fu commë ors et esnüés de dras;
As orelles li pendent li onés et topas
Et pierres prescïeuses de l'eaue d'Eufratas;
Et ot dens comme chiens, noirs fu com charbons ars,
Et ot bien de hautece grans quinze piés eschars.
Alixandres l'esgarde, cuida fust Satanas,    [3790]
De la paour qu'il ot ne fist avant un pas.
Tel chose dist li prestres qui ne fu mie gas:
"A vallet n'a meschine se tu geü nen as,
Tant pués aler avant q'as arbres toucheras.
Et se tu nen ies chastes, ça dehors t'esteras,
Tu et ti compaignon qu'aveuc toi amenas.
De ce que veus enquerre en ton cuer penseras
Et de tout ton pensé la verité orras,
Et si que de ta bouche un seul mot ne diras."
Qant li rais de la lune fu par les rains espars,   [3800]
La vois qui ist des arbres dist au roi: "Que feras?
Onques ne fus vaincus ne ja ne le seras,
Et si criems morir d'armes, ja mar en douteras.
A un an et set mois en Babilone iras;
Mais enterra li mois quant tu i parvenras
Ne ja outre cel mois un seul jor ne vivras.
Sires seras du mont et a venim morras."
Li rois ot la parole si tint le chief en bas,
Fremist et devint noirs et de parler fu quas,
Ne pot sor piés ester, tant fu de paor las.   [3810]
Si compaignon font duel et descirent lor dras,
Il n'i vausissent estre por tout l'or de Baudas.

[3.213]La nuit veilla li rois, molt fu grans la froidors,
A l'aube aparissant commença la chalors.
Qant des rais du soleil feri es rains l'ardors,
La vois qui vint des arbres a dit au roi: "Acors!
Ta mere fist ton pere hontes et deshonors,
De laide mort morra, de li n'iert dels ne plors,
Toute dessevelie gerra es quarrefors,
Ne la verra cil hom qui n'en pregne paors,   [3820]
Nis li oisel de l'air la mangeront et ors.
Mais n'ira mie ainsi de tes beles serors,
Ains seront bones femes si prenderont segnors
Si lor porteront foi et morront es honors.
Aristotes tes maistres, qui des autres est flors,
Avra tous jors grant los comme sages doctors.
D'aler en ton païs te prent molt grans tenrors,
Tu n'i enterras mais, vaine est ceste douçors;
Ja ne verras de Gresce les palais et les tors,
Morras en Babilone, ce sera grans dolors."   [3830]

[3.214]Qant li rois ot oïle respons du matin,
Tant que la lune luist atendi le serin;
Paor ot de la mort si tint le chief enclin.
La vois qui ist des arbres dit au roi en latin:
"Tu ne fus onc vaincus, ja ne perdras ton brin,
Et criems molt morir d'armes, mais tout el en devin.
A un an et uit mois est termes de ta fin,
Iras en Babilone sus el palais marbrin,
Cil dont tu mains te gardes t'ocirront a venin.
Je ne te dirai plus, va t'en tout ton chemin,   [3840]
Car se je te disoie de ta mort le traïn,
Ocirre les feroies a un tien barbarin
Et mau gré m'en saroient tuit li dieu infernin,
Car destorné avroie par mon sermon devin
Ce qu'il ont esgardé de toi et de ton lin."

[3.215]Li rois s'en va plorant et ses cheveus detire,
Fremist et devint noirs et remet comme cire.
De la paor qu'il a parfondement souspire,
N'a home en sa compaigne qui ait talent de rire.
Si baron le confortent si li dïent: "Biau sire,  [3850]
On ne gaaigne riens en courous ne en ire.
Mangiés un petitet, ne vous chaut a defrire,
Car ce savés vos bien et l'avés oïdire
Que de la mort n'eschape li mieudres ne li pire;
Mors est Adams meïsmes que Dieus fist a sa tire.
Se vos savés le terme, nel devés contredire,
Car or deviserés com iert de vostre empire,
Sel manderés en Gresce si le ferés escrire."
Et respont Alixandres: "Dit m'avés grant remire."

[3.216]Li rois voit ses barons environ lui plorer    [3860]
Et lor cheveus desrompre et lor dras descirer.
Por sa gent esbaudir se prent a conforter;
Puis a demandé l'eaue s'est assis au disner.
Et a dit a ses homes: "Cest duel laissiés ester,
La mors n'est pas teus chose que on puist eschiver,
Ains la convient a tous soufrir et endurer,
Car deci a mon terme ne m'estuet riens doter.
Aincois (l. Ainçois) que li jors viegne qu'avés oïnomer
Seront mort dis mil homes qui tuit sont bacheler,
Qui cuident sain et sauf en lor terres torner.   [3870]
Assés i a grant terme por grant los achater,
Ja ne finerai mais de terres conquester
Jusque de tout le mont segnor m'orrai clamer.
Ne por paor de mort ne lairai a aler
Ne praigne Babilone q'ai tant oïloër,
Car avoir veul la tour qui au ciel dut fremer
S'ocirrai le serpent qui la cuide garder."

[3.217]Meüs est Alixandres, en Ynde s'en retorne
La ou Porrus l'atent et toute l'ost sejorne,
De grant duel fait samblant ne de riens ne s'aorne.   [3880]
Por ce qu'il fu pensis, et sa compaigne morne,
S'aperçut bien Porrus, qui ot la teste auborne,
Q'il ot oïtel chose qui a nul preu ne torne.

[3.218]Porrus vit Alixandre des deus arbres venir,
A l'encontre li vint si li dist son plaisir.
"Sire, fait il au roi, de vos volons oïr.
Dites nous, s'il vos plaist, que vos doit avenir."
Alixandres respont: "Ne vos en quier mentir:
Sires serai du mont trestout a mon plaisir."
Qassement li respont, ne puet son duel covrir.    [3890]
Porrus se porpensa qant le vit amornir,
Vit les pers conseillier et main a main tenir,
De ciaus qui s'entralïent oïles fois plevir.
Le jor pensa Porrus, la nuit ne pot dormir;
Por ce qu'il nes veoit jouer ne esbaudir
Sot bien en son corage, que tres bien set covrir,
Q'Alixandres pensoit a ce qu'il dut morir.
Fors lui n'a sous ciel home qui l'osast envaïr
Ne qui riens nule osast vers lui contretenir.
Por ce qu'il l'avoit fait de bataille fuïr,   [3900]
S'en cuide bien vengier se il en a loisir.
Et que li rois ne sache qu'il le veulle traïr,
Por le roi corecier commence a messervir
Et manace ses homes et fait as siens laidir;
Cil s'alerent clamer, qui nel porent souffrir.
"Porru, dist Alixandres, veus tu me dont guerpir,
Qui manaces mes homes et fais as tiens laidir?
Le don que t'ai doné ne te veul retolir;
Se tu te veus de moi ne sevrer ne partir,
Ne te veul de parole ne blasmer ne laidir.   [3910]
Je te donrai congié s'il te vient a plaisir,
Va t'ent en ta contree, fai tes cités garnir.
Et se tu teus estoies que vausisses issir
Ne vers moi cors a cors de bataille aatir,
M'espee qui bien trenche te cuit faire sentir;
Mais tant com ies a moi ne te veul desmentir,
Entre Ynde et les desers vaudrai cest plait furnir."
"Sire, ce dist Porrus, ce veul je bien oïr;
Encor vos en pöés tout a tans repentir,
Car je sai bien de lance et d'espee ferir."   [3920]
Lors respont Alixandres comme hom de grant aïr:
"Se vos ne savés bien le chaple maintenir
Et d'espee et de lance, ce vos di sans mentir
Q'a seür pöés estre de la teste tolir."

[3.219]"Porré, dist Alixandres, qu'est tes sens devenus?
Or ne te menbre mie de l'eaue de Calus?
Qant je i ving poignant et li chans fu vaincus,
Moi fu tes brans d'acier presentés et rendus;
Tu cuidas estre mors et as forches pendus.
Por ce que tu fus humles et de sorparler mus   [3930]
Et le pié me baissasses se j'en fuisse creüs,
J'oi de toi tel pitié et te fis teus vertus
Que lors fus de ta terre saisis et revestus
Si eüs tes prisons deslïés et rendus.
Tu juras a tes homes par tes dieus mescreüs
C'onques si larges hom ne fu el mont veüs;
Les dons que t'ai doné ai malement perdus.
Va t'ent en ta contree, rompus est li festus,
Ja ne t'amerai mais ne ne seras mes drus.
S'en champ te puis trover, mors es et confondus,  [3940]
Ne te puet garandir ne haubers ne escus
Que desi qu'es arçons ne soies porfendus."

[3.220]Lors s'en torne Porrus, mal est partis du roi;
Semont toute sa terre et met en tel effroi.
Il en jure ses dieus et son chief et sa loi
Que tant comme Ynde dure mar i remanront troi
Qui puissent porter armes ne joster en tornoi;
Et se nus i remaint, il en plevist sa foi
Que il iert griilliés ou rostis en espoi.
Tresq'a quarante jors portent pain et conroi;    [3950]
Ne laira por paor ne por autre boufoi
Q'entre Ynde et les desers ne se mete el chaumoi.
Ja ains ne remandra li consels de par soi
Tant que li Grieu seront en bataille tuit coi;
Ou il ou Alixandres en sera pris au broi.

[3.221]Porrus semont ses homes si effr[e]eement,
Qu'il en jure ses dieus et canq'a aus apent
N'a si lointaing ami ne si prochain parent,
Se il ne vient a lui a grant efforcement,
Que il nel face pendre et presenter au vent.    [3960]
Li arbalestier furent plus de mil et set cent,
Onques Dieus ne fist home qui nombrast l'autre gent.
Soissante chevaliers des melors d'Ynde prent
Et vient a Alixandre, sa terre li deffent
Que il n'i entre mais ne n'i pregne noient,
Car s'il le trovoit ens tant com uns ars destent,
Ja ains ne seroit hors qu'il le feroit dolent.
Alixandres l'oïparler si fierement,
A malvais se tenra se il ne s'en repent.

[3.222]"Porré, dist Alixandres, or ies en ta contree,    [3970]
Assés m'as manecié et ta terre veee,
Orguel et grant folie as faite et porpensee.
Vois tu la ma compaigne qui tant est redoutee?
Toute la gent du mont n'avroit vers li duree,
Tu l'as ja par deus fois en bataille esprovee.
Cil qui riens n'ont forfait por q'en prendront colee?
Combatons nos andui cors a cors en la pree,
Et se tu me pués vaintre et conquerre a t'espee,
Je te dirai la fin qui t'iert asseüree:
Mi home s'en iront tuit cuite en lor contree,   [3980]
N'en porteront du tien vaillant une denree;
Et se je te puis vaintre, j'ai ta terre donee."
"Par foi, ce dist Porrus, ains l'avrois comperee.
Ceste fins que me dites se m'est asseüree,
Ja mais ceste bataille ne sera trestornee."

[3.223]De la bataille faire l'aseüra li rois,
Ambedui la plevissent et jurent sor lor fois.
Porrus s'est tost armés, voiant tous les Grigois;  [3988a]
Il vesti une broigne serree de grant pois,    [3988b]
Li pan et la ventaille en sont d'or espanois,
El cercle de son hiaume sont paint li douze mois;   [3990]
Et ses escus fu fais d'un grant poisson marois,
Desus fu covers d'or et dedens fu tous blois;
A son col le pendi par la guige d'orfrois,
De plaine terre saut sor le destrier norois.
Qant se fu eslaissiés, de ce fist que cortois
Q'il escria s'ensegne quatre fois en yndois.

[3.224]Alixandres s'arma a guise de vassal;
Il vesti une broigne, ainc nus hom ne vit tal,
Car ja hom qui la porte n'avra dolor ne mal;
El cercle de son elme sont molt cler li esmal.    [4000]
Son escu a son col, sailli sor Bucifal
Et a pris un espié o la hante poingnal;
La ou il vit Porrun, s'eslaissa en l'ingal.
Porrus le vit venir, si l'atent a estal;
Si le fiert en l'escu el senestre costal
Que son glaive depiece tres par mi le cheval.
Li rois le vait ferir a la guise mortal,
Que la broingne li trenche les la vaine orgenal;
Rompent les estrivieres et engles et poitral.
Tant com hanste li dure l'eslonge du cheval;    [4010]
Trestous joins s'en passe outre et fait le tor roial.

[3.225]Ançois que li rois fust arriere repairiés,
Se fu Porrus levés et en estant dreciés.
De riens n'est Alixandres desjoins ne deslïés,
La ou il vit Porrus vers lui s'est adreciés.
Qant cil le vit venir, forment s'est esmaiés,
Sot que li rois fu fors et trenchans ses espiés;
S'il le fiert contre terre, mors est et escachiés.
A une part se traist, car el cors fu plaiés.
Alixandres li dist: "Por noient guenchisciés,  [4020]
Onques ne fu encor geudons par moi touchiés."
Qant Porrus l'entendi, vers lui s'est aprochiés
Et traist le branc d'acier, qui n'estoit pas oschiés,
S'en a a Bucifal les deus garés trenchiés;
Li chevaus chiet a terre, li rois vint sor ses piés.
De ce fu Alixandres coureçous et iriés.

[3.226]Li rois fu a la terre, ses chevaus fu perdus,
Mais por ce n'est il mie recreans ne vaincus.
La ou il vit Porrun, seure li est courus;
Li dels de Bucifal li iert ja chier vendus.    [4030]
O les brans acerins detrenchent lor escus;
Ains qu'il se fust de lui partis ne desrompus,
Le navra en trois lieus du branc qui fu molus.
Alixandres le haste, qui se fu irascus,
Trois plaies li a faites, bien fu en char ferus;
Del sanc qui ist de lui est molt grans li palus.
La coiffe del hauberc, dont les las ot rompus,
Li vint sor les espaulles et li chiés remest nus.
Ja chaïst a la terre pasmés et estendus,
Qant il fu par le roi souspoiés et tenus;   [4040]
S'espee li veut rendre et se claime vaincus.

[3.227]"Porré, fait Alixandres, molt fus ja mes privés,
Tes cors et tes avoirs me fu abandonés,
Et se tu ne te fuisses de m'amor dessevrés,
Li dons de Babilone t'eüst esté donés.
Qant tu vaincus te claimes et a moi t'ies livrés,
Ne seras mais par moi de mal faire adesés,
Ains te donrai respit tant que soies sanés,
Por ce que seürs soie par ostages livrés,
Qant seras de tes plaies garis et respassés,  [4050]
Que tu venras el champ sor ton destrier armés;
Lors avras tes ostages garis et aquités."
"Sire, ce dist Porrus, malement sui navrés.
Par la vostre merci a mes homes alés,
De ciaus que vos plaira trente m'en amenés."
Alixandres meïsmes i est a pié alés.
Et quant fu des ostages molt bien asseürés
Et que Porrus li ot par sairement livrés,
Alixandres remest et cil en fu portés.

[3.228]Li rois s'est desarmés, iluec se hebrega,    [4060]
Son cheval vit morir, mervelles l'en pesa.
Ainc vilains de la terre mie n'en escorcha,
Au trenchant de l'espee trestout le detrencha;
Des crins ne de la ceue nus hom nen adesa
Ne onques de la char chiens d'Ynde ne gousta;
Une fosse fist faire, molt parfont l'enterra.
Une cité i fist, de haut mur la ferma;
Les homes de la terre trestous i amena,
Desque pueplee fu, onques ne s'en ala;
Mist li non Alexandre au pui Bucifala,    [4070]
Ce fu une cités que mervelles ama
Por amor son cheval que ja n'oublïera.
Maintes fois por s'amor a ses deus ieus plora,
Biau don li a doné et bien franchie l'a;
Ja n'iert homs si faidis, des que la parvenra,
Que ja i ait regart tant comme il i sera.
Aristé oiant tous par non en apela,
Voiant tout son barnage la cité li dona.

[3.229]Porrus s'en fait porter a son mellor repaire,
Mire ot a son talent cortois et de bon aire    [4080]
Qui tel poison li done tout le cuer li esclaire;
Onques riens n'i remest de venin ne de glaire,
L'entrais qui fu as plaies fu bons et souef flaire.
En vint jors fu plus sains que faus qui gerpist s'aire
Et voit de la bataille qu'il ne s'en puet retraire,
Il en est plus dolens assés que il ne paire.
Por ce qu'il fu assés plus d'Alixandre maire,
Li cuide il faire mal et grant honte et contraire.
En son espié trenchant fist une hante faire
Bien deus toises plus longe que l'Alixandre n'aire;   [4090]
Par ce le cuide abatre et l'ame du cors traire
Q'il puisse a lui ataindre et mal li puisse faire,
Car autrement, ce pense, ne li puet il forfaire.
Qanque Porrus engingne tout ce ne monte gaire,
Car ainc nel pot lever ne de l¹arçon fors traire.

[3.230]Porrus fu sains des plaies, mire ot a son talent.
Qant ot le cors gari et sain et combatant,
Por ce que Alixandres l'avoit fait recreant
Vergoingne ot vers ses homes, molt s'en vait eschievant.
Par quatre chevaliers et par un drugemant    [4100]
A mandé Alixandre selonc le covenant
Pres est de la bataille, mais que le jor li mant.
Li messagier monterent si sont alé avant
Et truevent Alixandre, le hardi combatant,
Ou juoit as eschés a Tholomé le grant.
Li message s'arestent devant lui en estant:
"Sire, Porrus te mande pres est del covenant.
Se tu veus la bataille, di li le jor devant,
Si t'apareille bien, car il vendra avant."
Qant Alixandres l'ot, tous taint de maltalant,    [4110]
Aristé apela par molt fier hardement,
Dona li trestoute Ynde desi q'en Oriant,
Le palais et la trelle trestout a son commant
Et la terre de Bastre, que il pot amer tant;
Puis revient as messages si lor dist en riant:
"Segnor, dist Alixandres, franc chevalier vaillant,
Ce me dites Porrun: trestout a son vivant
Ai donee sa terre Aristé par mon gant,
Bucifal veul vengier, dont j'ai le cuer dolant.
Se le matin n'est ci a l'aube aparissant,   [4120]
Tous sera parjurés et sel ferai taisant,
Perdu avra sa terre, son or et son argent,
Si ostage n'avront ja mais par lui garant;
Vengier veul Bucifal a m'espee trenchant.
Tant com le savrai vif, n'avrai mon cuer joiant."

[3.231]Li message s'en tornent, arriere sont venu,
De quanqu'il ont oïnen ont un mot teü.
Li latimiers parole et a dit a Porru:
"Alixandres te mande et jure quanque fu,
Se demain ne l'atens sor Morel le crenu,    [4130]
Perdue avras ta terre et avras conneü
Que trestuit ti ostage seront encoreü.
Il a ja de ta terre Aristé revestu,
Si que nos l'avons tuit et oïet veü.
Bucifal veut vengier, dont a le sens perdu;
Hui matin se vanta a Tholomé son dru
Que demain te taudra le chief desor le bu."
"N'est mie de mervelle, Porrus a respondu,
S'il me tient por malvais et por escombatu;
Chacié m'a de bataille et cors a cors vaincu.  [4140]
Se mi dieu me garissent ma force et ma vertu,
Ains avrai rout l'auberc et percié mon escu
Que il ait mon païs que maint jor ai tenu."

[3.232]La nuit se jut Porrus et fu en grant freor.
Por ce que Alixandres avoit doné s'onor,
Ne li caut de sa vie ne de mort n'a paor;
Au matin crient targier, de ce fu en error.
Qant vit l'aube aparoir et du soleil l'ardor,
Il a prises ses armes et monte el missaudor,
Vint au tref Alixandre, le roi mascedonor.    [4150]
Por ce qu'il fu desvés et plains de grant iror,
A dit au roi tel chose qui torna a folor:
"Alixandre, fait il, escoute ma clamor,
Es desers te gardai a joie et a baudor
Tresq'as bonnes Artu, ainc n'i sentis dolor,
Et je soufri por toi et le vent et l'ardor,
La noif et la gelee et la roisde froidor
Et te servoie bien et tenoie a segnor.
Qant tu venis des arbres ou alas a cremor,
Vers toi m'ont encusé ti serf losengeor.  [4160]
Je ne m'en tornai mie a loi de traïtor,
Ençois te deffiai et parti de t'amor.
Geü as en ma terre et esté a sejor,
Onques tant ne prisas ne moi ne ma valor
Que ne l'aies donee a un tien vavassor.
De tous les plus malvais me tiens au noaillor
Et je si sui por voir: je me tieng au pior
Qant je daignai servir a fil d'enchanteor.
Mi ostage sont cuite, je sui pres de l'estor;
Ancui verront cil d'Ynde et li Grieu soduitor   [4170]
A nos brans acerins qui avra le le mellor."

[3.233]Laidement a Porrus le roi araisoné
Qant fil d'enchanteor l'a son oiant clamé.
Alixandres l'esgarde sel tient por forsené,
Ne li daigna respondre ne li a mot soné.
De mervelloses armes a son cors conreé.
La sele li ont mise sor le vair Tholomé;
Ce estoit uns chevaus mervelles alosé,
Il n'ot en toute l'ost destrier si abrievé;
Toute la crope ot noire, blanc furent li costé,  [4180]
Ansdeus les cuisses plaines, si pié furent caupé,
Les espaulles ot yndes et le col ot tieulé
Et la teste vermelle par lieus de blanc mellé.
Alixandres i monte par son estrier doré
Et pendi a son col un fort escu listé
Et tint en son poing destre un espié neelé;
La ou il vit Porron si l'a araisoné:
"Porré, dist Alixandres, je te tieng por desvé.
L'autr'ier te combati cors a cors en cest pré;
Qant je t'oi abatu et ens el cors navré,  [4190]
Tu me crias merci; je l'avoie enpensé,
Se tu te deduississes a loi d'ome sené
Et mon cheval n'eüsses ocis ne afolé,
M'ire et mon maltalent t'eüsse pardoné,
De quanque m'as mesfait ne fust ja mot soné.
Or me ras dit folie; ses qu'i as conquesté?
Ne te lairoie vivre tant qu'il fust avespré
Por tout l'or de cest mont, tant t'ai cuelli en hé;
Se je te puis sorvaincre, le chief avras caupé."
"Sire, ce dist Porrus, ja est ce tout passé; [4200]
Vos en repentirés, a tort m'avés blasmé.
Mi ostage sont cuite qui vos furent livré,
Ves me ci de bataille garni et et apresté."
Li uns broche vers l'autre, si se sont desfïé.
Porrus ot longe lance, si l'ot ains enversé
Q'il puisse a lui ataindre ne qu'il l'ait adesé.
Cil de Bastre cuidierent qu'il l'eüst aterré,
Tuit crïerent ensamble si ont un hu levé;
De joie qu'ot Porrus s'eslaisse en mi le pré.
Alixandres saut sus, n'i a pas demoré;    [4210]
Ja comperra Porrus, bien le ra encontré.

[3.234]Il brocent les destriers, chascuns est aïrés.
Grans caus s'entredonerent es escus painturés,
Desous les boucles d'or les ont frais et troués,
Molt sont fort li hauberc qant il nes ont faussés;
L'uns ne l'autres ne chiet, si est chascuns pronés.
Este les vous au chaple o les brans acerés.
Porrus a trait l'espee dont li poins est dorés,
Vait ferir Alixandre sor l'elme qu'est gemés
Que les flors et les pierres en a jus arasés,   [4220]
De l'escu un quartier, qui a or fu listés,
Et tant com il consieut del hauberc qu'iert saffrés
Et la chauce de fer et l'esperon de les;
Damedieus le gari q'en char n'est adesés.
Por quant si est li rois si forment estonés
Por poi ne chaïjus du cheval tous armés.
Cil d'Ynde et cil de Bastre en ont lor cris levés:
"Vassaus, rendés vos tost, que ne soiés tüés."
Et la gent Alixandre s'escrie de delés:
"Que fais tu? Tien te bien, gentieus rois coronés. [4230]
Onques mais por caup d'ome ne fus si aterrés,
Nous somes trestuit mort se tu es affolés."
Et cil de l'autre part ont si grans cris levés
Que n'i puet oïr goute nus hom de mere nes;
Vis est que se combatent et qu'en soit mort assés.
Porrus oïla noise et le cri qu'est levés,
Pensa que de ses homes i fust aucuns mellés,
Il en ot grant paour si les a escoutés,
Devers l'ost se retorne si les a esgardés;
Il a fait grant folie, tost en iert affolés.   [4240]

[3.235]Alixandres se drece, tuit en sont irascu,
Et entendi la noise et le cri et le hu.
A ce que tuit l'esgardent, a bien aparceü
Que la dolor qu'il ot de la soie gent fu.
Il esgarde sor destre si a choisi Porru,
De Bucifal li poise que il avoit perdu
Et del ruiste contraire que il li ot rendu,
Que dist au pavellon fieus d'enchanteor fu;
Se il or ne se venge, tient soi a confondu.
Il a traite l'espee, qui le branc ot molu;    [4250]
Dementres que Porrus a de la entendu,
A mont desor son elme li a grant caup feru.
Ne li vaut ses haubers la monte d'un festu
Q'il n'en trenche la teste et le vis et le bu
Et la sele d'yvoire et le cheval qernu,
Quatre moitiés en fist devant soi en l'erbu.
Cil d'Ynde et cil de Bastre i sont poignant venu,
Et dist li uns a l'autre: "Mervelles ai veü.
Alixandres est fiers et de molt grant vertu."
Sor lui a grant effors sont tuit acoureü;    [4260]
Et la gent Alixandre se sont tuit esmeü,
A force i acoururent li grant et li menu.
Et li home Porrus sont forment irascu,
Ja l'eüssent ocis ou pris ou retenu,
Qant vers aus tent ses mains si lor a respondu.

[3.236]"Segnor, dist Alixandres, laissiés m'a vos plaidier.
Se vos volés bataille ne estor commencier,
Ce sera grant folie, trop me troverés fier.
Vos n'avés qui vos gart ne face ralïer;
Vostres sires est mors, ne vos puet mais aidier,  [4270]
Et je vos di por voir que a l'estor premier
Serés tuit desconfit, ja n'en irés entier.
Mais rendés vos a moi et chasé et princier,
Car tant com jou vivrai avrai chascun molt chier."
Qant cil l'ont entendu, merci li vont proier,
A lui se rendent tuit sergant et escuier
Et aprés li haut home, baron et chevalier.

[3.237]Porrus gist a la terre en deus moitiés caupés.
Tuit le pleurent cil d'Ynde, car molt estoit amés,
Et des Grigois meesmes la flor et li barnés,   [4280]
Q'il lor soloit doner or et argent assés,
Chevaus et palefrois et bons muls sejornés
Et dras et gonfanons, tout a lor volentés.
D'Alixandre meïsmes est il molt regretés
Et de chevalerie molt proisiés et löés;
De la gent de la terre est forment dolousés,
Li barnages de l'ost est iluec assamblés,
Qui le plaignent et crïent: "Gentieus roi et senés,
Com vous nos laissiés hui dolans et esgarés!
Gentieus hom, preus et sages, de tous biens apensés,[4290]
De conseil et d'aïde en tous tans porpensés,
Li avoirs de nos terres est hui anïentés,
Li deduis, li depors est ore tous alés.
Molt par est grans dolors q'encore ne vivés,
Car de vos enemis estïés redoutés
Et de tous vos amis proisiés et honorés;
Vous leur donïés bours et chastiaus et cités.
Qui maintendra vos terres, ou sera il trovés,
Et nos tuit que ferom? Sire, car respondés
Aprés toi morrons tuit, cist dons nos est donés,[4300]
Et aprés toi irons puis que tu es finés."

[3.238]Si grant duel fait chascuns que nus nel puet veïr,
Qui les voit ne se puet de plourer astenir,
Car tant fort se dementent que nus nes puet oïr.
Li rois est les le cors, onc nel vaut deguerpir,
D'un paile d'Oriant le fait bien sevelir.
Por ce que en sa vie le fist si bien servir,
Et qu'il fu nobles hom et de tant grant aïr,
Li fist tel sepulture et fonder et bastir
Dont il sera parlé tresq'au siecle fenir.   [4310]
Une cité fist faire et de haut mur garnir
En l'onor de Porron, qant l'ot fait enfoïr.
Tresque pueplee fu ains ne s'en vaut partir,
Et a fait par la terre et crïer et banir
Que Alixandre ait non, si la veut establir.

[3.239]Porrus gist a la terre, ains li rois nel guerpi,
Ains prie Damedeu que il en ait merci.
Au cors sont assamblé cil de Bastre et li Gri.
Li douze per le pleurent qant l'orent seveli,
Car maint don lor dona et maint jor les servi.    [4320]
Un molt riche sepulcre li a li rois basti,
Tresq'en la fin du siecle nen iert mis en oubli.
Une cité i fist, de haut mur la garni,
Devant qu'il l'ot pueplee onques ne s'en parti;
Alixandre l'apelent de sornon la Porri.

[3.240]Cil d'Ynde et cil de Bastre, li prince et li chasé,
Tout droit a Alixandre en sont trestuit alé,
Tuit sont prest qu'il li facent fiance et seürté.
Li rois a fait venir devant lui Aristé
Et dist lor que il facent a celui feeuté;   [4330]
Devant lui ont iluec et plevi et juré.
Et qant il orent fait iluec la feeuté,
Alixandres lor prie qu'il soient si privé
Et servent par amor lor segnor Aristé;
Et cil ont respondu et bien acreanté
Que il l'ameront plus c'ome de mere né.
"S'il nos aime et fait bien, nos l'en savrons bon gré
Et serons du servir garni et apresté."
A Aristé en vienent, congié ont demandé,
Car chascuns s'en reveut aler en son regné;   [4340]
Et il l'a a chascun otroié et graé.
Li rois les aime molt et tient en grant chierté;
Por ce que il ont faite toute sa volenté,
De son avoir lor a molt largement doné.
De lui prenent congié si s'en sont retorné,
De lor segnor se partent par grant humilité.
Chascuns d'aus s'en retorne droit a sa fremeté,
Et la menue gent la ou ont conversé.
Molt se fait chascuns liés du segnor q'ont trové,
Molt le tienent a sage et a bien doctriné.   [4350]

[3.241]Li rois sot des deus arbres que on claime d'Ibroine
Qu'il ont dit qu'il morra a venim de syphoine.
Ses letres, ses sëaus tramist par testemoine
A Divinuspater, qui fu nes de Sydoine,
Et a Antipater, le fil au viel Antoine,
Q'il ne laissent por riens ne por nisune essoine
Q'a un an et un mois soient en Babiloine,
Si verront la richece qu'il maine par le troine,
Car n'a en sa compaigne si petite persoine
N'ait a fin or batu tous les pans de sa broine;    [4360]
Tant i a esmeraudes et pierres de sardoine
Qui valent le tresor au duc de Carcidoine;
Lor escu sont orlé de pierre de Midoine.

[3.242]Qant Divinuspater ot veü le seel,
Du maltalent qu'il ot descira son mantel,
N'i remest a desrompre atache ne noiel;
Antipater apele si li tent le brevel.
Qant il ot lit les letres, ne li fu mie bel,
Si estraint son poing destre que brisa son anel.
Or pleurent ambedui comme petit tousel,    [4370]
Et dïent: "Qant nos fumes meschin et jovencel,
Vesquimes en repos, chascuns en son chastel,
Et or somes tuit viel si devenrons hapel,
D'aler par le païs commencerons cembel,
Du chaut et du soleil avrons noire la pel
Et seront de suour porri nostre drapel.
S'Alixandres vit longes, tuit seromes mesel,
Ja mais tant com il vive n'avrons un jor de bel.
Mais se faisons que sage, faisons lui tel chaudel
Q'il nous laist en tel pais que soions damoisel,  [4380]
Car plus somes or vil que pute de bordel."

[3.243]Dist Divinuspater: "Cis rois nos tient por fox
Qui mande par ses letres, escrites sont a rox,
Q'aillons en Babilone, la dont fu nes Minox,
Por veoir la richece dont si home sont vox.
Qant travellier nos veut, molt nos puet estre grox,
Car ains q'aions passé les puis de Libanox
De nos armes porter avrons brisiés les ox.
A venim l'ocions, si abatons son lox,
De tous ses mandemens serons puis tuit assox."   [4390]
Et dist Antipater: "A bien poi ne vos chox.
Qui nos recepteroit? Qui ja seroit tant ox?
Dont n'a il tout le mont dedens son puing enclox?
On ne set home nul tant hardi ne tant ox;
Se nos n'alons a lui, trencheroit nos les cox.
Chevauchier nos convient, ja n'avrons mais repox,
A paines passerons les grans puis de Banox."

[3.244]Qant oient li cuivert que pas ne remanront,
Ou il veullent ou non, en Babilone iront
Au fort roi Alixandre, qui est sires du mont,-    [4400]
Il les mande por bien mais mal li meriront,-
Oés quel felonie et quel mal li feront:
Le venim apareillent a qoi il l'ocirront.
N'i remaint a cerchier ne bos ne val ne mont
Ne gaut ne desertine qui tant soit en parfont,
Por querre les serpens qui plus mortel i sont,
Car del plus fort venim abevrer le vauront
Qui soit en la contree et que il troveront;
Bien le çoilent entr'eus, mais pluisor le savront.
Encombrier lor doinst Dieus quant l'en abevreront!   [4410]
Si grant damage firent et grant duel par le mont.
Ja mais en lor vivant si bon segnor n'avront
Ne qui tel bien lor face ne tel avoir lor dont;
Molt grant pais avoit faite, mais or le comperront.
Li rois n'en savoit mot de ce que il li font,
Ains iert a joie en Ynde. Car pendu en fuissont!
Par matin sont monté, en Babilone vont.

[3.245]Alixandre iert en Ynde si n'avoit nul dehet,
En la cité q'ot fait sejornoit entreset.
Qant ele fu fondee, tours i ot cent et set,    [4420]
Ne crient assaut ne siege ne tornoi ne aguet,
Perriere ne berfroi n'engin qui ja soit fet.
Molt fu la cité bele et sist en un desert,
Il n'ot si aaisie, de ce soiés bien cert,
Enfresi que a Baudaire, ou fu né Dagobert.
Alixandres li rois a grant joie la let
A Aristé son dru et guerpist entreset.
Au matin est montés, en Babilone en vait.

[3.246]Par trestout Oriant est la novele alee
Que li rois Alixandres a si fort destinee    [4430]
Que sous ciel n'a cité de si haut mur fondee
Qu'a lui puisse durer nisune matinee;
Il est teus de son cors, c'est verités provee,
C'un chevalier armé trenche tout a s'espee.
Candace la roïne oïla renomee,
Tant l'ama en son cuer a poi n'en est desvee;
Ne puet prendre conseil comment soit sa privee,
Et se ele l'i mande, crient que n'en soit blasmee,
Et s'il ne vient a li, ce samblera posnee;
Mieus vauroit estre morte qu'il l'eüst refusee.   [4440]
Ne por qant si s'est tant vers lui abandonee
Que d'or molu d'Arrabe li envoie charee
Et charchie une mule de porpre a or fresee
Et soissante destriers du mieus de sa contree.
Cil qui le present portent l'ont au roi tant loëe
Que li rois l'aime tant qu'il l'a asseüree-
Il en jure sa teste qui d'or est coronee-
Que ja mar criembra home tant com il çaingne espee.
Li message revienent, la novele ont contee
Que li rois Alixandres l'a tant fort aamee    [4450]
Plus que nisune feme qui de mere soit nee.
"E! Dieus, dist la roïne, com sui boneüree,
Or puis je bien savoir li dieu m'ont regardee."

[3.247]Lie fu la roïne et maine grant baudor.
Des mellors dras de soie d'Ynde superior
Et de ciaus de Nubie charchié un missaudor,
Une ensegne de paile et paroles d'amor
Tramet a Alixandre, le roi mascedonor.
Aveuc ciaus envoia Apellés son paintor,
Que sor tous les paintors en porte cil la flor;    [4460]
Onques Dieus ne fist chose, s'il s'en met an labor,
Que il ne contreface autresi ou gençor
La façon et la forme, ja mar querrés mellor.
La roïne li prie a conseil celeor
Que du roi Alixandre li escrive l'ator.
Tant dis com Apellés fu iluec a sejor
Une ymage i a faite de grosse et de longor
Trestout a la samblance du roi mascedonor;
Bele fu et bien faite, mist i mainte color,
Ausi com li rois iert de grosse et de longor;    [4470]
Cil qui verra l'ymage ja nen iert en errour
De connoistre Alixandre sans autre mostreor.
Qant ot faite l'ymage, torne s'ent a peor,
Crient que li rois nel sache, de ce en ot cremor,
Et vint a la roïne, qui fu de grant valor.
Ele reçut l'ymage et porte grant honor
Por l'amor Alixandre le roi mascedonor.
Qant la dame le voit si maine grant baudor,
Forment l'a esgardee et loe le paintor,
Ne la donroit nului por d'or plaine une tour.    [4480]
A celui qui l'ot faite dona por son labor
Soissante livres d'or et cheval coureor.
Et regrete Alixandre et lui et sa vigor,
Sovent baise l'ymage, acole et vait entor;
Tel travail a la dame ne puet avoir gregnor.

[3.248]La gent de cele terre d'Ynde la desertine
A l'issue de mai avoient un termine
Q'il assambloient tuit au chief d'une gaudine
Por faire sacrefice, chascuns lonc son convine,
A une lor deuesse c'on apele Lucine.    [4490]
Candeolus i vait, qui fu fieus la roïne;
Sa feme maine o soi, qui fu joene meschine,
Et trente chevaliers qui tuit sont de s'ourine,
Trestous li plus lointains iert fieus de sa cousine.
En mi sa voie encontre le duc de Palatine,
Quatre cens chevaliers ot de gent barbarine.
Qant vit la dame bele, si li taut par rapine;
Ou ele veulle ou non, par force l'en traïne,
Si que tout li derront son peliçon hermine,
Et qant ele s'estort, si la prent par la crine.    [4500]
Candeolus le voit, de vergoigne s'encline,
Mist la main a l'espee, qui fu d'oevre latine,
Ja en ferist le duc tres par mi la poitrine,
Se il ne fust guenchis desous une aube espine;
Iluec se laist chaoir li fel, barbe sovine,
Le cheval desous lui trencha par mi l'eschine.
Se de son cors garir ne prent ore mecine,
Ja estera pendus au chief d'une sapine.
A esperon s'en fuit tres par mi la gastine,
Dusq'au tref Alixandre ne cesse ne ne fine.    [4510]
Cil retornent arriere toute une viés sentine.
Si en mainent la dame dolente et orfeline,
Il en avront encore destorbier et haïne.

[3.249]Devant le tref le roi une aucube ot tendue
Qui estoit de soie ynde bien lacie menue,
L'entree dedevant fu toute a or batue.
Tholomés se sist ens et tint l'espee nue,
La place d'entor lui fu de barons vestue.
Cuida Candeolus por la gent q'ot veüe
Que ce fust Alixandres, comme roi le salue.    [4520]
Tholomers comme rois li a raison rendue:
"Amis, dont viens, ou vas et quels besoins t'argüe?"
Candeolus respont parole aperceüe:
"Sire, dist li vallés, molt grans besoins m'argüe,
Li dus de Palatine m'a ma feme tolue;
Se tu ne la me rens, a estrous l'ai perdue.
Je sui fieus la roïne qui se tient por ta drue."
Et Tholomés respont: "Grant paine t'est creüe,
Or en prendrai conseil qant ma gens iert venue."
Mandé a Alixandre, son droit non li remue,   [4530]
Antigonon l'apele a la teste quernue.

[3.250]"Antigoné, fait il, vien ça isnelement.
Vois ici un vallet qui de longes m'atent,
Il est fieus la roïne qui me fist le present.
Li dus de Palatine l'a bailli laidement,
Qui sa moillier li taut et mie ne li rant.
Il s'en complaint a moi molt dolerousement;
Se je la li lais perdre, ne sera mie gent."
Alixandres respont molt afaitïement:
"Cil qui merci te crie, jel te di ci briement,   [4540]
Molt avras le cuer dur se pitiés ne t'en prent;
Et por amor sa mere se il merci ne sent,
Ce ne sera pas bien par le mien ensïent."
Et Tholomers respont: "Or sai bien ou ce pent.
Por ce que le conseilles et es en loëment
Or i va tu meïsmes et maine de ma gent,
Et par force la pren se li dus la content.
Que ja mais ne te voie por nul essoinement
Devant qu'il ait sa feme et canq'a lui apent."
Antigonus respont: "A ton commandement."    [4550]

[3.251]Antigonus se torne devers Candeolon:
"Candeolé, fait il, va t'ent en ta maison.
O toi ameneras se tu as nul baron;
Le matin endroit prime si m'envoie un guion
Qui desous Palatine me conduie el sablon.
A muls et a somiers nos engins porteron,
Et cloies et eschieles et berfrois meneron;
N'i a si haute tour ou nos bien n'avegnon,
Et o le fu grigois ciaus de la vile ardron."
Candeolus respont: "A Dieu beneïçon.[4560]
Il saut sor le destrier, onques n'i quist arçon,
Tout droit a la roïne est venus au perron.

[3.252]La roïne est as estres et ne furent que troi,
Et vit Candeolon venir a grant esfroi.
A val est descendue si l'a pris par le doi:
"Biaus fieus, dont venés vos?" "Dame, je vieng du roi,
Qui por la vostre amor m'aidera bien, ce croi;
Antigonon me charche si li a dit por coi.
D'un chevalier ques guit faites prendre conroi;
Le matin aut a lui, ses armes port o soi,   [4570]
Desous Roche Pendant le conduie el sabloi;
A soissante mil homes sera iluec o moi.
Des que il iert montés, plevi en a sa foi,
Ja mais ne guerpira l'estrier du palefroi
Tant que sous Palatine descendra el gravoi."

[3.253]La roïne fu lie et maine joie grant.
Un chevalier apele cortois et avenant;
Por ses armes porter vont o lui dui enfant.
Connoissances ot vaires et un cheval ferrant,
Droit a l'ost Alixandre en est alés poingnant.   [4580]
Li rois et Tholomés s'aloient deduiant,
Encontrent le message qu'il vont contratendant.
Alixandres parole si li dist en riant:
"Amis, parole a moi, di nous que vas querant. "
Et cil a respondu: "Antigonon demant.
Je vieng por lui conduire trestout a son talant,
Trop criem avoir targié, por ce me vois hastant."
"Amis, dist Alixandres, or aies pais a tant,
Assés es tost venus selonc le convenant.
Je sui Antigonus, ja mar iras avant."    [4590]
Li rois et li conduis remerent la parlant
Et Tholomés s'en torne sor un mulet amblant
Et vait par les herberges les barons semonant.
Soissante mile d'omes hardi et combatant;
S'en issirent des tres tout de soleil estant
Li conduis les en guie droit a Roche Pendant.
Dejoste une sauçoie les une eaue bruiant
Truevent Candeolon, ques vait contratendant;
Qant il les vit venir, molt ot le cuer joiant.
Par desous une lande les va si adreçant    [4600]
Q'a Palatine vinrent ançois l'aube aparant,
A la porte descendent si se vont hebregant.

[3.254]Alixandres descent joste l'eaue el rivage,
Envoie por le duc et livre guionage.
Qant li dus fu venus, si li dist son corage:
"Ce te mande Alixandres, de moi a fait message,
Qu'a cest fil la roïne qui est cortoise et sage
Rendes li sa moullier et fai droit de l'ontage.
Se tu autrui mollier veus tenir en putage,
Ja seroit ce mervelle et fors orguel et rage.   [4610]
Comment la tenras tu et feras tel outrage?
Tel chose ne doit faire nus hom de ton parage.
Se tu ne la li rens, tu feras ton damage;
Li rois de Mascedoine m'a semons par homage
Que la cité li rende et fonde ton estage
Et te pende a la porte, voiant tout ton barnage."
"Par Dieu, ce dist li dus, or oi je grant folage;
Je ne tieng d'Alixandre la monte d'un formage.
Dit que cele li rende qui le cuer m'asouage;
Dehait ait qui por lui enploiera son gage."   [4620]

[3.255]Alixandres li dist: "Ce te mande mes sire:
Qant tu autrui mollier retiens en avoltire,
Dont n'es tu pas loiaus, il le me rova dire.
Qant je tornai de lui, en mes briés fist escrire
Soissante mile d'omes du mieus de son enpire.
Ançois que midis past te cuit je si aflire
Que ces grans tours de marbre ardront plus cler que cire
Et toi et tous tes homes livrerons a martire,
Ja vis n'en estordra li mieudres ne li pire."
Li dus ot la manace, de maltalent souspire,    [4630]
Il comperra ancui ce qu'il dira par ire.

[3.256]"Par Dieu, ce dist li dus, assés te tieng por nice;
Tes sires me manace et laidenge et covice.
Il a la loi du chien qui les autres pelice;
Des qu'il trueve mastin qui vers lui se hirice
Met qeue entre ses jambes si crient q'on ne le hice.
Ma cités n'est pas close de verge ne de clice,
Ains est de haut mur çainte de pierre tailleïce.
Je ne tieng d'Alixandre vaillant une saucice,
Ne lui ne sa manace ne pris un fil de lice.   [4640]
Ce dist que jou li rende qui au cuer m'est delice;
Dehais ait qui por lui enterra en jostice
Ne qui por lui feroit vaillant une raïce."

[3.257]Or s'en revait li dus, dolens et irascus;
Mais encor n'estoit mie el palais descendus,
Garde derriere soi si a les Grieus veüs.
Vit les engins dreciés et les berfrois tendus
Et les murs qui sont pris et des Grigois vestus
Et les grans tor de marbre qui ardent comme fus.
Lors dist a soi meïsme: "Mors sui et confondus." [4650]
Tout droit a Alixandre est sans conduit venus,
La feme li presente dont li maus est meüs
Et veut doner ostages que li drois soit seüs.
"Par Dieu, dist Alixandres, trop estes tart meüs,
Ja mais n'en iert drois pris ne gages receüs.
Qant ta cités iert arse et tes palais fondus,
La robe toute prise et tes avoirs tolus,
Donés et departis, gastés et despendus,
Se Candeolus veut, si seras tu pendus."
Li dus fu esbahis et de paour vaincus;    [4660]
Antigonus s'en torne, cil remest iluec mus.
Palamidés le garde et Crenus li chenus.

[3.258]Qant la cités fu prise et arse et enbrasee
Et li avoirs perdus, la gent toute robee,
Alixandres fu hors, sa teste desarmee;
Sist sor un cheval noir et tint nue s'espee.
A l'un des estalons dont la porte iert fremee
A fait pendre le duc qui la dame ot preee.
Candeolon apele si li rent s'espousee,
Les prisons et la proie li a toute donee    [4670]
Et trestout l'autre avoir, ainc n'en retint denree.
"Amis, maine ent ta feme que je t'ai aquitee."
Cil li a respondu: "Autre chose ai pensee:
Mi home l'en menront, ma dame iert commandee.
Qant l'onor ne puet estre par moi guerredonee,
Si l'en mercïerai qu'il nel tiegne a corvee."
Alixandre respont: "Ce me plaist et agree."

[3.259]Lors font cuellir lor tres, andoi en sont torné.
Alixandre a pris un message privé,
Droit a l'ost l'en envoie por querre Tholomé;   [4680]
Tholomés vait encontre deseur son vair comé.
Alixandres li mostre samblant d'umilité,
Descendus est a pié si li a encliné.
Et Tholomés s'areste, comme rois a parlé;
Orgelleusement dist: "Ça vien, Antigoné.
Que quiert Candeolus? Por coi l'as amené?
S'il n'a droite justice du duc qui l'a robé
Et s'il n'a sa mollier, malement as ovré."
Alixandres respont: "De toute sa cité
Sont les tours depecies et li mur crevanté,  [4690]
Li piler trebuchié et empli li fossé.
Cestui rendi sa feme tout a sa volenté,
Les prisons et la proie et canqu'i ot trové,
Ainc n'en reting denree, ains li ai tout doné."

[3.260]"Amis, dist Tholomé, quant ta feme as eüe,
Va t'ent a la roïne, de ma part la salue,
Di li que une fois la veul avoir veüe."
Candeolus respont parole aperceüe:
"Se tu i veus aler, molt avras bone aiue,
Car je te conduirai les plains de Valgrenue,   [4700]
N'i troveras mal pas ne grant eaue creüe;
De bons pailes fresés la chambre iert portendue,
L'onors que m'avés faite vos i sera rendue."
Et Tholomés respont: "Ne l'ai pas conneüe,
Amor de riche dame molt tost se change et mue,
Teus cuide qu'ele l'aint nel prise une laitue;
Se primes n'en estoit garnie et perceüe
Que je alasse a li, seroit tost irascue;
Por moi torner arriere diroit une treslue.
Lors si avroie honte et ma voie perdue."    [4710]

[3.261]"Amis, dist Tholomés, savoir dois et entendre
Riche dame n'a cure q'on la doie sousprendre;
Qui parler veut a li jor en doit primes prendre,
Qui folement i vait grant haïne i engendre.
Mon mes li trametrai, car ne la veul offendre,
Si parlerai a li samedi ou devenre.
Se par le mien message me veut sa raison rendre,
L'amor que j'ai a li nen iert ja por ce mendre."

[3.262]"Amis, dist Tholomés, qui porrai envoier?
Se je i envoioie un autre messagier,    [4720]
Il te seroit estranges et maus a acointier;
Antigonus ira, qui aveuc toi fu ier,
Qui te fist droit du duc et rendi ta mollier;
Por ce qu'il t'a servi, si l'en avras plus chier,
Si l'en raconduiras se il en a mestier."
Et dist Candeolus: "N'i avons que targier."
Et respont Alixandres: "Vois m'ent apareillier."

[3.263]Alixandres s'en torne et monte el palefroi,
Li lorains et la sele fu Salemon le roi;
Trente et cinc chevaliers mena ensamble o soi.    [4730]
Candeolus les guie les plains de Valgrenoi,
A une part le traist si li dist en secroi:
"Belement chevauchiés, n'alés mie a effroi.
Ceste terre est seüre et li home sont coi,
N'i a nul qui ne tiegne de ma mere ou de moi.
Je m'en irai avant por faire le conroi."
Alixandres respont: "Bien est et je l'otroi."

[3.264]Candeolus s'en torne si s'est du roi partis,
Vait s'ent grant aleüre deseur son arrabis,
Dedevant la roïne descent sor un tapis.    [4740]
"Biaus fieus, dist la roïne, molt venés escharis.
Que fait li mieudres rois qui onques fust escris?"
"En la moie foi, dame, tous est preus et hardis.
Tramet vos un message, qant li jors sera dis
Qu'il parlera a vous, ja n'en iert pris respis:
Antigonus a non, li plus amanevis
Que onc veïst des ieus Persans ne Arrabis.
Nel despisiés vos pas por ce s'il est petis;
Espaulles a bien faites et les membres fornis.
Quarante chevaliers n'a el val de Grenis,   [4750]
Tant soient garni d'armes ne de haubers treslis,
Se il estoit armés et fust un peu maris,
Ains nes eüst tous pris que par aus fust saisis.
Il me fist droit du duc, qu'il pendi au postis,
Et destruist Palatine desi q'en la raïs
Et me rendi ma feme, dont iere malbaillis."
"Biaus fieus, dist la roïne, molt par iert bien servis,
Ja de riens que il veule ne sera escondis."

[3.265]Qant la roïne entent q'Antigonus venoit,
Ele li vait encontre, tantost comme el le voit    [4760]
Menbra li de l'ymage, lores sot bien et croit
Que ce est Alixandres, mais dire ne l'osoit;
Puis que il son non çoile, bien tost l'en peseroit.
Antigonon l'apele, par la main le tenoit,
Puis le maine en la chambre ou la painture estoit;
Tres dedevant l'ymage en son lit l'asseoit.
Qant voit lui et l'ymage, bien s'en apercevoit
Que ce iert Alixandres qui aveuc li estoit.
Lors l'a mis a raison, doucement li disoit:

[3.266]"Sire, dist la roïne, ne te mervellier mie    [4770]
De ceste gentil dame que t'amor a saisie.
Vois tu la cele ymage qui por toi fu bastie?
Ja hom ne la verra qui bien ne sache et die
Que tu es Alixandres, a qui li mons sousplie;
Se tu vers moi te çoiles, ce sera vilonie."
Qant Alixandres l'ot, lors n'a talent qu'il rie
Et dist une parole qui molt bien fu oïe:
"Qant je laissai m'espee, molt par fis grant folie;
Se je la tenisse ore, n'en portissiés la vie."
Qant la dame l'oï, molt en fu esmarie,    [4780]
A la terre se couche, merci demande et prie:
"Ce q'amors me fait faire ne tien a vilenie."

[3.267]"Sire, dist la roïne, tu es et rois et dus;
Se tu fenis sans oir, deus iert et mar i fus.
Nule riens ne nos voit, ci somes en renclus;
Proisie sui roïne, mais d'une riens m'encus
Q'il n'a si bele dame dusq'as bonnes Artus.
De ta volenté faire nule riens ne refus;
Se je te puis avoir, par le roi de lassus
De la gloire du mont ne querroie avoir plus.   [4790]
Moi soies Alixandres si que nel sache nus,
Et a trestous les autres soies Antigonus.
Nus ne set qui tu es, de ce molt bien m'escus,
Ains cuident que tu soies ou cuenspalais ou dus."

[3.268]Uns des fieus la roïne, sa mendre porteüre,
Est entrés en la chambre, trestous ses dieus en jure
Que ce est Alixandres, li rois d'Estrameüre:
"Il m'ocist mon segnor par grant mesaventure,
Le pere ma mollier, dont ai au cuer ardure;
Doné a son roiaume et taut moi ma droiture.  [4800]
Des que nos l'avons ore en nostre claveüre,
Dame, car l'ocions, ce seroit bien droiture."
La roïne respont: "Tais, fole creature!
Ce n'est mie Alixandres, j'en sui toute seüre.
Se Candeolus t'ot, fait as ta norreture;
S'il ne pooit trover ne mais que sa çainture,
Si te pendroit il ja a cele entraveüre.
Cist fu aveuc ton frere en la desconfiture,
Antigonus a non, nes est de terre dure."
"Dame, c'est Alixandres, si com dist la painture;  [4810]
Vengier veul mon segnor de la grant forfaiture.
Il m'a mis hors du regne qu'i[l] a mon segre fure,
Ja li metrai cest dart tres par mi la faiture."
La roïne respont: "Tais te, foleteüre!
Ja n'avras point de sens, faus seras par nature;
Por ce qu'il le resamble de la cheveleüre
Cuides que ce soit il de cors et de faiture.
Ainc sous le monde Dieu n'avint tele aventure
Que Dieus a itel home donast du mont la cure."

[3.269]"Ne me chaut, fait li enfes, se ce est il ou non,   [4820]
Car tout ai en talent que cestui ocions;
Vengons nos de cestui, quant de lui ne poons,
Si savra bien li rois que de riens ne l'amons."
"Voire, fait la roïne, a Dieu maleïçon!
Li rois le m'a tramis, s'en ferai traïson?
Fui, gars, d'en sus de moi, n'ai soing de ta raison;
Les dens te peçoiasse se tenisse un baston."
De la paume li done dejoste le menton,
D'en sus soi le bouta sel hurte a l'estalon;
Plorant ist de la chambre et vint en la maison.    [4830]

[3.270]Pensive est la roïne et est en grant freor
Du roi qu'il ne marisse por son fil le menor,
Piteusement li prie o lermes et o plor
Du vallet c'a oïli pardoint la folor,
Car se il nel faisoit seroit en grant esror.
Qant li rois vit les lermes, un poi ot de tenrour
Et dist a la roïne, qui fu de grant valor:
"Se il m'avoit pis dit et fait honte gregnor,
Tout seroit pardoné, dame, por vostre amor."
La roïne s'apoie dedelés l'aumaçor,  [4840]
Tant doucement l'enbrace qu'il senti la chalor;
Grant joie font ensamble par bien et par amor,
Desus un lit paré se jurent demi jor.
Puis issent de la chambre sus el palais autor;
Que on ne s'aperçoive, li a fait double honor:
Tant com porent porter trente mul ambleor
Li done d'or molu comme a empereor;
Cent pailes de Biterne trestous d'une color
Li a fait aporter a un sien vavasor.
"Antigoné, fait ele, ce donras ton segnor. [4850]
Et tu, qui es messages, avras por soie amor
Un mantel sebelin de paile paint a flor;
Et tuit ti compaignon seront por toi mellor,
Chascuns avra deus pailes d'Ynde superior.
De ça venir a moi ne se mete en labor,
N'i porroie parler, car el chief ai dolor."
Alixandres respont dit de losengeor:
"S'Alixandres mes sires vous avoit a oissor,
Mieus avroit esploitié que tuit si ancissor."
Lors a pris le congié si s'en torne a baudor.   [4860]
Candeolus le guie les plains de Valgrenor
Si le rent Tholomé, le riche poingneor,
Que il tenoit encore por roi mascedonor.
Lors a pris le congié si s'est mis el retour.

[3.271]A son demaine tref est li rois descendus.
Departi sont li paile et li bons ors molus
Q'on li avoit doné, qu'il ne fust conneüs.
Or aproisme li tans, li termes est venus
Que Babilone iert prise et li palais rendus
Ou il sera destruis et ses grans los perdus.   [4870]
Conseus de nisun home n'en pot estre creüs;
Par nul de ses barons ne pot estre tenus,
Por aler a sa mort est par matin meüs.

[3.272]Ains que li rois meüst, si a fait s'orison
Dedens son tref de paile, dont sont d'or li fregnon
Et les forches dedens et dehors li paisson.
Li rois en apela Tolomer et Cliçon;
O ces deus sont venu li douze compaignon.
"Segnor, dist Alixandres, entendés ma raison.
Privé estes de moi et bien de ma maison,  [4880]
Onques de vos consaus ne m'avint se bien non,
Car par vos tieng je cuite terre promission-
La segnorie en ai tresq'a Cafarnaon-
Et tant com dure terre et mers clot environ
Fors seule Babilone, ne sai se ja l'avrom.
Dieu merci et les vos n'ai segnor se moi non,
Hui est venus li jors qu'en avres guerredon.
Ore venés avant si vos ferai gent don,
A chascun un roiaume sans ire et sans tençon
Et s'en avrés les rentes quant nos en revenrom; [4890]
Je vos coronerai a la loi que tenom.
Alons en Babilone, le matin i movom;
Une riens vos pramet se prendre la poom:
Je vos ferai tous riches d'or cuit et de mangon,
Le tresor l'amiraut vos metrai a bandon;
Ne mais la povre gent et les borgois gardon
Que ja par nous n'i perdent vaillant un esperon.
Se la cités est nostre, por coi la destruirom?
Des eaues plenteïves nos venront li poisson,
Des forés qui sont larges avrons la venison,  [4900]
Une piece du tans nos i sejornerom."
"Sire, dïent si home, por Dieu, car i alom!
Faites vostre plaisir, et nos l'otroierom."

[3.273]Par les herberges mainent grant joie et grant deduit
Qant oënt les noveles, que par l'ost dïent tuit,
Q'en Babilone iront aprés icele nuit.
L'eschergaite commande Dant Clin, le fil Caduit;
Il la fist richement aveuc ciaus qu¹il conduit,
Cinc cens chevaliers furent, n'en faillirent que uit.
Par l'ost mainent grant joie et mangüent le fruit;  [4910]
Cil jogleor vïelent et demainent tel bruit
De plus de quatre lieues les oïst on, ce cuit,
Tresq'a l'aube aparant que li solaus reluit.

[3.274]Au matin par son l'aube, quant l'aloëte crie,
Est toute l'ost montee, des cors fu grant l'oïe.
Cil olifant i sonent qui font grant estormie,
De cinc lieues et plus en ot on la bondie.
La gent de pié s'en vait s'est ensamble salie,
Li rois s'en ist aprés o molt grant baronie.
La peüst on veoir mainte broigne sartie,   [4920]
Maint bon espié a or, mainte espee forbie;
Li solaus fiert es elmes, qui tant cler reflambie.
Qant li rois les regarde devant lui une lie,
"Biaus sire Dieus, fait il, qui tous li mons deprie,
Tu soies aourés de si grant segnorie
Com tu m'as otroïe en ceste mortel vie,
C'onques mais n'asamblai tante targe florie
Com jou fais hui, biau sire, et par la vostre aïe,
Car il n'a sous ciel gent qui tant soit esbaudie,
Tant comme la mer clot qui la terre aordie,   [4930]
Qui ne me doinst chavage et sous moi ne souplie,
Fors seule Babilone, que n'ai mie envaïe;
De li ne sai encore se l'avrai en baillie."

[3.275]Li rois chevalche a force, dont est grans renomee.
Ne trueve fort cité qui tant soit bien muree
Dont il n'ait le treü, n'i estuet traire espee.
Trespasse le païs, ainc n'i ot contrestee,
Et est venus en Siste, une estrange contree.
C'est uns divers païs d'estrange renomee,
Sauvage est molt la terre, orible et deffaee.   [4940]
Tant i a ruistes mons que n'en sai devisee,
N'i a cele montaigne ne soit dure et seree,
Et a mont est si roisde com s'ele fust dolee
Et samble que chascune soit au ciel ajostee.
Molt petit i croist d'erbe desous en la valee,
Clerement i a gent, ne puet estre habitee.
La gent qui i abitent est molt maleüree,
A povre gent i fait molt male conversee.

[3.276]En icele contree dont vos fais mension
Conversent un oisel qui sont nomé griffon,   [4950]
D'orible forme sont, hideus comme dragon,
Bien mengüe au mengier chascuns d'aus un moton.
Volentiers les esgarde li rois et si baron,
Chevalier et sergant, escuier et garçon;
Pluisors en a en l'ost q'en ont grant marison.
Li rois est molt pensis que fera ne que non:
Vers le ciel veut monter, s'il en trueve raison,
Et dedesus les nues se metra a bandon,
Et s'il i fait trop chaut sentir en veut l'arson;
Pieç'a q'a cest corage et ceste entencion.   [4960]
Bien porra acomplir son talent et son bon,
S'il en puet vint avoir par l'ost en sa prison,
Que porter le porroient au ciel sans doutison.
Li rois en a en soi grant ire et grant tençon,
Ne laira ne l'ensait por dit ne por sermon
Ne por trestout l'avoir du temple Salemon.

[3.277]Li rois en a pensé en soi molt longement,
Puis a dit as barons: "Dirai vos mon talent:
Je veul monter au ciel veoir le firmament,
Veoir veul des montaignes en haut le comblement,  [4970]
Le ciel et les planetes et tout l'estelement
Et tous les quinze signes ou li solaus descent
Et comment par le mont courent li quatre vent
Sorveoir veul le siecle, si com li mons porprent;
La nue porte l'eaue, si veul savoir comment."
Si home li ont dit: "Avés vos marement?
N'est hom qui i montast por tout l'or d'Orïent.
Qui vauroit i monter, sachiés a ensïent,
Ains seroient passé quatre vins ans ou cent.
Comment i monterés? Dites l'engignement."  [4980]
Li rois en a sousris, respont par maltalent:
"Veés vos ces oisiaus, qui fort sont et poissant?
Il me porteront bien, foi que doi toute gent,
Et me monteront sus desi el firmament.
De moi et de mes fais et de mon hardement
Veul je que se mervellent a tous jors mais la gent.
La mer ai ensaïe desi q'au fondement,
Et comment li poisson font lor tornoiement
Et lor aguais bastissent et li uns l'autre prent;
Par aus en ai apris, car ainc n'en soi noient."  [4990]
Si home li ont dit: "Nos en somes dolent,
Por nous ne lairés mie vostre commandement."

[3.278]De ce q'a enpensé est li rois en argu,
Charpentiers a mandé et il i sont venu.
"Segnor maistre, fait il, se vos estes mi dru,
Faites moi une chambre selonc vostre seü,
Ja mais ne soit si bone, ne onques tel ne fu,
De cuirs envolepee, novel soient et cru,
A las les m'atachiés et englüés a glu,
Et fenestres i faites, quel part que me remu,   [5000]
Que se besoins me vient, par ce n'aie perdu.
Entendés vos, segnor?" Cil li ont respondu:
"Si com vos devisés l'avons bien entendu,
Nos la ferons legiere et fort de grant vertu,
Mais molt somes dolent de ce et esperdu
Que s'il vos mesavient que ne soions pendu."
"Taisiés, ce dist li rois, ja n'en soiés meü,
Ja mar avrés paor q'en soiés irascu."
Cil ont si charpenté et le cuir estendu
Que de tous fu loëe et a son talent fu.   [5010]
Li rois la fait porter loins de l'ost en l'erbu,
Cordes i fait lacier, molt se sont esmeü;
Si home et si baron l'ont el champ porseü,
De molt grant legerie sont paoreus et mu.

[3.279]Vistement est li rois dedens l'engin entrés,
Une lance aveuc lui et fresche char assés;
Et dist a ses barons: "Ne vous desconfortés,
Mais or me laissiés seul et de loins m'esgardés."
Or s'en tornent si home, molt les a abosmés,
N'i a nul ne s'en aut et dolens et torblés,   [5020]
Car se li rois i muert, ce estoit lor pensés,
Tous ses homes avroit mors et desbaretés,
Car toutes gens le heent por ce ques a matés.
Li rois est en l'enging, qui n'est pas esgarés;
Estes vos les oisiaus entor lui avolés,
Sus et jus sont assis et decoste et delés,
Les cuirs crus et la char ont durement grevés;
Tant dis com i entendent fu li rois aprestés,
Un gant ot en sa main que il ne fust mostrés,
Et a pris les lïens, es piés lor a boutés, [5030]
En haut as gros des cuisses a ses las bien fremés,
Ne sai ou set ou uit en i a acouplés.
Qant chascuns d'aus se sent ainsi aficelés,
Il sachent durement, li engiens est tumbés;
Il s'en rist coiement si s'est en piés levés.

[3.280]Li rois estut sor piés, la chambrete est versee,
Il a prise sa lance, la char i a boutee,
Hors de l'enging la mist, contre mont l'a levee.
Li oisel famelleus la char ont esgardee,
Il tendent contre mont, rendent la lor volee;   [5040]
La chambre en ont molt tost lassus en l'air portee.
Il vont la char chaçant, chascuns geule baee,
A tel point com il montent si est la char montee,
Tous tans la cuident prendre, mais folie ont pensee.
Le roi portent a mont a si fiere jornee
Le premier air trespassent, des pluies la nuee,
Et plus l'ont haut porté, c'est verités provee,
Que uns chevaus n'eüst demie lieue alee.
Les quatre vens trespassent a icele alenee,
Vienent a la chalor qui est desatempree;   [5050]
Com plus vont contre mont plus est desmesuree,
A poi n'art Alixandres, tant fort l'a apressee;
Li cuirs de la chambrete crespist a la bruslee.
Li rois s'est porpensés, s'il perdent la volee,
Il charra a la terre s'iert sa vie finee
Et sa gent en sera dolente et esgaree,
Car toutes gens le heent qui terre il a gastee.
Il rabaisse sa lance, vers terre l'a clinee;
Li oisel famelleus la sieuent la volee,
Jus s'asieent a terre en mi lieu de la pree;   [5060]
Li rois est la dedens, fait ot bone jornee.

[3.281]Qant li rois aperçut qu'il estoit assegiés,
A quatre des oisiaus a les lïens trenchiés;
Chascuns s'en fuit molt tost quant se sent deslïés.
Estes vos les barons de l'ost tous eslaissiés,
Assaillent les oisiaus a la chambre atachiés,
Mais forment se deffendent, molt les ont damagiés,
Quatre chevaus ont mors que as bes que as piés
Et des riches barons ont les cors mehegniés,
Chascuns bien se deffent, molt les ont anuiés;   [5070]
De la lasté du vol chascuns est travelliés.
Li assaus fu molt fors, ne pot estre laissiés;
Li rois trenche les cordes, lores les veïssiés
Corre sor les barons, tant les ont angoissiés.
Li uns s'en est fuïs, les trois ont detrenchiés,
Des chevaliers de l'ost i a molt d'enpiriés.
De l'angoisse est li rois molt müés et changiés,
Car lassés est du chaut et molt afebloiés.

[3.282]Le roi mainent en l'ost si prince et si chasé;
Qant il le virent sain, grant joie en ont mené.  [5080]
Et li rois les regarde par grant humilité:
"Segnor baron, fait il, dirai vos verité,
Hui ai veü as ieus que j'ai molt desirré,
Car tout ai ensaié et tout ai mesuré.
Le mont si com il est et de lonc et de lé
Si com je l'ai veü l'ai je tout conquesté
Fors seule Babilone, ou a grant fremeté;
Se je celi nen ai, petit pris mon barné."
Et responent si home: "Ce iert tost afiné.
Qant vous avés les nues et les vens sormonté,[5090]
Dont pöés vos par force bien prendre une cité.
Le matin par son l'aube serons tuit apresté,
Sor Babilone irons, q'ainsi est devisé;
El n'iert ja tant fermee de mur ne de fossé
Que nos ne la pregnons en un seul jor d'esté."
Alixandres respont: "Bien vous ai escouté,
Ce que vos avés dit bien iert acreanté.
Le matin i movrons, ja n'en iert trestorné."

[3.283]Qant li solaus leva et li jors esclarci,
Se leverent par l'ost Mascedonois et Gri,   [5100]
Et li rois Alixandres se chauça et vesti;
Qant fu aparelliés, nel mist mie en oubli,
S'orison fist as dieus qu'il li facent merci.
Par l'ost charchent soumiers si se sont bien garni,
Car il en ont esté autre fois escharni
Qant il furent en Bastre en la terre Porri.
En Babilone en vont et muevent au juesdi.
Qant il furent monté et des loges parti,
Li escuier de l'ost ont tout ars et bruï.
A grant joie chevalchent les plains de Valgreni.   [5110]

[3.284]Qant Alixandres mut, molt ot gente compaigne,
Licanor et Filote a commandé s'ensegne,
Li douze per chevalchent rengié par la champaigne,
Uns païsans les guie, qui fu nes de Brehaigne;
Tout droit vers Babilone costoient la montaigne.
Tant a or en lor armes et d'Arrabe et d'Espaigne
Desi a quatre lieues en reluisoit la plaigne;
Qui a tel gent le done s'onor bien le gaaigne,
Q'il ne trueve chastel ne cité qu'il ne fraigne
Ne nul home tant fort par armes ne destraigne;   [5120]
Malvais orguel ne prise li rois une chastaigne,
A honte fait morir qui servir ne le daigne.

[3.285]Si com il ajornoit et l'aube est esclairie,
Tout droit a l'amiraut est venue une espie
Qui li dist que l'os est a jornee et demie.
"Comment, fait l'amiraus, ne me mentir tu mie,
Di m'ent la verité se l'ost est bien garnie."
"Oïl, fait li messages, de tous biens raplenie,
Car du vostre meesme prenent la manandie,
Il ne truevent nul home qui la lor contredie.   [5130]
Alixandres chevalche devant sa compaignie,
Licanor et Filote ont s'ensegne enbaillie,
Dans Clins et Tholomés les en chadele et guie,
Ce sont quatre baron ou li rois molt se fie."
"Par foi, dist l'amiraus, ce tien a grant folie.
De coi cuident il vivre, cele gent esbahie?
Ma terre est toute gaste et la proie fuïe;
A grant honte morront, se Dieus me beneïe.
Molt est faus Alixandres, il ne me connoist mie,
Ce qu'il cuide de moi ne verra en sa vie.   [5140]
Se li dieu me garissent ma grant chevalerie,
Ja ne verra tiers jor que l'ost iert assaillie;
Je lor ferai as Grieus une tele envaïe
Q'il n'i vauroient estre por tout l'or de Pavie;
S'il aprochent ma gent, que souef ai norrie,
Ja n'en porrai un prendre que sempres ne l'ocie."
Alixandres chevalche, que pas ne s'i oublie,
Et maine sa grant ost et serree et rengie.

[3.286]Alixandres chevalche par fiere contenance,
Li douze per o lui, ou il a grant fiance,   [5150]
Et sist sor un destrier de diverse semblance;
La teste ot plus vermelle que n'est tains de garance,
Le col et les costés ot blans par demonstrance,
La crope ot pumelee par autre diference,
Les quatre piés ot noirs, ce fu senefiance.
Onques plus hardis rois de lui ne porta lance,
Par sa proëce a il sor tout le mont poissance;
Onques teus rois ne fu, s'en Dieu eüst creance.
Trop sot d'astronomie et plus de ningremance,
Assés sot de fisique, apris l'ot en s'enfance.  [5160]
Tholomés fait l'angarde par itel convenance
Que il ne coure en proie par nule mesestance.

[3.287]Alixandres chevalche le pendant d'un desert,
Devers senestre part furent de mons covert,
D'autre part ot un val, grant et lé et apert.
Tholomés vait devant, qui volentiers le sert
Et qui pas ne se plaint quant il por lui riens pert,
Car tuit cil qui le servent du guerredon sont cert.
Alixandres disoit trestout a descovert:
"Li sires est traïtres, qant il voit l'ome apert [5170]
Et qui por son servise le travail a soufert,
Se il nel guerredone selonc ce qu'il desert."
Ilueques ou on sue drois est que on se tert.

[3.288] Alixandres chevalche a force et a vertu
Et maine sa grant ost, qui mervelleuse fu.
Les seles et li hiaume, li frain et li escu
Luisent contre soleil, qui a or sont batu.
Droit a eure de tierce ont un flueve veü,
Et qant l'eurent passé eure de none fu.
Es pres sor la riviere iluec sont descendu,   [5180]
Molt estoit pres de vespres quant li tref sont tendu.
Alixandres commande par Tholomé son dru
Q'as vilains de la terre ne leur soit riens tolu;
Se il riens i aportent, point n'en aient perdu,
Que ja riens n'i perdront tout ne lor soit rendu;
Teus lor porroit tolir tost l'avroient pendu.

[3.289]Li vilain des montaingnes, li riche Beduïn,
Oënt que il avoient Alixandre a voisin,
Car l'eaue de Cobar passa des ier matin.
Portent en Babilone et le pain et le vin    [5190]
Et le fain et l'avaine et la laine et le lin,
L'or cuit, le blanc argent, le poivre et le commin,
La richece tant grant que n'en sai dire fin.
Tant i vienent espés tuit sont plain li chemin,
De chars et de charetes i sont grant li traïn.
Alixandres commande Tholomé et Dant Clin
Que mar lor taura on vaillant un romesin,
Et cil qui lor taura morra de male fin:
Il le pendra a forches, ja n'iert de si haut lin.

[3.290]  L'amiraus oïdire q'Alixandres venoit,    [5200]
Il a mandé ses homes ou que nul en avoit.
Desi q'en la mer Rouge, qui son regne clooit,
N'i remest uns tous seus qui deffensables soit
Ne viegne en Babilone par force et par destroit.
Ja tant n'en i venra l'amiraus nes conroit
Et que il nes honort ainsi com faire doit.
Li fossé sont parfont et li terral sont droit,
Devant les barbacanes sont li passage estroit;
Babilone est si fors que nus hom ne la voit
Qui ne jurt canques fu et le dieu ou il croit    [5210]
Que se toute la gent du monde l'asseoit,
Se soufraite de boire ou fains nes destraignoit,
Tresq'a la fin du siecle nus hom ne la prendroit.

[3.291]  Babilone fu fors et l'amiraus fu fiers
Et hardis et cortois et molt bons chevaliers,
De largement doner iert tous jors constumiers,
S'avoit en sa compaigne vint mile saudoiers;
Ja en cort ou il fust n'entrast nus losengiers.
Un seneschal avoit qui n'iert pas pautoniers,
Nabusardan ot non et si estoit ses niés;    [5220]
Cil aime gentieus homes et honore et tient chiers.
Babilone est si plaine que nis ens es celiers
Font les mareschaucies por couchier les destriers;
Li riche home herbergent es tors et es soliers.
Et la cité est close et li murs est derriers
Et est molt bien porprise de gors et de viviers.
La cités est molt riche de vignes, de vergiers,
Grant plenté ont de miel et d'uele d'oliviers,
Basme orent a foison, qui i iert es basmiers,
De pain, de vin, de char fu li païs pleniers,   [5230]
Avaine orent assés et chevaus et somiers.
Des murs de Babilone est si durs li mortiers
Que n'en puet point avoir fers agus ne aciers.
Onques Dieus ne fist home qu'il prisent deus deniers
Ne mais que Alixandre, qui est tous constumiers
Qu'il ne vient a cité qu'il n'assaille premiers.

[3.292]  Babilone fu plaine de vin et de forment
Et de toute richece qui a vitaille apent;
Qui ne l'a si la prent par tout communement,
L'amiraus le fait faire par son commandement.    [5240]
Il en a apelé le roi de Bonivent,
A une part le traist si li dist bonement:
"Biau sire, car me dites le vostre esgardement.
Comment me contendrai envers si fiere gent?
Bon est que je me tiegne a vostre loëment."
Qant li rois l'entendi, si li dist son talent:
"Qant conseil me querés, ja l'avrois bel et gent.
On ne gaaigne gaires en grant foloiement;
Cis rois nos cuide prendre par son efforcement,
Mais il n'a pas o soi amenee la gent.    [5250]
Ceste vile convient garder molt sagement
Et metre bones gardes du mieus de vostre gent
Que li Grieu ne se metent sor nos celeement."
Et respont l'amiraus: "C'est bon conseillement,
Ainsi sera il fait, ja n'en iert autrement."
Li jors est trespassés et la nuis les sousprent
Et les gaites sont mises par grant esforcement,
A chascune des portes en i a plus de cent,
Et environ les murs crïent molt hautement,
Sonent cors et buisines et frestiaus molt forment,   [5260]
Q'il ne soient souspris des Grieus trop folement.
En la cité se dorment auques seürement
Entresque au matin que li jors les sousprent.

[3.293]  Entresque au matin, que perçoivent le jor,
Se dormi l'amiraus, il et si vavasor;
Par matin s'est levés, car il fu en freor.
Entor lui sont venu si home li pluisor,
Dïent lui q'Alixandres chevalche par vigor;
Et l'amiraus a dit: "Ja mar avrés paor."
Son neveu en apele, le fil de sa seror,    [5270]
Du grant orguel de Gresse a fait a lui clamor,
Et cil li respondi bonement par douçor:
"Ja tant com il nos hee n'avrons a lui amor."
Vestu l'a et chaucié a loi d'emperaor.
Il a pris quatre rois et un riche almaçor,
Par mi la vis de pierre est montés en la tor,
Esgarde contre val es plains de Valcolor,
Vit venir la grant ost au roi mascedonor,
De la chevalerie de Gresce vit la flor.
Il apele ses homes, si lor a dit: "Segnor,   [5280]
Est ce dont Alixandres qui plains est de folor?
Ma cité cuide prendre et moi tolir m'onor.
Se mi dieu me garissent ma force et ma vigor,
Je assaudrai les Grieus ains que passent cinc jor.
Des vignes et des bles voi gaster le labor,
Mais contre cest damage lor cuit faire gregnor.
Se les puis desconfire, il morront a dolor,
Et si vous di por voir q'en avrai grant honor,
Redouté en seront trestout mi ancisor."
Si home li respondent: "Par Dieu le creator   [5290]
Ja ne vous en faurons por crieme de paor.
Faites armer vos homes, ne soiés en freor,
Si chevauchiés encontre a force et a vigor."

[3.294]  L'amiraus fu as estres de son plus haut estage
Et voit l'ost herbregier devant lui el rivage
Et tres et pavellons tendre par cel herbage
Et vit ces chevaliers qui demainent grant rage.
Un drugemant apele si li dist son corage:
"Amis, tu et toi tiers porterés mon message,
Si me di Alixandre, qui set de maint langage,   [5300]
En ma terre est entrés par force et par outrage."

[3.295]  "Sire, dist li messages, se toi plaist j'en irai;
Les deus q'o moi iront aparellier les fai,
Et je serai li tiers q'Alixandre dirai
Tout ce que tu li mandes, ja ne li celerai.
Se truis amor en lui, amor li respondrai,
Et s'il me dist orguel, orguel li parlerai,
Et se tu le commandes, je le deffïerai."
"Par foi, dist l'amiraus, autre chose n'en sai,
Car riens ne tieng de lui ne ja riens n'en tenrai.  [5310]
S'il veut de mon avoir, par amors l'en donrai,
Et se il n'en veut prendre, je m'en consieurerai
Et si porra bien estre q'a son tref l'assaudrai;
Au conseil de ma gent a lui me combatrai,
Ja un seul de tous aus raiembre n'en lairai,
Ne ja jor de ma vie raençon n'en prendrai."

[3.296]  "Sire, dist li messages, je preng congié de toi;
Je voi venir les deus qu'iront ensamble o moi:
Le duc de Pincernie et le prince d'Ausoi."
"Segnor, dist l'amiraus, alés a Dieu tout troi,  [5320]
Des or vous veul proier que vous pensés de moi.
Alixandre me dites trop maine grant boufoi,
Qui ma terre me gaste et met en tel effroi.
Cuide me il dont prendre comme oiselet en broi?
Babilone est si fors ne crient prince ne roi
Ne mais le dieu du ciel, qui tout a desous soi."
Nabusardan a dit au message en secroi:
"Portés dant Tholomé salus que li envoi
Por la premiere joste qu'il face ensamble o moi,
Encontrer me porra premerain au tornoi."    [5330]
Li messages respont: "Volentiers par ma foi."
Li portiers lor defferme la porte du gravoi.

[3.297]  Molt par furent cortois tout troi li messagier,
L'amiraus n'i peüst nul mellor envoier.
A l'issir des herberges truevent un latimier,
Le tref le roi demandent Alixandre d'Alier.
"Segnor, bien le vous sai, fait se cil, ensegnier.
Ves le la, cel plus haut a cel aigle d'or mier,
La troverés le roi, la sont si chevalier.
Jel vi ore monter sor Vairon son destrier,   [5340]
Par le mien ensïent, vait soi esbanoier;
Se parler i volés, n'i avés que targier."
Li message s'en tornent, pensent de l'esploitier.
Encontrent Alixandre sous l'ombre d'un laurier,
Oés com fais salus rendent a l'acointier:
"Cil Dieus qui forma terre et Adam le premier
Et de la coste Adam fist Evain sa mollier
Garisse l'amiraut et si doinst encombrier
A tous ciaus qui a tort le veulent guerroier.
Dans rois, il le vos mande, ne vos doit anuier,  [5350]
Por issir de sa terre vos donra plus d'or mier
Que ne porront porter vint et quatre somier;
Et se nel volés prendre, ja celer ne vos quier,
L'amiraus vos deffie et tout si chevalier.
Nabusardan vos mande, se volés tornoier,
Envoiés Tholomé as jostes commencier;
Molt volt a lui joster, tant l'a oïprisier."
Tholomés li respont: "Molt l'en doi avoir chier,
Mon cors ne mon escu ja veer ne li quier."
"Segnor, dist Alixandres, n'ai soing de manacier,  [5360]
Ja ne quier a message ramprosner ne tencier.
Oés, segnor message, que vos veul encharchier:
L'amiraut me dirés, consieurrer ne me quier,
Ja ne prendrai avoir por sa cité laissier.
Tant est fors Babilone q'or m'i veul ensaier;
Se prendre ne la puis, ne me pris un denier.
En son plus haut palais me cuit faire sainier,
De ses mellors viandes me cuit faire aaisier,
Des que soient de Gresse venu mi conseillier,
Dui baron de ma terre qui molt me tienent chier,  [5370]
Tant sont preu et hardi ne soufrent nul dangier.
Plus lor donrai avoir que ne vauront baillier,
Lor escus et lor armes ferai faire d'or mier.
Au conseil de ces deus en vaurai esploitier,
Cil me feront la vile ou tenir ou laissier."

[3.298]  Li message se taisent et li rois a parlé:
"Segnor, fait Alixandres, vos m'avés deffïé
De par vostre amiraut quil vos a commandé,
Et je redeffi lui, ja mar li iert celé;
Bien le li devés dire, tant estes si privé."  [5380]
Li rois en apela Cliçon et Tholomé:
"Segnor franc chevalier, qui tant m'avés amé,
Por prendre Babilone demain tresq'au fossé
Par matinet i soient vostre escuier armé."
Cil li ont respondu: "A vostre volenté."
Li messagier l'entendent s'ont congié demandé;
Li rois done a chascun un esprevier müé.
Cil prenent le congié si s'en sont retorné
Et vienent a la vile, n'i ont plus demoré.
La porte fu ouverte et il i sont entré;    [5390]
L'amiraus vait encontre si lor a demandé:
"Que respont Alixandres? Laira sa foleté?
Assaudra il la vile? Savés ent son pensé?"
"En la moie foi, sire, ains a siege juré,
Que ja n'en tornera si avra la cité."
Nabusardan demande du hardi Tholomé:
"Fera a moi la joste que je li ai mandé?"
Li message respondent: "Molt vos en set bon gré."
La nuit vient, li jors faut, si se sont dessevré;
Gaites et eschargaites sont sor les murs monté,  [5400]
Toute nuit ont gaitié tant qu'il fu ajorné;
A l'aube aparissant sont cil de l'ost monté.
Li ort et li vergié sont par force esterpé,
Les vingnes escepees et tuit soié li blé.

[3.299]  La cités fu assise a un mardi matin,
Pris sont tresq'a la porte li ort et li gardin;
Le tref le roi tendirent plus de vint Sarrasin,
Les cordes sont de soie et li paisson d'or fin.
Par l'ost crïent a vendre et pain et char et vin,
Dras de toutes colors i portent li Hermin.    [5410]
En l'ost a tel richece q'on n'en set dire fin.

[3.300]  L'amiraus fu as estres et fu as fenestrés
Et vit tant pavellons vers et yndes et bles.
Estes vous une espie qui vint devers les Gres,
Qui dist que Alixandres est en gibiers remés;
De ça gardent les tentes Dans Clins et Tholomés,
Et de l'autre part a quatre des douze pers:
Licanor et Filote, Perdicas, Aristés.
Li amiraus en jure et ses lois et ses des
Ains que li rois reviegne les assaudra as tres    [5420]
Et derrompra les cordes et sachera les pes
Et metra contre terre et forches et frestrés.

[3.301]  Tout droit a l'amiraut en vienent li baron,
Il li ont demandé: "Sire, quel la feron?
Entresi q'a la porte vienent lor pavellon,
Faites la nos ovrir et si nos en istrom."
L'amiraus respondi: "Par ma foi non feron;
Vées ici devant Tholomer et Cliçon,
Et sont ensamble o eus li douze compaignon;
Se croire me volés, par de ça en irom.  [5430]
Se nous ouvrons la porte, ja mais ne la cloron,
Ains serions tuit pris par itel achoison."
Si home li respondent: "Bien est si l'otrion."

[3.302]  L'amiraus s'en issi o mervelleuse gent,
O la geude de pié, itant celeement
Que nus qui fust en l'ost n'en sot onques noient.
Ja lor feïst as tentes tel envaïssement
Qui ne fust amendés por cent mil mars d'argent,
Se ne fust dans Filotes, a qui li rois s'atent,
C'est uns des douze pers ou li chiés de l'ost pent.  [5440]
Premiers s'en est issus por esbanoiement
Et vit les gonfanons desploiés contre vent;
As tres s'en retorna tost et isnelement
Et a dit a ses homes molt afaitïement:
"Segnor, adoubés vos, ne soiés mie lent,
Car l'amiraus chevalche vers nos ireement,
Il nos veut assaillir, par le mien ensïent.
L'assaut qu'il cuide faire et ce qu'il i entent
Li tornera a mal, se Dieus le nos consent;
Se nos le poons prendre en cest tornoiement,   [5450]
Li ferai comparer ancui molt durement;
S'il sans perte s'en vait, molt li estera gent."

[3.303]  Si tost com d'ambes pars se sont entreveü
Li Grieu lievent le cri et l'amiraus le hu;
Tholomés et Dans Clins sont premerain venu.
Tholomés point premiers desor le vair quernu;
Nabusardan le voit, qui l'a aperçeü.
Tant com li dui cheval lor ont eslais rendu
Toutes plaines lor lances se sont entrabatu.
Qant il furent a terre, n'i ont gaires geü,   [5460]
Ains saillirent en piés comme home de vertu.
Tholomés fu molt preus, s'ot le cuer irascu,
Et sot molt d'escremie si l'a premiers feru.
L'espee li descent entre cors et escu;
Se ne brisast l'espee, tout l'eüst porfendu.
Del retrous que il tint l'a el vis conseü,
Que un poi l'a navré et le grenon tondu.
Nabusardans s'esmaie du caup q'a reçeü,
Volentiers s'en alast s'il li fust consentu,
Mais Tholomés le prent, qui l'a reconneü;   [5470]
Ne fust Falés d'Egypte, tout l'eüst retenu.

[3.304]  Falés fu nes d'Egypte, fieus le roi Faraon;
Quant ot Nabusardan gari de la prison,
Pas ne se meschoisirent entre lui et Cliçon;
Tant com li dui cheval les portent de randon,
Se fierent as escus, qui sont paint a lion;
Ambedui s'entrabatent devant un pavellon.
Puis saillirent en piés ambedui li baron,
O les espees nues resmuevent la tençon.
Dans Clins le feri bien a loi de champion,    [5480]
O l'auberc li trencha un pan de l'auqueton,
De la senestre cuisse tout le maistre braon;
Ne pot ester sor piés, ains chaïel sablon.
Falés crie merci et demande pardon,
Dist que porter l'en face et tiegne en sa prison,
Car molt est nobles hom et de grant raençon.
Et Dans Clins demanda: "Vassaus, com avés non?"
"J'ai non Falés d'Egypte, fieus le roi Pharaon,
Tout le tresor mon pere vous metrai a bandon."
"Amis, ce dist Dans Clins, molt me pramés grant don,  [5490]
Tu n'i morras hui mais se en mes coupes non."

[3.305]  De cele part de l'ost ou l'amiraus tornoie
Anulas de Vilac de joster se desroie
Et fiert si Licanor que sa lance peçoie;
Licanor refiert lui, qui de mort le guerroie,
Jouste le cors li passe le gonfanon de soie,
Tant com hanste li dure l'abat en mi la voie.
Uns damoisiaus le vit, de poindre se desroie,
Le cheval Anulac saisist par la coroie;
A hués Dant Clin le conte Licanor li otroie,   [5500]
Car Dans Clins n'est pas teus que on veer li doie.

[3.306]  Li damoisiaus s'en torne, quant ot le cheval pris,
Droit a Cliçon le conte, qui Falés ot conquis.
Dans Clins prent le prison sel commande a trois Gris
Qu'il le mainent as tres, car s'il en estort vis
Teus iert la raençons nus n'en set dire pris.
Li damoisiaus l'esgarde se li a fait un ris,
Le destrier li presente, qui fu vairs arrabis:
"Cest destrier vos envoie Licanor li marchis."
Et Dans Clins li respont: "Molt est biaus, ce m'est vis."  [5510]
Puis saut sor les arçons, ainc n'i ot estrier quis,
La lance sor le fautre es grans galos s'est mis.
La ou voit Licanor si li a dit: "Amis,
Poigniés seürement, bien pöés estre fis,
Ja mais n'amerai home qui de vos soit eschis."
Et uns drus l'amiraut li vint en mi le vis;
Grant caup li vait doner desor son escu bis,
Que tout li a fendu et l'auberc a malmis,
Tant com hanste li dure l'eslonge des estris.

[3.307]  L'amiraus l'esgarda si dist a un sien dru:    [5520]
"En moie foi, amis, mal nos est avenu.
Maudis soit cis tornois qant il commenciés fu,
Car noient n'i gaaing, ains i ai molt perdu;
Mais se mi dieu me sauvent ma force et ma vertu,
Ançois que je m'en aille m'i avront conneü."
Il fait soner deus cors et un graille menu,
Et cil de Babilone sont entor lui venu;
Et l'amiraus s'eslaisse par mi un pré herbu,
Vait ferir Tholomé devant en son escu,
Que lui et son cheval a a terre abatu.    [5530]

[3.308]  L'amiraus abati et lui et son destrier;
A icele rescousse veïssiés commencier
Un estor perilleus et mervelleus et fier,
Tant escu estrouer, tante lance brisier.
Et l'amiraus escrie: "Or parra qui m'a chier;
Se cestui ne puis prendre, ne me pris un denier."
Pris i fust Tholomés, qant cinc cens chevalier
Li sourdent des herberges et quatre mil archier
Qui traient tuit ensamble ses font si esmaier,
Ou il veullent ou non, lor convint a laissier.    [5540]
Dans Clins, li fieus Carduit, li rendi son destrier;
"Sire, dist il, montés, fieus de gentil guerrier.
Que deïsse je ore Alixandre d'Alier,
Mon segnor naturel, qui vos aime et tient chier?
Se mener vos en puis, ne quier plus gaaignier."

[3.309]  Une jouste i ot faite dont maint orent envie;
Emenidus d'Arcade la fist par envaïe
Par son cors seulement o le roi d'Alenie;
Devant trestous ses pers requiert chevalerie,
Et porte en son bras destre une manche s'amie    [5550]
De fin or et de pierres tout environ ordie.
Il s'entrefierent bien, quant l'uns l'autre deffie,
Li escu ne lor valent une pome porrie,
Ambedui s'entrabatent en mi la praerie.
Qant il furent a terre, ne s'aseürent mie,
Ains sachent lor espees, dont li aciers brunie.
Emenidus le fiert, qui fu duis d'escremie,
L'espee li descent vers la destre partie,
Le poing li fait voler deseur l'erbe florie.
Li rois se sent bleciés, por Dieu merci li crie:  [5560]
"Merci, frans chevaliers, merci pri de ma vie,
Plus te donrai fin or et autre manandie
Que ne porroit porter par mer une galie."
Emenidus respont, quant li rois s'umelie:
"Vous n'i morrés hui mais, se Dieus me beneïe."
Qant l'amiraus le voit, s'ensaigne a esbaudie,
Il fait soner ses cors, si loins en vait l'oïe
Q'Alixandres l'entent d'une lieue et demie,
Qui estoit en gibiers o deus faus de Rossie,
Et a dit a ses homes: "Ne me mescreés mie,  [5570]
Par le mien ensïent, que m'ost est assaillie.
Poingniés, franc chevalier, car je chas la folie."

[3.310]  Par le tornoiement vint poignant Rodouans,
Freres fu l'amiraut, nes fu de Valdormans.
Li chevaus ou il sist fu pumelés ferrans,
Et Aristés chevalche le vair qui fu movans.
Grans caus s'entredonerent sor les escus luisans,
Que jus s'entrabatirent des bons destriers corans;
Qant il furent a terre, si sachierent les brans.
Rodouans fu lassés et ot armes pesans,    [5580]
Et a Aristé crut un poi ses maltalans;
Ja en preïst la teste, se ne fust Estorgans,
Qui par mi le bras destre le feri deus caus grans.
Si navrés com il fu, le saisi as pendans,
La ou li helmes lace et l'aubers jaserans;
A estrous l'en menast, se ne fust l'amirans.

[3.311]  Por son frere rescorre vint poignant Nabugors,
A estrous l'en menast, se ne fust Licanors,
Qui sist el cheval noir qui vint d'outre les pors;
Tel li doune en l'escu, qui fu pains a Maros,    [5590]
Contre mont vont les gambes, car li espiés fu fors;
Puis a sachié le branc, qui de ferir iert tors.
La ou l'amiraus chiet, fu douteuse sa sors,
Car se li Grieu le prenent malvais iert ses depors,
Mais cil de Babilone sonent grailles et cors;
D'espees et de lances i fu grans li apors,
Dusqu'a vint chevaliers ot au rescorre mors.

[3.312]  L'amiraus fu de mort et de prison garis,
Du tornoi maudist l'eure que il fu establis,
Tant i a sanc perdu tout en est affeblis.    [5600]
Bien set se li rois vient mors est et desconfis,
Ses archiers maine o soi si est du champ partis.
Li rois vint de gibier et entendi les cris,
Des mors et des navrés vit le defoleïs;
Por ce que il ne fu a cel comploteïs
De mautalent et d'ire est tous empaleïs.
A son tref est alés, descent sor un tapis,
Tous iriés s'est couchiés sor un lit cordeïs.

[3.313]  Tholomés oïdire que li rois iert iriés,
Entre lui et Clinçon li sont venu as piés,  [5610]
Content lui du tornoi com il fu commenciés
Et comment l'amiraus les avoit engigniés
Et com Falés d'Egypte fu pris et mahaigniés;
Les prisons li amainent si li ont deslïés.
Li rois vit les prisons, si est el lit dreciés,
Ne li chaut de sa perte, tant est des prisons liés.
Li jors vait, la nuit vient, li tornois fu laissiés;
L'amiraus s'en retorne, coureçous et iriés,
De son frere li poise, qui est menés loiés,
Et dist entre ses dens ja ne sera mais liés   [5620]
Devant a icele eure que il sera vengiés.
L'endemain par matin, quant jors fu esclairiés,
S'est levés Alixandres et vestus et chauciés.

[3.314]  Par main lieve li rois et fait ses orisons,
Et qant il ot ouré, si disna ses faucons.
Et l'amiraus li mande par set de ses barons
Q'il li donra mil pailes, trestous pains a lions,
Et cent somiers charchiés d'or cuit et de mangons,
Mais rende lui son frere et ses autres prisons.
Alixandres en jure Dieu et trestous ses nons    [5630]
Que ja, tant com il puisse chaucier ses esperons,
De tous ciaus que il a n'iert prise raençons,
Il les feroit ançois tüer comme gaignons.

[3.315]  Li message s'en tornent si l'ont dit l'amiral,
Que canque il li mande ne prise pas un ail;
Il les feroit ançois tous tüer a un mail
Que de lor delivrance se meïst en travail.
L'amiraus lor respont: "Du tenir ne li fail.
Damedieus me confonde, tant cuit je que je vail,
Ançois que du sien n'aie s'a son tref ne l'assail."  [5640]

[3.316]  Par main lieve li rois si comme l'aube esclaire.
Desous un olivier flori qui souef flaire
S'est assis Alixandres et fait ses engins faire:
Eschieles ploieïces plus de cinquante paire;
La cité cuide prendre et l'amiraut fors traire.
Sans engin la prendra, ne li targera gaire,
Et porra sejorner ens el mellor repaire.

[3.317]  Qant il dut avesprer, s'asieent au mengier,
Et qant il ont soupé, si muevent li forrier;
Li geudon furent bien tresques a vint millier,    [5650]
Por la geude garder i vont mil chevalier.
Licanor et Filote furent gonfanonier,
Dans Clins et Tholomés i vont por chastoier,
Q'il les tiegnent et gardent, s¹il veulent foloier.

[3.318]  Tout le val Danïel ont pris et peçoié.
De proies et de reube s'en vienent tuit charchié;
Et cil de Babilone l'ont l'amiraut noncié.
Et cil dedens s'en issent a cheval et a pié,
Tresq'a soissante mile furent li haubergié.
Cil qui l'amiraut guïent l'ont si bien adrecié  [5660]
Q'ançois que li Grigois fuissent apareillié
Orent pris de la geude toute l'une moitié.
Dans Clins et Tholomés en sont molt esmaié,
Regretent Alixandre, dont sont desconseillié,
Que il orent ersoir as herberges laissié.

[3.319]  "Segnor, dist Tholomés, ci voi une maison,
Close est toute de marbre o chaus et o sablon,
Une loëe durent li vergié environ;
Entrons nos ens dedens si nos i deffendons.
Un de nos por secors dusq'au roi envoion;   [5670]
Die qu'il nos sequeure, car mestier en avon."
Trestout le premerain en apela Cliçon:
"Car i alés, fait il, vassaus, fieus de baron,
Et dites mon segnor que nos nos combaton."
Dans Clins li respondi: "Tenés moi por bricon
Qui dites que m'en aille por querre garison?
Dehait ait qui veut estre aillors se ici non;
Qant je serai navrés el pis sous le menton
Et mes escus iert frais et brisié mi arçon
Et li sans de ma teste me corra au talon    [5680]
Et tenrai en ma main de ma lance un tronçon,
Ne samblerai pas home qui viegne d'orison,
N'avrai au col pendu escherpe ne bordon;
Lors irai au secors, se ançois ne l'avom."

[3.320]  Tholomés voit Dant Clin de l'aler si engrés,
Il apele Filote, cil i vient a eslés.
Il li a dit: "Filote, biaus amis, c'or i ves,
Li rois nos secorra des qu'il orra le fes."
Filotes li respont: "Tenés moi por malvés
Qui dites que m'en aille et ci iluec vos les   [5690]
Et port de mon escu toutes saines les es?
Tous jors vos en harroie sel me disiiés mes.
Ne lairoie a ferir, puis que je sui si pres,
Qui me donroit tout l'or qui fu au roi Sersés."
Tholomés li respont: "Biaus amis, je m'en tes,
Puis que vos nel volés je n'en parlerai mes."

[3.321]  Tholomés a veü de ces deus le boufoi,
Il apele Aristé si li dist en secroi:
"Aristé, biaus amis, car en alés au roi;
Il nos venra aidier des qu'il orra por coi."   [5700]
Aristés li respont: "Non ferai, par ma foi.
Se du fil vostre mere volés prendre conroi,
Vous irés en l'aïde dont estes en effroi."

[3.322]  Tholomés voit q'as trois ne puet riens esploitier;
Licanor en apele, faire en veut messagier:
"Licanor, biaus amis, ses que te veul proier?
Que tu ailles au roi por cest besoing noncier;
Des qu'il orra por coi, il nos venra aidier."
Licanor li respont: "Trop me sentés lanier.
Por ce que sui malvais m'i volés envoier?  [5710]
Se le fil vostre mere en volés conseillier,
Vous meesmes irés desor vostre destrier."

[3.323]  Tholomés voit des pers que nus ne s'en remue;
Antigonon apele a la teste chenue,
Saudoiers fu le roi, nes fu de Valgrenue.
"Antigoné, fait il, car alés en l'aiue."
Orgelleuse parole li a cil respondue:
"Ahi, dant Tholomé, quel la m'avés rendue?
Aucune malvaisté avés en moi veüe?
Envoier me volés corner la recreüe;  [5720]
Ançois fust terre mere desous mes piés fondue
Que ja ceste parole fust de ma bouche issue.
Qant j'avrai l'escu frait et la broigne rompue
Et je avrai du sanc et de la char perdue
Et m'en irai navrés, el poing m'espee nue,
Ne tenra pas li rois ma parole a faillue
Qant je li conterai quel perte avons eüe."

[3.324]  "Segnor, fait Tholomés, or ne vos sai que dire,
Ne puis penrre conseil com le sache mes sire.
L'amiraus a ici amené son empire,    [5730]
Por nos geudons q'a pris nos cuide desconfire,
Mais ains que soions mort ne livré a martire
Combatons nos a lui si li vendons nostre ire.
As espees trenchans les poons si afflire
Qant il istra du champ n'avra talent de rire."

[3.325]  "Sire, ce dist Filote, or avés bien parlé,
Ceste raisons nos vient a talent et a gré,
Qui de ceste vos faut ja ne voië il Dé.
Por l'amor du segnor qui tant nos a amé
Et tant nos a a tous et valu et doné,   [5740]
Combatons nos por lui et en sa feelté."
Qanqu'il dïent entr'aus a uns gars escouté,
Espie iert l'amiraut, si li a tout conté.
Qant l'amiraus l'entent, un ris en a geté,
A une part apele le mieus de son barné,
Et dist a soi meïsme: "Cil Grigois sont desvé."

[3.326]  "Segnor, dist l'amiraus, cil Grigois sont molt fier,
Par le mien ensïent, molt sont bon chevalier:
Li uns d'aus ne puet l'autre au secors envoier.
Se vif se laissent prendre, jes ferai manaier,   [5750]
Ja ne lor veerai ne boire ne mangier
Ne por lor raençon nes ferai laidengier.
Se par ceste maniere nes poons engignier,
Ne querroie ja plus a cest tor gaaignier;
Qanques du lor avrons comperrons nos molt chier,
Que mieus en porrions a Baudas bargaignier."
Si home li respondent: "Faites i envoier."

[3.327]  L'amiraus i envoie Savari de Solendre,
Qui de la soie part lor dist et fait entendre
Qu'il les manaiera, se vif se laissent prendre,    [5760]
Et s'il les prent par force, il les fera tous pendre.
"Comment? fait Tholomés, veut il nos dont atendre?
Se par tans ne s'en fuit, de nos l'estuet deffendre;
Qanque du nostre a pris li cuidons molt chier vendre,
Que li avoirs en iert au partir fors a rendre.
Qant il istra du champ et il devra descendre,
Il n'avra compaignon n'ait a lui a entendre."

[3.328]  Li messagier s'en vont, qui l'amiraut ont dit
Que ja ne se rendront s'ains ne sont desconfit.
Qant l'amiraus l'entent, a ses homes en rit,    [5770]
Et jure tous ses dieus c'onques teus gens ne vit,
Qui combatre se veulent et si sont si petit:
"Set tans ai je bien d'omes, qui trestout sont eslit."

[3.329]  "Segnor, dist l'amiraus, ceste bataille veul.
Desconfire me cuident li Grieu par lor orguel;
Aucuns m'en estordra se dedens nes acuel.
Veés la Licanor, qui s'arme sous cel fuel,
Devant moi prist mon frere si quel virent mi oel,
Et me dona tel caup que encore m'en duel;
Ja ne puisse passer de mon palais le suel,   [5780]
Se je son cors puis prendre, s'en chaudiere nel buel."

[3.330]  "Segnor, fait l'amiraus, je vos pri et enort
Que de ceste bataille me donés tuit confort.
De cel vergié lai ens voi issir Licanort,
Desor cel cheval noir son gonfanon destort;
Devant moi prist mon frere et me dut avoir mort.
Maudïent moi mi dieu et mon chief et mon sort
Se ja de cest marchié envers lui m'en acort.
Gardés quil porra prendre que le chief m'en aport."

[3.331]  Li Grieu se sont armé tost et isnelement,    [5790]
N'orent que set eschieles, que molt orent poi gent;
Et cil de Babilone s'armerent ensement,
Lor batailles devisent, s'en furent plus de cent.
"Segnor, dist Tholomés, d'une riens m'espoënt,
Que nel set Alixandres, qui as tres nos atent.
Ja nos donë il tout canque il taut et prent,
Nos armes sont covertes toutes d'or et d'argent.
Et l'amiraus a dit mors est s'il ne nos pent,
Or sera vilonie se chascuns ne s'i vent."

[3.332]  Tholomés sist armés el vair de Calidoine,    [5800]
Qui la teste ot plus noire que n'est grains de pioine.
S'il trovast autant qans iciaus de Babilone,
Molt lor cuidast chier vendre son cors et sa persone,
Mais ne furent que mil de ciaus de Mascedoine
Et bien soissante mil de ciaus de Babiloine;
De jostes a meschief i ot molt grant essoine.

[3.333]  Qant li soissante mil sont o les mil jousté,
Li mil lor chevalchierent par si grant volenté
N'i a gaires nul d'aus n'ait le sien enversé;
Qui chaut? que trop sont peu, n'i ont gaires duré.  [5810]
De l'alaine des cors et du poudrier levé
Et del fum des chevaus qui ierent tressüé
Estes vous l'air du ciel espoissié et müé,
A paines se conurent quant se sont regardé,
O tout ce que il sont de la soif si grevé
Tuit li pluisor se sont de l'angoisse pasmé.
L'amiraus i a fait auques sa volenté;
De ciaus qui pris n'i furent sont li pluisor navré,
A une part s'en soivrent Dans Clins et Tholomé.
Qant Tholomés vit ce qu'il l'ont du champ geté,  [5820]
De la honte qu'il ot a si le cuer serré
Qu'ens el cors li pantoise si a un poi ploré
Et regrete Alixandre, qui trop a demoré.
La lance sor le fautre a Baiart galopé;
Au chief de la bataille a un roi encontré.
Grant caup li vait doner sor son escu listé,
Que tout li a fendu et l'auberc defaussé
Et voiant l'amiraut a celui mort geté.
Troi chevalier s'eslaissent, dont li dui l'ont navré;
Qui chaut? pas ne l'abatent, son tor fist par le pré.  [5830]

[3.334]  El champ ou li Grigois furent mort et vaincu
Tholomés se deffent com hom de grant vertu;
Entre lui et Cliçon ont le champ maintenu.
Troi chevalier s'eslaissent s'ont Tholomé feru,
Son destrier li ocïent et lui ont abatu;
A terre chiet pasmés, covers de son escu.
Dans Clins beneïst l'ame qui dedens son cors fu,
Cuida que il fust mors quant il le vit cheü;
Ne pot mais endurer, car trop i a perdu.

[3.335]  Dans Clins crie s'ensegne, ne puet avoir soulas.    [5840]
Se il fust soi et autre ou soi tiers ou soi qars,
De l'aler en l'aïde ne fesist il porchas,
Mais il estoit navrés en la teste et el bras,
Li escus de son col sanloit viés talevas,
De son elme li pendent li qartier par les las.
L'amiraus li escrie: "Ça esterés, couars!
Ne savra hui par vos noveles li bastars."
Et Dans Clins li respont: "Vos mentés comme gars,
Molt sui ore malvais qant dolent ne vos fas."
Du tronçon d'une lance li dona un tel flas   [5850]
Que trois dens li peçoie, car fors est li esclas.
L'amiraus fu bleciés, a terre chiet tous plas,
Si home l'en redrecent, mais dolens fu et mas.
Dans Clins prent le cheval, qui est de bon haras,
Du champ s'en est partis par devant un margas.

[3.336]  Dans Clins se part du champ dolens et irascus,
Tresq'au tref Alixandre ne fu ses frains tenus;
Lors s'areste li quens, a pié est descendus.
Alixandres le voit, contre lui est venus,
Puis li a demandé: "Ou fu cil vostre escus?"  [5860]
Et cil li respondi comme hom aperceüs:
"De cel val Danïel sui n'a gaires issus,
La s'est li amiraus as forriers combatus,
Trestous ciaus qui alerent avés fors moi perdus,
Car l'amiraus les a tous pris et retenus,
Et Tholomés i fu laidement abatus
Et tres par mi le cors de deus espiés ferus."
Qant Alixandres l'ot, molt s'en est irascus,
Fremist et devint noirs et de parler fu mus;
Puis jura Damedieu et toutes ses vertus    [5870]
Que se Tholomés muert l'amiraus iert pendus.

[3.337]  "Sire, ce dist Dans Clins, por coi vos demorés?
Car secorés vos homes et vos armes prenés,
Et je vos conduirai, se croire me volés.
Ançois que l'amiraus se soit du champ tornés,
Vous josterai o lui, si vos i combatés;
Grant honor i avrois se vaintre le pöés."
"Dant Clin, dist Alixandres, ici vos demorés,
Ne venrois mie o nous, que trop estes lassés."
"Sire, ce dist Dans Clins, por nïent en parlés,  [5880]
Mi compaignon sont pris et je m'en sui emblés;
Se n'estoie au rescorre, je seroie desvés."

[3.338]  Li rois a pris ses armes et par l'ost montent tuit;
Tous premerains chevalche Dans Clins, li fieus Caduit;
Si navrés com il iert, ens el champ les conduit.
Et la gent l'amiraut demainent grant deduit,
Par le vergié s'ombroient et mangüent le fruit,
Iluec veulent atendre la froidor de la nuit.
A tant es vos le roi et Cliçon quil conduit,
Tant i sonent de cors que tous li vaus en bruit.   [5890]
De ciaus de Babilone n'i a un seul, ce cuit,
Qui por son cors garir en son cheval ne puit;
Et l'amiraus en jure n'i a nul, s'il s'en fuit,
Qui a tout son vivant Babilone ne vuit,
Et cil de son lignage seront ars et destruit.

[3.339]  Qant Alixandres vint, qui lors veïst les Gris!
Onques Dieus ne fist home, tant fust poësteïs,
S'il les atent a caup, qu'il ne soit mors ou pris.
Li rois vint tous premiers, de maltalent espris,
Et sist sor un destrier qui molt fu de grant pris;   [5900]
La lance sor le fautre, s'est es grans galos mis.
Et l'amiraus guenchist comme hom bien ademis,
Mervellous caup li done desus son escu bis,
Que li trous de la lance li vole en mi le vis;
Et li rois le feri comme hom volenteïs,
Que tout l'escu li fent et l'auberc a malmis.
Il l'empaint de vertu, si li taut les estris;
L'amiraus chiet a terre, Clins a le cheval pris.

[3.340]  Dans Clins prist le cheval com hom aperceüs;
Qant il le tint as regnes, ne se contint pas mus,   [5910]
Ains dist a l'amiraut: "Or estes vous cheüs,
Mieus vous venist encore que ne fuissiés venus;
Li fieus le roi de Gresce vos mostre ses vertus.
Hui main le laidengastes, malvais est vostre argus,
Molt tost vos en est or li guerredons rendus.
O le cheval m'en vois dont estes abatus."
Nabusardans l'entent, molt en est irascus,
L'amiraut fait monter el bai qui fu crenus.
Et cil de Babilone ont si les sens perdus
Que onques du deffendre ne fu nus plais tenus,    [5920]
Tout droit vers Babilone vont les chemins batus.
Qant l'amiraus le voit, tient soi por confondus,
D'ambedeus pars de soi en voit aler ses drus,
Bien set s'il i remaint pris iert et retenus;
A la fuie s'est mis, car li chans est vaincus.

[3.341]  Or s'en vait l'amiraus, tout i laist son harnois;
De ciaus de Babilone s'en vont li plus cortois
Et li Grieu les enchaucent as chevaus qu'il ont frois,
O les espees nues les fierent de manois,
Onques nes pot tenir ne barre ne deffois.    [5930]
Tresq'au chief de la vile, dont li mur sont turcois,
Les en mainent ferant et prenent trois et trois;
Les portes de la vile ont closes li borgois.
Molt en est coureciés Alixandres li rois;
Arriere s'en retornent, car pres lor est li soirs.

[3.342]  Alixandres s'en torne qant il vit avesprer,
En son tref descendi si se fist desarmer;
Des barons q'a perdus se prist a dementer,
Li cuers li atenroie, si commence a plourer.
Dans Clins, li fieus Carduit, l'est alés conforter:  [5940]
"Sire, ce dist Dans Clins, cest duel laissiés ester,
Onques por grant duel faire ne vi riens conquester.
Faites querre les mors ses ferons enterer,
Et les navrés si faites a vos mires saner.
A prendre Babilone porrés bien recouvrer."
"Dant Clin, fait Alixandres, molt savés bien parler,
De ce que vos me dites me convient a penser."

[3.343]  "Sire, ce dist Dans Clins, ce est molt grans confors
Que Aristés est vis, Filote et Licanors.
Cil qui les iront querre portent eaue en lor cors  [5950]
Qu'il ne soient estaint du chaut qui est si fors,
Et quierent Tholomé grant piece loins des nos;
Envers le vi chaoir sor l'escu de Maros.
De ciaus de Babilone i laissa tant de mors
Que ses chevaus en iert el sanc tresq'as argos."

[3.344]  Li rois i envoia et fist le champ cerchier;
Les mors et les navrés truevent par le vergier.
Grant piece loins des autres, le trait a un archier,
Troverent Tholomé sous l'ombre d'un laurier,
Covert de son escu, ne se pooit aidier;    [5960]
A boivre li donerent por la chalor laissier.
Sor deus chevaus li font litiere aparellier,
Au tref le roi en portent le gentil chevalier.
Alixandres le voit, n'i ot que courecier,
Puis a dit a un mire qu'il penst de l'esploitier;
Plus li donra avoir que ne vaura baillier.
Et cil li respondi: "Ja n'en estuet plaidier,
Tout sain le vos rendrai dusq'a un mois entier."

[3.345]Tres devant Babilone, a mont dedevers bise
Sor l'eaue de Cobar, qui la terre devise,    [5970]
Trois lieues environ ont la terre porprise.
Tous li mondes le sieut por sa grant commandise,
Li uns por sa largesce, l'autres por sa justise.
Larges est Alixandres sans nule covoitise;
Por ce a tout le mont et la gent si aquise
Que nus ne veut partir de lui en nule guise.
Sor l'espaulle Aristé a sa destre main mise,
Esgarde sa maisnie, durement s'en felise,
Et dist a Aristé: "Nule autre manantise
Qui soit en tout le mont n'aim je tant ne ne prise,  [5980]
Car par aus sui doutés et mes voisins en brise."

[3.346]"Aristé, dist li rois, molt par ai grant leece
Quant je voi ma maisnie plaine de grant proëce,
Onques riens ne perdi, certes, par lor perece.
Cist amiraus est faus, qui envers moi se drece,
Car jel tenrai si court comme cheval en trece,
Ne li lairai de terre vaillant un grain de vece;
Faus est quant ne me rent toute la forterece."
"Sire, dist Tholomés, ains est molt grant noblece
Qui a son enemi et volentiers le blece."   [5990]
"Tholomé, dist li rois, dit avés grant proëce,
La roïne d'Egypte vos doins et la richece,
Les chastiaus qui la terre tienent en grant destrece."
"Par foi, dist Tholomés, ci a molt grant hautece."
Au pié l'en vaut aler, qant li rois l'en redrece.

[3.347] La roïne d'Egypte, le ceptre et la courone
Et trestoute la terre par de ça devers none
Alixandres li rois a Tholomé le done.
Molt est sages li rois, les autres araisone:
"Molt puet estre dolens, si com la letre sone,   [6000]
Li hom qui primes va et puis aprés chatone."
Aprés parla uns princes qui fu nes d'Escalone:
"Que vaut commencemens se la fins n'en est bone?
Services sans eür ne vaut un grain d'anone,
Car Salemons le dist en son livre et sarmone."

[3.348] Assés i ot parlé et derriere et devant,
Li pluisor de folie, de savoir li auqant.
"Segnor, ce dist li rois, öés que je commant:
Que tout soiés levé a l'aube aparissant,
Conreé de vos armes comme gent combatant,  [6010]
Que ne vauroie mie que l'amiraus se vant
Que je perde par lui la monte d'un besant."
Lor parole ont finee, si le laissent a tant.
Li rois entre en son tref, li cierge i sont ardant;
Il a demandé l'eaue, on li porte devant,
Ses manches qant il leve li tienent dui enfant.
Qant li rois ot mengié, s'apela Elinant,
Por lui esbanoier commande que il chant.
Cil commence a noter ensi com li gaiant
Vaurent monter el ciel comme gent mescreant,   [6020]
Entre les dieus en ot une bataille grant;
Se ne fust Jupiter o sa foudre bruiant,
Qui tous les desrocha, ja n'eüssent garant.
Qant Alixandres l'ot, si respont en riant:
"Qant li sires vaut auques, li home en sont vaillant."

[3.349] Li rois se vait couchier a deduit et a joie,
Sor lui ot estendu une coute de soie.
Au matin s'est levés por esploitier sa voie,
Ses eschieles devise et sa gent bien conroie.
Tholomés vait avant, molt docement li proie   [6030]
Que l'angarde li doinst, et li rois li otroie.
"Mais gardés, fait li rois, que ne corés en proie;
Trop ai or et argent et deniers et monoie,
Poi pris autre gaaing se la cités n'est moie."
"Sire, dit Tholomés, faus est qui vos guerroie."
Des que li cor sonerent et li grans os s'effroie,
Alixandres chevalche, qui pas ne se deroie.
Licanor en apele, qui a la crine bloie,
Puis li dist en riant: "Se Damedeus me voie,
Qui quiert autre richece malement se desvoie."   [6040]

[3.350] Ainsi com li rois l'ot commandé des la nuit,
Leverent par matin et s'armerent trestuit.
Et li autre somier n'alerent mie vuit,
Ançois portent l'avaine, le pain, le vin, le fruit.
A chars et a charretes sont li engien conduit;
Qant l'ost dut aprismier, de cors i ot grant bruit.
Alixandres s'apuie sor Clin, le fil Carduit,
Si li dist en riant: "Or voi je mon deduit,
Qant armee est ma gent qui por nului ne fuit."
Dans Clins li respondi: "Sire, ne vos anuit,   [6050]
Vos dites verité et je molt bien le cuit;
Gent qui ont bon segnor ne seront ja detruit."

[3.351] Alixandres monta el destrier chastelain,
Il estoit trestous blans, por ce ot non Albain;
Conreés de ses armes, s'oriflambe en sa main,
Devant lui fait soner deus buisines d'arain,
Et plus de troi cens cors sonerent par le plain;
Ces valees resonent, cil mont et cil cavain.
Desi q'en Babilone l'oënt li citoiain,
Lores sorent il bien et furent tuit certain   [6060]
Q'il avroient le siege ou anuit ou demain.
Tholomés et li sien, qui ne sont pas vilain,
Por faire l'avangarde chevalchent premerain.
Aprés vont li somier, qui portent vin et pain,
Engiens por murs abatre, qu'il n'i a si hautain,
Se un jor i assaillent, qu'il laissent mie sain.

[3.352] Ce fu el mois de mai, que florissent gardin,
Que cil oiselet chantent souef en lor latin.
Sovent est coureciés qui a felon voisin;
Molt ot males noveles au soir et au matin.   [6070]
L'amiraus se seoit sor un perron marbrin
Dedevant son palais, desous l'ombre d'un pin.
Qant il ot la novele, manda por un devin,
Por faire un sacrefice vait au temple Apollin.
Un tor i amenerent plus de mil Sarrasin,
Car de cele bataille vauront savoir la fin.

[3.353] Li clers fu nes d'Egypte, hom ne sot plus de sort,
Et des respons as dieus se penoit il molt fort;
Le sacrefice a fait les le temple en un ort.
Une vois vint du temple, qui issi d'un regort,   [6080]
Et dist a l'amiraut: "Noveles vos aport:
Vous avés molt grant droit, Alixandres a tort,
Mais de ce que vos chaut? venus est a sa mort;
Mais comment il morra noient ne vos recort."
Qant l'amiraus l'oï, s'en ot molt grant confort,
Et a dit a Sorin, un roi de devers nort:
"Apolins me maldie se je des mois m'acort."

[3.354] Sorins fu riches hom, rois des Amoravis,
Et ot en sa compaigne plus de mil Arrabis,
N'en i avoit un seul ne fust preus et hardis.   [6090]
Sorins parla premiers com chevaliers eslis
Et dist a l'amiraut: "Tous soiés vos honis
Se faites malvais plait. Dont n'estes bien garnis
De pain, de vin, d'avaine, de vaches, de brebis,
Chevaliers et sergans preus et amanevis?
Et desor tout ice, dont n'estes vos bien fis?
Venus est a sa mort, li dieus n'iert ja faillis,
Car nul de ses respons ne fu onques desdis."

[3.355] Aprés parla Farés, qui d'Egypte fu sire,
Et dist a l'amiraut, tout belement, sans ire:   [6100]
"Tant avés chevaliers çai ens de vostre empire;
Mandés un chapelain, faites un brief escrire,
Et qant il iert escris et seelés en cire,
Ce truist li rois el brief, qant il le fera lire:
S'il n'ist de vostre terre, livrés est a martire,
N'i avra nul des siens qui n'ait mestier de mire;
Au partir de l'estor por voir le porra dire."

[3.356] Puis parla Macabruns, qui fu rois de Nubie,
Toute la noire gent avoit en sa baillie,
Vallés iert si amoit pris de chevalerie,   [6110]
Et dist a l'amiraut: "Ice ne lo je mie
Que on ja i envoit, car ce seroit folie.
Alixandres est pres, bien a lieue et demie,
Trois tans avés vos gent mellor et plus hardie;
Qui ja l'en requerra Apollins le maldie.
Chevalchons contre lui a bataille furnie,
Venus est a sa mort, sa gens sera honie,
La raison d'Apollin ne sera ja faillie.
Alixandres est plains de molt grant felonie,
Il n'araisne nului ne nului ne deffie,   [6120]
Ains veut de tout le mont avoir la segnorie.
Ja n'i envoierés, coi que Pharés vos die."

[3.357] Lors se dreça en piés Saligos li barbés,
Il fu rois de Sabba, cent ans avoit passés,
Sages fu de conseil et par armes doutés,
Et ot en sa compaigne dis mil de ses privés.
Il dist a l'amiral: "Un petit m'entendés.
Pharés a molt bien dit, un brief li trametés,
Par deus de vos barons le brief envoierés;
Par bouche et par escris molt vilment li mandés [6130]
Que il vuit vostre terre, que c'est vostre herités,
Et s'il ne veut ce faire, si resoit deffïés.
Chevaliers avés bons, hardis et adurés.
Ce qu'Apollins a dit, se ce est verités,
Dont sai je bien qu'il iert ou mors ou afolés.
Il cuide avoir Persans et Yndïens trovés,
Mais il n'i parra mie qant iert a nous jostés;
As brans d'acier forbis iert ses orgeus matés.
Se Dayres fu haïs, vos estes trop amés."

[3.358] Au conseil Saligot se tienent li baron,   [6140]
Et l'amiraus meïsmes loe ceste raison.
Il en a apelé Acarin et Sanson,
Cil ierent chevalier andui de sa maison,
Le brief a fait escrire sans noise et sans tençon
Et dedens le seel a mis le quaregnon,
Mais il n'i mande mie point de dilection,
Mais selonc la deserte li mande guerredon,
Et en aprés li mande par grant aatison:
"Alixandre, or enten, fieus le roi Phelippon,
Je te mant et commant: n'i fai arestison,   [6150]
Va t'ent hui ou demain fors de ma region;
Et se tu nel veus faire, j'en jur mon dieu Mahon,
Venus es a ta mort, a ta confusion,
Et ta gent est venue a grant destrusion.
Ce ne sont pas Yndois ne Persant n'Esclavon,
Qui lor segnor ocirent Dayron par traïson."

[3.359]  Des que cil ont oïle commant l'amiral,-
Il furent molt sage home et cortois et loial,-
Apareillier se vont ambedui li vassal.
Chascuns d'aus ot vestu un blïaut de cendal,   [6160]
Afublé ont mantiaus de paile emperial;
Lor palefrois lor mainent lor escuier loial,
Molt sont bien enselé ambedui par ingal,
Li lorain et les seles, li bouton, li poitral
Sont tout fait a or fin o pierres de cristal;
Bien sont apareillé ambedui li vassal.
Le congié demanderent, ne font plus lonc estal,
Montent es palefrois si issent du portal,
Et fait traire chascuns devant soi un cheval.
Alixandres estoit les le plain el costal,   [6170]
Environ lui estoient si baron natural,
Et faisoit un tref tendre, car li chaus li fait mal.

[3.360]  Li pavellons le roi sist sor une fontaine
Qui sourt el chief du val, si est et clere et saine.
De l'ost fu contre val la riviere si plaine
Que sorveoir les pueent li message a grant paine.
Tholomés et sa gent, qui n'est mie vilaine,
Cil se sont herbregié vers la terre foraine
Et voient la cité, dont li mur sont d'araine,
Le charroi devers l'eaue qui la vitaille amaine,   [6180]
Le pain, le vin, la char, le forment et l'avaine.
La maisnie Aristé cele fu deesraine,
L'arrieregarde ont faite toute cele semaine.

[3.361]  Tholomés premerains en l'angarde est montés,
Ensamble o lui mena vint chevaliers armés;
Les messagiers roiaus a premiers encontrés,
Puis lor a demandé: "Dont estes, ou alés?"
Acarins fu molt sages et chevaliers menbrés,
Il li a respondu: "Vos le sarés assés.
De Babilone somes, qui molt est fort cités,  [6190]
Message l'amiraut, qui'n est sires clamés.
Un brief nos a charchié, vostre roi iert portés,
Pri vos par amistié tresq'a lui nos menés.
Qant li briés l'amiraut li sera presentés
Et il l'avra fait lire, adont savoir porrés
Que l'amiraus li mande, se savoir le volés."
Tholomés li respont: "Bon conduit i avrés."
Tresq'au tref Alixandre les a ansdeus menés;
Cil ont les palefrois as escuiers livrés.
Li rois fu en son tref, en un lit acoutés,   [6200]
Et ot environ lui cinc cens de ses privés.
Acarins parla primes qui fu preus et senés.

[3.362]"Mahomés li grans dieus, qui tous nos puet sauver,
Que quant il veut fait chaut et quant il veut geler
Et de la lune fait par nuit obscure cler
Et du soleil refait le jor enluminer,
Et Apollins, li dieus qui ainc ne vaut fausser,
Qui le respons nos dist, que n'i vaut demorer,
Que l'amiraus li fist enquerre et demander,
Icelui devons nos et croire et aourer;   [6210]
Il gart nostre segnor de mort et d'afoler."

[3.363]"Or enten, Alixandres, que te mande mes sire:
Ici t'envoie un brief, seelés est en cire,
Par conseil de ses homes a fait le brief escrire.
Fai le seel reçoivre et fai les letres lire,
Et se tu nel veus faire, tant te veul je bien dire:
Se ne vuides sa terre, tu en seras li pires,
Et trestoute ta gent en recevront martire."
Qant Dans Clins l'entendi, de maltalent souspire,
Et Tholomés meïsmes en commença a rire.  [6220]
Alixandres le voit, si lor a pris a dire:
"Gardés, fait il, segnor, n'i ait courous ne ire."

[3.364]  Li rois a pris les letres si brisa le seel.
Qant ot leü les letres, si rist sous son mantel
Et a dit as messages: "J'ai veü en la pel
L'amiraus me menace de mort par son revel.
Montés es palefrois, n'i ait mais autre apel,
Et dites l'amiraut venus sui de novel;
Demain par matinet passerons le moncel,
Dedevant Babilone irons faire un cembel,   [6230]
Et prendrai la cité dont li portal sont bel;
Ne li lairai aprés ne dongon ne chastel.
Tel parole m'a dite dont il ment el musel;
Se jel tieng en bataille, s'il n'a cheval isnel
De m'espee trenchant li donrai tel bendel
Dont il avra, ce cuit, sanglent le haterel.
Je ne m'en irai mie, ne je ne mi dansel,
Devant que j'aie prise la fort tor de Babel
Que firent li gaiant de chaus et de quarrel."

[3.365]  Li messagier s'en tornent, pris sont li palefroi.   [6240]
Acarins fu molt sages et cortois de sa loi,
Et dist a Tholomé: "Biau sire, entendés moi.
Vos nos aconduisistes belement sans desroi,
Or nos raconduisiés." Et cil dist: "Je l'otroi."
Plus de lieue et demie les conduit sans esfroi,
Et furent bien o lui chevalier vint et troi.
Tholomés s'en retorne et cil s'en vont l'erboi.
Li uns a dit a l'autre: "Ci a orgellous roi;
Si home l'aiment molt et de cuer et de foi.
Si com il nos a dit, et je tres bien le croi,   [6250]
Nous avrons le matin un orgellos tornoi."

[3.366]  Li messagier s'en vienent en Babilone errant,
Ce fu un petitet ains le soleil couchant,
Et truevent l'amiraut desous un pin seant.
Li messagier descendent, Acarins vient devant,
Tres devant l'amiraut a parlé en estant:
"Sire, nos avons fait tres bien vostre commant.
Orgelleus est li rois, chevalerie a grant;
S'il ne nos a menti, par son l'aube aparant
Devant ceste cité venront sa gent poignant.  [6260]
Tel parole avés dite dont il dist en riant
S'il vos trueve en bataille tel vos donra du brant
Que de perdre la teste n'avrés ja nul garant."

[3.367]  Aprés a parlé Sanses: "Sire, ne gabe mie;
Alixandres est fiers et sa gent molt hardie,
Ainc mais ne fu jostee si grant chevalerie.
S'il ne nos a menti, ne lairai ne vos die
Babilone sera par matin assaillie;
Il l'avra, se il puet, par tans en sa baillie.
Tel parole avés dite dont li rois vos deffie;  [627]
Se il vos puet tenir, il vos taura la vie.
Ja mais ne finera o sa grant compaignie
Devant que de Babel avra la tor saisie
Que firent li gaiant par lor grant desverie."
Qant l'oï Macabruns, a haute vois s'escrie:
"Cist rois fait a loër, se Dieus me beneïe,
Qui veut de tout le mont avoir la seignorie."

[3.368]  Li amiraus se gist desous l'ombre d'un pin,
Environ lui estoient tel dis mil Sarrasin
N'i avoit un n'eüst bon peliçon hermin   [6280]
Et blïaut de cendal et mantel sebelin.
Li amiraus se sist sor un perron marbrin
Qui a quatre chaenes iert atachiés d'or fin.
Macabruns se dreça, molt i ot bel meschin,
Joenes iert si iert rois du regne outremarin:
En sa compaigne furent dis mile Barbarin.
Qant il oïparler Sanson et Acarin,
Il sache les ataches de son mantel porprin.
Parla sarrasinois, ne sot autre latin,
Et dist a l'amiraut: "Creés bien Apollin,  [6290]
Car molt par a en lui bon dieu et bon devin.
Issons de la cité tuit armé le matin,
Alons contre Alixandre tout le plenier chemin,
Combatons nos a lui si le traions a fin,
Et qui laist cest conseil molt a le cuer frarin;
Plus est coars de lievre que chacent li mastin."

[3.369]"Sire, dist Saligos, je sui de grant aage,
Si ai oïparler et maint fol et maint sage.
Macabruns est vallés si a legier corage,
Si veut en Babilone mostrer son vasselage.   [6300]
Se vous i combatés, orgeus sera et rage,
Et se vous i avés ne perte ne damage
Tels le porra oïr quil tenra a outrage.
Babilone est molt fors, faire i puet lonc estage;
Tost ferons pais a lui par aucun avantage,
Ou nous querrons acorde par aucun mariage;
Ta fille li donras, molt est de haut parage.
S'il s'en estoit alés, mais qu'il n'eüst ostage,
Ja n'avroit plus du vostre vaillissant un formage.
Ne porroit rassembler si tost son grant barnage,  [6310]
Ne revenroit ja mais en cest païs salvage,
Car li destroit sont grief, et fort sont li passage."

[3.370]  En aprés Saligot en a Cratés parlé.
Icil fu dus de Mede, de molt grant parenté,
En sa compaigne furent plus de set mil armé;
Et dist a Saligot: "Or vos ai escouté.
Ja par moi ne sera ice acreanté
Que nous laissons enclorre ça dedens la cité,
Car il nos torneroit a honte et a vilté.
Por q'a dont l'amiraus si grant pueple mandé?  [6320]
Dont ne dist Apollins, qui tous tans dist verté,
Que il en Babilone perdroit sa poësté?
Venus est a sa mort, ja n'en iert trestorné.
Le matin par son l'aube soions trestuit armé
Et si issons la hors tuit rengié et serré,
Et se nous en bataille somes o eus josté
Je cuit que cest besoing avrons tost afiné."
Li chevalier s'escrïent, qui molt l'ont desirré:
"Cest conseil loons tuit que Cratés a doné."

[3.371]  Or se sont affïé de combatre au demain.   [6330]
L'amiraus apela un sien prevost, Soutain,
Et aprés Torquentin, un sien cousin germain:
"Je veul que vos soiés anuit mais chastelain
De la cité garder; de ce soiés certain
Q'on ne me puist tenir por fol ne por vilain."
A tant s'en est tornés a son palais hautain,
Richement fu servis de char, de vin, de pain.
Tantost com il fu jors, trestout li citoiain
Et l'amiraus meïsmes s'en issi hors au plain,
Mais li roi et li conte issirent premerain.   [6340]

[3.372]  L'amiraus vit ses homes haitiés de la bataille,
Primes les chevaliers, en aprés la pietaille;
Molt heent Alixandre, qui si fort les travaille.
Par mi tout ce qu'il ont pain assés et vitaille,
N'ont soing qu'il les encloe ne lai ens les assaille.
Il ne redoutent gaires lui ne sa baronaille,
En Apollin se fïent et en sa devinaille.
Il demande ses armes, uns chevaliers li baille.
Il vesti un hauberc si laça la ventaille,
Fort, entier et serré, et a menue maille,   [6350]
Et si ne poise mie douze pains de maaille.
Puis a lacié un elme qui por fer ne fist faille,
Et a çainte l'espee dont li brans d'acier taille.

[3.373]  Un cheval li amainent en la place devant.
Et col et chief ot noir et tout l'autre ferrant,
Covers fu d'une porpre molt riche et molt vaillant;
Frain i ot assés bel et bon et avenant,
Une sele ot el dos que firent dui gaiant,
Les alves furent faites de l'os d'un olifant,
Ambedui li arçon de pierre d'aïmant,   [6360]
A glus i sont saudé par maiestire grant.
L'amiraus i monta, puis a dit en riant:
"Alixandres est fous s'il me tient por enfant,
Qui cuide avoir ma terre trestout a mon vivant.
Se il a chevaliers, et j'en ai autretant;
Se li sien sont hardi, et li mien combatant.
Je ne l'en lairai mie demi pié ne plain gant
Se il primes ne m'a ou mort ou recreant.
Venus est a sa mort, segnor, por ce me vant
Q'Apollins le me dist, lui en trai a garant."   [6370]

[3.374]  L'amiraus est molt preus et le corage ot fier
Por ce qu'il vit ses homes de bataille afichier.
Par son droit non apele Macabrun le guerrier,
Qui de chevalerie avoit grant desirrier,
Son hardement voloit prover et ensaier.
"Prenés, fait il, vos armes et montés el destrier,
Menés ensamble o vos le riche duc Cratier,
Et en vostre compaigne seront mil chevalier.
Porprenés cele angarde lassus dusq'au rochier;
Se veés l'ost venir, sel me faites noncier,  [6380]
Mes eschieles vaurai et serrer et rengier."
Macabruns s'en torna tot le chemin plenier,
Lassus a mont as roches fist s'ensegne drecier,
Aprés dist tel parole que bien peüst laissier:
"Certes, or me deüssent li roial aprochier;
A tant quant, s'il nos pueent de l'angarde chacier,
Entr'aus se porront bien et vanter et proisier
Que bien nos devroit on faire ensamble mengier
Sans table et sans touaille tout ensamble el foier."
Ce nos dist Salemons, bien le puis tesmoingnier,   [6390]
Sovent s'esjoïst on contre son encombrier;
Tholomés l'en fist puis le jor tout mençoingnier,
Car a cinc cens des siens le fist le champ vuidier,
Tels cent en i chaïrent ne se porent aidier.

[3.375]  Macabruns s'aresta tres en mi le chemin,
Li dus Cratés o lui, et dui mil Sarrasin;
Lor ensegnes fichierent droites desous un pin.
Alixandres li rois se leva par matin,
Vestus d'une chemise deliie de lin,
Et desus un blïaut d'un chier paile porprin,   [6400]
Et chauça unes chauces d'un paile alixandrin.
L'eaue li aporterent por laver doi meschin,
Et furent de fin or ambedui li bacin.
Estes vos Tholomé sor un mul sarrasin,
Et dist a Alixandre: "Jel di et sel devin
Que cil de Babilone nos sont molt pres voisin;
La sus en son cel mont sont ja li Barbarin,
Ausi vont glatissant com se fuissent mastin.
Mainte ensegne de paile i a et d'osterin."
Alixandres respont: "Volés savoir la fin?  [6410]
Dont n'est l'angarde vostre, Tholomé, cest matin?
Se je par vos i pert qui vaille un angevin,
Dusqu'a quarante jors ne bevrés mais de vin."
Qant Tholomés l'entent, si li fist un enclin.

[3.376]  Tholomés s'en torna, n'i fist plus lonc sejor,
Montés est el mulet si s'est mis el retor;
Venus est a son tref, descent de l'ambleor.
Si home li ont dit, si lige vavasor:
"Quels noveles contés du roi macedonor?"
"Bones, la merci Dieu, fait m'a molt grant honor,  [6420]
Car le premerain caup avrai hui de l'estor."
Por sa gent tost armer fist soner un tabor;
Il vesti un hauber, nus hom ne vit mellor,
Et a lacié un elme qui fu a oriflor
Et a çainte l'espee qui fu a l'aumaçor
Qui tint en sa baillie la terre de Labor.
Un escu li aportent de vermelle color,
L'ensegne de sa lance li tramist par amor
La roïne d'Egypte, qui puis l'ot a segnor.
Puis li ont amené le bon vair coreor;   [6430]
Qant il fu sus montés, bien sambla poingneor.

[3.377]  Estes vos Tholomé fors de son tref issu,
Ses grailles fait soner et sovent et menu;
Aprés lui s'en issirent si ami et si dru,
Et furent bien cinc cens qui o lui sont venu.
Tholomés vint avant com hom de grant vertu,
Garda sus en l'angarde s'a Macabrun veü
Devant trestous les autres desous un pin agu.
"Baron, dist Tholomés, or m'est bien avenu;
Lassus en voi un seul, a son col son escu,   [6440]
Et je tous seus irai, ja ne m'iert deffendu.
S'il demande bataille, ja ierent caup feru;
Ja i avra bien tost gaaignié ou perdu."
N'i a nul des cinc cens qui n'ait son fraim tenu,
Et Tholomés s'en torne, qui preus et hardis fu,
Les galos du cheval par mi le pré herbu.

[3.378]  Tholomés s'en torna, qui l'angarde porprent,
Et a dit a ses homes: "Chevalchiés durement."
Qant vint sus en l'angarde, si parla hautement:
"Qui estes vos, vassal? nel me celés noient."  [6450]
Et respont Macabruns: "Jel dirai voirement,
Se savoir le volés, par itel convenant
Que aprés me dirés tout le vostre esrement."
Tholomés li respont: "Par le mien ensïent,
Se me dites le vostre, et je vos ensement."
"Par foi, dist Macabruns, je sui hom de jovent,
Sires sui de Nubie, de l'onor qui apent,
Car li rois fu mes peres, se ma mere ne ment;
Dis mile chevalier sont o moi et cinc cent.
L'amiraus me manda et proia doucement   [6460]
Que li venisse aidier encontre vostre gent,
Et je i sui venus prover mon hardement;
Et je l'i aiderai se Dieus le me consent,
Ja ne m'i troverés trop malvais ne trop lent.
Tes sire est orgelleus si fait molt malement,
Qui veut de toutes terres avoir le tensement;
Mais n'ira mie ainsi du tout a son talent,
Tost i puet meschaver se garde ne s'en prent."

[3.379]"Vassaus, dist Macabruns, ce est la verités,
Je sui rois de Nubie si fu mes parentés.  [6470]
Et ai en ma compaigne dis mil homes armés
Et sui de l'amiraut por aïde  mandés.
Orgelleus est tes sires si fait molt que desvés,
Qui veut a tous les autres tolir lor iretés,
Mais cist païs li iert deffendus et veés;
Se garde ne s'en prent, tost i iert afolés.
Dites moi vostre non, gardés nel me celés."
Et respont Tholomés: "Or endroit le sarés:
Uns des douze pers sui si ai non Tholomés
Et sui de mon segnor par ma proëce amés;  [6480]
De la bataille m'est li premiers caus donés.
Molt est fiers Alixandres, et grans sa poëstés;
Ja mais ne finera, li consaus est finés,
S'avra de Babilone prises les fremetés,
Et que de tout le mont sera sires clamés."
"Vassaus, dist Macabruns, un petit m'entendés:
De ce que musars pense remaint a faire assés."

[3.380]"Vassal, dist Tholomés, rois estes de Nubie
Et si vous a mandé l'amiraus por aïe,
Dis mil homes avés en vostre compaignie;  [6490]
Uns sui des douze pers qui l'ost ont en baillie.
Alixandres est fiers et sa gent est hardie;
Toute cele du mont ne douteroit il mie,
Por ce doit bien avoir du mont la segnorie.
Qui riens li contenra, il fera grant folie,
Car se nus se repent et il merci li crie,
Tant par est li rois dous que sempres li otrie.
Je sui ses liges hom, s'il est quil contredie
Je li ferai jehir a m'espee forbie."
"Par Dieu, dist Macabruns, or oi grant estoutie [6500]
Et jel vos contredi, par ma chevalerie."
A tant sont departi, li uns l'autre deffie.
Or orrés ja bataille par molt grant aatie.
"Vassal, dist Tholomés, or faisons cortoisie
Que la pais de nos homes soit juree et plevie
Desi que la bataille de nos deus soit fenie."

[3.381]  Macabruns apela le riche duc Cratier,
La pais li fait jurer, plevir et fiancier,
Et Tholomés la fist as siens afiancier;
Por la joste veoir font les rens esclairier.   [6510]
Cratés fist apeler a soi un escuier,
A l'amiraut l'envoie por dire et por noncier
Qu'il face ses batailles et serer et rengier
Et aprés aus les face souavet chevalchier.
Li armé vont devant, aprés li paonier,
Car li rois Alixandres ne vaut mie targier,
A cinc cens chevaliers les a fait aproismier.
Macabruns fu armés et ot le cuer legier,
Son hardement vaura prover et essaier.
Le cheval point et broche des esperons d'or mier   [6520]
Et a baissié la lance dont li fers fu d'acier,
En l'escu Tholomé feri le caup premier.
L'anste fu de rosel, tost la fist peçoier,
Et Tholomés fiert lui, qui fu duis du mestier.
Li espiés fu trenchans et l'anste de pumier,
L'escu li fait fausser et l'auberc desmaillier,
Devant les compaignons li fait sele vuidier.
Macabruns ot grant honte si se vaut redrecier,
Tholomés le rabat as piés de son destrier.

[3.382]  Tholomés le feri en guise de vassal,   [6530]
Que tout li a desrout et cengles et poitral,
Et si l'ot abatu a terre du cheval,
De l'escu li froissa la boucle de cristal,
L'auberc li desrompi et trencha le cendal,
El sablon fist fichier le hiaume de metal;
Un petit fu navrés, mais n'a mie de mal.
Macabruns resaut sus si vient en son estal,
Et Tholomés s'abaisse un petitet a val,
Au redrecier qu'il fist le prist par le nasal.
Il l'en eüst mené aveuc soi l'egal,   [6540]
Qant s'escrïerent tuit si home natural
Et meïsmes Cratés: "Ne l'en menrés a tal."
Tholomés lor escrie: "Tuit estes desloial,
Certes anqui trairés un dolereus jornal."
Por Tholomé rescorre poingnent tuit li roial.

[3.383]  Par le nasal du hiaume fu Macabruns saisis,
Tholomés l'en menoit com chevaliers hardis.
Garda arriere soi et vit mil Arrabis,
Les lances abaissies, de bien faire aatis.
Ne fu mie mervelle se il fu esbahis,   [6550]
Bien set, se il l'ataignent, que de la mort est fis.
Le prison a laissié, mais ce fu a envis,
Ne por qant tel li done el col et el cervis
Que Macabruns a terre chaïtous estordis;
Mais tost resailli sus com chevaliers eslis,
Venus est au cheval, en la sele est saillis.
Et Tholomés escrie s'ensegne a molt haus cris,
Et li sien le seqeurent as brans d'acier forbis;
As espees trenchans fu l'estors esbaudis.
Li cinc cens ont les mil si forment envaïs   [6560]
L'angarde laissie et li chans fu guerpis.
Li dus Cratés le voit, cele part est guenchis,
Il broche le cheval que on claime Pertris,
Vait ferir un Grigois devant en mi le pis.
Se l'anste ne brisast, il fust mors et traïs,
Ne por qant du cheval l'abati el larris.
Puis li dist en reproche, com hom de sens garnis:
"Autre cheval querés, que cist vos est faillis."
De prendre le cheval ne fu mie esbahis.
Qant le vit Pindarus, si com dist li escris,   [6570]
Se or nel puet vengier, tous jors sera honis.

[3.384]  Pindarus est honis s'il ne prent la vengance,
Il broche le cheval par fiere contenance,
Por vengier le Grigois durement s'en avance
Et vait ferir Cratés, un duc de grant poissance.
L'escu li a percié et la reconnoisance,
L'auberc li desmailla, ainc n'i ot arestance,
Un petit l'a navré el blanc desous la pance,
Que toute fu vermelle la blanche connoissance,
A terre l'abati sans nule demorance.   [6580]
Puis li dist par ramprosne: "Ce soit la peneance
De ce que vos avés passé la convenance
Que vos ja hui jurastes et feïstes fiance;
Faus seroit qui en vos avroit ja mais fiance."
Puis a pris le cheval, qui que tourt a pesance,
Au Grigois le rendi s'i fist grant honorance.
Qant le vit Tholomés, au cuer en ot joiance,
Car il l'avoit molt chier, norri l'ot des s'enfance.

[3.385]  Des mil et des cinc cens fu molt grans la mellee,
Maint caup i ot feru et de lance et d'espee.   [6590]
Li mil sont trait arriere, l'angarde ont devalee,
Li cinc cens les enchaucent plus d'une arbalestee.
L'amiraus, qant il ot la novele escoutee
Que li escuiers ot de par Cratés contee,
Ses batailles conroie, sa gent a ordenee.
La compaigne Cratés s'est d'une part tornee,
Et la gent Macabrun s'est d'ilueques sevree,
A son segnor s'en est sus en l'angarde alee;
Et l'autre eschiele aprés fu Pharés commandee,
Icil fu rois d'Egypte et de grant renomee.   [6600]
La tierce eschiele aprés a a Moral livree;
Soudains conduit la quarte, qui bien fu atornee
D'armes et de chevaus au fuer de sa contree;
Et Saligos la quinte, cele fu molt doutee,
Et Alains et Sansons ont la siste menee;
Li amiraus la sesme, la fu grans l'aünee,
Et ot environ lui sa maisnie privee.
Grant joie ot l'amiraus, quant il l'a esgardee,
Qant la voit de combatre ensi entalentee.
Lors fu a l'estandart sa buisine sonee,   [6610]
Plus de mil grailles sonent tot contre val la pree,
La montagne tentist, resone la valee.

[3.386]  Les eschieles chevalchent tot contre val la voie
Tout souavet le pas, que nus ne s'en desvoie.
Qant le voit l'amiraus, au cuer en a grant joie,
Il a tiré sa resne, sor Acarin s'apoie.
"Certes, dist l'amiraus, son tresor bien emploie
Qui le done a tel gent, qui onques ne s'anoie
De faire son servise; itel gent est la moie."
La dedens la cité fist remaindre la proie.   [6620]
Et li rois Alixandres la sieue gent envoie,
Quant il ot la novele que Tholomés tornoie.
Toute l'ost s'estormist, qui devant estoit coie,
La grant chevalerie durement s'en effroie.
Tuit se courent armer et li rois lor otroie,
La bataille sera, s'il est qui les en croie.

[3.387]  Or se courent armer li douze compaignon.
Tholomés en est uns, ce dist en la leçon,
Qui ja en est issus en guise de baron;
Il avoit commencié l'estrif et la tençon.  [6630]
La ou Macabruns ot lacié son gonfanon
Les a il rechaciés le trait a un boujon.
Qant il furent armé, vinrent a esperon
Trestuit a Alixandre por oïr sa raison
De la bataille faire par tel devision
Que chascuns se metra de son cors a bandon
Ançois que il ja fuie le travers d'un roion.
Li rois en apela premierement Cliçon,
De la premiere eschiele li otroia le don.
La seconde livra Perdicas le baron;   [6640]
Doucement li proia et par grant guerredon:
Gart q'on ne chant de lui nule male chançon.

[3.388]  La tierce eschiele baille Filote le vaillant,
En tote l'ost n'avoit un seul mieus combatant;
Cil ot en sa compaigne chevalerie grant.
Estes vos Aristé devant lui apoingnant,
Et fu tres bien armés sor un destrier courant.
"Aristé, dist li rois, la quarte vos commant."
Qant l'oï Aristés, si respont en riant:
"Je m'en istrai de ça, dedevers cest pendant;  [6650]
Se je truis l'amiraut et il me vient devant,
Je li donrai tel caup de m'espee trenchant
Que jel vos rendrai mort ou pris ou recreant,
Ou il fera de moi, se il puet, autretant."

[3.389]  Antigonus s'arma en une mareschiere,
Car ses tres iert tendus dejoste la riviere.
Vestu ot un hauberc qui fu fais a Baiviere
Et ot lacié un elme qui iert de tel maniere
Plus estoit durs que pierre et plus clers que verriere.
El cheval est montés, ainc n'i quist estriviere,  [6660]
Et vait plus grans galos poignant par la bruiere;
Il soufrist bien a corre une jornee entiere.
D'une porpre vermelle ot faite la coliere,
D'un blanc drap de Sydoine fu faite la cropiere.
Aprés lui sa maisnie molt orgelleuse et fiere,
Por paor de nului ainc ne torna arriere,
Auques fu par commant et auques par proiere.
Icil mena la quinte, qui grans iert et pleniere.

[3.390]  Alixandres s'arma par dedevant sa tente,
Il vesti un hauberc qui fu fais a Ostrente,   [6670]
Il ne doute de riens que armé par mi sente;
Et a lacié un elme qui des autres vaut trente,
Et a çainte l'espee, qui molt li atalente,
Qanque il aconsieut destruit et acravente;
Montés est el cheval, dont la sele fu gente.
Li jors fu biaus et clers si ne pluet ne ne vente,
Et a dit a ses homes: "Gardés nus ne repente;
Se je puis esploitier, que Dieus le me consente,
Et je preng Babilone, que mes dieus ne me mente,
Ja n'i avra si povre qui n'ait molt riche rente."  [6680]

[3.391]  El cheval est montés Alixandres li rois,
Larges fu et hardis et molt preus et cortois,
Et a la soie eschiele esleüe a son chois,
Et furent entor lui Grieu et Mascedonois.
Trois mil archiers i ot sor bons chevaus norois,
Qui molt sevent bien traire et ont les ars turqois.
Tholomés en l'angarde fu o cinc cens Grigois
Qui n'ont soing de riviere ne de deduit de bois.
Qant il vit les eschieles, primes quatre et puis trois,
Des esperons hurta le destrier espanois,   [6690]
Fiert Craton ens l'escu, dont la guige iert d'orfrois,
Que lui et le cheval abat en un chaumois.

[3.392]  Li amiraus chevalche a bataille establie,
Et li rois Alixandres o grant chevalerie.
Tholomés et li sien ont l'angarde saisie,
Cratés et Macabruns l'ont laissie et guerpie.
Pharés, li rois d'Egypte, o l'eschiele qu'il guie
Est venus en l'estor, fist lor une envahie,
Vait ferir Lisiart en la targe florie,
De l'un chief tresqu'en l'autre l'a rompue et croissie,  [6700]
Del cheval l'abat jus et en aprés s'escrie:
"Pitié ai des Grigois, venu sont a folie."
Aprés Pharés s'eslaissent cil de sa compaignie.
Pharés prist le cheval, qu'il ne s'oublia mie,
Puis dist une ramprosne par molt grant felonie:
"Par fiance a segnor est mainte gent honie."
Qant le voit Tholomés, la sieue gent ralie
Et embrace l'escu, tint l'espee forbie,
Tout droit aprés Pharés a sa resne guenchie,
Tel caup li a doné sor l'elme les l'oïe   [6710]
Qu'il en gut a la terre plus de lieue et demie.
Qant il l'ot abatu, belement li escrie:
"Par Dieu, dist Tholomés, ne lairai ne vos die
Mieus vaut a home taire que parler estoutie.
Mi home avront vers vos molt bone avoërie,
Mais vostre gent avra par vos malvaise aïe."

[3.393]  Ançois que cil d'Egypte aient Pharés rescous,
D'autre part li Grigois Lisiart l'amorous,
Fu li estors molt grans, destrois et angoissos,
Et ne por qant par force les font monter ansdous.   [6720]
Lisiars est montés desor un cheval rous,
Et Pharés remonta, qui molt fu orgellous,
De sa honte vengier estoit molt covoitous.
Le cheval point et broche par mi un pré herbous,
Vait ferir un Grigois preu et chevalerous,
Que lui et le cheval abati a estrous.

[3.394]  Lisiars sist el rous qui por fuïr ne lasse,
Il ot la teste maigre, la crupe lee et crasse;
Il embrace l'escu, la lance porte basse
Et feri un des lor que tout l'escu li quasse   [6730]
Et du fer et du fust mist outre une grant masse;
Ja l'eüst abatu, qant la lance outre passe.
Puis a traite l'espee, autresi les entasse
Com li peschierres fait les poissons ens la nasse;
Qui il consieut a caup a grant paine respasse.

[3.395]  Segnor, or porrïés grans mervelles oïr,
Quant doi mil chevalier vont les cinc cens ferir.
Tholomés ne li sien ne puet longes soufrir,
Il n'i puet arester n'il ne daigne fuïr.
Lors regarde sor destre et vit Dant Clin venir,   [6740]
O lui mil chevalier, ce l'a fait esbaudir.
Dans Clins baisse sa lance si les vait envaïr,
Plus d'une arbalestee a fait les rens fremir.
Cil qui chiet en la route onques ne pot garir
Que sempres ne soit pris ou l'estuece morir.
Dans Clins en feri un par mervellous aïr,
Que l'auberc li estroue, l'escu fait dessartir,
A l'abatre li fait l'ame du cors partir.
Ja mais n'en osast uns retorner ne guenchir,
Qant li rois de Saba les a fait ressortir.   [6750]

[3.396]  L'eschiele au roi Sorin i est poignant venue;
Cele fu bien armee, toute de fer vestue.
Sorins tint une ensegne qui fu a or batue,
Et broche le cheval, qui de corre s'argüe.
Devant trestous les autres, plus que uns ars ne rue,
Li destriers ou il sist vistement se remue.
Un Grigois vait ferir, sa lance fu agüe,
La targe de son col li a par mi fendue
Et la broigne du dos desmaillie et rompue,
Par vertu l'a empaint, la sele remest nue.   [6760]
Et qant Dans Clins le voit, de maltalent tressue;
Se il puet esploitier, ceste li iert rendue.
Puis a traite l'espee de novel esmolue,
Par desous la ventaille l'en a une rendue,
La coiffe li trencha et la maile menue,
A icel caup en a la cervele espandue.

[3.397]  Perdicas sist armés sor un destrier d'Espaigne
Et vint grant aleüre dedevers la montaigne,
Plus de mil chevaliers avoit en sa compaigne.
Perdicas lor escrie: "Gardés nus ne se faigne." [6770]
Lors broche le destrier, ne cuit que mais remaigne
Devant ce que sa lance par mi escu enpaigne;
Vait ferir Saragon, nes fu de Moretaigne,
La lance o le penon dedens le cors li baigne.
Ne li vaut li haubers le pris d'une chastaigne,
A terre l'abat mort, n'i fist autre bargaigne.
"Par foi, dist Macabruns, ceste gent nos mehaigne."

[3.398]  Perdicas et li sien les ont si enchauciés
Plus d'une arbalestee les ont outre chaciés.
Tels chaïen la presse puis n'en fu redreciés,  [6780]
Des escus et des lances fu tous li chans jonchiés.
La peüssiés veoir et tant puins et tant piés,
Tant cheval estraié et tant arçons vuidiés.
Qant le vit Macabruns, tous en est esmaiés
Et a dit a ses homes: "A mesure fuiés,
Vous perdés toutes eures et riens ne gaaigniés;
Or estes vos honi, se vos ne vos vengiés."
Lors broche le cheval, vers aus est eslaissiés,
Vait ferir un Grigois qui s'estoit avanciés,
Tel caup li a doné li escus est perciés,  [6790]
Li haubers de son dos rompus et desmailliés;
Li Grigois chiet a terre, durement fu bleciés.
Qant le vit Macabruns, molt par en fu haitiés,
As estriers de la sele est li ber aficiés
Et tient en son poing destre le branc qui fu oschiés,
De si male maniere s'est a aus acointiés
Que deus en a ocis et quatre mehegniés.
Par tant fu li estors engrés recommenciés,
N'ot talent de jouer tous li plus envoisiés.

[3.399]  A tant es vos Filote devers la destre part,   [6800]
Et fu tres bien armés sor un destrier liart,
Hauberc ot bon et fort, n'ot de fauser regart.
En toute sa compaigne n'ot chevalier couart,
Mil furent es destriers, a chascun estoit tart
De ferir en l'estor ou de lance ou de dart.
Devant laissent Filote aler joster soi qart;
Entre lor enemis commencent lor essart,
Ausi brisent lor lances comme une seche hart;
Filotes lor ocist au premier caup Rohart.
Farés, le roi d'Egypte, feri si d'un fausart   [6810]
Que l'escu de son col par mi la boucle part,
Et cil s'en est tornés fuiant vers l'estandart.

[3.400]  Macabruns fu bleciés et Pharés fu navrés,
Li dus Cratés s'en fuit sor son cheval armés,
Mil s'en vont aprés lui, de combatre ont assés.
De tous ciaus ne fust puis uns tos seus retornés,
Qant lor vint dedevant Saligos li barbés,
A dis mil chevaliers les a cil encontrés.
Qant il les vit venir, en haut s'est escrïés:
"Dites moi, Macabrun, avés Grigois trovés? [6820]
Avés vos tout ce fait dont vos estes vantés?
Car assés estoit fort nostre bone cités,
Et qui fust la dedens bien fust aseürés
Q'il ne doutast nului tant com durast estés;
Bien peüst avenir, ançois qu'il fust passés,
Que li rois s'en alast et il et ses barnés."
Qant l'oï Macabruns, un peu s'est vergondés:
"Sire, fait il, g'i fui, et vos i revenés."

[3.401]  Saligos fu armés sor un cheval morel,
En toute la compaigne n'avoit pas plus isnel.   [6830]
Un hauberc ot vestu dont d'or sont li clavel,
Et ot en son sa lance un vermeil penoncel.
Il broche le cheval et o lui mil dansel,
Sachiés ja lor rendront un estor de novel.
Saligos esperone, tint l'escu en chantel,
Vait ferir un Grigois en mi lieu le tropel,
Que lui et le cheval abat en un moncel.
Qant le vit Tholomés, ne li fu mie bel,
Un des leur vait ferir que on claime Ospinel;
Li escus de son col ne li vaut un mantel,   [6840]
Que lui et son cheval abat en un putel.

[3.402]  Saligos et li sien lor ont damage fait,
Plus de deus cens en ont abatu el garait;
Qant ce voient Grigois, arriere se sont trait.
Saligos esperone, un Grigois ferir vait,
Que l'escu de son col a peçoié et frait,
Si l'a navré el cors que il geta un brait.
Se ne fust Aristés, li hardis qui bien ait,
Ançois qu'il s'en partissent i eüst malvais plait;
Qant ce vit Aristés que il lor font si lait,   [6850]
Cele part est venus au partir du forfait,
En la plaie q'ot faite vaura metre l'entrait.

[3.403]  Aristés est venus armés desor Vairon,
Un escu ot au col ou ot paint un lion;
Tuit ensamble esperonent il et si compaignon.
Voit ciaus de Babilone, qui molt lor sont felon;
La compaigne des Grieus ont mis en tel friçon,
S'il ne tornent en fuie, ne sevent garison;
Ja les orent chaciés le trait a un boujon,
Qant Aristés i vint, qui oïla tençon.  [6860]
Il a baissié sa lance a tout le gonfanon,
Vait ferir Saligot par dejoste l'arçon,
Le fer li mist el cors, de la lance un tronçon;
Saligos est cheüs tous envers el sablon.
Aristés fiert un autre el pis sous le menton,
Par mi le cors li met le fer et le penon,
Du cheval l'abat mort par delés un buisson.

[3.404]  Saligos fu navrés el cors, mais nequedent
Paor ot de la mort, a son cheval se prent,
Montés est par l'estrier, qui fu fait a argent.  [6870]
Grant paor a li rois por la plaie qu'il sent,
De l'estor est issus par mi toute sa gent,
Vait s'ent a esperon, que nului n'i atent.
Qant l'amiraus le vit de la plaie sanglent,
Contre lui est venus si li dist belement:
"Saligos, biaus amis, par le mien ensïent,
Navrés estes a mort, dont ai le cuer dolent;
Se je puis esploitier, j'en prendrai vengement."
Lors fait soner buisines et de cors plus de cent,
Et li rois Saligos de son cheval descent.   [6880]

[3.405]  L'amiraus fist soner deus buisines a glas.
"Sire, dist Saligos, en la bataille iras;
Se tu bien ne t'i gardes, tu t'en repentiras,
Car li home Alixandre ne furent onques las,
Lor cheval sont isnel, fort et corant et cras.
Ou qu'il truevent tes homes, ses vont ferir a tas,
Lor haubers lor derompent autresi comme dras."
"Par foi, dist l'amiraus, tout ce me samble gas,
Li respons Apollin ne nos fausera pas.
Tu es navrés a mort, por ice remanras."   [6890]
Or s'en ist l'amiraus tout souavet le pas,
Ançois que none soit sera devers le bas.
Et Saligos apele le bon mire Ypocras,
Dist li: "Je te donrai de fin or dis henas
Et dis mile besans, se de cest mal respas."

[3.406]  Or s'en vait l'amiraus tout droit en la bataille;
De sa gent a perdu, mais de ce ne li chaille,
En Apollin se fie et en sa devinaille.
Le cheval point et broche, ne laira nes asaille,
Li chevaus cort plus tost q'espreviers aprés qaille;  [6900]
Et feri un Grigois el pis sous la ventaille
Et le fer et le fust li mist par mi l'entraille;
L'auberc qu'il ot vestu li deront et desmaille,
Tant souef l'abat mort que de riens ne travaille.
Il escrie s'ensegne: "Apollins nos i vaille."

[3.407]  Droit aprés l'amirail estes vos Acarin;
Molt avoit grant fiance el respons Apollin,
Tresque ci l'ont tenu trestout por bon devin.
Ses chevaus fu tous noirs, et blanc furent li crin,
Ses escus fu vermaus a un chantel hermin,   [6910]
Et ot en son sa lance un gonfanon porprin.
Vait ferir un Grigois sor l'escu a or fin,
Que mort l'a abatu dedelés un sapin.
Estes vous aprés lui Sanson et Torquentin,
Li uns fiert Lisiart et li autres Maurin,
Tous desconfis les chacent tresq'a la roche Arsin,
Ou li rois Macabruns fist l'angarde hui matin;
L'amiraus les enchauce, o lui mil Sarrasin.
Tholomés trestorna el mont les le chemin,
Acarin vait ferir de son branc acerin;   [6920]
Ne li valut li elmes une coiffe de lin,
Si que mort le trebuche desous un aubespin.

[3.408]  Acarins fu ocis par tel mesaventure;
Ne por qant l'amiraus tout a desconfiture
Enchauce les Grigois tant com li mons li dure,
Il n'i a si hardi de retorner ait cure.
Lors vint Antigonus delés une costure,
O lui mil chevaliers, vienent grant aleüre.
Qant Dans Clins l'entendi, molt en ot grant ardure;
Il dist a Tholomé: "Ce est molt grant laidure  [6930]
Que nos ainsi fuions por ceste gent tafure,
Molt a mal enploié li rois sa norreture;
Se nos perdons s'amor, ce sera bien droiture."
Lors poingnent les a les andui a desmesure
Et tint chascuns l'espee par mi l'enheudeüre
Et fiert chascuns le sien tres par mi la faiture,
Des chevaus les abatent andui a terre dure.
"Dant Clin, dist Tholomés, querés lor sepulture,
Car les ames ont ja en infer pris masure."

[3.409]  A cele pointe vint Antigonus li ber,   [6940]
Mil chevaliers o soi qui molt font a douter,
Plus de mil en ont fait chaoir et enverser;
Ensamble o eus i poingnent trestout li douze per.
Si fort les enchaucierent qu'il les font reüser,
Desi q'a l'estandart n'i pot nus arester.
Or pöés grant mervelle oïr et escouter,
Ainc de si grant estor n'oïstes mais parler.
La peüssiés veoir et poins et piés cauper,
Les chevaus estanchiés par la champaigne aler,
Tant chevalier sor l'erbe chaoir et reverser,   [6950]
Tant ruiste caup ferir, tante ensaigne escrïer
Et tant dolereus plaint et tant souspir geter.
Molt fu preus l'amiraus por estor endurer,
Il fait a l'estandart deus buisines soner,
Et si ra fait ses homes ralïer et serrer
Que nus des chevaliers ne puisse entr'aus entrer,
Et se il s'i enbat, ne puisse retorner.

[3.410]  Segnor, a l'estandart la fu li recovriers,
Li chans fu grans et larges et vestus des premiers.
Li amiraus fu preus et de ce costumiers,   [6960]
Aveuc lui Macabrun et Sanson et Cratiers.
Il vait ferir Filote en l'escu de qartiers;
Qant il s'en departi, ne remest mie entiers,
Sanglente en fu la hanste, li fers et li aciers.
Filotes chiet a terre entre les paoniers;
Par la resne de paile fu saisis ses destriers.
L'amiraus s'aresta comme bons chevaliers,
Il le cuida bien prendre, qant li vint encombriers:
Licanor esperone, qui n'iert mie laniers,
Ançois que il s'en parte, fera vuidier estriers;  [6970]
Vait ferir l'amiraut, qui estoit fors et fiers,
Qu'il est cheüs a terre entre deus boutoniers.
Puis a pris le cheval, dont il estoit mestiers,
Si l'a rendu son frere, qui monta volentiers.

[3.411]  Entre deus boutoniers est l'amiraus cheüs;
Se li rois Alixandres i fust a tans venus,
L'amiraus i fust mors ou el champ retenus.
Estes vos apoingnant plus de mil de ses drus,
Le cheval li rendirent dont il iert abatus;
De cel quil gaaigna fu molt tost reperdus.   [6980]
Li amiraus monta, qui s'est aperceüs,
Et broche le cheval des esperons agus,
Vait ferir Tholomé dolens et irascus;
Desous la boucle d'or fu perciés ses escus,
A terre l'eüst mis, se ne brisast li fus;
Et Tholomés fiert lui du branc qui fu molus.
Molt fu bien li estors d'ambedeus pars ferus,
De sanc et de cervele fu molt grans la palus;
Grant force ot l'amiraus, qant ne fu retenus,
Et li Grigois les fierent des brans d'acier tos nus.   [6990]

[3.412]  Macabruns esperone le destrier de Castele,
Plus tost le fait aler que ne vole arondele,
Et fiert si un Grigois sor l'escu de Tudele
Que l'auberc li faussa par desous la mamele,
Aprés li a trenchié et chemise et gonele
Et le fer et le fust li mist desous l'aissele,
Que par derrier le dos en parut l'alemele;
Enpaint le de vertu si l'abat de la sele.
Puis a traite l'espee qui luist et estincele
Et vait ferir un autre, qui porte une roële,   [7000]
Ausi li trenche l'elme com se fust une astele,
Tout li a espandu le sanc et la cervele.
"Par foi, dist l'amiraus, ceste joste est molt bele,
Cist doit avoir amor et deduit de pucele."
Macabruns Tholomé par son droit non apele
Et dist c'or li estuet une biere novele.

[3.413]  Qant Tholomés oïque il fu rampronés,
Le cheval point et broche des esperons dorés.
Li espiés que il porte fu Macabrun privés,
Que ses escus en est et frais et estroués,   [7010]
Li haubers de son dos et rompus et fausés.
La lance li a mise par ansdeus les costés,
Enpaint le de vertu, Macabrins est versés;
Por la plaie qu'il ot s'est quatre fois pasmés.
Qant le voit l'amiraus, a poi n'est forsenés,
Puis a dit a ses homes: "Or sui je malmenés.
Macabruns est ocis ou il est afolés;
Gardés qu'il soit vengiés, por Dieu or en pensés."
Et cil li respondirent: "Si com vos commandés."
A l'ensegne qu'il crie, vint ses riches barnés,  [7020]
El premier chief devant ot plus de mil armés.
Segnor, li vilains dist et si est verités
Tels veut son duel vengier tost est sor lui tornés.

[3.414]  Qant l'amiraus voit mort Macabrun et sa gent,
Sa proëce regrete et son grant hardement,
Et dist ja mais n'iert liés s'en avra vengement.
Lors escrie s'ensegne si que sa gens l'entent,
Entor lui sont venu plus de mil et set cent.
Puis vont joster as lors molt aïreement;
Tels chaï en la route qui bien ne mal ne sent.   [7030]
Li chevaus l'amiraut les menus saus porprent,
La resne li alasche et nel fait mie lent,
Des esperons le hurte et met l'ensegne au vent,
Vait ferir un Grigois, que tout l'escu li fent,
Tant com hanste li dure du cheval le descent.

[3.415]  Li estors fu molt grant et la bataille fiere.
Macabrun ont couchié desor une litiere
Et li Grieu en porterent le leur qui fu en biere.
L'amiraus ot grant force ses vaut chacier arriere
Et li Grieu sont molt fort, n'i a celui n'i fiere.   [7040]
La compaigne Alixandre vint toute une costiere,
Li rois vint premerains, ne vint mie derriere.
La lance que il porte ne fu pas de bruiere,
Pesans fust a un autre, mais a lui fu legiere;
Desus ot fait lacier de paile une baniere.
Vait ferir un des lor sor la targe doubliere,
C'onques nel pot tenir poitraus ne estriviere
Que il ne l'abatist en mi la sabloniere.
Lors s'escria li rois a la hardie chiere:
"Segnor, or i ferés, la bataille est pleniere."  [7050]
Par la ou li rois vait fu molt grans la poudriere,
Plus de cent en laissa gesir en la charriere.

[3.416]  La compaigne Alixandre vint de travers un mont,
Et sont plus de deus mile devant el premier front;
Tout si com li rois vait la grant presse derront.
Qant vint as paoniers, tres par mi aus s'en vont,
Les fuians vont ferant et des mors font le pont.
Qanque li rois consieut tout destruit et confont,
A ses homes parole, de ferir les semont;
Ne cessent ne ne finent desi au val parfont.   [7060]
Dedevant la cité avoit un pin reont,
La s'aresta li rois et cil qui o lui sont;
Lors retornent arriere et par aus s'en revont.

[3.417]  Alixandres revint o s'eschiele d'a val,
Et sont el premier front bien vint mile vassal,
Trestuit sont si ami, si home natural.
Li paonier s'en fuient, car trop avoient mal.
Des esperons a or fait saillir le cheval,
Ens en mi de sa voie encontre l'amiral,
Un caup li vait doner, onques ne reçut tal;   [7070]
De l'escu li froissa la boucle de cristal,
Par mi le cors li mist l'ensegne de cendal
Et tout a desrompu et cengles et poitral;
Aprés le roi de Gresce poingnent tuit li vassal.
L'amiraus est cheüs por la plaie mortal;
Alixandres li rois prist sor lui son estal.

[3.418]  Li rois s'est arestés et a traite l'espee,
N'avoit encore pas la ramprosne oublïee
Que li ot par un brief li amiraus mandee.
A l'amiraut en done une si grant colee   [7080]
Que la teste a tout l'elme li a du bu sevree.
Adont fu sa compaigne toute desbaratee
Et cil a pié s'en fuient contre val la valee.
Alixandres li rois a sa gent apelee
Et dist une parole, qui bien fu escoutee,
Qu'il n'ocïent mais nul de ciaus de la contree:
"Se feütés m'estoit et plevie et juree,
Lor cités lor seroit de moi asseüree."
Dementres que li rois la chose a devisee,
Tholomés et li sien ont l'angarde montee   [7090]
Et brochent les chevaus, lor voie ont molt hastee.
Ançois que li fuiant venissent a l'entree,
Ont il prise la porte, qui lor fu deffermee.
Venus est a la tor, ainc ne li fu v[e]ee,
Et l'ensegne Alixandre a dedesus levee.
Alixandres li rois, qant il l'ot esgardee,
Si a dit en riant: "Ceste m'iert destinee;
Qui la tor a saisie m'amor li est privee."
Li rois s'est arestés dedesous en la pree;
Sa gens est descendue, aprés est desarmee.   [7100]

[3.419]  Tholomés a la tor et la cité saisie,
Et li chans est vaincus, la bataille est fenie.
Alixandres li rois fist molt grant cortoisie,
A ses homes commande et hautement lor prie:
"Gardés que un tout seul nus de vos n'en ocie."
Alixandres apele sa gent et si lor prie
Qu'aillent querre les mors, que nus nel contredie;
Il meïsmes i vait o grant chevalerie.
L'amiraut a fait metre en un drap de Rossie
Et tous ses compaignons, que nul n'en i oublie;   [7110]
Les siens mors refait metre en une autre partie.

[3.420]  Ses homes fist li rois richement enterer,
Puis fist faire un charnier, si com j'oïconter,
Les autres mors fist prendre et iluecques geter.
L'amiraut et ses rois en fist lai ens porter;
Ens el temple Apollin, qui soloit deviner,
Cent et cinquante cierges fist li rois alumer.
Les cors fist richement ouvrir et enbasmer
Et l'amiraut commande richement conreer,
Fist li tel sepulture qui molt fist a loër.   [7120]
Se bien le vos voloie et dire et deviser,
Je ne porroie mie bien trestout remenbrer;
En tout le mont n'ot tele, bien le puis afermer,
Fors que seul l'Alixandre, sous ciel n'en ot sa per.
Et ne por qant, se vos me volés escouter,
La verté en dirai, se g'i puis assener.
De bon marbre et d'yvoire furent tuit li piler,
Le fondement desous fist d'aÿmant ovrer
Et a fer et a plom fist les qarriaus sauder
Et si en fist le mur si hautement lever   [7130]
Nus hom n'i peüst mie d'une pierre geter.
Desus les quatre vautes, qui tant luisoient cler,
Fist li rois par engien quatre harpes poser.
Par itel maiestire les i fist compasser,
Se nus por son deduit i vait por escouter,
De pierre ou de martel s'il i daigne hurter,
Donques orra les harpes tant doucement soner,
S'il voloit la raison en son cuer porpenser,
Si li seroit avis que il oïst harper:
Les deus harpes commencent l'amiraut regreter.   [7140]

[3.421]  Dedesous les quatre ars quatre lampes pendoient,
Par art de ningremance en air se sostenoient.
Ce dïent bien por voir cil qui les lampes voient
Q'eles pendent en air, que nul lieu ne tenoient,
Et nuit et jor les lampes molt clerement ardoient
Si que nule liqeur por ardoir n'i metoient.
Es quatre ars par desous qui tout ce sostenoient
Tous les fais l'amiraut de color i paignoient
Et deseur tout ice letres i escrivoient;
Li fait tel com il ierent tout de fin or paroient,   [7150]
C'estoit avis a ciaus qui bien les esgardoient
Que fust chose vivant la painture qu'il voient.
De pierre ou de martel qant un peu i touchoient,
Les harpes retentissent, qui volentiers chantoient;
Aveuc ceste mervelle, une autre en i faisoient,
Cil qui ne l'ont veü molt a envis le croient.

[3.422]  D'une esmeraude vert firent la sepulture;
Assés est longe et lee, trestout a sa mesure.
Or vous dirai aprés dont fu la coverture:
D'eles d'alerion, et est de tel nature    [7160]
Chose qui'n est coverte ne doute porreture,
Ainsi furent saudees que n'i parut jointure.
Qui sa main i metroit tost avroit grant ardure,
Plus trenche que rasoirs, ja n'iert la riens tant dure;
Tout si comme on la trait i pert la trencheüre.
Puis firent d'Apollin tresgeter la figure,
Trestoute de fin or, set piés ot de mesure.
Li oel sont de topasse, si com dist l'escripture,
L'une est des douze pierres qui molt est clere et pure.
Au chief li ont assis tout droit en estature;   [7170]
Plus de mil mars d'or fin en vaut la vesteüre.

[3.423]  Riche est la sepulture, nus ne set si vaillant.
L'amiral ont ens mis, honor li firent grant,
Car Apollin poserent a son chief en estant,
De fin or tresgeté de molt riche samblant.
En molle i sont fondu de coivre dui enfant,
As piés les font drecier, molt furent avenant.
Chascuns tint un escu d'or et fort et pesant,
A deus bastons de fer se vont grant caus donant,
Comme autre champion se vont escremissant.   [7180]
Puis que cil s'en issirent qui firent cest enchant,
N'i vit on puis entrer nisune riens vivant.
Por cel fist Alixandres, si com trovons lisant,
Ne veut que nus i entre qui lor voist forfaisant,
Qui le tresor en port que la verra gisant,
Et qant il sera mors ne veut que nus s'en vant.
Desi q'as quatre entrees vienent li païsant,
De pierre ou de martel i fierent li auqant
Por escouter le son des harpes et le chant;
N'i a nul si hardi qui ost aler avant,   [7190]
Car se il i aloit, de mort n'avroit garant.

[3.424]  Si fu haute la tombe c'on la peüst choisir
Bien de quatre lieuees, ne vos en quier mentir;
Encore en porrïés autre mervelle oïr:
N'i peüssiés jointure ne veoir ne sentir.
Qant il orent fait l'uevre trestout a lor plaisir,
D'un tout seul chapitel la font desus covrir.
Un oisel de fin or por cele oevre acomplir
Font sor le chapitel par grant engien tenir.
Un chalemel d'argent li font du bec issir;   [7200]
Quel c'onques vent qu'il vente, quant il i puet ferir,
Trestous iciaus qui l'oënt fait cele part venir.
Puis l'ont fait par defors tout de fin or burnir;
Qant li solaus reluist, tout le fait resclarcir,
Q'a tous ciaus qui l'esgardent fait les ieus esbloïr.
Or devons a l'estoire d'Alixandre venir:
Se un peu me volés escouter et soufrir,
Tels paroles dirai qui bien font a oïr
Du regne as damoiseles que il ala saisir,
De Divinuspater qui si l'ala traïr,   [7210]
Il et Antipater, et par venim morir.

[3.425]  La bataille fu faite et prise la cités,
L'amiraus fu ocis et ses riches barnés.
Alixandres li rois de ce fist que senés
Q'as citoiens rendi toutes lor erités
Por ce que il ont fait toutes ses volentés.
En la tor de Babel en est li rois entrés,
Que li gaiant fremerent par lor grans poëstés.
"He! Dieus, dist Alixandres, com or sui honorés
Qant ceste terre est moie et trestos cis regnés;  [7220]
Or veul desi q'a poi estre rois coronés
Et desor tout le mont estre sires clamés."
Desi q'a quinze dis fu li jors creantés.
Lors fist ses briés escrire, ses homes a mandés
De par toute la terre ou fu sa poëstés.
Sanse uns hom l'amiraut, qui estoit eschapés,-
Il n'estoit mie mors mais un poi fu navrés,-
Cil a dit tel parole dont bien fu escoutés:
"Sire rois Alixandres, envers moi entendés.
Ne vos veul pas desdire, por noient vos vantés;  [7230]
Encor sai je tel terre, ce est la verités,
Ains que l'aiés conquise a faire avrés assés."
Et respont Alixandres: "Amis, car la només."
"Sire, jel vos dirai, qant savoir le volés:
Amazoine est, uns regnes d'un flueve avironés,
Et est tous li païs de femes abités."

[3.426]"Encor i a tout el, n'est hom qui m'en desdie:
Molt est preus la roïne qui les puceles guie.
Une feïe en l'an enprennent compaignie,
Et quant sont assamblees, passent Meothedie,   [7240]
C'est uns fluns de la terre qui l'avirone et lie.
A une feste en l'an qui lor est establie,
Li chevalier i vont, chascuns d'aus por s'amie.
La parolent d'amors et de chevalerie
Et font lor volentés trestout par drüerie.
Se l'une en est ençainte et li enfes ait vie,
Por que il soit vallés de riens ne se detrie,
Son pere le tramet qui l'ait en mainbornie;
Et se ce est pucele, o sa mere est norie."
"Par Dieu, dist Alixandres, or ai mervelle oïe.  [7250]
Se je icele terre nen ai en ma baillie
Et je ne puis avoir sor eles segnorie,
Dont porrai je bien dire ma proësce est faillie.
Le matin i movrai quant l'aube iert esclairie."

[3.427]"Sire, ce li dist Sanses, la terre est molt salvage,
Uns fluns l'açaint entor dont haut sont li rivage;
A envis i trueve on pont ne gué ne passage.
Molt est preus la roïne qui tient cel iretage,
Et toutes les puceles sont molt de haut parage,
Armes sevent porter et faire vasselage.   [7260]
Ja n'iert icele terre conquise sans damage,
Ançois que l'aiés prise i ferés lonc estage."
Qant l'oï Alixandres, s'enbroncha son visage,
Et qant se redreça, si a dit son corage:
"Se ne la puis conquerre, ne me tieng pas por sage,
Et s'eles ne me rendent ou cens ou treüage."
"Eles n'ont onques cure de faire mariage,
Mais une fois en l'an assemblent par lor rage."
"Par Dieu, dist Alixandres, ains i lairoie gage
Que ne lor face rendre ou treü ou chavage."  [7270]

[3.428]"Segnor, fait Alixandres, or est remés li jors
De porter ma corone, de partir mes honors."
"Sire, ce li dist Sanses, molt sont de grans valors,
Sachiés qu'en nule terre n'a chevaliers mellors
Por maintenir tornois ne guerre ne estors."
"Par Dieu, dist Alixandres, se nes tor a mes mors,
Dont ne sui je pas nes de gentieus ancisors
Qui du regne de Gresce tinrent les maistres tors."
Encor le dist Lucans, qui fu maistres auctors,
Que de tous ciaus du siecle fu Alixandres   [7280]
Des rois qui sont en terre et des empereors.
Lors fait li rois remaindre de ses homes pluisors
Por resaner lor plaies et garir lor dolors.
A vint mil paoniers fu donés li sejors,
Se il en a mestier, qu'il li facent secors.
L'endemain sont monté es destriers missaudors,
Et li rois fait soner ses cors et ses tabors,
Aveuc lui maine Sanse, qui est ses vavasors.

[3.429]  Or s'en vait Alixandres par itel achoison
Qu'il veut veoir la terre ou n'a se femes non   [7290]
Et qu'il la veut avoir en sa subjection.
Et maine ensamble o lui son vavassor Sanson,
Aristé et Filote, Perdicas et Caulon.
Licanor est remés par tel devision
Que Babilone gart, la tor et le dongon,
Et a en sa baillie toute la region.
Or s'en vait Alixandres par grant aatison,
Pain et vin fait porter et autre garison,
Et passent ces grans tertres et ces vaus a bandon.
Au chief de quinze jors, ce dist en la leçon,   [7300]
Une jornee pres tendi son pavellon.
L'endemain sejorna et il et si baron;
Une espie envoia coiement a larron
Por cerchier le passage entor et environ.
Icele nuit meïsmes, n'en dirai se voir non,
La dame d'Amazoine vint une avision.

[3.430]  Un songe mervellous a songié la roïne
Qu'il avoit une peue en la sale perrine
Et avoit paonciaus que aprés soi traïne.
Par devers Babilone en mi une gastine   [7310]
Vint une aigle volant par molt grant aatine
Qui li voloit tolir ses paons par rapine,
Mais o ses paonciaus s'en fuit en la cuisine;
Qant ele i dut entrer, si chaïjus sovine.
L'endemain par matin manda une devine,
En un gardin l'en maine desous une aubespine,
Iluec se sont assises, l'une a l'autre s'acline.
La roïne parole et dist a la meschine:
"A mie nuit songai dedesous ma cortine
Un songe molt estrange, ne sai que il destine."  [7320]

[3.431]  Le songe li conta, cele le vaut oïr;
Et qant ele ot oï, si jeta un souspir,
En plorant li respont, ne se pot astenir:
"Dame, trestous les songes doit on a bien vertir.
Vos esterés la peue, n'i pöés pas faillir;
Uns rois ce iert li aigles, ne vos en quier mentir,
Par force vous vaura cest roiaume tolir;
Se vos i combatés, nel porrés pas soufrir,
Ou vous veulliés ou non, vos convenra fuïr.
Conseil vos estuet querre comment porrés garir;  [7330]
Je vos lo cest roiaume de lui a retenir
Et par an treü rendre trestout a son plaisir;
Mieus vos vaut ice faire qu'en bataille morir,
Puis que la chose est faite tart est au repentir."

[3.432]  Lor conseil ont finé, la roïne le croit.
En son palais s'en vait si s'est assise droit
En un lit qui d'or fin trestous massis estoit.
Les coutes sont de paile sor coi ele gisoit,
Li lis cordés de soie qui les coutes tenoit.
Es vos une pucele qui la poignant venoit   [7340]
Sor un destrier d'Arrabe qui cort a grant esploit.
Qant el voit la roïne, gentement li disoit:
"Jupiter li grans dieus, qui haut siet et loins voit,
Saut et gart la roïne si com faire le doit,
Mars li dieus de bataille en aïde li soit,
Phebus la gart de mal, n'ait trop chaut ne trop froit,
Juno li doint richece, Pallas la li otroit,
Venus li doinst amor ou ele bien l'enploit.
Noveles li sai dire, s'ele veut, or endroit,
Ja ne li celeroie por nule riens qui soit."   [7350]
La roïne fu sage, bonement respondoit:
"Diane la dieuesse les autres deus en proit
Que nos salves soions; or dites sans destroit
Queles sont les noveles." Et cele li disoit.

[3.433]  La roïne commande descendre la pucele;
Lors commença a dire et conter la novele:
"De devers Babilone, ce dist la damoisele,
Vient uns rois Alixandres, sa gent ainsi l'apele;
Fortune l'a levé tout en son la roële,
Maint prince a afolé et mis jus de sa sele;  [7360]
La gent que il conduist est hardie et isnele,
Tout le mont a conquis-durement se revele-
Fors seulement ceste ille, qui molt li semble bele,
Et jostera ensamble le malle et la femele;
Se il puet esploitier, de vos fera s'ancele."
Qant la roïne l'ot, rougist comme estincele,
Deffuble son mantel, remest en sa gonele,
Un petit s'enbroncha, sa main a sa maissele;
Qant se fu redrecie, la meschine en apele.

[3.434]"Dites moi, damoisele, est ce dont verités?   [7370]
Enfin le veul savoir comment vos le savés."
"Dame, jel vos dirai, quant vos le demandés.
Je m'en estoie alee hui matin en ces gues,
La estoit uns batiaus venus et arivés
Q'a la cit d'Amazoine venoit tous abrievés.
Qant il fu a la rive atachiés et fremés,
Je ving poignant vers aus ses ai araisonés.
Ciaus qui dedens estoient vi ge molt effreés
Et je lor demandai: 'Biau segnor, dont venés?'
Dirrent que l'ost venoit, qui grans estoit assés;  [7380]
Por la paor de l'ost guerpie ert la cités."
Qant la roïne l'ot, molt fu ses cuers müés,
Bien sot que lors estoit ses songes averés.
Li consaus de ses dames fu molt tost assemblés;
Qant fu de toutes pars venus et aünés,
"Dames, fait la roïne, un petit m'entendés.
Uns rois de Babilone, grans est sa poëstés,
Tout le mont a conquis par ses tres grans fiertés
Fors seulement cest ille qui tant li est löés.
Tant par est, ç'oï dire, d'avarise provés  [7390]
Que de tout l'or du mont ne seroit assasés."
Dist une sage dame: "Et vos l'en trametés
Quatre chevaus charchiés et cinc muls afeutrés."
"Dame, si ferai je, qant vos le me löés."
Deus puceles apele, plaines de grans biautés;
Onques encor li fluns ne fu d'eles passés
N'onques encor ne fu fraite lor chasteés.
"Alés, fait la roïne, vos gens cors conreés;
Au fort roi Alixandre mon present conduirés,
Proiés li doucement qu'il l'en pregne pités,  [7400]
Que ne soit ma terre arse ne mes païs gastés;
Chascun an, s'il commande, li iert abandonés,
Ains que de moi departe li iert asseürés."

[3.435]  Florés et sa compaigne s'en vont isnelement.
Chascune s'est vestue bel et cortoisement;
Florés vest un blïaut, molt fu a son talent,
Sa chars pert blanche et tendre par le detrenchement,
Li mantiaus de meïsme detrenchiés ensement.
Ses palefrois fu pres, n'iert pas li frains d'argent
Ains estoit de fin or, ovrés molt soutilment   [7410]
A pierres precïeuses, plus en i ot de cent.
Florés i est montee, q'a estrier ne s'i prent.
Biautés rot un blïaut d'un molt chier garnement,
Il fu plus noirs que meure et resemble arrement,
Li mantiaus de meïsme, se l'estoire ne ment.
Li palefrois fu pres, frain ot et bel et gent,
Bien valoient les pierres quatre vins mars d'argent.
Cele qui l'amena par le resne li tent,
Biautés i est montee molt acesmeement.

[3.436]  Des somiers i ot nuef, molt richement charchiés   [7420]
De riches dras de soie et de pailes ploiés
Et de fin or d'Arrabe, qui molt est covoitiés.
Encor fu li presens durement enforciés:
Trente henas de saffre de tel tempre alïés,
Primes les enversés et puis les redreciés,
Ja por cheoir a terre n'en sera uns brisiés;
Salemons les fist faire, qui molt fu ensegniés
Ains qu'il veïst la dame dont il fu engigniés.
"Mon anel li portés aveuc par amistiés,
Proiés li doucement qu'il li praigne pitiés,  [7430]
Que il n'arde ma terre, que ce seroit pechiés."

[3.437]  Aprés quatre chameus d'or et d'argent charcha,
Alixandre le roi le present envoia
Et par les deus puceles doucement li manda
Chascun an, s'il commande, autretant en avra.
A mil de ses puceles la roïne monta,
Tresq'a Meothedie le present convoia,
Sor la rive s'estut dementres qu'il passa,
Tant com les pot veoir tous tans les esgarda;
Qant nes pot plus veoir, arriere retorna.   [7440]
Alixandres iluec un seul jor sejorna,
Et li garçons revint qui le païs cercha;
L'endemain par matin Alixandres monta,
Ne vaut plus sejorner, toute l'ost s'en ala,
Et tant a esploitié que une eaue trova,
En un pré descendi, ilueques se disna.
Dant Clin et Aristé en un tertre monta
Por l'angarde porprendre, et s'ensegne i ficha.

[3.438]  Florés et sa compaigne chevalchent a baudor,
Et si avoit chascune palefroi ambleor   [7450]
Et fait devant soi traire un destrier missaudor.
Chantent une chançon o son de grant douçor
D'un vallet qui ja fu, ce content li auctor,
Onques tant bel ne virent trestout nostre ancisor;
Por ce que de biauté avoit si grant valor,
Amer nule pucele ne degna par amor.
Une mesaventure li avint a un jor:
Vint a une fontaine, tous las de son labor,
En l'eaue vit son ombre, d'amor ot tel tenror
Que plus le covoita que chevaliers s'oissor;   [7460]
Tant jut sor la fontaine et mena sa dolor
Que li dieu le müerent en une bele flor.

[3.439]  Florés et sa compaigne chevalchent a bandon,
Amblent li palefroi, chantent une chançon,
A haute vois la dïent andeus et a un ton.
Dans Clins et Aristés, ambedui li baron,
Chevalchierent avant et puis lor compaignon.
Qant il oënt la vois, sachiés molt lor fu bon,
Chascuns tire sa resne si s'apoie a l'arçon.
Aristés premerains commença sa raison:   [7470]
"Aïe! Dieus, dist il, par ta beneïçon,
Est ce vois de seraine dont nos oons le son?"
Lors a par devant soi apelé un garçon:
"Amis, va moi lassus desi a cel buisson,
A aler t'i covient par tel devision
Que me saches a dire, s'en avras guerredon,
Se ce est vois de feme qui chante a si haut ton."
Li gars s'en est tornés, qui covoite le don,
Bien pres d'une loëe a couru de randon,
Delés une forest a pris arestison,   [7480]
Vit venir les puceles qui ont gente façon.

[3.440]  Qant celes le choisirent, tantost l'ont apelé.
Florés fu molt cortoise si l'a araisoné:
"Amis, dont estes vos? ne nos soit pas celé."
Il li a respondu: "Ja orrés verité.
Se savoir le volés, je sui hom Aristé,
Il est hom Alixandre, le fort roi corouné,
L'angarde fait de l'ost par molt grant nobleté;
Dans Clins la fait o lui, qui est plains de bonté.
Dui sont des douze pers proisié et alosé."  [7490]
"Amis, dist la pucele, par vostre loiauté,
Por ce que il vos soit encor guerredoné
Dites vostre segnor, mant li par amisté,
S'il nos voloit conduire devant son avoué,
Molt l'en amerions et savrions bon gré."
"Volentiers, dist li gars, ja n'en iert trestorné."
A tant s'en est partis, n'i a plus demoré,
Et a premierement son segnor encontré.
Tantost com il le vit, si li a escrïé:
"Mervelles vos dirai, ne l'ai pas contrové."  [7500]
Por icele parole sont andui aresté.
Dans Clins li respondi: "Di qanqu'as enpensé,
Guerredon en avras ains qu'il soit avespré."

[3.441]"Sire, ce dist li gars, mervelle dirai grant.
Ja sont ce deus puceles qui la vienent chantant;
Chascune devant soi fait traire un auferrant
Covert desi as piés d'un paile escarimant
Et chevalche chascune un palefroi amblant,
Qu'il n'en a nul mellor desi qu'en Oriant.
Sor l'arçon de derriere et sor celui devant  [7510]
Lor pendent lor chavel com fin or reluisant,
Onques si beles femes ne vi en mon vivant.
Un present aconduient molt riche et molt vaillant;
La dame d'Amazoine au gent cors avenant
L'envoie a Alixandre, le fort roi conquerant,
Qu'il li soit en aïde des cest jor en avant;
Ne veut que son roiaume voist li rois degastant,
Et dist que chascun an l'en donra autretant.
Par moi vos ont mandé et jel di en oiant
Que les alés conduire, que nus faus ne s'en vant."  [7520]
Qant Dans Clins l'entendi, si respont en riant
Et dist a Aristé: "Car i alons poingnant."
Lor chevaus demanderent, que mainent dui enfant.

[3.442]  Des palefrois descendent si montent es destriers,
Li garçons les en maine tos les chemins pleniers
Deci q'as deus puceles qui les cors ont legiers;
La ou il les troverent avoit quatre oliviers.
Qant les puceles virent ansdeus les chevaliers,
Sempres les salüerent et les tinrent molt chiers.
Dans Clins parla premiers ses salua premiers:   [7530]
"Cil Dieus qui maint en haut vos doinst vos desirriers."
Et dist a Aristé: "Ci a biaus saudoiers;
Compaignie feroie a un d'aus volentiers."

[3.443]  Dans Clins vint a Floré, par la resne la prent,
El ne fu pas vilaine, volentiers le consent.
Aristés prist Biauté par la resne d'argent,
Cele fu preus et sage, que pas ne li deffent.
Or chevalchent ensamble tuit quatre belement,
Li uns parole a l'autre d'amor et de jovent.
"Pucele, dist Dans Clins, or faisons un covent:  [7540]
Car me dites vostre estre, dont estes, de quel gent
Et comment avés non, nel me celés noient,
Et je vos redirai de mon estre ensement."
"Sire, dist la pucele, au Dieu commandement,
Et dirai mon pensé et trestout mon talent.
Je sui molt gentil feme et de molt haute gent
Si ai a non Floré." Et qant Dans Clins l'entent,
Lors si li a proié et dit molt doucement:
"Bele, la vostre amor m'otroié loiaument,
Je vos otroi la moie sans nul atendement."   [7550]
"Sire, dist la pucele, je l'otroi bonement
Que vos aiés la moie sans nul prolongement."
Qant Dans Clins l'entendi, molt grans mercis l'en rent,
Quatre fois la baisa par amor doucement.
Lor amistié fremerent ambedui voirement;
Puis l'ot il a mollier, se l'estoire ne ment.

[3.444]  Aristés et Biautés parolent en reqoi,
Il la tint par la resne de l'amblant palefroi.
"Pucele, se vos plaist, dites par vostre foi
Se estes fille a conte ou a duc ou a roi,   [7560]
Bien pert a la biauté certes que en vos voi
Que estes gentil feme et de riche conroi;
Se je vos veul amer, autresi amés moi."
"Sire, dist la pucele, par la foi que vos doi,
Vos dites vostre bon, mais molt petit vos croi."
"Bele, dist Aristés, nos somes d'une loi,
Loiaument je vos jur par le dieu ou je croi
Que je por vostre amor sui mis en grant effroi."
"Sire, dist la pucele, n'en sai autre conroi,
Toute ma drüerie et m'amor vos otroi;   [7570]
Se je fail a la vostre, malement m'i foloi,
Et se la puis avoir, la moie bien enploi."
Qant Aristés l'entent, si l'a traite vers soi,
Par amors la baisa coiement sans desroi.

[3.445]  Estes les vos tous quatre entresq'a l'ost venus,
Sous un arbre descendent qui molt iert bien foillus.
Molt furent esgardees de grans et de menus
Et lor biautés loëes de princes et de dus.
Alixandres estoit hors de son tref issus
Et vit les deus messages a terre descendus.   [7580]
Florés parla avant, qui li rendi salus:
"Sire rois Alixandres, por vos fait Dieus vertus,
Car par tout le mont estes et doutés et cremus.
Du regne d'Amazoine vos vient ci li treüs.
La roïne vos mande que vos estes ses drus,
Ne veut que ses roiaumes soit de riens confondus,
Chascun an vos sera tous autreteus rendus."
Li presens fu molt biaus, sempres fu receüs.
Lors parla Alixandres com hom aperceüs:
"Cis roialmes estoit a mon oés tous perdus;  [7590]
Se li païs veut estre de moie part tenus
Et li convens gardés et li treüs rendus,
Ja n'en iert lance fraite ne estroués escus,
Chevaliers n'en iert mors ne de sele abatus
Ne ja mais n'en sera caus d'espee ferus."

[3.446]"Sire, ce dist Biautés, ne lairai ne vos die:
La roïne vos mande que ele est vostre amie,
Son anel vos envoie par molt grant drüerie,
Ves le ci en present, ne le refusés mie.
Qant treü vos envoie, c'est molt grans segnorie,  [7600]
Et trestot son roiaume met en vostre baillie,
De vos le veut tenir, ce vos requiert et prie.
Par itel convenant iert de vos recuellie:
Se volés guerroier, ce vos jure et affie
Que dis mile puceles venront en vostre aïe.
Chascune iert bien armee de broingne a or sartie,
Lacié elme luisant, çainte espee forbie;
Volentiers i feront, nel mescreés vos mie,
Car mieus aiment le pris de la chevalerie
Que nule riens qui soit en ceste mortel vie.   [7610]
La terre sera toute en vostre commandie
Et la dame iert tous jors de vos servir garnie.
Mandés por la roïne devant la baronie,
Seürté vos fera ele et sa compaingnie."
Certes, dist Alixandres, qant ainsi s'umelie,
Se je ce refusoie, ce seroit vilonie."

[3.447]  "Certes, dist Alixandres, vostre dame est molt sage,
Qui si beles puceles tramet en son message,
Cortoises et proisies et de molt bel aage,
Et si semblés molt bien femes de haut parage.  [7620]
Por la vostre biauté et por le vasselage,
Devant tous mes barons pardonrai le chevage,
Que ja mais en ma vie n'en avrai treüage
Fors tant que du roiaume avrai le segnorage.
Qant la vostre roïne m'avra fait son homage
Et je l'otroierai au los de mon barnage,
Puis li rendrai son fief et tout son hiretage,
Si que ne li ferai ne honte ne damage."
"Sire, ce dist Dans Clins, entendés mon corage.
Certes je aim Floré, ne mie par putage,   [7630]
A mollier la veul prendre, n'i quier autre avantage."
"Sire, dist Aristés, bons rois de franc corage,
De moi et de Biauté faites le mariage."

[3.448]   Alixandres respont: "Volentiers le feroie
Se les puceles veulent et chascune l'otroie."
"Sire, ce dist Florés, onques n'oi si grant joie,
A nul jor de ma vie, com se Dant Clin avoie."
"Sire, ce dist Biautés, se je ja lie soie,
Fors le cors mon ami autre riens ne querroie."
Es vos le chapelain, qui de ce se manoie:   [7640]
A la loi que il tienent ensamble les aloie.
Et dist li uns a l'autre: "Fait avons riche proie,
C'or est vostre Biautés et Florés si rest moie."
Alixandres li rois por la roïne envoie,
Il veut que ele viegne et que il parler l'oie.
Qant la roïne l'ot, maintenant se conroie,
A mil de ses puceles cui li sejors anoie;
Eus ont vairs et rians et color qui rougoie,
Molt sont bien acesmees, por ce que on les voie,
De pailes orfresés dont li ors reflamboie.   [7650]
Chascune laist dehors pendre sa crine bloie,
Chapiaus ont sebelins por le chaut qui nes broie
Et çaignent les espees dont li aciers brunoie
Et ont chevaus en destre qui sont covert de soie.
La roïne fu çainte d'une large coroie,
Amable ot non la dame, qui volentiers tornoie,
Il n'ot si bele dame dusq'au siege de Troie.
Montent es palefrois si acuellent lor voie
Tresq'a Meothedie, l'eaue qui n'est pas coie;
A navie la passent au port sous la sapoie,   [7660]
De l'autre part arrivent sor l'erbe qui verdoie,
En un pré remonterent par delés une arbroie.
La roïne chevalche, qui pas ne se desroie,
Vint au tref Alixandre, qui les autres avoie.

[3.449]   La dame d'Amazoine est de son regne issue,
A mil de ses puceles a sa voie tenue
Et vint a Alixandre, comme roi le salue,
Et Alixandres l'a gentilment respondue.
Por faire son homage est a pié descendue,
Ele a parlé en haut, ne se fist mie mue:   [7670]
"Sire rois Alixandres, se guerre t'est creüe,
A mil de mes puceles m'en venrai en t'aiue,
Ja n'en i avra une qui n'ait broigne vestue,
Lacié elme luisant et targe a or batue,
Espee çainte au les trenchant et esmolue.
De moie part sera la guerre maintenue,
Que nos amons plus guerre que aler a charrue."
"Par foi, dist Alixandres, bien soiés vos venue.
Or vos dirai noveles: Floré avés perdue
Et Biauté sa compaigne, car amors l'a vaincue,  [7680]
Car Dans Clins a Floré a mollier retenue
Et Aristés Biauté a mollier et a drue.''
Qant la roïne l'ot, de maltalent tressue,
Otroier li estuet qant li rois l'en argüe.

[3.450]   La roïne demande le congié por esrer.
"Certes, dist Alixandres, primes veul esgarder
Comment vos damoiseles sevent armes porter."
Et respont la roïne: "Ne fait a refuser."
Isnelement commande son cheval amener;
La roïne monta, n'i vaut plus demorer,   [7690]
Deffuble son mantel por son gent cors mostrer.
Ses puceles commande d'une part atorner
Et les armes a prendre et es chevaus monter.
Qui veïst les puceles des armes adouber
Et poindre ces chevaus et guenchir et torner!
Et qant l'une voloit les autres trespasser
Et veut des esperons le blanchet adeser,
Plus tost vait li chevaus c'oisiaus ne peut voler.
Il est uns grans poissons en cele Rouge Mer,
Ce est uns chevaus pois, ainsi l'oï nomer;    [7700]
Le cheval la roïne sor coi aloit joster
Engendra en une yeve, si com l'oï conter.
Alixandres prist molt le cheval a loër;
Qant le sot la roïne, si li fist presenter,
Et li rois Alixandres l'en prist a mercïer.
La dame prist congié, n'i vaut plus demorer;
Li rois l'acole et baise qant vint au dessevrer.

[3.451]   Qant la roïne fu el palefroi montee,
Congié a pris du roi si s'en est retornee,
Tresq'a Meothedie n'i ot regne tiree;    [7710]
Qant ot le flun passé, si fu en sa contree.
Et li rois Alixandres a sa voie hastee
Et vint en Babilone a l'onzime jornee;
Or sera de fin or sa teste coronee.
De par toute sa terre fu lors sa gent mandee,
Et li prince et li conte furent a l'assamblee.
Olimpias sa mere, qui fu preus et senee,
Li tramist une chartre en cire saelee.
Dromadaire chevauche cil qui l'a aportee,
Qant il vit Alixandre, si li a presentee.    [7720]
Li rois prist le seel s'a la cire entamee
Et a lute la letre; quant il l'ot esgardee,
De maltalent et d'ire a la teste craulee.
S'or estoit ma raisons un petit escotee,
En romans vos diroie par parole menbree
Q'il trova en la chartre qui li fu presentee.

[3.452]   Olimpias sa mere, qui de son cuer l'amoit,
Tout au commencement cent salus li mandoit,
Et aprés les salus sachiés qu'il i avoit
Que dans Antipater, qui Sydoine tenoit    [7730]
Et trestoute l'onor et qanqu'il apendoit,
De son service faire durement se faignoit,
Et Divinuspater, cil qui Tyr maintenoit,
Por son commandement riens faire ne voloit.
Li uns parloit a l'autre et sovent conseilloit,
Non mie de son preu, tout de fi le savoit.
Or li mande sa mere par la foi qu'il li doit
Que d'iluec en avant nus d'aus gardés n'en soit,
De ce qu'il ont forfait pregne vengance et droit.
Qant li rois vit les letres, durement l'en pesoit,   [7740]
Molt pensa longement savoir qu'il en feroit
Et trueve en son corage c'un brief i trametroit;
Se c'est voirs qu'ele dist, molt bien l'esproveroit,
Et s'il le set de voir, grant vengance en prendroit.

[3.453]   Qant la chartre fu lute, li rois s'est porpensés
Que il une autre fois les avoit ja mandés;
Il n'i vaurent venir, or s'en est aïrés.
Un brief lor envoia qui bien fu seelés,
Il ne lor mande mie salus ne amistés,
Ains i a fait escrire: "Oiés et entendés:   [7750]
Sachiés vostres services vos iert guerredonés.
Je vos mant et commant, des que cest brief verrés,
Que vos vegniés a moi ains que mais soit passés,
Mar serés si hardi que vos i arestés."
A ciaus qui les briés portent ont les chevaus livrés;
Les briés ont pris du roi, li consaus est finés.
Montent es palefrois, es les vos dessevrés,
Entresi que a Tir ne fu lor frains tirés.
Antipater i fu premerains apelés,
Qui la estoit venus a uns plais devisés.    [7760]
De par le roi de Gresce fu li briés presentés,
A un clerc l'ont baillié qui bien estoit letrés.
Qant il l'oënt espondre, estes les vos desvés,
Par un poi qu'il ne crievent, tant fu chascuns enflés.

[3.454]  Qant il l'oënt espondre, n'i ot que corecier,
Ou il veullent ou non, les estuet chevalchier,
Aler en Babilone por lor droit desrainier
Et se il sont coupable de la merci proier.
Aler les i estuet, n'i a que delaier.
Si comme il chevalchoient il et lor escuier,    [7770]
Ce dist Antipater: "Molt nos doit anuier.
Cis rois nos tient por fous, trop nos laissons plaissier.
Qant nos chastiaus rendons, poi faisons a proisier;
Set ans le peüssons richement guerroier
S'eüssons assés quis a boire et a mengier;
Dementres peüst il avoir tel enconbrier
Que tost eüssons pais sans or et sans denier,
Peüssiens la contree tenir et justicier.
Por malvais doit on l'ome tenir et por lanier
Qui fait nul malvais plait por qu'il se puisse aidier."   [7780]
Dist Divinuspater: "Molt vos voi esmaier;
Se je le vos osoie dire ne consellier,
Tel chose vos diroie, dont vos veul acointier,
Dont nos porrions tost de lui tres bien vengier.
Rien n'i ferons par force, ja celer nel vos quier;
S'engins ne nos aïde, force n'i a mestier.
Fortune, qui l'a fait sor la roe drecier,
Le refera par tans chaoir et trebuchier."

[3.455]  Ce dist Antipater: "Grant folie feïs
Qant tu onqes por lui hors de Tyr t'en issis   [7790]
Et je hors de Sydoine, certes bien le jehis.
Li mur sont haut et fort de qarriaus qu'i sont mis,
Les tors hautes de marbre qui est et blans et bis,
D'autre part est la mer dont li mur sont porpris.
Ne nos peüst chaloir s'il nos eüst assis,
Car bien i peüst estre quatre ans ou cinc ou sis
Ançois qu'il nos eüst par sa force conquis;
En dementre avenist qoi que soit, ce m'est vis."
Dist Divinuspater: "Tu es de sens mendis;
C'est arriereconsaus, biaus tres dous chiers amis.   [7800]
Dont nen a il par force trestout le mont conquis
Et Babilone prise, ou il n'a gaires sis?
L'amiraut i a mort et ses homes malmis;
Se bien ne nos gardons, encor nos fera pis.
Querons prochainement comment il soit ocis.
Se croire me volés, ançois quarante dis
Li donrons nos tel boire dont il perdra le ris,
Tous ciaus en vengerons que il a fait chaitis."

[3.456]  Ce dist Antipater: "Ci a molt male atente.
Quant nos en son service avons mis nostre entente,   [7810]
Nostre terre nous taut et retaille la rente.
Par lui a prise mort mainte bele jovente,
Plus a il rois destruis mien ensïent de trente.
Cil Dieus qui maint en haut a veoir nos consente
Des maus qu'il nos a fais qu'encore s'en repente."
Dist Divinuspater: "A tel marchié tel vente.
Fortune lieve l'ome, en aprés le cravente;
Grans malvaistiés est d'ome qui tous jors se demente.
Bon conseil ai trové, se il vos atalente:
Nous li donrons venim si que la mort en sente,   [7820]
Que l'ame aut en infer en la plus grant tormente."
Ce dist Antipater: "Ceste raisons m'est gente.
La gent en vengerons que il a fait dolente."

[3.457]  Andui ont porchacié le venim d'un serpent,
Et est de tel nature, se l'estoire ne ment,
Que qant li hom le boit et el cors li descent,
Desq'au nuevisme jor ne bien ne mal ne sent,
Et qant vient au termine, adont li maus li prent
Et au disime jor l'ame du cors li rent.
Itel le quirrent il par apercevement,    [7830]
Car qant il le beüst, s'il fust mors en present,
Dont fust il conoissant a trestoute la gent
Que il mort par lor enchantement.
Lors plevirent lor fois andui priveement
Que bien le celeront s'en firent sairement.
Lors ont tant chevalchié a l'oré et au vent
Q'en Babilone vinrent li traïtor pullent.
Alixandres li rois, a qui li mons apent,
Devoit porter corone l'endemain hautement.