Le Roman d'Alexandre

BRANCH I -- BRANCH II -- BRANCH III -- BRANCH IV


[4.1]    A l'issue de may, tout droit en cel termine
Que li biaus tans revient et yvers se decline,
Estoit en Babilone nes d'une Sarrasine
Uns mostres mervelleus par volenté devine.
Alixandres l'ot dire si manda la meschine.
Deseure iert chose morte desi q'en la poitrine,
Et desous estoit vive, la ou li faut l'eschine.
Tout environ les aines, la ou li ventres fine,
De ces plus fieres bestes qui vivent de rapine
I avoit pluisors testes et font chiere lovine;  [10]
Molt sont de male part et de malvaise orine,
Ne se pueent souffrir, l'une l'autre esgratine.
Molt par est grans mervelle que Dieus el mont destine,
Que la mort Alixandre veut demostrer par sinne.
[4.2]    Par toute Babilone tramet li rois s'espie,
Les sages gens fait querre par molt grant segnorie,
Et les devineors, que nul n'en i oublie.
Qant assamblés les ot, si lor commande et prie
Du mostre qui est nes ne li çoilent il mie,
Mais dïent verité, savoir que senefie.   [20]
Il i ot un sage home qui la teste ot florie,
Cil li dist la verté, sor soi prist la baillie:
"Rois, ce que tu demandes, veus tu que le te die?
Se tu t'en coreçoies ce sambleroit folie.
La chose que tu vois qui est a mort flaistrie
Ce es tu qui te muers, nel te celerai mie;
Les testes que tu vois qui mostrent felonie
Et que l'une vers l'autre porte si grant envie,
Ce sont li douze per q'as en ta compaignie.
Si tost com seras mors et ta vie fenie   [30]
La guerre iert commencie et ta terre saisie.
Fai le mieus que tu pués, molt est corte ta vie."
[4.3]    Se li rois a paor n'est mie de mervelle;
Devant lui voit celui qui sa mort li conseille
Ne de riens ne li dit qui la li apareille.
Il a si grant angoisse que pas des ieus ne ceille,
Ne nus aspiremens de lui ne descoreille.
Il se vait acouter sous l'ombre d'une treille,
Ne fust pas si molliés de l'eaue d'une seille
Com il est de suor sous la porpre vermeille.  [40]
[4.4]    Une eure a chaut li rois si li rougist la face,
Autre eure devint noirs si froidist comme glace.
Divinuspater vint, li sers de pute estrace,
O lui Antipater, qui de mort le manace;
Desous un olivier descendent en la place
Et manderent le roi que grant honor lor face.
Li rois ot la novele que li mes li deslace,
Il ala encontre aus ses acole et enbrace.
Le treü li presentent qui est venus de Trasce;
Et dona a chascun, por ce que mieus lor place,   [50]
Un anel de fin or de l'uevre de Galace,
L'une moitié de Gresce valoient li topace.
[4.5]    Li termes est venus que li arbre orent dit
Que li rois de sa mort n'aroit plus de respit.
Li ans et li uit mois sont passé et complit,
Dont entre li nuevismes, si com il est escrit.
Li rois sot bien le terme, tous li cors li defrit;
Il a mandé ses homes, talent a ques convit,
Et vaura tenir cort, onques si grant ne vit;
Iluec seront doné tyré, paile et samit,   [60]
Vaissel d'or et d'argent de la terre d'Egit.
[4.6]    Li rois par maintes fois a ses barons mandés,
Dus et contes et princes et ses autres chasés;
Cel jor fu haute feste que il fu coronés.
Plus richement de lui n'iert mais rois atornés;
Sa corone fu d'or, pierres i ot assés:
Jagonces et topaces et saffirs neelés.
Sa mollier Rosenés, qui tant avoit biautés,
Fu aveuc coronee et ses cors atornés,
Cors de si bele dame ne sera ja mais nes.   [70]
Qui veïst son viaire, com il iert colorés!
De blanc et de vermeil estoit entremellés,
Et li cors avenans et li cuers esmerés.
Sous ciel n'a si dur home, tant soit vilains provés,
S'il esgardast la dame, ne fust d'amors navrés,
Tant iert de bones teches ses cors enluminés.
Qant fu fais li services et missael chantés,
Li rois issi du temple hautement celebrés;
Tholomés et Dans Clins vont devant les a les.
Cel jor fu Alixandres de maint home esgardés;   [80]
Il ot larges espaulles et bien fais les costés
Et grant enforcheüre, d'or fu esperonés,
Chauciés fu d'un brun paile a oiselés ovrés, 
Et de meïsme rest li blïaus gironés;
Molt estoit biaus et gens et de cors acesmés.
Sa corone soustienent Dans Clins et Tholomés,
D'autre part Perdicas, qui des Grieus fu amés,
Qui du regne Alixandre fu puis rois coronés.
Emenidus d'Arcage, li preus et li senés,
Tenoit une gisarme dont li fers estoit les   [90]
Et li aciers trenchans et li manches dorés.
Por ce q'a icel jor iert li rois terminés,
Q'a cel jor devoit estre mors et enpoisonés,
Grant place li faisoient environ de tous les.
Par ces rues a vautes avoit tapis getés,
Et desus Alixandre tinrent pailes röés
Por l'ardor du soleil, que li chaus iert levés.
Jusq'au maistre palais en fu ainsi menés;
El temple ancïenor fu li rois desarmés
De la corone d'or dont il iert coronés.   [100]
Les tables furent mises s'est li mengiers crïés;
Tels s'i assist a joie qui s'en leva troblés:
Ce fu li rois meïsmes qui fu enpoisonés.
[4.7]   A grant joie en menerent le roi Mascedonés.
Qui donques reveïst sa mollier Rosenés,
Ainsi com li baron l'en menerent aprés!
Ne fu si bele dame des le tans Moÿsés.
Sa corone soustienent Leone et Filotés,
Desus tinrent un paile Caulus et Aristés,
Que li chaus ne li arde le vis ne le palés.   [110]
En la chambre l'en mainent bonement et en pes;
Sa corone li ostent li doi fil Aminés,
Ses dras li ont ostés, car li chaus iert engrés.
Au mengier sont assis a grant joie el palés,
Ains en seront iré qu'il en relievent mes.
[4.8]    Par toute Babilone a fait li rois crïer
Et tous les chevaliers de la terre mander
Que il viegnent a lui por sa cort honorer
Et por sa grant richece veoir et esgarder.
Onques n'en i vint nus qui ne feïst doner   [120]
Vaissel d'or ou d'argent ou paile d'outremer.
A son plus maistre dois sist li rois au disner,
Et furent entor lui cel jor li douze per;
Se il ot grant paor ne fist mie a blasmer,
Car venus est li termes que il oïnomer,
Que li arbre li dirent ou il ala parler,
Que cel jor de sa mort ne porroit trespasser.
A tous ciaus qui servoient fait li rois commander 
Qu'il facent tuit lor manches jusqu'as coutes cauper
Et viegnent en bras nus le mengier aporter,   [130]
Car durement se crient li rois d'enpoisoner;
Grant joie avra au cuer se cel jor puet passer.
Mais li serf de put aire, qui nel veulent amer
Et que il pensoit molt hautement honorer,
Ont aporté l'entosche por lui envenimer.
Hé! las, por coi le firent? com l'oserent penser?
Ja mais si bon segnor ne porront recouvrer;
De Dayre le Persant lor peüst remembrer.
Ja nus hom ne doit serf essaucier ne lever,
C'onques bone chançon n'en oïon chanter.   [140]
[4.9]    Molt par fu grans la cors q'ot li rois assamblee,
Mainte bele richece i ot le jor donee.
Li rois sist au mengier en la sale pavee,
Molt par ot grant paor, sa gens fu effraee
Por ce q'a icel jor fu sa mort destinee
Ainsi com li dui arbre li orent devisee.
Li doi serf qui sa mort li orent aportee,
Li uns sist au mengier de la table honoree,
Et li autres servi en la porpre roëe,
Devant le roi demaine tint la cope doree   [150]
Qui iert de riches pierres porprise et aornee.
Molt fu la traïson coiement porparlee:
Por ce qu'il ont des bras chascuns la manche ostee,.
En l'ongle de ses paus ot l'entosche boutee.
Qant li rois vaut le vin, la coupe a demandee,
Et cil fiert ens ses paus si la li a donee.
Tantost com ot beü, si li art la coree,
Li cuers li muert el ventre s'a la color müee;
Puis sailli de la table, la coupe a jus getee,
Por ce que vomir vaut une plume a rovee.   [160]
Antipater li fel l'en a une aprestee
Q'il ot molt coiement sous son mantel botee,
Et estoit de venim entoschie et louee.
Il a prise la plume, ne l'a pas esgardee,
Si l'a isnelement en sa bouche boutee;
Li deerrains venins li a la mort donee.
Tuit li menbre li falent, la poitrine a enflee.
"Ahi! fait il, maisnie, com dure destinee.
Tout por voir sans doutance or est ma vie outree.
Des arbres et des mostres est la chose averee."  [170]
[4.10]    Qant li rois ot beü, si li froidist li cors,
Sa char devint plus vers que n'est fuelle de pors.
Li dui serf le regardent, de la chambre issent fors; 
Or ne quiert chascuns plus mais d'iluec soit estors,
Que ses pooit bailler Filote et Licanors,
Nes raiembroit  li mons s'il devenist fins ors,

[4.1]    Quant li rois se senti de la mort angoissier,
En une chambre a vaute s'en est alés couchier.
Li Grieu boutent les tables et lievent du mengier
Et pleurent et regretent lor segnor droiturier:   [180]
"Ahi! rois, sor tous homes faisïés a proisier;
Ne vos penïés mie de vos gens abaissier
Mais a vostre pooir lever et essaucier,
Et si les faisïés en richece baignier
Et donïés l'avoir et l'argent et l'or mier.
Ja mais n'avromes prince qui sache guerroier.
Que porront ore faire cil povre saudoier?
L'uns vendra son hauberc et l'autre son destrier.
Cil sera mieus amés qui mieus sara plaidier."
Li rois entent les cris que font cil chevalier,   [190]
Tel duel a de sa gent que vis cuide esragier.
Par mi l'uis d'une chambre entra en un vergier,
Ens el flun d'Eufratés se veut aler noier,
Mais la mort l'angoissa quil fist agenollier;
Qant ne pot plus aler, si se prist a hercier.
Sa mollier Rosenés le prist a enbracier
Et les ieus et la bouche li commence a baisier:
"Sire, drois empereres, veus me tu dont laissier,
Et guerpir en cest siecle ta chaitive mollier?
Je sui grosse et ençainte si ne me puis aidier,  [200]
Rois, qui or me deüsses aidier et consellier."
En un lit l'en porta cele qui molt l'ot chier.
Grieu et Mascedonois commencent a huchier
Que se tost ne lor rent lor segnor droiturier,
Ja feront tous les huis de la chambre brisier.
[4.12]    Li rois oïles cris et sa gent dolouser,
Sa mollier Rosenés commence a demander:
"Quel noise oi je la fors en cel palais lever?"
"Rois, Mascedonés sont, qu'on ne puet atemprer,
Qui veulent ceste chambre et les huis craventer  [210]
Por ce qu'il ne vos pueent veïr ne esgarder."
Li rois se commanda el palais a porter;
Lors veïssiés ses homes entor lui aüner
Et tant cheveus desrompre et tant dras descirer.
Et li rois a ses homes commença a parler:
"Mascedonois et Grieu, je vos doi molt amer,
Car vos m'avés les terres aidié a conquester.
Çai ens sont li baron et tuit li douze per
Par le los de vos tous vos veul segnor doner;
Eslisiés qui vos plaist, je sui pres du livrer."  [220]
Grieu et Mascedonois commencent a crïer:
"Rois, qant nos ne poons a toi plus recovrer,
Et hui nos en covient partir et dessevrer,
Que mais ne te porrons en bataille mener,
Perdicas nos otroie, qui tant est preus et ber,
Car nel volons por autre ne changier ne müer."
Qant l'entent Alixandres, si commence a penser,
Car il ne cuidoit mie q'a ce peüst torner,
Mais sa grant aventure ne li vaut trestorner.
Adonques recommence le vassal a loër,   [230]
Le sens et la proëce de lui a ramenbrer;
Toute Gresce li done et les illes de mer
Et toute Mascedoine, n'i vaut plus demorer.
Cil li courut au pié si l'en va mercïer,
Grieu et Mascedonois l'en corent relever.
[4.13]    Li rois ot grant angoisse, qui de la mort fu pres.
Qant vint de pasmison, si regarde el palés,
Entor lui vit sa gent, dont il i ot assés;
Perdicas apela, coureçous et irés,
Il li dist en plorant: "Biaus amis, je vos les   [240]
Ma contree de Gresce et les Mascedonés,
Si vos commant ma feme, la bele Rosenés;
Espousés la demain, par amors vos en bes.
Ele est grosse et ençainte, d'enfant sostient le fes.
Se li enfes est malles, aprés vostre decés
Li otroiés le regne bonement et en pes,
Et vostre soit la terre qui fu au roi Cersés,
Plus bele ne mellor ne verrés vos ja mais;
Et se ele est meschine, molt grant avoir li les,
Et si la marïés et només Alixés."  [250]
Et li rois li otrie par devant Filotés,
Et tuit li autre per li creantent aprés.
[4.14]    Qant Alixandres voit que la mort le justise,
Contre terre s'estent et devoltre et debrise.
En mi la riche sale, qui fu de marbre bise,
Fait metre un lit a or, talent a qu'il i gise;
La coute fu de soie, qui tenoit grant porprise.
Li douze per le couchent sor un paile de Frise.
"Barons, dist Alixandres, tous jors vos ai pramise
Honor et grant richece se Babilone iert prise.   [260]
Nos avons, merci Dieu, mainte terre conquise
Dont la gens est vaincue, confondue et malmise;
De ciaus qui deffendirent i ot fait grant justise
Je vaudrai de vos douze faire rois par devise,
Si que chascuns avra la sieue terre assise;
S'en sera, se Dieu plaist, m'ame en Paradis mise,
Q'avrai fais douze rois en la terre q'ai prise."
[4.15]   "Segnor, dist Alixandres, molt sui en grant torment;
La mort me tient au cuer qui me point molt sovent.
Qant je vos esgart tous, molt grant pitié m'en prent,  [270]
Ne puis mais entre vos demorer longement.
Qui la mort m'a donee ne vos aime noient,
C'est Divinuspater, qui li cors Dieu cravent,
Il et Antipater, qui me fist le present;
Hui me feront partir de la plus noble gent
Qui soit en tout le mont. Ha! Dieus omnipotent,
Je ne verrai le jor qu'en soit pris vengement."
Tholomé apela et Cliçon ensement,
Emenidon d'Arcage et Caulon voirement,
Et tuit li autre vinrent, courecié et dolent.   [280]
Qant il furent assis, li rois dist son talent:
"Segnor, dist Alixandres, ves me ci en present.
Je ne serai mais gaires, puis Dieus nel me consent,
Mais ançois que je muire ne pregne finement
Avrés por vos servises guerredon bel et gent.
Gardés bien qu'entre vos n'ait nul descordement,
Car chascuns avra terre et fié et chasement
Plus que n'en ot mes peres, qui toute Gresce apent."
[4.16]   "Tholomé, dist li rois, je vos donrai Egypte;
Toute la mellor terre ai a vostre oés eslite  [290]
Qui soit en tout le mont ne par bouche descrite;
Babilone tenrés des or mais toute cuite
Et toute cele gent qui en la terre abite.
Certes, vostre proëce devroit bien estre escrite;
Li cop de vostre espee parurent en Eslite
Et par toute la terre que nos avons afflite;
Hui est venus li jors q'en avrés la merite.
Li cop de vostre espee parurent en Eslite
Et par toute la terre que nos avons afflite;
Hui est venus li jors q'en avrés la merite.
Li venins me destraint qui le cors me soubite,
Ennevois me morrai de laide mort despite."
Tholomés ot tel duel quant la parole ot dite   [300]
Tous ses cheveus derront et depiece et degite,
Le paile c'ot vestu, qui fu fais a Melite,
A si rout et fendu ne vaut une carpite.
[4.17]   "Tholomé, dist li rois, je vos aim de corage,
Et por amor de vos trestout vostre lignage;
Egypte vos doins quite et otroi par mon gage
Cleopatras, la bele de cors et de visage,
Vos otroi a mollier, qui est de haut parage;
Mes peres l'espousa voiant tout son barnage,
Mais je deffis les noeces, qu'il me vint a corage,  [310]
Qar ma mere i avoit perte, honte et damage.
Uns enfes en est nes,-Dieus li croisse barnage!-
Philiperideüs l'apelent en langage;
Lui doins Esclavonie, une terre marage,
Et trestout le païs li doins en hiretage.
Le vallet gardés bien tant qu'il viegne en aage,
Et la dame prenés, qui est cortoise et sage,
Il n'a plus bele feme jusq'as murs de Cartage."
Et cil li respondi belement sans outrage:
"La chose que volés ne me sera salvage."  [320]
[4.18]    Li rois par grant amor en apela Cliçon:
"Dans Clins, venés avant, si vos rechaserom;
Onques mieudres de vos ne chauça esperon.
Toute Perse vos doing, le roiaume Dayron,
Que nos avons conquise a force et a bandon.
Bien la devés avoir quitement sans tençon;
Vous vos i combatistes a guise de baron,
Au fer de vostre lance vuidierent maint arçon,
Tous jors vos ont trové mi enemi felon.
Hui est venus li jors q'en avrés guerredon  [330]
D'un des mellors roiaumes c'onques veïst nus hom;
Set rois et trente dus a en la region
Qui en seront vostre home, chascuns par devison,
Et iront en bataille o vostre gonfanon.
Amis, par tel convent vos en fais livrison
Que Dieus vos en doinst joie et gart de traïson,
Que vostre home vers vos ne facent que felon
Si com li mien m'ont fait, qui m'ont doné poison
Dont ja jor de ma vie nen avrai garison.
Enevois me morrai sans nule raençon."   [340]
Cil entent la parole si baissa le menton,
L'eaue qui ist des ieus li cort a grant foison,
Si que les geules mollent de l'ermin peliçon.
"Clin, vos et Tholomé fustes bon compaignon;
Gardés q'aprés ma mort n'i ait riens se bien non,
Car m'amë en seroit en male souspeçon."
Et cil li respondirent: "Se Dieu plaist, non ferom.
Nous somes bon ami et tous jors le serom,
Que ja entre nos deus n'i avra se bien non."
[4.19]   "Ça venés, dist li rois, Emenidus d'Arcage;   [350]
Onques mieldres de vos n'issi de nul lignage. 
De vos me vint tous jors honors et vasselage;
Mon gonfanon portastes et par mer et par nage,
Onques n'i perdi riens par vostre guionage.
Nubie vos otroi, une terre molt large
Qui molt est bien garnie de pres et de boscage,
Si a riches cités et maint bel hebregage;
Iluec puet on trover mainte beste salvage.
Cent mile chastelain vos en feront homage,
Qui vos en porteront honor et segnorage.   [360]
Par foi, plus bele terre ne mellor por estage
Ne pot onques avoir nus hom de haut parage;
Et vous la tenrés bien, qui avés bon corage,
Ja n'iert hom si puissans qui vos toille hiretage."
Devant lui s'agenolle, li rois li tent le gage.
"Tenés, dist il, amis, Deus vos croisse barnage,
Car ja mais bon conseil n'avrés de moi ne sage.
Ennevois me morrai, ja n'i metrai ostage."
Cil entent la parole, a poi d'ire n'esrage;
Ses dras a descirés et ses cheveus esrache.   [370]
Lors veïssiés plorer el palais le barnage,
Tels set cens le regretent qui sont de haut parage.
[4.20]   "Aristé, dist li rois, je vos ai doné tere;
Plus bele ne mellor ne me devés requerre:
Trestoute Ynde Maior, qui me fist mainte guerre.
La mer et la vermine vos enclot et enserre,
Par force n'est nus hom qui la peüst conquerre."
[4.21]   "Ça venés, dist li rois, biaus sire Antiocus;
Tant m'avés bien servi ne vos puis amer plus.
Je vos donrai Sulie et le païs en sus   [380]
Jusq'au regne de Perse, que tint Assüerus,
De l'entree de Gresce desi as mons de Tus;
A destre et a senestre et d'encoste et dejus
Et de mer et de terre iert vostres li treüs.
De Gos et de Magos garderés le pertrus."
[4.22]   "Antigonus, fait il, je vos donrai Celice,
Une terre aaisie ou a mainte delice.
Les cités sont bien closes de pierre tailleïce
Et les tors bataillies, mainte en i a treslice.
Plus amerés la terre que enfes sa norrice;   [390]
Sous ciel nen a richece ne deduit ne espice
Qu'on n'i puisse trover, et chiers dras de Venice.
Por ce que tant m'avés esté de bon service
N'ainc plus frans chevaliers ne vesti de pelice
Vos doins en croisement Partisent et Felice;
Molt pres de vostre terre est li regnes de Grice.
Molt a grant tort li sire qui sa gent apetice."
[4.23]   "Aprochiés vos de moi, biaus sire Filotas;
Por moi avés eü sovent vostre escu quas
Et enduré d'espee en estor felon glas.   [400]
Je vos donrai Cesaire, la terre Nicholas,
Et le roiaume tout, riches hom en seras;
Je l'ocis en bataille a mon branc de Damas.
Tholomé la donai, mais il ne l'avra pas,
Car il a tout le regne desi que a Baudas.
Jusqu'a la mer d'Egypte tout le païs tenras;
Cele terre est molt riche de pailes et de dras,
La sont li hardi home et li bon cheval cras;
Por ce la te doins cuite que tant bien servi m'as."
Filotas s'agenolle devant le lit en bas,   [410]
Et li rois l'en revest, voiant Mascedonas.
[4.24]    Alixandres apele Licanor, ou se fie,
Le gentil chevalier a la chiere hardie.
"Ça venés, dist li rois, vassaus sans couardie,
Bons chevaliers et larges et plains de cortoisie;
Ainc ne fustes repris de nule vilonie.
Ja vos ai je doné la moie drüerie;
Tant par est conneüe vostre chevalerie
N'a home en tout le mont ne vos en port envie.
Vous m'avés bien servi a l'espee forbie,   [420]
Guerredon en avrés, se Dieu plaist, en ma vie.
Alenie vos doing et toute Esclavonie,
Deus roialmes tenrés en vostre segnorie;
De l'une part vos clot la mer devers Roussie,
Les montaingnes vos serrent devers l'autre partie.
Vostre terre est molt bone et richement garnie
De toute icele riens qui a cors d'ome aïe.
Li païs est molt bons et plains de gent hardie;
Quatre cens mile d'omes menrés en ost banie
Qui tuit vos porteront honor et segnorie.   [430]
Ta terre et la Filote a une mer partie,
Estroite est, n'est pas large, et si porte navie
De la mer d'Engleterre desi en Lombardie;
De la vient li avoirs et la marcheandie.
Frere estes et ami et d'une compaignie,
Gardés q'entre vos deus n'ait tençon ne envie;
Tous jors en sera m'ame plus lie et plus joïe."
Et cil li respont: "Sire, ja n'i avra folie."
"Perdicas, dist li rois, je ne vos oubli mie
Qant je sailli en Tyr entre la gent haïe,   [440]
Ce fu li premiers hom de qui je oi aïe,
Ne mais que Aristés fu en ta compaignie;
Ambedui me sïustes par grant chevalerie."
[4.25]   "Festion, dist li rois, aprochiés vos de moi;
Ne vos ai oublïé, car molt vos aim et croi.
Onques mieudres de vos ne josta entornoi;
Il aparut molt bien a Tyr sor le gravoi,
A vostre branc feïstes maint Tyrïen tout coi.
Qant je sailli en Tyr du mur et du berfroi,
Festion, biaus amis, iluec me portas foi;   [450]
Aristés me sieui, plus le virent de troi,
Et puis li douze per vinrent tuit aprés moi,
Et tu as premerains, ainc n'en preïs conroi,
Ne de mort ne de vie ne te chalut de toi.
Qui tel saut fait por home il n'a cure de soi,
Qant por moi le feïstes, grant guerredon vos doi.
Je te donrai tel terre, par le dieu ou je croi,
Dont cent mil chevalier en iront aprés toi:
Or recevés Hongrie et le regne d'Ansoi."
Festions li respont: "Biau sire, je l'otroi.   [460]
Que ferai je de terre quant je morir vos voi?"
Ja se ferist au cuer se il eüst de qoi.
[4.26]   "Segnor, dist Alixandres, ne vos chaut de plorer.
Por coi ferïés duel? N'i pöés recovrer.
De vostre compaignie me convient a sevrer;
Molt par en sui dolans, mais nel puis amender.
Se Dieus vausist, encore bien peüsse durer;
Molt me samble grief chose de vos entroublïer.
Je vos amoie plus, sor sains le puis jurer,
Que nule riens en terre que l'on sache nomer.   [470]
Onques ne vos trovai jor pereceus d'esrer,
Tous jors avés plus fait que ne soi demander,
Si m'estuet vos services a tous guerredoner.
Ou estes vous, Leoines? Forment vos doi amer;
Mainte fois avés fait vostre escu estrouer
Por amor Alixandre, que hui verrés finer.
Aproichiés vos de moi, car je vos veul doner
Une terre aaisie qui molt fait a loër:
Ce est Esclavonie et Venisse sa per,
Et les pors qui sont larges desor l'eaue de mer."   [480]
Leoines s'agenolle si l'en va mercïer,
Et li rois l'en saisist; n'i vaut plus demorer,
Car li cerviaus du chief li commence a meller
Et la face a noircir et li oel a troubler;
A paines puet il mais de la bouche parler. 
[4.27]   "Aridés, dist li rois, je vos donrai Cartage.
La roïne Dydo la perdi par folage
Por l'amor Eneas, ou ot mis son corage,
Qui en icel païs estoit venus a nage
Qant eschapa de Troies, ou il ot grant damage.   [490]
La dame le retint et fist gent hebregage,
Ainc de riens qu'il vausist ne fu vers lui salvage,
Car ele le cuidoit avoir par mariage;
Et qant il s'en parti, s'en ot au cuer tel rage
O le branc de s'espee s'ocist par grant outrage;
Qant ele ainsi s'ocist, ne fist mie que sage.
Barbarie et Aufrique et Sebile el rivage
Et le roiaume tout vos doins en hiretage.
Hui me menbre de Tyr, ou me portas message
Qant ma gent fu afflite el val de Josafage.   [500]
Cel jor i receüsse molt dolereus damage
Ne fust vostre proëce et vostres vasselage."
Aridés s'agenolle, li rois li tent le gage,
Et prie bonement que Dieus li doinst barnage.
[4.28]    Caulon de Mascedoine a li rois apelé:
"Amis, venés avant; ne vos ai oublïé,
Car vos avés o moi en maint besoing esté,
Du branc de vostre espee maint pesant caup doné.
Hui est venus li jors que t'iert guerredoné:
Hermine la grant terre vos doins en hireté,   [510]
A vous et a vostre oir tous jors en quiteé.
Tous tans m'avés servi de bone volenté,
Et je vos ai, ce quit, molt riche don doné."
Cil li courut au pié si l'en a mercïé;
Voiant Mascedonois l'en a li rois fievé.
"Or sont, dist Alixandres, li douze per chasé."
[4.29]    Qant Alixandres ot les douze pers chasés
Et les regnes partis et trestous devisés,
Les corones des rois que il ot conquestés
Fait venir devant lui si les a coronés,   [520]
Puis les fist arengier devant lui les a les.
"Ha! Dieus, dist Alixandres, hautismes poëstés,
Sire de tout le mont, verais et reclamés,
S'or fuisse li tresimes entr'aus rois coronés,
Lors fust mes cuers en joie et mes cors en santés.
Mais, Dieus! je morrai sempres, tost iert mes cors finés;
Ja ne verrai le terme que cis jors soit passés."
Lors li troublent li oel et li rois est pasmés.
Estes vous par la sale le duel qui est levés; 
La ot paumes batues et mains cheveus tirés,   [530]
Forment fu Alixandres de sa gent regretés.
[4.30]   "Segnor, dist Alixandres, franc chevalier vaillant,
Vos estes douze roi preudome et conquerant,
Et avés grans les cuers et si fier le talent
Que destruirés les terres que chascuns a si grant;
Car soient desous l'un tuit li autre apendant.
Ançois que je me muire veul que faciés itant
Que devegniés tuit home Tholomé, jel commant,
Et recevés vos terres et soiés si tenant."
Et cil li respondirent: "Tout a vostre commant."   [540]
Devant lui se deffublent et drecent en estant
Et devinrent si home si quel virent auqant.
Tholomés les reçut, le cuer en ot joiant,
Tel parole lor dist qui puis fu aparant:
Que ja ne perdront terre en trestout son vivant,
Ains seront, se Dieu plaist, des autres conquerant.
Et cil li respondirent qu'il l'en seront aidant.
[4.31]    Alixandres apele Licanor le fil Fale,
Le preu Emenidon, qui sist a sa destre ale:
"Aufrique avons conquise jusq'a la mer qui bale,   [550]
Et Aise et Eürope jusq'as mons en Itale.
France la renomee, qui a conquerre est male,
Eüsse en mon demaine, a Paris fust ma sale;
Puis preïsse Engleterre et Normendie et Gale
Et Escoce et Irlande, ou li solaus avale.
France fust chiés du mont, que sa droiture est tale,
Car la gens est molt bone, n'est nule qui la vale;
Pieç'a qu'il m'ont mandé par letre communale.
Mais je me morrai sempres d'une mort desloiale,
Ne m'i vaura mecine, mandeglore n'orvale.   [560]
Dieus, reçoif mon espir en ton ciel par t'eschale,
Qant il s'en istra sempres du vaissel taint et sale."
A cest mot s'est pasmés, de dolor devint pale.
[4.32]    Alixandres se pasme por la mort quil destraint,
Et qant fu revenus, si a geté un plaint.
Tholomé apela et dist qu'on li amaint,
Et Cliçon autresi, contre lui les estraint;
A Dieu les commanda et de ses bras les çaint,
Si lor prie et commande que li uns d'aus l'autre aint;
Molt durement li poise que entr'aus ne remaint.   [570]
A icest mot se pasme et tous li cors li taint.
Li dels lieve en la sale qui a paines remaint. 
[4.33]   "Alixandres se muert," es vos le cri levé;
La noise et la tumulte lieve par la cité.
Par mi ces lis se pasment cil chevalier navré,
Et li autre se sont el palais aüné;
Plus de set cens se sont sor le marbre pasmé,
Et quant il se redrecent, si l'ont bien regreté:
"Gentieus rois debonaires, tant mar i fumes né.
La vostre grant proëce ne la vostre bonté   [580]
Ne porroit mais avoir nus hom de vostre aé.
Quel part porrons fuïr, chaitif, maleüré?
Ahi! com remandrons de segnor esgaré."
Qant l'oï Alixandres, si a le chief levé,
Devant soi fait venir Cliçon et Tholomé:
"Segnor, franc chevalier, qui tant m'avés amé,
A grant duel serons hui en cest jor dessevré.
Ce m'ont fait li dui serf qui m'ont enpoisoné;
Querés les et si soient devant moi amené,
Si seront li cors ars et la porre venté.   [590]
Se vengiés m'en estoie molt me venroit a gré."
Et cil li respondirent par grant humilité:
"Sire, quis les avons, mais ne sont pas trové."
Qant li rois entendi que il sont eschapé,
Ne lor pot mot respondre, tant ot le cuer iré.
Tout ainsi comme il pot apela Tholomé:
"Qant vos me verrés mort et de cest siecle alé,
Portés m'en Alixandre, el temple Josüé;
Metés moi el sarcu que tant m'avés gardé."
Et cil li respondirent: "A vostre volenté."   [600]
L'ame s'en est alee et li cors devïé.
Onques por un seul home n'ot mais tel duel mené.
Toute nuit l'ont gaitié et plaint et regreté,
A l'aube aparissant ont le cors enbasmé.

[4.34]    La mort le roi de Gresce fist les barons plorer,
Par toute Babilone en fait les cris lever.
Or dist li uns a l'autre: "Quel part porrons aler?
Remeses sont les guerres, li grant don a doner."
Tholomés prist les piés le roi a enbasmer.
Qui lors veïst sovent la roïne pasmer   [610]
Et ses chaveus desrompre et ses dras descirer,
Des poins batre son pis, son vis esgratiner,
Ja n'eüst si grant joie ne l'esteüst plorer.
Les barons entor li faisoit de duel desver,
Le fort roi Alixandre a pris a regreter:
"Sire, fais te tu mus qant a toi veul parler?
Des que je vos voi mort ne sai quel part torner.
Je n'ai mais nul conseil, or me convient penser." 
Ses puceles se painent de li reconforter,
Mais molt poi prise chose c'on li sache loër.   [620]
[4.35]    Du bon roi Alixandre, dont terre est orfenine
Et la gent soufraitouse et de tous biens frarine,
M'estuet ramentevoir la mort et la ravine.
Qant li rois ot conquis la terre barbarine,
Et pendu a la porte le duc de Palatine,
Et Babilone prise et la tor gigantine,
Et toutes autres terres mises en sa saisine,
Si vint Antipater a la chiere lovine,
Et Divinuspater qui tout sot son convine.
Li cuivert souduiant, par une orbe traïne,   [630]
Li donerent a boire la poison serpentine
Par coi li gentieus rois ot la mort a voisine.
Qant voient que la mors li cort seure a ravine,
Fuiant s'en sont torné par devers la marine.
Alixandres remest gisant sous la cortine,
Sor lui ot estendu une porpre sanguine;
La mort qui riens n'espargne l'a geté sor l'eschine.
Li cris en est levés en la sale perrine;
Estrange duel en font la gent outremarine,
Q'en toute Babilone n'a dame ne meschine   [640]
Ne soit trois fois pasmee et cheüe sovine.
Li douze per desrompent lor barbes et lor crine;
Plus de mil s'en pasmerent en la sale marbrine.
Mais sor trestous les autres s'ocist et parafine
Dans Clins, li fieus Caduis, qui fu nes a Valpine,
Ce est une cité en terre alixandrine.
Cil le pleure et regrete et devant lui s'acline,
Un petit sousleva la grant coute porprine.
"Alixandre, fait il, bons rois de franche ourine,
Mar fu vostre jovente qui si tempre define.   [650]
Onques n'amai tant frere ne parent ne cousine
Com le vostre gent cors que la mort adecline.
Sire, vos me deïstes en la grant desertine,
Le jor que nos feïmes le fu por la vermine,
Que ja nus avers rois n'aroit joie enterine.
Mais or puis je bien dire que barnages define,
Tous biens va remanant et li maus enracine;
Prouece est refroidie et malvaistés chemine.
Rois, vostre bele bouche, que la mort en traïne,
Estoit ersoir plus blanche que n'est oef de geline,   [660]
Or endroit est plus noire qu'escorce d'aubepine.
Sire, n'i a mestier charnes ne medecine,
Ja mires n'i vendra por veoir vostre ourine.
Avarise et largece courent par aatine
Et muevent d'un eslais, mais li siecles destine
Que largece est vaincue, nis mes cuers le devine; 
C'est drois, puis que cil muert qui tout le siecle acline.
Rois, vos nos donïés le vair, le gris, l'ermine,
Et por nos faire riches prenïés a rapine
Qanque vos trovïés sor la gent sarrasine.   [670]
Certes, or m'en irai en bos ou en gaudine;
Ilueques me vivrai d'erbes et de racine,
N'i avrai compaignie fors de la salvechine.
Las! por coi ne me prent male mors palasine?
Dieus, qui par ta vertu feïs plovoir ferine,
Qant li fil Israel ierent en la gastine,
Et les aloes frites,-n'orent autre cuisine,-
Prenés de ciaus vengance par qui ma joie fine.
A tort sueffre mes sires si crüel dessepline."
A cest mot chiet pasmés sor une coute hermine;   [680]
Au redrecier s'escrie en haut comme buisine,
De son mantel desront toute la sebeline,
A deus poins ses cheveus et sa face esgratine,
Si que li sans vermaus li chiet sor la poitrine.
La dolor qu'il demaine por le roi qui termine
I fist le jor plorer maint fil de palasine.
[4.36]    Ce fu un samedi, que li soirs les apresse,
Q'Alixandres fu mors qui tantes terres lesse;
N'a home en sa compaigne qui por lui ne s'iresse.
Tholomés fait tel duel, qui de plorer ne cesse,   [690]
Plus de quarante fois vers ses cheveus s'eslesse
Et regrete Alixandre, qui les orgelleus plesse:
"Sire rois, la vostre ame soit devant Dieu confesse.
Plus gentis chevaliers ne cuit que ja mais nesse.
Plorés, Mascedonois, que vostres pris abesse."
Des navrés entor lui veïssiés si grant presse
Tel set cens le regretent, n'i a celui n'ait fesse.
[4.37]    Qi lors oïst son duel demener a Cliçon,
Com il plaint et regrete le nobile baron!
Dans Clins avoit vestu un hermin peliçon,   [700]
En plus de trente lieus l'a rompu environ,
Des bendes qui en chieent sont covert li giron;
Et tenoit sa main destre desus son compaignon.
"Ahi! tant mar i fustes, sire fieus Phelippon,
Bons chevaliers et larges, hardis comme lion,
Preudom por bien conquerre et por faire grant don,
Por preudome honorer, por destruire felon,
Fel vers ses enemis et vers sa gent dous hom.
Rois, vos n'amastes onques losengier ne garçon
Ne couart en estor ne hardi en maison   [710]
Ne home qui vers autre porparlast traïson
Que fera or cis pueples? Tous ira a bandon.
Or departiront sempres li douze compaignon."
De dolor s'est pasmés et taint comme charbon,
En plorant le regrete qant vint de pasmison:
"Alixandre, Alixandre, biau sire, que ferom?
Ahi! riche compaigne, com or departirom!"
Lors oïssiés tel duel et tel escrioison
De plus de set cens vois i oïssiés le ton;
Por la mort Alixandre plorent nis li felon.   [720]
[4.38]    Aprés Cliçon le conte, le grant duel renovele
Emenidus, li fieus l'amiraut de Tudele,
Qui por l'amor avoir de la noble pucele
Combati au gaiant es plaines de Castele,
Tant que le cuer li traist par desous la mamele.
Cil regrete Alixandre doucement et apele:
"Gentieus rois debonaires, dolereuse novele
Nous a la mort donee qui si nos amoncele.
Sire, tant mar i fu vostre bouche la bele,
Qui plus souef flairoit que mirre ne canele;   [730]
Hui matin iert plus fresche que n'est rose novele,
Rois, ore est perse et torble plus que sans qui flaele.
Dehais ait or la mort qui devant nos champele
Qant ele ne me fent le cuer et esquartele.
Ahi! ahi! Fortune, com par estes isnele!
Assés courés plus tost que ne vole arondele.
Je cuit ja que la mort est vostre suer jumele,
Qui onques n'espargna ne malle ne femele.
Les eus avés crevés, n'i a point de pronele,
Car vos avés changié coroie por cordele;   [740]
Le mellor prince avés abatu de la sele
Qui onques escoutast ne harpe ne vïele.
Dehais ait or li cuers qui el cors vos sautele
Qant en itel maniere tornés vostre roële.
Hui cest jor est estainte la plus clere chandele
C'onques veïst ardoir dame ne damoisele.
Proëce, vos dormés et malvaistés oisele,
Hui cest jor estes mise de grant cuve en cuvele.
Largetés est breaigne et avarisse aignele.
Or sont li douze per en malvaise brandele.   [750]
Dieus, por coi ne me part li cuers sous la mamele?
S'or eüsse un coutel a trenchant alemele,
Ja feroie saillir de mon cors la boiele;
Onques mais ne fui cuis de si chaude estincele.
Dieus, tu es endormis, et diables revele
Et por monter au ciel ses angles atropele,
Qant li bons rois est mors qui tout le mont chadele."
A icest mot se pasme por le duel et chancele,
Au piler se hurta de la maistre tornele 
Si que du nes li vole de sanc plaine escuiele.   [760]
Il se hurte et debat et par terre roële,
Li sans li bout et frit comme lars en paiele;
Devant lui a ses piés vit gesir une astele,
Ja se ferist el chief desi qu'en la cervele,
Qant la li a tolue li princes de Nivele.
[4.39]    Qi lors oïst le duel que fait Emenidus!
Nus chevaliers en terre n'en fera ja mais plus.
Cil regrete Alixandre: "Gentieus sires, mar fus.
Sire, bons conquerere, tels n'en iert ja mais nus.
Le monde conquesistes jusq'as bonnes Artus,   [770]
Et trestoute la terre jusq'en Occeanus;
Mors avés en bataille les princes et les dus,
Rois et empereors et les amiraüs.
Que fera or cis pueples? Tous ira a reüs.
Ahi! chevalerie, comme entrés en renclus!
Toute joie de terre, hui cest jor vos refus."
De dolor s'est pasmés, a terre chaïjus,
En plorant le regrete qant il releva sus.
Por Alixandre pleure Aristés et Caulus,
Ses chaveus et sa barbe derront Antiocus.   [780]
[4.40]    Licanor fait grant duel, por le roi crie et pleure:
"Conquerere du mont, tant mar veïmes l'eure
Que la mort nos depart, qui tant franc home aceure!
Molt est fiere et crüel qant as mellors cort seure.
Molt est preudom li sire qui ses homes honeure,
Cil ne doit tenir terre qui sa gent deshoneure.
Or vauroie sentir de mon espié la meure.
Sire, li rois des rois, cui tous li mons aeure,
Ait merci de vostre ame, au besoing la seqeure."
Lors derront ses chaveus et se fiert et deveure;   [790]
Plus de mil chevaliers se pasment en peu d'eure.
Qui por autrui fait bien aveuc son oés labeure.
[4.41]    Filotes fait grant duel, entre lui et son pere:
"Bons rois de Mascedone, que fera vostre mere,
Qui por la vostre vie estoit joians et clere?
Par Dieu! ceste novele li iert au cuer amere,
Plus parfont la poindra que pertruis de tarere;
La joie de son cuer en estuet jus a rere.
Ahi! tant mar i fustes, sire, drois emperere,   [800]
Bons chevaliers et larges et hardis conquerere.
Ahi! mors, por qu'en iés vers tel baron amere,
Dont tous li mons a duel, pleure et fait laide here?" 
[4.42]    Aristés fait grant duel, por le roi fait sa plainte:
"Conquereres du mont, vostre joie est estainte.
Ahi! riche compaigne, comme or estes atainte!
Mors est cil qui des dones nos avra faite mainte.
Franche gent honorastes et l'orgellouse mainte
Avés tous jors vaincue, confonduë et frainte.
Onques de vostre bouche n'issi parole fainte.   [810]
Sire, vos me deïstes en la cité de Gainte
Que bons rois conquereres doit tous jours porter enque
Et pene et parkemin ou sa vie soit painte."
[4.43]    Por Alixandre pleure Caulus, li fieus Saberte,
Une dame de Gresce, duchesse de Valerte;
L'uns des douze pers fu, mainte paine ot souferte:
"Alixandre, mar fus, franche chose et aperte!
Par vos estoit largesce desserree et overte,
Et menïés o vous de chevaliers tel herte
Qui molt tost vos eüssent une tor descoverte.   [820]
Mainte bele richece as donee et offerte;
Maint jentil chevalier charront hui en poverte
S'iert mainte bele dame par povreté coverte.
Sire, qui savra mais guerredoner deserte?
Ja mais n'iert a nul jor restoree la perte."
[4.44]    Qi lors oïst le duel que maine Perdicas,
Com il plaint et regrete le roi mascedonas!
"Sire, drois empereres, ja mais ne nos verras.
Que fera or ta mere, la bele Olimpias?
Ta mort l'a deceüe, de ton duel l'ocirras.   [830]
Au branc nu de t'espee oceïs Nicholas,
Aprés donas sa terre au hardi Filotas,
Le mellor chevalier des maigres et des cras;
Cliçon donastes Perse, Corosçane et Baudas;
Et moi, qui mains nes iere, chevaliers assés bas,
As otroié ton regne. Dieus, tu li meriras;
Conduisiés la soie ame pres du siege Elyas."
De dolor s'est pasmés, a terre chiet a quas,
En plus de trente lieus a le visage qas.
[4.45]    Mors fu li rois en may, que chante la chalende.   [840]
Au duel que fait Leoines n'i a nul qui n¹entende;
N'a si chier drap vestu q'a ses deus mains ne fende,
Environ lui a terre en chaïmainte bende,
Et regrete Alixandre, qui conquist Orïende: 
"Sire, ceste compaigne por vostre mort n'amende.
Tels trente mile d'omes tenïés en provende,
Ja mais ne sera princes si riche don lor rende.
Tels a son bon cheval or estuet qu'il le vende,
Por souffraite d'avoir li convenra despendre
La mort ne laisse mie que tous ne nos offende.   [850]
Sire, qui vos a mort fait nos a laide offrende,
Frans hom nes doit bailler qu'a ses deus mains nes pende."
Ne puet müer Leoines q'a terre ne s'estende,
D'eaue froide et de pluie li ont faite marende.
Por Alixandre pleure Minus, li fieus Clarende;
Au duel faire en la sale n'i a nul qui n'entende.
[4.46]    Aridés fait tel duel que nus hom nel conforte;
Ne se puet detenir que ses deus mains ne torde,
Et desront ses cheveus et ses dras que il porte
Et regrete Alixandre, qui tous les desconforte:   [860]
"Esgaree compaigne, quel dolor vos deporte?
Que porrons devenir qant proëce est hui morte?
Cortoisie et largesce, serree est vostre porte;
Ja mais ne sera hom qui la clef en destorte.
Or poons nos bien dire que largetés avorte,
Ne puet mais remanoir que doners ne resorte.
Mais un respit i a qui les pluisors conforte,
Qu'aprés lui morrons tuit, n'est nus qui s'en estorte."
[4.47]    Antiocus fait duel si que tous s'en esroe,
Et regrete Alixandre, cui tous li pueples loe:   [870]
"Ja mais tels chevaliers ne maingera d'aloe.
Sire, mains gentieus hom seoit hui sor la roe
Qui por la vostre amor est cheüs en la boe.
La vostre grant proëce, que tous li mons tresloe,
Est plus fichiee en terre que li bes d'une hoe.
Dieus, com faite aventure entor cel pueple roe!
L'autr'ier l'avions blanche, or l'avons noire et bloe.
Molt est la mors hardie qui en tel lieu s'encroe
Dont nus hom ne vit onques issir malvaise escroe.
Tels trente mil oison porsieuoient ceste oe   [880]
N'iert si hardis li leus qu'il i tendist la poe.
Sire, vos me deïstes sor l'eaue de Dunoe
Qu'eschars rois pereceus tient l'usage a la choe
Qui quiert l'autrui viande et tous jors pert la soe.
Par ma foi, Alixandre, sor trestous vos amoe,
Vous estïés la riens ou je plus me fioe;
Ja mais ne vos verrai, que la mort le desloe."
Lors derront ses cheveus et se fiert les la joe,
En plus de trente lieus ront sa char et estroe. 
[4.48]    Antigonus fait duel, de plorer se saole   [890]
Et regrete Alixandre, qui les pluisors adole:
"Sire rois, a l'espee maintenïés tel sole
Dont mainte large terre justice vostre bole.
Hui repaire largesce de la chaudiere en l'ole;
Malvaistiés l'ocirra qui les pluisors engole,
Avant li taut le cors et aprés la moolle.
Tels vestoit blanc hauberc qui or vestira cole,
Et saullers pains a or, qui chaucera cibole.
Or poons nos bien dire q'aventure nos fole.
La joie de cest mont ne pris une cibole,   [900]
Qant li sires du mont laira hui sa gent sole."
[4.49]    Du duel n'est pas mervelle que li baron ont fait;
Sa mollier Rosenés sor trestous crie et brait,
Les proëces du roi cortoisement retrait:
"Ha! sire, rois des rois, qui tant chastel as frait,
Tant mur et tante tor as torné a garait!
Envers orgelleus home ne feïs malvais plait,
Et qui te vaut servir nel preïs a forfait.
Que porrons devenir, qant cil le siecle lait
Qui conquesist le mont, s'il vesquist, entresait   [910]
Et donast tout l'avoir de terre, ou qu'il estait?
Ne sai bon chevalier hui cest jor ne s'esmait,
Car s'il est endetés n'avra dont il le pait.
Je ne cuit qu'il ait home, tant com li solaus vait,
Soufraite et poverté, rois, por ta mort nen ait.
De tant com je vos voi, et il molt bien m'en vait;
Mieus veul morir que vivre. Mors, sail de ton agait
Si m'oci par moi seule, ne sai riens qui me hait."
Sus le cors chiet pasmee, nus nel voit pitié n'ait.
[4.50]    As piés le roi de Gresce, devant les autres Gris,   [920]
La derront ses cheveus et depiece son vis
Caulus, uns damoisiaus, ses peres fu rois Mis.
Sires fu de Melite si fu freres Biblis,
Mais por le fol corage que sa suer i ot mis
S'en issi de sa terre et laissa son païs.
Au bon roi Alixandre ala servir mains dis,
Et li rois l'ama molt et si fu ses amis;
Por ce qu'il le vit sage, cortois et bien apris,
Et que de son service s'estoit si entremis,
Aveuc les douze pers l'ot Alixandres mis.   [930]
Li Grigois l'apeloient dant Caulus Menalis
Por ce que li bons rois li avoit ja pramis,
Qant il avroit de Rome le roiaume conquis, 
Q'il li donroit Melans au jor qu'il l'avroit pris;
Et se il se tenoit de riens a mesassis
Si li croistroit encores Monjeu et Moncenis,
Verziaus et Yvorie et Astë et Toris
Et trestoute la terre d'environ le païs;
Coroner le feroit a la feste Jovis.
"He! las, dist li vallés, que fera cis chaitis?   [940]
Puis qu'issi de ma terre essilliés et fuitis
M'a plus doné mes sires, qui tant iert poëstis,
Rouge or et blanc argent et bons chevaus de pris,
Que n'ot Laomedon, qui fu aioel Paris.
Ahi! riche compaigne, a quel duel departis;
Com sera grans mervelle se nus en estort vis!
Mors, molt feïs que fole qant si tost l'oceïs,
Ja mais n'ieres doutee, tous tans seras plus vis;
Or as fait ton pooir, ne nos pués faire pis,
Estainte as la lumiere dont li mons iert espris.   [950]
Solaus, molt feïs bien qant tu t'en oscurcis;
Molt feras que cortois se ja mais n'esclarcis,
Ne pués veoir le duel ou la mort nos a mis.
Anquenuit se porra vanter sains Paradis
C'onques en son ostel tel oste ne fu mis.
Grant duel doivent mener Clotos et Lachesis,
Entr'eles pueent dire que rompus est li fis
Dont tous li mons estoit et atains et porpris.
Ahi! rois Alixandre, franche chose gentis,
Humles et frans et larges a tous tes bons amis   [960]
Et fiers et orgelleus contre tes enemis,
Com voi ore troublés ces ieus et cest cler vis
Et cele bele bouche dont ainc n'issi faus ris!
Se fuissiés coreciés, ains que fust mïedis
Toute en tramblast la terre jusq'au flun de Gangis,
N'osassent avant corre Eufratés ne Tygris.
Encor dist ier mes sires, ains qu'il fust si aquis,
Que ja nus avers rois n'enterroit en haut pris.
Sire, tu donas tout, ainc riens ne retenis;
Ains eüsses doné cinc roiaumes ou sis   [970]
C'uns autres riches hom n'eüst un mantel gris.
Honors, sens et largesce avoient en vos mis
Lor cuer et lor entente a vos servir tous dis;
Hom qui tel conseil a ne puet estre mendis.
Dieus, molt es envious quant tu le nos tolis
Molt as sage conseil quant a ton oés l'as pris;
Esgarde ciel et terre et canque tu feïs,
Onques mais tel damage el monde ne meïs
Ne si riche tresor a ton oés ne traisis;
Por c'est li remanans coreçous et pensis.   [980]
Joie, tu l'amas molt, onques ne le guerpis;
Va t'ent ensamble o lui es chans Elyseïs
Qui tout sont plain de flors, de roses et de lis." 
Ja li baisast les piés desous le paile bis,
Mais l'un tint Tholomés et l'autre tint Dans Clins.
[4.51]    Il n'avoit pas grant piece que li rois iert fenis
Ains qu'il fust enbasmés, oins ne ensevelis.
Ses lis estoit envous de deus riches samis,
A pierres precïeuses seelés et cleufis,
L'uns fu fais a Estrives, l'autrë a Estrelis;   [990]
Par tel engin estoient et tissu et treslis
Mil ans fuissent en terre ains qu'uns en fust porris.
Qui or vos vauroit dire com il fu costeïs
Et roiaument gardés, plorés et obeïs,
Nel seüssent descrire Salemons ne Davis.
Si veïssiés mervelles ses barons amatis,
De duel et de pesance vains et empaleïs;
A son chief iert Filotes et a ses piés Dans Clins
Et li autre gisoient pasmé sor ces tapis.
Oscurcis fu li jors, li solaus fu maris   [1000]
Por la mort du baron dont il estoit partis;
Des la mer de Sydoine jusq'as pors d'Alentis
N'ot dongon ne murel qui ne fust escroissis;
Par trestoute la terre dont il estoit saisis
Tramblerent les cités desi qu'en la raïs;
Trestous li firmamens par estoit si noircis
Que li uns hom de l'autre ne pot estre choisis,
Et por ce que li cieus estoit si oscurcis
Ardoient en la sale mil cierge couleïs.
Lignalöés et ambre, nardus et autre espis   [1010]
Ardoient en la sale com s'il fust vieus palis;
De l'odeur des especes et du bon flaireïs
Deüst estre par droit uns malades garis.
S'ilueques fust Herodes, Pilate et Antecris,
Si plorast il de duel ains qu'il s'en fust partis.
Et por ce que li dels les a si affeblis
Fu mendre un peu la noise et abaissiés li cris,
Qant li bons Aristotes, li mieudres des escris,
S'apoia devant aus desous un arc vautis.
Bien fu de philosophe ses fais et ses abis,   [1020]
Ne li chaloit de soi, tous estoit enhermis;
Barbë ot longe et lee et le poil retortis
Et le chief deslavé et velus les sorcis;
De pain et d'eaue vit, ne quiert autres pertris;
Onques n'issi d'Ataines uns seus clers si soutis.
Lors a dit as barons un peu de ses bons dis:
"Maines rois, qui la gis mors et descoloris,
Com tiens or peu de terre et com est briés tes lis!
Et si deïs tu ja, sor Dunoe a Brandis,
Que tous cis mons estoit a un home petis.   [1030]
Ahi! rois, sor tous autres conquerans et hardis,
Largesce estoit ta mere et tu ieres ses fis;
En doner iert ta gloire, ta joie et tes delis.
N'atendoies pas tant, ja n'en serai desdis,
C'uns preudom te rovast ne qu'il fust escondis,
Tant ieres de doner pres et amanevis.
Encor n'iert pas mes sire ier soir si affeblis
Qant il dist q'avers rois fust destruis et maldis,
Car il en est de Deu et du pueple haïs,
En cest siecle et en l'autre est perdus et honis.   [1040]
Par covoitise fu li premiers hom peris,
Et Dayres li Persans vaincus et desconfis;
Et uns des rois de Rome, Crassus, si malbaillis,
Escarant l'abevrerent d'or cuit qui fu boulis.
Oés la prophecie que nos dist Johannis:
Que oan ocirroit li lions la formis.
Ahi! Antipater, traïtres dieusmentis,
Com estïés par lui honorés et servis
Et de si riches fiés chasés et enrichis!
Gadres t'avoit donee, les dongons, les larris   [1050]
Et trestoute la terre que tint li dus Betis.
Tantes gens chaciés hui a duel et a escis,
Dont mainte gentil dame en plaindront lor maris
Et mainte veuve mere en ploreront lor fis.
Par toi sera li maus encore revertis,
Car tu seras trovés ou que soies fuïs;
Vis seras escorchiés ou sor charbon rostis
Ou detrais a chevaus ou a coutiaus murdris.
De toi ne puet chaloir se tu muers ou tu vis
Qant par toi muert li rois qui sor tous iert eslis;   [1060]
Par lui fust tous li mons ains set ans esbaudis.
Hui partiras les homes que mes sire a norris,
De lor lige segnor sans forfait departis.
Alixandre, de toi nos ont li dieu traïs;
Se tu peüsses vivre seul dis ans acomplis,
Tu fuisses dieus en terre aourés et servis,
Et te feïsons temples, auteus et crucifis.
Ahi! Dieus, molt par es envious et faillis,
Qui les malvais espargnes et les bons nos ocis."
Or deïst ja mervelles qant il fu acuellis,   [1070]
Qant doi autre gramaire, Varo et Egesis,
Li senerent de loins que trop iert esbahis,
Qant il des dieus mesdist, trop est de sens maris.
Ja chaïst jus pasmés, tous est esvanuïs,
Qant Litonas l'aert et l'estraint vers son pis.
Lors commence tel duel et si fait ploreïs,
Se Dieus tonast el ciel, ne fust il pas oïs.

[4.52]    Nel tieng pas a merveille se cil ont grant paor
Qui voient a lor ieus mort gesir lor segnor, 
Et si ont d'Aristote grant duel et grant paor,   [1080]
Que il voient gesir tout pale et sans color;
Or deïst ja mervelle a ciaus qui sont entor,
Mais li souglout li tolent qu'il a pris par froidor.
Lors se sont acoisié li grant et li menor.
Emenidus se drece qui fu fieus de contor;
Qant senti des especes la fumee et l'odor,
Adont parla un poi a ciaus qui sont entor:
"Je fui ja connestables au roi mascedonor
Et portai en bataille s'ensaigne et s'oriflor
Et li aidai a vaintre, merci Dieu, maint estor   [1090]
Et maint chastel a prendre et mainte ferme tor.
Nel di pas por vantance, Dieu en trai a auctor,
Car li rois n'ama onques chevalier vanteor.
Esgardés d'Aristote, vostre maistre doctor,
Qui estoit conseillieres au maine empereor;
Essample i pueent prendre auqant et li pluisor,
Car rois ne doit avoir malvais conseilleor.
Encor dist ier matin mes sire a Licanor,
Qant il le corona a roi d'Ynde Maior:
'Licanor, biaus amis, ne croi losengeor,   [1100]
Car mil fois en ont terre perdu nostre ancisor.
Princes qui veut entrer en pris et en valor
Doit metre en un preudome son conseil et s'amor
Qui le bien li ensegne a faire chascun jor,
Chevaliers a amer et tenir en douçour;
Hom qui conquerre veut n'a soing d'autre labor.
Puis que tu connoistras un home a menteor
Qui fera en sa lange ne engien ne trestor,
Si t'eslonge de lui com du fu d'un chaut for,
Car par nature sont losengier traïtor.   [1110]
Se tu vois saudoier qui entende a honor,
Si en fai duc ou prince, amiraut ou contor;
Nel laissier en souffraite gesir ne en esror,
Car povretés est pire que n'est fievre maior;
Garde qu'il ait en toi molt large doneor.'
Q'en puis je, Alixandre, se je por t'amor plor?
Car li tien don n'avoient ne terme ne sejor,
Ains ierent plus isnel que le vol d'un ostor.
Ainc n'eüs escrivain o toi ne conteor,
Car dons qui est escris fait home atendeor.   [1120]
Ha! mors, chaitive chose, dolente riens, puor,
Ne criem mais ta manace la noise d'un tabor.
Un sairement en fais, ne puis faire gregnor,
Par cest cors qui ci gist desous cest covretor:
Puis q'Adans morst la pome par le conseil s'oisor
N'oceïs tu son per ne si bon ne mellor,
Et qant li dieu ont fait de toi commandeor,
Bien en doivent avoir li aver grant paor.
Biau sire, hui lais tes homes en paine et en tristor, 
Et aussi esgarés com beste sans pastor.   [1130]
Ja ne ferai por t'ame proiere au creator,
Bien sai qu'ele est la sus el ciel superior
Ou li angle en demainent grant joie et grant baudor,
Car la joie de terre ont mellee o la lor."
[4.53]    Aprés Emenidon, qui fu rois de Nubie,
S'escria Perdicas a la barbe florie;
C'est uns des douze pers ou li rois plus se fie.
Por ce qu'il iert cortois et sans losengerie
Li dona son anel, dont maint orent envie,
Que li avoit doné par non de drüerie   [1140]
Candasce la roïne qant el devint s'amie;
Li aniaus valoit bien la cité de Pavie;
Perdicas l'ot el doit, li sires d'Orcanie,
Qui si detort ses poins, a poi qu'il ne l'esmie.
As piés du lit s'apuie si durement qu'il plie.
Il sousleva le paile de soie d'Aumarie;
Qant senti le cors froit et la char vit blaismie,
Les ieus tornés el chief et la face empalie,
Lors chaïa la terre si n'a talent qu'il rie;
De l'angoisse qu'il a piteusement s'escrie:   [1150]
"Alixandre, biaus sire, bons rois sans couardie,
Fontaine de largesce et puis de cortoisie,
Comblés d'ensegnement et res de vilonie,
Hui matin avïés de cest mont la baillie;
Rois, or l'avés perdue en mains d'eure et demie,
Ne sai par quel raison l'avés si tost guerpie.
Sire, trop tost vos est la parole faillie,
En poi d'eure vos est cele bouche noircie.
Rois, car parlés a moi, se Dieus vos beneïe,
Et a vostre maisnie qui por vos est marie.   [1160]
Por coi nes confortés? Com l'avés enhaïe!
Ves com est esgaree et com est amortie;
Onques por nule riens ne fu si esbahie.
Rois, ja l'avïés vos si doucement norrie,
D'armes et de chevaus si richement garnie;
Ahi! com hui remaint de segnor esgarie!
Segnor, qui me dira ice que senefie
Que li rois ne parole a celui qui le prie?
Fait il ce par orguel ou por la mort quil plie?
Ne sai que ce puet estre ne ne truis quil me die.   [1170]
Onques mais ne fist Dieus si crüel felonie.
Encor me dist il ier a parole serie,
Au matin, ains que l'aube fust gaires esclairie,
Que s'il pooit avoir un an santé et vie,
Q'il donroit Tholomé le regne de Sulie,
Et s'en feroit segnor de toute Esclavonie.
Puis parlasmes assés de sens et de folie
Mais or sai je de voir, de ce ne dout je mie,
Ja mais n'i parlerai, car la mort le me vie.
Mal dehais ait Fortune qui si me contralie   [1180],
Hui cest jor m'a esté trop crüel enemie.
Onques li rois du ciel, cui toute riens sousplie,
N'ot mais si grant honor com de sa compaignie,
Ne ja mais nen avra en trestoute sa vie.
Ahi! toute franchise, com hui estes perie,
Malvaistiés esveilliee et proëce endormie!
Li biens va descroissant et li maus molteplie.
Or ne pris mais le siecle une pume porrie,
Hui cest jor est perdue toute chevalerie.
Dieus, por coi vif ge tant? Male mort, car m'ocie!   [1190]
Par foi, je m'oceïsse a m'espee forbie,
Mais mes cuers le deffent et tient a musardie,
Et Fortune meïsme, qui me jure et affie,
Se Deus iert trespassés et sa vie fenie,
Qu'il avroit aprés lui des angles la maistrie,
Du ciel et de la terre toute la segnorie.
Las! fait il, qu'ai je dit? C'est rage et desverie."
A icest mot se done du poing joste l'oïe,
Si que du sanc vermeil li est la bouche emplie.
Sor le cors chiet pasmés comme beste estordie,   [1200]
Mais Tholomés l'en drece, qui souef le chastie.
[4.54]    Antiocus le pleure si que tous en est las.
Riches hom iert et sages, fieus le roi Cleofas;
Antioche fu sieue et Halape et Damas,
Puis li acrut son fief de l'onor de Baudas
Li rois qui de doner ne pooit estre las,
Cil li dona la terre du val de Josafas,
La rente et le treü de l'onor de Baudas
Et la cité de Meqes qui puis fu Goulias;
Tant li dona de terre li rois mascedonas   [1210]
Dont maint home amaigrirent et il en devint cras.
Or le plaint et regrete, mais ce n'est mie a gas:
"Alixandre, fait il, biaus sire, tu t'en vas;
Guerpi as ta maisnie, ja mais ne la verras;
En tel lieu vas, ce cuit, dont ja ne revenras.
Vos donïés l'avoir a foison et a tas.
Hui sont li douze per venu du trot au pas;
Molt lor est mescheü, geté ont ambes as.
Or poons nos bien dire: 'Dieus! de si haut si bas,
Onques mais ne venimes a si felon trespas.'   [1220]
Ha! Dieus, plains de douçor, qui tout le mont crias
Et les quarante jors de ton gré jeünas,
Garis l'ame de lui du felon Sathanas,
Q'en l'ostel ne le mete ou conversent li las."
Lors dist a soi meïsme: "Chaitis, que devenras?" 
Et fiert l'un poing a l'autre et descire ses dras.
De crïer et de braire i demaine tel glas
Que la sale en tentist qui fu faite a compas;
Puis chiet pasmés a terre dejoste Perdicas,
Au cuer a tel angoisse nus hom nel cuidast pas;   [1230]
Il ne deïst un mot qui li donast Baudas.
[4.55]    Aristés se replaint qui ot vois de seraine.
Gentieus hom iert de Gresce, du parenté Elaine
Por qui Paris soffri lonc tans dolor et paine;
Ele iert, ce dist l'estore, sa cousine germaine.
Biaus iert, mais il avoit une teche vilaine,
Q'il n'amast nule dame se ne fust chastelaine
Ne ne vaut porter armes a jor de dïemaine
Ne monter a cheval por ferir en quintaine.
Cil regrete Alixandre et grant duel en demaine:   [1240]
"Alixandre, fait il, ce est chose certaine
Que de toutes proëces estïés la fontaine,
Sor trestoutes estoit la vostre soveraine.
Rois, vostre bele chars soloit estre plus plaine
Que n'est marbres polis, et soués comme laine;
Or est poingnans et aspre plus que n'est pains d'avaine.
De vostre bele bouche n'istra ja mais alaine,
Hui matin iert vermeille com se fust tainte en graine.
Sire, vos en alés la ou la mort vos maine,
Ci nos avés guerpis entre la gent foraine.   [1250]
Sire rois de bon aire, en peneuse semaine
Entrent li douze per et en fort quarentaine;
Il ont hui receü une malvaise estraine.
Nous solions jadis parler de teste saine,
Mais or en est rompue toute la maistre vaine.
Ha! Dieus, qui a ta forme feïs la char humaine
Et garesis Jonas el cors de la balaine,
Pren vengance de ciaus par qui ma joie est vaine,
Et trebuche lor ames en la terre soutaine."
A icest mot se pasme deseur un lit de laine;   [1260]
Tholomés li vaillans de conforter se paine,
Et lui et tous les autres dont la sale estoit plaine.
[4.56]    Molt par fu grans li dels el palais de porfire,
Entor la biere furent li douze per a tire.
Leoines a tel duel a poi n'esrage d'ire,
Frere estoit Perdicas qui fu nes de Montire,
Por la mort Alixandre parfondement souspire
Et eschauffe d'angoisse et remet comme cire.
A haute vois s'escrie: "Alixandre, biau sire,
Onques mais ne vos pot nule riens desconfire   [1270]
Fors seulement la mort, qui nului ne remire.
De garir vostre plaie n'avra ja denier mire.
La tieue grant largesce ne porroit nus descrire,
Nus clers qui tant seüst de chanter ne de lire,
Neïs tant seulement de doner la matire.
Ainc ne vausis a home ton avoir escondire.
Rois, tu es entoschiés, ja n'en avras remire,
Ta chars en est plus vers que n'est jus de colire.
Au cuer ai tel angoisse que ne sai mais que dire,
Mais tant voi je tout cler que cist siecles empire,   [1280]
Car proëce radote et malvaistiés se mire,
Largesce voi plorer et avarisse rire,
Cele qui soloit estre la mieudre est or la pire.
Ha! mort, trop me delaies, trop mes a moi ocirre,
A tort et a pechié me fais ici defrire."
Lors a pris son blïaut et la pene en descire,
De l'un chief dusq'en l'autre le desront et detire;
Sa main mist a sa barbe, estraint et sache et tire,
Ains qu'il la deguerpisse en sont mil poil a dire.
[4.57]    Licanors li marchis tort ses mains et debrise.
Ce est uns chevaliers qui durement se prise;
Nes estoit de la marche qui depart et devise   [1290]
La terre as Barbarins du roiaume de Frise;
Molt iert preus et cortois et de grant gentelise,
Onques mieldres de lui ne nasqui de marchise;
Vestus iert d'un biface ovré par grant maistrise,
Mantel ot de samit a une pene grise.
Vers la biere se traist por le duel qui l'atise;
Il sousleva le paile qui tenoit grant porprise;
Qant il l'ot descovert, piteusement l'avise,   [1300]
Gentement le regrete qant s'alaine ot reprise:
"Rois des rois terrïens, qui ainc n'ot couardise,
Ne de malvaistié faire n'ot onques covoitise,
Ja mais ne sera hom de la vostre franchise.
La vostre grans largesce ne pot ainc estre aquise,
Car ains que tu eüsses la richece conquise
L'avoies tu, biau sire, ou donee ou pramise.
Bien ont li douze per enploié lor servise:
Chascuns en a el chief corone d'or assise.
Ahi! toute franchise, com hui estes malmise!   [1310]
Avarisse est montee, largesce a terre mise,
Morte est comme la noif contre soleil remise.
Ja Damedeu ne place que je siece ne gise
Tant que j'aie de ciaus haute vengance prise
Par coi ta gens est torble et de dolor esprise.
Molt orent felon cuer et plain de cuivertise
Qant il oserent faire vers vos si grant mesprise.
Certes, se jes puis prendre, j'en ferai tel justise
Qu'il en sera parlé jusqu'au jor du juïse.
Ne fust pas tels damages se fust morte ou ocise   [1320]
Toute la gent qui est entre ploiel et bise.
Que fait ore Diables que le col ne me brise? "
A icest mot se hurte a une pierre bise,
Si que le cuir du front en trois lieus li encise;
S'il fust trois fois baigniés en l'eaue de Tamise,
Ne fust il plus molliés qu'il iert sous sa chemise
Du sanc qui de lui ist vermaus comme cerise.
Il ne deïst un mot por tout l'avoir de Pise;
A tous ciaus qui l'esgardent tel pitié en est prise
N'i a celui ne plort tenrement sans faintise.   [1330]
[4.58]    Filotes s'est levés tous drois en son estage;
N'ot mellor chevalier en trestout son lingnage
Fors Licanor son frere, ou ot grant vasselage.
Cil regrete Alixandre forment en son corage:
"Gentieus rois debonaires, estrés de haut parage,
Sor tous rois terïens resamblïés ymage;
Ja mais ne sera princes qui demaint tel barnage.
Rois, il n'avoit cité jusq'en la terre ombrage,
Bourc, vile ne dongon ne fort chastel marage
Dont li prince et li duc ne t'aient fait homage;   [1340]
Trestout t'en obeïssent et rendent treüage.
Sire, a vous repairoient et privé et salvage;
Vous n'escondisïés ne le fol ne le sage,
Ançois lor donïés l'avoir de bon corage.
Tout avés departi, neïs vostre hiretage;
Onques n'en retenistes vaillissant un formage.
En vos et en largesce avoit bon mariage,
Onques ne la tenistes un jor en soignantage;
Or estes dessevrés a tort et par outrage,
Nis Dieus ne porroit mie restorer cest damage.   [1350]
Gentieus rois de bon aire, mes dels point n'asouage;
Ja mais ne serai liés en trestout mon aage,
Car je voi enforcier le perilleus orage
Qui tout le mont traira a duel et a hontage.
Or vos estuet ci metre et guerpir en ostage
Vostre cors, biaus dous sire; n'i lairons autre gage.
Ha! Dieus, qui les Ebreus passas la mer sans nage
Qant li rois Pharaon les chaçoit el rivage,
L'ame de mon segnor commant a tel message
Q'au jor du grant juïse soit a la destre page."  [1360]
Lors a si grant dolor a poi d'ire n'esrage,
As ongles de ses mains depiece son visage.
Onques por Eneas, quant issi de Cartage
Et par la mer salee acuelli son voiage,
Ne demena tel duel Dydo au cuer volage
Com Filotes demaine qui se hurte a l'estage. 
[4.59]    Molt fu plains et plorés li rois de ses barons,
De Sulïens, d'Ermins, de Persans, d'Esclavons;
Nis cil le regreterent d'estranges regions
Q'il ot fait maintes fois grans persecucions;   [1370]
Mais desor tous les autres le pleure Festions.
Cil fu plus ses privés, ainsi com nos cuidons,
C'onques n'avoit esté Tholomés ne Cliçons;
Por qant si n'iert il mie des douze compaignons,
Mais en enfance avoit esté ses norreçons.
Au chavés de la biere se met a genollons
Et regrete Alixandre, non mie a conseillons:
"Alixandre, fait il, li sires des Griffons,
Com est por vostre mort li cieus noirs et enbrons,
Li oisel s'atapissent et abaissent lor sons. [1380]
Molt nos avés laissiés en grans torblacions;
C'est par les traïtors qui firent les poisons
Dont en terre est venue si grans confusions.
Onques tels chevaliers ne chauça d'esperons;
Ne vos en puis aidier ne doner garisons.
Sire Dieus, quel damage et quels destrucions
Qant li rois est matés par deus de ses paons;
Mais au traire mesprinrent, qu'il i ot traïsons.
Gentieus rois Alixandre, abondance de dons,
Ainc amer ne vausistes traïtors ne felons;  [1390]
Mais qui servir vos vaut nel fist mie en pardons,
Car plus que ne servoit iert grans li guerredons.
Ahi! rois Alixandre, a quel duel departons;
Je m'en vois aprés vos, la mort m'en a semons,
Et g'irai volentiers, n'i querrai achoisons."
Lors desront ses cheveus, sa barbe et ses grenons,
Que tous en fu sanglens ses pis et ses mentons;
Au dolouser qu'il fist, ausi com il iert lons
En travers de la biere chaïa ventrellons.
[4.60]    Tous jors devant le roi furent li douze per;  [1400]
Tant com il jut malades ne s'en vaurent torner,
Car molt lor estoit bel qu'il l'oïssent parler,
Molt lor plaist a oïr ses dis et escouter.
Un poi devant ice que il deüst finer
Apela Tholomé que il pot tant amer,
De la tor de Babel l'a fait asseürer,
As citoiens l'a fait et plevir et jurer.
Alixandres li rois ne pot plus demorer;
Li bel oel de son chief commencent a torbler,
Li nes a acorcier et la bouche a crever,   [1410]
Si blanc bras li defaillent qu'il nes pooit lever.
L'ame parti du cors, que n'i pot plus ester. 
Et qant li rois fu mors, qui les oïst crïer!
Onques n'i ot un seul qui n'esteüst pasmer,
Et quant sont redrecié, qui les oïst plorer
Et detordre lor puins et lor cheveus tirer,
Le roi et sa proëce durement regreter!
"Ahi! gentieus rois, sire, ou porrons nos aler?
Puis que vos estes mors ne savons ou torner.
Ja mais ne morra hom qui tant face a loër   [1420]
Ne si seüst preudome servir et honorer."
Le roi ont fait ovrir et l'entraille geter,
Puis ont isnelement le cors fait enbasmer.
Li Grigois l'en voloient en lor terres porter,
Mais nus de tous les autres nel voloit creanter,
Iluec en Babilone le veulent enterer.
Antiocus fu sages si prist a sarmoner:
"Segnor, or ne vos chaut a tencier n'a choser,
Car aler en covient as deus por demander
En quel lieu li vaudront sepulture doner."  [1430]
[4.61]    Li baron s'en tornerent, ne s'aseürent mie,
Por ce que li uns d'aus a l'autre contralie,
Car porter en voloient le roi en Romenie;
Li uns le contredit et li autres l'otrie.
Por la noise abaissier Antiocus les guie.
Droit au temple Jovis, si com l'estoire crie,
Ont fait un de lor sors par molt grant maiestrie.
Li prestres qui du temple avoit la segnorie,
Et qui li mestiers iert qant on i sacrefie,
Aprés ce que la messe fu chantee et fenie   [1440]
As dieus a demandé et doucement lor prie
Ou li rois Alixandres, qui est alés de vie,
Doit avoir sepulture; isnelement lor die.
Iluec ot une ymage, de fin or fu plastrie,
Et fu desor l'autel trestout droit establie;
Une vois en issi qui tres bien fu oïe:
"Segnor, en Mascedoine nel porterés vos mie,
Ne ja mais Babilone nen iert de lui saisie;
En la grant Alixandre iert sa char sepelie,
La avra sepulture, Juspiter li otrie,   [1450]
Et qui ce ne feroit si feroit grant folie."
"Par foi, dist Tholomés, ja ceste n'iert guenchie.
La sera il portés s'en puis avoir aïe."
Et Dans Clins li respont: "Ne vos en faurons mie.
Volentiers vos ferons aïde et compaignie."
[4.62]   "Segnor, ce dist Dans Clins, et comment le ferons?"
Respont Antiocus: "Bon conseil en prendrons:
Anuit mais, se vos plaist, et nos le gaiterons
Au matin par son l'aube nos aparellerons;
Sor un char tout d'or fin richement le metrons,  [1460]
Li cheval le trairont et nos aprés irons."
Et respont Tholomés: "Se Dieu plaist, non ferons.
Nous meïsme a nos cols, certes, le porterons
Si li ferons honor de tant com nos porrons,
Que ja mais en nos vies si bon segnor n'avrons.
Il nous a molt amés et donés les grans dons,
Si en soit ore ci li premiers guerredons."
"Par foi, dist Aristés, ce est drois et raisons.
Faites faire la biere, si nos aparellons,
Et chauciés grans saullers, ostés les esperons. [1470]
Vous avrés bone aïde des douze compaignons,
Ja nes en troverés orgelleus ne felons."
[4.63]    Une litiere firent adont apareillier:
Li limon de ciprés por plus souef flairier,
Les espondes d'ivoire, li pecoul d'olivier.
Un riche lit i mirent por le roi sus couchier,
De coute et de cousin le font apareillier;
D'un blanc drap de Sydoine, qui molt fait a proisier,
Le covrirent desus por la chalor laissier.
Çaingnent soi et escourcent trestout li chevalier;   [1480]
Onques n'i ot ronci, palefroi ne destrier,
Car por l'amor le roi furent tuit paonier;
A chascunne jornee le firent bien gaitier.
Onques ne porent plus en sis jors esploitier,
En Alixandre vinrent au sesme jor entier.
Or devons du sepulcre la verité noncier.
Des autres puet on bien conter et fabloier,
Li un sont veritable, li autre mençoignier;
Un tout seul n'en puet on envers cestui prisier.
S'or estoient ensamble trestout icil ovrier   [1490]
Qui or sont en cest siecle, por les poins a trenchier
N'en feroient un tel, por les menbres trenchier.
Tholomés le fist faire, qui molt ot le roi chier,
Et qant il fu tous fais, sel fist plus haut drecier
Que on ne porroit traire qarrel d'arbalestrier.
[4.64]    Onques n'i ot quarrel ne pierre ne ciment,
Ne n'i ot point de fust, n'en i covint noient;
Deus cens charees d'or et autrestant d'argent
Firent autresi maurre commë on meut forment;
Le blanc et le vermeil i mirent sagement,   [1500]
Et le vert et le bis, trestout melleement.
Quatre ymages d'yvoire mirent el fondement,
Et ot chascune teste, par le mien ensïent;
Et avoit entredeus de terrë un arpent. 
Ilueques commencierent l'uevre massicement.
La poudre fu saudee a glu molt maistrement,
Une vaute i ont faite qui bien fu aparant;
Une estache de fer par mi leu i descent,
Le marbre firent maurre aveuc tout ensement;
Ainsi com l'uevre monte, la glus au fer se prent.   [1510]
Sus el premier estage firent fenestres cent;
Qant l'une moitie oevre, et l'autre clot au vent.
Les fenestres sont faites d'une pel de serpent;
Qant vient el mois de may, que li solaus resplent,
Tres par mi cele pel li rais lai ens s'estent,
Car la pel est si clere que riens ne li deffent.
Et por l'or qu'est molus, qant il le soleil sent,
C'est a vis qui l'esgarde, a trestoute la gent,
Que ce soit fus espris qui si grant clarté rent.
[4.65]    La piramide au roi fu molt et grans et lee,  [1520]
Et fu la sus a mont ainsi haute levee
Nus hom n'i peüst traire qarrel d'arbalestee.
Por ce fu en grigois piramide apelee
Que d'une seule pierre fu toute acovetee;
Cele fu d'aïmant si fu a fer saudee
Et ot nuef piés de lé, ainsi fu mesuree,
Et vint en ot de lonc et fu dedens cavee;
Et si ot sanc de buef plus d'une grant tounee,
Que ja ne fust la pierre en autre sens ovree.
La char au maine roi fu la dedens posee.  [1530]
La lame dedesus fu molt chier achatee,
Tholomés i dona d'argent une charee.
Puis ont pris une ymage de fin or tresgetee,
Ens el poing li ont mis une pome doree;
La pome fu molt grosse, tout en reont tornee.
L'ymage fu a glu sor la lame posee,
Ja mais ne charra jus por vent ne por gelee.
Li oel sont d'un topace dont est enluminee.
Par grant senefiance fu l'ymage formee;
S'or estoit ma raison oïe et escoutee,    [1540]
Tout ainsi com je l'ai en l'estoire trovee
La dirai en romans, ja ne vos iert celee.
[4.66]    C'est l'ymage le roi qui iluec desous gist,
Ice nos devisa cil qui l'estoire fist;
Tholomés la dita a celui qui l'escrist.
La pome fu reonde que ens el poing li mist,
Si est li mons reons q'Alixandres conquist.
Maint prince en afola et maint roi en malmist,
Lor terres lor toli et les treüs en prist; 
Et qant il ot tout fait, si com l'estoire dist,   [1550]
De fer ne pot morir, mais maus venins l'ocist.
[4.67]    Mors fu rois Alixandres et a sa fin alés,
Molt fu de ses barons et plains et regretés;
En haute piramide fu bien par droit levés,
Si com l'estoire dist, et il est verités;
Se il fust crestïens, ainc tels rois ne fu nes,
Si cortois ne si larges, si sages, si menbrés,
Si cremus en bataille, ne d'armes redoutés.
Et si n'ot que quinze ans quant il fu adoubés,
Et qant il en ot vint, si fu rois coronés,   [1560]
Et douze ans regna puis, itels fu ses aés,
Si que de tout le mont estoit sires clamés.
Ne por qant ces douze ans fist il douze cités
Dont li mur de chascune fu hautement fondés;
Bien les vos nomerai, s'escouter me volés.
Li nons au maine roi i fu primes posés,
Et öés l'aventure por coi il fu trovés.
Le jor que Bucifal fu mors et afolés.
Fist il la premeraine, si com oïavés;
Aprés Bucifala en fu li nous trovés.   [1570]
[4.68]    Aprés en fist une autre que sor un mont leva,
Alixandre Montoise por ce si la clama;
Et une autre Alixandre la ou Porrus tua,
Alixandre Porri por ce si l'apela;
Et Alixandre en Frise, qant conquerre l'ala,
Et le non de la terre o le sien i posa;
Et la grant Alixandre q'en Egypte estora,
Icele fu la mieudre et que il plus ama,
La fu sa sepulture, si com l'estoire va;
Et une en Babilone que il aprés fonda,   [1580]
Ou l'amiraus fu mors qui vers lui s'adreça.
[4.69]    Ahi! rois Alixandre, com gentement ovras,
Qui n'eüs que vint ans qant corone portas,
Et en douze ans aprés tout le conquestas,
Et dedens ces douze ans douze cités fondas
Et a chascunne d'eles le tien non i posas.
Les sis en ai nomees si com tu les nomas,
Les autres nomerai, que je n'i faudrai pas.
Tu feïs Alixandre as puis Masagitas,
Puis en feïs une autre droit as puis Orgalas,   [1590]
Ices sont deus contrees ou on fait riches dras;
Et as puis Gramaton une autre en estoras, 
C'est uns rois que par force meïs de haut en bas;
Puis en feïs une autre, richement la pueplas,
Alixandre fu dite et as puis Troadas;
Sor l'eaue de Tygris la dousime estoras,
Cinc letres de grigois es murs escrites as.
[4.70]    Por coi il fist ces letres jel vos sai bien a dire,
Qu'Alixandres, qui fu de tout le monde sire,
Du lignage Jovis,-et si fu de sa tire,   [1600]
Se cil fu dieus en ciel, cist ne fu mie pire,-
Douze cités fonda; letres i fist escrire
Que riens n'i gaaigna cil qui l'esmut a ire,
Et qui le coureça ainc n'en pot au loins rire;
Trestous ses malfaitors a livrés a martire.
Qui l'ocist a venim la male mort le fire!
 
 

[4.71]    Molt fu preus Tholomés, si fist grant cortoisie
Qant en sa sepulture fist escrire sa vie.
Or m'entendés, segnor, que Dieus vos beneïe!
Cui Dieus done le sens, il nel doit celer mie,   [1610]
Mais bien se doit garder que a tel gent le die
Qui disnes soit d'oïr, car cil fait grant folie
Qui entre les porciaus gete sa margerie
Ne aveuc le forment seme la gargerie.
Teus se fait molt cortois plains est de vilonie;
Avarisse est montee et largesce est falie,
Bontés est refroidie, montee est felonie.
Oïs est cil qui sert de la losengerie,
Services est perdus s'avoirs ne li aïe.
Por ce le di, segnor, se Dieus me beneïe,    [1620]
Ne veul que ma raisons soit de tel gent oïe
Qui bien ne sache entendre que ele senefie.
Qui chante de mençoigne s'ame est pres de perie;
Qui vilain veut aprendre de la chevalerie
De buison faire ostoir se paine et estudie;
Icil est faus provés, la letre le nos crie.
Salemons fu molt sages qui ce dist et otrie:
Costume ensegne a l'ome cil qui bien le chastie,
Mais nature a au loins toute la segnorie.
[4.72]    Segnor, ceste raison devroient cil oïr  [1630]
Qui sont de haut parage et ont terre a baillir.
Li gentieus hom malvais, cil fait molt a haïr,
Qui veut avoir service et dont nel set merir.
Princes qui terre tient a envis doit mentir,
Mais proëce et largesce font bien terre tenir. 
Ice fist Alixandre essaucier et tehir,
Car il conquist le mont trestout a son plaisir.
Molt par i ot sage home, ainc ne vaut consentir
Losengier entor soi, c'onques nel pot souffrir.
Hom qui tent a honor, il n'i puet pas faillir,    [1640]
Mais q'en tel lieu entende ou il puisse avenir;
Cil qui se desmesure si puet molt tost chaïr.
Hardis fu Alixandres, ainc ne degna fuïr;
Si fu larges li rois, se nus le vaut servir,
Onques de son service ne se pot repentir.
Bien sot qui dut doner et qui il dut tolir,
Comment il dut doner tres bien le sot veïr,
Selonc ce qu'il estoit sot doner et partir;
Et qant vint au besoing, bien se sot esbaudir,
Et bien sot en estor tous premerains ferir;    [1650]
Ainc ne vaut a nul home sa malvaistié covrir.
[4.73]    Li gentil chevalier et li clerc sage et bon,
Les dames, les puceles, qui ont clere façon,
Qui sevent de service rendre le guerredon,
Cil doivent d'Alixandre escouter la chançon.
Or se traient arrier li aver, li felon,
Que ja ne lor feroit li oïrs se mal non;
Li cuer lor endurcissent encontre la raison.
Fous est qui d'esprevier cuide faire buisson,
Ne de ronci destrier, ne de levrier gaignon.    [1660]
Nature et norreture demainent grant tençon,
Mais au loing vaint nature, ce dist en la leçon;
Si en trai a garant le sage Salemon.
Alixandres le dist et mostre par raison:
Fous est qui conseil croit de serf ne de felon
Ne qui fait de nul d'aus prince de sa maison;
Se gaaig i puet faire, ne doute traïson;
Ci doivent prendre essample li prince et li baron.
Hardis fu Alixandres et plus fiers d'un lion
Et sages de parler, larges por doner don,    [1670]
De droit sot et de tort faire division;
Por ce ot tout le mont en sa subjection.
Qui trestout veut tenir tout pert a abandon;
Souvent i pert grant chose par malvaise achoison.
[4.74]    Li rois qui son roiaume veut par droit governer
Et li prince et li duc qui terre ont a garder
Et cil qui par proëce veulent riens conquester,
Cil devroient la vie d'Alixandre escouter;
Se il fust crestïens, onques ne fu teus ber.
Rois ne fu plus hardis, ne mieus seüst parler,   [1680]
Ne onques ne fu rois plus larges de doner,
Ne de chevalerie tant feïst a loër;
Onques puis qu'il fu mors ne vit nus hom son per;
Plus donast Alixandres qu'autres n'osast penser.
N'est drois que ja l'escoutent li escars, li aver;
Tout autresi est d'aus, tres bien l'os afremer,
Com il est de l'asnon qui escoute a harper.
Assés vos en puet on longement deviser,
N'en dirai plus avant, ma raison veul finer.
[4.75]    Ci fenissent li livre, des or mais est mesure,   [1690]
Du bon roi Alixandre, qui tant ama droiture.
Sor la tombe de lui ont fait mainte painture,
Et de mer et de terre, de toute creature.
Li Grieu s'en sont torné la petite ambleüre,
Alixandres remest dedens la sepulture.
Dieus li face merci, qui fait la nuit oscure,
S'il onques a cel tans ot de nul home cure.
Ci fenissent li ver, l'estoire plus ne dure.
Ce raconte Alixandres de Bernai vers Eüre,
Qui onques nen ot jor longement aventure;   [1700]
S'un jor la trova blanche, l'endemain l'avoit sure.